Salut
Accueil

Partagez | 
 

 Percival Strong

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Percival Strong   Ven 7 Aoû - 17:30

Fiche d'identité

• Monde d'origine: Gaïa
• Nom: Strong
• Prénom: Percival
• Âge: 35
• Avatar utilisé: Rider (Fate Zero) – Zerochan.net

Description

• Alignement: Guerrier du Néant

• Description physique: Percival est un personnage pour le moins remarquable : en le voyant pour la première fois, on ne sait jamais dire si ce sont sa grande taille et sa carrure imposante – 1m90 pour 105 kilos – qui interpellent le plus ou bien sa tignasse et sa barbe aussi flamboyantes que fournies.
Son pelage roux entoure un visage aux traits marqués, mais sa mâchoire prononcée, son menton carré, son nez épaté et ses sourcils fournis n'arrivent pas à dissimuler un regard brun pétillant et malicieux. Sa pilosité fournie lui vaut souvent des remarques, mais il ne renoncera pas facilement à sa barbe qu'il entretient soigneusement depuis plusieurs années.
Assez étrangement, cette pilosité faciale abondante ne trouve pas vraiment écho sur le reste de son corps. Un fin duvet roux recouvre ses avant-bras épais et son torse massif mais rien de bien effrayant comparé à son menton.
Percival a pour habitude de porter des vêtements ajustés – peu importe qu'ils laissent transparaître sa légère bedaine –  pour ne pas être embarrassé dans ses mouvements. Il ne se sépare que rarement de sa cape doublée de fourrure et de sa paire de bottes de cuir.


• Description psychologique: Percival, Percy pour les intimes, est un homme entier et d'une franchise absolue. Peu de gens ignorent ce qu'il pense réellement d'eux, et ce pour une simple et bonne raison : c'est l'un des pires menteurs qui soit ! Qu'il s'essaie à cacher le fond de sa pensée, et sa voix et son visage le trahissent aussitôt.
Alors, gare à ceux qu'il prend en grippe, puisqu'il ne leur fait pas de cadeau. Et quand bien même il se décide à ne pas les chahuter, son regard en dit généralement long sur son opinion et dissuade ceux-là de ne pas trop s'y frotter.
En contrepartie, il veille avec une tendresse débordante sur ceux qu'il affectionne. Il ne se montre certes pas toujours des plus expressifs, mais sa bienveillance a peu de limites quand il s'agit des siens.
Il se donne, bien évidemment, à 200% dans tout ce qu'il entreprend, pour peu qu'il l'ait décidé. Il a parfois du mal à s'investir lorsqu'il suit des directives.
C'est enfin un bon vivant, qui aime manger, rire, boire et qui est doté d'un sacré organe vocal.

Histoire

Percival est le benjamin d'une famille de trois garçons. Son frère aîné, Garett, plus vieux que lui de trois ans, l'a toujours entraîné à sa suite, jusqu'à ce que Léod, de cinq ans son cadet, soit en âge de les poursuivre dans leurs aventures. Dès lors, Percival ne put plus fuir sa responsabilité de veiller sur son petit frère, au risque de devoir tempérer les ardeurs de son ainé.

Ces sentiments furent décuplés lorsque leurs parents périrent dans un accident de train. Il n'était âgé que de 11 ans, mais Percival se fit la promesse de continuer à être le trait d'union entre ses deux frères, Garett toujours plus fougueux suite à la perte de ceux-ci, Léod, toujours plus renfermé. Ils furent envoyés tous les trois chez leurs grands-parents paternels, qui habitaient dans le village Glaçon. Que la vie leur parut différente ! Ils avaient quitté le plus grand port de Gaïa pour la plus grande étendue glacée de la planète ! Chacun à leur manière, ils s'acclimatèrent à la vie Glaçonnière, avec  ses montagnes, son froid et sa relative tranquillité.

Après quelques années, Garett, toujours friand d'aventures, partit rejoindre le Soldat à Midgar et cessa peu à peu de donner des nouvelles. A ce jour, Percival n'a pas encore renoncé à lui écrire, mais il est de moins en moins certain que ses lettres lui parviennent.

Léod, doté de prédispositions certaines pour monter des chocobos, fut le second à partir, pour tenter de faire carrière dans les courses du Gold Saucer. Il est aujourd'hui encore en contact avec Percival et lui demande régulièrement de le dépanner pour l'aider à couvrir ses dépenses « d'entretien de son équipement de jockey ».

Percival, n'ayant d'autres dons que sa carrure imposante et son coeur sincère, renonça, au grand dam de ses grands-parents, à les quitter jusqu'à ce qu'ils s'éteignent à leur tour. Pour prendre soin d'eux et de son frère, il se fit bucheron et plongeur à l'auberge du village. A la mort de sa grand-mère, qui arriva quelques jours après qu'il eut soufflé ses 27e bougies, il resta quelques semaines dans le village et, malgré l'affection qu'il portait aux habitants, il partit.

Il renonça à aller rendre visite à son cadet au Gold Saucer, craignant de constater son échec à percer réellement dans cet univers impitoyable de la course de chocobos, et se rendit d'abord à Midgar, où il ne trouva pas trace de son aîné.
Il passa les années suivantes à vivre tranquillement de boulots saisonniers, sans autre but que de réussir à subvenir à ses besoins, bien simples, et ceux de son frère. Il voyagea d'une ville à l'autre, se lia d'amitié avec les habitants dans chacune d'entre elle mais aucune compagnie ne le dissuada d'aller voir ailleurs.

Jusqu'à ce jour précis. Il était en train de profiter d'une fin de journée chaude dans un bar de Costa del Sol, sirotant un jus de fruits frais tout en écoutant le vieux poste de télévision d'une oreille distraite. Là, alors que sa vie suivait calmement son cours dans la station balnéaire, le présentateur avait annoncé, de façon alarmante, que le village Glaçon avait été rayé de la carte par une tornade. Éberlué, comme la totalité des personnes présentes dans la salle, il n'avait même pas eu le temps de faire entendre sa voix de stentor avant que le barman, de lui-même, monte le son du poste. Ils étaient une petite dizaine, habitués pour la plupart, à s'être approchés du petit écran. Ils étaient restés pendus aux lèvres du présentateur dans un silence quasi religieux pendant plusieurs minutes jusqu'à ce que Percival abatte son poing sur une table.
 
« Ca n'est pas... possible ! Ca n'est pas possible !! »
 
Avec un regard humide et affolé, il avait cherché chez ses compagnons de circonstances le début d’un écho à sa détresse, mais il n’y avait rien de plus à trouvera chez eux qu’un vague sentiment de malaise devant cet étranger extraverti manifestement touché de façon personnelle par cette nouvelle. Sans leur laisser le temps de digérer cet accès de colère, Perceval avait tourné les talons, après avoir laissé quelques gils sur la table.
 
Il s’était alors rué vers sa chambre, où il avait rapidement empaqueté le peu d’affaires qu’il possédait avant de se rendre au port pour prendre le premier bateau à destination du village. Un grand Gaillard comme lui serait certainement d’une aide non négligeable pour les secours. Peine perdue, aucun bateau ne partirait avant le surlendemain.
 
Contraint et forcé de patienter une nuit de plus, le rouquin avait donc fait machine arrière et s’était retrouvé seul face à cette décision impulsive, et face à tous ses autres choix de vie. Depuis la mort de sa grand-mère, il avait agi sans jamais poursuivre aucun but précis : il s’était clairement laissé porter.
Et aujourd’hui, cette situation le mettait mal à l’aise. Ce n’était pas la première fois qu’une telle catastrophe se produisait, mais il avait toujours préféré garder ses distances face à ces événements. Il savait pourtant ce que l’on disait sur leur origine, il répétait d’ailleurs lui–même que quelqu’un devrait s’occuper de régler son compte à celui ou ceux qui s'amusaient à tout détruire avec ces cristaux. Mais il n'avait jamais pensé à se mettre en travers de leur chemin.

A dire vrai, même la fusion des mondes n'avait eu aucun réel impact sur lui sinon de lui donner une bonne occasion de faire souvent retentir sa voix puissante lors de discussions animées autant qu'avinées. Pourtant, concrètement, il restait convaincu que cette fusion des mondes n'avait, pour les petites gens comme lui, que peu d'effet. Comme beaucoup, il n'arrivait pas à comprendre comment le phénomène était possible et il doutait, même en creusant le sujet à fond, de pouvoir y parvenir. Dès lors, à quoi bon ?

Bien sur, il avait réagi comme bon nombre de Gaïens lorsque le Météore avait menacé de les réduire à néant : il avait cherché par tous moyens à rejoindre son frère Léod au Gold Saucer pour avoir la chance de le serrer une dernière fois dans ses bras. Il avait été aussi soulagé que n'importe qui de voir que quelqu'un – ou quelque chose – s'était occupé d'arrêter ce Météore, même si, à bien y réfléchir, cette intervention avait sûrement occasionné la disparition de la Rivière de la Vie, ainsi que la perte de pouvoir de toutes les matérias. Mais, pour un citadin aguerri comme lui, qui n'avait jamais tenu que deux ou trois matérias dans sa main, pour à peu près autant de lames, quelle différence cela pouvait-il bien faire ?

Le monde était devenu plus grand. S'il n'avait pas eu son frère sur qui veiller, alors peut-être qu'il se serait risquer à franchir ces nouvelles frontières mais... Et puis, n'était-il pas déjà trop vieux pour ce genre d'aventures ? Pourtant, en entendant cette nouvelle sur le village Glaçon, ce village dans lequel il avait grandi, il n'avait pas hésité une seconde : il avait su qu'il était temps d'agir plutôt que de se laisser aller. Et s'il n'essayait pas d'arrêter les auteurs de cette catastrophe – au besoin avec l'aide de ces fameux cristaux dont certains parlaient – et qu'il arrivait la même chose au Gold Saucer, il s'en voudrait toute sa vie.

Aussi, lorsque le matin se leva, le lendemain, bien qu'il eut très peu dormi – ce qui était assez exceptionnel pour le noter – il se rendit directement dans un magasin pour acheter l'équipement nécessaire pour survivre hors des sentiers battus et fit route vers Corel sans même passer par le port : d'après les dernières informations qu'il avait glanées, les principaux secours pour le village Glaçon partiraient de là-bas. L'occasion aussi de faire un crochet par le Gold Saucer pour expliquer à son frère pourquoi il lui serait désormais plus difficile de le soutenir de façon systématique.


Et pour finir...

Quelques questions vous concernant:
• Votre vrai prénom dans la vraie vie? Matt
• Votre âge? 29
• Comment avez-vous connu FF Rebirth? Tour de Jeu
• Avez-vous lu toutes les règles? Y a t'il des choses que vous n'avez pas comprises? Nope, c'est tout bon pour moi ! C'est dense, mais clair !



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
 
Percival Strong
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Custom] Strongarm "MOTU".
» Dofus, plus fort que meetic (dixit Demos :p)
» [BSG] Extension
» Technique du "Quickshade" pour FoW
» Stronghold Kingdoms

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Pour commencer... :: Tout sur vos personnages :: Présentations Validées-