Forum rpg basé sur les univers des FF IV, VII, VIII, IX et X.

Partagez|

On ne fait que visiter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Crystal

Admin Gardienne
Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Mer 3 Oct - 8:52

Bilan

Quentin passe au niveau 11, Ringu au niveau 16

Gains: +100 gils [chacun]
Achats: ImmuEau pour Ringu > - 2000 gils.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Quentin et Ringu filent vers le site de fouilles


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Quentin Swordan

Héros virtuel
Héros virtuel

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Mer 3 Oct - 9:11

Quentin et Ringu reviennent du site de fouilles
===========================
La chaleur était insoutenable, impossible de rester plus longtemps... Quentin avait encore trouvé un objet qui lui paraissait être utilisable en combat, au moins on pouvait dire qu'il aurait toujours de quoi se défendre s'il venait à être à court d'énergie. Il avait aussi trouvé un squelette de dragon et quelques pièces électroniques anciennes, le drone les avait repérées, il espérait au moins avoir eu de quoi aider les al-bhed.

De retour au campement, ça faisait du bien d'être à l'ombre! Le jeune homme retira ses lunettes, il portait la marque avec la chaleur et la transpiration et ses cheveux étaient trempés. Ringu ne paraissait pas mieux le pauvre!

«C'est crevant comme truc. Je comprends qu'ils aient besoin de gens pour les aider n'empêche, faire ça toute la journée, c'est inhumain!» il alla faire un rapide bilan de ses recherches auprès d'un al-bhed en usant de son traducteur, il montra les photos prises et ils semblaient plutôt contents.

Après le petit check up, Ringu parla d'aller au port?

«Au port? Tu veux rejoindre Luca en bateau?»
«Nous avoir bateaux pour Luca...»
répondit un al-bhed à côté d'eux
«Oui mais ça doit être long non?»
«Vaisseaux plus rapides, mais plus chers aussi.»


Quentin soupira, honnêtement, il n'aimait pas trop les bateaux, il n'était pas très à l'aise sur l'eau
«On peut retourner au refuge d'abord? Je t'avoue que là, j'aimerais me prendre une bonne douche, et dormir un peu avant d'envisager un voyage en bateau...» les deux hommes montèrent dans le hover, et ils prirent donc la direction du refuge. Il alla donner l'écaille de serpent à un type qui semblait s'intéresser aux monstres, ça semblait surtout être un objet de collection ce truc, même pas dit qu'un forgeron pourrait vraiment en faire quelque chose. Le garçon avait dépensé quand même 250 gils dans cette aventure, mais il se retrouvait avec quelques objets qui lui auraient probablement coûté plus cher s'il les avait achetés. Donc bon, d'une certaine manière, il était encore gagnant.

Il alla ensuite à la salle d'eau commune, il eut un mal fou à retirer cette combinaison qui lui collait à la peau, et la douche, même trop chaude à son goût, lui fut salvateur! Il savait qu'il devait l'économiser, mais il aurait bien aimé y passer des heures pour le coup! Enfin, il sortit quand même rapidement, se sécha et enfila une tenue tout de même plus confortable.

Ils se retrouvèrent avec Ringu au réfectoire... toujours devant les mêmes plats sans trop de saveur, mais qui remplissaient bien l'estomac

«Bon, dans l'ensemble, on ne s'en est pas trop mal sortis, mais je crois que tu as gagné notre pari rien qu'avec ton red cross! Donc je paie le repos ce soir!» il prit une cuillerée de porridge avant de poursuivre «pour demain, tu veux pas plutôt qu'on tente un vaisseau? on serait plus vite à Luca... en bateau, ça risque de nous prendre au moins deux, voire trois jours non?»

Alors qu'en vaisseau, ils y seraient le jour même quoi? C'était mieux non?

==========================

Quentin paie la restauration pour Ringu et lui > 100 gils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ringu Ju-On

Démon Abyssal
Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Ven 12 Oct - 11:07

Quentin était crevé et, honnêtement, j’étais dans le même état. La chaleur étouffante qui régnait dans le désert avait eu raison de mes ultimes forces et me poussa à rester allongé durant la plus grande partie du voyage. Il faut dire que le hoover soulevait au moins un peu d’air ce qui, bien qu’il soit chaud, revigora un peu mon corps. Chose amusante, j’étais tout rouge ! Vous savez, comme ces animaux de mers que l’on fait roussir avant de s’en délecter ? Il faut dire que j’étais plus ou moins dans le même état : Je bouillais intérieurement ! Oh, et inutile de dire que cela finira en coup de soleil et non en bronzage, je suppose que vous l’aviez deviné tout seul ? Bah ! Cela m’apprendra !

 

En parlant de bouillir, je fus surpris que Quentin me parle de nous rendre a Luca autrement qu’en bateau. Oui, je n’avais pas pensé qu’il y avait des aéronefs sur cette ile qui nous déposeraient gentiment à notre destination, comme quoi ! Cependant, cela ne changeait que peu de choses. Après tout, ce n’est pas comme si j’étais un pilote, n’est-ce pas ? D’autant plus que ces appareils-là devaient avoir été construits ici, sur Spira. Les prendre en main serait donc d’autant plus complexe, non ? Hmmm… Je ne lui fis cependant pas part de cette inquiétude immédiatement, Quentin étant interrompu par un Al-Bhed qui lui fournit la différence principale entre ces moyens de locomotion : Le Prix.

 

Nous retournâmes donc au refuge, profitant de l’air de notre moyen de transport. Mon partenaire était fatigué et cela se sentait dans sa voix, aussi ne pris-je pas la peine de le déranger durant notre voyage. Une fois arrivés, je profitai d’une bonne douche une fois que Quentin eut prise la sienne. Changeant de vêtements, je mis un ensemble rouge, certes très voyant, mais très confortable du moment que j’évitais tout effort inutile. Je pus rejoindre le jeune homme au réfectoire, ayant un maigre sac en tissu comme seul bagage.

 

La bouillie n’avait que peu de saveur, avouons-le. Ou peut-être en avait-elle, mais mon esprit venait de se refermer lentement, me plongeant dans un état d’abattement soudain. Même si cette petite excursion m’avait fait du bien, mon moral restait encore bas et, si j’avais bien en tête de débarquer à la Shinra pour butter tous les enfoirés se mettant entre moi et ma précieuse enfant, je savais que cela serait en vain. En effet, je n’étais qu’un parfait impuissant face au scientifique et ses acolytes. Incapable de l’atteindre, il me semblait terrible. Plus terrible encore que le monstre que je suis.

 

En parlant de ça, j’aperçus mon reflet dans mon verre remplit d’eau. Ma bouche qui devrait être fendue après le tir que j’avais reçu était entièrement cicatrisée au point que l’on pourrait douter que je n’ai jamais subit pareil mésaventure. Le trou dans ma main aussi était comblé par une chair nouvelle et je me disais que cette faculté passive de régénération pourrait peut-être servir. Mais comment éviter les sujets de se changer en monstres ? Comment les guérir de la folie qui a chaque jour un peu plus raison de mon âme ?

 

Je souris tristement quand le jeune homme parla de ma trouvaille. Pourtant, mes yeux restaient rivés vers ce verre d’eau. L’envie de le consommer montait, devenant irrépressible. Heureusement, le mot « bateau » me sortit de ma rêverie.
 

« Oui, c’est sûr. J’admets que je m’inquiétais un peu pour le prix d’un tel voyage, mais si cela reste dans notre budget, alors pourquoi pas. Je ne connais pas Luca, mais je pense que cela sera toujours mieux que ce désert. Autant nous y rendre le plus vite possible...»
 

Sans offense pour les Al-Bhed, hein ?

J’attendis un peu, restant silencieux, avant de finalement poursuivre.
 
« Cependant, avant que nous partions, il y a certaines choses que tu dois savoir sur moi. Nous travaillons tous les deux pour la Neo-Shinra maintenant et il est nécessaire que nous nous connaissions l’un, l’autre pour nous faire confiance. »
 

Il pourrait bien sur me rétorquer qu’il n’a pas besoin de ça, mais je tenais à lui faire savoir dans quoi il s’embarquait et, surtout, avec qui.
 

« Je suppose que tu as plusieurs questions. Tu as eu la décence de les contenir, mais tu peux y aller maintenant. Je suis prêt. »
 

Evidemment, j’en avais également pour lui. Cependant, j’attendais qu’il commence. Je me sentais encore coupable. Par ma faute, il travaillait pour ce sinistre personnage.



___________________


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quentin Swordan

Héros virtuel
Héros virtuel

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Ven 12 Oct - 17:57

Cette journée avait été longue, très longue, et particulièrement éprouvante. La douche avait fait un bien fou. Si Ringu risquait des coups de soleil, la combinaison de Quentin était tellement intégrale qu'il avait davantage risqué la suffocation que la crémation.

Toujours est-il que là, il était lessivé. Marcher dans le sable, de base, c'est crevant. Alors marcher, creuser, monter, descendre des dunes, sous un soleil de plomb, ça tue carrément. Aussi, il avait hâte de retrouver une ville avec un climat plus clément. Et puis, pour un rat de laboratoire comme lui, le soleil et la mer, c'était pas son truc.

De retour au réfectoire, il n'avait pas très faim, mais l'avantage de la bouillasse à manger, c'est qu'elle était un peu liquide et donc, d'une certaine manière, c'était agréable quand même. Il ne se serait pas vu manger un truc trop lourd, il n'avait même pas très faim à vrai dire.
Installé à côté de Ringu, chacun se faisait un peu son idée de la journée, le détective était bien rouge, mais il semblait perdu dans ses pensées et le gamin préférait ne pas le déranger. Il finit cependant par prendre la parole concernant leur trajet, il trouvait quand même que l'idée de prendre un bateau n'était pas des plus pratiques, ça allait prendre des jours, et il aurait bien aimé pouvoir se poser quelques jours, surtout dans un endroit avec une bonne connexion internet, il avait quelques heures de jeu à rattraper faut dire, et préparer deux trois astuces pour mettre sa sœur à l'abri. Il comptait filer son avatar à une amie à lui pour faire illusion pendant qu'elle serait dans l'espace, et il fallait qu'il le fasse via des serveurs privés. Une ville comme Luca disposait de la technologie nécessaire pour qu'il ait une bonne connexion internet

Au final, Ringu semblait d'accord, le problème du prix se posait encore, mais le jeune homme avait bon espoir
«J'ai trouvé des pièces électroniques pendant ma fouille, et j'ai proposé aussi mes services pour améliorer leurs logiciels en leur filant quelques uns des miens! Ça devrait améliorer leurs tableaux de bord pour leurs vaisseaux, donc je pense pouvoir négocier un petit trajet gratuit vers Luca! D'autant qu'ils font le trajet régulièrement donc on ne devrait pas avoir trop de mal à s'y rendre rapidement.» et oui! C'était l'avantage d'être un petit prodige de l'informatique. Il y avait une connexion internet ici et le garçon avait pu récupérer de bons logiciels venant de Dol pour améliorer ceux d'ici! Et pour des férus de technologie comme les al-bhed, ça avait été plutôt bien vu!

Enfin, au moins, ils pourraient partir demain!

Mangeant un peu, il pensait que la discussion était close, mais en fait non. Ringu semblait avoir certaines choses sur le cœur, le garçon le regarda une seconde et sourit tristement

«On a tous nos secrets, tu sais? J'ai bien vu que tu n'étais pas très... commun on va dire. Et je sais que tu cherches un remède toi aussi.» il se souvenait de sa drôle de transformation quand il avait attaqué Veranissa, même si tout s'était passé trop vite pour qu'il suive tout «j'aime pas m'infiltrer dans la vie des gens. J'apprendrai ce que je dois savoir de toi au fur et à mesure, j'écoute ce que tu dis, je vois ce que tu fais. Et pour le moment, je vois juste que tu as bien assez souffert pour ne pas en plus subir un interrogatoire.»

Il sourit plus sincèrement, la douceur de la jeunesse surement «T'en fais pas... je te fais déjà confiance tu sais? J'ai vu que tu étais prêt à tout pour ta fille, et je sais que tant que je ne me mettrai pas entre toi et elle, y'a pas de raison que tu me fasses du mal.» de son point de vue, c'était surement la seule raison qui pourrait pousser Ringu à l'attaquer. Il avait bien vu tout ce qui s'était passé au manoir, les voyous ou autres, et seule la perspective que sa fille soit en danger l'avait poussé à bout.

Il n'irait pas dire que Ringu était quelqu'un de bien, même si Quentin avait un côté naïf, il n'était pas stupide. Surement avait-il fait de mauvaises choses dans la vie, mais le jeune homme savait que le monde n'était pas tout blanc ou tout noir. Il prit une légère inspiration avant de reprendre

«Mais toi, s'il y a des choses que tu veux savoir.. après, je te garantie pas que je pourrai répondre à toutes tes questions non plus. Moi aussi j'ai mes secrets.» si Ringu avait sa fille, lui avait sa sœur. Pour l'heure, la Néo ShinRa ne semblait pas connaître son nom, c'était sa chance, et il devait la conserver, ça ne durerait pas. Des Swordan, y'en avait à la pelle sur Dol, et Quentin aussi était un prénom courant. Il ne leur faudrait pas longtemps quand même pour tracer chaque famille, mais maintenant que sa sœur avait été transférée, il n'avait plus de temps à perdre pour mettre aussi sa vie virtuelle à l'abri.

Enfin bref, à voir ce que Ringu voulait savoir tout de même.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ringu Ju-On

Démon Abyssal
Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Lun 22 Oct - 22:17

Quentin faisait ce qu'il pouvait pour me rassurer sur le prix d'un trajet en aéronef. Bien... S'il est si sûr de lui, nul besoin d'insister outre mesure. Je me contenterai de le suivre.


Le souvenir de cette nuit m’assaille. Mes servantes, brûlées vives dans l’incendie, mon amie, disparue dans les méandres de sa folie, Intégra, qui avait disparue, et ma fille, détenue par le scientifique. Comment en étais-je arrivé là ? Je travaillais pour mes bourreaux, les mains liées. Je haïssais ça… Mais que faire ? Je me sentais si faible… Si vide.


Dans un élan de faiblesse, je voulus tout dévoiler à mon jeune acolyte. Je l’invitais à me poser des questions, ne trouvant pas les mots pour décrire de moi-même le mélange abject de sentiments me submergeant jusqu’à la suffocation. Malheureusement, il choisit de me laisser les clefs de mes cauchemars. J’allais donc tout garder pour moi, incapable de me livrer de part ma propre volonté. Je ne voulais pas paraître faible. Je ne voulais pas me plaindre. Je déteste cela. Au final, sa miséricorde me pèse plus qu’autre chose… Même si je ne suis pas assez idiot pour ne pas y déceler une certaine clémence naïve de jeune homme. Est-ce donc cela que de vivre dans la lumière ? Est-ce ainsi que l’on voit le monde lorsque l’horreur n’a pas déchiré notre âme ? Allez savoir. Je ne peux faire que des hypothèses au point où j’en suis. Je ne veux même pas réfléchir. Je veux juste… Ne rien faire. Laisser couler. Abandonner. Mais ce n’est pas ainsi que les choses s’arrangeront.


Il parla ensuite de livrer ses propres démons au détective que je suis. Hahaha… Ma main se plaque contre mon œil droit et je reste ainsi à rire doucement… Presque sinistrement.


« Je suis prêt à me livrer et tu me proposes d’inverser les rôles ? T’es vraiment spécial toi ! Est-ce que tout les Seeds sont ainsi ? »


Je me relevai, me retournai, puis basculai ma tête en arrière en conservant cette grimace amusée sur mon visage.


« Si nous nous sommes tout dis, alors allons-y. Plus vite nous en aurons fini avec ça... »


Je changeais d’orientation, lui tournant complètement le dos cette fois-ci. Mon regard était plus dur… Plus déterminé.


« Plus vite je récupérerai Anémie. »


J’attendis Quentin – quand même ! - puis sortit de cet endroit en prenant le peu d’affaires qu’il me restait. Je pris le temps de m’acheter une tenue d’Al-Bhed avant de rejoindre l’embarcadère. Cela me servirait de tenue de rechange. Je réussis à trouver des sous-vêtements aussi ! Non, parce que j’avais le même caleçon depuis Kalm… Donc, même si je manie l’eau à ma guise, il y a des limites à mes capacités. Je ne produis pas non plus de la lessive… Gaïa m’a en effet habitué à un certain luxe, même lorsque je me déplace et voyage plusieurs jours. Je n’ai à présent plus de domicile à présent. Je dois tout reconstruire petit à petit.


« Je te laisse demander aux Al-Bheds comment piloter ses engins. Je suis… Trop confus pour piloter. Après, nous pouvons toujours engager un pilote si tu ne te sens pas de conduire. »


Je levais mes yeux sur les différents vaisseaux présents dans le hangar. Ils étaient de toutes les tailles. Le portable a la main, j’allumais mon application de traduction. Il n’y avait plus qu’à nous envoler pour Luca. Nous envoler loin d’ici, puis faire les taches ingrates de ce scientifique malade. Puis un jour… Un jour… Je lui reprendrai ma fille. D’une manière, ou d’une autre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quentin Swordan

Héros virtuel
Héros virtuel

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Mar 23 Oct - 8:45

Il est vrai que le jeune âge de Quentin ne lui permettait pas toujours de comprendre les autres. D'autant que même en étant relativement sociable et ouvert, il avait passé tout de même une grande majorité de sa vie dans un jeu vidéo et les contacts n'étaient pas les mêmes dans le monde virtuel que dans le monde réel. Il avait été apparemment maladroit envers Ringu qui paraissait déçu de ne pas avoir pu se livrer totalement. Le garçon gardait cela dans un coin de sa tête, peut-être quand ils seraient vraiment seuls en fait.

«Non, au contraire... j'ai été formé à la BGU où ils entraînent des mercenaires, il y a bien un programme d'interrogatoire de témoins, la manière de les faire parler ou autre, mais tu n'es pas une mission, donc je n'ai pas à appliquer ces trucs sur toi?» il aurait pu, peut-être, mais non. Il n'en avait pas envie. Enfin si un peu, il devait reconnaître que les particularités physiques de Ringu l'intriguaient, mais il n'osait pas. Son jeune âge surement.

Et maintenant, il connaissait le prénom de sa fille. Ringu ne connaîtrait jamais le vrai nom de sa sœur, comme pour la Néo ShinRa, elle resterait Yuuki. C'était mieux comme ça.

Le programme établi, le jeune homme retourna voir l'al-bhed avec qui il avait bricolé pour améliorer les logiciels de pilotage et de coordination de certains appareils, et au final, il accepta de le laisser piloter un petit engin qu'il fallait justement emmener à Luca. Pour l'al-bhed, ça lui évitait de devoir faire l'aller retour. Mais il paraissait méfiant à l'idée de laisser son vaisseau à un quasi-inconnu. Quentin du lui programmer un logiciel GPS pour que l'al-bhed puisse suivre son vaisseau tout le long et ainsi s'assurer qu'il arrive à bon port - bien que le jeune homme aurait facilement pu le désactiver s'il avait voulu - pour assurer sa bonne foi, et ainsi, ils purent partir rien que tous les deux.

Il fallut quelques minutes au jeune homme pour vérifier toutes les commandes, il avait besoin de son traducteur car les commandes étaient en al-bhed, il sortit son ordinateur et installa rapidement un petit logiciel à commande vocale pour faciliter le pilotage - ça servirait aussi au futur al-bhed de toute manière


«Voilà, alors... je rentre le mode de pilotage automatique pour Luca déjà... ça évitera qu'on se perde.» il se tourna vers Ringu qui était derrière lui, pour s'assurer qu'il était bien attaché, puis il rangea son ordinateur et se prépara à décoller. Ils firent un dernier signe aux al-bhed pour les remercier pour tout, puis il s'envola dans les airs, d'abord de façon un peu bancale, le petit aéronef tanguait, mais le jeune homme le stabilisa ensuite pour partir dans les airs, pour que le pilotage automatique fasse tout, tout seul. Il gardait quand même les mains sur les commandes, au cas où

«Bon, j'ai vérifié, pas de micro espion dans l'appareil, le GPS n'est pas connecté au mode vocal, donc on est vraiment seuls maintenant...» peut-être que la proposition de Ringu ne tenait plus, mais il préféra tenter le coup quand même «on en a pour environs 2 heures» il prit une légère inspiration, puis il fixa un point devant lui, ne sachant pas trop comment aborder le sujet «désolé, je t'avoue que je n'osais pas vraiment te poser de questions là où on pouvait nous entendre... ce n'était pas très délicat. Mais maintenant, si tu veux bien, j'aimerais bien en apprendre plus sur toi.»

Il tourna juste la tête pour apercevoir le détective du coin de l'œil derrière lui
«Tu as subit des expériences, n'est-ce pas? Est-ce que... tu en souffres beaucoup? À part que tu sembles avoir tout le temps soif?» d'ailleurs, il sortit une bouteille d'eau de son boîtier pour la lui tendre, histoire de l'aider à parler peut-être...
===========================

Je te laisse choisir si la conversation va durer et s'il vaut mieux poster dans le ciel, ou si tu ouvres directement à Luca Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crystal

Admin Gardienne
Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Dim 28 Oct - 0:27

Bilan

Gains: +150 gils [Quentin], +100 gils [Ringu]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Suite au reboot, les personnages reprendront dans un nouveau sujet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Gippel

Gentleman Al-bhed
Gentleman Al-bhed

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Dim 11 Nov - 13:01

Depuis la fin du tournoi, l'Al Bhed n'avait de cesse de veiller sur Tomoyo, de par, car c'était son rôle en tant qu'homme dans ce groupe, mais aussi, car c'était sa nature. C'est sûr que si Tomoyo aurait été un homme comme ce fut le cas peu de temps après leur rencontre, il serait moins protecteur, mais il veillerait quand même sur lui. Sauf si Tomoyo homme aurait été un ars aussi large et grande qu'une armoire à glace, alors là, le fait que Gippel le surveille, ça aurait été bête. Bref, après un rapide passage vers Deling City où il lui avait montré ce qu'il connaissait de cette grande ville – peu de chose, mais il connaissait tout de même deux ou trois petites anecdotes ici et là sur les lieux. Mais passons. Après avoir comblé la curiosité de la demoiselle avec le peu de savoir qu'il avait en poche, il décida donc avec son accord de retourner au Refuge afin de voir comment tout se passait avec son groupe ? Il pouvait prendre des nouvelles par radio, mais autant voir de son propre œil comment tout cela se passe, non ?

Le voyage fut gratuit et pas trop long, ce fut une occasion en plus pour lui d'en apprendre un peu plus sur elle durant le voyage et évidemment, ce fut réciproque. Il put lui parler de son projet à travers Héméra qui était d'échanger des technologies qu'eux, les Al Bheds, ne connaissaient pas ou ne maîtrisaient pas en échange de divers services, pouvant aller du simple échange de technologie en passant par diverses aides. Généralement, les grandes villes n'avaient pas spécialement besoin de technologie, il était rare que la leur les intéressent, mais les Pro Makinas faisaient ça pour que les petites villes et villages puissent se protéger automatiquement aussi, des monstres principalement comme des autres menaces. On ne sait jamais qu'un fou furieux déclare la guerre au monde entier et décide avec dieu sait quel moyen, de détruire tout sur son passage ? Si les petites villes ont de quoi le ralentir ou le repousser, ce ne serait pas plus mal. De retour au bercail, la chaleur étouffante du désert était là, comme toujours. Si le Refuge avait changé depuis l'attaque des sbires de Seymour en son absence, mais depuis, ça allait. De retour, il voyait quelques visages familier, d'autres non, mais tous n'hésitaient pas à le saluer. C’était un peu une grande famille ici.

« Ne t'inquiète pas, si certains ne savent pas parler la même langue que toi, je pourrais traduire. »

Cela pouvait être bizarre, mais il n'y a pas de quoi s’affoler. Avançant à son rythme dans les couloirs, il ne voulait pas aller trop vite au cas où Tomoyo ait des questions ou des envies avant de rejoindre son groupe. On ne sait jamais, elle avait peut-être envie de visiter, se dégourdir les jambes ou encore manger ? Hommes, femmes et enfants marchaient dans les couloirs, parlant parfois la langue commune ou parfois leur langue maternelle.

« Ici c'est un peu ma maison. Pas un truc petit avec une ou deux chambres, disons pour faire simple qu'on agit comme une grande famille. On s'entraide comme on peut et tout se passe bien en général. »

Tous les Al Bheds faisaient un peu leur vie dans divers groupes plus ou moins grands, la seule personne à être au-dessus des autres, c'était Cid, le père de Rikku et encore, ce n'est pas comme si ce dernier en profitait, il gérait l'endroit comme il se doit. Il ne profitait pas de son rôle de chef pour agir comme un égoïste, il mettait la main à la pâte si besoin après tout.

« Certains bossent pour améliorer cet endroit, d'autres fouillent dans le désert en espérant trouver divers makinas inconnus ou non, d'autres voyagent à travers Héméra, bref, on n'est pas du genre à se tourner les pouces ici ! »

Il n'avait pas à en rougir, tout les Al Bheds étaient du genre à tendre la main et à aider les autres. Le plus connu restait quand même Rin et ses comptoirs, il dépannait bien des gens qui voyageaient, un des rares Al Bheds que l'église n'avait pas enquiquiner ses dernières années. Ils devaient l'avoir à l'œil cependant ? Quoi qu'il en soit, en chemin, Tomoyo pouvait voir parfois de grandes salles, parfois des portes bien close qui devaient abriter sûrement des chambres ou des salles de réunion pour divers groupes. Même si le Refuge tentait de séparer le travail et lieu de vie, parfois certaines personnes étaient si impliqué dans leur travail que la petite pièce inutile qui sert à stocker divers objets devenaient leur nouvelle chambre. Cela ne voulait pas dire qu'il dormait entre les caisses à outils et les balais, mais on leur trouvait une nouvelle place du coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomoyo Tsukuyomi

Sagesse Mondaine
Sagesse Mondaine

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 650/800
MP : 15/20
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Sam 17 Nov - 22:12

Tomoyo n’eut ni peur du train ni du vaisseau. Après tout sur Cocon la technologie était assez développée même si elle avait vécu un siècle avant l’ère des héros connus des deux mondes.

Durant le voyage, Gippel lui confia alors son projet. Enfin, le sien et celui des siens. Ils voulaient donc échanger à travers Héméra leurs services contre des technologies qui les intéressaient. Il était vrai que la jeune femme avait entendu parler du peuple de Gippel durant son travail à Luca. Dame Yuna avait même des origines Al Bhed si elle s’en souvenait bien. Et s’ils apprenaient des grandes villes, les Pro Makinas aidaient les petites villes en leur obtenant des machines. La jeune femme avait donc écouté son coéquipier en parler et acquiesça.

« Venant d’un monde où la technologie est d’usage fréquent, cela me parait très bien. Dommage que les religieux y soient si réticents »

Tomoyo n’était pas du genre à s’impliquer dans la politique d’un autre pays mais en ayant entendu l’histoire de Spira de long et en large, elle trouvait cela ridicule que la religion de ce monde soit contre les machines. Sin était-il vraiment apparu à cause de la prolifération des machines comme par magie ? Cela semblait bien louche pour la jeune femme... elle y voyait plutôt un genre de d’arme du chaos capable de contrôler le peuple par la peur. Ainsi, Spira était contrôlée par cette religion et pouvait asservir les esprits de leurs croyances.

Les deux jeunes gens purent sortir du vaisseau et se retrouvèrent dans un désert. Tomoyo aperçut alors l’entrée du refuge des Al Bhed. Il était très peuplé, pareil à une fourmilière car beaucoup de personnes marchaient et travaillaient. Ils avaient tous le même genre d’habits. La jeune femme constata qu’il était plus pratique qu’esthétique et réfléchissait déjà à un modéliser un. Elle chassa cependant vite cette pensée et se concentra sur le moment présent. Elle devait sans doute ressembler à un extra-terrestre avec son kimono parmi les autres. Gippel l’informa alors qu’elle ne devait pas prendre peur si l’on s’adressait à eux dans une autre langue.

La noiraude acquiesça en souriant. Gippel lui expliqua ensuite que c’était sa maison en quelque sorte. Une grande famille réunie. Un peuple en entier vivant ici. Tomoyo trouvait cela intéressant et pensa à quelque chose qui lui fit sourire.

« Vous avez une grande cuisine où vous réunir tous ou vous en avez une pour chaque parents et enfants ? Tous ensembles, j’imagine que cela doit être très animé ! »

Alors que Tomoyo zigzaguait entre les Al Bhed et qu’elle voguait là où Gippel l’emmenait, elle se rendait compte que la grosse majorité du refuge était constitué de métal. C’était assez rudimentaire. Cela changeait à la jeune femme qui avait toujours vécu dans le luxe même si elle aimait aussi la simplicité. Le blondinet lui confia ensuite que beaucoup travaillaient pour améliorer l’endroit. Il y avait notamment les fouilles dans le désert qui permettait de récupérer des pièces pour les machines. Tandis que d’autres, l’âme voyageuse traversait Héméra.

« Hmm... ça me change de mon monde ! Je travaillais aussi mais pas autant. Vous avez bien du courage ! »

La jeune femme s’arrête un instant et se pencha vers le sol. Elle y avait aperçu une peluche qui semblait avoir perdu son propriétaire. Au fur et à mesure qu’ils avançaient, elle entendit des pleurs d’un jeune garçon auprès de son père qui tentait de lui remonter le moral. Tomoyo sortit alors la peluche de sa manche et la tendit au garçonnet.

« As-tu perdu ce pampa ? »

Les larmes du petit garçon cessèrent de suite à la vue de son nounours préféré et remercia Tomoyo en Al Bhed. Maintenant, la jeune femme savait dire merci à son tour, ayant retenu le mot. Après tout, connaître les mots rudimentaires d’un autre langage faisait en général plaisir aux habitants. La jeune femme continua donc de suivre Gippel.

« Comptes-tu travailler ? Ou bien fais-tu une visite rapide ? Enfin, si je peux aider pour quoique ce soit, je suis là »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gippel

Gentleman Al-bhed
Gentleman Al-bhed

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Mar 27 Nov - 20:43


Gippel avait donc amener Tomoyo chez lui, même si cela n'était pas aussi intime que pour bien des gens, cet endroit était sa maison, à lui et à son peuple. Rare sont les Al Bheds à vivre en solitaire ou en petit groupe. Au mieux, ils voyageaient ensemble à bord d'un bateau ou sur la route, à l'abri des regards des fidèles Yévonistes. Dire qu'il y a quelques années, leur situation s'améliorait un peu, entre la chute de Sin, le métissage de Yuna qu'il s'avait via la fille de Cid qui était la cousine de l'invokeur, les Al Bheds commençaient à vivre normalement comme n'importe qui sur ce monde, mais avec la fusion des mondes et un nouveau dirigeant pour l'église, il a de nouveau remuer le couteau dans la plaie et la peur des machines est revenue à son statut de base, cette peur et ce rejet si habituel sur Spira. Heureusement, quelques personnes – de plus en plus – arrivent à raisonner par eux-mêmes et leur font confiance.

Parlant de cette grande maison, Tomoyo s'enthousiasmait en posant certaines questions sur les repas, ce genre de situation. Lui, il souriait sans s'attendre à ce que ce sujet lui donne autant de joie dans la voix. Pourquoi elle trouvait ça si intéressant ? Elle a vécu dans ce genre d'endroit ? Ou au contraire, quand elle mangeait avant c'était seule, loin des autres ? À voir, pour le moment, il devait satisfaire la curiosité de cette demoiselle.

« En général, c'est tous ensemble, il y a plusieurs grandes tables et chacun y trouvent sa place. »

Cela ressemblait presque à une grande cantine. Pour ce qui est des cuisines, il n'y a mis les pieds que rarement donc il ne pouvait pas trop lui répondre, mais vu le nombre de bouches à nourrir, pour sûr que les cuisines sont loin d'être petite. On pouvait saluer le talent des cuistots du coin pour avoir le courage de préparer autant de repas par jour !

« Après, c'est sûr que parfois, c'est très animé, mais pas qu'à cause des enfants. Il suffit que quelqu'un ait fait une sacrée trouvaille pour qu'il s'amuse à raconter son histoire de vive voix à qui veut l'entendre. »

Certaines chambres au Refuge étaient un peu plus personnelles, pour ceux et celles voulant un peu plus d'intimités. De petites makinas servant à faire chauffer leur nourriture, loin du brouhaha.Certaines chambres au Refuge étaient un peu plus personnelles, pour ceux et celles voulant un peu plus d'intimités. Partant sur un sujet moins centré sur la nourriture, Gippel lui racontait comment chacun occupait son temps ici, ce qui semblait étonné un peu Tomoyo qui leur trouvait bien du courage.

« Oh tu sais, on a toujours vécu comme ça, ce n'est pas nouveau. Puis ça ne nous dérange pas, on fait avec et parfois on découvre de ces choses qui en valent la peine ! »

Là où les fidèles de Yévon y voyaient des atrocités dans les makinas, eux, il y trouvaient leur bonheur quand ils arrivaient à faire fonctionner tout cela. Puis bon, l'église râle, mais Rikku lui avait raconté qu'à Bevelle, ils avaient bien des technologie sous la main et que là, ils n'étaient pas si hérétiques. Les makinas sont prohibé que quand ça les arrange en réalité. Mais bon, ça c'est un autre débat.

« Il y a quelques années, un groupe à trouvé un immense vaisseau en mer, une fois remis en marche et remis à neuf, ce même vaisseau à permis de sauver la vie de bien des Al Bheds. L'église à beau dire que nous vivons dans le péché, nous, on sauve des vies, chacun voit ce qu'il souhaite y voir. »

Les Al Bheds n'ont jamais vraiment semé la mort et fait la guerre à quiconque, toujours à vivre entre eux et à tenter de vaincre Sin pendant bien des années, sans réel succès hélas. En chemin, Tomoyo trouva une peluche en décidant de le rendre à l'enfant qui devaient sûrement le chercher partout. Heureusement pour lui, Tomoyo l'avait retrouvé et l'amena rapidement à son propriétaire qui la remerciaient avec un grand sourire.

« Eh bien je compte voir comment s'en sort mon équipe, donner un coup de main si besoin et ensuite, on partira là où nous mènera l'aventure ! Mais pour ce qui est de l'aide que tu peux apporter... »

Il observa un peu les alentours, cherchant la tâche qui conviendrait le mieux à Tomoyo mais sur le coup, il ne savait pas trop ? Les cuisines ? Le ménage ? Aider les enfants ? Aider son équipe ? Moui, sûrement, au moins il sera dans le coin si elle aurait besoin d'une aide.

« Pour le moment, reste avec moi, on verra bien ensuite ce qui peux apporter. »

Continuant son avancée à travers les couloirs du Refuge qui, faut bien l'avouer, se ressemblaient un peu tous mis à part quelques indications bien précise ici et là, Gippel arriva dans l'un des étages supérieurs, généralement réserver justement aux différentes factions Al Bheds. Les salles y étaient plus grandes, parfois mieux équipé, c'est là que travaillaient bien des personnes. Passant une porte où était écrit justement « Pro-Makina » sur une pancarte à côté, il y trouvait son équipe, pour la plupart ravie de le revoir vu leur sourire. Quelques poignées de mains, de tape amicale dans le dos, le chef était de retour. Il n'oublia pas bien entendu de présenter Tomoyo, tout simplement. Mais si tout cela semblait être une partie de plaisir, il y a une personne qui ne le sera pas autant... Pas besoin d'aller la chercher, elle quitta la pièce du fond en croisant les bras, son visage n'avait apparemment rien d'amicale. Une blonde qui avait tout de même son charme, mais qui ne succombait pas aux belles paroles de Gippel.

« Te revoilà enfin. Tu es décidé à prendre ton rôle au sérieux ? »
« Moi aussi, je suis ravie de te revoir, Nadhala. »
« Tu es bien gentil de te dire chef, tu te balades ici et là, tu nous couvres de boulot et toi alors, tu as fait quoi pendant ce temps-là ? »
« Tu l'as dit toi-même, je cherche des gens avec qui faire affaire. Esthar par exemple, rien qu'eux, ils ont bien des choses à échanger avec nous ! Comment ça se passe d'ailleurs ? »
« Plusieurs équipes sont allées aux endroits indiqués, pour certains, ils sont déjà de retour, d'autres sont en chemin ou on y travaille toujours, comme Esthar justement. Cela dit, on a intercepté plusieurs communications étrange... »
« Encore Bevelle qui prévoient de nous rouler dans la boue ? »
« Non, ça semble te concerner cette fois. »
« Moi ? En quel honneur ? »


Elle observa un instant Tomoyo avant de regarder à nouveau Gippel, venait-elle de taire une remarque la concernant, le concernant ou bien cherchait-elle ses mots ? Allez savoir. Après quelques secondes de silences, elle reprenait.

« Il n'est pas clairement indiqué Gippel mais on y mentionne un Al Bhed borgne avec des cheveux en pic... »
« Ok, ça pourrait être moi. »
« … qui attaquent des voyageurs, il volerait leur biens, argent comme objet de valeur. »
« C'est clairement pas moi. »
« Parfois, il se contente de ça, parfois les individus sont dans un sale état, il n'a pas vraiment de façon de faire. Tu devrais faire attention, car cette description ressort de plus en plus. Et je ne connais pas beaucoup d'Al Bhed qui te ressemble. »
« Ou ça c'est produit ? Le plus récent ! »
« On a capté ça, ça venait de Gaïa, non loin de Kalm. Mais il ne reste jamais longtemps dans le même coin. On a capté cela venant de Kalm, Canyon Cosmo, Timber et Luca. On suppose aussi vers Héra mais les communications radios sont rares là-bas. »
« C'est arrivée beaucoup de fois, depuis longtemps ? »
« La première fois ça datait de deux semaines environs, généralement, on entend parler de lui tous les deux ou trois jours. »
« Tu peux me faire un rapport complet sur tout ce que vous avez entendu sur lui ? Il faut que je le choppe avant que ça n'aille plus loin. »
« D'accord, mais pense à te reposer aussi... »


Prenant place sur un siège libre, les autres semblaient reprendre leur boulot pour le moment, il levait la tête vers Tomoyo, nettement moins joyeux que d'habitude.

« Tu étais au courant de ces rumeurs ? »

Peu de chance, mais ne sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomoyo Tsukuyomi

Sagesse Mondaine
Sagesse Mondaine

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 650/800
MP : 15/20
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter Mar 11 Déc - 21:34

Tomoyo n’avait pas vécu de relations amoureuses si bien que découvrir la maison d’un garçon ne lui avait jamais été donné d’essayer. Mais ici, c’était bien différent. Le refuge des Al Bheds n’étaient point une maison ordinaire. C’était d’ailleurs pour cela qu’il portait le nom de refuge.

La jeune femme avait été élevée dans la tolérance et l’acceptation de la différence. Elle avait toujours apprécié les différentes cultures si bien qu’elle avait eu un projet lorsqu’elle vivait sur Cocoon. Tomoyo avait prévu un jour de partir sur Gran Pulse. Elle aurait su y aller avec ses gardes du corps. La jeune femme savait toujours se donner les moyens de réussir. Malheureusement, son projet fut interrompu si pas, carrément annulé lorsqu’elle fut changée en L’Cie.

Elle avait été filmé près d’une divinité une potentielle apparition fantôme mais malheureusement, elle s’était trouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Et c’est cette curiosité qui la poussait aujourd’hui à visiter le refuge des Al Bheds. Gippel lui répondait bien volontiers. Ils mangeaient donc tous ensembles, comme un peu une grande cantine. La noiraude acquiesça. Le blondinet enchaîna sur le fait que c’était très animé avec les enfants.

La jeune femme rigola légèrement et avoua qu’ils étaient bien courageux de travailler autant. Gippel resta humble en invoquant le fait qu’ils avaient toujours fait comme cela. Tomoyo sourit. Qu’importe l’endroit où l’on vivait, il y avait toujours les mêmes classements. Hommes, femmes. Religion, technologie et laïcité. Riches, pauvres. Qu’importe le siècle, ce gouffre entre ces différences ne semblait pourtant pas diminuer. Si quelque chose tendait à briser cette distance en voulant faire pourvoir ses droits, cette distance était à nouveau maintenue par une nouvelle loi, par un nouveau droit... etc.

Pourtant, comme l’expliquait Gippel, sauver des vies même dans le pêché, cela restait le même acte héroïque. Amoindri par une vision voulue commune à toute, cela restait tout de même le même. Tomoyo hocha la tête.

« Il est plus facile de contrôler un peuple entré dans une case... formaté... l’inculcation des normes sociales depuis le plus jeune âge... c’est une arme massive dont se servent les politiciens pour maintenir le pouvoir, le gouffre entre les habitants et gagner de la puissance ainsi que de l’argent »

Après cette discussion, Tomoyo rendit la peluche qu’elle avait trouvée à son propriétaire. Elle en profita par la suite de demander à Gippel s’il avait la suite du programme. Il comptait donc aller voir son équipe si elle avait besoin une quelconque aide. Le jeune homme avoua donc à la noiraude qu’elle pouvait rester avec lui le temps de voir par la suite. Gippel arriva donc dans une salle spéciale où son équipe se trouvait, il fut accueilli par sa famille. Il présentait Tomoyo qui s’inclina légèrement. Cependant, si tous ces gens semblaient heureux de retrouver leur coéquipier, une femme blonde arriva, la mine maussade. Elle s’appelait Nadhala.

Visiblement il  y avait un problème. Et un sérieux au vu de la tête sombre de cette jeune femme. Elle regarda même un instant Tomoyo. La noiraude acquiesça en souriant légèrement. Elle ne dirait rien de ce qu’elle entendrait et même, si elle le pouvait, proposerait son aide. Parce qu’apparemment un certain imposteur attaquait des voyageurs en se faisant passer pour Gippel. Le blondinet demanda un rapport auprès de sa coéquipière. Il s’assit, la mine triste et demanda à Tomoyo si elle avait entendu ces rumeurs. La jeune femme répondit sincèrement.

« Non... dit-elle en secouant légèrement la tête de gauche à droite. A la réception du rapport, on cherchera les points communs entre les différentes agressions et l’on tentera de deviner où et comment cela se passe pour tenter de se faire agresser à notre tour pour se défaire de cet imposteur »

Tomoyo suggéra ce plan à son coéquipier, à lui de voir si cela lui plaisait. Après tout la jeune femme n’aimait point voir les autres dans l’embarras et voulait sincèrement l’aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: On ne fait que visiter

Revenir en haut Aller en bas
On ne fait que visiter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» Il fait du brouillard...» QUI FAIT LA 4L TROPHY ?» Fait diver balo mais telment drole» Livres RFID fait maison» Walibi quand il fait beau (4/5 personnes ! )
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Spira :: Spira Sud :: Refuge des Al-Bhed-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives