Salut
Accueil

Partagez | 
 

 En route vers Dol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Dim 14 Juin - 17:39

YumiJ'étais concentrée sur la réponse que mon frère me donnait. Il parlait sérieusement et j'étais contente qu'il puisse m'apporter quelques réponses. Ces cristaux devaient être vraiment particuliers pour qu'un Léviathan nous aide à les trouver. Toute cette histoire était chargée de mystères et cela commençait à sérieusement piquer à vif ma curiosité.

- Le Léviathan nous aurait surement fait remonter à la surface si nous avions refusé le défi, il n'avait pas l'air bien méchant. Mais tu as raison, c'est tout bonus de faire son défi, ces informations nous seront peut-être utiles qui sait ?

Je regardais Dante avec des yeux brillants. Je me voyais déjà, un cristal d'une magnifique couleur bleuté dans les mains, contrôlant un océan. J’espérais qu'il disait vrai sur les potentielles capacités de ces gemmes. Je trouvais ça beaucoup plus intéressant plutôt que de l'échanger contre de l'argent. J'avais envie d'en savoir plus sur ces pierres. Les trouver pourrait être un but pour ma vie non ?

- Mais tant de questions sans réponses maintenant !!

A peine avais-je dis cette phrase, que Dante me tirait vers un nouvel endroit. J'en avais presque oublié que nous étions à la recherche d'écailles. Nous avancions vers un nouveau temple et sentir la main chaude de mon frère sur la mienne me faisait du bien. Il m'avait tellement manqué pendant ces deux longues années.

La troisième écaille semblait se trouver sur le toit. Après un bref moment de recherche, Dante dénicha un moyen de grimper là-haut. Une étrange colonne paraissait taillée, de sorte qu'il y ait plusieurs marches pour nous permettre de nous hisser facilement sur le toit. Il passa en premier et je grimpais à mon tour. Nous nous retrouvions à plusieurs mètres au-dessus du sol et la vue était prenante. Une nouvelle écaille dans les mains, mon frère s'arrêta quelques instants pour profiter du moment.

Je souriais tant j'étais émerveillée par ce que nous avions la chance de voir. Les couleurs, l'ambiance de cet endroit, tout était tellement particulier et inoubliable. Plusieurs teintes de bleu jouaient entre elles, offrant un panel de couleur plus riche que jamais.
Nous étions loin de la surface, mais on pouvait arriver à distinguer jusqu'à quel endroit, les rayons du soleil arrivaient à percer la barrière de l'eau. A travers l'étrange bulle protectrice, certaines créatures marines osaient s'aventurer jusqu'à la limite et je trouvais impressionnant, le nombre d'espèces différentes que l'on avait pu croiser depuis notre arrivée au fin fond de l'océan.

Dante prit la parole. Je me tournais, surprise de l'intonation de sa phrase. Sa voix avait été plus grave, plus posée. Il n'y avait eu aucun brin d'humour ou de moquerie, qui pourtant était quasiment toujours présent lorsqu'il parlait. Je m'avançais vers lui pour être au même niveau. Nous étions au bord du toit, à quelques mètres, on pouvait voir notre bateau et le reste de l'équipage qui commençait petit à petit, à descendre du pont.
Mes yeux se posèrent sur mon frère, il avait un air sérieux, mais il semblait être vraiment heureux. En regardant bien, on aurait presque même l'impression qu'il était... vulnérable.
Mon regard s'attendrissait et je glissais ma main dans la sienne pour le tirer vers moi. J'avais envie de le serrer contre moi, mais je n'en fis rien, trop peu certaine de sa réaction.

- Je suis vraiment heureuse aussi tu sais. J'ai hâte de découvrir tout ce qui nous attend.

Une lumière, maintenant familière, attira mon regard par dessus l'épaule de Dante. Sur le chemin qui menait à un temple, qui lui, était complètement délabré, on pouvait deviner, dans une étrange crevasse, la présence d'une quatrième écaille. Je tendais le bras dans cette direction pour indiquer l'emplacement à mon frère.

- Là-bas je crois ! Mais celle-là, elle est pour moi !

Dante en avait déjà trouvé deux, je ne voulais pas me faire plus distancer. Je m'écartais de lui, pour redescendre prudemment de ce toit. Une fois en bas, j'attendais à peine mon frère qui me suivait. J'accélérais le pas pour finalement me mettre à courir. J'avais vraiment hâte de trouver les dernières écailles et de retourner voir le Léviathan ! J'avais des questions à lui poser.

Il faisait sombre vers ce temple, et c'était certainement pour cette raison-là qu'il avait été simple d'apercevoir l'emplacement de cette écaille. Je ne m'attendais absolument pas à une crevasse si profonde. Pourtant, au dernier moment, je m'arrêtais abruptement, manquant de tomber de plusieurs mètres de haut. Je me penchais, observant la situation. L'écaille se trouvait sur un mince rebord. J'estimais qu'il se trouvait à au moins deux mètres en dessous de moi. Même en me couchant sur le sol, il était impossible d'attraper cette écaille.
Je me tournais vers mon frère qui marchait tranquillement dans ma direction. Ce qu'il m'avait dit plus tôt me revenait en tête. Cela faisait deux ans que je me débrouillais sans lui, ce n'était pas maintenant que j'allais devenir dépendante de ses aptitudes physiques.

Je tournais pour descendre plus facilement. Avec mon pied gauche, je cherchais de quoi m'appuyer pour arriver jusqu'à l'écaille.
Parvenir jusqu'au rebord avait été plutôt simple, et je me retrouvais maintenant en possession de la quatrième écaille.

Maintenant, il fallait remonter. Je fis une légère grimace en regardant le mur de la crevasse complètement abrupte. Quelle idée de descendre sans réfléchir... De plus, je n'avais aucun moyen de ranger l'écaille quelque part pour qu'elle ne me gêne pas dans mon ascension.
J'attrapais une première prise qui me semblait stable, je n'avais pas grand chose à remonter au final... Je me poussais avec une première jambe pour me hisser plus haut. Un trou dans la paroi, sur ma droite, me permit de grimper d'un étage. Tous mes muscles étaient tendus pour ne pas que je ne me laisse tomber en arrière, et cours à une mort certaine, étant donné la profondeur de ce trou.

Après une remontée, plutôt catastrophique, j'arrivais enfin au bout. Je me glissais, sans grande délicatesse jusqu'aux pieds de mon frère qui m'attendait. Je n'arrivais pas à savoir s'il se moquait de moi ou s'il était désespéré face à tant de faiblesse de ma part. Je pensais alors, qu'il fallait que je revoie le point escalade dans un futur proche. Dante m'offrit tout de même sa main pour que je me relève et je brandis fièrement la quatrième écaille sous son nez.

- Egalité !

Je ne savais pas vraiment pourquoi je prenais tant à cœur cette recherche. Pour moi Dante avait toujours été celui qui réussissait, et moi, celle qui l'admirais. J'avais peut-être envie de lui prouver que je n'étais pas si incapable que ça...

- Pas de commentaire sur mon état s'il te plaît.

Je lui donnais l'écaille pour qu'il la place avec les autres et j'en profitais pour essuyer rapidement mes vêtements qui étaient de nouveau complètement sales. J'étais bonne pour reprendre une douche. J’espérais vraiment que les cristaux dont avait parlé le Léviathan permettaient de contrôler les éléments. Grâce à eux, j'allais peut-être devenir forte et pouvoir égaler mon frère.

- Tu penses vraiment que les cristaux permettent de contrôler les éléments ? Combien il en existe d'après toi ? Il doit en exister un pour l'eau, le feu, le vent... la terre ?

Après un bref silence. J'osais enfin parler d'une question qui me tracassait depuis le début de notre défi.

- Pourquoi... pourquoi c'est seulement à nous que le Léviathan a proposé le défi ? Il a dit que les autres personnes de l'équipage n'avaient pas accès au grand temple. Pourquoi juste nous ?
Tu penses qu'on a un lien avec les cristaux ou je sais pas ? Pourtant, je ne connaissais pas leur existence jusqu'à présent.



Dante et Yumi trouvent la quatrième écaille
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Lun 15 Juin - 2:35

Dante
Yumi repère une nouvelle écaille, non loin de notre position actuelle. Nous descendons rapidement de l'édifice, en prenant soin d'éviter de tomber. Si la protection du Léviathan ne tient pas le choc, il serait dramatique de se retrouver en apnée à une telle profondeur, sans pouvoir voir ou faire quoi que ce soit.

Ma sœur se met à marcher d'un bon pas avant de courir sur le sable. Je la suis en me hâtant un peu, bien qu'elle s'arrête rapidement devant une immense cavité au sol.

- Besoin d'aide?


Yumi ignore ma proposition et s'engouffre sans plus attendre dans la crevasse pour récupérer l'écaille qui s'y trouve. Je l'observe batailler avec la paroi rocheuse avant de se saisir de l'objet. Après une remontée assez difficile, la voilà affichant un grand sourire, la quatrième écaille à la main. Elle ignore également ma main tendue tout en se redressant.

- Il ne vaut mieux pas faire de commentaire, en effet...


Je masque difficilement un sourire moqueur en repensant à ma sœur toute décoiffée, crapahutant comme un petit animal.
Elle se met à énumérer ensuite la liste des possibles éléments des cristaux. Je joue le jeu en cherchant avec elle les autres qui pourraient exister.

- On peut sans doute ajouter la foudre et la glace... reste à savoir si la lumière et les ténèbres sont compris comme des éléments !

Nero ne m'avait pas vraiment parlé de la nature de chaque cristal, il faudra que je lui en touche un mot lorsque nous serons chez lui.
Yumi me pose une question qui me mets mal à l'aise. Le Léviathan a sans doute décelé que j'étais à la recherche des cristaux... Mais pourquoi avoir permis à ma soeur de passer cette épreuve? A t-il cru qu'elle les cherchait tout simplement avec moi? C'est fort probable...

- On est peut-être des sortes d'élus ou je ne sais quoi ! On ne va pas s'en plaindre non? Mais je doute que l'on ait un quelconque lien avec ces fameux cristaux à la base.

Je ne suis pas vraiment plus avancé qu'elle. Je ne fais que des suppositions depuis tout à l'heure. Peut-être que la créature aura quelques instants à nous accorder. En espérant que Yumi ne pose pas de questions qui puissent lui révéler la vérité sur mes objectifs. Je ne pense pas que le Léviathan sache quoi que ce soit sur moi, mais il existe une faible probabilité qu'il possède des informations sur mes intentions.

Je préfère que nous nous dépêchions d'en finir avec ce défi pour pouvoir faire le point. Nous partons en quête de la dernière écaille, située à quelques centaines de mètres de la crevasse à côté de laquelle nous étions. Elle est disposée sur une sorte de plateau, au centre du temple le plus éloigné de celui du Léviathan. Facile, beaucoup trop facile.

- Léviathan s'est pas vraiment foulé pour sa dernière écaille !


Je m'en saisis rapidement, à l'affut du moindre piège environnant. Les pierres se mettent à bouger de façon anormale, jusqu'à ce que le bâtiment commence à se fissurer. Sans même réfléchir un instant de plus, je cours en direction de la sortie, tout en hurlant à Yumi au passage.

- Vite ! Cours !


Une fois sortis, nous ne pouvons que constater la destruction du temple. A notre grande surprise, les pierres s'agitent de nouveau jusqu'à ce que l'édifice se reforme à l'identitque de sa forme originelle.

- Bizarre ce piège... Enfin, on a tout les morceaux, c'est le principal ! Pas vrai sœurette ?

Après avoir repris notre souffle, nous retournons rapidement au temple de Léviathan pour l'informer de notre réussite.
Il n'a pas bougé d'un millimètre depuis notre départ. S'il ne clignait pas des yeux, on pourrait presque le confondre avec le décor.

- Voilà voilà, on a vos écailles ! Comme convenu !

Je lui tends les cinq bouts de lui-même, pour l'assurer de notre succès.

- Nous pouvons donc rentrer chez nous et avoir ce fameux indice, n'est-ce-pas?

Il ne reste plus qu'à attendre la réponse... qui j'espère sera positive.
Dante et Yumi récupèrent la dernière écaille
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Lun 15 Juin - 8:07



«Vous avez été rapides...»

D'un autre côté, il savait que n'importe qui pouvait réussir cette épreuve, du moment qu'il était assez patient et courageux pour chercher. C'était davantage une épreuve pour savoir si la personne voulait vraiment des réponses plutôt qu'un test sur de la force ou de l'endurance, comme la plupart des autres chimères en faisaient passer.

Malgré tout, il sentait une certaine curiosité qui se dégageait des deux jeunes gens, en particulier de la part de la jeune fille qui ne semblait vraiment pas savoir où elle mettait les pieds...

Enfin, il n'était pas vraiment de ceux qui parlaient beaucoup, aussi, s'ils ne posaient pas d'eux-mêmes les questions, il n'irait surement pas leur tirer les vers du nez.

Les cinq écailles s'échappèrent des mains du frère et de la sœur pour se reposer sur le corps de la chimère, puis un piédestal apparut devant eux, avec deux orbes posés dessus... à l'intérieur, une petite phrase semblait y flotter, lisible peu importe de quel monde l'on pouvait venir...

« Un mystère toujours il a été, sur cette terre une larme y est tombée. Il est le seul maître des eaux stagnantes, son nom unique lui donne l’air d’une légende. »

C'était l'une des énigmes les plus difficiles à résoudre, mais d'un autre côté, son épreuve était des plus simples, aussi l'on pouvait dire que l'équilibre était rétabli...

«Vous pouvez regagner votre bateau si vous le souhaitez, je vais vous renvoyer à la surface désormais...»

Sauf s'ils avaient une question, mais il fallait faire vite malgré tout.


==============================
Épreuve de Leviathan terminée:
Dante et Yumi obtiennent l'orbe de l'eau!

Dante et Yumi passent au niveau 2
Gains: +200 gils [Dante], +150 gils [Yumi]



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Lun 15 Juin - 23:16

YumiJe sentais que Dante n'avait pas plus de réponse que moi. Pourtant, je voulais comprendre pourquoi nous avions été les seuls à pouvoir relever ce défi. Des multitudes de scénarios différents se créaient dans ma tête, sans pour autant que l'un d'entre eux me semble plausible.
Je faisais la moue face aux peu de réponses que j'avais pu avoir. Nous devions trouver la dernière écaille pour retourner voir Léviathan. Pour l'instant, il était le seul qui pouvait nous apporter quelques informations supplémentaires.

- On ne va pas s'en plaindre non... Mais bon, je trouve ça vraiment étrange tout de même ! Je veux bien comprendre que tu sois spécial. Mais moi, je n'ai rien de particulier ! Je suis aussi normale que toutes les personnes qui sont restées près du bateau. Je doute que le simple fait que je sois ta sœur me rende spéciale.

Je soupirais d'agacement. Je n'aimais pas être dans l’ignorance. Plus on avançait dans ce défi, plus je me posais des questions. Pendant que nous marchions silencieusement, je suivais d'un pas mécanique mon frère, ne faisant plus attention au paysage environnant. J'en profitais pour dresser une rapide liste des questions que j'aimerais poser à l'incroyable créature du temple.

En relevant légèrement la tête du sol, je remarquais que Dante était plus vif que précédemment. Il avait hâte de trouver le dernier élément de notre défi et je partageais son envie. Je me souvenais alors qu'il avait déjà deux écailles à son actif et qu'il en était de même pour moi. Il était temps que je me bouge pour trouver la dernière avant lui.

Malheureusement pour moi, celle-ci était tellement en évidence qu'il ne nous fallut que quelques minutes pour la trouver.

Nous étions à l'entrée du dernier temple. Il se trouvait à l'opposé de celui que nous avions visité en premier. En jetant un bref coup d’œil derrière moi, je pouvais vaguement apercevoir l'immense édifice où se trouvait Léviathan.
Nous avions vu différents temples, certains, complètement en ruine, d'autres dans un assez bon état. Le dernier semblait faire partie la deuxième catégorie. Les murs n'étaient pas ébréchés de partout. Différentes sculptures, dont la plupart étaient entières, habillaient la grande pièce centrale et une étrange ambiance chaleureuse planait sur cet endroit. Pour moi, ce temple était de loin le mieux entretenu. Allez savoir pourquoi.

Mon frère fit un commentaire et sa voix résonna dans l'immensité de cette salle. Je hochais la tête pour acquiescer. Il ne s'était effectivement pas donné de mal pour la dernière écaille. Elle reposait sur quelque chose qui ressemblait à un plateau, en plein milieu de la pièce. Plus en évidence, ce n'était pas possible. C'était comme si elle nous avait toujours attendu là.

C'était simple. Beaucoup trop simple.

Je me stoppais à quelques mètres de la stèle centrale, suivant du regard mon frère qui continuait son avancée. Je fronçais les sourcils, attentive à tout mouvement suspect. Une fois devant l'écaille, il ne s'était toujours rien passer et Dante s'en empara rapidement.
Un bruit sourd détonna dans les secondes qui suivirent. Une énorme pierre, qui devait peser au moins une bonne centaine de kilos, était tombée du plafond, presque instantanément après que mon frère ait pris l'écaille.

Une énorme fissure se formait au-dessus de notre tête et de la poussière créait un étrange brouillard autour de nous. Tétanisée, j'observais le temple tomber en ruine sous nos yeux, incapable de réagir. J'avais l'impression que c'était la fin et que nous allions bêtement mourir ici. Pourtant, la voix de Dante qui hurlait, traversa tout mon corps et je me laissais guider par ce son familier, courant aussi vite que possible jusqu'à la sortie.

Une fois dehors sain et sauf, j'osais enfin me retourner pour voir l'état du temple.
Le spectacle qui me fit face était des plus surprenants : quelques pierres lévitaient pour finalement reconstruire le bâtiment comme à l'origine. Il n'y avait plus aucune trace d'éboulement ou encore de destruction. L'incompréhension se lisait dans mes yeux, mais j'étais trop essoufflée pour poser une question maintenant. Je me rapprochais de mon frère pour m'appuyer contre son épaule, le temps de reprendre mon souffle.

- Je n'ai jamais vu quelque chose d'aussi étrange. J'ai cru qu'on allait finir nos vies, écrasés.

Le chemin du retour jusqu'au temple principal me paraissait extrêmement long. Pourtant, l'entrée de l'édifice se dessinai enfin devant nous. Léviathan était là, il nous attendait comme s'il n'avait rien d'autre à faire. Je trouvais ça étrange, mais mon frère me devança avant que je ne puisse poser mes questions.

Les cinq écailles volèrent avec légèreté jusqu'à l'immense créature aquatique. Puis, sortant du sol, un piédestal apparut devant nous. Deux orbes se trouvaient dessus. Par je ne sais quel miracle, une phrase flottait à l'intérieur de chacune d'elles. Une énigme était inscrite, c'était sans aucun doute, l'indice que nous avions gagné.
Un étrange malaise s’emparait alors de moi, j'avais beau lire et relire ces phrases, rien ne me venait à l'esprit. Je regardais mon frère essayant de décrypter ses expressions.

La voix intimidante de Léviathan sonna de nouveau dans la grande salle. Un élan de panique traversa mon corps. Il fallait que je lui pose mes questions avant de partir.

- Attendez !

Je me tus quelques instants, presque intimidée par ma propre initiative. Je n'étais rien face à cette créature des mers. Avais-je réellement le droit de lui demander des réponses ?

- Sauf votre respect... J'aimerais vous poser quelques questions. J'avoue que je ne sais pas grand-chose sur les cristaux dont vous nous avez parlé au début du défi... J'aimerais bien savoir à quoi ils servent ? Pourquoi devons-nous partir à leur recherche ? Pourquoi nous aider pour les retrouver ? J'aimerais bien aussi savoir quel est votre rôle... ?

Je serrais les dents pour ne pas me dégonfler.

- Pourquoi n'avoir choisi que Dante et moi pour relever le défi ? Est-ce que.. vous pouvez voir l'avenir et que dans un futur proche ou lointain, nous auront besoin de chercher un cristal ? Ou alors... sommes-nous des élus d'une étrange prophétie ?

Je savais que je posais beaucoup de questions à la fois et que quelques-unes devaient lui paraître ridicules ou peut-être même déplacées. Mais ce n'était pourtant, qu'un condensé de toutes mes interrogations. Je me sentais mal à l'aise, je n'avais même pas attendu qu'il m'accorde la parole.  Discrètement, je me rapprochais de mon frère pour trouver un peu de courage. Je relevais la tête, assumant enfin, mon flot de questions. Cette créature était-elle aussi forte qu'un Dieu ?
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Mar 16 Juin - 16:04



Dès que la jeune fille prit possession de son orbe, il semblait qu'elle fut assaillie d'un bon nombre de questions. Léviathan était du genre patient, malgré tout il se plaisait à rester mystérieux. Il n'aimait pas toujours donner les réponses de la manière dont l'attendaient les gens, cela faisait aussi partie de son épreuve d'une certaine manière, les pousser à réfléchir un peu par eux-mêmes.

«Que de questions... mais je ne suis guère le mieux placé pour y répondre. Malgré tout, je peux essayer.

Les cristaux ont été apportés pour aider à la fusion de vos mondes et les maintenir en harmonie entre eux. Peu importe où ils sont, leur pouvoir ne peut être contrôlé ou détruit, ils assurent le maintien des éléments sur ce que vous appelez aujourd'hui Héméra.»


Il continuait de flotter gaiement au-dessus de la surface du sol - facile en étant dans l'eau n'est-ce pas? Il semblait presque s'amuser de les laisser se triturer les méninges

«Malgré tout, les Hommes ont toujours montré une certaine convoitise sur ce qu'ils ne contrôlaient pas. Alors nous vous avons accordé la possibilité de les réunir afin d'obtenir un vœu. Ne croyez pas que vous pourrez demander n'importe quoi, certaines choses ne peuvent être défaites que par les dieux, mais tout de même, il semblerait que vous ayez bien des possibilités... notre rôle à nous, les chimères, ne se résume qu'à vous tester pour voir votre détermination à obtenir les cristaux... rien de plus. Que vous les vouliez pour dominer le monde ou ramener un être cher à la vie, cela ne nous concerne pas.»

Il se dandina un peu, et lorsque Yumi posa la question concernant son choix de faire passer l'épreuve à ces deux jeunes gens, il eut comme un sourire amusé, du moins on entendait à sa voix que cette question lui plaisait

«Je n'appelle que ceux qui ont ont un intérêt auprès des cristaux. Si tu ignores pourquoi vous êtes là, c'est que je ne suis pas celui à qui tu devrais poser les questions...»

Son regard se tourna alors vers Dante. Lui? Une balance? Un peu, peut être?



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Mer 17 Juin - 0:05

Dante
Si seulement ma sœur avait su tenir sa langue et en rester là... Enfin, étant donné sa curiosité, cela ne m'étonne guère qu'elle ait posé autant de questions.
Cependant, ce qui me dérange le plus, c'est que Léviathan semble prendre un malin plaisir à l'aiguiller sur mes intentions. A ce rythme, je ne vais pas pouvoir lui cacher la vérité bien longtemps.

Au moins, ces questions nous auront permis de glaner des informations capitales dans ma quête des cristaux, en dépit du fait que ma sœur risque de me harceler des heures pour en savoir plus.
Je préfère jouer la carte de l'anticipation, afin d'empêcher Yumi de découvrir les raisons exactes de ma quête.

- Je le reconnais, je suis effectivement à la recherche des cristaux ! Comme vous dites, la convoitise me ronge comme elle le fait avec la plupart des hommes sur cette terre ! Je recherche la gloire, le pouvoir ! Je veux laisser une trace de mon existence, qui traversera les siècles et les époques !

Je me tourne vers ma sœur, feignant la culpabilité:

- Je suis désolé de ne pas t'en avoir parlé plus tôt ! Mais je ne voulais pas que l'on se batte pour ces cristaux... J'ai été égoïste et je te demande de me pardonner...

Son opinion de moi risque de fortement baisser après ça... Mais je suis prêt à prendre le risque pour éviter de l'inquiéter. Au final... je me demande si je lui mens pour de bonnes raisons. La fierté est sans doute la raison majeure. Je veux régler cette affaire seule, ne pas entrainer d'autres personnes dans mon sillage. Je souhaite encore moins être traité comme un infirme impotent. Si jamais j'échouais dans ma quête, j'en assumerais l'échec... seul.

Si Yumi participe à cette longue expédition en saisissant la gravité de ma situation, elle culpabiliserait sans aucun doute si ne parvenions pas au bout. Je ne veux pas la voir triste. Je ne veux pas lui paraître pitoyable. Je veux toujours incarner un modèle, même si mes propos me font paraître actuellement égocentrique et nombriliste.

Voilà pourquoi... elle ne doit pas savoir avant que je sois guéri.

Je fixe Léviathan du regard, me demandant à quel point ses connaissances à mon sujet s’étendent.

- Je n'ai aucune question pour ma part ! Je suppose que vous demander l'emplacement des cristaux ainsi que celui des orbes est inutile?
Dans ce cas je souhaite uniquement que vous nous fassiez retourner à la surface ! Bien que votre demeure soit des plus charmantes !


Je reporte mon attention sur Yumi, qui doit bouillir d'impatience de me poser des centaines de questions:

- Je te donnerais des détails sur les cristaux en remontant. Nero m'a appris pas mal de choses à leur sujet ! Il en sait un rayon là-dessus et c'est également pour cela que je veux que nous allions à sa rencontre. Il a peut-être même une idée à propos de l'énigme de l'orbe !

J'attends sa réponse ainsi que celle du serpent géant, toujours aussi imperturbable depuis le début de notre entretien.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Mer 17 Juin - 10:41



Huhuhu... Léviathan était assez content de lui, mais d'un autre côté, il ne savait pas pour quelle raison Dante convoitait les cristaux, il savait juste qu'il était à leur recherche, rien de plus... les chimères n'avaient pas non plus un savoir absolu hein? Mais il savait déceler le mensonge, et la manière dont Dante s'était précipité pour donner ses motivations sonnait clairement comme une échappatoire! Mais Léviathan ne relevait pas, c'était son droit de ne pas dévoiler ses ambitions.

En tout cas, s'ils n'avaient pas d'autres questions - bien qu'il était presque sure que la petite dame devait en avoir - il n'allait pas les retenir plus longtemps.

«Regagnez votre bateau, je vous renverrai à la surface... je ne peux vous donner les emplacements des autres chimères, il vous faudra les chercher tous seuls! Mais sachez qu'il est rare qu'une chimère demeure très longtemps au même endroit, ce n'est pas parce qu'on vous dira qu'il y en a une quelque part qu'elle va y rester! Pensez-y!»

Ne voulant pas que Yumi tente une nouvelle question, la chimère disparut tout simplement... par la suite, il attendit que les deux jeunes gens retournent sur le bateau pour l'envelopper à nouveau de sa bulle géante, puis ils remontèrent progressivement alors que les Temples disparaissaient comme par magie, comme s'ils n'avait jamais été là. Probablement que Léviathan avait déplacé son antre ailleurs, là où d'autres gens pourraient passer son épreuve.

Puis ils refirent surface, le ciel était dégagé, des dauphins commencèrent à sauter à côté du bateau comme s'il n'avait jamais cessé de voguer sur ces flots... le temps reprenait son cours.


Spoiler:
 



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Ven 19 Juin - 1:28

YumiJ'étais vraiment impressionnée, cette créature était tellement majestueuse et gracieuse. Elle imposait le respect et sa simple présence semblait apporter calme et sagesse à la pièce où nous nous trouvions. On pouvait avoir l'impression qu'il y avait une sorte de fine aura qui flottait tout autour de lui.
Pourtant, Léviathan affirmait ne pouvoir répondre à toutes les questions.

Je buvais ses paroles avec un intérêt presque trop évident. Les cristaux étaient donc à l'origine de la fusion des mondes. Je me souvenais du jour où tout avait changé, où les différents mondes s'étaient mystérieusement retrouvés au même endroit. La panique et l'incompréhension avaient d'abord frappé les différentes villes de Spira. Personne ne comprenait ce qui se passait et les adultes étaient tous complètement effrayés, craignant le retour de Sin. Malgré tout, les différents mondes, Gaïa, Dol, Hera ainsi que Spira, avaient su trouver un terrain d'entente plutôt rapidement et la vie avait repris un cours normal bien plus rapidement que je ne le pensais.
Cet événement remontait à il y a bientôt deux ans, je m'en souvenais plutôt bien, j'avais 16 ans cette année-là. Une grande année de changement pour moi... surtout avec le départ de Dante.

Léviathan continuait son explication et je jetais quelques regards discrets vers mon frère. Un vœu. Nous avions enfin la réponse à notre question. Je trouvais ça encore plus intéressant que de pouvoir contrôler un élément. Pourtant, si n'importe quel vœu était accepté, dans la mesure qu'il soit accessible à un humain, n'importe qui pouvait demander n'importe quoi. Je trouvais ça particulièrement dangereux de laisser de telles possibilités libres à tous.

J'étais plutôt heureuse que nous ayons réussie à passer notre premier défi. C'était d'ailleurs, une des premières fois que je réussissais quelque chose. Mon élan de joie se brisa pourtant bien vite. Je n'avais pas réussi toute seule, mon frère avait été là. Je repensais à la première écaille que j'avais trouvée. Jamais je ne serais parvenu à soulever la pierre seule. J'avais beau réfléchir, pour la récupérer, il fallait de la force brute, chose que je ne possédais pas.

Le ton de Léviathan changea légèrement. Ma dernière question semblait.. lui plaire ? L'amuser ? Je plissais les yeux en essayant de comprendre. Malheureusement, sa réponse ne me fit pas rire et je me figeais sur place. Je serrais les dents, restant la plus statique possible. Je ne voulais pas réagir devant la chimère. Je n'avais pas besoin de suivre le regard du maître des eaux pour comprendre son sous-entendu.

Je me retenais de le baffer. Depuis quand mon frère était-il devenu si orgueilleux ? Je sentais qu'il se tournait vers moi, je pouvais le voir du coin de l’œil. Néanmoins, je ne lui adressais aucun regard, restant impassible et concentrée sur Léviathan. Je me courbais légèrement à son attention pour le remercier.

- Merci d'avoir répondu à mes questions.

Dante prit de nouveau la parole. Dans un premier temps, il s'adressait à Léviathan, mais je n'écoutais pas ce qu'il lui disait. Sa voix changea légèrement, il me parlait. Je relevais doucement ma tête qui était baissée, pour la tourner vers lui. Je voulais paraître imperturbable, pourtant, je savais qu'il pouvait lire dans mes yeux que j'étais blessée. Comme dans tout, il me dépassait aussi en question de mensonge.

- Bien.

Il m'était actuellement impossible de parler plus si je ne voulais pas que ma voix se brise en cours de route. Heureusement pour moi, Léviathan nous invita à rejoindre notre bateau pour retourner à la surface. Je tentais un sourire. Il était faux, forcé. C'était un sourire qui me faisait mal au cœur.

- Merci et au revoir !

J'avais à peine eu le temps de finir ma phrase, qu'il avait déjà disparu. Sans un mot, je me tournais sans attendre Dante. J'avais envie de réfléchir un moment sur ce qu'il venait de dire et d'avouer. Mais je savais que je n'avais que le chemin du retour jusqu'au bateau pour faire le point. Le trajet parût d'ailleurs très court.

Tout l'équipage était sur le pont à attendre, sans vraiment savoir quoi et pourquoi. Sans même un regard, je les ignorais tous pour partir directement vers notre cabine. Mon cœur battait fort, j'étais vraiment énervée... mais aussi très triste. J'ouvrais la porte avec un calme déconcertant et je m'avançais jusqu'au bord du lit. Dos à mon frère, je restais silencieuse un moment. Comme plus tôt, le bateau trembla. Quelques minutes plus tard, je pouvais voir à travers le seul hublot de la pièce, qui se trouvais sur ma droite, qu'un ciel bleu s'étendait à l'horizon. Le bruit des oiseaux s'installa de nouveau et le navire reparti, comme si de rien n'était.

Je me tournais doucement vers mon frère en soupirant. Il était derrière moi, à quelques pas, attendant que je daigne lui dire quelque chose. Mon mutisme n'était pas dû au fait que je lui en voulais, mais j'avais eu besoin de réfléchir un peu avant de lui hurler dessus en lui sortant toutes les horreurs qui me passaient par la tête. Je plongeais un regard perçant dans le sien. Il avait beau être un athlète, je n'avais pas peur de m'opposer à lui. Cette situation était détestable et je me sentais vraiment mal. J'étais presque en train de regretter d'être passée par Luca pour le voir.

- J'espère au moins que tu te rends compte que ça fait deux ans qu'on ne s'est pas vus et qu'en moins de... 24 heures, tu m'as déjà menti trois fois.

Ma voix était cinglante. Confiante. Je ne sourcillais pas une seule seconde devant lui. Je serrais de nouveau les dents en le foudroyant du regard.

- N'imagine pas une seule seconde que je vais croire un mot de plus qui sorte de ta bouche. Tu es à la recherche des cristaux ? Soit. Pars à la recherche de ta gloire et de ton pouvoir. Je ne savais pas que c'était devenu si important aux yeux de... La personne qui est en face de moi.

Lorsque mon frère était parti de la maison, j'avais eu peur de pas mal de choses. J'étais effrayée à l'idée qu'il m'oublie, ou qu'il doive partir encore plus loin que Luca. Jamais je n'avais imaginé que ces deux ans pouvaient le changer tant que ça. Il était méconnaissable avec tous ses nouveaux discours.

- Pour information, je suis Yumi. Ta sœur. Une personne en qui tu es censé avoir confiance. Apparemment ce n'est pas le cas. Mais en dehors du fait que tu me mentes, je ne supporte pas l'idée que... que tu me prennes pour la dernière attardée ! Je ne suis pas conne. J'ai 18 ans et ça fait 18 ans que je me débrouille parfaitement toute seule ! Pas une seule seconde tu ne t'es demandé comment j'avais fait pour venir jusqu'à Luca. Evidemment, Monsieur a des objectifs trop ambitieux.

Je me retenais de hurler. Je voulais garder mon calme, je détestais l'idée qu'il puisse jouer avec mes nerfs si facilement.

- Finalement, c'est peut être une bonne chose que je sois parti de chez papa et maman si tard. Je te ressemblerais certainement s'il en avait été autrement. Et excuse moi, mais je te trouve bien orgueilleux. Ouvre un peu les yeux et regardes autour de toi. Tu n'es pas seul sur cette planète. Tu as beau être l'un des meilleur joueur de Blitz, il y a des centaines de personnes qui valent mieux que le Dante que j'ai en face de moi. Tu es riche, tu es idolâtré, tu n'es même pas le capitaine de ton équipe mais tu profites de quasiment toute la gloire. Qu'est-ce qu'il te faut de plus ? Quel genre de pouvoir peut satisfaire l'incroyable requin de Bevelle ? Si jamais un pouvoir existant est assez puissant pour satisfaire monsieur.

Je n'avais aucune idée de si j'allais trop loin ou non. J'avais simplement laissé la rage et ma tristesse dicter mes mots.

- Mais bon, qui suis-je pour faire la morale au grand joueur de blitz. Je n'ai rien accompli comme toi... Au final, je ne connais rien de ta vie. Je ne suis même plus certaine de te connaître. Peut-être vas-tu quand même accepter de me dire quel vœu tu comptes faire...

Des larmes de colère étaient en train de me monter aux yeux.

- Tu me déçois.

Toute la tristesse accumulée s'était évacuée dans ces quelques mots. Ils résumaient parfaitement tous mes sentiments actuels. J'étais déçu par mon frère et c'était bien la première fois en 18 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Ven 19 Juin - 13:38

Dante
Quand bien même je m'attendais à une réaction de la sorte, je ne pensais pas un jour pouvoir rendre Yumi aussi furieuse. D'abord quasi muette, ma soeur a décidé d'attendre notre retour sur le bateau pour se déchainer.
La dernière fois que j'ai exaspéré quelqu'un à ce point, ça devait être Joshua. Il m'avait balancé un coup de poing au visage à cause de mon comportement de "gamin irrespectueux" après notre toute première défaite en championnat. Il avait été conclu avec l'ordre de Bevelle que nous devions perdre ce match contre les Luca Goers, afin de redorer un peu leur image pour que leurs fans reviennent les encourager et par conséquent, qu'ils fassent tourner cette belle affaire à gils qu'est le Blitzball.

Joshua s'était opposé farouchement à cette idée de perdre volontairement. Les autres membres l'ont évidemment suivi... sauf moi. Je ne sais pas trop ce qu'il m'est passé par la tête ce jour-là. Je pensais que cette défaite serait une preuve de ma reconnaissance envers Bevelle, qui m'a permis d'en être là où je suis aujourd'hui. Cependant, il est clair qu'après le sermon de Joshua, plus jamais je ne referai la même erreur.

- Espèce d'abruti ! Tu pensais à quoi pendant le match? A tes supportrices en chaleur qui défaillent lorsque tu leur fait un clin d’œil? Tu es sûr que le Dante attardé n'a pas pris la place du vrai? Je commence à en douter sérieusement vu ce que tu nous a fait ! Il a fallu que je te trouve une excuse auprès de l'équipe, en leur disant que tu n'étais juste pas très en forme et que tu t'économisais pour nos prochains matchs. Ils y ont cru à moitié, comme tu peux t'en douter !

Il reprend son souffle, pour mieux continuer à me remettre les idées en place.

- Tu as une chance plus qu'insolente. J'espère que tu en as conscience. Tu es talentueux, tu as du charme, tu es le chouchou de Bevelle, l'équipe te voue une confiance aveugle... pour le moment du moins. Alors pourrais-tu me faire le plaisir d'arrêter tes conneries et de bien vouloir ne plus jamais refaire un coup pareil ?
J'aimerais voir plus souvent le vrai Dante, avec lui c'est beaucoup plus facile de discuter et de se détendre. Le personnage que tu joues me faisait rire avant. Aujourd'hui, c'est un pantin sans passion, attiré uniquement par la célébrité. Il est juste... pitoyable.


Pitoyable... sans doute. Mais une fois que l'on est dedans, il est dur de s'en détacher lorsque le public est habitué à nous voir de cette façon.
Pourtant quelque chose m'échappe. Quand ai-je commencé à jouer pour les autres et non plus pour moi-même? C'est sans doute cela que sous-entendait Joshua. Me faut-il autant de temps pour réaliser quelque chose d'aussi évident? Il faudra que je le remercie encore une fois à mon retour. S'il n'avait pas été là, le faux Dante aurait sans doute pris ma place pour toujours.

Le mensonge ne me plait plus autant qu'avant. C'était un jeu, une façon de voir à quel point il est facile de s'attirer les faveurs du public.
Mais ici, il s'agit de ma sœur. Je ne peux pas lui mentir éternellement. Ma maladie a changé la donne et jamais je ne pourrais me résoudre à lui avouer. Pour autant, je dois arrêter de jouer avec ses sentiments et ne pas faire plus de dégâts.

Pour la première fois depuis des années, je sens une larme couler sur ma joue. Une seule, mais qui a pour moi une telle signification que je ne peux m'empêcher de redevenir le Dante qu'elle a toujours connu, celui qu'elle veut voir.

- Il faut que tu me fasses confiance. Chaque mensonge possède un but bien précis. Certains le font par cruauté, d'autres par compassion, ou encore pour protéger ceux qu'ils aiment. Je dois régler cette affaire de cristaux pour pouvoir obtenir quelque chose de très important à mes yeux. Je ne peux pas retourner à Luca avant d'avoir réglé ça définitivement.

Je décide de mettre les choses au clair tout de même, pour éviter qu'elle ne pense que je la traite comme la dernière des imbéciles.

- Tu as ma confiance, je n'ai pas la tienne. Si tu veux connaître ma vie depuis ces deux dernières années, je me ferai un plaisir de te la raconter. Si tu souhaites rentrer à Bevelle, je ne t'en empêcherai pas. Cependant, si tu veux toujours aller à Dol, ce sera soit la BGU, soit venir avec moi. Je te laisse décider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Sam 20 Juin - 13:40

YumiUne larme roulait le long de sa joue. Ce n'était pas une grosse larme, comme celle d'un enfant qui viendrait de se faire gronder. C'était une fine goutte d'eau, qui glissait lentement jusqu'à son menton. Je n'étais plus certaine de rien avec Dante, mais je sentais qu'elle était sincère. Du moins... je l'espérais.

Je tournais légèrement la tête et fermais mes yeux avec force. Je ne voulais pas voir ce spectacle. Mon cœur, compressé dans ma poitrine, me hurlait que j'allais trop loin, qu'il était inutile de continuer à l'accabler. Mais j'étais trop blessée pour laisser passer ça.
Sa demande était irritante. J'avais l'impression qu'il se foutait encore de moi. Comment voulait-il que je lui fasse confiance après ça ?
J'avais beau essayer de me contenir, ma barrière de force se brisa et les larmes se mirent à ruisseler le long de mon visage. Pourtant, Dante parlait avec calme, avec une voix familière et des intonations qui sonnaient juste. Néanmoins, chacune de ses phrases me mettait hors de moi.

- Rentrer à Bevelle ? Mais tu n'as rien compris ? Jamais je ne retournerais là-bas ! Ma vie chez nos parents est complètement finie.

Je ravalais un sanglot avant de poursuivre.

- Tu dis que tu as confiance en moi. Pourtant tu ne cesses de me mentir depuis que je suis là. Tu me mens sans le moindre regret ! Sans la moindre culpabilité. Tu mens à tout le monde Dante !
Tu m'avais promis de ne plus me mentir. Quel lâche es-tu pour avoir accepté cette promesse alors que tu savais pertinemment que tu ne la tiendrais pas ? Pour qui te prends-tu pour te jouer de moi de la sorte ?
Tu mens à ton équipe. Tu mens à tes fans. Tu mens à papa et maman. Tu me mens. Y-a-t-il une seule personne sur cette planète qui sache réellement qui tu es ?
... En tout cas, je l'espère pour toi, parce que sinon, ta vie doit être bien triste. Jouer un rôle constamment parce que tu t'es enfermé toi même dans la prison du mensonge. J'espère que tu t'amuses !


Je feignais un rire forcé. Ma respiration était saccadée tant ma colère prenait le dessus. J'en avais marre. Je voulais retrouver mon frère. Le voir me sourire, le voir être heureux et passionné.

- Où est passé le Dante qui partait vivre son rêve il y a deux ans ? Tu nous as quittés... tu m'as laissé seule pour devenir ça ? Un gars qui ne voit pas plus loin que son nez ? Un gars qui laisse tout tomber pour « une affaire de cristaux ». Qu'est-ce que tu as ? Tu as des problèmes ? Qu'est-ce qui vaut tant de peine pour que tu te mettes dans cette situation-là ?

J'avais réellement envie de le frapper. Toutefois, je n'étais pas inconsciente au point de croire que ça lui ferait mal. Au contraire. Puis, je savais que ce n'était pas un coup de poing qui le ferait changer. Depuis combien de temps vivait-il comme ça ?
Je me tournais légèrement. Mon rythme cardiaque semblait se calmer petit à petit. Toute ma rage s'était extériorisée. Moi voix était faible, lourde d'émotion. Mais je devais continuer.

- Tu me demandes de te faire confiance.

Je secouais la tête dans le vide. J'étais perdue.

- Comment veux-tu que je te fasse confiance après ça ? Ton indifférence à me mentir me fait mal. Tu étais le seul de notre famille en qui j'avais confiance, Dante. Sur qui je savais que je pouvais compter peu importe le problème. Tu as tout brisé.

Après l'énervement, je sentais que c'était la tristesse qui prenait le dessus. Cela me faisait vraiment mal de savoir que mon propre frère ne voulait rien me confier. Je me tournais de nouveau vers lui. Mon regard était sombre, éteint. Je ne pleurais plus. Mon corps était las et avait décidé que ça suffisait pour aujourd'hui. J'étais dépitée, mais c'était comme si je n'avais plus la force de le montrer. Nos retrouvailles étaient catastrophiques et j'en souffrais.

Je me dirigeais lentement vers le lit pour m’asseoir sur le rebord. Mon frère se trouvait maintenant sur ma droite, mais je ne le regardais plus. Mes yeux s'étaient perdu dans le vide et mon esprit, dans les souvenirs.
Où était le Dante qui courait à mon secours lorsque je tombais et pleurais à chaude larmes parce que mon genou s'était ébréché ? Je me souvenais tout particulièrement de ce moment-là. Une photo, que j'appréciais énormément, illustrait cet instant de notre vie. Malheureusement... elle était restée à Bevelle, tout comme le Dante de cette époque.

- Je ne peux plus te faire confiance.

Je chuchotais presque tant il m'était douloureux de lui dire ça.

- J'ai besoin que tu m'expliques... Que tu me racontes. Que tu me prouves que tu en vaux la peine.

Je me tournais vers lui. J'étais fatiguée. Toutes mes péripéties depuis que j'avais quitté la maison semblaient me retomber dessus d'un coup. J'avais envie de me coucher dans ce grand lit, de me cacher sous les couvertures et de me perdre dans les abîmes du sommeil.
Se doutait-il du mal que je m'étais donné pour venir le voir ?
J'étais presque certaine que non... Avec sa nouvelle mentalité, il trouvait peut-être normal que les gens se surpassent pour venir le voir...

Malgré tout, je l'aimais. C'était mon frère et j'avais beau vouloir être indépendante, il était le seul dont j'avais réellement besoin. Mon regard était suppliant. Je priais silencieusement, qu'il accepte de me répondre.

- Je veux que tu me racontes qui tu es.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Sam 20 Juin - 20:05

Dante
- J'ai mes raisons de mentir et je suis prêt à en assumer les conséquences pour atteindre mon but. Ne me fais plus confiance si c'est ta décision. Cela ne changera rien à mes objectifs. J'ai besoin de ces cristaux pour certaines raisons.

Je m'approche du hublot tandis que ma sœur s'assoit sur le lit. La mer possède le don de pouvoir m'apaiser, peu importe les circonstances.

- Néanmoins tu as raison. Le vrai Dante n'existe plus. Du moins, plus en public. Je me suis d'abord amusé à jouer le rôle de la superstar. Même si ce n'est pas mon genre, c'était assez grisant de voir à quel point chacun de mes mots pouvait peser dans le cœur des gens. De jeunes enfants ont commencé à aimer le blitzball grâce à moi. Je suis devenu l'attraction touristique de Luca. Je donnais à tous le spectacle dont ils avaient besoin.
Et progressivement... Mon rôle est devenu mon quotidien.


Je me souviens encore de Joshua qui se vantait d'être le seul à me connaître sous mon vrai visage, alors que les autres pensaient que je comportais toujours de la même façon. Nero m'a sans doute bien cerné depuis le temps, mais il n'a jamais été bien bavard. Cet homme est un vrai mystère à lui seul et il est impossible de savoir ce qu'il pense.

- Comme tu dis, ma vie serait bien triste sans quelqu'un pour me comprendre. Mais j'ai eu la chance d'avoir Joshua, mon capitaine. Ne me demande pas pourquoi je ne me suis pas confié à vous. C'est évident. Vous vivez dans l'anonymat, dans la tranquillité des murs de Bevelle. La célébrité, la gestion des fans, de son image, de l'angoisse d'un jour ne plus être à son meilleur niveau, la peur de décevoir.
Tout cela vous est inconnu. Et à juste titre, parce que je ne souhaitais pas que ma famille connaisse ça. Surtout pas toi.


Tout en reprenant ma respiration, je continue de suivre le rythme des flots en profitant du léger bruit produit par les vagues qui se cognent contre le navire.

- Tout est devenu compliqué depuis quelques temps. Quitter l'équipe, partir de Luca, ma sœur qui vient me rejoindre je ne sais comment...

Ma maladie. Décidément, je commence à croire qu'il s'agit du sacrifice nécessaire pour avoir une carrière brillante dans ce monde.

- LES PASSAGERS DOIVENT SE RENDRE SUR LE PONT ! ON COMMENCE A VOIR DOL !

- Quoi ? On est déjà arrivés?!


La voix puissante du capitaine résonne dans tout le navire alors que l'on entend la surprise des marins en fond sonore. Le voyage aura été décidément plus rapide que je ne le pensais. Léviathan nous aurait donné un coup de main sans nous le dire?
Je regarde ma sœur, épuisée par cette discussion des plus animées.

- On a tout le temps de discuter maintenant que nous sommes ensemble. Prenons le temps de souffler un peu et de profiter du paysage. Tu n'as jamais vu Dol après tout.

Nous avons déjà eu l'occasion de visiter chaque continent de chaque monde avec l'équipe, pour des exhibitions devant les peuples d'Héméra. Le but était de ramener un maximum de spectateurs des autres mondes pour que le blitzball devienne la discipline sportive universelle. D'ailleurs, nos matchs sont depuis retransmis partout sur Héméra où la télévision peut fonctionner.

- J'espère que Dol te plaira.

Je place ma casquette sur ma tête, mes lunettes sur mon nez et enfin mon ballon sous le bras avant de sortir de la cabine.
Je rejoins à nouveau le pont en croisant quelques passagers qui ne peuvent s'empêcher de me fixer en me reconnaissant.

- Monsieur Dante! Regardez, on peut voir Timber !

Le capitaine m'agrippe l'épaule tout en me faisant légèrement pivoter pour que je puisse apercevoir le continent. Je reprends mon sourire habituel avant de lui répondre, le sourire aux lèvres, mais une plaie au cœur après avoir déçu Yumi:

- C'est magnifique Capitaine ! En plus, le voyage a été plus que rapide ! Je ne vous savais pas aussi bon navigateur !


- Vous me flattez... c'est vrai que je me débrouille plutôt bien, même si ces bons à rien de marins ne font que me ralentir !

Un des marins arrête un instant de travailler pour lui rétorquer:

- Dites plutôt que vous avez eu du bol ! C'était encore jamais arrivé ! A croire que l'océan tout entier nous poussait sans qu'on s'en aperçoive !


Le capitaine se met à hurler au marin de reprendre ses occupations et de laisser trainer son oreille partout.

- Je ne doute pas de vos capacités, Capitaine ! Rassurez-vous !

Lui dis-je en clignant de l’œil. Entre temps, j'aperçois Yumi monter à son tour mais je n'ose pas encore aller lui parler, préférant la laisser un peu tranquille. Je préfère chuchoter au capitaine:

- Allez donc montrer Timber à la demoiselle qui vient tout juste de nous rejoindre ! Elle n'est encore jamais venue sur Dol !

- Avec plaisir Monsieur Dante ! Au fait, nous accosterons à quelques kilomètres de Timber. Il n'y a pas encore assez d'espace pour qu'un bateau puisse accoster ! Ensuite, nous continuerons vers Balamb. J'espère que cela ne vous dérange pas ?

- Pas le moins du monde ! Nous n'allons pas jusqu'à Balamb de toute manière ! Nous finirons le trajet à pieds pour rejoindre la ville.

J'espère que Nero sera chez lui lorsque nous arriverons, sinon ma sœur serait bien capable de penser que je lui ai menti sur son existence...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Dim 21 Juin - 0:44

YumiDante s'était déplacé pour s'installer devant le hublot. Je le reconnaissais bien là. Il avait toujours été fasciné par l'océan. Maintenant dos à moi, je pouvais l'observer sans qu'il ne s'en rende compte. En deux ans, il avait pris énormément de muscles. Ses épaules étaient plus larges et ses bras plus épais. Quand il était parti de la maison, il avait 18 ans, soit mon âge actuel. Son corps avait énormément évolué depuis. On était bien loin du petit garçon avec lequel je jouais dans le sable, il y a plusieurs années de cela.

Je l'écoutais me répondre sans dire un mot. Il refusait de se confier. Je baissais les yeux, de nouveau éprise par une forte peine. Mes membres étaient lourds, ma tête semblait peser plusieurs tonnes. J'étais celle qui avait posé les questions, mais j'avais l'impression que chacune de ses réponses m'épuisait encore plus que je ne l'étais déjà. C'était vraiment horrible de l'entendre me donner raison. Il affirmait avoir changé, qu'il jouait un rôle.

- Je ne suis pas n'importe quel public...

J'avais parlé tellement bas que je me demandais si mon frère avait réussi à m'entendre. Cela n'avait cependant pas d'importance. Petit à petit, je me rendais compte que j'avais beau être sa sœur. Cela faisait deux ans que je ne le voyais qu'à travers les écrans ou les médias. Comme n'importe quel autre habitant de Spira. Les quelques sphères vidéo que nous avions l'habitude de nous envoyer étaient trop courtes et trop peu fréquentes pour que l'on puisse parler d'un réel privilège. Au final... j'étais comme n'importe quel autre spectateur. Cette pensée me faisait mal et je me sentais idiote d'avoir laissé cette distance s'installer entre Dante et moi.

Premier point positif de la situation. Il n'était pas seul. Mon frère était apparemment proche du capitaine de son équipe. Le visage de ce dernier refit surface dans mon esprit. Son regard, figé dans une tristesse presque palpable, n'était pas innocent. Je me souvenais de son « bonne chance » j'avais d'abord cru qu'il me parlait des journalistes... Il parlait de Dante. Il était au courant. J'étais quasiment certaine que Dante lui avait dit ce qu'il se passait. Un mélange de jalousie et d'inquiétude traversait mon cœur. Mon frère voulait-il me protéger de ce regard sombre et vide qu'abordait son ami ?

Mais n'était-ce pas là le problème? Comme il était en train de le dire, nous étions en sécurité dans l'anonymat et les murs de Bevelle. Mais aujourd'hui... j'avais presque l'impression de me retrouver devant un inconnu. Tant de choses avaient changé chez Dante qu'il me semblait faire face à quelqu'un que je connaissais à peine.
J'étais heureuse qu'il se soit battu pour m'éviter toute sa vie sous les projecteurs, car contrairement à lui, c'était quelque chose que je vivais plutôt mal. Mais j'étais en train de payer le prix de toute cette protection... et je n'étais plus certaine que ces années d'anonymats en valaient la peine.

Je voyais qu'il avait du mal à tout gérer. Que tout lui tombait sur la tête d'un coup. Je lui tombais dessus sans prévenir. J'avais tellement idéalisé nos retrouvailles.. que la réalité avait été plus que choquante. Alors même si je savais qu'il avait raison, ses paroles me transpercèrent le cœur. Je fronçais les sourcils et baissais la tête en serrant les dents. Venir... n'avait pas été une bonne idée. Je n'aurais jamais dû prendre cette initiative et Dante aurait pu avancer à son rythme sans avoir sa sœur dans les pattes.

J'allais lui répondre, mais la voix du capitaine tonna dans tout le navire, me faisant sursauter de peur. Nous étions déjà presque arrivé. De l'agitation se faisait entendre derrière la porte qui nous séparait de l'extérieur. Je la regardais, déçus. Tout mon corps était en train de me supplier de ne plus bouger, mais voilà que nous étions déjà proches de la terre ferme. Pas le temps de se reposer. Dante semblait moins tendu et il commençait à placer sa casquette sur son crâne. J'avais envie de lui demander si c'était réellement nécessaire ici. Mais je n'en fis rien, le regardant quitter la pièce.

La porte claqua dans un bruit sourd et désagréable. J'étais de nouveau seule dans cette cabine. Tout en fermant les yeux, je me laissais tomber sur le lit. Je plaçais mes deux bras croisés sur mon visage pour le couvrir. Les larmes coulèrent de nouveau, sans aucune retenue. J'étais épuisée. Cela faisait au moins trois jours que je n'avais pas dormi dans un vrai lit. Je ne me sentais plus capable de rien. Je me recroquevillais sur moi même, le temps que mes pleurs se tarissent.

Au bout de quelques minutes, des voix de plus en plus fortes se faisaient entendre. J'avais peur que quelqu'un entre et me découvre dans cet état-là. Je me relevais donc, le plus mécaniquement possible, pour me diriger vers le miroir de la salle de bain. Mes yeux étaient rouges et tout bouffis. Je soupirais en essayant de discipliner mes cheveux. Après avoir passé un peu d'eau sur mon visage, ce dernier semblait légèrement mieux. Mettre plus de temps serait douteux, je marchais donc d'un pas rapide jusqu'au pont pour découvrir, pour la première fois de ma vie, un tout autre monde.

Le soleil m'éblouissait pendant quelques secondes. Je remarquais d'abord les autres passagers qui s'exclamaient. Puis, mon frère accompagné du capitaine. Dante était souriant, il avait replacé avec une facilité déconcertante son masque de starlette. Un soupir las traversait mes lèvres et je reportais mon attention sur le morceau de terre qu'on apercevait à l'horizon.

- Premier voyage jeune fille ?

Une grosse voix, celle du capitaine, s'était adressé à moi. J'étais assez surprise qu'il ait lâché mon frère pour venir me faire la conversation. Je le regardais quelques seconde, intriguée.

- Oui, je n'avais jamais quitté Bevelle avant il y a quelque jour.
- Vous allez voir, Dol est vraiment un endroit magnifique et très étonnant ! Vous avez l'air curieuse, je suis certain que vous allez aimer.


Je lui faisais un sourire amical et le remerciais pour le voyage. Pour être sincère, je n'avais pas vraiment envie de lui parler actuellement. Je savais qu'aller rejoindre Dante n'était pas la solution pour qu'il me laisse, mais c'était mon seul échappatoire pour le moment.

- Je vais rejoindre mon frère. Vous savez dans combien de temps nous allons accoster ?
- Oh vous inquiétez pas ! D'ici une dizaine de minutes même pas, vous aurez les pieds sur terre.


Il me semblait pourtant que nous étions encore bien loin de la côte. Mais je préférais lui faire confiance. Je zigzaguais entre les quelques personnes qui me séparaient de mon frère pour le rejoindre. Contrairement à lui, personne ne me regardait quand je passais à côté, et j'en étais bien heureuse.

Dante se trouvait proche d'une des rambardes. Serein, il observait à l'horizon alors que plusieurs personnes étaient en train de l'épier dans son dos. Un frisson de malaise traversa mon corps, mais je m'accoudais au rebord du navire à la gauche de mon frère.

- Tu aurais dû faire comédien.

Mon ton était sarcastique, mais cette remarque n'était en rien une blague. Il ne m'avait pas du tout éclairé sur sa situation actuelle et je lui en voulais toujours de m'avoir menti. Mais j'étais heureuse d'être avec lui et... j'avais décidé de lui faire confiance. Ou plutôt, de le laisser tranquille avec cette histoire un petit moment.

Je soupirais de nouveau comme pour vider mon esprit de toutes ces pensées négatives. Pour la première fois de toute mon existence, j'allais découvrir un nouveau monde, de nouvelles personnes et une nouvelle culture. Un large sourire s'installait au fur et à mesure que le bateau se rapprochait de la terre. Le capitaine avait raison, nous allions effectivement arriver d'ici quelques minutes. Pourtant, je ne voyais pas de port à l'horizon. Je me tournais vers Dante surprise. L'excitation de la nouveauté prenait le dessus sur ma rancœur.

- Mais.. où est Timber ?

Je me frottais les yeux qui commençaient à sérieusement me piquer à cause de la fatigue. J'espérais que ces derniers n'étaient plus rouges... Dante se douterait de quelque chose dans le cas contraire. Je ne voulais pas paraître faible à ses yeux. Surtout après notre discussion.

- J'ai hâte de trouver un lit. Ça ne va pas déranger ton ami... Néro ? Que je vienne avec toi ?

Je croisais mes deux bras sur la rambarde pour pouvoir appuyer ma tête dessus avant d'ajouter plus bas.

- Peut-être que lui me donnera des réponses concrètes.




Dante et Yumi vont vers Les plaines de Galbadia
Revenir en haut Aller en bas
Chaos
Modo à la retraite!

Modo à la retraite!

avatar
Niveau : 100
HP : 9999/9999
MP : 999/999

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Dim 21 Juin - 1:21



Dante gagne 150 Gils, Yumi gagne 200 Gils!



Yumi et Dante débarquent sur Les Plaines de Galbadia !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Mer 24 Juin - 13:34

Vincent et Shifumi viennent de Junon...

ShifumiVoilà une heure que nous avions quitté le port de Junon et Sakura en direction de Centra. Le voyage allait être sympathique, et cette bande de dauphins qui suivait le Trident Tsubaki annonçait bonne augure et bon poisson, comme le voulait le vieux dicton ronso. Pour l'ocassion et même si le clan désapprouvait, il avait envoyé leur Trimaran et son équipage pour nous épauler, Vincent et moi. Je faisais les présentations comme je pouvais :

"Vincent, Shifumi te présente Shiïn, le Capitaine du Trident et l'oncle de Shifumi, son fils et son second, Khima, et les deux gaillards au fond c'est Tang et Ken, ce sont les mécanos. Et voici Holly ! Fier équipage du Trident Tsubaki, Shifumi est heureux de vous présenter Vincent Valentine."

Je me demandais si j'avais bien fait de préciser à Vincent nos filiations car à part les yeux, nous avions les mêmes traits quasiment et le même pelage. Khima avait à peu près le même age que moi en plus et il était difficile de nous identifier sans regarder nos yeux. Les miens étaient clairs et bleus, les siens plus sombres et tirant sur le vert. Pour nous accueillir sur son trimaran, Shiïn se contenta de me faire une clé de bras et de m’ébouriffer les cheveux, tout en précisant que j'étais bel et bien le fils de son frère, têtu et apte à ne jamais écouter les conseils... Les deux mécanos, les présentations faites, repartirent dans la calle s'affairer autour des machines tandis qu'Holly, une jeune Al'Bhed en bikini, expliquait rapidement à Vincent les lieux et le fonctionnement... Ainsi, les cabines étaient logées dans les coques bâbord et tribord, les machines et la cuisine dans la coque principale. Le Trident tirait son énergie de tout ce qu'il pouvait, des rayons du soleil en passant par le vent et mêmes les flots, et une estrade permettait à un mage de faire déferler la colère du vent sur les voiles colorées lorsque le temps était trop calme ou que le Trident voulait accélérer fortement. Et d'ailleurs, c'était ce dont nous allions être les témoins puisque mon cousin montait sur l'estrade et balançait quelques Aeros pour augmenter la cadence du Trident. La jeune Al'Bhed s'avérait être une vraie pipelette et commençait à raconter sa vie de jeune universitaire en stage maritime et j'abrégeais les souffrances de Vincent en l'invitant à venir regarder les dauphins. Je m'asseyais à même le sol, faisant pendre mes pattes arrière vers l'Océan et profitais ainsi des dauphins, des embruns, des clochettes qui tintaient tout doucement, des voiles raffinées de mon clan, des cordages ouvragés, je me sentais chez moi, j'étais bien...

Le capitaine grimpa sur la vigie avec une habilité déconcertante et s'installa confortablement avec sa cithare pour scruter les horizons et jouer un peu de musique. Détendu, je regardais alors Vincent avec un air d'abruti innocent et déclarai simplement :

"Shifumi sait où il va poser sa tente cette nuit..."

Puis plus sérieusement, je répétais ce que m'avait confié mon oncle un peu plus tôt :

"Le Trident va passer par les Mers Australes pour se rendre à centra, Shiïn dit qu'en cette saison, on va surement voir des baleines et des aurores... Shifumi en a vu deux fois, mais il était tout petit, il a hâte d'être à cette nuit... Demain à l'aube, le Trident aura accosté près de la Forêt Chocobo..."

Pour Vincent:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Mer 24 Juin - 20:22

Vincent
C'est avec un certain sarcasme que je rétorque à Shifumi, après qu'il m'ait présenté une bonne partie de son clan:

- C'est à croire que le clan Tsubaki s'est éparpillé dans tout Héméra... Vous êtes si nombreux que ça ?

Même si la ressemblance entre chaque membre de son clan est plutôt frappante, il n'est pas trop difficile de les différencier par leur style vestimentaire ainsi que leur crinière, possédant une grande variété de couleurs.
Contrairement aux Ronso que j'ai rencontré dans le passé, ceux-ci sont plutôt loquaces... et pour certaines, un petit peu trop.

Mais ce n'est encore rien à côté de la jeune femme aux yeux étranges qui vient de nous aborder, bien décidée à raconter à tous son histoire et nous faire part de ses expériences. Si je faisais de même, il me faudrait sans doute des années pour tout expliquer en détails...

Shifumi comprend rapidement mon exaspération et me propose une échappatoire en m'invitant à aller observer les animaux fréquentant les océans. J'acquiesce sans un mot avant de le suivre et de m'assoir en tailleur sur l'un des flotteurs du trimaran.

- J'espère que cette embarcation sera plus solide que le "Titan"...

Le jeune Ronso me parla ensuite de ce que nous pourrions rencontrer durant le trajet. Je ne suis pas particulièrement passionné par les animaux, surtout lorsque ce sont des cétacés si gigantesques qu'ils peuvent balayer notre navire d'un seul coup de queue. En revanche, observer le ciel reste une occupation que j'estime digne d'intérêt. Durant mes années d'errance, je n'ai pu qu'à une ou deux reprises pouvoir observer des phénomènes semblables aux aurores.

- Avec un peu de chance. Nous en aurons aussi besoin demain.

Le trimaran avance à vive allure tandis que Shifumi et les autres vaquent à leurs occupations.

- Chaque Ronso peut utiliser des psaumes comme tu le fais ? Ou est-ce une particularité qui t'est propre ? Ton arme possède d'autres facultés que celles que j'ai déjà pu voir ?

Loin d'avoir dans l'idée de meubler une conversation, mes questions ont un tout autre but. Connaître les limites de Shifumi et savoir jusqu'à quel point je peux compter sur son soutien. Jusqu'à maintenant, il a montré une combativité ainsi qu'une agilité hors du commun, tout en conservant comme atout son arme qui possède des facettes aussi étranges qu'utiles.
Pour Shifumi :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Ven 26 Juin - 2:46

Shifumi"A la fusion des Mondes, Aï avait proposé d'étendre l'Exode à travers tout Hemera et même le Conseil y était favorable. Certains ronsos du clan sont partis avec le Vent. Shiïn a préféré la voie des Mers par exemple, Tetsuo est étudiant à Balamb et le père de Shifumi est en ce moment à Treno. Mais Shifumi avoue que la plupart des Tsubaki ont peine à quitter les rives de Spira... Ah ! Et Vincent a vu Sakura aussi... Elle est le Hérault du Conseil. Enfin, Shifumi suppose que la vieille carcasse de sa soeur ne devrait pas être très loin... Mais pour répondre plus pragmatiquement à Vincent, les réponses à ses questions sont 162, bientôt 164 !"

J'expliquais ensuite, plus personnellement :

"Shifumi suit les traces de sa Mère et compte devenir Chasseur de mauvais Esprits. Il utilise les Liqueurs Magiques et les Psaumes en effet lorsque c'est nécessaire uniquement. En ce moment, Shifumi étudie le Psaume de Bevelle. Au combat, il sert du Scorpion Indigo et pour les rites, du Paon Blanc... Mais Shifumi sait que Vincent n'aime pas trop les grands discours alors..."

Je me levais simplement, prenais mes distances et dégainais Aizome Sasori dans sa version la plus sobre, celle d'une pointe de lance géante qui se serait allié avec un hula hoop. D'un geste habile, je le balançais au loin puis le récupérais à la façon d'un boomerang. J'amplifiais et ralentissais mes mouvements pour montrer à Vincent l'ingéniosité de mon père, disloquais mon arme en deux et obtenais deux dagues massives suivies de nombreux cliquetis mécaniques. Je les faisais ensuite tournoyer autour de mes pattes, jonglais avec puis obtenais finalement deux grands éventails que j'exhibais alors fièrement dans la position du dite du Paon Farceur. Je reconstituais à nouveau sa forme la plus sobre et au dernier moment étirais des cordes et obtenais mon instrument de musique favori, une harpe. Je jouais quelques notes, faisais un salto arrière, tapais mon arme avec ma patte arrière, me rétablissais et récupérais finalement Aizome Sasori en Lance de Guerre, prête à fendre du crâne. D'un coup sec, j'obtenais un Arc, d'un autre, je remettais mon arme dans mon dos, bien replié.

"Shifumi a déjà trouvé d'autres combinaisons mais il pense que son Père lui en a caché d'autres... Quant au Psaume de Bevelle..."

Je fermais les yeux, joignais mes pattes avant et marmonnait dans un vieux langage oublié l'histoire à la fois triste et fabuleuse de ce petit garçon qui fut choisi parmi les siens pour les protéger. L'enfant innocent contre la foule des Dangers du Dehors. L'espoir contre la Monstruosité. Hikari. Je rouvrais les yeux, le soleil de midi avait été complètement obscurci et aux alentours proches, peine était de distinguer ses propres traits. Je répêtais alors clairement :

"Ronso Tsubaki Hikari : Atomnium !"

Je le rugissais sur la fin, le Sceau de Bevelle apparaissait à mes pieds et je gerbais un flot constant de lumière à travers ma gorge, générant un faisceau intense qui partit se perdre dans l'océan... Le ciel redevint comme avant, moi j'étais encore essouflé, un genou à terre...

"Radical contre les Mauvais Esprits... Mais épuisant... Vincent a demandé à Johan de l'abattre puis il s'est comporté bizarrement. Pourquoi ?"

Pour Vincent:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Ven 26 Juin - 13:28

Vincent
Shifumi, bien que bavard, répond à mes questions les unes après les autres, tout en prenant soin d'abréger le plus possible afin d'éviter que je perde le fil. Je ne manque pas de concentration, mais disons qu'il est rare que quelque chose suscite mon intérêt si je ne peux pas le voir moi-même.

La démonstration de son arme fait son petit effet. Je ne peux m'empêcher de penser qu'il m'en faudrait une dans le même. Cerbère est plutôt rudimentaire, malgré ses trois canons rotatifs. Mais ce n'est pas pour autant que je m'en séparerai.
Le jeune ronso me montre ensuite un nouveau psaume, d'une puissance plutôt impressionnante, bien qu'épuisant à juger par son état après avoir projeté ce long faisceau de lumière. Le ciel s'était obscurci le temps de l'attaque pour s’éclaircir juste un peu plus tard, après que le sceau sous les pieds de Shifumi ait disparu.

- Ne gâche pas ton énergie pour ce genre de démonstration. Bien qu'impressionnante, cette technique ne peut pas être utilisée à tort et à travers.

La question de Shifumi me fait réfléchir un petit instant. J'ai effectivement demandé à Joan de me tuer sur le Titan, si je n'arrivais pas à me contrôler en me transformant, ce qui était souvent le cas. J'ai pourtant le maigre espoir qu'avec la perte de la majorité de mes pouvoirs, le contrôle de ces métamorphoses soit plus aisé.

- Puisque tu m'as dévoilé la plupart de tes secrets sur tes atouts, je vais en faire de même. Mon corps est fait en sorte que je puisse prendre 4 formes distinctes. Mes anciens camarades les ont nommé: La bête, Le gigas, Le masque infernal et le Chaos.
Chacune de ces formes me confère habituellement des propriétés et une apparence particulière.


Je marque une petite pause, n'étant pas habitué à parler trop longtemps. Je reprends ensuite sur ce même timbre monocorde.

- Malheureusement, je n'ai aucun contrôle sur ces transformations. Elle peuvent nous sauver comme nous achever. Bien qu'elle soient majoritairement bénéfiques pour mes partenaires, il était probable qu'en me transformant sur le Titan, mes attaques se soient retournées contre toi et Joan. Voilà pourquoi je lui ai demandé de me tuer en cas de débordement. Mais comme tu as pu le voir, je n'ai pas réussi à utiliser ce pouvoir...

Peut-être qu'avec le temps, ceux-ci me seront de nouveau accessibles. Je regarde à présent au loin, en direction du même endroit où Shifumi a tiré son rayon de lumière.

- Je sens quelque chose. Restons sur nos gardes.

Pour Shifumi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Ven 26 Juin - 18:54

ShifumiJe ruminais encore les propos de Vincent lorsqu'il nous mit sur nos gardes. Au loin, je le sentais aussi à présent, une masse oppressante avançait tranquillement mais surement. De sa vigie, Shiïn aussi regardait dans la même direction et après quelques ordres, le grand foc fut mis en place et mon cousin fit accélérer le Trident au loin... Le reste de la journée fut assez silencieuse, tout le monde se regardait bizarrement, une ambiance étrange s'était installée au sein de l'équipage. Ce fut en fin d'après-midi, alors que le temps avait radicalement changé qu'il fut clair pour tout le monde que nous étions suivis depuis quelques heures par une énergie très sombre. J'avais quand même tenté une sieste mais je m'étais réveillé en sueur, le coeur battant. Je sentais mes épaules lourdes, et d'un naturel plutôt sympathique, je me surprenais à bougonner pour la moindre occasion. En fin d'après-midi, nous partions, Khima et moi, pêcher pour le repas du soir et nous nous prîmes la tête dans des discussions sans queue ni tête, à tel point que, l'heure du repas venue, on se boudait clairement l'un l'autre. Alors que nous venions de terminer un gros thon rouge grillé et des frites sans trop d'appétit, on entendit un énorme bruit de collision, le cri perçant de Holly puis plus rien. Par les hublots, par les trous de serrure ou les coins de porte, une brume opaque et glaciale tentait de s'infiltrer et Holly, devant un tel spectacle, se mit à crier encore plus fort, encore plus aigu. Tous les ronsos me regardaient alors que je croquais dans une pomme.

"Très bien... Shifumi va voir ce qu'il se passe..."

Je me levais et de concert, les yeux des ronsos se fixèrent sur Vincent, sans autre procès. Les deux mécanos croisaient les bras, le capitaine haussa des épaules avant d'empêcher son fils de se lever et Holly, en grand final, sursauta, hoqueta et s'évanouit. J'empochais une banane au passage et sortait de la grande cabine en prenant soin de la refermer rapidement pour empêcher au mieux cette brume de rentrer. Je stoppais mon chemin devant la porte, ahuri, contemplant avec horreur et curiosité une nef miteuse et infestée de moules et de coquillages bizarres. La passerelle d'abordage était installée bien en vue sur le Trident, comme si on invitait ses passagers à rendre visite au vaisseau. Je le regardais encore quelques instants et j'hésitais à m'y rendre. Aux alentours, la brume opaque empêchait toute visibilité à plus de six mètres et ce que je voyais ne m'inspirais pas vraiment pour la suite. Heureusement, la porte de la cuisine claquait à nouveau et Vincent apparut à mes côtés... Je lui adressais une petite grimace et pressais le pas vers la passerelle. Arrivés sur le ponton principal de ce vaisseau étrange, il devenait évident que l'on ne ne se jouait pas de nous et que nous venions d'être abordés par un Vaisseau Fantôme... Intrigué, j'ouvrais une calle et libérais par mégarde une floppée de chauve-souris géantes particulièrement belliqueuses...



Nocturnus x12
HP : 120
MP : 240
Immunité : Terre, Ténèbres
Crainte : Vent, Folie
- Attaque (-10 HP)
- Foudre (-50 HP)
- Saignée (-20 HP)
Pour vincent:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Sam 27 Juin - 0:11

Vincent
Nous avons tous les deux senti une présence maléfique dans les eaux troubles menant à Dol. Afin de ne pas nous affoler les uns et les autres, mais aussi pour oublier cette étrange impression, nous reprenons tous nos occupations. Shifumi vaque à droite à gauche, discutant et se chamaillant avec les membres de son clan. L'ambiance stagna dans une inquiétude généralisée durant une grande partie de la journée. Ce n'est qu'en début de soirée que l'atmosphère se mit réellement à changer. Le temps se couvre et certains membres de l'équipage s'inquiètent à l'approche d'une tempête.

Pourtant, ce ne sont pas les intempéries qui apporte la brume qui nous enveloppe, mais un vaisseau à l'allure étrange, qui nous percute sans sommation. Les membres du clan Tsubaki se retournent tous vers Shifumi, clairement désigné pour inspecté le navire qui est à présent collé au nôtre.
Celui-ci me regarde et je comprends qu'il est désormais de notre devoir de montrer sur cet inquiétant vaisseau.
Je regarde une dernière fois par le hublot de la cuisine avant de sortir rejoindre Shifumi un peu plus haut.
Il est immobile, face à la passerelle du bateau responsable de l'arrêt brutal du trimaran. Le jeune ronso ne semble pas vraiment à l'aise et me le montre clairement avant de monter sur le bateau. Une fois dessus, nous constatons que personne n'est aux commandes et que l'équipage est inexistant. Pourtant, ce navire nous suit depuis ce matin, j'en suis persuadé.

Souhaitant en savoir plus, Shifumi ouvre une trappe qui mène au cœur de l'embarcation. Des chauve-souris s'en échappent, dérangées par la lumière que nous apportons à leur habitat.
Je dégaine brièvement Cerbère et insère quelques munitions inflammables avant d'abattre les créatures une à une. L'affrontement ne dure que quelques secondes, le temps que mes balles atteignent leurs cibles et qu'une réaction en chaîne ne terrasse les autres.

- Je doute qu'elles soient celles qui conduisent le navire. Entrons pour en savoir plus.


Action de Vincent > Rafale des enfers (Force 1) > Vincent insère dans son arme des balles inflammables qui, lors de la détonation, transforment le champs de bataille en véritable brasier... et les ennemis avec > -125 hp, Type Feu [cibles], -10mp [Vincent]

Les ennemis sont K.O !

Pour Shifumi :
 
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Lun 13 Juil - 9:23

Le ciel commença soudain à s'obscurcir, des nuages d'un noir d'encre approchaient le navire à vitesse grand V... les membres de l'équipage commencent à se mettre à leur poste à toute vitesse

«Un cyclone!!!! Tenez-vous prêt!!» - tout le monde court dans tous les sens et pourtant, chacun semble exactement où se trouve sa place. Ils ne se soucient plus vraiment de qui que ce soit pour l'heure, seule le maintien du navire est important à cet instant!

Les vagues grossissent, le bateau se retrouve parfois à la verticale avant de retomber lourdement en suivant les assauts de l'océan!

«On quitte notre trajectoire!!» - pas le choix, ils sont comme une petite bille sur le plateau divin et ils ne peuvent que subir encore et encore les affres de l'océan! Ils avaient visé le Nord mais filaient droit vers le Sud Est, sans le savoir, ils étaient repassés près de Junon qui devait tout autant subir ce gros orage... il fallait éviter les récifs en plus car ils passaient à proximités de plusieurs îles, mais il fallait croire qu'ils n'avaient aucune chance d'en réchapper, car ils ne faisaient que suivre l'exacte avancée du cyclone jusqu'à se retrouver dans un premier temps près de Spira...

Mais l'orage n'en avait pas terminé, les membres de l'équipage étaient épuisés, ils ne savaient pas s'ils allaient pouvoir tenir encore longtemps ainsi, cela faisait des heures et des heures qu'ils maintenaient leur navire jusqu'à ce qu'une vague plus puissante que les autres manque de faire retourner le bateau! Vincent se retrouva alors projeté par-dessus bord, mais personne ne s'en rendit compte tout de suite..

«On s'approche de Héra, mais il faut qu'on sorte de cette tempête!! On va essayer de rejoindre Spira, Kilika ne doit plus être très loin...» - aussi le bateau tente une virée pour échapper à la tempête et finalement, au bout d'une demi-heure supplémentaire, ils parvinrent à se retrouver dans une zone plus calme pour souffler...

Mais Vincent lui, finit par dériver et échoua près du Port d'Alexandrie, plusieurs personnes le trouvèrent et se précipitèrent vers lui..
«Il a l'air faible, vous avez vu comme il est pâle?» - évidemment, ils ne pouvaient pas savoir que c'était son teint naturel! Malgré tout, ils le soulevèrent et le conduisirent à l'auberge où il allait pouvoir reprendre des forces... pas pour très longtemps par contre vu ce qu'il se préparait en ville!
=========================
Shifumi passe au niveau 4
Vincent passe au niveau 6

Gains: +150 gils [Chacun]

Vincent se retrouve à l'auberge d'Alexandrie
Shifumi se rend à Guadosalam


Restauration à 100% HP-MP



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Dim 22 Nov - 10:33

Liesel et Squall viennent des Plaines de Junon

Ce petit trajet à l'arrière d'une moto, si court qu'il fut, commençait à me rappeler combien je préférais conduire à me faire trimballer comme un vieux saucisson. Nous roulions vite - de plus en plus vite, je crois - et mon chauffeur était suffisamment grand pour me boucher la vue, si bien qu'il me faisait la surprise de tous les petits écarts qu'il faisait pour éviter tel ou tel obstacle sur les plaines. Je n'aurai pourtant pas été jusqu'à dire qu'il conduisait mal - il semblait, en réalité, plutôt à l'aise avec ce gros engin - mais je me sentais toujours mieux quand j'avais les choses en main.

Pour autant, il était absolument hors de question de laisser transparaître quoi que ce soit de mon trouble. C'est donc les mains solidement agrippées aux poignées arrière du bolide mais un ton des plus calmes, et même une légère pointe d'humour que j'avais répondu aux questions du directeur.

Ce qui fut loin d'être son cas, quand je lui demandai la pareille. Comme je m'y attendais, Squall botta rapidement en touche en me parlant d'une mission à mener, sans rentrer dans les détails. Frustrant, mais pas illogique, étant donné son statut. Non, ce qui m'embêtait vraiment, c'est qu'étant donné notre situation – ma tête engoncée dans un casque et face à son blouson – je ne pouvais même pas tenter d'interpréter ses silences à partir de ce que laissaient échapper son visage et ses yeux. Je ne devais me contenter que des miettes qu'il me laissait sur un retour urgent à la BGU.

« Rien de grave ? »
risquai-je, avant de préciser. «  Je me suis absentée de la TGU il y a quelques semaines et je ne suis pas certaine que mon portable capte toujours très bien en dehors du continent de Dol... Même si je suis sure qu'on saurait me retrouver,  si besoin était... »

Évidemment, je ne pouvais pas lui dire qu'étant en congé sabbatique pour une durée indéterminée, il y avait peu de chances qu'on m'appelle, en dehors de cas d'extrême nécessité. S'il apprenait ça maintenant, les probabilités qu'il me laisse accéder à des informations sérieuses seraient réduites à néant.

« La ville ! Ca a été rapide ! » lançai-je, soulagé que mon chauffeur ralentisse enfin un peu l'allure.

Et quand, enfin, il posa pied à terre, je n'eus plus qu'à espérer que le soupir qui m'avait échappé était passé inaperçu. Et si doute il y avait, je m'assurai de le dissiper en répondant, d'une voix toujours un peu sucrée :

« Oui, oui, ça m'ira, le port ! Comme ça, je pourrais profiter encore quelques minutes de cette superbe bécane. »

Je regardai Squall et appuyai ma dernière phrase d'un sourire mutin. Pourtant, sous mes airs de bécasse épanouie, j'étais en train de solliciter toutes les cases de mon cerveau. Il ne me restait plus beaucoup de temps pour trouver une bonne raison de le suivre, sans quoi il risquerait de trouver ça étrange. Il avait beau sembler préoccupé, j'étais certaine qu'un homme de ce niveau de responsabilité ne devait pas se fier à n'importe qui.

Profitant du reste du trajet et de la paix royale que me fichait le jeune homme pour mûrir ma réflexion, je restai muette et pensive.

Quand nous arrivâmes au port, bien trop tôt à mon goût, je laissai Squall descendre de la moto et l'imitai sans me presser. J'enlevai le casque qu'il m'avait confié, secouai la tête de gauche à droite pour que mes cheveux reprennent un ordre à peu près convenable, y passai ma main à l'occasion et observai mon interlocuteur pour lui adresser, de nouveau, un témoignage souriant de ma sympathie à son égard. Peine perdue ! Il m'avait déjà laissé en plan, m'invitant à patienter avec sa bécane. C'en était presque vexant !

Réprimant une envie de lui rendre son casque inconfortable de façon un peu brusque et de faire demi-tour quand il revint me demander ce que j'allais faire, j'oubliai tous les mensonges fumeux que j'avais listés sur le siège arrière et répondit simplement :

« Je vous suis ! Moi aussi, je dois retourner sur Dol. Et c'est toujours plus sympa de faire le voyage accompagnée !»

A dire vrai, mon escapade sur Gaïa avait été un tel échec que cette option de retrait était, et de loin, la meilleure qui s'offrait à moi depuis mon départ. Et puis, vu que Squall n'était pas très causant, je supposais que mon absence d'explications ne le chagrinerait pas plus que ça.

Sans attendre plus longtemps, je plaquai mes mains à l'arrière de la moto pour aider le directeur à la rentrer à l'intérieur du bateau en quatrième vitesse. En passant devant le marin qui sifflait fort le départ, je minaudai un peu pour l'inviter à ralentir la cadence de son embarquement, mais je ne récoltai qu'un regard encore plus noir et coup de sifflet encore plus strident visiblement à mon attention. Non mais, j'étais destinée à ne rencontrer que des mufles sur ce continent, ou quoi ?

Enfin à bord, je ne lâchai pas Squall d'une semelle, de peur qu'il profite de la moindre séparation pour acter que notre chemin commun s'arrêtait là. J'attendis patiemment qu'il gare sa moto, puis je lui proposai d'aller profiter de la vue du départ sur le pont.

Accoudée à la rambarde, je lançai :

« J'adore les départs. Je trouve ça toujours tellement beau, de voir une ville qui s'éloigne... Pas vous ? »

Vu le personnage, j'étais quasiment sure que ce genre de considération le laisserait de marbre, mais au moins, ça me permettait d’enchaîner, sans attendre vraiment sa réponse :

« Surtout celui-là ! Je dois avouer que je suis pas mécontente de quitter ce continent. On a beau dire, quand même, au bout de quelques semaines, Dol finit toujours pas manquer, non ? »

Je jetai un rapide coup d'oeil à mon interlocuteur et continuai, pour en arriver enfin à la question qui m'intéressait réellement :

« Vous êtes resté combien de temps sur Gaïa ? »

Je gardai les yeux rivés sur cette ville à l'énorme canon qui s'éloignait de plus en plus, et poursuivant mon rôle de niaise oublieuse du protocole, je continuai  :

« D'ailleurs, je me demandais : vous êtes seul ici ? Je veux dire, ce n'est pas très ordinaire, un directeur qui se déplace seul, quelle que soit sa mission. Ni très prudent, d'ailleurs... »

En trois mots comme en un, il y avait baleine sous gravillon. Et Liesel était une férue de la chasse de ce genre de cétacés.
------------------------------------------------

Liesel paye 250 Gils pour un billet.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Lun 30 Nov - 22:00

Spoiler:
 

SquallEst-ce que toutes les SeeDs de la TGU étaient aussi enjouées et bavardes ? Mis à part Selphie, je n’avais jamais vraiment côtoyé les étudiants de Trabia, et pensais donc qu’elle était unique en son genre. Mais Liesel s’avère tout aussi extravertie – peut-être un peu moins quand même – et montre un certain besoin de parler pour combler les moments de silence gênant. C’est du moins l’impression que j’en avais puisqu’elle n’hésitait pas à me poser des questions et à commenter mes propos, comme sur la gravité de la situation à la BGU par exemple. Certes, cela partait d’une bonne intention. En tant que SeeD, elle devait sans doute se sentir concernée et, puisqu’on ne l’avait pas contactée depuis son départ de la TGU, elle éprouvait quelques doutes sur la réception de son téléphone portable. Pour être honnête, il s’agissait du cadet de mes soucis.

« Non, ne vous inquiétez pas. », répondis-je sur un ton assez terne.

Peut-être m’étais-je montré un peu trop froid dans ma manière de m’exprimer mais Liesel s’était abstenue de tout commentaire sur le sujet, se contentant simplement de montrer son étonnement en apercevant au loin la ville de Junon. Il ne nous fallut que quelques minutes pour l’atteindre en passant par la ville basse et en empruntant le grand ascenseur qui permettait l’accès à Junon même. Je ne perdis pas une seule seconde à flâner sur la grande avenue, me dirigeant directement vers le port. Cette destination convenait également à ma partenaire de fortune, désirant profiter encore quelques instants de la moto. Peu importe. Un bateau semblait prêt à partir, aussi m’étais-je renseigné auprès d’un matelot sur l’heure de départ et la destination du navire. Celui-là était bien en partance pour Dollet et s’apprêtait à mettre les voiles dans quelques minutes. Finalement, Liesel décida de monter également à bord et de rejoindre Dol, prétextant que le voyage serait « plus sympa » à deux.

Personnellement, j’avais effectué le trajet aller seul sans que cela ne me dérange d’aucune sorte. Bien évidemment, la situation nous obligeait à rester ensemble, étant donné que nous allions au même endroit, et c’était pourquoi j’avais acquiescé d’un simple hochement de tête pour me montrer courtois. En revanche, pas un sourire ne vint accompagner mon geste. Ce n’était pas naturel pour moi, et ce malgré les efforts de Linoa pour me rendre plus agréable envers autrui. Cette simple pensée m’assombrit le regard : Linoa m’attendait à la BGU et courrait possiblement un grand danger si l’intervention de Geyser ne se déroulait pas comme prévu. Il fallait que je me hâte mais… Difficile d’aller plus vite. C’était donc la tête ailleurs que je poussais la moto pour la mettre dans la soute, sans me rendre compte que Liesel venait de me prêter main forte. Pourtant, elle se tenait systématiquement à mes côtés, il aurait dû m’être difficile de ne pas la remarquer. Elle m’extirpa finalement de mes pensées pour me proposer d’aller sur le pont. Prendre l’air me ferait le plus grand bien, aussi acceptai-je et la suivis-je.

La sirène du bateau retentit à quelques reprises, indiquant son départ du port. Liesel était accoudée sur la rambarde, le regard porté sur Junon. La regarder disparaître au loin était un spectacle appréciable pour elle. Moi ? Je ne m’étais jamais posé la question, à vrai dire.

« Je ne sais pas… Je suppose. »

Je me rendais compte que mes réponses se faisaient de plus en plus courtes, aussi voulus-je faire un petit effort, mais Liesel ne me laissa pas le temps de le faire et précisa qu’elle était ravie de retrouver Dol. Sûrement le mal du pays. Finalement, elle me demanda combien de temps j’étais resté sur Gaïa. Ma réponse allait certainement l’étonner.

« A peine une journée ? »

La main sur ma hanche, je comptais le nombre de jours qui s’étaient écoulés depuis mon départ de la BGU. Deux. Trois, tout au plus. Le plus long avait été les transports, bien évidemment. Il m’avait bien fallu une demi-journée pour me rendre à Dollet, puis un jour afin de relier Dol à Gaïa. Le troisième était donc celui passé sur ce continent. Fort heureusement, le trajet du retour allait s’effectuer de nuit, aussi allions-nous arriver à Dollet un peu avant midi. Si tout allait bien, nous serions à la BGU dans la soirée. Enfin, en ce qui me concernait. Liesel me demanda alors si je voyageais seul sur Gaïa, ajoutant que cela n’était pas très prudent même pour quelqu’un de mon rang. Mon regard se posa sur Junon qui s’éloignait doucement.

« Je suis parti seul de Balamb mais j’ai rencontré une femme à mon arrivée à Junon. C’est d’ailleurs grâce à elle que j’ai obtenu cette moto, mais nos chemins ont dû se séparer peu avant Midgar. La suite, vous la connaissez. »

La brise se faisait légère en cette fin d’après-midi mais le temps n’allait probablement pas être aussi clément dans la nuit, à en juger par le ciel couvert vers lequel le navire se dirigeait. Je ne pris pas la peine de lui retourner sa question puisque la réponse semblait logique : elle aussi voyageait seule, vu qu’elle s’était également empressée de monter à bord du bateau pour rentrer sur Dol. En revanche, une fois la ville de Junon suffisamment loin pour que la vue ne soit plus aussi intéressante, je lui proposai de retourner à l’intérieur. Il y avait un bar qui faisait également office de restaurant pour le soir. Nous allions pouvoir y passer un peu de notre temps avant d’aller nous coucher dans nos cabines respectives.

L’heure du repas arriva et nous nous installâmes tous les deux à une table près des fenêtres. Il faisait nuit dehors mais on pouvait voir la pluie battre les vitres en diagonale, signe que le vent soufflait fort à l’extérieur. J’avais commandé mon repas et l’avais dégusté en silence, toujours aussi pensif. En réalité, je réfléchissais au programme du lendemain, une fois que nous serons arrivés à Dollet. Il fallait que je me renseigne sur les projets de Liesel, au moins pour savoir si je devais tenir compte de sa présence dans mes calculs ou non.

« Que comptez-vous faire une fois à Dollet ? J’imagine que le retour à la TGU va être long. »

Si toutefois il s’agissait bien de sa destination, car l’université n’était accessible que par aéronef ou à dos de chocobo. Or, Dollet ne proposait aucun service de location de vaisseau. Il était donc tout à fait possible qu’elle décide de se rendre à Deling City en train pour en louer un là-bas. Dans tous les cas, nous allions probablement nous rendre tous les deux à la station de Dollet.

« Nous devrions arriver dans l’heure de midi demain. Cela nous laissera un peu de temps avant que le train ne parte en début d’après-midi. »

Autrement dit, elle aurait le temps de réfléchir à ce qu’elle comptait faire si jamais elle était encore indécise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Jeu 3 Déc - 19:25

Si j'avais pu lire dans son esprit les questions que Squall se posaient sur le caractère enjoué des Trabiennes, je lui aurai franchement ri au nez et aurait cessé cette comédie immédiatement. Mais je n'étais pas télépathe, et même si je ne pouvais que constater que mes grimaces et mon bla-bla niaiseux n'avaient aucun effet sur mon interlocuteur, qui avait l'air de plus en plus absent, je ne pouvais que continuer dans cette voie.

Pourtant, même la plus plate des banalités aurait dû le faire réagir un peu plus que ça ! Non, mais sans blague, qui n'avait pas d'avis sur une question aussi basique que : « Qu'est-ce que tu éprouves en voyant tel paysage ? ». Ce n'était pourtant pas compliqué...

Enfin, au moins, ça réduisait clairement le champ des possibles sur son état d'esprit : soit il ne pouvait pas m'encadrer, auquel cas mes efforts pour passer pour la nunuche de l'année étaient vraiment vains, soit quelque chose de grave retenait toute son attention, et je dois bien avouer que cette dernière perspective me faisait saliver d'avance. J'imaginais déjà une affaire super confidentielle avec des tas d'implications – plusieurs villes, plusieurs universités, et peut-être même plusieurs continents – et j'enviais encore un peu plus le poste de Selphie, en me faisant la promesse que, sous ma direction, la TGU prendrait une part bien plus active aux affaires extérieures.

Quoi qu'il en soit, que Squall apprécie ou non mes réflexions d'une banalité affligeante, il fallait que je continue à jouer le jeu. Changer du tout au tout aurait paru trop étrange. Et puis, jouer la nunuche de l'année me permettait au moins de glaner quelques informations sans paraître trop suspecte.

« Une journée ? » répétai-je, surprise, en détournant mon regard d'une Junon lointaine pour le regarder.

Décidément, son comportement était de plus en plus intriguant. L'affaire qui le rappelait sur Dol devait vraiment être d'une importance capitale, car quel directeur digne de ce nom pouvait accepter de faire un voyage si long pour une seule journée sur place ?

Le cerveau bouillonnant de suppositions, je fis un effort supplémentaire pour me contenir et garder mon air innocent et l'écouter calmement. Apparemment, il avait rapidement décidé de faire la route avec une inconnue qu'il avait rencontré sur le bateau. C'était plutôt bon signe pour moi, ça !

Je laissai échapper un petit sourire et enchaînai :

« Oui ! Il faut croire que votre route est jonchée de jeunes femmes ! »

Je ponctuai ma phrase d'un rire se voulant mutin – mais dont l'effet était, je le reconnais, un peu raté -  et continuai à l'abreuver d'histoires sans originalité sur ce que j'avais vu à Junon pendant mes « vacances », l'impressionnant canon dont ils disposaient et toutes autres sortes de choses qui me passaient par la tête et qui me venaient de façon de plus en plus naturelle à mesure que je m'installais dans mon rôle. C'en était presque flippant, d'ailleurs. J'allais vraiment devoir me freiner, sans quoi j'allais finir par ressembler à Selphie. Je frissonnai.

Heureusement pour moi, Squall avait quand même un brin d'initiative et, sûrement lassé de m'entendre déblatérer sur tout et sur rien face à la mer, il me proposa de continuer la traversée devant un verre, puis un repas. Après avoir profité une dernière fois de la brise marine en me cramponnant à la rambarde et en inspirant profondément, je suivis mon interlocuteur à l'intérieur.

Là, je commandai une bière et continuai mes élucubrations jusqu'à ce que nous commandions à manger. Mais fatiguée – et un brin soulée – par mon propre débit de paroles, j'imitai bientôt mon interlocuteur et plongeai dans le silence. Silence que je commençais à apprécier quand, contre toute attente, le brun à la cicatrice se mit à relancer la conversation sur mes projets pour la suite.

Je cachai ma déception sous un sourire de façade et répondis :

« Oh, je me suis dit que j'allais pousser avec vous jusqu'à Balamb. Il y a deux ou trois personnes que j'aimerais revoir. Vous savez, j'ai encore un peu de temps avant de reprendre à Trabia, donc, pour une fois que je suis dans le coin, je vais en profiter ! »

Ma réponse n'était pas des plus convaincantes, mais c'était la seule que j'avais pu trouver pendant le peu de temps où je m'étais tue.

« Vous allez m'avoir sur le dos encore pendant encore un jour ou deux. »
continuai-je en souriant.

Je laissai Squall profiter de ma pointe d'humour – encore qu'elle lui donnerait peut-être envie de rire jaune – et pris une gorgée d'eau, avant de reprendre, en le regardant droit dans les yeux :

« Encore que je suppose que vous devez être assez pressé de rentrer. Pour ne rester qu'une journée sur un continent étranger... »

Je le dévisageai avec curiosité, cherchant à capter la moindre réaction qui lui échapperait, au risque de laisser entrevoir que j'étais bien moins superficielle qu'il n'y paraissait au premier abord. De toute façon, j'évaluai le risque qu'il s'en rende compte assez faible. Pour ça,  il aurait fallu qu'il me prête un peu plus d'attention.

Après une petite minute d'observation prédatrice, je repris :

« En tous cas, ce contretemps m'aura permis de dîner avec le directeur de la BGU. Les étudiants que je connais chez vous vont être verts. »

J’enchaînai avec quelques nouvelles futilités, puis m'arrêtai jusqu'à la fin du repas, où je pris congé de lui sans trop de cérémonie. Vu ce que ça m'avait rapporté jusque là d'en faire des caisses... J'indiquai juste à Squall le numéro de ma cabine, à quelques portes de la sienne, et m'éclipsai rapidement.

Arrivée dans ma cabine, je filai directement à la salle de douche et commençai à faire couler l'eau pour qu'elle se réchauffe. Je retirai mon T-shirt avec prudence et observai mon reflet dans le miroir. En voyant le bleu qui partait du dessus de mon nombril et qui s'étendait jusqu'à ma brassière, je grimaçai, me reprochant d'avoir mal évalué l'état du Neurosuphéroth qui m'avait laissé ce douloureux souvenir. Je palpai délicatement la blessure, puis, constatant avec soulagement que la douleur n'était pas trop vive – donc les lésions internes vraisemblablement bénignes – je continuai mon effeuillage pour filer sous la douche.

Une fois n'est pas coutume, j'occultai volontairement tout ce qui s'était passé depuis cette blessure pour ne me concentrer que sur les jets d'eau qui martelaient mon visage. Je devais avouer que cela me faisait un bien fou de déconnecter.

Après une bonne dizaine de minutes, je sortis et filai prendre un repos bien mérité.

Quand je me réveillai, je me préparai rapidement et filai au restaurant de la veille pour y prendre de quoi petit-déjeuner. Je fis le tour des visages présents et, ne distinguant pas Squall parmi eux, je m'assis à une table près de la fenêtre, stratégiquement située en plein devant la porte d'entrée et bénéficiant d'une vue agréable sur la mer. J'étais affamée et pleine d'une énergie nouvelle, alors tant pis pour Squall, j'allais me servir et je commençai à manger sans lui.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Dim 6 Déc - 16:02

Pour Végéta:
 

SquallL’obscurité de la nuit enveloppait l’océan et empêchait de voir la pluie s’abattre sur ces mers. A travers la fenêtre, il m’était impossible d’apercevoir une quelconque terre à l’horizon. Junon s’avérait déjà loin derrière nous tandis que Dollet l’était encore plus devant. Le trajet allait être long mais fort heureusement, le faire de nuit permettait de ne pas le voir passer. Nous en étions donc au dîner et alors que nous le dégustions en silence, je m’étais enquis de connaître les projets de Liesel une fois arrivée à Dollet. J’avais supposé qu’elle désirait retourner à la TGU mais contre toute attente, elle m’annonça vouloir m’accompagner jusqu’à la BGU, prétextant désirer revoir certaines personnes qu’elle connaissait puisqu’elle avait encore un peu de temps devant elle avant de reprendre ses fonctions d’instructrice. Soit, elle pouvait bien faire ce qu’il lui plaisait. Qui plus est, il s’agissait d’une SeeD et elle serait toujours la bienvenue à Balamb. C’était dans les principes de la faculté. Je me contentai d’esquisser un – très – léger sourire suite à sa remarque avant de boire une gorgée de mon verre d’eau. Elle s’imaginait aussi que je devais être pressé pour n’être resté qu’un seul jour sur le continent de Midgar. Il faut dire que les raisons de mon retour étaient primordiales : je devais retourner auprès de Linoa, car tout ceci me préoccupait au plus haut point.

« Oui… » fut la seule réponse que je lui donnai.

Mon regard s’évaporait un peu sur mon assiette alors que mes pensées divaguaient dans ma tête. Toutes ces histoires avec Ultimecia… Je pensais m’en être débarrassé il y a trois ans de cela. Liesel me sortit de ma réflexion pour faire un petit commentaire sur le fait que ce voyage lui avait permis de dîner en compagnie du proviseur de la BGU. Mon regard s’éleva vers le sien. Si je ne comprenais toujours pas l’effervescence qui se dégageait de cette situation, je laissai transparaître un nouveau sourire discret en guise de courtoisie, puis terminai mon repas et saluai Liesel qui décida de se rendre dans sa cabine. Nos deux chambres n’étaient pas si éloignées l’une de l’autre mais cela me convenait très bien. J’en fis donc de même et ferma la porte à double tour. Le silence qui régnait ici était apaisant. Seule la pluie sur la fenêtre apportait une atmosphère plus relaxante. Je me dirigeai dans un premier temps vers la salle de bain afin de me laver, puis j’allai me coucher.

==========
Restauration des HP et MP de Squall et Liesel à 100%.
==========

La nuit fut plus longue que je ne le pensais. Si le tangage du bateau ne m’avait guère gêné, j’eu en revanche quelques difficultés à trouver le sommeil à cause de mon inquiétude pour Linoa. Le temps ne s’écoulait pas assez vite à mon goût. Quoi qu’il en soit, j’avais donc attendu que le soleil soit suffisamment haut dans le ciel pour me lever, afin d’essayer de chercher le sommeil le plus longtemps possible. Hélas, il fallait reconnaître que cela s’avérait inutile au bout d’un moment. Je me préparai donc puis allait dans la salle de restaurant afin de rejoindre possiblement Liesel. Difficile de la rater, elle était assise juste en face de la porte d’entrée, près de la fenêtre. Je pris donc de quoi déjeuner rapidement puis la rejoignis.

« Bonjour. Bien dormi ? »

En réalité, sa réponse ne m’importait peu, j’essayais simplement de me montrer courtois. Qui plus est, j’avais la sensation que sa réponse amènerait à ce qu’elle me retourne la question, aussi me préparai-je à lui répondre en conséquence. Je petit-déjeunai en silence avant d’entendre une annonce à travers les haut-parleurs : le navire n’allait pas tarder à accoster au port de Dollet. Le trajet avait été visiblement plus rapide que je ne le pensais, mais ce n’était pas un mal. Bien au contraire.

Dollet était toujours aussi calme depuis quelques jours. Il faut dire que les événements récents avaient de quoi susciter quelques questions : la Tour Satellite avait en effet subi des soucis techniques empêchant ainsi l’émission des ondes à travers tout le continent de Galbadia. Caraway devait certainement avoir envoyé quelques techniciens pour trouver la source de la panne et régler le problème. Heureusement, il ne s’agissait pas d’un acte malveillant, mais il fallait avouer que la situation pouvait profiter à certaines personnes… comme Ultimecia, par exemple. Descendant du bateau pour mettre les pieds à terre tout en poussant la moto de Psyché, j’étais suivi par la SeeD Liesel qui souhaitait donc m’accompagner jusqu’à Balamb. N’ayant pas de raison de m’arrêter à Dollet, je décidai de prendre la direction de la station de train directement, sans vraiment demander à ma partenaire de voyage ce qu’elle en pensait. Cela dit, je n’étais pas là pour faire les boutiques et il était urgent que je rentre le plus tôt possible à la BGU. Au fond, je sentais qu’elle le comprenait.

La station ne se trouvant pas au sein de la ville même, il était impératif de rejoindre les plaines et suivre la route jusqu’au terminus du chemin de fer, à un petit quart d’heure de marche. Nous aurions pu monter sur la moto pour aller plus vite mais je voulais économiser l’essence, d’autant que le train n’allait pas arriver avant une bonne heure. Si d’habitude les monstres évitaient d’attaquer les voyageurs sur la route, j’avais l’impression que deux Fungus se montraient étonnamment offensifs devant nous. Ils quittèrent la pelouse pour nous barrer la route et poussèrent quelques cris aigus à notre encontre. Rien de bien alarmant cependant, mais ce fut suffisant pour que je prenne la peine de garer la moto non loin de nous et de me mettre sur mes gardes.

==========================

Fungus Informations :
Fungus X2
Niveau : 1
HP : 170
MP : 60
Craint : /
Immu : /
Techniques : Attaquer (-10hp), Brasier (-50hp, 5mp), Morphée (20% de chance, 5mp), Rayon (-75hp, 10mp)

==========================

« Je suppose que nous n’avons pas le choix… »

Je dégainai ma Gunblade et me tins prêt à lancer l’assaut contre ces deux champignons qui nous bloquaient le passage. Une chance pour nous que les monstres de cette région ne soient pas trop puissants, sans quoi le combat risquaient de durer trop longtemps et nous ferait rater le train pour Balamb. Enfin, nous n’étions pas à l’abri d’une mauvaise surprise, n’est-ce pas ?

« Évitons de nous endormir. Je ne voudrais pas manquer le départ du train. »

Si Liesel était familière avec les Fungus, elle comprendrait donc où je voulais en venir : ces champignons lançaient fréquemment le sort Morphée, aussi fallait-il faire en sorte de mettre un terme au combat assez rapidement pour ne pas avoir ce problème…

────────────────────

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   Mer 9 Déc - 18:50

Une fois n’est pas coutume, je me fis surprendre par la voix du brun, plutôt beau garçon, que j’avais rencontré la veille. Il était assez rare que je me laisse complètement absorber par mes pensées, au tel point de perdre conscience de la réalité qui m’entourait, mais il fallait croire qu’une belle vue sur la mer et une bonne tasse de thé suffisaient à me distraire.

C’est donc avec un léger tressaillement, immédiatement corrigé par un sourire poli, que j’accueillis mon compagnon de voyage :

« Oh ! Bonjour, Squall. »

Je posai ma tasse sur la table et détaillai la mine, loin d’être des plus fraiches, du jeune homme. Au bout de quelques secondes, je répondis :

« Très bien. Il faut croire que l’air marin et le bercement des vagues m’ont fait un bien fou. »

Pour la première fois depuis un moment, je n’exagérai même pas la réalité. J’avais craint que les bleus dont j’avais hérité ne m’empêchent de dormir mais il n’en avait rien été. Mieux encore, j’avais incroyablement bien cicatrisé. Autant dire que ce matin m’apparaissait sous un jour bien meilleur que la veille. Je me sentais même d’humeur à continuer sur le registre un brin familier que j’avais adopté après notre ballade en moto et lors de notre diner :

« On dirait que ce n’est pas le cas de tout le monde. Excusez-moi, mais vous avez une mine épouvantable. »

J’avalai une nouvelle gorgée de mon thé et détournai le regard vers la mer, fermement décidée à profiter encore un peu de la vue. Honnêtement, je ne m’attendais pas à beaucoup plus qu’un simple haussement de sourcils de la part de mon interlocuteur, encore moins à une discussion fournie. Et je ne fus pas déçue : le petit-déjeuner fut à l’image du diner de la veille : silencieux.

Lorsqu’on nous annonça que notre arrivée était imminente, je plongeai, de nouveau, mes yeux dans ceux du directeur de la BGU et, posant mes mains sur la table pour donner le signal de notre départ, je lançai :

« Je suggère que nous allions ramasser nos affaires dans nos chambres. Rejoignons-nous directement à la moto, pour débarquer rapidement. Je suppose qu’elle va gêner les autres véhicules, étant donné que nous sommes les derniers à avoir embarquer. »


Prenant conscience que mes qualités naturelles de leader revenaient au galop, j’ajoutai, après un léger silence :

« Je file ! Une fille a toujours besoin de plus de temps pour remballer tous ses secrets ! »

Je quittai Squall avec un sourire de façade, mais en me reprochant vertement de m’être montrée si directive tout à coup. Décidément, la vision des flots m’avait vraiment rendue trop fleur bleue. Je le rejoignis quelques minutes plus tard, après avoir attrapé mon sac à dos et inspecté mon Beretta.

« Dol, nous voilà ! »
conclus-je en poussant la moto hors du pont.

Sans vraiment d’explications, nous poussâmes l’engin vers la station, qui se trouvait à l’extérieur de la ville. Je n’avais, bien évidemment, aucune observation à formuler : j’aurais été la dernière des demeurées si je n’avais pas compris que Squall ne voulait pas perdre une minute ! Le seul détail qui me chiffonnait était que le jeune homme ne semblait pas vouloir donner le signal du départ à moto. Franchement, le sens pratique, vraiment à toute épreuve, de Squall m’impressionnait : je connaissais un grand nombre d’hommes qui auraient refusé de passer pour un radin aux yeux de leur passagère, ce qui n’aurait pas fait partir le train plus vite pour autant. Non, là, tout directeur qu’il soit, il me faisait pousser son engin pour économiser l’essence, au risque de passer pour un mufle... Qu’il était certainement, pour que cette idée lui ait traversée l’esprit, mais soit.

Mes pensées sur les traits de caractère de mon chauffeur, favorisées par le silence religieux qu’il adorait faire régner, ne m’empêchèrent pas de remarquer les deux champignons multicolores qui s’approchaient de nous. Je reconnus tout de suite l’espèce : des Fungus.

Adoptant la même attitude que Squall, je l’aidai à ranger la moto sur le bas-côté de la route et répondis, d’un ton neutre :

« Je n’ai pas l’impression qu’on l’ait, en l’occurrence… Ce qui est assez étrange. »

C’est vrai, après tout, les monstres étaient connus pour ne pas affectionner particulièrement et s’en tenaient assez éloignés d’ordinaire. Mais quelle que soit la raison qui les avait poussés à nous attaquer, nous devions régler le problème. Avec une rapidité peu commune, j’attrapai mon Beretta dans son étui, attaché à ma ceinture et ajustai l’un, puis l’autre Fungus.

Lorsque Squall me mit en garde contre les attaques spéciales de ces deux monstres, je hochai la tête. L’attention était gentille, mais je connaissais parfaitement les caractéristiques de la plupart des monstres connus de Dol. Alors, des monstres connus comme ceux-ci…

« Oui, et je n’ai rien pour vous réveiller à part une balle ou un coup de crosse. Alors, restez sur vos gardes, vous aussi. »


Mais en disant ça, je sentis mes paupières devenir lourdes. Je fermai les yeux un bref instant, avant qu’un bruit d’éclair ne me réveille complètement. Je regardai Squall, puis les deux monstres et remarquai que l’un d’entre eux me fixait – si tant est que ce fut vraiment possible que ces deux yeux regardent au même endroit - . D’un rapide hochement de tête que le directeur ne verrait surement pas, je le remerciai d’avoir, peut-être malgré lui, empêché le Fungus de réussir à m’endormir.

J’attrapai mon revolver à deux mains et ciblai tranquillement mon marchand de sable. Alors que l’autre monstre se projetait vers Squall dans un mouvement élastique, je ne changeai pas d’avis et tirai sur celui des deux qui avait cherché à m’endormir sans afficher la moindre émotion.

« Je confirme, ils aiment jouer aux hypnotiseurs. Gare à vous. »

Sans trembler, j’éjectai mon chargeur de balles classiques de mon arme, le recueillis alors qu’il tombait et l’échangeai contre mon chargeur de balles empoisonnées qui était dans ma poche. Ils voulaient jouer avec les altérations d’état ? Eh bien, nous serions trois.


Récapitulatif du combat:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: En route vers Dol   

Revenir en haut Aller en bas
 
En route vers Dol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Cartes] {La Route vers Fondcombe} Région Inexplorée/Sentinelle Endormie/Embuscade Orque/Poursuite Nocturne - Réponse de Dadajef [Résolu]
» En route vers les abysses
» [La Route vers Fondcombe] Discussion générale
» La route vers le... 6ème sens
» Comment faire des remparts, des tours, des terrasses.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Le reste de la carte :: Océans-