Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Life versus Death

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Life versus Death   Jeu 20 Aoû - 16:25

Zébal m'avait demandé de la faire venir. J'avais gardé un œil sur elle comme il me l'avait demandé et sur l'autre homme à cape mais je ne comprenais pas pourquoi. Quel intérêt pouvait-elle vraiment avoir. A la rigueur, l'autre semblait avoir beaucoup plus de prestance et de choses à cacher, non ? 

A l'instar de Ruka et de Lyte, je mis donc mes talents à profit. Je crois que je suis le Mog le plus puissant pour ça. J'ai quand même poussé mes partenaires en demi finale et en finale au tournoi, rien que ça ! 

Bref, je ne savais pas si c'était la première fois que Winry accéderait consciemment au Paradis des Chocobos mais je la guiderai à travers le portail pour la mener à Zébal. 

Une fois que je l'aurai emmené à Zébal je pourrais disparaître et vaquer à mes occupations, enfin, je l'espère... EN plus, il paraît que cette Winry a eu des soucis avec un Mog, plus l'incendie, je ne sais pas si elle va nous voir comme sa bête noire... Et je ne sais pas ce qu'a prévu le roi, mais si ça se trouve, ce n'est pas une bonne nouvelle, non plus ...

Zébal l'accueillerait comme il le fait dans ses moments là, sur son trône de pierre noire, accompagné d'une musique grégorienne dans une salle géante tout en pierre noire et blanche. Bref, le genre de trucs qui en jette, quoi. La pauvre Winry, je ne sais pas comment elle réagira. A défaut d'être encore un vrai monarque sur Dol, il tient à le rester dans ce royaume des songes. 

Il l'accueillera d'un simple. 

"Mademoiselle Oswell, ravie de vous voir !

Avant de se lever, et de s'approcher d'elle... Il a dit qu'il l'emmènerait faire un tour. J'ai bien essayé de lui faire comprendre que des centaines de questions lui serait peut être posé mais il a dit qu'il verrait en temps voulu... Arf, il est si prévisible... 

Mais Winry l'était moins alors est-ce que tout se passerait ainsi ? 

HRP : :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Sam 5 Sep - 15:46

Mon corps était lourd et s'était refroidis. Un calme plat régnait autour de moi et je baignais dans une inconscience parfaite. J'avais dû m'endormir lors de la traversée sur la Gorgone aux côtés de Vincent. Cela ne me ressemblait pas de baisser autant ma garde avec quelqu'un que je connaissais à peine et dans un endroit qui m'était complètement inconnu. Pourtant, quand il était là, j'avais du mal à me sentir en grand danger.

Néanmoins, quelque chose était perturbant et je venais de m'en rendre compte. J'avais conscience que j'étais en train de dormir. Mais pas la conscience d'être dans un rêve... car je n'étais pas en train de rêver. Mais je savais que j'étais dans le royaume des songes. Il ne m'était jamais arrivé une seule fois dans ma vie, de parvenir à réfléchir de la sorte pendant mon sommeil.

J'ouvrais alors un œil, m'attendant à me retrouver auprès de Vincent dans la nacelle. Toutefois, bien qu'assise contre quelque chose, je me trouvais dans un environnement qui m'était complètement inconnu. Je me relevais avec précipitation pour observer tout autour de moi, cherchant un indice, qui pourrait m'éclairer sur ma situation.
Il faisait vraiment sombre. Je ne voyais pas plus loin qu'à quelques mètres devant moi. Je semblais être dans une pièce entièrement vide, dépourvue de la moindre issue.

- Hé ho ! Y'a quelqu'un ?

Aucun bruit. Le silence total régnait en maître sur ces lieux. Étais-je en train de faire au cauchemar ? Je continuais d'observer partout en faisant quelques pas. Malheureusement, je faisais face à un immense dilemme. Si je continuais, j'avançais vers l'inconnu, sans le moindre moyen de pouvoir revenir sur mes pas et retourner à la case départ. Mais si je restais ici sans bouger, je sentais que j'allais devenir folle.

D'un coup, une petite tache blanche flottante se détacha de l'obscurité. Je me mettais sur mes gardes en portant automatiquement mes mains vers ma ceinture où se trouvaient habituellement mes armes. Or, elles semblaient être actuellement absentes. Au fur et à mesure, la petite boule blanche se rapprochait et je finis par distinguer des formes familières.

- Pili ? C'est toi ?

Un petit mog volait dans ma direction. Toutefois, je remarquais bien rapidement qu'il ne s'agissait pas du mog que j'avais rencontré plus tôt dans la journée. Je m'inquiétais d'ailleurs pour lui. Il s'était fait enlever par l'homme qui nous avait attaqué à la mog post et je n'avais aucun moyen de savoir comment il allait.
Bien que Pili avait fait preuve de complaisance, je me souvenais encore trop bien de ma mésaventure avec le précédent mog que j'avais rencontré pour ne pas rester sur mes gardes. Pourtant, celui qui avançait dans ma direction paraissait plutôt calme et j'avais étrangement envie de le suivre.

- Qui es-tu ?

Aucune réponse de sa part, mais sans réfléchir plus longtemps, je marchais dans sa direction pour m'approcher. Ce dernier ne semblait pas de cet avis et s'échappait dès que je me retrouvais trop proche. Pourtant, j'avais plus l'impression qu'il me guidait vers quelque chose plutôt que fuir. Je le voyais se retourner pour vérifier que j'étais toujours derrière à sa recherche et attendre quand je prenais trop de distance.

Soudain, le Mog cessa de bouger et je me retrouvais devant une immense porte. Je le regardais en le questionnant du regard et la petite boule de poils m'incita à entrer d'un signe de tête. Bien que colossales, les portes étaient faciles à pousser et je n'eus aucun mal à pénétrer dans la nouvelle pièce. Une étrange musique rendait l'atmosphère lourde et particulière. Encore une fois, je n'arrivais pas à distinguer les murs de la salle tant elle était grande. Pourtant, un trône se trouvait devant moi. Une silhouette inconnue se trouvait assise dessus.

Méfiante, j'avançais d'un pas lent pour me retrouver face à un visage que je connaissais. Zébal était installé confortablement sur son siège de pierres noires. Il me regardait avec ses petits yeux noirs qui brillaient de malices.

- Mademoiselle Oswell, je suis ravie de vous voir !

Je restais sans voix. Qu'est-ce qu'il faisait ici ? Pourquoi se trouvait-il dans mon rêve ? Ce dernier se leva finalement pour s'approcher de moi. Techniquement, il m'avait sauvé la vie un peu plus tôt dans la journée, il n'y avait donc aucune raison de se méfier de lui... non ?  
Pourtant, quelque chose semblait différent. Il était plus imposant et je me sentais plus faible. Il m'invitait à le suivre et je m’exécutais sans un mot.

Ma voix semblait être restée bloquée dans ma gorge et je sentais mes mains trembler légèrement. Je n'étais vraiment pas rassurée d'être ici. Instinctivement, je portais de nouveau mes doigts vers ma ceinture, mais mes dagues étaient toujours absentes. Alors je m'arrêtais.

- Zébal... Où sommes-nous ? J'ai du mal à comprendre pourquoi je rêve de toi. C'est tellement différent que d'habitude.

Il ne disait rien et se contentait d'avancer. Il ne prenait même pas la peine de vérifier que je lui emboîtais le pas. Cet homme était vraiment étrange. Au bout d'un certain temps, je m'arrêtais. J'en avais marre d'avancer sans comprendre. Je ne connaissais pas la tournure que pouvait prendre cette petite balade et je trouvais ça angoissant.

- Je m'arrête ici ! J'ai des questions et j'aimerais qu'on y réponde avant de continuer. Je ne sais pas où on est mais tu as l'air d'être parfaitement à ton aise ici ! Pourquoi ? Pourquoi tu ne parles pas ?

Je prenais mon courage à demain pour me placer devant lui et lui faire face. Ma mère m'avait dit que je devais trouver les réponses à mes questions et là, j'avais des questions. Il était temps qu'on me réponde un peu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Lun 7 Sep - 16:08

Le mog avait réussi sa mission. C'était plutôt dans son intérêt, Winry venait d'arriver et elle avait emprunté sans s'en apercevoir un portail. Elle devait certainement être trop préoccupé par suivre Patrick le Mog. La voilà donc maintenant à Centra. Enfin, le Centra d'il y a bien longtemps, le Centra qui était alors maître de Dol. J'étais le maître de Dol. Et mon trône ressemblait à celui, séant, sur lequel j'étais posté. 

Elle était un peu perdue, il est vrai, mais ne devait surtout pas comprendre le pourquoi du comment de sa présence ici alors que moi, je restais là à l'attendre, lui souhaitant une bienvenue particulière. Je me levais donc vers elle lui indiquant de me suivre. Il ne servait à rien de perdre notre temps à discuter maintenant. Mais elle voyait bien que j'avais les réponses à plein de questions. Je lui répondrai alors certainement, le temps voulu. Etait-ce le premier rêve au Paradis des Chocobos qu'elle faisait ? Cela expliquerait donc pourquoi le Mog avait mis autant de temps à la faire venir. J'étais habitué maintenant à ce monde onirique, fait de faux semblants et d'extension de réalité. Tout semblait réelle sauf la réalité elle même ici bas. 

Ne pourrait-elle pas avancer et attendre ? Non, elle venait et me barrait la route maintenant, me forçant à m'arrêter... Ce n'est pas le moment, on a déjà pris suffisamment de retard et ... Bon... Et comment osait-elle me tutoyer, nous n'étions pas intimes que je sache, je ne pouvais pas tutoyer une demoiselle comme ça. 

"Vous êtes à Centra, tout près du continent d'Esthar.

Elle venait d'Esthar et semblait y vivre seule comme l'avait épié le Mog... 

"Mais pas le Centra dont vous avez dû entendre parler, le Centra de la belle époque, celle où Esthar et Dollet n'étaient qu'au statut de prologue..."

 En effet, j'avais fait fuir pas mal de population qui allait alors s'exiler là bas. C'est peut être, d'ailleurs, ce qui a permis à l'humanité de survivre après la chute de cette Larme Sélénite de malheur. 

"L'endroit où je nous emmène va répondre de lui même à une myriade de questions. Peut être même de celles que vous ne vous posez pas encore. Vous vous souvenez peut être de ce que vous avez dit à cet homme et à moi même, alors que vous veniez de sortir de ce bâtiment en feu ? Cela m'a assez déplu à vrai dire... C'est pour cela, que je voulais vous faire venir ici !

Et c'était aussi un prétexte pour l'emmener à faire ce que j'attendais d'elle... 

" Allez-vous donc pouvoir retenir vos questions quelques instants ou faut-il que j'y réponde immédiatement ? Voici juste un portail, il suffit de le traverser pour vous rendre autre part 

Il fallait un peu de pratique tout de même pour se rendre à l'endroit vraiment désiré, mais de mémoire, je n'étais jamais allé dans un endroit totalement inconnu. Peut être ne le pouvais-je pas ? Allait-on pouvoir traverser ce portail maintenant ? La clairière nous attendait... 

HRP : :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Sam 12 Sep - 22:47

Quand il le voulait, Zébal pouvait vraiment avoir un regard perçant. Je restais pantoise quelques secondes après sa réponse. Il avait insisté sur le « vous »… Je me souvenais alors que ma mère m’avait averti qu’il fallait utiliser ce pronom-là plutôt que « tu » pour les nouvelles connaissances. Je bafouillais alors quelques mots qui malheureusement ne voulaient rien dire. J’avais envie de m’excuser mais je me doutais qu’il était maintenant trop tard. Je devais me reprendre pour la suite.

Quoi qu’il en soit, nous n’étions apparemment pas très loin de chez moi. Pourtant, je n’avais jamais entendu parler du continent de Centra… Je regardais le garçon brun en essayant de paraître normale. Toutefois, rien de ce qu’il me disait n’évoquait quelque chose dans mon esprit. Ma mère ne m’avait pas vraiment parlé du monde dans lequel on vivait. Elle s’était concentrée sur la ville d’Esthar, comme c’était la seule ville où nous allions.

Zébal évoquait alors mon sauvetage. Machinalement, je portais ma main vers une de mes brûlures. Quelle fut ma surprise lorsque je me rendis compte qu’elles avaient toutes disparues. Je ne pouvais alors pas m’empêcher d’examiner mon corps sous toutes ses coutures. J’étais incroyablement propre, comme si je sortais d’une douche bien chaude. Pourtant, j’étais persuadée que mes mains étaient encore noires de suie et mes vêtements cramés par endroits lorsque je m’étais endormie. Quel était donc ce lieu ?

- Excusez-moi… Je ne cherchais pas à t’off.. vous offenser. Je vais attendre…

Je me courbais pour appuyer mes mots. J’étais vraiment complètement perdue et il était le seul qui pouvait m’aider actuellement. Il n’était donc pas très intelligent de le provoquer ou encore de faire des gaffes.

Finalement, il reprit la marche et je lui emboîtais le pas sans un mot de plus. Au bout de quelques instants de marche dans un environnement toujours aussi sombre où un étrange nuage de brouillard semblait avoir élu domicile, mon camarade s’arrêta pour m’indiquer quelque chose.

Pendant plusieurs secondes, je restais interdite, ne relevant rien de bien différent. Pourtant, en se concentrant un peu plus, on pouvait distinguer que le « vide » semblait s’onduler. Comme si une étrange paroi translucide se trouvait ici. Je fronçais les sourcils en observant minutieusement tout autour de moi. C’était sans aucun doute le portail qu’il avait mentionné plus tôt. Curieuse, je n’attendais pas bien longtemps avant de traverser ce mur invisible.

C’était comme si je venais de me téléporter. Tout le paysage autour de moi venait de changer. Nous étions au milieu d’une forêt. Les arbres n’étaient pas très nombreux, mais il y en avait suffisamment pour qu’on ait l’impression de nous trouver dans une petite clairière. La nuit était tombée et la lune éclairait vivement le ciel nocturne habillé d’une parure d’étoiles. Un aura bleuté planait sur ce petit lieu tranquille. Avec un peu de concentration, on pouvait facilement deviner qu’il y avait un point d’eau à quelques mètres sur la droite. Néanmoins, tout semblait un peu trop silencieux pour paraître normal. Certains bruits, comme celui du grillon, étaient habituels la nuit, pourtant, cette forêt semblait en être dépourvue.

Je me tournais de nouveau pour faire face à Zébal qui attendait patiemment que je m’habitue.

- Vous êtes magicien c’est ça ?

Je réfléchissais quelques instants pour me souvenir ce que j’avais pu apprendre sur la magie.

- Vous êtes une sorcière ! … ou du moins… un… sorcier ?

Je me souvenais que ma mère m’avait rapidement parlé de ces êtres capables de faire des merveilles grâce à un certain pouvoir. Pourtant, j’avais toujours eu l’impression que je n’avais pas le droit de poser des questions sur ce sujet qui semblait sensible pour ma mère.

- Vous m’avez téléporté ? Je ne suis plus avec Vincent ?

La panique envahie soudainement tous mes membres. Je venais d’affirmer à l’homme à la cape rouge que je resterais près de lui et qu’il ne serait plus seul. Qu’allait-il penser de moi, si juste après avoir dit ça, j’avais disparu.

- Vous devez me faire revenir sur la gorgone !! J’ai laissé Vincent tout seul !

L’angoisse pouvait se sentir aisément dans ma voix. Je ne cherchais même pas à cacher ma soudaine vulnérabilité émotionnelle. Mon cœur se serrait en imaginant mon camarade tout seul. L’émerveillement était bien redescendu.

- Pourquoi vous m’avez fait venir ici ?

Je me souvenais alors de la promesse que j’avais faite. Je lui avais offert ma vie. Mon sang se glaça immédiatement. Était-ce à cela dont il avait fait référence un peu plus tôt ? Était-ce ce qui lui avait déplu ?
Je l’espérais de tout mon être. J’avais dit à Vincent que je le suivais, et je comptais bien faire ce que je lui avais dit. Zébal ne pouvait pas me kidnapper juste après être parti en laissant sa chance.


Dernière édition par Winry Oswell le Sam 17 Oct - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Sam 3 Oct - 13:39

Cette forêt... Ce lieu... Si Zébal les avait amenés ici tous deux ce n'était vraiment pas par hasard, mais ce qu'ils étaient venus y faire n'étaient pas encore totalement visible. Zébal avait largement décélérer sa vitesse de marche, une légère brise faisait osciller l'herbe quand ils marchaient sur cette herbe dont les perles de rosée venaient mouiller le bas des deux rêveurs. 

Zébal se tournait vers Winry qui semblait détailler tout ce qui l'entourait, comme si, son instinct lui disait de détecter toute trace de dangerosité autour d'elle. Cet instinct de survie était assez impressionnant. Une fois, sa "ronde" faite, elle se tourna vers le Roi Noir pour le questionner. Peut être allait-il répondre maintenant ? 

"Tu ne sembles rien connaître à ce phénomène donc..." 


Zébal était passé au tutoiement, peut être parce qu'il sentait que Winry était sujette à cela ou parce qu'il savait qu'il avait l'avantage sur elle à ce moment présent ? 


"Tu es au paradis des chocobos, une sorte de dimension parallèle où nous atterrissons parfois au gré de nos rêves. Il arrive parfois que l'on rencontre des gens même si le lendemain, il y'a peu de chances de garder un réel souvenir de tout ça...


Je n'ai pas le pouvoir de gérer ça mais le Mog que tu as vu auparavant possède cette prédisposition intéressante. Et c'est moi qui lui ai demandé de te faire venir ici. 


Tu es donc toujours là où tu étais au moment de t'être endormie et lorsque tu te réveilleras, seul les heures auront passés, et tu réveilleras. Auras tu passé une bonne nuit, ça, tout dépend de nous ici présent...


Pour ce que nous sommes y faire, avançons, tu comprendras mieux...

Il s'approchait du plan d'eau et invita son invitée à faire de même. On discernait mieux une chaumière depuis ce point de vue, et sur la route, ils commençaient à contourner le lac pour y voir davantage. La clarté de la lune permettait une très bonne visibilité malgré la nuit bien avancée. 

A quelques mètres, Zébal s'arrêta net et fit signe à Winry d'en faire autant. Une femme et un homme sortait de la chaumière. Ce jeune couple semblait se taquiner et vivre paisiblement dans cette maison isolée en pleine forêt. Alors qu'il était plus aimable en répondant aux questions précédentes afin de s'assurer de la coopération de celle-ci, son ton se voulait un peu plus lyrique, grave et profond à la prononciation de sa litanie. Il parlait sans hésiter, il savait ce qu'il voulait dire à n'en pas douter... 


" Tu as dit que ton existence nous appartenait... Sais tu seulement ce que vaut ton existence ? Regarde ces deux jeunes gens, qu'y vois-tu ? Quel point commun peuvent-ils avoir avec toi ? 


La vie, exact, ils vivent, et ils ont l'air de profiter pleinement de leur vie. Ce que tous les hommes ont en commun c'est la vie. Malheureusement, l'origine de la vie, de ce qui anime nos corps est tellement mystérieuse qu'elle en est obscure. Pourquoi est-elle là ? Comment arrivent-elles et nous permet de donner à la vie à d'autres ? Pourquoi ne dure-t-elle pas ? Y'a t-il une vraie raison d'y mettre fin et d'être de ne plus l'être par la suite ? 


Personne ne connaît la vie s'il ne l'a pas perdu au moins une fois... La sienne, celle d'un proche. Ne dit-on pas partager sa vie avec quelqu'un ? Pourtant chacun à la sienne ou fusionne-t-elle alors pour en devenir une plus riche, plus forte ? 


Chaque personne qui cherche des réponses ne tombent alors que sur un seul obstacle, la mort. C'est elle qui est reine, la seule prédatrice de la vie ! Mais la mort est à l'inégalité ce que la vie est à l'égalité chez chacun... 


Comprends-tu le lourd sens de mes mots ? Comprends tu pourquoi donner son existence à quelqu'un qui justement a sauvé ta vie n'a aucun sens ? 


Si tu n'avais plus de vie, tu ne serais plus... La vie c'est l'existence...


Rapprochons-nous...

Après que Winry ait réagi à cette pensée sur la vie et la mort, Zébal les fit se rapprocher. La jeune femme ressemblait étonnamment à Winry, peut être un peu plus âgé.

"Regarde, cela pourrait être toi, ta vie, ton bonheur... Que se passerait-il si on ne t'avais pas sauvé là bas ? Peut être que le destin de cet homme ne serait pas le même non plus. Peut être lui avais tu sauvé sa vie ? Ces gens ne sont qu'une illusion mais sont l'image d'un futur radieux qui t'attendrait peut être...

Cela faisait peut être beaucoup à encaisser... Complexe, perturbant ? Allez savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Sam 17 Oct - 18:21

Zébal s’était finalement arrêté. Je l’observais sans un mot, attendant une potentielle réponse de sa part maintenant. Il semblait lui aussi être en train de me regarder et pendant quelques longues secondes, nous étions resté l’un en face de l’autre dans un silence absolu.

Finalement, il se décida à ouvrir la bouche pour me répondre. Je restais perplexe devant sa façon soudaine de me parler. M’attendant à ce que le garçon utilise les formes nécessaires, le « tu » restait vraiment perturbant pour moi. Toutefois, les explications qu’il me donnait étaient bien trop intéressantes pour que je ne m’arrête sur ce détail plus longtemps.

- Tu es au paradis des chocobos, une sorte de dimension parallèle où nous atterrissons parfois au gré de nos rêves.

Etait-il en train d’affirmer que nous étions dans un rêve ? J’avais du mal à y croire tant cet instant me semblait réel. Pourtant, ses explications semblaient logiques et tenir la route. Il était impossible que je me fasse téléporter si rapidement et sans que je ne m’en rende compte. Si toute cette histoire se passait bel et bien durant l’un de mes rêves, de nombreuses choses étaient maintenant explicable.
Comme par exemple le fait que mon corps, précédemment couvert de blessures étaient maintenant aussi propre et lisse que jamais.

De plus, les différents lieux qu’on avait traversé pour arriver jusqu’ici, semblaient avoir une aura bien particulière que je ne pensais pas déjà avoir ressenti une fois dans ma vie auparavant.

Mes pensées se dirigèrent alors vers Vincent, je me disais qu’il était surement toujours à côté de moi, dans la réalité, là où je m’étais lâchement endormi. Etait-il en train de veiller sur moi ? Comment allait se passer la fin de notre voyage sur la gorgone ?

Je n’aurais surement jamais les réponses à ces questions, d’autant plus que Zébal affirmait qu’il était rare que les souvenirs de ces rêves nous restent longtemps en tête après notre réveil.

Finalement, mon camarade des songes s’enfonça lentement dans un coin de la forêt. Je lui emboitais le pas sans trop réfléchir, en m’attendant à tomber sur une petite source d’eau.

Pourtant, ce fut un lac qui se dessina rapidement devant nous. Un peu plus loin, sur la berge, on pouvait parfaitement distinguer une petite chaumière d’où une légère fumée sortait. Le lieu était tellement poétique et chaleureux que je ressentais une drôle de sensation dans tout mon corps. Une sorte de nostalgie inexpliquée qui réchauffait mon cœur.

Une petite route naturelle serpentait le long de la rive et sans un mot, Zébal l’empruntait pour que nous nous rapprochions de la maison. Au bout d’une dizaine de minute de marche, il m’indiquait de m’arrêter d’un signe de la main et je m’exécutais.

- Tu as dit que ton existence nous appartenait… Sais-tu seulement ce que vaut ton existence ? Regarde ces deux jeunes gens, qu’y vois-tu ? Quel point commun peuvent-ils avoir avec toi ?

Je tournais mon regard vers l’endroit qu’il m’indiquait. On voyait une jeune femme, elle avait de longs cheveux châtain clair, comme les miens. Elle avait un sourire radieux et semblait épanouie auprès de l’homme qui l’accompagnait. Je réfléchissais aux questions de Zébal tout en les observant s’amuser sans se soucier un seul instant que deux personnes étaient en train de les épier.

- Je ne sais pas en quoi ils me ressemblent. Ce sont simplement deux personnes qui vivent ensemble.

Zébal ne me laissait pas le temps de continuer ma réflexion. Il partait alors dans une longue explication sur la vie. Je le regardais silencieusement, pour écouter ce qu’il avait à me dire. Toutefois, je finis par m’assoir en face de l’eau, pour jouer avec une branche. Le ciel étoilé se reflétait à la perfection sur ce miroir liquide. Brouiller cette vision parfaite à l’aide d’un vulgaire morceau de bois était si simple.

Ecouter Zebal parler avait quelque chose d’envoutant, je me sentais incroyablement bien en ce lieux pourtant si mystérieux et inconnu. Sa voix semblait me bercer doucement pour que je trouve finalement un sommeil plus paisible.

Ce qu’il venait de me dire était lourd de sens et difficile à réellement comprendre. Pourtant, je pensais arriver à voir où il voulait en venir. C’était comme s’il était venu me faire la leçon pour que je remarque l’importance de mes paroles.

- Je suis désolée… J’aurais dû réfléchir avant de vous offrir ma vie.
- Rapprochons-nous…


Je me relevais pour le suivre de nouveau. Ce qu’il disait en suite était vraiment perturbant, d’autant plus qu’il avait raison, cette femme me ressemblait beaucoup. Son regard, les traits de son visage… Et de nouveau cette étrange nostalgie qui embaumait mon cœur en les regardant.

- Vous êtes en train de dire que ce que je regarde maintenant est mon potentiel futur ? Que cette femme que l’on voit là-bas, c’est moi ?

Je n’attendais pas sa réponse et je m’avançais plus pour aller à la rencontre de cette étrange femme. Lorsque j’étais assez proche. Nos regards se croisèrent et elle arrêta de jouer avec l’homme. Presque comme si elle était hypnotisée par ma présence, elle s’écarta de ce dernier pour aller à ma rencontre.

Plus grande, plus jolie, elle semblait aussi plus mature et forte que moi.

- Qui êtes-vous ?
- Bonjour Winry.
- Pourquoi vous me rappelez quelqu’un ?
- Concentre-toi sur les questions que tu as déjà au lieu d’en trouver d’autre.
- Je ne suis pas certaine de comprendre.


Elle s’approchait de moi pour venir chuchoter quelque chose à mon oreille, un sourire narquois sur les lèvres.

- C’est parce que tu n’as pas cherché au bon endroit. Tes objectifs ne sont pas les bons. Cherche ton père Winry. Cherche les réponses aux bonnes questions.

Son corps était en train de se dématérialiser en une sorte de poussière dorée avant que je n’ai le temps de lui répondre.

Je me tournais alors vers Zébal, étrangement en colère. Une sorte de rage sans nom venait de naître en moi quand mon père avait été mentionné.

- Qui était cette femme ? Pourquoi m’avoir emmené ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Jeu 22 Oct - 18:29

HRP : :
 

Une fois que Zébal lui avait offert son premier laïus, assez sèchement, il décida de se rapprocher en sa compagnie. Winry... 

Qu'avait-elle fait ou mérité pour être dans cette posture là ? "Convoquée" au royaume des rêves par sa Majesté Sombre, Winry n'avait fait qu'être coincée dans un bâtiment en flammes attaqué par un ennemi classée numéro 1 dans un des quatre mondes que constituait l'entitée d'Héméra. Certes, elle avait dit ce que n'importe quelle jeune femme de cet âge lui aurait dit, qu'elle lui devait la vie, etc... Mais la tournure était plus maladroite que cela, et Zébal avait perçu quelque chose. De la pureté, de l'innoncence ou alors bien autre chose ? 

Mais la question de Winry était pertinente. Etait-ce elle en face ? Comment pouvions nous assister à cela ? 

"Ce n'est pas ton futur, mais une potentialité. C'est un potentiel toi, je pense...  " 

Il paraît logique que la curiosité attise la tentation d'aller voir d'encore plus près. Zébal n'en avait jamais fait l'expérience mais lorsqu'il avait déjà amené un laquais ici, en s'approchant, la scène ne devient plus réaliste et tout disparaît. Mais ce qu'il se produisit cette fois-ci, fut toute autre. Winry s'approcha de son potentiel Elle future. Elles purent s'échanger quelques mots avant que l'image ne lui susurre quelque chose et s'évapore comme elle aurait dû le faire bien avant. 

Winry semblait assez décontenancé de tout cela... Elle voulait des comptes. Zébal allait lui en servir si elle le souhaitait. 

"Cette femme, c'était une image d'un possible futur toi. Je ne sais pas ce qui s'est passé entre toi et elle, mais je veux juste que tu comprennes que la vie c'est de pouvoir choisir son futur. Tu pourrais être cette femme, vivre paisiblement, tu pourrais être une toute autre femme. La vie c'est une affaire de choix. C'est LE Choix. Et tu sais pour quelle chose, on ne nous laisse pas le choix ?.. Oui. La mort... N'est-ce pas encore plus injuste ?"

C'était la philosophie la plus simpliste que lui exposait Zébal mais c'était son credo. 

" Bon, trève de mystères. Maintenant que tu sais cela, je vais t'exposer mon projet... 
Je suis là pour combattre la mort, pour l'enlever. Il resterait alors que la vie et des millions de choix pour tout le monde ! Prends un dieu, prends un humain, une seule chose les différencie et c'est cela...

Zébal se remit en route à l'opposé de la chaumière qui s'est volatilisée. Sa méthode ? Les cristaux, bien sûr, et s'il le fallait, Zébal était prêt à lui expliquer leur existence. Mais, et son rôle dans tout cela ? Il allait y venir... 

"Dans tous les cas, tu n'es plus une enfant Winry, et il faut que tu comprennes que maintenant c'est toi qui fait tes propres choix. En es tu consciente ?

Enfin, Zébal avait l'air tout simplement bienveillant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Sam 24 Oct - 0:21

HRP:
 

Zébal avait l’intelligence de répondre à ma question. Je me sentais agressive et méfiante. J’avais passé ma vie dans le flou le plus total, vivant dans ma propre réalité à cause de ma mère. Aujourd’hui, j’avais besoin qu’on réponde à mes questions, qu’on m’éclaire pour que je puisse avancer dans ce monde inconnu.

J’étais perturbée par les réponses que me donnait le jeune brun. Je venais à peine de commencer à vivre, à avoir l’impression que je pouvais trouver un sens à ma vie. Un sens, autre que celui de survivre en chassant et en me cachant dans la forêt. Pourtant, je faisais déjà face à un potentiel futur. Une personne qui avait l’air heureuse et épanouie. Comment ne pas souhaiter devenir cette femme ?

Quel était le but de cette rencontre ? Devais-je le voir comme un avertissement ? Elle avait parlé de se poser les bonnes questions, de suivre les bons objectifs.
Actuellement, je n’avais pas réellement de but dans ma vie. Ma mère m’avait abandonné, me laissant seule, livrée à moi-même. Je ne savais pas ce que j’étais censé faire et encore moins quelle était ma place.

Depuis sa disparition, j’avais fait plusieurs rencontres, et j’avais été amené sur différents endroits… contre mon gré. Je n’avais pas eu beaucoup de… choix. Pourtant, Zébal affirmait que la vie en était principalement constituée. Mais je me retrouvais à voyager aux côtés de Vincent, sans raison valable. Etait-ce là une affaire du destin ? Ou de simples coïncidences qui se succédaient ?

J’avais l’impression que je m’étais retrouvée ici à cause des autres pourtant, plus je réfléchissais en écoutant Zébal, plus je me rendais compte qu’en fait, j’avais constamment fait des choix. J’aurais pu ignorer Malachi qui me suivait, j’aurais pu ne pas le suivre, j’aurais pu ne pas m’échapper de l’hélicoptère, j’aurais pu ne pas parler à Pili, j’aurais pu ne pas suivre Vincent.

Le magicien avait raison. Notre vie était faite de choix qui nous amèneraient à ce que nous deviendrons.

- La mort…

Je répétais ses mots pour les imprégner avec plus d’ardeur dans mon esprit. Ma mère m’avait parlé de la mort. C’était notre fin. Notre grand saut vers le sommeil éternel. Nous n’avions aucun pouvoir sur cet instant de notre vie. Ce dernier instant de notre vie. C’était le point final de notre histoire et personne ne pouvait décider de le repousser. Pourtant, malheureusement, il y avait tellement de moyen de le faire tomber plus tôt.

Pour chaque animal que j'avais tué, j'avais pris le droit de mettre un terme à sa vie. C’était nécessaire pour moi, pour pouvoir avancer dans mon histoire. Mais cela m'accordait-il vraiment le droit de dire stop à la vie de quelqu'un ?

Je repensais alors à mon père tout en écoutant d’une oreille distraite le projet de mon camarade de rêve. La jeune femme avait dit qu’il fallait que je cherche mon père. Mais, cet homme avait donné sa vie pour que je puisse vivre. Il avait laissé une créature prendre le droit d’avancer le point final de son histoire. Pour couper abruptement son avancée dans la vie.

Zébal semblait reprendre la route et je lui emboitais le pas sans réfléchir. Il proposait quelque chose de particulièrement alléchant. La vie éternelle. Combattre la mort. Retirer le point final aux histoires de chaque être humain. Cela laisserait à l’homme assez de temps pour écrire des centaines d’histoires. Cela lui laisserait le temps de se pencher plus amplement sur les choix dans sa vie. Peut-être que cela enlèverait même l’angoisse d’avoir pris la mauvaise décision. D’avoir pris le mauvais chemin.

Nous avions maintenant passé la zone où la petite maison était perdue, seule, autour de ce lac. Notre marche continuait de longer la berge et un ciel étoilé nous éclairait la voie.

- J’ai conscience que je suis celle qui dirige ma vie. Autrefois, ma mère le faisait pour moi, mais ce n’est plus le cas maintenant.

Je regardais fixement Zébal. Une brise fraiche passait sur mon visage permettant de le dégager des quelques mèches qui se baladaient dessus. Mes yeux étaient remplis de sérieux. J’écoutais cet homme avec grand intérêt.

- Pourtant, ce n’est pas par choix que je me retrouve ici. C’est vous qui l’avez choisi. Pourquoi avoir décidé de me faire voir tout ça ?


Je parlais calmement, j’avais l’impression d’être bercé dans les bras de quelqu’un tellement j’étais de nouveau détendue et à l’aise dans ce lieu mystérieux.

- Dites, ne pensez-vous pas que la vie est éphémère pour une bonne raison ?

Je fronçais les sourcils, j’avais l’impression que je manquais d’information par rapport à quelque chose qu’il avait dit plus tôt. Il avait parlé de… Dieu.

- Je suis désolée, mais je ne connais pas ce qu’est vraiment un dieu. J’ai entendu dire qu’ils n’étaient pas de ce monde, qu’ils étaient différents. Puissant comme personne. Mais qu’ils n’étaient pas vraiment… réels.

Nous venions d’arriver à une intersection. Deux chemins s’offraient à nous. L’un semblait s’enfoncer dans une forêt d’où d’étranges lumières volantes sortaient. L’autre, continuait de se glisser le long de l’eau du lac pour arriver jusqu’à un pont.

Autrement dit, nous devions faire un choix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Jeu 29 Oct - 16:34

Décidément, Zébal avait l'impression de devoir tout expliquer à cette néo-adulte. C'est ce qui en faisait sa pureté, certainement. Est-ce qu'être pure n'était pas d'être innocente aux yeux de tout ce qui l'entoure ? En ce cas, la pureté rend faible, non ? 
Elle ne semblait donc pas au courant de ce qui s'est passé sur Dol, et d'où vient la vie sur ce monde là ? Mais sa première question  posait sur la fatalité de sa venue ici. 

"Tous tes choix ne sont pas fait consciemment, t'es tu rendue compte que tu as choisie de suivre le Mog ? Que tu as choisie de ne pas lutter contre le sommeil ? Que tu choisis de respirer en ce moment même ?

En effet, un seul choix n'est pas fait de notre vivant, celui de naître, car il résulte du choix de deux autres personnes. Mais, dans tous les cas, seul vieillir est unanime, grandir est aussi un choix. Une belle histoire que celle de Peter Pan nous raconte le récit de quelqu'un qui ne veut pas grandir. Mais c'est une fable trop enfantine... 

"Je ne te ferais pas l'affront de te faire un cours magistral sur l'Humanité. Mais un Dieu, c'est une entité dont les pouvoirs dépasse l'entendement et qui s'est affranchi de toutes les contraintes que nous subissons, le temps, l'espace... C'est ce qui nous a crée. Sur Dol, on lui donne le nom d'Hyne... Mais n'est-ce pas dément d'octroyer une existence éphèmère à des individus... Ces êtres n'ont pas de coeur...

Mais Zébal ne voulait pas s'éterniser sur ce sujet douloureux, il avait été trop lésé de ce dieu menteur et manipulateur... Cela ne devait pas avoir le goût d'une vengeance dans sa bouche... 

Face à eux, deux chemins. L'un s'enfonçant ailleurs, l'autre contournant l'endroit et débouchant sur un accès. Zébal voulait voir si elle avait compris le principe. Il pourrait faire un choix, c'était son rêve et il pouvait le manipuler à sa guise, mais ils n'étaient pas venus là pour ça. 

"Combien de choix vois-tu ? Deux ? Peut être trois, si rester ici en devient un ? Et si, nous étions capable de faire cela.

Zébal claquait dans ses doigts et un portail apparaissait. 

"Voici, subitement, un quatrième choix né de ma propre volonté. Imagines-tu que nous soyons capable de cela ? Ici, nous sommes dans un rêve, tout est possible, alors forcément... Veux tu voir où j'ai choisi de nous emmener ?

Il suffit que Winry pénètre dans ce portail et arrive là où je veux que nous allions. Le reste serait entre ses mains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Dim 29 Nov - 19:49

Zébal avait le don d’embrouiller mon esprit. Chacune de ses paroles semblait s’imprégner dans mon cerveau pour y laisser une marque importante. Comme si sa voix, avait le pouvoir de me persuader. Pourtant, il ne faisait que répondre à l’une de mes nombreuses questions.

J’étais restées silencieuse, écoutant le moindre de ses mots avec un intérêt tout particulier.

Finalement après quelques brefs monologues sur les dieux, il reporta son attention sur les deux chemins qui nous faisaient face. Je me rendais alors compte que j’étais loin d’arriver à penser comme lui. Jamais je n’aurais imaginé que rester sur place était un choix. Pourtant, c’était bel et bien le cas.

Toutefois, il brisa les règles de la réalité en créant devant nous, une sorte de portail. On aurait dit qu’un immense miroir circulaire venait d’apparaitre devant nous. Néanmoins, il ne reflétait rien d’autre que le néant, d’un noir opaque et envoutant.  

- Je ne sais pas…

J’étais perdue et j’avais vraiment du mal à réaliser que tout était possible dans cette étrange dimension. Je me tournais quelques instants vers mon partenaire pour l’observer. Ses yeux, couleur miel, semblaient me regarder avec un air malicieux. Cela eût le don de piquer à vif ma curiosité.

Un dernier coup d’œil aux deux chemins et je finis par avancer mon bras vers l’étrange paroi qui se trouvait devant nous. Au moindre contact, cette dernière semblait se liquéfier pour former des ondulations semblables aux ondes qui se formaient sur de l’eau. Pourtant, en observant mes doigts, aucun d’eux n’était humide.

J’avais envie de savoir quel nouvel endroit, cet étrange personnage, voulait me faire découvrir. J’avais envie de lui poser des milliers de questions. Comment nos rêves pouvaient être connectés ? Reliés ? Cela avait-il une signification particulière ? Est-ce que d’autres personnes que nous se rencontraient ici ?

Pourtant, je me contentais de garder le silence. Un silence qui signifiait que je réfléchissais à toutes mes options. Est-ce que je pouvais me réveiller ? Ce portail m’amenait-il réellement là où Zébal le souhaitait ? Et si cette décision ne me revenait pas au final ?

Décidée et rongée par la curiosité, je me lançais vers l’inconnu.

***

Le noir. Je ne voyais rien d’autre que le noir.

- Zébal ?

Il n’y avait aucun bruit, aucun moyen de faire demi-tour. ¨Pourtant, mes jambes ne voulaient cesser d’avancer. Je ne savais pas vers où elles voulaient m’amener, mais j’étais incapable de m’arrêter.

- Zébal tu es là ?

Rien.

Néanmoins, une dizaine de seconde plus tard, une étrange lueur orangée apparaissait. Elle semblait s’élever vers le ciel tout en devenant de plus en plus intense et forte. Tellement lumineuse, qu’elle en devenait éblouissante.

Je me couvrais le visage avec mon bras pour me protéger de cette clarté agressive tout en fronçant mes sourcils d’incompréhension. Mais où avais-je donc atterri ?
Une fois mes yeux habitués, je pus voir. Voir la beauté du spectacle auquel j’avais la chance d’assister.

Je me trouvais sur ce qui semblait être une paroi en verre. Elle me permettait de voir ce qu’il se passait sous mes pieds. Et ce qu’il s’y trouvait, n’était autre que notre planète.

J’étais au beau milieu des étoiles, perdue dans l’espace, soutenue par un miracle. J’avais le droit de regarder un lever de soleil sur Héméra depuis un point d’observation vraiment particulier.

Mes jambes s’arrêtèrent d’un coup, et sans réellement pourvoir le distinguer, je compris que le sol transparent se finissait là.
Subjuguée par le paysage majestueux que je regardais, je décidais de m’assoir sur le rebord pour assister jusqu’à la fin à cette expérience unique.

Au fur et à mesure que le soleil s’élevait dans le ciel, je sentais que mon corps devenait plus flou, que mes gestes étaient plus lents, moins précis. Mon esprit était en train d’être brouillé et mes yeux transformaient les formes pour me rendre brouillon.

J’étais en train de me réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Mar 1 Déc - 13:18

Cette notion de temps déjà si aléatoire dans la vie réelle était encore plus imprévisible et déconcertante dans le monde des rêves, tout allait se passer si vite et si lentement, de par nos actions, de par le sommeil dans la vraie vie mais il y'avait aussi une constante inconnue, plutôt inconstante d'ailleurs, qui transformait la durée des rêves en une loterie incontrôlable. 

Le fait que Zébal soit tombé sur Patrick le Mog et sa faculté à faire rejoindre quelques personnes dans les mêmes rêves étaient déjà un bel atout et si celui-ci semblait déjà atteindre sa fin, le roi noir n'était pas mécontent. 

En soi, rien ne s'était passé cette nuit, hormis avoir ouvert les yeux de Winry sur le cycle de la vie d'après le monarque de Centra. Mais, Zébal ne laisse rien au hasard et si Winry comprend alors le principe de libre arbitre, alors son objectif était atteint. Et ce dernier exemple sur les choix qui ne sont pas une évidence venait de toucher quelque chose en elle. 

On a le choix de tout, le plus compliqué c'était de faire son choix et aussi de les révéler. Tout le monde n'aurait pas pensé que rester sur place en était un. Et ce portail aussi... 

Zébal ne savait pas où il mènerait et il ne la suivrait pas. Il fallait qu'elle digère tout cela avant la prochaine phase de son plan... 

Car, oui, à quelques instants de son réveil, Zébal se retournait vers la maison désormais inhabitée avec cette impression que... Winry était bien celle qu'il cherchait. 

"Tout va donc se jouer prochainement... Ne prends pas les mauvais choix Winry Oswell...

Ces quelques mots à l'intention de Winry désormais disparu par son portail, et ce n'était que la fin de ce rêve. Un premier, pas le dernier... 

Que lui réservait Zébal ? 

FIN DU REVE
Revenir en haut Aller en bas
Fulgora
Admin Foudroyante

Admin Foudroyante

avatar
Fiches du joueur :
Personnages :
Ace - Agnès Oblige - Azura Lucem - Ruka Kawanomu - Rydia - Sheli Makunochi - Y’Dahlin Shul

Niveau : 100
HP : 9999/9999
MP : 999/999

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Life versus Death   Mer 2 Déc - 13:49

Winry et Zébal se réveillent !

En espérant vous revoir bientôt au Paradis des Chocobos! Aaaah

Fin du Rêve!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Life versus Death
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [test] Life and death 2: the brain, sur PC
» [News] Hellboy 2 Bust Life Size (Sideshow) 2008.
» Cities XL, City life ou Sim City?
» [ 40k ] Renegade Militia et death korps of krieg
» Jeu de Rôle sur Death Note

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Archives :: RP-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives