Salut
Accueil

Partagez | 
 

 De passage à Junon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Dim 21 Juin - 18:16

Vincent
Alors que la traversée continue, le moniteur m'informe que l'un des sous-marins essaye de rentrer en contact avec nous. Sans surprise, c'est la voix de Shifumi que nous entendons raisonner dans l'habitacle

- Répondez, c'est un ami. Dites-lui de se méfier des créatures des environs.


Le pilote active la communication et parle à Shifumi via une sorte de micro qu'il tient dans sa main.

- Votre ami me dit de vous dire de faire attention, on a eu le droit à la visite d'une immense pieuvre !

Shifumi n'a pas le temps de répondre lorsqu'une baleine surgit soudainement et fouette avec sa queue le vaisseau du Ronso.

- Hého, tout va bien? Vous tenez le coup?! Répondez !

D'un geste net et précis, j'ajuste le gouvernail pour nous faire aller là où le sous-marin de Shifumi a probablement été propulsé. Pour le moment, pas de réponse. Il devrait s'en être sorti. Cela ne m'étonnerait pas qu'il possède un gadget pour se sortir d'une situation critique de cet acabit.
Nous apercevons progressivement la silhouette de leur véhicule, qui semble légèrement cabossé mais toujours en état de marche. Néanmoins, nous arrivons rapidement à leur niveau à cause de leur vitesse réduite, sans doute le temps que le moteur se remette de ses émotions.

- Refaites une tentative, il devrait pouvoir répondre.

Le marin s’exécute instantanément, inquiet à la fois pour le sous-marin qui coûte une fortune, mais aussi un peu pour son passager.

- Il y'a quelqu’un? Si oui, faites-nous signe !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Dim 21 Juin - 20:50

Shifumi"Votre ami me dit de vous dire de faire attention, on a eu le droit à la visite d'une immense pieuvre !"

C'est à ce moment que le Destin avait décidé de frapper fort, avec un cétacé cette fois-ci. L'alarme du sonar s'était mise en route mais trop tard, je partais en vrille et étais ballotté sérieusement dans l'appareil. C'est la première fois que j'ai cru mourir durant mon Périple, surtout lorsque je constatai que le pare-marée commençait à se fissurer par endroits. ma nef emportait avec elle la boue et les quelques coraux qu'elle venait de fracasser à son contact, tout comme mon nez qui saignait... Encore sonné, le gyrophare interne oscillait dans une lumière rouge inquiétante et n'aidait pas vraiment à se concentrer. Le moteur droit était mort, visiblement le radar aussi, plus aucune communication n'entrait. Les phares s'amenuisaient quand soudain, silence total dans le noir le plus complet. Alors que je pensais déjà vivre un enfer, le pire arrivait et ce poisson lanterne serait le seul témoin de ma perte. Hors de question, j'avais des choses à faire...

Je dévissai calmement mon casque de sécurité, fis craquer mon dos et inspirai largement, profitant des dernières bouffées d'air disponibles puis tout aussi calmement, je claquais des doigts dans un ordre bien précis, relâchant peu à peu mon inspiration, au rythme de mes claquements de doigts. Des bulles sortirent de nulle part, épanchèrent mon nez, pétillèrent partout à l'intérieur de l'appareil mais le miracle que j'attendais ne se montra pas. Champagne ne permettait visiblement pas de réparer les sous-marins. Pourtant, la veille, le bouton de manchette de Loan avait bien réapparu... Une dernière bulle éclata et je compris alors qu'elle était celle qui emmenait toutes les autres à dévoiler leur potentiel réparateur. Peut-être même un peu trop...

"Il y'a quelqu’un? Si oui, faites-nous signe !"

Bienvenu à bord du tout premier sous-marin designé Tsubaki, de mémoire de ronso. Tapis de sol en velours, pompons pendouillant sur le rétroviseur, coussins brodés finement, avec une ergonomie encore plus adaptée à ma condition. Chaque console était en cuivre martelé et le tableau de bord était recouvert de cuir tanné. D'extérieur, je ne le savais pas encore, le sous-marin était profilé comme un félin à corne et une lanterne à son bout servait de phare. Les autres concurrents en profitaient pour rattraper leur retard et Vincent semblait s'inquiéter. Moi, je surgissais de nulle part, faisais déjà rugir les deux moteurs à hélice et répondais de concert :

"Shifumi va mieux maintenant ! Et son sous-marin aussi !"
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Dim 21 Juin - 21:01



TOUR N°4

Shifumi > houla! Voilà que vous vous retrouvez face à des courants particulièrement violents! Attention ça tourne!
Vincent > même chose, vous êtes également aspiré par les tourbillons!

Pour vos concurrents, certains vous rattrapent et sont dans le même cas que vous, les autres sont loin derrière!



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Lun 22 Juin - 2:23

Vincent
Entendre à nouveau la voix de Shifumi fit pousser un soupir de soulagement au jeune marin. Pour ma part, je n'ai pas douté une seule seconde sur la survie du jeune Ronso.

- Ça fait plaisir de vous entendre ! Tout va bien? Vous pouvez continuer?


La conversation est rapidement coupée par de forts courants qui nous entrainent, le vaisseau de Shifumi ainsi que le mien, dans un siphon qui vient de se former sous nos yeux.

- Je suppose que ça non plus, vous ne l'aviez pas vu venir ?


- C'est dingue... en 5 ans de carrière, je n'ai jamais connu un phénomène de la sorte !

- Il faut croire qu'il y'a une première fois à tout.


Le tourbillon nous relâche au bout de quelques minutes, après nous avoir fait tournoyer des dizaines de fois.
C'en est trop pour le pilote qui se précipite dans les compartiments servant de toilettes pour... se laisser aller. Il revient quelques instants plus tard, apparemment soulagé que nous soyons de nouveau stable.

- On ne devrait plus être très loin du sous-marin de la Shinra. Vivement qu'on sorte de ce cauchemar...

Je me contente d'acquiescer, tout en gardant le cap avant de commencer à apercevoir notre objectif.
Shifumi semble au même point que nous tandis que certains concurrents nous talonnent et essayent de nous doubler. Quitte à perdre, je préfèrerai que Shifumi l'emporte pour que nous puissions mener notre mission à bien et nous rendre rapidement sur Dol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Lun 22 Juin - 16:36

Shifumi"Ça fait plaisir de vous entendre ! Tout va bien? Vous pouvez continuer?"
"Oui, oui c'est la dernière ligne droite, Shifumi a bon espoir de retrouver la terre ferme un jour !"

Mais alors le sonar retentit à nouveau, n'engageant rien de bon. En effet, un courant violent en tourbillon vint nous empêcher de rattraper le retard pris  et à nouveau ma nef mobile était balloté dans tous les sens. Cependant, contrairement à la première salve du cétacé, cette fois-ci, le Programme Gyroscopique s'enclencha automatiquement et ma cabine restait alignée avec la pesanteur. Certes, ca bougeait dans tous les sens, c'était carrément amusant, même, mais certainement beaucoup moins violent  que juste avant. Malgré le chahut, je parvins sans grand mal à esquiver les pales d'un sous-marin adverse sans prendre le temps de savoir qui c'était. Pas le temps...

Les courants marins devinrent plus tranquille, je reprenais le contrôle du véhicule et constatai par le sonar que l'avance que j'avais prise était réduite à néant. Tout allait se jouer sur cette dernière phase et surtout j'avais hâte d'utiliser les manettes pédestres. Parfaits pour mes pattes arrières, aussi agiles que mes pattes avant, je commençai déjà à me familiariser avec le bras-grappin. J'espérais juste ne pas avoir à faire avec une bande d'orques joueurs ou une éruption sous-marine, il fallait dire que cette société de jeu ne ménageait pas ses efforts pour contraindre la nature contre ses clients même si de fait, c'était amusant, éthiquement c'était insultant. Mais amusant.

*Jdong Jdong Jdiiiiinnnnggg*

Nous voilà arrivés dans la zone de recherche, le premier qui trouverait cette pépite de mythril serait le vainqueur, il fallait avoir l'oeil et le bon tout en restant sur ses gardes car il était évident que la zone serait truffée de pièges...
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Lun 22 Juin - 18:25



TOUR N°5 - dernier tour!

Shifumi > la voie est libre! La pépite de mythril est juste là, à votre portée!
Vincent > quel dommage... un sous-marin adverse veut vous doubler à tout prix et vous rentre dedans! Attention aux dommages dans les sous-marins!

Classement Final
1er: Shifumi
2ème Vincent
et les autres concurrents à la suite!


===========================
Gains: Shifumi remporte une gemme de son choix de niveau 1, Vincent remporte la somme de 1000 gils!
Gains rp: +250 gils [Chacun]

Félicitations à vous deux!



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Lun 22 Juin - 23:03

Vincent
- Ouf ! On est enfin dehors !

Une immense expression de soulagement se lit sur le visage du marin qui m'a servi de copilote durant ce jeu assez mouvementé. Nous venons tout juste de remonter à la surface après que Shifumi ait mis la main sur la cargaison de mythril que nous devions récupérer.

Avoir percuté un adversaire nous a faire perdre toute chance de remporter la première place.
En revanche, Shifumi est sorti grand vainqueur et nous recevons dès notre retour nos prix respectifs.
1000 Gils pour ma part, une gemme de son choix pour le Ronso. L'argent me fait cruellement défaut habituellement. Pourtant, ce n'est pas comme si je consommais beaucoup en boisson et nourriture.

- Merci aux participants d'avoir bien voulu fêter l'inauguration de notre Chasse sous-marine ! Quelles sont vos impressions ? Vous là, l'homme à la cape écarlate ?

- ... Distrayant.


Ce début de journée n'aura pas été de tout repos en tout cas. Le pire est pourtant encore à venir. Libérer Deneth ne sera pas aussi facile.
Après un long speech de l’organisateur et une brève interview de chaque participant, Shifumi me rejoint pour que nous nous rendions sur le port où se trouvent les navires en partance pour Dol. A côté du port, les étales se mettent en place et les marchandises sortent progressivement des caisses des commerçants.

- Je vais aller voir s'il n'y a pas une gemme qui peut m'intéresser . Tu peux me suivre ou bien commencer à chercher un bateau pour nous rendre à Deling City.

Une fois au marché, j'observe rapidement la plupart des stands avant de trouver celui que je recherche. Une multitude de pierres, alignées les unes à côté des autres, brillant chacune d'un éclat unique. Voilà donc la source de notre pouvoir à présent. Nous dépendions auparavant des matérias et de l'énergie mako. Aujourd'hui, ce sont ces cailloux qui dictent la loi du plus fort.
Parmi toutes les pierres, un diamant attire mon attention.
La vendeuse me remarque rapidement, avant de m'aborder d'un air gêné :

- Désolé, je ne pense pas que cette gemme soit faite pour vous... Elle tire sa puissance de l'énergie de la lumière et...


- ...

- Non non, oubliez ce que je viens de dire...


- Donnez m'en une.

- Vous... vous êtes sûr que vous ne le regretterez pas?

- J'ai des regrets bien plus importants que celui de l'achat d'une pierre.


- Dans ce cas... tenez.

La pureté du diamant et la noirceur de l'âme de son possesseur. Deux choses que tout oppose. Et pourtant... je ne peux qu'être attiré par ce que je ne pourrais jamais devenir.

- Je vais également vous prendre cette pierre. Elle me sera toujours utile.
Achats:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Mar 23 Juin - 2:02

ShifumiFacile ! Et me voilà sur le podium à prendre la pose avec Vincent et le troisième concurrent, un adolescent typique de Junon. Ce fut alors que je croisai un regard familier, planté devant les badauds qui nous regardaient recevoir nos cadeaux. Je demandais une améthyste en récompense...

Pour leur site internet, on nous interviewa pour la postérité. Vincent répondit sèchement, et moi je balbutiai quelques mots inaudibles alors que l'autre ronso que je fixais se mit à sourire. Vincent partit vite faire quelques courses, et moi, j'eus juste le temps de lui assurer que je le rejoignais aussitôt mais je constatai presque affolé que le ronso qui me regardait avait disparu. Je restai deux minutes planté là, au mileu du hall de réception du jeu sous-marin avant de me rendre compte qu'une peluche tirait sur mes vêtements pour attirer mon attention. La chose était dodue, pelucheuse et presque irréelle, toute blanche, des toutes petites pupilles et une paire d'ailes de chauve-souris.

"Là d'où vient Shifumi, les petits ronsos raffolent des histoires de mog... ? ... Tout va bien ?"

Je remarquai alors la terreur dans ses yeux, l'inclinaison de son bassin, la compensation de son épaule et commençai à comprendre deux choses. je continuai alors mon inspection :

"Le mog sait que Shifumi est un Tsubaki ?"

La peluche hochait sensiblement la tête avant de tressauter de peur et venir se blottir entre mes pattes arrières... Moi je restais impertubable, les bras croisés, l'air fier.

"Le mog sait alors qu'il doit prononcer les mots... Erf... tant pis, de toute façon Shifumi n'aime pas trop les cérémonies..."

Ce mog était en sale état et il demandait asile au clan, clairement. Mais il venait de s'évanouir alors je fis ce que je savais faire de mieux. J'apposais mes coussinets sur son front et son torse, tapotais par endroit et claquai de la langue. Je me servais à nouveau de Champagne mais à des fins plus honorables que gagner une course...

"Tout va bien ! Merci encore pour l'amusement !"

je prenais le mog dans mes bras, saluais les gens dans le hall puis partais à mon tour pour retrouver Vincent qui était dans le marché à terminer ses transactions. Toujours le bras en berceau, je veillais sur mon nouveau patient comme le lait sur le feu. J'essayais de rester neutre et impassible mais j'avouais être un peu perdu. Ignorant presque le vendeur, je confiais alors à Vincent :

"Ce mog a été brutalisé sévèrement. Il a demandé asile, Shifumi doit veiller sur lui le temps de sa convalescence..."

Le mog se retournait alors dans mon bras, cherchant vainement une couette pour se blottir un peu plus, puis commença une longue série de ronflements plus ou moins intenses... Il avait l'air bienheureux, c'était le principal mais son aphasie m'inquiétait un peu.

"Naaaaaan... Shifumi et Vincent ont un bateau à prendre, quai 7... Dans un quart d'heure... Par ici... Sakura prend le relai... Oh il est tout doux..."

Sortie de nulle part, Ronso Tsubaki Sakura la guillerette échangeait mon mog contre deux tickets de transport et une carte SD. La belle ronso agita sa longue chevelure rousse et fit papilloner ses yeux émeuraude. On ne discutait pas avec Sakura. Mais vraiment pas. Déjà un ronso adulte dépasse de loin les plus grands hommes, mais Sakura est considérée comme une asperge chez nous. Et encore aujourd'hui, elle est considérée comme Experte à la Lance, ce qui n'est pas peu dire, surtout chez nous. Alors vraiment, il vaut mieux ne rien dire et acquiescer. Ma camarade nous invita d'un signe de tête à lui suivre. Sur le chemin, loin des oreilles indiscrètes, elle poursuivit innocemment :

"Tetsuo a seulement pu fournir les plans des égouts. Il a dit de prévenir Shifumi de faire attention. La surveillance numérique est trop complexe pour la surpasser, Vincent et Shifumi ne devront compter que sur eux-mêmes... Si Sakura peut se permettre..."

Sakura s'arrêta brusquement et me fixa droit dans les yeux, l'air inquiet :

"C''est une mission suicide. Shifumi ne connaît ni l'endroit, ni de quoi il fait, et surtout, quand il se trouvera devant une gigantesque porte blindée, que fera-t-il ensuite ? Admettons qu'il pénètre dans la base si elle existe vraiment, va t-il à gauche, va-t-il à droite ? Prend-il l'ascenseur ? Le corridor ? Et pour aller où ? Shifumi ne sait rien ni de Deneth, ni de ce ronso encore moins de ce général. Voilà pourquoi le Clan désapprouve. Le gibier est bien trop gros. Shifumi ne fait que suivre les pas de l'Oracle, il serait temps qu'il prenne son propre chemin...". Puis tranchant net avec un air plus jovial : "Sakura était comment ?"
"La question n'est pas là, Sakura. Shifumi ne se rend pas à l'aveuglette pour sauver deux étrangers... Il y va pour en sauver plus. Le clan croit-il vraiment qu'une base pareille saurait être construire pour contenir uniquement un coyote et un ronso ? C'est la Fable de l'Iceberg qui se joue devant le Clan, qu'il désapprouve, soit, mais Shifumi ira quand même, le temps joue contre eux..."
"Soit..."

Sakura adressa un regard accusateur à Vincent puis partit comme elle fut venue, sans demander son reste emportant avec elle ce mog mystérieux et toujours endormi...

pour le MJ:
 


Dernière édition par Ronso Shifumi le Mer 24 Juin - 13:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Mar 23 Juin - 11:21

Vincent
C'est avec un mog dans les bras que je vois Shifumi me rejoindre. D'après ses dires, celui-ci aurait été martyrisé.

- Du moment qu'il ne nous gêne pas, je n'y vois pas d'inconvénients. Ce n'est en aucun cas de l'ordre de ma responsabilité.

Une Ronso gigantesque apparait soudainement dans le dos de Shifumi. Celle-ci nous conseille de lui laisser le jeune Mog et de rejoindre notre bateau au quai 7. C'est après quelques explications que je comprends qu'elle est au courant de notre mission et qu'ils cherchent à nous aider, elle et ce Tetsuo.

Cependant, c'est avec pessimisme qu'elle déclare cette mission vouée à l'échec.

- Il faut savoir prendre des risques. Si nous ne pouvons pas passer discrètement, nous emploierons les moyens nécessaires.

Lassé de la conversation avec la femelle Ronso, je me tourne vers Shifumi, tout en désignant du regard le port.

- Nous devrions y aller. Nous n'avons pas de temps à perdre.

Surtout si c'est pour entendre un tel discours de la part d'un membre de son clan.
Je regarde de nouveau discrètement le diamant dont j'ai fait l'acquisition. Que vais-je bien pouvoir en faire? Saurais-je l'utiliser à sa juste valeur ?
Message pour Shifumi :
 
Revenir en haut Aller en bas
Chaos
Modo à la retraite!

Modo à la retraite!

avatar
Niveau : 100
HP : 9999/9999
MP : 999/999

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Mer 24 Juin - 13:40



Vincent gagne 100 Gils, Shifumi gagne 50 Gils!



Vincent et Shifumi se rendent sur L'Océan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Mar 15 Sep - 19:19

Premier poste de Squall.


SquallDans un mouvement lent mais soutenu, le navire quittait lentement le port de Dollet, laissant disparaître la silhouette de la tour émettrice à l’horizon. La brise me caressait le visage alors que j’observais ce paysage fondre sous mes yeux, accoudé à la rambarde du pont. J’ignorais ce qui m’attendait au bout de ce voyage que je venais d’entreprendre mais une chose était certaine : je ne pouvais plus rester les bras croisés. Pas alors que mes proches luttaient pour découvrir la vérité sur ces histoires de cristaux… Je sais pourtant que j’avais des responsabilités en tant de directeur de la BGU mais… ce n’était pas mon tempérament. Enfin, je suppose que cela ne me déplaît pas autant que j’aurais pu le penser non plus… Mais toujours était-il qu’il fallait que je sorte de mon bureau, j’en avais grandement besoin. C’est pourquoi je profitais de cet instant sur le pont pour sentir l’embrun marin me frapper le visage, perdu dans mes pensées.

J’espérais que Linoa ne m’en voudrait pas trop d’être parti sans la prévenir… Elle m’avait confié la garde d’Angel, blessée suite au tournoi. La chienne commençait à récupérer ses forces mais j’étais persuadée que Quistis ou encore Shu saurait en prendre autant soin que moi durant mon absence. Et puis, je suppose que Linoa ne tarderait pas à revenir la chercher ? D’ailleurs, comment s’en sortait-elle au Lac Obel ? C’était une femme forte, et accompagnée d’un valeureux SeeD qui plus est, mais une partie de moi ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour elle. Du moins, je suppose que c’était cela que je ressentais à en juger par la douleur dans ma poitrine : de l’inquiétude. Ou était-ce le mal du pays ? Non. Je n’allais pas encore me laisser prendre au doute sur mes sentiments. Ce n’était pas utile pour le moment. Chassant ces pensées de ma tête, je décidai de rentrer en cabine et d’aller m’allonger un peu pour passer le temps. C’est que le trajet jusqu’à Junon allait durer toute la nuit et que j’avais bien besoin de sommeil… Une longue journée m’attendait.

~ ♦ ~

Une nuit sans rêve pour un réveil en douceur. Le soleil brillait sur l’océan calme tandis que les mouvements du bateau se faisaient plus réguliers que la veille. Sans doute la mer était-elle moins agitée. A bord, le personnel informait les passagers que le navire accosterait à Junon dans moins d’une heure et que l’escale n’en durerait que trois pour ceux dont le voyage continuait encore. Je me préparais donc dans ma cabine, rassemblant le peu d’affaire que j’avais emporté, puis sortit à nouveau sur le pont. Le Continent de Midgar était dorénavant visible ainsi que la ville de Junon. Elle possédait une certaine particularité, à savoir un gigantesque canon servant probablement de moyen de défense contre les attaques maritimes. Cela devait se montrer particulièrement efficace en temps de guerre, aussi valait-il mieux garder un œil sur l’armement de Gaïa. Juste au cas où…

Petit à petit, les autres passagers montèrent à leur tour sur le pont afin d’observer la vue qui s’offrait à nous. D’un rapide coup d’œil, j’observai ceux qui étaient à côté de moi : un couple visiblement en provenance d’Héra. Leurs vêtements s’avéraient vraiment raffinés pour venir de Dol, et leur accoutrement ressemblait vraiment à celui de la Reine Grenat lorsqu’elle s’était rendue à la réunion des dirigeants. Quoi qu’il en soit, ce couple devait probablement faire le tour du monde, Héra n’étant pas vraiment la porte à côté de Dollet. Mais qu’importe, cela ne m’intéressait pas vraiment. En revanche, il y avait cette femme un peu plus loin, à la coiffure étrange et l’allure mystérieuse. Je ne me serais pas attardé sur son physique si je n’avais pas remarqué qu’elle s’approchait de moi. Que me voulait-elle ? Il y avait chez elle quelque chose qui clochait mais je n’aurais su dire quoi…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Mar 15 Sep - 20:20

Psyché
*Bvuuuûûûuuump*

Elle sursauta. D'un profond songe à un état d'alerte guerrier, elle était à présent accroupie sur le lit, prête à en découdre. Le cor avait sonné, une fois et cela signifait toujours... Elle ne savait plus. Psyché se recoucha aussitôt, perplexe à l'idée de ne pas avoir encore eu la chance de révéler sa mémoire jusqu'au bout. On frappa alors à sa porte et la belle finit par se lever et ouvrir la porte pour ne laisser dépasser que sa tête. C'était le couple de la veille avec qui elle avait fait connaissance et qui étaient venus la réveiller car ils étaient arrivés à destination. Psyché les remercia encore une fois et leur promit de les retrouver un peu plus tard sur le pont principal du bateau. Quelle merveilleuse invention que le bateau ! On pouvait faire tout un tas de choses comme rencontrer des gens ou jouer aux cartes et sans même avoir besoin de pagayer. Alors que la douce se regardait dans un miroir, quelques bribes de souvenirs s'enclenchaient et elle se revoyait sur une sorte de pirogue antique, bien qu'il lui était impossible de resituer cet événement dans les moindres détails. Même les visages qu'elle voyait étaient trop floues pour distinguer quoi que ce fût... Elle respira profondément puis fit sa toilette comme elle put, confondant le shampoing avec le gel douche, le tout en se demandant comment les gens faisaient pour se laver avec une cuvette aussi petite. Elle n'était pas encore très accoutumée des rites et du folklore ambiant, aussi, après avoir décroché sa robe du pommeau de douche, juste à côté, elle finit par quitter la cabine et suivre les flèches, bien incapable de déchiffrer les mots qu'elle voyait mais qu'elle ne pouvait lire.

Sa malette d'épistolets en main pour seul bagage, Psyché erra une bonne demi-heure dans les couloirs pour retrouver son chemin. Elle visita ainsi la salle des machines, en entrepôt de balais et finit sa ballade intempestive dans les cuisines du bateau. Le commis semblait rouge pivoine lorsqu'il s'adressa à Psyché en lui expliquant qu'elle n'avait rien à faire ici et le sourire de la belle n'arrangeait pas les choses. Il commençait à bégayer alors qu'elle lui demandait son chemin et finit par comprendre quelques mots avant de prendre deux pommes et de franchir le hall de la réception, monter les marches de ce grand escalier et arriver enfin au pont avant de la nef. Beaucoup de mondes s'était dépêché à rejoindre ce lieu et elle commençait à comprendre pourquoi. La vue était magnifique et les embruns la revigoraient. Psyché sonda la foule et de loin, finit par trouver le couple qui venait d'Alexandrie et partageait la cabine d'à côté. Elle leur fit signe et se dirigea tout sourire vers eux alors qu'un homme balafré mais séduisant la regardait fixement. Elle avait l'habitude de ce genre de regards, elle était grande, pulpeuse, souriante et attirait souvent la gente masculine mais ce dernier la dévisageait autrement, d'une façon bien mystérieuse. Elle se mit alors à penser qu'il la connaissait peut-être ou qu'elle lui rappelait quelqu'un. Etant elle-même incapable de savoir si oui ou non ils se connaissaient, et comme elle avait le contact facile, Psyché s'arrêta net devant le balafré, lui sourit à pleine dents et lui tendit la main.

"Enchantée jeune homme ! A vous voir me regarder ainsi, je présume que... Hééé !"

Subitement bousculée, Psyché tomba vers l'avant et se rattrapa non sans mal sur cet inconnu mis au sol. On venait de la pousser violemment pour lui subtiliser sa mallette. Le jeune voleur s'enfuyait déjà à travers la foule hagarde et d'un bond gracile, tenta de sauter du pont... Sans bien pouvoir expliquer comment elle avait fait, la belle était déjà sur ses pieds à courir sur les rambardes pour rattraper le voleur. Elle s'enquit rapidement de l'ombrelle d'un quidam et entrava le voleur dans sa course. La sécurité arrivait, la foule était médusée, tant par ce qu'il venait de se passer que par la réaction rapide de Psyché. Elle-même semblait choquée par ses aptitudes insoupçonnées...

"Tout va bien ! Enfin je crois..."

Alors que la sécurité s'occupait du voleur, Psyché récupéra sa malette, rendit l'ombrelle à qui de droit et retourna voir le jeune homme balafré...

"Vous n'avez pas trop mal ? Je suis désolée... Vraiment. Ce voyou m'a poussée et... Enfin, c'est du passé, maintenant. Enchantée, je suis Psyché. Nous nous connaissons ? Parce que vous me regardiez étrangement avant ... l'incident..."

Elle retendait à nouveau sa main, prête à lui attraper l'avant bras pour le saluer, signe distinctif qu'elle venait de Spira, sans s'en douter elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Jeu 17 Sep - 2:10

SquallAvais-je eu raison de quitter la BGU ? D’abandonner mon poste de directeur ? Je devais avouer que je me posais souvent la question depuis mon départ. Je m’étais lancé dans un voyage vers un monde que je ne connaissais pas, sans vraiment être sûr et certain de ce qui m’attendait. Rufus ShinRa… C’était l’homme que je recherchais à présent. J’avais eu vent de ce qu’il s’était passé à Deling City et de son intervention remarquée. Tout cela ne m’était guère rassurant, je voulais en découvrir davantage sur les intentions réelles de cette Néo-ShinRa. C’est pourquoi mes recherches allaient me mener dans un premier temps dans la métropole où se tenait l’ancienne compagnie éponyme. Même si j’avais ouï dire que ce n’était désormais que des ruines, j’espérais bien obtenir quelques informations sur cette organisation aux objectifs nébuleux. Mais pour le moment, mon prochain arrêt était Junon, cette ville militaire aux allures robustes et uniques. Je ne me doutais pas un seul instant que la personne que je cherchais aurait pu s’y trouver. De toute manière, mes pensées furent occupées par un autre phénomène. Une femme brune, possiblement perdue sur ce pont. Son regard croisa le mien et, aussitôt, elle s’approcha de moi pour m’aborder, tout sourire et main tendue.

L’inconnue se présenta partiellement – disons qu’elle se dit simplement enchantée de faire ma connaissance – puis tenta de me dire quelque chose mais elle fut brusquement interrompue par un voyou qui la bouscula sur moi. J’eus à peine le temps de me positionner face à elle pour mieux la rattraper que nous tombions tous deux à la renverse. Je devais avouer que la scène qui suivit m’avait semblé durer une fraction de seconde, tant la rapidité de cette jeune femme était impressionnante. En réalisant que le voleur venait de lui subtiliser sa mallette, elle s’était relevée d’un bond et venait de filer sur la rambarde pour éviter la foule et ainsi rattraper son retard sur son assaillant. D’une manière peu conventionnelle, elle parvint à l’arrêter et récupérer son bien, tandis que les autorités du navire se chargèrent du reste. Un peu surprise parce qu’il venait de se passer, elle revint alors à mes côtés pour s’assurer que j’allais bien.

« Je n’ai rien, ne vous en faites pas. »

Elle cherchait ses mots avant de finalement passer à autre chose en reprenant où elle s’était arrêtée plus tôt. Son nom était donc Psyché, mais ce qui m’étonna le plus, c’est quel me demanda si nous nous connaissions. Qu’est-ce qui pouvait le lui faire penser ? Ah, c’était ma façon de la dévisager plus tôt ? Je posai la main droite sur ma hanche avant de lui répondre.

« Ah, non, je ne pense pas que nous nous connaissons. Je vous regardais parce que… Je n’en avais pas la moindre idée. Peu importe. Squall, enchanté. »

Et d’un geste réciproque, je lui saisis sa main pour sceller notre présentation. Elle me semblait inoffensive mais il m’était difficile de déterminer si elle était originaire de Gaïa ou non. A première vue, ses vêtements semblaient réfuter cette hypothèse. Sa longue robe bleue fendue sur la cuisse gauche lui donnait un air exotique qui ne correspondait pas au style vestimentaire de la région. Au final, c’était exactement la même chose que pour ce couple qui semblait provenir d’Héra : c’était trop évident. Néanmoins, notre rencontre n’était peut-être pas si mal tombée après tout. En effet, je devais tout de même lui accorder le bénéfice du doute quant à son monde d’appartenance, et le fait que la discussion soit engagée était un plus non négligeable. Il était préférable de tirer profit de cette situation tant que l’occasion m’en était donnée.

« Vous êtes de la région ? Je dois me rendre à Midgar mais j’ignore comment m’y rendre en partant de Junon. »

Machinalement, je montrais la ville qui allait bientôt nous accueillir d’un mouvement de bras. D’ailleurs, nous nous étions bien rapprochés et le navire n’allait pas tarder à accoster. Les passagers commençaient même à redescendre chercher leurs affaires dans leur cabine pour la plupart. Personnellement c’était inutile, j’avais tout sur moi. Un nouveau coup de sirène retentit pour annoncer l’entrée du bateau dans le port. Les marins s’affairaient sur le quai pour accueillir le navire et ses passagers dans les plus brefs délais. Finalement, le haut-parleur nous somma de rejoindre les parties inférieures du bateau pour pouvoir en descendre.

« Vous venez ? »

Après tout, peut-être allait-elle continuer son voyage vers une autre ville et rester sur le navire en attendant ?


Dernière édition par Squall Leonhart le Sam 26 Sep - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Ven 18 Sep - 15:20

Psyché
"Pourquoi pas !"

Il s'appelait Squall et était ici pour se rendre à Midgar. Les deux voyageurs marchèrent parmi la foule des débarqués et arrivèrent dans la ville haute. Il y avait des marins, des soldats, des civils, des chiens, des chats et surtout un énorme canon. Vraiment énorme. Psyché s'arrêta un instant pour le regarder, en mettant sa main sur ses yeux pour se protéger du soleil...

"Courrier ! Laissez passer ! Courrier ! Ah la voilà ! Coucoubo Psyché !"
"Inmognito ! Mais qu'est-ce tu fais là ?"
"J'ai du courrier pour toi !"
"Oh ?"

Le mog postier lui tendit alors un parchemin et une boîte empaquetée, lui fit un bisou, regarda Squall avec un air interrogateur puis repartit. Psyché resta là à sourire en le regardant s'éloigner puis lut rapidement sa missive. Elle ne put s'empêcher de marmonner un "comme c'est gentil !" ...

"Inmognito m'a offert trois gemmes d'aventuriers. Celle du milieu devrait vous aider à trouver votre chemin..."

En effet, le petit mog lui souhaitait bon voyage et lui offrait par la même occasion une cartoize brute, une malachite sans fond ainsi qu'une aventurine phosphorescente, trois objets essentiels selon lui pour une aventurière de renom. Psyché prit la gemme noire, la logea sur sa mallette et cette dernière disparut aussitôt. Elle prit enfin la bleue, la serra dans sa main, rouvrit cette dernière, paume vers le ciel, et se dessina peu à peu Hemera, ronde et bleutée, au dessus de sa paume. Avec sa main libre, elle s'amusa à faire tourner le globe de lumière et l'arrêta subitement en pointant de son doigt une réplique miniature de Junon.

"C'est vraiment merveilleux, regardez Squall, voici Junon... A quoi ressemble Midgar au juste ? Oh mais attendez, je vous laisse essayer, ca sera plus simple..."

La belle referma son poing et tendit la pierre bleue à Squall. Pendant que le jeune balafré regardait sa destination, Psyché en profita pour relire une nouvelle fois son courrier et le fit disparaître, tout comme sa mallette, puis la boîte à gemmes. Elle s'accouda alors à une rambarde et regarda la mer, inspirée...

"Si vous devez voyager à travers le continent, je connais quelqu'un à Junon qui pourra certainement vous aider. C'est un ami à moi, il s'appelle Oliver et répare des véhicules. Je pense qu'il pourra vous en confier un, il me doit une faveur..."

Elle respira profondément et repensa quelques instants aux folles aventures de cette chasse au trésor. Combien d'endroits avaient-ils visités, tous aussi merveilleux les uns que les autres ? Elle était contente d'avoir rencontré Squall, ça lui ferait une bonne excuse pour passer voir Oliver et était encore loin d'imaginer qu'elle l'accompagnerait. Pour l'heure, elle se contentait de suivre le vent en quête de sa propre identité. Depuis son retour à Guadosalam, beaucoup d'indices l'avaient menés à se demander quelles étaient ses origines mais elle doutait encore car bien qu'elle connaissait visiblement très bien quelques dialectes spirans, d'autres indices laissaient à penser que ce n'était qu'une coïncidence et qu'elle venait d'ailleurs. D'après Oliver, elle était du SOLDAT, aussi, elle pensait qu'en parcourant Gaïa, elle pourrait surement raviver sa mémoire... Ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Sam 26 Sep - 16:54

Spoiler:
 

SquallSur un ton enthousiaste, Psyché accepta de me suivre et nous descendîmes tous deux du navire sur lequel nous étions. Le flux des passagers semblait se diriger vers la ville haute en empruntant de multiples ascenseurs dans les sous-sols de la ville. Machinalement, nous suivîmes le flot pour nous retrouver dans la partie supérieure de Junon. De là, la vue sur l’océan était grandiose, et en s’approchant du bord, l’on pouvait voir le port bien plus en contrebas. La hauteur de cette ville était honnêtement impressionnante et unique en son genre. Le canon qui la protégeait s’avérait bien plus gigantesque encore lorsqu’on le voyait de près, laissant transparaître une force militaire impressionnante. La main sur ma taille, j’évaluai la puissance de Gaïa tandis qu’un drôle d’animal s’approcha de Psyché. C’était une de ses connaissances visiblement, un mog coursier d’Héra. Je ne m’étais pas encore vraiment habitué à leur usage, sachant que je n’avais pas vu de telles créatures sur Dol auparavant. Mais cette Mog-Poste possédait énormément d’avantages pour la communication sur Héra, aussi songerai-je à l’utiliser un jour.

Ainsi, Psyché venait de se voir offrir trois gemmes aux propriétés intéressantes par ce mog. Je n’en avais jamais vu de telles auparavant mais leurs utilités se montreraient d’elles-mêmes bientôt. Elle intégra la gemme noire à sa mallette puis la bleue à sa main, avant qu’elle ne tende celle-ci vers le ciel et qu’une représentation holographique d’Héméra ne se forme comme par enchantement. Voilà une invention étonnante et grandement utile. Il était même possible d’interagir avec ce planisphère… Psyché me montra Junon sur la carte qui, lorsque l’on zoomait, offrait une quantité incroyable de détails. On pouvait reconnaître aisément les lieux dans leur ensemble. Psyché voulut savoir à quoi ressemblait Midgar avant de me laisser la gemme pour que j’essaie cela par moi-même.

« Merci. »

J’ignorais également quel l’aspect de Midgar mais je savais simplement que la ville se trouvait sur le même continent de Junon. Plongeant la gemme dans la paume de ma main, le planisphère apparut et il me fut alors possible de le faire tourner dans tous les sens pour voir le Continent de Midgar. La ville de Junon se trouvait sur la côte mais celle de Midgar était plus dans les terres, à en juger par la grosse tâche sombre qui s’y trouvait. Même si la ville s’avérait complètement détruite aujourd’hui, le sol était toujours pollué par les exploitations de Mako d’antan, et cela prendrait quelques décennies avant que la végétation ne regagne ses droits sur ces terres. Je m’apprêtais à montrer à Psyché où se trouvait Midgar mais elle m’interrompit pour me dire qu’elle connaissait quelqu’un ici qui pourrait me prêter un véhicule afin de faciliter mon voyage. Cette femme était étonnamment gentille avec moi, ce qui me laissait un peu perplexe.

« C’est très généreux de votre part, mais je ne peux l’accepter. Nous ne nous connaissons à peine, je ne voudrais pas abuser de votre gentillesse. »

Je ne voulais surtout pas lui être redevable d’une quelconque manière. Je m’étais débrouillé jusque-là, aussi parviendrais-je à en faire autant pour aller à Midgar. Néanmoins, Psyché semblait sincère… Peut-être trop. J’ignorais si je devais lui faire confiance ou non. Cela dit, je n’avais probablement rien à craindre d’elle : si je l’accompagnais chez son ami, il me suffirait de louer un véhicule et de quitter Junon. Après tout, elle n’allait certainement pas m’accompagner jusqu’à ma destination… Non ?

« En revanche, j’accepte que vous m’y emmeniez. Louer un véhicule me faciliterait grandement la tâche. »

En fermant le poing, l’hologramme d’Héméra disparut pour laisser la gemme reprendre sa forme physique. Je la saisis et la tendis à Psyché.

« Tenez. J’attendis qu’elle la prenne avant de poursuivre. Si vous êtes prête, nous pouvons rendre visite à cet Oliver. »

Je ne souhaitais pas perdre mon temps inutilement à regarder le paysage, alors que Rufus Shinra pouvait se trouver n’importe où actuellement. Plus vite j’examinerai Midgar et plus vite je serai fixé pour continuer mes recherches vers une nouvelle destination. Bien sûr, je ne comptais pas la présence de Psyché dans mes plans, mais j’ignorais qu’il en serait tout autre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Dim 27 Sep - 1:30

Psyché
"Mystérieux et gentilhomme ! Voilà bien des qualités qui doivent attirer vers vous un bon nombre de prétendantes ! Allons donc de ce pas aller voir ... cet Oliver !"

Mutine, Psyché imita l'intonation de Squall et toute souriante, l'invita à la suivre dans les rues étagées de la ville-canon. Après avoir demandé son chemin à un marin du coin, les deux aventuriers prirent le funiculaire pour se rendre un peu plus haut dans la ville. Il ne leur fallut qu'un petit quart d'heure pour rejoindre la devanture d'une sorte d'entrepôt tagué d'un serpent en flammes et fumant des naseaux. Il n'y avait pas de doutes, ils étaient bien arrivés chez Red Mechanics & Son, comme l'indiquait les néons grésillants au dessus de la bâtisse encastrée parmi tant d'autres. Sans attendre, Psyché entra et découvrit avec merveille l'univers d'Oliver qu'elle avait rencontré quelques jours plus tôt  lors de la grande chasse au trésor organisé par toute la planète. Ça sentait la cigarette et l'huile de moteur et curieusement un peu le patchouli. Sous le pont principal, une vieille guimbarde reprenait goût à la vie sous les coups de clés à molette d'une demoiselle à salopette noire, souillée de suie sur le bout de son nez. Casquette à l'envers, écouteurs vissés à ses oreilles, elle ne prêta pas attention aux deux arrivants et fut bientôt rejointe par un autre mécanicien qui lui apportait un nouveau carburateur. Ce dernier, affublé du même genre de salopette de travail, attira son attention rapidement sur Psyché et Squall. Il écarquilla les yeux et son sourire goguenard emplit d'un coup son visage carré et mal rasé...

"Hey ! Mais je ne pensais pas te voir aussi tôt ! Comment vas-tu, Psyché ?"
"Oliver ! Cela me fait plaisir de te voir ! Alors c'est donc çà la mécanique ? C'est ... fabuleux... Et c'est Lynn qui travaille avec toi ?"
"Exactement ! Lynn ! LYYYYYNNNNN ! Viens par là que je te présente à mon amie..."
"Et je te présente Squall, je l'ai rencontré sur le bateau, nous venons à peine de débarquer..."

La demoiselle pouffa de résignation et arriva d'un pas nonchalant, accueillant les deux aventuriers d'un bref "Ouais, c'est moi" étouffé par le claquement de son chewing-gum. Elle repartit immédiatement travailler sur sa vieille carcasse tandis qu'Oliver, bien plus amical, serra chaleureusement la main de Squall et enlaça Psyché en prenant soin de ne pas la salir.

"Que viens tu faire ici ?"
"En fait, mon ami aimerait louer un véhicule pour se rendre à Midgar. Et comme je savais que tu étais dans le coin..."
"Ne m'en dis pas plus et suivez moi, j'ai exactement ce qu'il vous faut..."
"Oh mais ce n'est pas pour moi..."
"Tttt... Venez par là, on parlera techniques après..."

Oliver les invita à le suivre vers le fond de la grande pièce et les laissa pénétrer dans le hangar. Différents véhicules y étaient entreposés mais Oliver n'y prêta pas attention. Il continua son chemin dans ce dédale de bolides de tous horizons et finit par s'arrêter devant quelque chose caché par un grand drap... En le dévoilant, il affirma, fier :

"Laissez moi vous présenter les deux dernières nées de la maison. Nix et Stiria ! On les as construites en pensant à toi, tu sais..."
"Elles sont magnifiques ! Oh je sais, ce sont des motos ! C'est çà ?"

En effet, deux motos à large échappement se contraient l'une l'autre. Les deux carrosseries étaient identiques, seules leurs couleurs les différenciaient. En effet, l'une était d'un noir mat absolu et l'autre d'un blanc brillant presque luisant. Les deux motos possédaient de larges roues dont la gomme était ornée de symboles ronds et bleutés que Psyché reconnut aussitôt, elle avait les mêmes sur sa robe de soie. Toujours aussi fier, Oliver joua du coude sur les côtes de Squall et demanda, hilare :

"Tu dis rien, t'es déjà amoureux, hein ? Tu dis rien mais dans ta tête, tu te vois déjà chevaucher une de ces belles dames, hein ?"
"Je ne sais pas pour Squall mais moi, je suis déjà amoureuse ! Comment ça marche ? On peut les essayer ?"
"Du calme, princesse soldat ! Qu'est-ce qu'il en pense le copain ?"

Psyché regardait Squall et l'implorait presque de son regard...
Tronche d'Oliver:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Dim 27 Sep - 19:57

SquallPourquoi avais-je l’impression que Psyché avait tenté de reproduire le même timbre de voix que le mien lorsqu’elle prononça « cet Oliver » ? Cela me faisait penser soudainement à Linoa qui avait cette fâcheuse habitude d’imiter mes faits et gestes quand je prenais la situation trop au sérieux. Si cette femme s’y mettait également, cela voulait-il dire que j’étais vraiment si sérieux, si prévisible ? Elle me sourit avant de m’inviter à la suivre. Laissant un léger soupir d’exaspération, je lui emboîtai le pas et nous voilà à bord d’une remontée mécanique pour rejoindre les rues supérieures de la ville. Jusqu’où allions-nous monter, au juste ? Après un quart d’heure de marche, nous arrivâmes devant le garage automobile dont elle m’avait parlé. Nous y entrâmes et la première chose qui me frappa fut l’odeur de tabac froid mélangée à l’huile de moteur. Ca avait quelque chose de désagréable et pourtant, Psyché ne semblait aucunement dérangée par cela. Son regard était émerveillé par ce qu’elle voyait. D’où sortait-elle ?

Un mécanicien s’approcha d’un véhicule en réparation, et plus précisément d’une collègue qui était allongée dessous. Mais très vite, il s’intéressa à notre présence et reconnut aussitôt Psyché, vers qui il s’empressa de s’approcher. Leurs retrouvailles ne m’intéressaient guère plus que cela, mais je ne voulais pas les interrompre pour autant, aussi restai-je de marbre dans la conversation. J’observais plus que je ne prenais part à la conversation. Cet Oliver avait un physique assez conforme à celui que l’on s’imagine d’un mécanicien : barbe non rasée, tatouages ici et là, cigarette en coin de bouche… D’ailleurs, je ne trouvais pas cela très intelligent de sa part de fumer dans un endroit comme celui-ci. N’avait-il pas peur d’y mettre le feu avec toute cette huile qui trainait ? Il hurla le nom de sa collègue pour que celle-ci nous rejoigne. Sa manière nonchalante de mâcher son chewing-gum m’exaspérait. Heureusement, elle retourna rapidement vaquer à ses occupations et Oliver décida alors de me serrer la main pour officialiser les présentations. Psyché s’était chargée de m’introduire, aussi n’avais-je pas eu besoin de décliner mon identité.

« Enchanté. »

Simple et efficace. Inutile d’en dire davantage à mon sujet, sachant que je ne le reverrai probablement jamais. Psyché expliqua la situation avant qu’Oliver nous invite à le suivre vers l’arrière-boutique. C’était un autre hangar, aussi grand que le précédent, qui abritait un nombre incalculable de véhicules. C’était tout au fond qu’il nous emmena et, posté devant quelque chose de camouflé, Oliver retira le drap avec entrain pour dévoiler deux splendides motos, l’une de couleur blanche et l’autre noire. Sur le plan technique, elles étaient identiques mais semblaient avoir été inspirée de Psyché. Oliver s’approcha alors de moi, un sourire en coin, puis tapa légèrement son coude dans mes côtes. Toute cette proximité, ce n’était pas mon truc. Qui plus est, il pensait connaître le fond de mes pensées. Si seulement il avait pu voir à quel point je le trouvais ridicule… Il tenait des propos aussi grotesques que ceux qu’Irvine pouvait prononcer parfois. Et ce n’était pas un compliment. Je croisai les bras puis décidai de lui répondre.

« J’en pense… qu’elles sont parfaites. »

Bon, mes propos ne semblaient pas crédibles dits avec autant d’entrain, mais le regard suppliant de Psyché ne me laissait pas le choix que de jouer le jeu un minimum. Il était vrai que ces deux motos avaient de l’allure et qu’elles devaient sans doute en avoir autant sous le capot, comme on dit. Néanmoins, il ne fallait pas qu’Oliver s’attende à me voir exploser de joie face à la vue de tels bolides. La mécanique ne me passionnait pas plus que ça.

« J’aimerais aussi les essayer, si possible ? Pourquoi ne pas nous rendre jusqu’à Midgar avec et vous les retourner demain ? Et avant qu’il ne tique sur ma proposition, je rajoutai. Nous en prendrons grand soin et je paierai pour le plein d’essence. »

C’était une proposition honnête, non ? Et Psyché semblait vraiment vouloir monter sur l’une d’elle, qui plus est. Si Oliver acceptait, elle pourrait choisir la couleur qui lui plairait, je n’en avais grand-chose à faire. Le principal était que notre temps de trajet soit écourté au maximum. Mais pour le coup, cela voulait dire que Psyché allait devoir m’accompagner à Midgar, peut-être contre son gré… Je me tournais donc vers elle en décroisant les bras.

« Enfin, si vous êtes d’accord. Je ne voudrais pas vous obliger à me suivre. »

Et je ne pouvais pas être plus sincère que cela : je ne l’obligeai vraiment pas à m’accompagner. J’avais prévu de voyager seul de toute façon, donc sa présence m’importait peu, du moment qu’elle ne me freinait pas plus que cela… Et Oliver, qu’en pensait-il ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Lun 28 Sep - 16:30

Psyché
"Que tu l'accompagnes ou pas, les clés sont dessus, elles sont à toi désormais. Aï s'est occupée de tout. Je pensais juste que tu n'arriverais pas aussi vite... Les papiers sont dans les boîtes à gants, sous les selles. Quand j'ai dit que j'avais exactement ce qu'il vous fallait..."

Oliver appuya sur un bouton près du guidon et près des échappements, deux holdsters se dégagèrent de chaque côté, suffisamment grands pour y ranger un bazooka ou mieux, une gunblade.

"... Je ne plaisantais pas... Promettez-moi juste de passer me voir pour les réviser de temps en temps... Ces petits bijoux sont assez capricieux..."
"Arrête de crâner Oliver..." rajouta, insensible, la jeune Lynn. Elle venait de rejoindre le petit groupe et resta les bras croisés en dévisageant Squall et Psyché. Placide, elle expliqua rapidement le fonctionnement des deux véhicules. Elles étaient connectées entre elles, possédaient des ports USB et un écran de contrôle particulièrement intuitif. Elles étaient dotées d'un IA à la pointe de la technologie et s'avéraient être tout-terrain, au premier sens du terme. En basculant à l'horizontale, les roues devenaient des moteurs à suspension et transformaient les motos en hovercraft capables de passer rivières et sables mouvants. Des picots sortaient également des roues en cas de terrain montagneux ou verglacés et garantissaient une tenue de route impeccable. Le tout était soit en mode manuel, soit en mode automatique. D'un murmure presque inaudible, Psyché se pencha vers Squall et :

"Je n'ai rien compris mais ça donne envie !"
"J'ai pas fini..."

L'oeil torve, elle continua d'expliquer quelques options que Psyché comprit encore moins et bientôt, la belle leva un doigt et interrompit Lynn dans ses explications techniques.

"Est-ce qu'on peut écouter de la musique dessus ?"

Maintenant énervée, la jeune demoiselle à salopette lui montra la radio intégrée, lui expliqua qu'elle pouvait aussi parler librement à l'autre conducteur, comme s'il était à côté puis partit, furieuse, en lâchant un dernier "C'est donné de la confiture à des cochons ! Je te hais, Oliver !". Ce dernier s'excusa du comportement de sa soeur, mais Psyché le rassura en lui disant qu'elle aussi, serait très en colère si elle devait se séparer de ces machines formidables.

"Psyché, tu devrais suivre ton ami. Si tu as été du soldat, je pense que Midgar devrait t'aider à retrouver la mémoire."
"Excellente idée. J'avoue que cette ville m'intrigue au plus haut point... D'ailleurs, que devez-vous y faire au juste, Squall ? Si ce n'est pas trop indiscret ?"

La belle n'avait aucune idée de ce pourquoi il devait s'y rendre et posa la question naturellement, teintée de respect, au cas où le mystérieux balafré souhaitait le rester...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Lun 28 Sep - 19:45

SquallNix et Stiria… Tels étaient les noms de ces deux motos aux couleurs opposées mais aux détails techniques identiques. Je ne connaissais rien de la vie de Psyché et j’ignorais qu’elle avait participé à la Chasse au trésor en compagnie de cet Oliver. C’était sûrement là-bas qu’il lui avait fait la promesse de concevoir ces deux motos, ce qui expliquait qu’elles présentent des détails artistiques semblables aux motifs sur la robe de Psyché. En revanche, Oliver semblait vouloir dire que ces deux engins étaient nôtres. Du moins, elles appartenaient dorénavant à Psyché. C’était assez gênant de se voir offrir ce genre de cadeau lorsqu’on ne connaissait à peine la personne. Ce n’était pas rien. Je ne pipai mot, laissant Oliver passer en revue les spécificités de l’engin. Il y avait même un endroit où ranger ma Gunblade, ce qui s’avérerait assez utile pour le voyage. Aussi, les roues pouvaient se coucher à l’horizontale pour permettre de survoler les rivières et autres terrains impraticables en temps normal. Tout cela était bien joli mais… je ne pourrais en profiter qu’en restant aux côtés de Psyché. C’est que je n’avais pas compté sur sa présence dans mes plans…

« - Psyché, tu devrais suivre ton ami. Si tu as été du SOLDAT, je pense que Midgar devrait t’aider à retrouver la mémoire. Le SOLDAT ?
- Excellente idée. J’avoue que cette ville m’intrigue au plus haut point… D’ailleurs, que devez-vous y faire au juste, Squall ? Si ce n’est pas trop indiscret ? Question piège… Autant je sentais que je pouvais confier les raisons de ma venue ici à Psyché, autant j’avais quelques doutes concernant Oliver.
- Du repérage… Je vous expliquerai en chemin. »

Voilà. Au moins, je n’en avais pas trop dit et en plus, il s’agissait de la vérité : je voulais repérer la présence de Rufus ShinRa à Midgar. D’ailleurs, je ne voulais pas trop perdre de temps à tergiverser davantage sur les options de ces véhicules. J’avais retenu l’essentiel et je préférais dorénavant quitter les lieux pour éviter de repartir sur une nouvelle discussion qui nous prendrait encore plus de temps. Etant donné que les clés étaient sur le contact, je me dirigeais vers la moto noire – j’ignorais s’il s’agissait de Nix ou Stiria – et l’enfourcha. Le holster étant encore ouvert, j’y insérai ma Gunblade puis appuya sur le bouton pour le refermer. Vraiment pratique.

« Merci, Oliver. Psyché, si vous êtes prête… »

Et d’un signe de tête, j’essayai de lui faire comprendre qu’il était temps qu’elle monte sur sa moto pour partir. Sans attendre, je tournai la clé dans le contacteur pour démarrer l’engin. Les moteurs se mirent à vrombir dans un lourd fracas et je pouvais sentir la puissance qui s’en dégageait dans mes jambes. J’attendis que Psyché monte sur sa moto et lorsqu’elle fut fin prête, j’agrippai la poignée et la moto s’élança d’elle-même vers la sortie du hangar de Red Mechanics & Son. Je fis tout de même un geste de la tête à Oliver pour le remercier avant de rejoindre les rues de Junon. De là, il suffisait de lire les flèches au sol. Certaines indiquaient la direction des plaines et pour cela, il fallait rejoindre un élévateur assez grand qui pouvait également transporter les véhicules. Pendant que nous roulions, je voulais tester la fonctionnalité du micro de la moto, pour savoir si Psyché m’entendait.

« Je tenais à vous remercier pour tout cela, rien ne vous obligeait à m’aider autant. J’attendis quelques instants avant de reprendre. Je dois me rendre à Midgar pour vérifier si un homme s’y trouve ou non. Rufus ShinRa, cela vous parle ? »

Cela ne me coûtait rien de lui demander, n’est-ce pas ? Et puis après tout, Oliver avait mentionné que Psyché faisait partie du SOLDAT. N’était-ce pas l’ancienne branche militaire de la ShinRa, celle qui était mentionnée dans les rapports que j’avais à la BGU ?

« Si vous étiez du SOLDAT, vous avez travaillé pour lui, non ? »

Bon, j’avais encore du travail à faire sur mon manque de tact…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Mar 29 Sep - 1:40

Spoiler:
 

PsychéSquall était visiblement assez pressé de partir et Psyché lui emboîta le pas, Nix aux commandes. Dans la rue, la voix de Squall grésillait légèrement et Psyché se mit à hurler que "Noooon !", cela ne lui disait "rien du touuuut !" tout en gesticulant bizarrement, ce qui lui valut une échappée et un petit "mordage de ligne" pas très conventionnel pour tout conducteur qui se respectait. Mais elle se reprenait vite et se mit à suivre le jeune balafré à travers les rues de la ville. Lorsqu'ils arrivèrent à l'élévateur qui les mèneraient vers la ville basse puis sur les plaines, Psyché, alors aux côtés de son compagnon de route, se mit à douter et dit à Squall :

"Je ne suis pas sure en fait... Shinra ne m'est pas inconnue... Enfin je crois..."

Son sourire habituel et sa bonne humeur faisait place maintenant à une mine triste et nostalgique, comme si elle se rappelait de ce fameux Shinra. Son coeur se nouait, une larme venait perler sur son visage et la vision très flou d'un homme de belle carrure torse nu dans les fourrés fit son apparition dans sa tête. Pourquoi tant de tristesse l'accablait d'un coup à l'évocation de ce nom ? Le cliquetis mécanique de l'élévateur la fit revenir parmi les vivants et Psyché se confia un peu...

"Oliver pense que je suis un soldat. Mais je n'en sais rien. Il dit que les soldats sont souvent amnésiques, il m'a parlé de tests avec l'énergie mako, je crois... Voilà pourquoi je voyage sur ces terres, je cherche à raviver ma mémoire... Mais ce nom, Shinra..."

Elle se pinçait les lèvres et détournait son regard pour ne pas montrer sa profonde tristesse. De toute façon, elle ne pouvait pas mettre de mots là-dessus, comme si son coeur connaissait et délivrait les souffrances que ses souvenirs ne pouvaient expliquer. Agrippée au guidon, elle tentait de se contenir mais déjà le givre attaquait le guidon de sa moto. Elle inspira profondément, les yeux fermés et se sentit mieux d' un coup. Le givre disparaissait avec sa tristesse.

"Je viens de finir un conte où une princesse faisait tomber la pluie lorsqu'elle était triste. Moi, je givre tout sur mon passage, si vous voulez mon avis, je crois que je dois être une princesse et non pas un soldat... Ou une sorcière des neiges, qui sait ?"

Elle se mit à rire bêtement, c'était une sorte de stratagème interne pour équilibrer son esprit torturé et volage. L'élévateur stoppa, les portes en fer s'ouvrirent et Psyché fronça un instant des sourcils. Comment pouvait-on passer du luxe d'architecture de la ville haute à cet imbroglio de cabanons de bois assez rustiques et vieillots. L'ambiance n'était plus la même. Une demoiselle courte vêtue passa devant eux et regarda alors Psyché avec insistance, un peu comme lorsque Squall l'avait remarqué. Décidément, elle ne laissait personne indifférent. Alors qu'ils s'arrêtaient mettre de l'essence dans les bolides, la demoiselle en maillot vint à l'encontre de Psyché...

"C'est fou ce que vous pouvez lui ressembler ! Passez me voir à l'occasion, je suis souvent sur la plage avec mon ami, Mr Dauphin...  A bientôt !"

Guilerette, la fillette repartait comme elle était venue et ce fut au tour de Psyché de regarder étrangement cette demoiselle. L'avait-elle reconnue ? Immobile, le pistolet d'essence en main, un nouveau flash venait l'assaillir. Psyché était majestueuse, légèrement vêtue aussi et tout autour d'elle la glace venait piéger ses ennemis dans un craquement fracassant. Puis le visage d'une jeune fille aux yeux vairons... Alors qu'elle reprenait ses esprits, Psyché regarda Squall, lui fit un petit sourire et se rassit calmement sur Nix, prête à partir. Pour se changer les idées, elle consulta le tableau de bord pour trouver la radio...
Pour Vega:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Ven 2 Oct - 18:47

SquallLe moins que l’on puisse dire, c’est que Psyché était une femme étonnante. Elle dégageait cette aura pleine de mystère tout en adoptant un comportement des plus… frivoles. Elle aimait visiblement accompagner ses paroles de gestes corporels en tout genre, et c’est ainsi qu’elle fit un écart avec sa moto en répondant négativement à ma question. En ce sens, elle semblait un peu tête en l’air, mais j’ignorais si c’était un rôle qu’elle se donnait pour cacher sa personnalité ou non. Allez savoir, Linoa me dirait sûrement d’arrêter d’être parano, et elle n’aurait pas tort. De plus, ce n’était pas plus important que cela. Nous arrivâmes donc dans l’élévateur qui allait nous conduire à la ville basse. Psyché semblait encore réfléchir à cette histoire et le nom « ShinRa » ne lui était pas inconnu mais elle n’en était pas certaine. Tout cela semblait la bouleverser puisqu’une larme perla le long de sa joue. C’était étonnant, je ne pensais pas que cela la rendrait triste. C’était de ma faute ? J’avais un peu insisté avec mes questions et peut-être qu’elle avait eu une mauvaise expérience avec la ShinRa ? Je n’en savais trop rien, de même que je ne savais pas quoi dire ou faire à cet instant précis…

Heureusement pour moi, elle prit la parole et m’avoua les pensées d’Oliver la concernant. Faisait-elle partie du SOLDAT ? Elle en présentait certaines caractéristiques selon le mécanicien : amnésie partielle, yeux bleus dus à une injection de Mako… C’était plausible, en effet, d’autant qu’elle disait que « ShinRa » lui disait quelque chose. Mais cette perte de mémoire était donc la raison de son voyage sur ces terres, afin de tenter de faire ressurgir un quelconque souvenir. Ceci expliquait bien des choses en tout cas, tout comme la tristesse qui semblait l’envahir subitement. Je n’osais à peine imaginer ce que cela pouvait être de vivre sans aucun souvenir, savoir que l’on a un passé mais que l’on ne peut y avoir mentalement accès…

« Je suis sûr que vous parviendrez à… »

Je m’interrompis en voyant que du givre apparaissait sur son guidon, là où ses mains étaient posées. La glace semblait provenir d’elle puisqu’elle ferma les yeux, inspira profondément et le givre disparut. Elle tenta alors de se justifier en se déclarant être une sorte de sorcière des neiges. Une sorcière, hein ? Un don comme celui-là pouvait être vu comme un miracle ou une malédiction. Je devrais sans doute éviter de lui mentionner les dessins originels du SeeD, pour éviter de lui faire peur inutilement.

« Vous savez d’où vous vient ce don ? »

Les rapports de la BGU sur le SOLDAT ne faisant pas mention de faculté mentale à contrôler les éléments, c’était peu probable que les pouvoirs de Psyché soient apparus au moment de son injection de Mako. Enfin, je ne connaissais pas toutes les spécificités de la Mako, ni du passé de Gaïa en général. Il s’agissait plus de spéculations. Je comptais donc attendre qu’elle me réponde avant de lui exposer mon hypothèse car il était inutile de l’embrouiller davantage.

La grille de l’élévateur s’abaissa pour nous laisser sortir. L’ambiance de la ville basse était totalement différente que celle de Junon même, à commencer par l’architecture des bâtiments. Cette fois, les maisons étaient plus rustiques et classiques à celles d’un petit village. La route était faite de terre battue mais elle était suffisamment sèche pour que les roues des motos ne s’enlisent pas dedans. En parlant d’elles, il fallait faire le plein avant de s’engager sur les plaines. Nous allions nous diriger vers une petite station essence lorsqu’une jeune fille observa avec insistance Psyché. De surcroît, elle affirma qu’elle ressemblait fortement à quelqu’un, mais Psyché ne semblait pas réagir à cette remarque, ignorant sans doute de qui la fillette voulait parler. Une fois cette dernière partie, je m’adressai alors à Psyché dont les pensées semblaient partir dans tous les sens.

« Si vous le voulez, nous pouvons aller la voir maintenant ? J’ignore dans combien de temps nous reviendrons par ici et je ne voudrais pas que cela vous torture l’esprit durant le voyage. »

Il valait mieux voyager dans de bonnes conditions, n’est-ce pas ? Toutefois, si elle ne souhaitait pas rejoindre la plage tout de suite, je n’allais pas la forcer et dans ce cas, nous étions donc prêts à partir. Elle s’assit donc sur sa moto et bidouilla le tableau de bord, ce qui voulait probablement dire qu’elle était prête à partir. Je payai la somme due pour l’essence puis enfourcha le bolide à mon tour.

« Nous ferons au plus vite pour revenir. »

J’allumai les moteurs avant de mettre une petite paire de lunettes noires mise à disposition pour protéger les yeux durant le trajet. Et sans attendre, je tournai la poignée pour accélérer et quitter définitivement Junon… Le tableau de bord incluait une carte des environs. En temps normal, il aurait fallu rejoindre la Grotte de Mithril, puis la Ferme Chocobo pour enfin passer devant Kalm et atteindre Midgar. Or, avec nos véhicules tout-terrains, il était possible de raccourcir drastiquement le trajet en traversant la rivière à gauche de Junon. Un passage se trouvait effectivement entre deux montagnes pour rejoindre directement Midgar. On allait toutefois devoir traverser un peu de plaine, aussi me penchais-je un peu plus près du tableau de bord pour m’adresser à Psyché.

« Il est possible que l’on rencontre des monstres en chemin. Vous vous y connaissez en combat ? »

Histoire que je sache si je dois m’inquiéter pour elle ou non.

────────────────────────
Squall fait le plein d'essence.

Direction : Plaines de Junon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Mar 27 Oct - 21:14

Alors que le duo se retrouvait dans les plaines de Midgar, Squall reçut un message de la part de Chu

Chu a écrit:
Bonjour, Squall.

Je sais que vous venez à peine de quitter la BGU, mais les récents événements pourraient nécessiter votre retour imminent.

Un groupe de SeeD a réussi à obtenir l'orbe du vent.
Irvine Kinneas est passé, je l'ai mis au courant des dernières informations sur la Néo ShinRa par rapport à l'enlèvement probable d'un génome, j'ignore s'il va s'en occuper.
Et surtout, Linoa Heartilly est à la BGU, Laguna Loire ne va pas tarder à arriver avec un remède pour la marque d'Ultimecia, mais il y aurait peut être un danger, il vaudrait peut être mieux que vous soyez présent, même si je doute que vous puissiez être là dans la journée.

Merci de revenir malgré tout le plus vite possible.

Cordialement

Chu

Du côté de Psyché, il semblerait qu'elle ne souhaitait pas retourner à Junon et voulait rouler, rouler loin avec sa superbe bécane! Et comme Squall allait probablement avoir besoin de faire demi-tour pour retourner à Junon, ils allaient devoir se séparer... pour le moment.

============================
Squall va seul sur les plaines de Junon

Psyché part de son côté en attendant le retour du joueur!



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Véga
Étoile à la retraite

Étoile à la retraite

avatar
Niveau : 1
HP : 100/100
MP : 10/10

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Ven 30 Oct - 12:50

~ ~

Psyché obtient 250Gils et Squall 300Gils.
Tous deux prennent des chemins différents pour le moment.

~  Like a Star @ heaven  ~

mini flèche Squall va en direction des Plaines de Junon et retrouve Liesel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seifer Almasy
Sorceress Knight

Sorceress Knight

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 13
HP : 1900/2400
MP : 60/70
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Mar 5 Avr - 10:27

Ishta et Seifer ont traversé l'enfer depuis Kalm

==================================================


Nul besoin de connaître les deux protagonistes pour savoir que leur petite escapade dans les airs n'allait pas vraiment bien se passer. Et non, ce n'est certainement pas à cause de la chaîne de montagne qui sépare le continent en deux. Quoique. Il faut tout de même avouer qu'en plus de ça, le fait qu'ils aient échangé leur corps n'arrangeait en rien la situation déjà bien dérangeante. Et si le décollage avait été difficile, le trajet n'en était guère mieux. Mais la plus grande crainte restait l’atterrissage, d'ailleurs ils approchaient de la destination.

- Regarde là-bas, on voit Junon !

Difficile de ne pas crier quand on se trouve dans un hélicoptère, et encore plus dans le corps de la féline, Seifer avait énormément de mal à discerner ce qu'il entend de ce qu'il écoute. Mais l'heure n'était pas aux états d'âme inutiles, il leur fallait se poser, et si possible, sans détruire leur véhicule. Pour cela, Seifer commença à appuyer sur les boutons d'arrêt, et il fallait qu'Ishta stabilise le vol.

- Bon maintenant, faut que tu ramène la manette vers toi et arrête l'hélico, faut qu'il fasse du sur place et que tu le descendes petit à petit. Je m'occuperai de couper le moteur des hélices pour qu'on ne redécolle pas... Prête ?

L'expression peu rassurée sur son visage en disait long sur son assurance quant à la fin de cette manœuvre. Avec une pointe d'hésitation, Ishta commença à exécuter la manœuvre décrite par son co-pilote. Aussi étrange que cela puisse paraître, le début se passait bien, et ça aurait été magnifique si elle avait pu continuer ainsi. Seulement un instant de déséquilibre provoqué par une bourrasque puissante fit balancer l'appareil d'avant en arrière et la queue de l'hélicoptère vint frapper le sol. La suite est moins drôle, impossible de récupérer le contrôle et l'hélicoptère s'est écrasé. Enfin, écrasé pour ce qui l'en est puisqu'ils étaient au raz du sol.

- Ahh... Rien de cassé ?

La question se posait surtout pour lui même, car si Ishta avait des blessures, c'était avec son corps donc ça l'aurait pas arrangé d'avoir un os de cassé. Mais très vite, l'activité sensorielle de la féline le rappela à l'ordre et une odeur commença à l'entêter.

- Paprika ?!

Ses yeux frétillaient et d'un bon il sortit de l'hélicoptère - enfin pas sûr que ça en soit un maintenant - pour chercher d'où venait cette odeur. Son nez lui indiqua la ville. Quand il réalisa qu'elle était bien à plus d'un kilomètre, il en était étonné, mais d'un coup il appréhendait le fait de rejoindre la ville de plus près. Enfin, ils n'avaient pas trop le choix car leur arrivée n'a pas dû passer innaperçue.

- On devrait se dépêcher de rejoindre la ville quand même...

Et accessoirement, l'après-midi filait à une vitesse, il leur fallait gagner un coin un peu plus tranquille pour manger, et dormir aussi. Heureusement pour le moment, il ne pensait pas aux éventuels problèmes que l'échange de corps pourraient bien engendré, tels que la toilette, par exemple. Mais Seifer n'avait pas le temps de penser à ce genre de choses, non, à peine arrivés aux abords de la ville, il commençait à tourner de l'oeil. Impossible de garder son esprit concentré sur quelque chose, l'avalanche d'odeur qui mêlaient transpiration, autres parfums et déodorant, sans parler des détritus provoquaient un mélange immonde qui lui faisait monter les larmes aux yeux.

- Je comprends pas comment tu fais pour vivre comme ça ! Sentir toutes ces odeurs qui te montent à la tête !

Enfin soit, leur destination était un petit restaurant qui proposait des chambres pour la nuit. Et même s'ils avaient mangé un peu en fin de matinée, ce n'était qu'une maigre repas, et la faim arrivait bien vite. Cela faisait oublier à Seifer ses problèmes sensoriels. Il était même choqué de ne pas être attiré par l'alcool. L'odeur que dégageait le liquide le rebutait plus qu'autre chose. Là pour le coup, il n'avait qu'une hâte, c'était retrouver son corps d'être humain normal !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishta
Boîte à Malice

Boîte à Malice

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 1200/2000
MP : 35/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   Mer 6 Avr - 10:33

Evidemment, il ne fallait pas espérer que l’atterrissage se passe bien … Malgré les directives de Seifer, il y eut quand même un hic lorsque la queue de l’hélicoptère toucha la terre ferme et euh … les choses s’étaient un peu enchaînées mais Ishta avait été fortement secouée. Sa tête s’était heurtée à plusieurs reprises, sans parler du reste du corps, désolée Seifer, mais tu auras quelques bleus !

- Quelques petites douleurs mais ca va.

Elle aurait voulu renvoyer la question mais le fait que le flair du nouveau chaton se réveille la confortait dans l’idée qu’il allait plutôt bien et que son corps n’avait rien pris de trop grave. Ils se mirent en route pour gagner Junon. L’hélicoptère, abandonné et inutilisable dans son état actuel, risquait d’attirer l’attention, mais lorsque ca arriverait, ils seraient déjà loin et insoupçonnables dans la foule de Junon.

Par le choix, en venant par les plaines, ils débouchaient dans les Bas Quartiers de Junon, avec la plage et son décor de village presque campagnard. C’était une contradiction totale avec l’architecture des Hauts Quartiers. Ishta était surtout intriguée par la plage à sa gauche, et ce décor lui semblait vraiment familier. Ils n’avaient pas menti à la Néo-Shinra, elle avait vraiment dû être récupérée ici suite au naufrage, pour qu’elle ait cette sensation de déjà-vu.

Mais pour l’heure, leurs pas les menèrent à un petit restaurant installé dans l’auberge de la ville basse. Avec tout ca, elle n’avait pas fait attention au malaise de Seifer avec son odorat surdéveloppé, sans oublier l’ouïe. Entre les bruits et les odeurs, il allait devenir fou … Si bien que lorsqu’il le fit remarquer, Ishta sortit de ses songes.

- J’ai l’habitude, tout simplement.

Répondit-elle tout juste avant qu’une femme, sûrement de la trentaine, vienne leur apporter des assiettes avec un bout de volaille et des légumes. Le plat du jour, sûrement. Mais elle fixa Seifer – dans le corps d’Ishta – avec un œil intrigué.

- Excusez-moi, ne seriez-vous pas la … personne pour ne pas dire créature certainement … - qui a été retrouvée sur la plage il y a quelques temps maintenant ? Vous correspondez à la description que mon oncle a faite de vous.

Levant les yeux vers la dame, puis vers Seifer, ca tombait assez mal dans la mesure où il n’était pas là, lui, le jour-là ! Le mieux était sûrement de se faire passer pour elle plutôt que de dire qu’il n’en savait rien puisque ce n’était pas son corps … Ils allaient passer pour des fous. Le regard un peu insistant plongé dans celui de Seifer, elle espérait lui faire comprendre d’acquiescer, puisque de toute manière elle le lui avait dit en racontant son histoire.

- C’est votre oncle qui m’a … l’a trouvée sur la plage ?
- Non, quand il a voulu venir vous aider, une femme venait déjà de prendre l’initiative.  


La Néo-Shinra n’avait jamais précisé qui avait sauvé Ishta, alors c’était une aubaine ! Ishta lui demanda si elle avait des détails sur cette femme, mais elle savait juste qu’elle avait les cheveux un peu courts, d’un rouge remarquable. Puis elle s’éclipsa. Se plongeant dans ses pensées, Ishta détourna le regard par la fenêtre pour regarder la plage. Elle avait comme un flash qui lui traversait l’esprit. Quelqu’un qui lui parlait alors qu’elle était à terre, mais le visage était flou. Oui il y avait du rouge … mais aussi deux magnifiques billes bleues qui la fixaient. Mais Ishta avait beau essayer de puiser dans sa mémoire, ca en restait malheureusement là. Bah, elle demanderait à la personne qui viendrait la chercher si quelqu’un dans le répertoire de la Néo-Shinra,  correspondait à cette maigre description physique. Oh, en parlant de la Néo-Shinra … Il fallait qu’elle cesse de rêvasser ! Il y avait un autre problème à traiter qu’elle venait d’écarter l’espace d’un instant, et qui revint à l’ordre lorsqu’elle commença à manger : le goût des aliments n’était pas pareil ! Moins prononcé. Elle tourna la tête vers Seifer.

- Tu penses qu’ils peuvent avoir des informations ici concernant ce qu’il nous arrive ? Je ne sais pas ce que ce type a fait exactement. Nos âmes ont été échangées et pourtant, je sens que même dans ton corps je peux utiliser ma propre magie … C’est un drôle de sort, tu crois que je peux apprendre une magie permettant d’inverser les effets ?

Mais elle se demandait si les effets ne seraient pas moindres ou s’il ne serait pas plus difficile de maîtriser une magie dans le corps de Seifer. Certes, elle pouvait utiliser ses propres sorts – ou son propre sort en l’occurrence à l’heure actuelle – mais Seifer n’avait pas la même affinité qu’elle pour cela.

- Sinon je crains qu’on doive attendre qu’un agent se pointe ici pour demander des informations. Vu leur réseau d’informations, ils ont peut-être déjà entendu parler de ce type et ont une solution à nous proposer. Cependant … Ton homme de main doit tout juste être parti ou au mieux vient seulement de transmettre mon message et je pense qu’on aura des nouvelles que d’ici demain … Elle marqua un temps de pause pour voir ce qu’il en pensait. - Et on ne va pas rester une journée à se tourner les pouces. Moi aussi je veux retourner dans mon corps, figure-toi ! T’es plus grand que moi, tes sens sont moins développés si bien que j’en ai perdu mes repères et mes réflexes et surtout y a des choses qui sont … différentes, physiquement parlant. C’est perturbant !

Bon voyons le côté positif de la situation : au moins, ca brisait la glace d’apprendre à connaître comment l’autre vit au quotidien dans son corps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: De passage à Junon   

Revenir en haut Aller en bas
 
De passage à Junon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quelle place pour les rôlistes de passage et le rp décalé...
» Examen de passage du SRN, la barbe... (PV Miller)
» Guerrier Faucons et attaque au passage
» le passage des portes des glaces
» [Halloween 2010] Le passage du Roi Dément

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Gaïa :: Continent de Midgar :: Junon-