Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 En route vers Dol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Jeu 10 Déc - 11:49

Spoiler:
 

Nous étions enfin arrivés sur le continent de Galbadia et je devais avouer ne m’être jamais senti aussi soulagé d’y mettre les pieds. Soulagé car cela signifiait que je n’étais plus qu’à quelques heures à peine de la BGU, de Linoa. Etrangement, plus je me rapprochais de la faculté et plus je sentais en moi le stress grandir, comme si ce pressentiment que j’avais s’installait confortablement dans mon esprit et était voué à se réaliser. J’espérais fortement que cela ne soit que mon imagination, et c’était bien pour cela que je faisais en sorte de ne pas perdre une minute pour rentrer. Malheureusement, notre course allait être indéniablement freinée par les horaires de train. Enfin, si seulement c’était la seule chose… En effet, sur notre chemin, deux Fungus nous bloquèrent le passage, bien décidés à nous en faire voir de toutes les couleurs. Avec l’aide de Liesel, nous avions posé la moto sur le bas-côté puis nous nous mîmes en position de combat, prêts à passer à l’offensive.

Connaissant la nature de ces monstres que trop bien, je prévins ma partenaire de leur tendance à vouloir endormir leurs adversaires. L’avertissement fut réciproque, d’autant que nous ne disposions ni l’un ni l’autre d’objets permettant de nous réveiller « normalement », dirons-nous… Si l’un de nous venait à s’endormir, il faudrait probablement l’attaquer pour le sortir de son sommeil. Sans attendre davantage, j’entamai les hostilités en faisant usage d’une attaque magique de zone. Levant la main gauche au-dessus de mon épaule droite, je chargeai le pouvoir contenu dans ma gemme pour le libérer en tendant la paume vers les deux Fungus. Sans attendre, de nombreuses colonnes de foudre jaillirent de ma main pour partir en trois endroits différents, balayant la zone dans laquelle ces champignons se trouvaient. Les dégâts furent relativement lourds mais il m’allait être impossible de réitérer l’action avant quelques temps, mes ressources mentales n’étant pas encore assez développées. C’était dans ces moments-là que je regrettais l’époque avant la fusion des mondes… Après tout ce que j’avais traversé, voilà que je devais reprendre l’entrainement à zéro.

« Je serai prudent. »

Répondis-je à Liesel, visiblement victime d’un sort de Morphée mais qui échoua. Elle se chargea de riposter d’une balle bien placée tandis que je dus essuyer une attaque de l’autre Fungus. Leur capacité à allonger leur corps pour atteindre à longue distance leur cible m’impressionnait toujours. Leur force de frappe, en revanche, moins. Je n’allais pas m’en plaindre puisque cela me confortait dans l’idée que ce combat serait rapidement expédié et qu’aucun dommage sévère ne serait à déplorer. Mais c’était une bonne occasion pour moi de relâcher la pression que je ressentais actuellement, et ce en faisant usage de ma Gunblade. J’étais quelque peu rouillé et ce combat tombait à point nommé.

────────────────────

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Sam 12 Déc - 19:26

Spoiler:
 

Sans le savoir et sans se l'avouer l'un à l'autre, mon partenaire - pour l'occasion - et moi-même étions exactement sur la même longueur d'onde. Avec plus ou moins de vigueur, nous pestions tous deux contre cette fusion des mondes, qui nous avait fait revenir à nos débuts en matière de combats. Dire qu'avant cela, j'aurai étalé ces deux Fungus avec un peu de magie et quelques balles... Et là, c'est à peine si je les égratignais !

Mais ce n'était pas le pire ! J'étais bien moins résistante qu'avant aux diverses drogues qui pouvaient altérer ma lucidité et mon efficacité au combat. Alors, quand je m'étais rendue compte que le Fungus avait failli m'hypnotiser, j'avais un peu oublié ma rigueur pour ne me concentrer que sur lui.

Mais je ne referai pas la même erreur. Sitôt que Squall m'eut confirmé que, lui aussi, resterait sur ses gardes face aux talents hypnotiques des deux monstres, et que j'eus chargé mon Beretta de balles empoisonnées, je ciblai le même Fungus que mon allié. Avant de tirer, je lui lançai :

« Mieux vaut les abattre un à un, plutôt que de se disperser. Dès que nous aurons tué le premier, le second ne pourra pas nous endormir tous les deux en même temps. »

Pas la peine d'aller plus loin dans mes explications, quelqu'un de la trempe de Squall devait sûrement avoir compris où je voulais en venir : dès lors que nous n'aurions plus qu'un Fungus à combattre, il n'y aurait plus de risque de lancement de sort « Morphée » simultané et donc, plus de danger que nous sombrions tous les deux dans le sommeil en même temps.

J'ajustai ma cible et, peu après que Squall eut porté un coup de Gunblade à son ennemi, je lui tirai dessus les trois balles de mon chargeur, en espérant que le venin de Draconus l'infecterait. Je restai quelques secondes à l'observer, avant de finalement le voir s'agiter d'un soubresaut et de voir sa peau prendre une teinte plus foncée. Je gardai pour moi l'air narquois que m'inspirait cette situation.

Grand bien m'en fit, puisque, accaparée par cette observation de ce monstre, j'avais délaissé le second. Celui-ci ne se priva pas de m'envoyer un petit rappel de sa présence en la forme d'un bon rayon dans la face. Je reculai d'un pas sous le choc et époussetai mon débardeur encore fumant. J'anticipai la question de mon équipier :

« Je vais bien. Mais il a l'air de particulièrement m'en vouloir, celui-là. »

Puis, reprenant le cours de mes pensées là où mon ennemi m'avait interrompu, je lui transmis :

« J'ai empoisonné le premier, ça devrait nous aider un p... »

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase que Squall se faisait griller par une attaque magique de feu venant dudit empoisonné. Vraisemblablement, il n'avait pas apprécié la plaisanterie, encore qu'au moins, avec cette attaque qu'il venait de lancer, il fut pris d'un nouveau tremblement aussi violent qu'incontrôlé.

Par habitude, plus que par véritable sollicitude, je lançai :

« Tout va bien ? Pas trop chaud ? »

Je me déplaçai un peu sur la droite pour être certaine que les Fungus ne puissent pas nous prendre pour cible commune et fouillai dans ma poche. L'attaque précédente m'avait déjà drainé pas mal d'énergie et, même si j'avais plusieurs cartouches venimeuses en réserve, je savais que je ne pourrais  en utiliser qu'une seule. Je résolus donc de revenir à des munitions plus classiques pour continuer le combat. De plus, cette option me laissait la possibilité de lancer un sort de Soin sur l'un de nous si les Fungus en venaient à nous blesser de façon vraiment critique. J'en fis part à Squall, pour qu'il adapte sa stratégie en fonction des informations que je lui fournissais :

« J'ai encore de quoi infliger la même chose à l'autre, mais, étant donné les chances de succès, je préfère garder une réserve d'énergie pour soigner l'un de nous. »

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Lun 21 Déc - 17:25

Tss… J’avais vraiment besoin d’entrainement. Mes coups de Gunblade n’infligeaient que très peu de dégâts au Fingus que je venais de prendre pour cible alors que je l’aurais terrassé en un seul mouvement par le passé. La situation avait quelque chose de rageant tout de même, même s’il n’y avait pas grand-chose que l’on pouvait faire pour y remédier à part s’entrainer davantage. Personnellement, je me consolais dans la pensée que je n’étais certainement pas le seul dans ce cas-là, peut-être même que Liesel en avait été affectée elle aussi. Cela était plutôt facile à déterminer puisqu’elle possédait visiblement de bonnes aptitudes au combat, ce qui signifiait qu’elle devait posséder par le passé une force conséquente aujourd’hui disparue.

La SeeD me conseilla de centrer mes attaques sur une seule cible afin d’empêcher ces Fungus de nous endormir au même moment. Elle n’avait pas tort, il s’agissait d’un risque que je n’avais pas pris en compte, pensant que nous en serions venus à bout bien plus rapidement… Par conséquent, j’hochai la tête en guise d’acquiescement et m’élançai vers le champignon le plus affaibli des deux. Ma lame trancha sa chair mais la blessure n’avait rien de si spectaculaire. Même lui ne devait pas avoir senti grand-chose… Liesel me seconda en tirant une balle empoisonnée qui avait visiblement fait son effet : l’épiderme du Fungus prit une teinte bien plus sombre, signe que le poison agissait.

Dans un petit cri aigu, le monstre s’agita et me lança un sort de feu en guise de riposte. Voilà une chose peu plaisante à subir, mais ce n’était probablement rien comparé au rayon que venait de se prendre Liesel par le second Fungus. Décidément, celui-là avait une dent contre elle. La jeune femme rassembla ses esprits et s’enquit de savoir si j’allais bien. De la fumée s’échappait encore un peu de mes vêtements mais j’étais suffisamment résistant pour qu’un simple sort de feu ne m’inflige que peu de blessures.

« Je vais bien, merci. Et vous ? »

J’aurais pu lui demander si ce rayon n’avait pas été trop douloureux mais ce n’était pas dans mon habitude de converser autant, surtout en plein combat. Elle m’indiqua qu’elle allait bientôt arriver à court de ressources mentales et qu’elle préférait donc garder ses réserves en cas d’extrême urgence, ce qui était sage de sa part puisqu’elle était la seule d’entre nous à pouvoir lancer des sorts de soin. En revanche, je ne comptais pas me priver de faire usage de mes techniques pour venir à bout rapidement de ces champignons orange. J’allais avoir tout le temps nécessaire pour me reposer une fois arrivé à la BGU.

« Je vais tenter d’accélérer les choses, histoire d’en finir plus vite. »

Le Fungus sur lequel nous nous acharnions depuis tout à l’heure ne devait plus en avoir pour très longtemps, aussi valait-il mieux l’achever rapidement. Cela allait rendre la suite bien plus tranquille. Du moins, je l’espérais…

────────────────────

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Ven 25 Déc - 12:18



Au beau milieu du combat, un petit mog apparut de nulle part et se précipita devant Liesel et Squall... le temps semblait s'être arrêté, les fungus étaient figés et le petit mog tendit alors deux petits cadeaux aux jeunes gens

«Joyeux Noël! Coubo!»

Il leur remit les cadeaux et pouf! Il disparut! Le temps reprenait son cours, ils allaient peut être devoir ouvrir leurs cadeaux plus tard!

===================

Le Mog de Noël vous offre un petit cadeau!

Liesel reçoit deux chargeurs de balles en concentré de carbone et énergie solaire, qui se rechargent à l'infini avec les éléments autour
Squall reçoit une paire de lunettes de soleil à la mode! Pour garder la classe en toute circonstance (cadeau de Linoa)

Joyeux Noël!



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Jeu 31 Déc - 10:23

Spoiler:
 

J’acquiesçai d’un signe de tête en entendant que Squall me retournait la question de mon état. Un rayon dans la face n’était jamais vraiment plaisant, mais je survivrai. J’aurais pu risquer une plaisanterie sur le sujet si j’avais voulu poursuivre un peu mon rôle de composition, mais j’avais clairement la tête à autre chose.

Comme j’en avais parlé à Squall, mieux valait achever un des deux monstres. Et si le balafré avait approuvé ma suggestion l’avait mise en application, je ne voulais pas être en reste. J’avais beau ne pas faire beaucoup de dégâts, il était bien évidemment hors de questions que je me repose sur mon partenaire. Pourtant, c’était tentant, vu la maitrise dont il faisait preuve en maniant sa gunblade. Je devais bien reconnaitre que j’avais toujours admiré les utilisateurs de ce type d’arme. Si un de mes premiers instructeurs ne m’avait pas fait comprendre que je n’étais pas vraiment taillée pour ce genre d’armes, je me serai sans doute dirigé vers l’apprentissage de leur maniement. Et j’aurai très certainement fini par devenir une combattante de moyenne envergure, incapable de mettre en avant ses véritables atouts.

Au lieu de ça, j’avais su mettre de côté mon orgueil, m’était épargnée les séances de renforcement musculaire qui auraient nécessairement accompagné l’apprentissage du maniement d’une lame – et qui s’annonçaient interminables, vu mon petit gabarit – et m’était consacrée à développer mes aptitudes innées au combat à distance et à la stratégie de combat. Ça en jetait certainement moins, mais ça se montrait, sans conteste, aussi redoutable qu’un bon bretteur.

Enfin ça, c’était avant. Parce qu’aujourd’hui, j’avais beau avoir empoisonné cet imbécile de monstre en lui tirant une de mes balles chargées de venin, nous n’avions pas avancé d’un pouce dans la bataille et ce, même après que Squall eut dégainé pour tirer sur nos ennemis.

Je m’apprêtai à en faire de même lorsque le temps se figea. Une peluche rose à pompon apparut, comme par magie, entre nous et les Fungus. Aucun de nous ne semblait vouloir poursuivre le combat et je sentais que ce n’était dû qu’à la présence de cette bestiole étrange. Mais il était écrit que la bizarrerie serait poussée à l’extrême lorsque, sans raison aucune, le machin chouette qui avait ponctué sa phrase d’un « Coubo ! » qui m’était complètement étranger, me tendit un paquet. Je compris instinctivement que c’était véritablement un cadeau qu’il me faisait et je l’acceptai, sans vraiment m’expliquer pourquoi. Il en fit de même avec Squall, que je dévisageai, dissimulant à peine ma confusion.

Lorsqu’il disparut, l’atmosphère redevint imperceptiblement moins dense et les monstres se remirent à bouger. Je restai comme une gourde avec mon paquet dans la main et, me ressaisissant au bout de quelques secondes, je lançai au directeur de la BGU :

« C’était une de vos techniques, ça ? »


Si c’était le cas, j’étais à la fois impressionnée par la puissance phénoménale qui s’en dégageait et perplexe quant à son intérêt en combat. Je garderai bien évidemment pour moi ce second aspect de mon appréciation.

Sans attendre vraiment sa réponse, je rangeai rapidement le paquet dans mon sac – le moment pour le déballer était vraiment mal choisi – et ajustai le Fungus qui avait changé de couleur pour lui coller une balle dans ce que je m’étais toujours représenté comme sa tête – encore que, dans le cas précis de ce monstre, le doute fut permis -.

D’après mes estimations, nos attaques auraient quasiment dû le détruire. Pourtant, il restait encore plein de vigueur, et de ressentiment à mon égard, a priori, puisqu’il n’hésita pas à lancer une partie de son corps mou sur moi.  J’encaissai sans dire un mot ni laisser paraitre aucune émotion. J’avais pour crédo de toujours rester concentrée sur le combat, même si une peluche rose venait le perturber.

Grand bien m’en fit, puisque, lorsque le deuxième Fungus imita son camarade, je l’évitai en esquissant un mouvement de côté. J’aurai pu m’agacer d’être devenue leur cible privilégiée, mais je n’en faisais rien. Je terminai simplement en lançant à Squall :

« Ils semblent m’avoir pris pour cible. Je vais me déplacer pour essayer de les attirer. Profitez-en pour les attaquer à revers. »


Je joignis le geste à l’action et commençai à courir pour m’éloigner de Squall. Avec un peu de chance, cette action serait suffisante pour lui permettre de faire un coup critique lorsque les Fungus m’attaqueraient de nouveau.

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Jeu 7 Jan - 17:13

Spoiler:
 

SquallL’heure tournait… Non pas que nous allions être en retard pour prendre notre train mais cela m’insupportait de devoir perdre mon temps contre de tels monstres, alors même que nous étions restés sur la route pour justement les éviter. Depuis la formation d’Héméra, je devais admettre que certaines choses avaient changées… Las de devoir conserver mes forces pour une éventuelle autre attaque ennemie, je pris la décision d’accélérer les choses en puisant dans mes dernières ressources mentales. L’avantage de mon arme était que je pouvais aussi bien attaquer à courte portée comme à distance, grâce à l’arme à feu qui se trouvait à l’intérieur de la lame. Prenant pour cible le Fungus déjà bien affaibli par nos attaques combinées, je lui tirai une salve de cinq balles avec une telle précision qu’aucune ne manqua sa cible. Le champignon empoisonné n’avait cependant pas succombé à mon attaque, preuve encore de ma faible puissance. Mon regard se durcit alors que je voyais mon ennemi se diriger vers Liesel dans un mouvement certes efficace mais bien plus lent qu’auparavant. Le poison devrait bientôt avoir raison de lui.

Sans que le Fungus n’ait le temps de faire quoi que ce soit, le temps sembla se ralentir doucement avant de s’arrêter définitivement, comme paralysé par l’ambiance givrée qui venait de recouvrir les plaines aux alentours. Je ne parvenais pas à expliquer ce qu’il se passait mais une étrange créature volante apparut devant nous, habillée dans un étrange costume. Il se présenta juste devant Liesel et lui tendit un petit paquet cadeau avant d’en faire de même pour moi. Un peu confus, j’acceptai de recevoir le présent que me donnait la boule de poil, sans savoir ce que la boîte contenait ni qui était son expéditeur. La créature nous souhaita alors un Joyeux Noël avant de disparaître comme par enchantement. Très vite, le temps reprit son cours et les Fungus se remirent à se déplacer. Liesel me demanda si j’étais la cause de ce qui venait de se passer.

« Non, j’ignore ce que c’était… »

Mon incompréhension devait sans doute se lire sur mon visage alors que je mettais également de côté le cadeau pour le moment. Il valait mieux terminer ce combat avant de commencer à les déballer, d’autant que le Fungus empoisonné ne tarda pas à reprendre les hostilités en frappant Liesel de son corps gélatineux. Son partenaire tenta d’en faire autant mais la SeeD parvint à esquiver l’attaque avec souplesse. Devant un tel acharnement, je ne pouvais qu’approuver la suggestion de Liesel : elle tenterait de les attirer pour faire diversion afin que je puisse les attaquer de dos lorsqu’ils ne s’y attendraient pas. Je la regardai donc faire et constatai que cela fonctionnait : les deux Fungus tentait de la suivre ne serait-ce que du regard, à défaut de pouvoir se déplacer aussi vite qu’elle. Il ne me restait donc plus qu’à faire ma part dans ce plan. Pour cela, je décidai de m’en prendre au Fungus empoisonné. Certes, il n’en avait certainement plus pour très longtemps grâce au poison mais nous ne pouvions prendre le risque de subir ses rayons encore trop longtemps. Mon choix était fait.

────────────────────

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Jeu 7 Jan - 19:43

Bon, ce n'était pas Squall non plus qui avait provoqué cette apparition de peluche distributrice de cadeaux. A la réflexion, c'était plutôt une bonne nouvelle : imaginer une garçon aussi taciturne faire apparaitre des nounours roses en plein combat aurait clairement eu de quoi inquiéter.

Je gardai néanmoins mes réflexions pour moi et, une fois mon attaque lancée sur le Fungus empoisonné, je m'attelai à attirer les deux monstres sur moi. Normalement, la tâche devait être aisée, vu qu'ils m'avaient prise pour cible depuis qu'ils avaient débarqué sur notre route. Cependant, j'en rajoutai un peu en appuyant mes foulées pour soulever davantage de poussière que de besoin, et intensifier le bruit de mes pas. Bref, je me montrai plus visible que jamais pour que les monstres ne perdent pas de vue que leur cible, c'était moi.

Quand Squall s'élança, je notai qu'il avait attendu le moment idéal - l'un des Fungus lui tournait complètement le dos -. Grand bien lui en fit, puisqu'il nous débarrassa enfin d'un de nos ennemis. Et le monstre avait beau être en mauvais état, sa dernière attaque ne manquait pas de panache.

" Joli coup." commentai-je sobrement alors que mon coéquipier réapparaissait doucement derrière le nuage de poussière cristalline que le monstre avait laissé derrière lui.

Mais je n'étais pas la seule à avoir admiré la prouesse technique de Squall : le Fungus survivant avait immédiatement tourné la tête - enfin, ce qui s'en rapprochait - vers l'origine du bruit qu'avait produit ce joli coup de Gunblade. Et en voyant son comparse disparaitre, il s'était aussitôt redirigé vers Squall.

Retenant à peine une grimace en voyant que le monstre contrariait mes plans, je l'ajustai et tirai plusieurs coups sur lui. Je fis mouche à chaque coup, mais rien n'y fit, le monstre, décidé à venger la mort de son camarade, fonça droit sur le directeur de la BGU.

" Tttt."


J'abaissai mon arme, maintenant que le Fungus était trop proche de Squall pour que je me permette de continuer à l'ajuster. J'étais une excellente tireuse et je n'avais aucun doute sur mes capacités, mais je ne voulais pas effriter la confiance que nous avions placée l'un en l'autre pour se liguer contre ses monstres.

Je regardai donc le Fungus s'étendre mollement pour frapper le brun à la cicatrice sans esquisser le moindre geste ni laisser transparaitre la moindre émotion. J'attendis patiemment les quelques secondes qu'il fallait à notre ennemi pour reprendre sa forme "normale", et reprit mes tirs jusqu'à vider mon chargeur.

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Lun 11 Jan - 13:58

SquallD’un mouvement lent, le Fungus empoisonné peinait à suivre la trace de Liesel, actuellement en train d’essayer de les attirer vers elle. Sa stratégie était bonne : faire en sorte de les encercler pour les surprendre en attaquant derrière eux et augmenter ainsi nos chances de réussir nos attaques. C’était ma chance de faire une offensive qui nous permettrait de venir à bout de l’un de ces champignons, aussi ne tardai-je pas à me mettre en action. Armé de ma Gunblade, je courus vers mon ennemi, pris un peu d’élan pour sauter dans sa direction et tranchai l’adversaire en diagonale, sans oublier d’appuyer sur la gâchette pour infliger plus de dégâts. Un tir explosif retentit et le Fungus disparut dans un nuage de poussière cristalline. Ce coup nécessitait un timing parfait pour dévoiler toute son efficacité, car s’il était trop tôt ou trop tard, la balle ne parvenait pas à toucher sa cible et ainsi créer cette explosion.

Liesel était un peu plus loin et venait de commenter mon attaque. Je lui répondis d’un simple hochement de tête avant de remarquer que l’autre Fungus venait de me prendre pour cible. Sans doute n’était-il pas satisfait d’avoir vu son camarade se faire réduire en poussière sous ses yeux. Toujours était-il qu’il allongea son corps une fois placé à une distance correcte de moi et me frappa de plein fouet. On ne pouvait pas dire que cela faisait mal mais le coup était suffisamment fort pour me faire reculer d’un pas sous la pression. Je repris mon équilibre et posa la Gunblade sur mon épaule quelques instants, histoire d’évaluer la situation. Le Fungus commençait à faiblir comme son ancien camarade.

« On ne devrait plus tarder à en finir. »

Maintenant que nous étions en supériorité numérique, il allait de soi que ce combat se terminerait bientôt. Liesel démontra une fois de plus ses talents de tireur en faisant preuve d’une grande précision dans ses tirs contre le Fungus. Deux balles vinrent se loger dans sa chair et le firent tortiller de douleur. Le petit cri strident qu’il poussa me fit grimacer, tant cela me rappelait le souvenir de mes premiers combats contre ces monstres agaçants aux alentours de la Mine de Souffre. Bon au moins, celui-ci n’était pas accompagné d’une Larva… Enfin, je préférais ne pas crier victoire trop vite car nous n’étions pas à l’abri d’en voir une arriver incessamment sous peu.

Quoi qu’il en soit, le Fungus ne semblait plus savoir où donner de la tête. Nous l’encerclions des deux côtés et il ignorait lequel d’entre nous se mettrait à l’attaquer en premier. Il commença alors à faire rebondir son corps sur lui-même et à se tourner dans ma direction. Il poussa son petit cri en guise d’avertissement, ce qui m’indiquait qu’il allait probablement m’attaquer. Je me mis donc naturellement en position défensive, ne sachant trop ce qui m’attendait cette fois. Un autre coup de son corps élastique ? Ou l’un de ses rayons bien plus douloureux ?

────────────────────

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Sam 16 Jan - 14:22

Après avoir vidé mon chargeur de balles classiques, je fouillai dans la poche de mon sac mais ne trouvais rien. Je faisais mentalement le compte des munitions que j'avais épuisées et grimaçai. J'avais été bien trop dépensière sur ce coup-là. Moi qui me vantait de savoir combien de balles il me fallait pour tuer la plupart de mes ennemis, je me faisais avoir comme une bleue. Cette fichue fusion des mondes avait vraiment bousillé tous mes repères, en terme de combats.

Je jetai un œil au Fungus et à Squall et, après avoir analysé la situation, m'emparai de mon sac à dos pour chercher de quoi remplacer mon chargeur. Nous encerclions stratégiquement un unique ennemi : je n'avais aucun angle mort et je pouvais tout à fait me permettre de plonger la tête dans mon sac un instant dès que j'aurai décelé cette attitude caractéristique que le directeur de la BGU arborait dès qu'il était sur le point d'attaquer. Elle était peut-être moins visible que pour nombre de combattants – introversion exacerbée oblige – mais il ne m'avait fallu que quelques minutes pour la cerner. Comme je me tuais à répéter à mes étudiants : « Ca a l'air inutile, mais c'est ce genre de détail qui fait la différence. ». J'aurais voulu qu'ils soient tous là pour voir à quel point j'avais raison, car à peine s'était-il élancé, que déjà, j'avais le nez dans mon sac.

Je poussai la boite que la peluche m'avait tendue et, ce faisant, l'ouvris sans le faire exprès. Un mal pour un bien, puisque j'y trouvai deux chargeurs. Je m'emparai du premier qui me tombait sous la main et l'insérai dans mon Beretta. Une petite lumière vert pale s'alluma sous le chargeur, sans que je puisse déterminer son utilité. Je n'étais pas fana de ce genre de surprises, mais, vu l'état dans lequel se trouvait le Fungus restant, c'était l'occasion où jamais de tester ce cadeau en situation réelle. De toutes façons, étant donné la réaction des monstres lors de l'arrivée du petit ours rose, j'estimai à moins de 25% le risque qu'il s'agisse d'un piège.

Dès que Squall se fut écarté, j'ajustai mon tir et m'apprêtai à tirer quand le monstre lança, une nouvelle fois, le sort Brasier sur mon équipier. Je lâchai un soupir et abaissai instinctivement ma main droite et le Beretta qu'elle tenait, pour lever la main gauche et me concentrer. De petites lumières vertes apparurent immédiatement autour du jeune homme pour apaiser ses brûlures.

« Finissons-en maintenant. J'ai utilisé mon seul joker « Soin ». »

Et quel joker ! De là où j'étais, j'avais à peine vu les lumières vertes, signe que ma magie également était relativement faible.

Il attaqua de nouveau, me fournissant par là-même une occasion d'ajuster tranquillement le monstre et de lui tirer dessus dès qu'il eut reculé. Je tirai plusieurs coups, sans pour autant vider le chargeur, et analysait la réaction du monstre. Pas de meilleur effet, a priori, que si j'avais tiré avec mes balles habituelles. Le seul changement venait, en fait, de la lumière située sous le chargeur, qui avait viré au rouge. Un léger bruit d'aspiration se fit entendre, dès que j'eus laissé la gâchette tranquille pendant plus de deux secondes et, moins de dix secondes plus tard, la LED repassait au vert.

Je ne comprenais pas bien le fonctionnement de ce cadeau, et supposait, vu le bruit qu'il faisait, que le chargeur était auto-nettoyant. Et si c'était vraiment le cas, je ne voyais pas bien l'intérêt de la chose. Ceci étant, mon Beretta ne m'avait pas explosé à la figure, et les balles n'avaient pas soigné notre ennemi. C'était déjà ça.

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Mar 19 Jan - 18:01

SquallLa fin approchait. Il était facile de s’en apercevoir : le Fungus faiblissait de plus en plus après chacun de nos assauts. Ce n’était maintenant plus qu’une question de temps avant qu’il ne succombe comme son prédécesseur, sous les tirs de Liesel ou la lame de ma Gunblade. Néanmoins, la créature n’avait pas dit son dernier mot et me fit regretter de ne pas être plus résistant qu’auparavant. Il s’agita devant moi avant qu’une légère explosion ne retentisse sous mon nez. La proximité fut telle que mes vêtements commencèrent à prendre feu et une épaisse fumée noire m’aveugla momentanément. D’un geste rapide de bras, je chassai cette masse qui m’obstruait la vue tout en profitant du mouvement pour empêcher les flammes de progresser le long de mon avant-bras. Les dommages n’étaient pas trop importants, aussi allais-je pouvoir me concentrer sur l’offensive.

Toutefois, je n’avais pas vu que Liesel tendait son bras vers moi. De petites particules vertes m’entourèrent et vinrent apaiser la douleur que je ressentais au niveau de mes brûlures. Ce n’était peut-être pas grand-chose mais cela était suffisant pour que je la remercie d’un hochement de tête sincère. Visiblement, la SeeD venait d’épuiser ses ressources, ce qui nous rendait tous les deux à sec en matière d’énergie mentale. Il fallait donc en finir une bonne fois pour toute. La Gunblade dressée devant moi, je m’élançai vers le Fungus après que Liesel lui ait administré quelques balles, puis vins pourfendre le monstre de ma lame. Il succomba dans un nuage de poussière cristalline et le calme reprit ses droits sur la plaine. Je restai sur mes gardes quelques secondes de plus tout en balayant de mon regard les alentours, afin de m’assurer que nous n’allions pas avoir de mauvaises surprises à nouveau. Visiblement, la voie était libre, aussi rangeai-je mon arme autour de ma ceinture et me rapprocha un peu de Liesel.

« Ça va aller ? J’attendis qu’elle me réponde avant d’ajouter : Merci pour votre soutien, tout à l’heure. »

Je devais reconnaître qu’elle connaissait plus que bien les rudiments du combat, et ses attaques à distance lui permettaient d’adopter différentes stratégies pour assurer sa réussite. Visiblement, les SeeDs de Trabia étaient de bons atouts militaires, et tous ne finissaient pas dans le journalisme ou les métiers d’art. Je fis demi-tour pour aller récupérer la moto laissée sur le bas-côté de la route lorsque mon regard se porta sur le cadeau laissé par le mog de tout à l’heure. Je l’avais complètement oublié, celui-là. Je me penchai donc pour le ramasser et l’observai un instant avant de finalement l’ouvrir. Il y avait une paire de lunettes de soleil à l’intérieur. J’arquai un sourcil en me demandant qui avait bien pu m’offrir une telle chose, même si je devais reconnaître qu’elles avaient une certaine classe. Néanmoins, ce n’était tellement pas mon genre… Quoi que Linoa voudrait certainement me voir les porter. A cette pensée, mon visage reprit son sérieux : il n’y avait une seconde à perdre, je ne pouvais pas me permettre de rater le train.

Je soulevai l’assise du siège de la bécane pour mettre dans le coffre la boîte vide du cadeau, puis m’installai dessus. Je n’avais plus envie de la pousser désormais, et cela allait nous permettre de nous reposer un peu, tout en évitant les monstres sur notre chemin. Je fis donc signe à Liesel de monter sur derrière moi puis démarrai le moteur. L’engin vrombit et le tableau de bord s’alluma, indiquant l’heure au passage. Nous étions dans les temps. Sans attendre, nous prîmes la direction de la gare où le train était déjà à quai. Il ne suffisait plus qu’à embarquer la moto dans le wagon approprié pour les véhicules légers, puis d’acheter nos tickets et de monter à bord. Être SeeD avait ses avantages puisque nous avions un compartiment qui nous était entièrement réservé. De quoi passer le trajet au calme. Je fis signe à Liesel d’y rentrer puis m’installai sur le sofa, les coudes posés sur mes genoux. J’étais soucieux : plus je me rapprochai de la BGU et plus j’avais cette boule au ventre, comme si quelque chose s’était produit là-bas. Est-ce que le remède apporté par Laguna avait fonctionné ? Linoa était-elle sauvée de l’emprise d’Ultimécia, à nouveau ? Tant de questions… Ne pas pouvoir y répondre m’agaçait.

« Si vous souhaitez séjourner quelques jour à la BGU, le temps pour vous de revoir vos connaissances, une chambre pourra vous être attribuée au dortoir. »

En réalité, cela allait de soi : l’université avait toujours fait preuve d’une grande hospitalité envers ses visiteurs. Qui plus est, Liesel était une SeeD de la TGU, nous ne pouvions pas simplement la laisser à la rue comme ça. C’était contraire à l’éthique de l’établissement. Sans quitter mon regard du sol, je repris.

« A notre arrivée, je devrai néanmoins vous laisser. Des affaires urgentes m’attendent. »

Inutile d’en dire plus, Liesel n’avait pas besoin de connaître les détails. Elle savait qu’elle pourrait donc se déplacer librement à la BGU sans se soucier de quoi que ce soit, c’était suffisant. Il n’était pas nécessaire de dévoiler mes affaires personnelles. Qui plus est, peu de gens étaient au courant de la possession de Linoa et l’autre sorcière du tournoi par Ultimécia, et mieux valait-il que cela en reste ainsi. Ebruiter l’information pourrait la propager sur tout le continent et semer un vent de panique auprès des Doliens… Leur passé avec les sorcières étant mouvementé, il ne valait mieux pas réveiller cette ancienne peur.

« Attention, le train pour Balamb va bientôt partir. »


L’annonce du conducteur à travers les haut-parleurs fut suivie de quelques secousses alors que le train démarra lentement pour rapidement trouver sa vitesse de croisière. A cette allure, nous arriverions certainement en milieu d’après-midi.

Squall et Liesel se dirigent vers la BGU.

─────────────────────────
Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Jeu 21 Jan - 20:21

Dès que le Fungus vola en poussière, après un combo d'attaque à la Gunblade plutôt bien réalisé par mon partenaire, je ne prenais pas tout de suite le temps de souffler. A l'instar de mon camarade, je vérifiai tout autour de nous qu'aucun monstre n'était sur le point de profiter de ce petit moment d'inattention qui suivait parfois une victoire. Ce n'était guère surprenant : nous étions, l'un comme l'autre, loin d'être des novices en la matière, et ce, malgré l'image erronée que pouvait donner la faiblesse de nos coups.

Je fis donc un tour sur moi-même, l’œil à l'affût du moindre mouvement suspect dans le paysage et le doigt sur la gâchette. Fort heureusement, le terrain était suffisamment dégagé pour que l'analyse ne prenne pas longtemps et, au bout d'une vingtaine de secondes à peine, je baissai ma garde, un peu avant que Squall ne vienne s'enquérir de mon état. Par habitude, je répondis froidement :

« Tout va bien. »

Je ne fis pas l'effort de lui demander s'il en allait de même pour lui : c'était évident. Mais, en l'entendant me remercier, je me ressaisis. Ce combat m'en avait presque fait oublier mon rôle d'étudiante nunuche. Ceci dit, vus les résultats que j'avais récolté jusqu'ici en adoptant cette attitude, cet oubli n'aurait pas été un grand mal. Je n'étais même pas certaine que Squall remarque la différence. Je réagis d'une voix plus douce, sans pour autant tomber dans la mièvrerie de la veille :

« De rien. C'était la meilleure chose à faire à ce moment-là. »

Je n'épiloguai pas sur le sujet. Du peu que je connaissais de Squall, ces remerciements n'étaient que pure civilité de sa part. Inutile d'y voir un craquèlement du vernis de beau gosse introverti inaccessible. D'ailleurs, il était déjà en route pour relever la moto.

Avant de ranger mon Beretta dans son étui - comme je l'aurai fait en temps normal – j'éjectai le chargeur de balles que j'avais reçu de la peluche rose et pris un moment pour l'analyser. A ma grande surprise, il était plein. J'écarquillai un peu les yeux et, assez intriguée par cette invention redoutable, je retournai le chargeur dans tous les sens pour tenter de percer à jour son mécanisme. Au bout de quelques instants, je renonçai. Ce n'était ni le moment, ni le lieu pour se livrer à une analyse poussée. Quoi qu'il en soit, c'était un cadeau qui valait son pesant de Gils et je remerciai intérieurement cette petite chose de me l'avoir fait.

Poussée par la curiosité, je relevai la tête pour voir ce qu'il y avait dans celui de mon camarade balafré. En apercevant la paire de lunettes de soleil qu'il observait, je haussai un sourcil perplexe. C'était franchement nul. A part faire renforcer ce côté bad guy un peu craquant que l'on ne pouvait nier et faire tomber les midinettes – dont je me défendais de faire partie – ça n'avait aucun intérêt.

Je gardai cependant mes réflexions pour moi et hochai la tête lorsqu'il m'invita à remonter sur la moto. Au moins, ce combat avait eu pour bénéfice de faire réfléchir mon chauffeur : plus question de perdre du temps avec des Fungus en mal de sensations sur le bord de la route. J'enfourchai le bolide et m'accrochai, une nouvelle fois, à la poignée arrière.

A l'image de notre première balade et notre premier embarquement, nous passâmes de la moto au train dans un silence quasi-religieux. Même l'intimité du wagon qui nous était réservé ne poussait pas le jeune homme à la confidence. Quant à moi, j'attendais le moment propice pour passer à l'attaque. Selon mes calculs, Squall serait plus réceptif après une heure de trajet. Il était inutile de le brusquer.

Le résultat de mon silence relatif alla au-delà de mes espérances : nous n'étions pas encore parti que déjà, les yeux rivés sur le sol et les coudes plantés sur ses genoux tout le long, il intervenait pour me prévenir de l'accueil hospitalier qui me serait réservé à mon arrivée. La pratique était courante, mais le fait de la mentionner était plutôt sympathique. Je répondis donc :

« C'est gentil à vous. J'essaierai de vous déranger le moins possible. »

Mais j'allais bientôt découvrir que, s'il se montrait si galant, c'était pour mieux me faire comprendre que nous ne nous reverrions pas. Intérieurement, je grimaçai, mais je me fis violence pour faire bonne figure :

« Je me doute ! Ne vous inquiétez pas, je vous laisserai un peu tranquille, une fois là-bas. »

Il était cependant hors de question de m'avouer vaincue. Je pris ma chance :

« En tous cas, je ne regrette pas de vous avoir forcé à me garder avec vous. Ca aurait été clairement imprudent de vous balader tout seul. Imaginez-vous contre les deux Fungus. Un sort de sommeil qui fonctionne et vous êtiez cuit. »

J'en rajoutai un peu dans la formulation pour maximiser l'impact sur mon public, mais je n'en pensais pas moins. Un directeur sans escorte ? C'était presque de l'inconscience. Mais cette petite erreur de jugement pouvait me valoir un ticket en première classe avec Squall Leonhart – et donc, l'accès à un certain nombre d'informations dont je pourras faire bon usage. Je conclus donc :

« Je ne sais pas trop ce qui vous a poussé à agir comme ça, mais je me dis qu'il est possible que vous ne vouliez pas mêler un de vos étudiants à tout ça. Si c'est toujours le cas quand vous repartirez de Balamb et que je suis encore dans les parages, faites-moi signe. C'est parfois plus simple d'embarquer quelqu'un qu'on est sur de ne pas revoir par la suite.»

J'arrêtai là mon argumentaire, en espérant sincèrement avoir fait mouche. Le signal du départ ponctua notre discussion avec un timing parfait. Pour empêcher Squall de répondre, persuadée qu'il valait mieux rester sur un silence que sur un « Non » de sa part, je m'exclamai :

« Balamb, nous voilà ! »

Je me tournai vers la fenêtre pour admirer le paysage et en terminer avec toute discussion. Au bout de quelques temps, je risquai un œil vers mon camarade et constatai qu'il n'avait pas bougé d'un pouce. Je m'enfonçai dans mon siège et, bercée par le mouvement du train, je m'endormis. Lorsque je rouvris les yeux, nous étions arrivés à destination.

Quelques kilomètres de moto plus tard, nous arrivions à la faculté de Balamb. Quelques étudiantes, en reconnaissant leur directeur qui roulait sans casque, nous montraient du doigt et se rassemblaient pour échanger quelques messes basses. Je n'étais pas du genre à chercher à tirer profit de ce genre de situation, mais je dois avouer que je savourai chaque regard d'envie que je suscitais chez mes comparses et qu'un fin sourire, caché sous la visière en verre fumé, étirait mes lèvres.

Squall et Liesel se dirigent vers la BGU.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chaos
Modo à la retraite!

Modo à la retraite!

avatar
Niveau : 100
HP : 9999/9999
MP : 999/999

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Jeu 28 Jan - 8:33



Liesel empoche 400 Gils, Squall gagne 350 Gils.

Liesel et Squall passent niveau 3




Liesel et Squall se dirigent vers la BGU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
En route vers Dol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» [Cartes] {La Route vers Fondcombe} Région Inexplorée/Sentinelle Endormie/Embuscade Orque/Poursuite Nocturne - Réponse de Dadajef [Résolu]
» En route vers les abysses
» [La Route vers Fondcombe] Discussion générale
» La route vers le... 6ème sens
» Comment faire des remparts, des tours, des terrasses.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Le reste de la carte :: Océans-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives