Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Mélina Hartford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Mélina Hartford   Mar 2 Déc 2014 - 13:52

Fiche d'identité

• Monde d'origine: Héra
• Nom: Hartford
• Prénom: Mélina
• Âge: 20 ans lors de la fusion.
• Avatar utilisé: Mitotsudaira Nate de Kyoukaisenjou no Horizon (Original Chara Design : Satoyasu)

Description

• Alignement: Guerrière de la Lumière. Mélina considère les hommes incapables de contrôler le pouvoir des cristaux et fera tout pour en confier la garde à leurs premiers gardiens.

• Description physique:
Malgré sa corpulence pourtant très banale pour une demoiselle de cet âge, Mélina dispose de nombreux traits pouvant la faire ressortir sans grandes difficultés d’une foule. A commencer peut-être par sa silhouette, facilement repérable malgré son modeste 152 centimètres et ses 49 kilogrammes à découvert. Une taille fine et un buste peu développé, des membres à l’apparence délicate dans leur globalité, elle est donc loin de faire office de figure athlétique. Pourtant, elle ne se préoccupe pas plus que nécessaire d’entretenir sa musculature et tente au minimum de garder un semblant de régularité dans son apparence.

Ses yeux colorés d’un ambre assez rare peuvent eux aussi facilement attirer l’œil de son interlocuteur mais à côté du reste, ce n’est probablement pas ce qui capte l’attention lors d’une conversation.
Ce qui a le plus tendance à faire parler d’elle est donc sa coiffure, les nombreuses vrilles formées par sa longue et volumineuse chevelure argentée atteignant presque ses chevilles, ne manquant pas d’attirer nombres de regard intrigués, tant celle-ci peut se démarquer. La jeune femme met un point d’honneur à garder le motif suivant : deux sur l’avant des épaules et cinq dans le dos, prenant ensuite bien soin d’arranger les nombreuses mèches lui couvrant le front en une frange stylisée maintenue en place par deux barrettes à cheveux ressemblant à s’y méprendre à des oreilles de canidé. Evidemment, elle doit compter avec tous les désagréments relatifs à cette capillarité particulière mais aura fini par s’y habituer après plusieurs années.

En règle générale, son visage arbore une expression assez neutre, parfois éclairée d’un léger sourire que l’on peut facilement deviner forcé par moments. Bien que ce ne soit pas particulièrement visible, elle possède des canines légèrement plus proéminentes par rapport à la grande majorité de la population, certainement à cause de son régime.

Son style vestimentaire reflète à la fois sa condition fortunée d’autrefois et sa volonté d’adaptation à un monde en perpétuelle évolution, qui se traduisent par un style hybride très chargé intégrant les éléments de deux cultures pourtant diamétralement opposée.

La tenue qu’elle porte la grande majorité du temps est formée d’une combinaison bleue marine et blanche à col rouge surmontée de plusieurs pièces de tissus épais de mêmes couleurs lui couvrant le haut du corps et une partie des jambes. Les manches rattachées aux épaules sont affublées chacune d’un anneau doré connecté à une pièce de tissu grisée et leur extrémité sont décorées de motifs orange représentant chacun une partie d’un nuage au crépuscule. Ses bottes et les gantelets qu’elle porte s’accordent parfaitement avec le reste de sa tenue, des rubans vermeilles venant compléter leurs nuances bleues marines, dorées et grisâtres.

Deux accessoires viennent compléter la liste déjà bien fournie : un brassard bleu ciel marqué du sceau de Yevon autour du bras gauche marquant son statut particulier au sein de l’église, et un collier en cuir sombre lui encerclant en permanence la gorge, censé lui rappeler ses devoirs envers l’ordre.

Lorsqu’elle sait qu’elle devra combattre, Mélina revêt une tenue spécialement conçue pour le champ de bataille, prenant l’apparence d’une robe de combat d’un blanc nacré, parsemée de dorures et de teintes azurées en de nombreux endroits. Dotée d’un aspect bien plus massif que sa tenue originale sans se départir de son élégance d’origine, elle dispose de solides épaulettes et de nombreuses protections autour du buste, du cou et du haut de ses jambes, d’imposants arceaux entourant ses poignets et de solides bottes en acier.

• Description psychologique:

Malgré une apparence de jeune fille de bonne famille sage et obéissante, Mélina est une jeune femme avec un caractère pourtant bien affirmé. Calme et composée, elle arbore une attitude se voulant digne et fière. Si elle se retrouve embarrassée ou gênée, elle tâchera de maintenir une conduite aussi noble que possible et de regagner sa contenance au plus vite. Mais gare à ceux qui viendraient la contrarier en lui parlant de travers ou en lui glissant une remarque désobligeante, car ils devront s’attendre à de cuisantes représailles.
Après des années à avoir suivie de très strictes leçons d’élocution, Mélina manie la verve et l’intonation de sa voix au point d’arriver à laisser planer un doute constant quant au sérieux de ce qu’elle peut parfois sous-entendre. Il lui arrive même de décocher une menace potentielle sans même se départir de sa voix douce et mélodieuse, ce qui peut parfois amener ceux qui n’ont pas d’habitude de la côtoyer à se demander si elle n’a pas une case en moins. Souvent en retrait dans les discussions, cela ne l’empêche pas de prêter attention à tout ce qui pourrait lui servir et elle n’hésite pas à user de ses talents pour soutirer un maximum d’informations à ses interlocuteurs.
Entêtée vis-à-vis de ce qui lui porte à cœur, elle sait imposer son point de vue avec force lorsqu’elle le juge nécessaire. Il n’est donc pas surprenant de la voir se battre ou débattre longuement sur les sujets sur lesquels elle prend position.
La corruption ainsi que la trahison sont les deux choses qu’elle exècre au plus haut point, ce qui peut l’amener à discuter les ordres de ses supérieurs lorsqu’elle désapprouve leurs actions.

Mélina est une jeune femme qui accorde une grande importance aux actes plutôt qu’aux paroles dans les relations qu’elle entretient et il est donc difficile pour quelqu’un de gagner sa confiance tant qu’elle n’aura pas témoigné de la vraie valeur de la personne en question. Cela ne l’empêche pas d’être très attentionnée envers ceux qu’elle considère comme digne de sa compagnie et la nature chevaleresque qu’elle a développée la pousse bien souvent à se placer en première ligne pour aider ceux dans le besoin. Sur le plan sentimental, Mélina aura eu son lot de prétendants éconduits au cours de son adolescence et elle continue encore à ce jour de repousser les avances qui lui sont faites, mais elle a bien conscience qu’il lui faudra se fixer un jour en espérant vivre paisiblement.

De par ses circonstances particulières, Mélina a su développer un appétit d’ogre pour son gabarit, mangeant une quantité importante de viande à chacun de ses repas. Elle s’accommode sans problème de légumes pour accompagner ses plats, mais si un certain quota de viande n’est pas atteint, elle n’hésitera pas à se resservir à la source.

Bien qu’elle ne se serve vraiment que d’une unique paire, elle collectionne les barrettes à cheveux de toute sorte.

Histoire


Jeunesse Dorée (Tréno, 1782 à 1794 du calendrier d’Héra)

Mélina est née dans la strate supérieure de Treno, au sein d’une famille de petite noblesse disposant de quelques terres exploitées sur le Continent de la Brume. Cadette d’un frère déjà âgé de huit ans nommé d’Ellias et donc unique fille au sein de la famille Hartford, la demoiselle fut rapidement destinée à devenir une grande Dame de la société, porte-étendard de sa famille au cours des soirées mondaines de la ville enténébrée aux côtés de son frère - l’héritier et futur chef de famille- et reçut donc une éducation très stricte dès que cela fut possible. N’ayant pas grand intérêt à aller à l’encontre des décisions parentales, Mélina se plia à leurs exigences et les leçons de bienséance ainsi que les matières plus générales rythmèrent une grande portion de ses premières années jusqu’à l’adolescence. Durant cette période, Ellias était quant à lui préoccupé presque exclusivement par ses propres études et par son devoir d’aîné de la famille, aussi passait-il le plus clair de son temps libre à tenir compagnie à sa sœur et à prendre soin d’elle, posant ainsi les bases d’une complicité fraternelle à toute épreuve. Leur père, occupant alors un poste de commissaire-priseur à la salle des ventes de Trèno, était souvent absent et lorsqu’il était à la maison, il lui fallait s’occuper des comptes de la famille et gérer ses exploitations. C’était donc leur mère qui s’occupait principalement d’eux, ce qui les amena à éprouver une affection toute particulière à son égard.

Les années passèrent et avec elles, les intérêts de chacun évoluèrent : Mélina commença à étudier la magie et le maniement des armes dès l’âge de douze ans, plus pour se divertir entre les leçons qu’elle trouvait de plus en plus rébarbatives qu’en tant que véritable occupation, tandis qu’Ellias -désormais âgé de vingt ans- commença à fréquenter de plus en plus les soirées mondaines en ramenant chaque fois une fille différente avec lui. Sa réputation d’homme à femme inquiéta quelque peu sa sœur mais puisque ses sorties ne l’empêchaient pas de gérer les affaires familiales dont il avait la charge, ses parents le laissèrent vaquer à ses occupations en paix.

Noblesse déchue (de Tréno à Alexandrie, 1794 à 1798)

Quelques temps après cependant, la mère de Mélina commença à montrer les symptômes d’une maladie très grave, que les médecins de Tréno étaient certains de ne pouvoir traiter à moins qu’un miracle ne se produise. L’annonce tomba comme un coup en plein cœur pour le frère aîné et l’état de faiblesse dans lequel leur mère s’enfonçait chaque jour un peu plus amena Ellias à se lancer dans la recherche d’un remède miracle, quitte à se créer des relations de plus en plus douteuses. Le jeune homme fut cependant bien trop imprudent, aveuglé par son désir de sauver sa mère, et les dettes commencèrent à s’accumuler à son égard. Leur père tenta de convaincre son fils d’abandonner son entreprise insensée, mais ce dernier était persuadé qu’il existait quelque part un moyen de soigner sa mère, ce qui le poussa par la suite à partir en voyage en laissant les affaires de la famille Hartford aux mains de son père et de Mélina, promettant qu’il reviendrait pour reprendre ses responsabilités une fois sa mère guérie. Mélina n’eût alors pas d’autre alternative que d’arrêter les leçons de maintien et bienséance pour aider son père à rattraper les mauvaises opérations et placements douteux réalisés par Ellias avant son départ.

Trois ans plus tard, au terme de souffrances incommensurables l’ayant tourmentée de jour comme de nuit, Sella Hartford s’éteignit sous les yeux de son mari et de sa fille. Ils étaient restés sans nouvelles d’Ellias depuis son départ et la maigre fortune qu’ils avaient pu conserver des suites du remboursement des dettes du jeune noble ne leur permettait déjà plus de payer les soins de la mère de Mélina.

La faillite qui en résultat amena le père de Mélina à vendre nombre de ses possessions du Continent de la Brume et à s’expatrier à Alexandrie, trouvant un poste de comptable dans une des banques de la capitale. Mélina resta quelques temps aux côtés de son père, l’aidant dans ses démarches à l’aide de ses maigres connaissances de la finance et des relations qu’elle avait réussi à tisser à son arrivé dans la cité grâce à la prestance et l’art du discours acquis au cours des années précédentes. Soucieux de l’avenir de sa fille, le père de Mélina décida de lui faire intégrer l’ordre des Amazones sous les ordres de la reine Branet et de la générale Béatrice, ce que Mélina accepta quelque peu à contrecœur, inquiète de laisser son père seul pour gérer leur nouvelle vie.

La jeune femme s’investit à plein temps dans sa formation, mettant en pratique les leçons que jamais elle n’aurait pensé lui servir un jour, et elle devint par la suite un élément prometteur de l’armée à à peine seize ans. Elle fut assignée aux devoirs de protection des quartiers royaux, mais n’eut que de très rares occasions de voir la reine Branet ou la princesse Garnet en personne du fait de son manque d’expérience en tant qu’Amazone. Bien qu’elle n’appréciait guère de travailler aux côtés de rustres tels que les Brutos menés par Steiner, la paie semblait être suffisante pour l’aider elle et son père à vivre décemment, aussi pensa-t-elle que ce genre de vie pourrait lui convenir sur le long terme.

Retrouvailles funestes (Héra, An 1800)

Lors de la fuite de Garnet d’Alexandrie, Mélina fut en partie tenue responsable de l’incident aux côtés de ses camarades de la garde du château, aussi fut-elle rétrogradée aux affaires courantes de la capitale. Cet éloignement du centre du pouvoir et les nombreuses requêtes de la population qu’elle eût à traiter lui permirent de comprendre que la reine Branet ne régnait plus de manière aussi juste qu’auparavant, tout particulièrement depuis que le dénommé Kuja lui rendait visite. Elle n’avait jamais connu quelqu’un portant ce nom lorsqu’elle habitait encore à Tréno, aussi ses soupçons se portèrent tout naturellement sur lui, l’amenant à enquêter sur les agissements de ce soi-disant noble. Cependant, ses recherches attirèrent l’attention de ses collègues obéissant aux ordres de Branet, et celles-ci décidèrent de la faire enfermer sous prétexte de trahison. Lorsque son père apprit la nouvelle, il tenta plusieurs démarches pour la faire sortir de prison, qui se soldèrent toutes par un échec.

La jeune femme ne resta cependant pas enfermée très longtemps, puisque la figure familière de son frère aîné refit surface de l’autre côté des barreaux de sa cellule pour lui venir en aide. Après avoir assisté de ses propres yeux à la conquête de Blumécia par les forces d’Alexandrie, Ellias avait appris les mésaventures de sa sœur. Convaincu de l’innocence de Mélina, il la fit évader et sortir de la capitale incognito.

Les deux jeunes gens durent rester à l’écart quelques temps jusqu’à ce que la situation ne se calme et en profitèrent pour rattraper le temps perdu. Ellias raconta comment il avait voyagé durant les dernières années et que la nouvelle de la mort de sa mère avait très dur pour lui. Il s’était longtemps senti responsable, pensant que ses décisions égoïstes et son ignorance avaient été la cause de cette tragédie et avait donc préféré rester éloigné de sa famille pour ne plus leur causer de torts, ce à quoi Mélina répondit qu’il aurait au contraire dû revenir dès que la nouvelle lui était parvenue plutôt que de leur causer plus d’inquiétude en faisant le mort. Les désaccords se succédèrent les uns après les autres et le frère et la sœur se brouillèrent juste avant de retourner à Alexandrie, la reine Branet ayant été tué lors de sa campagne sur l’arbre Iifa et sa fille Grenat s’apprêtant à assurer la succession au trône. Le jour de leur arrivée fut malheureusement celui que choisit Kuja pour lancer l’offensive sur Alexandrie, prenant par surprise les deux jeunes gens.

Ellias voulut fuir avec sa sœur, mais Mélina préféra s’assurer en priorité du bien-être de son père avant le sien. Aussi, elle courut jusqu’à sa maison en laissant son frère en arrière. Une fois devant, Mélina fut horrifiée de trouver la bâtisse en proie aux flammes, une des toutes premières météorites de Bahamut ayant frappée le quartier. Les rescapés voisins lui signalèrent que la charpente s’était écroulée avant que qui que ce soit ne puisse en sortir, ce qui poussa Mélina à partir au secours de son père. mais elle fut rattrapée par Ellias qui était tout juste arrivé. La jeune femme se débattit en hurlant à son aîné de la laisser y aller, l’insultant d’abord de plusieurs noms avant de finalement se servir d’un sort pour l’expulser à distance. Elle se jeta alors au milieu du brasier, pensant uniquement à secourir son père. Cette décision s’avéra funeste pour la jeune femme, puisque Rolland Hartford avait été enseveli sous les décombres enflammés dès les premiers instants du bombardement et n’avait pu se dégager à temps pour échapper au brasier. Mélina ne put ni retrouver le corps de son père, ni s’extirper à temps et suffoqua finalement à cause du manque d’oxygène, l’intégralité du bâtiment venant s’écrouler sur elle par la suite. Ces évènements marquèrent la fin de Mélina Hartford, noble déchue de la ville de Tréno. Mais l’histoire de la jeune femme ne s’arrête pas là pour autant.

Renaissance(de Héra vers l’Au-Delà, Héra An 1802 - Héméra An 0)

Lorsqu’elle émergea de son sommeil forcé, la première chose qui sauta aux yeux de Mélina fut que le paysage qui l’entourait lui était totalement inconnu. On eût dit un décor tout droit sortit d’un conte de fées de son enfance et elle se perdit à contempler la scène un long moment en pensant être arrivée au paradis, avant qu’une main étrangère ne se pose sur son épaule pour la tirer de sa rêverie. La jeune femme ne manqua de manifester sa surprise lorsqu’elle vit que la personne qui l’avait interpellé était un homme doté de longues oreilles et d’une chevelure lui rappelant les racines d’un arbre, avant de s’évanouir sous le coup de l’émotion. Elle se retrouva plus tard étendue dans le lit d’une chambre inconnue, à côté duquel était assis l’homme en question.

Encore peu rassurée par l’apparence de ce dernier, Mélina se risqua tout de même à poser des questions concernant sa situation et celle de sa famille. Le Guado se présenta d’abord, puis lui expliqua qu’ils étaient actuellement dans la ville de Guadosalam sur le continent de Spira et que l’endroit où elle avait été trouvée se nommait l’Au-Delà. Il ne sut bien évidemment pas la renseigner sur ce qui lui était arrivée avant qu’il ne la trouve, ni sur ceux qu’elle désignait comme membres de sa famille. Mélina commença à paniquer, se disant que l’endroit où elle avait atterrit n’était pas fait pour elle et tenta de se lever en catastrophe pour s’enfuir, mais fut arrêtée dans son élan par son incapacité à bouger ne serait-ce qu’un seul doigt de pieds. Ses jambes étaient comme paralysés et elle remarqua que presque tout le reste de son corps, à part son visage, répondait difficilement aux ordres donnés par son cerveau. Le Guado lui fit remarquer qu’il lui serait difficile de bouger avant un long moment, la quasi-totalité de ses membres ainsi que ses organes portaient des traces de dégradation sévère. Les soigneurs qui l’avaient examiné apparentait cela à des brûlures en profondeur, qu’ils avaient traités du mieux qu’ils le pouvaient en attendant son réveil.
Du peu qu’elle lui avait restitué de ses derniers souvenirs, il en avait déduit qu’elle avait bien succombé aux flammes décrites dans son histoire et qu’elle avait vécu un phénomène qui l’avait ramenée d’entre les morts, l’Au-Delà ayant justement manifesté des signes de fluctuations spirituelles inhabituelles depuis la disparition des chimères de Spira.
La jeune femme n’eût pas d’autre choix que de prendre son mal en patience le temps qu’elle récupère l’usage de son corps, et elle en profita pour se renseigner sur Spira et ses coutumes. Son état sembla s’améliorer quelque peu durant les jours qui suivirent, mais il lui était encore impossible de bouger les jambes au bout de trois mois bien que tout le reste de son corps semblait lui répondre à peu près correctement. La seule solution qui lui restait était de pratiquer une rééducation en bonne et due forme. Il lui fallait pour cela gagner la capitale, Guadosalam ne disposant d’aucun établissement permettant ce genre de traitement.

Bevelle ne mit pas longtemps à avoir vent des évènements et malgré l’état précaire dans lequel l’église s’était retrouvée après la défaite de Sin, elle envoya un groupe de prêtre afin d’évaluer la situation. Nombreux étaient ceux qui avaient d’abord crût à l’apparition d’Errants en entendant les rumeurs sur l’apparition de personnes vivantes depuis l’Au-Delà, aussi furent-ils rassurés lorsque les Guados lui confirmèrent que Mélina était bien humaine. Ils hésitèrent cependant quelque peu à l’idée d’emmener une étrangère jusqu’à la capitale mais devant l’insistance de la jeune femme et le fait évident qu’elle était inoffensive tant qu’elle restait dans cet état, l’affaire fut entendue et Mélina quitta Guadosalam.

Inquisition & Résolution (Spira, de nos jours)

Les mois qui suivirent l’arrivée de Mélina à Bevelle lui parurent s’écouler au ralenti, tant il lui semblait que la guérison de ses jambes prenait un temps fou. Aucune évolution ne se manifestait et le moral de la jeune femme baissait un peu plus chaque jour qu’elle passait clouée à son fauteuil roulant. Ce n’est qu’au terme du cinquième mois, alors qu’une réunion des dirigeants des mondes confirmés comme fusionnés se préparait, que la situation prit une tournure des plus surprenantes : après avoir été confinée un long moment entre les murs de l’établissement de soins, Mélina fut enfin autorisée à sortir dans les rues de Bevelle sous la surveillance de quelques moines pour assurer sa sécurité. La nouvelle de la nomination d’Asran à la tête de l’église avait provoquée nombre de soulèvements en ville de la part des opposants de Yevon, principalement des membres de la faction dissidente Al-Bhed, d’après les explications qui avaient été faites à Mélina.

Le trajet prit alors une tournure bien sombre lorsqu’une altercation se déclencha et que l’escorte de la jeune femme fut appelée en renfort. Mélina fut ordonnée de retourner de là où elle venait, mais refusa pour suivre les moines sur les lieux de l’incident ; un bâtiment du centre de Bevelle s’était retrouvé en proie aux flammes à la suite d’une altercation entre des Yévonites et un Al-Bhed, ce dernier s’étant réfugié dans la bâtisse inhabitée pour échapper à ses poursuivants, qui l’accusaient de faire partie des instigateurs des récentes émeutes.

Mélina ignorait qui de ses bienfaiteurs ou du reste disait la vérité, mais elle n’en avait pas grand-chose à faire sur le moment. Tout ce qu’elle voyait, c’était un brasier semblable à celui qui avait causé sa propre mort et celle de son père, et qui risquait de causer la mort d’innocents si rien n’était fait. Malgré sa volonté de prêter assistance, elle restait bloquée au fond de sa chaise et devait assister impuissante à la scène. Les secours avaient réussi à sortir la plupart des personnes du bâtiment, mais il manquait encore l’Al-Bhed et deux des hommes l’ayant pourchassé jusqu’à l’intérieur. Ces derniers apparurent au bout de quelques minutes près de la sortie, l’un des suivant de Yévon supporté par les deux autres pour marcher. Les trois réussirent tout juste à sortir de la bâtisse pour que la façade avant ne commence à s’écrouler sur eux, ne leur laissant quasiment aucune échappatoire.
Ce fut à ce moment-là qu’un véritable miracle se produisit, Mélina ayant pu s’extirper à temps de son fauteuil pour retenir le pan de mur entier par on ne sait quelle force extraordinaire. L’intervention de la jeune femme permit aux trois hommes de partir se mettre en lieu sûr, avant que les jambes de Mélina ne cèdent sous leurs propres poids en l’ensevelissant sous les décombres.

Elle se retrouva quelques temps plus tard dans sa chambre d’hôpital, indemne. Cependant, elle était retenue à son lit par plusieurs sangles autour des jambes et la figure inconnue d’un homme d’église la surveillait depuis l’autre bout de la pièce. Elle n’eut pas le temps de demander qui il était qu’il commença à la féliciter pour avoir sauvé la vie de trois hommes et possiblement celle de plusieurs personnes en ralentissant la chute du morceau de mur. Les louanges qui lui étaient faites semblaient sincères, mais l’homme qui les lui faisait dégageait une aura qui mettait Mélina très mal à l’aise. Elle pouvait sentir qu’il avait l’habitude de ne pas jouer franc-jeu et son intuition vint se confirmer rapidement lorsqu’il lui demanda pourquoi elle avait aussi secouru l’Al-Bhed en plus des deux citoyens de Bevelle. Elle voulut lui répondre que c’était arrivé naturellement, qu’elle n’aurait pu choisir qui elle sauverait en rattrapant le bout de façade et qu’il valait mieux qu’elle aide le plus de personnes possibles. Mais une pression incommensurable émanant du personnage en face d’elle l’amena à perdre toute son assurance et à déclarer qu’elle ne savait pas pourquoi elle avait agi ainsi. La réponse de la jeune femme sembla correspondre à ce qu’il attendait d’elle puisque Mélina le surprit à afficher un sourire mauvais. Il commença alors à l’accabler pour ses actes de bienfaisance envers un « hérétique », puis de la traiter d’abomination revenue d’entre les morts en l’accusant d’avoir trompé les Guados, prétendue être malade pour infiltrer Bevelle et y provoquer le chaos, allant même jusqu’à déclarer qu’elle travaillait de concert avec les Al-Bhed combattant l’église.

Les accusations terminèrent de convaincre Mélina que cet homme était dangereux et suffisamment influent au sein de l’ordre de Yévon pour se permettre de s’en prendre à elle de cette manière. Elle ne fut donc pas étonnée d’apprendre par la suite qu’il s’agissait du nouveau Grand Maître de Yévon en personne.

Mélina n’était plus une humaine ordinaire, elle l’avait déjà comprise sans avoir à supporter les sermons d’Asran. Depuis sa sortie de l’Au-Delà, elle s’était rendue compte que son organisme ne répondait plus comme avant : ses blessures les moins graves se refermaient plus vite selon son état de santé, son appétit n’arrivait plus à être satisfait par des repas standards et son métabolisme déréglé l’empêchait de se développer au-delà de son apparence de jeune adulte. Si ses jambes étaient restées immobiles si longtemps, c’était probablement parce qu’elle s’était inconsciemment bloquée face aux brusques changements qu’elle avait expérimenté.

Mélina était dans une impasse et un dernier ultimatum s’imposait à elle : Ou bien elle jurait fidélité à Yévon en se mettant au service de l’église et de répondre aux demandes que l’ordre lui faisait, ou bien elle finissait le restant de ses jours dans le Via Purifico, la prison labyrinthique constituant les sous-sols de Bevelle. Le choix était vite fait.

Mélina fut donc intégrée à l’ordre de Yévon et placée très bas dans la hiérarchie en tant qu’Inquisitrice de Bevelle, avec pour charge de pourchasser ceux que l’église désignait comme criminel religieux. Un prétexte multiple pour mettre sa force au service des objectifs d’Asran et la contraindre à rester à l’écart des sphères d’influence. Mélina se savait manipulée à l’extrême, mais elle savait aussi qu’elle aurait plus de chances d’agir de l’intérieur.

On lui avait donc imposé une nouvelle vie, obligée d’obéir aux ordres d’une hiérarchie inconnue, au sein d’un ordre religieux gangrené de l’intérieur. Peu lui importait d’être considérée comme l’un des chiens de Yévon, ou comme un paria venu de l’extérieur. Elle était convaincue de pouvoir exposer au grand jour tout ce qui n’allait pas au sein de cette organisation, dusse-t-elle pour cela subir milles souffrances. Son pays natal avait manqué être détruit à cause de manipulations réalisées dans l’ombre. Elle ne laisserait pas une telle tragédie se reproduire. « La vérité triomphera », une maxime qu’elle ne cesse de se répéter depuis ce jour.

RP

Mélina a débuté le rp à Bevelle - par là

Et pour finir...

Quelques questions vous concernant:
• Votre vrai prénom dans la vraie vie? X
• Votre âge? Vingt et une piges
• Comment avez-vous connu FF Rebirth? Je suis William Lawrence sur le forum.
• Avez-vous lu toutes les règles? Y a t'il des choses que vous n'avez pas comprises? Lu et approuvées depuis bien longtemps.



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Mélina Hartford   Dim 20 Déc 2015 - 19:25

Mélina Hartford : Liens sociaux (Spira)

KlaviusKlavius, dit « Le Fossoyeur », est un juge de Bevelle dont la juridiction se limitait essentiellement à la capitale et ses alentours, jusqu’au jour où la décision fut prise de lui assigner la surveillance des membres les plus récalcitrants de l’Inquisition.
De nature assez affable, c’est un homme prenant généralement la vie du bon côté, amateur de boissons très chères et de tabac importé d’un peu partout dans le monde, ainsi qu’un séducteur inépuisable, favorisant la compagnie des Inquisitrices tout en affichant un dédain proche d’une haine envers les membres de la gente masculine de l’Ordre.
Son surnom vient de la réputation qu’il s’est forgé en tant que juge ayant officié dans plus de cent procès s’étant apparemment terminé par la condamnation à mort des accusés. La vérité est que tous furent envoyés au Via Purifico pour ne jamais en ressortir mais il est ainsi craint à tort comme celui qui enterrera tous ceux qui se présenteront à lui. N’ayant pas spécialement à cœur de faire disparaître cette notoriété macabre, il a préféré renforcer cette image de lui en demandant à ce qu’un cercueil soit préparé avant chacune des séances qu’il préside.
Bien qu’encore capable de combattre, il préfère mettre en pratique ce qu’il lui reste de ses jeunes années dans les entraînements qu’il fait subir aux Inquisiteurs sous sa tutelle, réputé pour être extrêmement éprouvants. Il est celui qui prit en charge Mélina lors de son arrivée dans l’organisation, l’aidant à terminer sa rééducation tout en l’entraînant à utiliser correctement sa force incroyable.
La jeune femme reste très formelle en sa présence, encore incertaine vis-à-vis de l’attitude tantôt bourreau des cœurs, tantôt pseudo-paternelle dont il fait preuve à son encontre. Il lui arrive souvent de devoir recadrer elle-même avant qu’il ne provoque d’incident, ce qui a tendance à l’agacer si l’on compare cela au travail d’une assistante. Ce qu’elle n’est pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mélina Hartford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alma de Lina-Marquez-Jones
» Lina Lina Lina Pon !
» Lina Inverse entre en scène ! [validée]
» - RP de Rpgman -
» Félina, nouvelle chasseresse(Joueur masculin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Pour commencer... :: Tout sur vos personnages :: Présentations Validées-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives