Salut
Accueil

Partagez | 
 

 L'île de feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Fulgora
Admin Foudroyante

Admin Foudroyante

avatar
Fiches du joueur :
Personnages :
Ace - Agnès Oblige - Alvin - Azura Lucem - Ishta - Ruka Kawanomu - Rydia - Sheli Makunochi

Niveau : 100
HP : 9999/9999
MP : 999/999

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Sam 6 Aoû - 13:00


Lyte gagne 250 gils !
Ruka gagne 300 gils !

Restauration : - 50 gils [Chacun]

Ruka améliore son arme, sa protection et achète deux Opales de Force 2 > - 6000 gils
Technique demandée, acquise.
Ruka donne l'autre Opale à Lyte.

Fiches Modifiées.

Direction : Temple de Kilika


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azura Lucem
Mélopée Azurée

Mélopée Azurée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Dim 30 Avr - 19:39

Elepir et Azura viennent de faire une petite balade en mer

Petit souci qui se posait en réalisant que je n’avais récupéré aucun ticket en montant à bord, j’ignorais même qu’il y en avait besoin pour ce genre de transport, ici. Mais je ne m’affolais pas pour si peu, il suffisait d’aller voir les employés pour écarter le malentendu. A peine avais-je terminé ma phrase qu’Elepir s’était évadé pour quitter les lieux en toute vitesse. Vu le teint pâle qu’il arborait jusque-là, j’avais très vite compris que son mal de mer avait repris le dessus. J’étais restée immobile en regardant vers la sortie pendant quelques instants, avant de me ressaisir.

La tempête était toujours levée dehors, alors je m’étais installée dans un coin de la cale, jusqu’à ce qu’un marin passe près de moi. Je pus l’interpeler pour l’interroger sur ce qu’il en était des cabines, mais lorsque je lui expliquai ma situation, j’eus la chance qu’il se montre compréhensif et ne me prenne pas pour une menteuse qui souhaitait avoir une cabine à l’œil. Il m’emmena jusqu’à une de libre, où je pus m’installer tranquillement. Le navire n’était toujours pas très stable, à cause des vagues, alors je me mettais assise sur le petit lit, les jambes allongées.

J’examinais mon pendentif plusieurs instants. Avec le recul, je me demandais si je ne passais vraiment pas pour une folle aux yeux d’Elepir … et si je n’allais pas passer pour une folle auprès du reste du monde. Venir d’ailleurs et prétendre avoir donné naissance, d’une certaine façon, à une entité presque divine, cela dépassait l’entendement. J’avais du mal à réaliser, ce jour-là aussi … Et en y réfléchissant, je trouvais cela toujours aussi incroyable de me dire que Léviathan existait aussi sur ce monde. Etait-il vraiment la Chimère de l’Eau qui gardait la clé menant au Cristal du même élément ? Je l’espérais de tout cœur. Je devais en avoir le cœur net.

J’avais fini par fermer les yeux pour somnoler un peu, jusqu’à ce qu’on arrive à destination. Inconsciemment, je sentais que le bateau tanguait de moins en moins, le bruit du tonnerre, de la pluie, et du vent, ne se faisaient plus entendre. Même la température semblait remonter. Jusqu’à ce que le cri des mouettes me fasse rouvrir les yeux. Ne dit-on pas que, sauf en cas de suicide, les oiseaux restent près des côtes ? Ce n’est qu’à ce moment que je me levais et en regardant par le hublot, je voyais un ciel magnifiquement bleu, mais je n’étais pas positionnée de sorte à voir les terres. Alors je dus sortir de ma cabine et remonter sur le pont, et pour avoir une meilleure vue, je grimpais les escaliers du navire pour me retrouver sur le plateau supérieur. J’avais une meilleure vue d’ici et l’île de Kilika se dessina au loin.

Du vert … C’était ce qu’on voyait en majorité de l’île. Plus on s’approchait, plus l’on discernait mieux sa silhouette. Il semblait y avoir des maisons faites d’un bois clair, et j’allais très vite pouvoir constater sur place de l’ambiance tropicale qui y régnait, digne des livres que j’avais pu lire. En tout cas, ca risquait d’être plus plaisant qu’à Luca, j’avais hâte qu’Elepir me fasse visiter … Oh. C’est à ce moment que je me rappelais avoir dit d’aller le chercher quand nous serions sur le point d’arriver, mais il était trop tard, le signal marquant notre approche venait de retentir.

Je prenais une profonde inspiration avant de me décider à descendre les marches et me joindre aux quelques personnes qui étaient venues sur le pont. Dans le lot, je cherchais Elepir jusqu’à reconnaître sa tignasse. Je m’approchais.

- Hey. Que je disais simplement pour montrer ma présence. Mais dès qu’il se tourna vers moi, je ne pouvais pas louper sa mine. - Tu es encore bien pâle, tu as pu te reposer au moins ?

C’était ce pour quoi il était parti dans sa cabine aussi, après tout … mais n’étant pas affectée par le mal de mer, je ne savais pas quel effet ca avait réellement et si ca empêchait vraiment de dormir.

- Désolée, je m’apprêtais à venir te chercher quand le signal a retenti.

Mais il était déjà un peu trop tard … bien que je me serai inquiétée de ne pas le voir débarquer après ca.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elepir Virela
Pour vous servir

Pour vous servir

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :




Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Lun 8 Mai - 1:30

Le trajet avait été plutôt agité. Déjà que je ne tenais pas vraiment le coup, j'avais en plus le défaut d'être un brin pessimiste. Heureusement, nous allions bientôt arriver, détail qui m'avait poussé à sortir de ma chambre. Je m'étais péniblement traîné sur le pont, et je devais bien avouer que l'air frais me faisait le plus grand bien. Seul bémol, les gens étaient bien trop serrés les uns contre les autres. A croire que tout le monde n'avait qu'une grande hâte : celle de poser pied à terre.


C'est alors que, pris d'une légère nausée, je vins mettre ma main à ma tête. Un léger vertige, suivi d'une bouffée de chaleur, et me voilà à devoir m'appuyer contre une barre métallique pour éviter de tomber à la renverse. Sérieusement, ma faiblesse faisait peine à voir.


Je regardais un instant autour de moi quand une voix familière m'interpella.


" Hey! "


J'essayai de faire un grand sourire et donc de faire preuve d'optimisme avec un léger signe de main. Et là, direct, elle me rappela que je ressemblais à un cachet d'aspirine. Haha, je devais faire peine à voir, tiens.


" Oui-oui, t'inquiète pas, ça va mieux. C'est gentil de t'inquiéter. "


Elle s'excusa alors de ne pas être venu me chercher. Et après c'est moi qui m'en faisais pour rien?


" Ha ça? Détail! Puis tu as bien fais : après tout, je suis là. Si tu avais été dans ma cabine, tu m'aurais surement raté. "


Puis, après un très court instant, mon regard se fit plus espiègle.


" Mais bon, c'est pas comme si on pouvait VRAIMENT compter sur les femmes~"


Bien sûr, ma voix ne laissait aucune ambiguïté sur le fait qu'il s'agissait de second degré. Je regardais vers le ciel avec un rictus en coin, pouffant presque de ma propre bêtise. Et au fond, c'était une belle méthode pour dédramatiser tout ça. Un choc se fit alors ressentir dans tous le bateau alors qu'on nous annonça que nous venions de toucher terre.


" Allez! Pour me faire pardonner d'avoir été un fardeau durant ce voyage, je paye la chambre de ce soir. Puis il est tard. Autant qu'on aille se reposer et qu'on parte à la chasse aux monstres demain. "


Je lui fis alors signe de la main d'avancer vers la sortie de ce navire de malheur. Y avait pas à dire, c'était vraiment mon point faible ce truc! Je déguerpis si vite du bateau que les marins eurent une petite goutte de sueur en me voyant partir. Attendant la demoiselle aux cheveux bleus sur le port en trottinant sur place, je regardais le ciel dont la couleur se teintait de rose et d'orange. Je m'arrêtais de courir un peu partout et finis par m'arrêter aux côtés de la demoiselle.


" Sympa cette ville, non? Qu'en penses-tu? Pour ma part, c'est bien la première fois que je vois un lieu pareil! Tout semble être en bois et construit de façon à remodeler les palmiers. A croire que l'Homme s'est approprié la nature et vit en communion avec. Si cela pouvait être le cas aussi dans d'autres pays... "



J'avais les yeux étincelants malgré un teint blafard, regardant vers les hauteurs de ces arbres plein de vie.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azura Lucem
Mélopée Azurée

Mélopée Azurée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Sam 13 Mai - 17:59

Nous allions arriver d’une minute à l’autre. Je n’avais pas été chercher Elepir finalement et il semblait toujours aussi pâle, le mal de mer n’était pas encore passé. Ca ne saurait tarder, puisque nous approchions peu à peu du quai de Kilika. Je m’étais excusée de mon oubli, et il me fit comprendre gentiment que je m’inquiétais pour pas grand-chose, moi non plus. Oui c’est vrai, en revanche, je n’avais pas eu le même humour que lui en ce qui concernait les femmes et leur rôle.

- Serais-tu en train de douter de la confiance qu’on peut confier à une femme ou me crois-tu juste incapable ?

Oui, le second degré n’avait pas été trouvé pour le coup. Je ne le qualifiais pas de machiste pour autant, même si sur mon monde, il y en avait, les femmes avaient des rôles tout de même importants. La preuve en est : j’étais une gardienne d’un Cristal. J’étais respectée pour cela. De quoi jeter un froid dans la conversation alors que le jeune homme riait de sa propre bêtise. De toute manière, nous fûmes attirés par un nouveau détail : une légère secousse qui venait d’annoncer notre arrivée officielle au port. Chose faite, Elepir m’invita à quitter le navire en proposant de payer la chambre pour ce soir, avant de partir à la chasse aux monstres.

- Une chasse aux monstres ?

Il n’avait jamais mentionné ca, je savais qu’il avait un travail à faire ici mais ce détail m’aurait-il échappé ? Non pas que ca me dérangeait réellement dans le fond … j’espérais juste que mon manque d’habitude de ce monde ne donnerait pas le même résultat qu’avec les Bombos. Pressé, Elepir quitta le navire pour trottiner aux alentours – il ne tenait décidément pas en place. Je prenais le temps de marcher et regarder aux alentours pour ma part. Les quelques habitants qui se trouvaient dehors ne me dévisagèrent pas comme ceux de Kilika, vu qu’eux-mêmes se déplaçaient soit en sandales, soit pieds nus. A la rigueur, seule ma chevelure et ma robe pourraient trahir un rang plus élevé que la norme. Allais-je être encore comparée à un Invokeur ? Elepir revint alors à mes côtés pour connaître mon opinion sur les alentours.

- La différence est flagrante avec Luca mais je me sens plus à l’aise ici. Ce village a un certain charme, les gens doivent vivre de leurs propres ressources plutôt que du commerce comme j’ai pu le voir à Luca. C’est un mode de vie qui m’est plus familier.

Mon regard se porta vers l’étendue océanique. Le ciel avait pris des teintes chaudes mais apaisantes, alors que le soleil commençait à se coucher.

- La nuit va bientôt tomber, allons à l’auberge. De toute manière tu as encore besoin de te remettre de la traversée en mer.

Nous commencions alors à nous balader sur les pontons de bois pour trouver l’auberge. Les maisons étaient vraiment particulières comme l’avait souligné Elepir, mais c’était un autre détail qui attira mon attention.

- Ce sont des grands draps qui servent de portes d’entrée ici. Soit ils n’ont pas peur des voleurs, soit ils ont une confiance aveugle envers leurs voisins et congénères.

Le village restait petit, le genre d’endroit où tout le monde connaît tout le monde et où la convivialité était de mise. Néanmoins, nous ne mettions pas trop de temps à trouver l’auberge : c’était la maison la plus grande du village. La décoration était aussi rudimentaire que le reste et j’avais déjà dans l’idée que le confort ne serait pas à comparer à celui de Luca.

- Bonsoir. Nous aimerions une chambre pour passer la nuit, je vous prie. La dame qui tenait l’auberge – et le comptoir à ce moment-là – me regarda en battant des cils un instant avant de se ressaisir.
- Je suis désolée, nous ne sommes qu’une petite auberge, nous ne pouvons vous offrir que le confort d’un dortoir. Vous devrez passer la nuit avec d’autres voyageurs et marchands. La seule chambre individuelle que nous possédons est une petite suite nuptiale.
- Oh. Et bien, si nous n’avons pas le choix … Va pour le dortoir.


Je m’étais retournée tout de même pour voir ce qu’Elepir en pensait mais nous n’allions pas faire la fine bouche alors qu’on n’aurait pas le luxe de trouver une chambre individuelle ailleurs dans le village. Et une suite nuptiale … Disons que l’aubergiste voyait bien elle-même que nous étions loin de former un couple. Pourtant elle m’observait toujours avec ces yeux étranges.

- Y a-t-il un problème ?
- Je … Euh non pardon !! C’est juste … Êtes-vous un Invokeur qui va se rendre au temple pour acquérir la puissance d’Ifrit ?
- … Quoi ? Je ne suis pas un Invokeur.


Je lâchais ca peut-être trop promptement à son goût puisqu’elle semblait confuse comme si je venais de la gronder – et ca n’avait pas été mon intention. Elle s’excusa alors du malentendu et nous invita à nous rendre dans le dortoir. Espérons qu’il n’y avait pas trop de monde non plus. Je me tournais alors vers Elepir.

- Qui est Ifrit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elepir Virela
Pour vous servir

Pour vous servir

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :




Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Lun 15 Mai - 18:19

" Ni l'un, ni l'autre. Je testai juste ton répondant. " lui lançais-je avec un grand sourire lorsque ses propos devinrent aussi froid que le blizzard. Heureusement qu'il en fallait plus pour altérer ma bonne humeur! Quoique... Vu mon état, ce n'était pas ça qui allait me perturber. Je n'avais qu'une seule vraie idée en tête : Qu'on pose un pied à terre! Puis j’espérais secrètement que ce soit moi qui la laisse sans voix.


Nous finîmes alors par prendre la direction de la sortie de ce transport de malheur. Je proposais même de payer la chambre compte tenu de mon état déplorable sur le bateau. Tu parles d'un guide de pacotille! Vint ensuite la question de la chasse aux monstres du lendemain. Ha? Elle imaginait une vraie chasse au créatures? Ce n'était pas vraiment le cas, mais bon... Cela confirmait bien qu'elle venait d'un autre monde.


" Les monstres disposent souvent d'argent sur eux. A défaut, ils fournissent des ressources ou finissent sous la forme de poussière cristalline que les marchands utilisent et transforment en gemmes ensuite... Enfin je crois. Je n'ai jamais assisté au processus. Pour ma part, je ne suis que le livreur. Mais bref! Si je te propose ça, c'est simplement car j'ai un salaire et que tu es fauchée. Ça te permettrait de te faire un peu d'argent... En attendant de te trouver une autre activité. Enfin si tu veux. Bref! La ville n'attend pas!"


Le village Elepir, le village... Certes, il est grand, mais Porto Kilika est un village plus qu'autre chose. D'ailleurs, je finis par courir bien vite hors du navire pour stopper mes vertiges. Je regardais bien vite autour de moi. Les décors, les maisons sur pilotis, les différentes boutiques... Tout un tas de petites choses qui rendait ce lieu tout à fait charmant. Quand Azura parvint enfin à me rejoindre, je ne manquais pas de lui demander son avis sur les environs. Apparemment la demoiselle aux cheveux d'azur avait l'habitude de ce mode de vie. Elle en avait de la chance...


Je ne dis pas que la technologie est mauvaise. Bien au contraire, j'aurai même tendance à en être dépendant. Les jeux vidéos, les applications, les scans, les discussions de groupe en tout lieu et tout temps... Cela avait pleins d'avantages. Néanmoins, pour quelqu'un ayant vécu à Midgar et Junon, un lieu comme celui-ci relevait d'une véritable utopie. Il était dommage qu'il n'y ait pas les technologies d'aujourd'hui ici, mais ce côté sauvage et surtout très naturel était admirable. L'air n'était pas pollué et chaque respiration n'y était pas difficile... Mais bon. Je n'allais pas me plaindre à ma camarade et l'ennuyer avec ça. Surtout que Gaïa n'était pas bien vu sur Spira. Mieux valait-il que je conserve donc le silence là dessus.


J’acquiesçais finalement quand la prêtresse m'invita à trouver une auberge. Nous déambulâmes alors sur les pontons. Tout ceci avait un caractère romantique, du moins au sens du courant littéraire, fortement appréciable. Ces couleurs, ces habitations, ce moment... J'aurais presque voulu qu'il perdure un peu plus longtemps. Mine de rien, ce petit instant suspendu suffit à me rendre petit à petit mes couleurs.


" Il n'y a de vols que lorsqu'il y a convoitise. Ils n'ont pas l'air si différents les uns des autres... "


Mon sourire niais mais ravi en disait long sur ce que je pensais de ce lieu. A mes yeux, c'était tout simplement magnifique. Ce mode de vie était tout à fait enviable... Même si j'appréciais encore trop mon confort urbain pour changer de style de vie.


L'auberge nous accueillit alors. Azura prit alors l'initiative de la discussion en abordant la réceptionniste. Cette dernière sembla presque perturbée. Quelque chose n'allait pas? Elle proposa alors une suite nuptiale et un dortoir. Une suite nuptiale? Sérieusement? Je ne réagis même pas, hésitant entre rougir ou pouffer de rire. Mais je me repris bien vite quand les deux femmes se tournèrent vers moi.


" J'approuve pour le dortoir. Cela nous permettra de faire de nouvelles rencontres! "


Oui, j'adorais rencontrer les gens et découvrir de nouvelles cultures, de nouvelles vies. Je ne savais pas encore si la demoiselle partageait ce trait là également, mais je ne tarderais pas à avoir une réponse.


C'est alors qu'Azura demandait pourquoi la femme la regardait ainsi. Et bien... Elle n'avait pas froid aux yeux celle-là. Direct et sans tact. Au moins était-elle franche me direz-vous. Je posais une main sur mon bassin en observant la mine légèrement perturbée de la réceptionniste. Il n'y avait pas à dire, elle ne s'attendait pas à tomber sur une femme aussi forte que ma partenaire de route. Et par forte, je voulais dire qu'elle ne manifestait visiblement aucune retenue ou gêne. C'était... Ma foi assez marrant à voir. Je les suivis alors sans dire mot.


Ifrit... C'est vrai que pas mal de journaux avaient relayé l'affaire. L'église de Bevelle avait en effet réussi à ramener à la vie cette chimère ou, selon leurs propres termes, à la " retrouver". C'est vrai que cela me tentait d'aller faire un tour au temple. Ceci dit, il n'était pas sûr que de simples touristes tel que nous en ait le droit.
Azura finit cependant par me sortir de mes pensées avec sa question.


" Ifrit? Hmmm... Un peu comme le Léviathan dont je t'ai parlé : une chimère. Il est en revanche bien plus tourné sur l'élément du feu que sur l'eau. "


J'entendis la femme grommeler. Oui, aux dernières nouvelles, Léviathan n'était pas vraiment reconnu sur Spira. De plus, parler avec une si grande négligence de ce genre d'entités pouvait presque passer pour un blasphème. Après... Comment dire... Je m'en moquais royalement.


On nous ouvrit alors une pièce. Comme pour les dortoirs proposés par certaines compagnies de Gaïa, il s'agissait ici de trois lits superposés et donc d'une chambre pour six. Bon, encore heureux, on avait pas fini dans une chambre de quatorze personnes, car ça aussi ça existait. Il y avait d'ailleurs un gars sur un des lits qui lisait avant de baisser les yeux vers nous pour nous accueillir d'un bonjour. De l'autre côté de la pièce, un autre gars écrivait une lettre. Lui aussi s'arrêta et nous salua de la main, restant davantage en retrait. Enfin, une fille occupait le lit l'un des lits du bas. Pour sa part, au vu de la montre qu'elle portait, elle devait surement venir de Dol ou Gaïa. Puis... C'était tout! L'un des lits restait vide.


Je levais alors la main en l'air au niveau de mon visage en balançant un "Salut!". Je posais tour à tour mon regard sur eux tandis que la dame nous laissait un exemplaire des clefs.


" Moi, c'est Elépir. Elle, c'est Azura. Et vous? "
-" Brice "
- "Rosi "
-"..."


Bon ok, le troisième me dit aussi son prénom, mais je fus incapable de le comprendre. Du coup, j’espérais qu'Azura l'aurait compris pour sa part. Pour ma part, je m'étais déplacé vers l'un des lits vide, proche du sol. Et oui, je n'allais pas profité du seul lit restant en l'air. Azura, du coup, avait le choix.


" Et du coup qu'est-ce qui vous a amené ici? "


Oui, racontez-moi vos vies les enfants. D'ailleurs, ils se regardèrent bien vite pour savoir qui devait prendre la parole le premier.


" Je fais simplement du tourisme. Je suis arrivé il y a deux jours et j'ai fais le tour de l'île. "
-" Super ça! Je t'avoue que je ne connais pas trop. Il y a des coins sympas à voir? "
- " Et bien le temple évidemment, le bar du vieux Noé, mais aussi une petite plage secrète. "
- " Celle qui est derrière la forêt? "
- " Yep. "
-" Ha, ouais, elle est sympa si vous voulez faire un tour là-bas. "
-" Oui, elle est très romantique. Si vous voulez vous retrouver tout les... "
-" On est pas ensemble." Lachais-je avec un petit sourire dans la direction d'Azura.



Là, je remarquais le léger sourire de Brice. Cela en disait long sur ses intentions. Pour ma part, je trouvais ça marrant donc je ne dis rien et poursuivis la conversation. Restait à savoir s'il tenterait de se rapprocher de la prêtresse et comment elle répondrait à ses possibles avances. D'ailleurs, Rosi était plutôt mignonne. Après, j'étais là pour le boulot et elle m'appris qu'elle partait dès le lendemain matin. J'avoue, j'étais déçu. Mais tant pis écoutez! Au moins, la soirée promettait d'être fun!


___________________________________________________

Azura:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azura Lucem
Mélopée Azurée

Mélopée Azurée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Dim 21 Mai - 11:35

Oh. Alors Elepir avait proposé une chasse aux monstres davantage pour que je puisse récupérer un peu d’argent. Il était vrai que j’en manquais et si là était le moyen le plus « simple » d’en récupérer, je n’allais pas faire la fine bouche. D’autant plus que ca me gênait vraiment qu’à cause de ma condition, il soit obligé depuis notre rencontre de payer plein de choses pour moi. Je préférais avoir une certaine indépendance, tout comme je voulais éviter un maximum de dettes. Toujours est-il qu’après un petit tour dans le village pour trouver l’auberge, nous nous dirigions vers le dortoir où j’interrogeais mon camarade sur Ifrit, mentionné par l’aubergiste. Ah. Une Chimère. Comme Léviathan, sauf qu’il s’agissait là du représentant de l’élément du feu.

- Je croyais que les Chimères étaient très difficiles à trouver ?

C’est là que j’ignorais qu’il s’agissait là d’une Chimère artificielle plutôt qu’une vraie … Je me sentais tout à coup curieuse de voir cette entité de mes propres yeux pour voir à quoi ressemblait les semblables de mon « fils ». Mais je n’étais pas Invokeur comme je l’avais dit, je ne serai sans doute pas autorisée à m’en approcher. De toute manière la conversation fut coupée court lorsque nous entrâmes dans le dortoir puisqu’il y avait quelques personnes à l’intérieur. Je les saluais poliment d’un « Bonsoir » avant de m’approcher d’un des lits libres.

Très vite, la conversation fut engagée entre Elepir et les autres, nous apprenions ainsi les prénoms de nos compagnons d’une nuit. Rosi, Brice, et le dernier marmonna mais je crus comprendre un Joseph. Un nom qui sonnait plus ancien que les deux autres mais ce n’était pas moi qui allais en tenir rigueur. J’étais moins loquace que mon camarade de route de mon côté, mais j’écoutais leur conversation. Mais pourquoi tout le monde pensait que nous étions un couple ? Il était plus jeune que moi. Bon, ca ne voulait rien dire cela dit, mais tout de même. A cette nouvelle, le fameux Brice étira un sourire qui me fit froncer les sourcils.

- Et toi alors ? Qu’est-ce qu’une si charmante demoiselle vient faire dans ce petit coin de paradis ?
- Inutile de prendre un ton si mielleux avec moi tout à coup.


Que je lui avais lancé au tac-au-tac. De quoi le refroidir illico, et la jeune fille afficha une mine surprise sur le coup avant de se mettre à rire de bon cœur pour se moquer du garçon.

- Ca a eu le mérite d’être clair. Même les plus belles roses ont des épines, c’est connu.
- Mpff.
- Mais c’est vrai quand même, tu viens d’où ? Vu ta tenue, ca me fait penser à une princesse d’Héra !


Il ne fallait pas exagérer sur les tenues royales d’Héra tout de même – enfin je ne les avais pas vues encore – mais je fus surprise d’être comparée à une princesse.

- Je ne viens pas d’Héra, ni d’aucun monde d’Héméra.
- L’une de ces fameuses personnes qui est revenue à la vie par l’Au-Delà ?


Je hochais la tête pour confirmer, ce qui semblait apporter un mélange de compassion et d’interrogations à tout le monde. Oui, de la compassion, puisque ca signifiait que j’avais dû mourir au préalable.

- C’est récent, alors j’essaie d’apprendre vos différentes cultures et traditions pour pouvoir m’y adapter.
- Oh je vois ! J’ai pleiiin de questions qui me viennent en tête sur tes origines. Mais et toi Elepir ? Tu viens d’où ?


Maintenant que j’y pense, il ne me l’avait pas dit …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elepir Virela
Pour vous servir

Pour vous servir

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :




Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 26 Mai - 23:06

Ha oui, oui, oui! Là, on était tombé sur un problème épineux! Comment lui expliquer tout le schmilblick à propos des chimères gardiennes des cristaux – selon la rumeur – et les chimères des temples de Spira?


" Et bien en fait, disons qu'il y a plusieurs types de chimères. Celles qui gardent les cristaux, et celles qui sont propres à un lieu. Ici, sur Spira, l'Eglise aurait retrouvé des chimères qu'ils avaient perdus. Après, je t'avoue que j'y crois moyennement. Le mieux, pour cerner la différence, cela serait de poser directement la question aux natifs d'ici. "


Puis nous pûmes trouver une auberge de fortune et un dortoir à notre convenance. Et qui dit dortoir, dit FILLES! Ahem, sauf que là c'était pas vraiment le cas. Une fille et deux mecs. Bonjour le mauvais ratio! Après, je n'étais là que pour une journée, donc je n'allais pas me plaindre. Au moins aurions-nous de la compagnie pour la nuit! Je n'avais d'ailleurs pas tardé à échanger avec nos colocataires. Le Bar Noé, la plage secrète... Finalement, il y avait de quoi vivre des aventures sur ce petit morceau de terre! De plus, si nous étions arrivés en fin de journée, je ne doutais pas de la présence de nombreux bikinis dès le lendemain matin! Ha! Qu'il faisait bon vivre près de la mer! Cela me rappelait un certain séjour à Costa del Sol, mais cela remontait à une autre époque.


Bref! Après avoir pensé comme un vieux, je ne pus que pouffer de rire devant la façon dont Azura démonta littéralement l'approche de notre cher Brice. Je compatissais un peu, mais je ne pouvais m'empêcher d'exploser de rire avec une larme au coin de l’œil. Non seulement elle venait de le refroidir, mais elle avait en plus eu le tact qui va avec! J'hallucinais!


" Alors là mon gars, elle t'a séché d'une violence...! Haha! "
" Pfff... "
" Allez! Boude pas! J'te paierai un verre demain pour que t'oublie ça. Haha! "
" Mouais."


Bon, je rigolai, mais c'était jamais facile pour quelqu'un de se faire rembarrer de la sorte et, entre nous, j'étais bien heureux de ne pas être à sa place!


Et la jolie Rosi aborda alors la tenue de la rose épineuse. Elle ne tarissait pas d'éloges, mais elle fut bien vite refroidit par le troisième luron. Ha oui! Pour ceux qui n'auraient pas suivi, ce monsieur avait finalement une langue! Mieux encore, son timbre grave et son ton sérieux suffirent à plomber l'ambiance quand tout le monde comprit qu'Azura était morte une fois. Je devais bien avoué que j'étais assez glacé moi aussi. Au moins, eux, n'avaient pas l'air d'avoir de mal à croire en l'existence de personnes venues d'autres mondes... C'était peut-être le fait d'être resté un moment sur Spira je présume. Ils en avaient certainement vu passer d'autres...


Heureusement, et dieu du ciel merci, Azura cassa ce silence gênant en changeant de sujet. Rosi en profita alors pour nous faire par de sa curiosité. Il était vrai qu'une personne venue de l'autre monde, ça en jetait pas mal! A côté d'elle, nous avions clairement le charisme d'une moule! Voir d'un Poulpe! Pourtant, c'est bien à moi que Rosi s'adressa. Et elle ne commença pas avec le sujet le plus simple.


" Ha, heu moi? "
-" Bah oui, qui d'autre gros bêta? Haha! "
-" Haha! "
-" ... "
- " Je, je viens de Dol en fait. "
- " Toi aussi? T'es d'où? "


Elle venait de se hisser sur ses deux mains en s'avançant un peu sur son lit. Ok, bonjour la pression. Je sentais déjà une goutte de sueur sur mon front!


" D-d'un coin qu'on appelle Esthar. "
-" Un coin? Esthar? Haha! Tu rigoles? Moi j'viens d'un "coin"! Winhill, tu connais?"
- " Juste de nom! Tu marques un point! héhé! "


Je frottais l'arrière de ma tête, un peu gêné. Car oui, si mes deux neurones s'étaient bien alignés, j'aurai répondu autre chose. Là, clairement, je ne paraissais pas fin. Adieu tout espoir de dragouille.


" Un autre Dolien? Et bien décidément! Il y en a de plus en plus ces temps-ci. "
-" Et alors? Tu as quelque chose contre les personnes de Dol? "
-" Ouaip! J'aime pas votre odeur! "


Qu'il lançait avec un grand sourire. Rosi attrapa son coussin et le jeta dans la direction de Brice. Ce dernier se baissa, mais la gravité fit descendre le projectile beaucoup plus tôt que prévu... Sur la tête d'Azura. Et là, vu comme c'était parti... Vu qu'ils avaient OSE s'en prendre à ma camarade, il n'y avait qu'une chose à faire.


" BATAILLE DE POLOCHONS!!!! "


Je sortis mon coussin alors que Brice me jetait le sien en plein visage. Bordel! Il avait de la force ce gamin là! Et Rosi s'avança alors vers la prêtresse pour s'excuser – peut-être? - et reprendre son arme.


Le type dont je ne connaissais pas le nom, pour sa part, reprit l'écriture de sa lettre en faisant fis de notre agitation.


Bon... Vous l'aurez compris, ce petit jeu, même s'il ne durerait que quelques minutes, suffirait à détourner l'attention de ma petite personne et permettrait à nos colocataires de poser plus de questions à Azura. Dans cette petite guerre improvisée, je saisis mon sac à dos, en sortit un paquet de marshmallows, puis prit une profonde inspiration.



" PAUSE! Qui veut des bonbecs?! "

Parce qu'entre nous, après avoir pas mal vomi, j'avais plutôt la dalle...

_____________________________________

Spoil:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azura Lucem
Mélopée Azurée

Mélopée Azurée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Mar 6 Juin - 14:43

L’ambiance était étrange pour moi. Je n’étais pas contre de la compagnie mais … je n’avais jamais été autant entourée en réalité. Ou du moins, je l’avais déjà été, mais j’étais traitée différemment et avec trop de respect à cause de mon rang. Ici, je n’étais qu’une étrangère au milieu de tous ces jeunes qui s’adressaient les uns aux autres d’une manière presque … trop familière, alors qu’ils ne se connaissaient guère. J’avais un peu parlé de moi avant que les autres ne s’intéressent cette fois à Elepir et ses origines. Le jeune homme prit un air trop gêné pour que ca ne paraisse pas suspect et je le fixais avec une certaine curiosité. Comme si j’essayais de déceler ce qu’il cachait, du regard.

Mais les choses prirent une tournure encore plus inattendue lorsque je recevais un oreiller dans la figure … je m’étais figée sur l’instant … avant d’en recevoir un deuxième peu après avoir crié « bataille de polochons » … Je n’étais pas habituée à ce genre de choses alors autant dire que je ne savais pas trop où me mettre ni quoi faire. Rosi était venue récupérer son oreiller en s’excusant mais elle pencha la tête en voyant la mienne.

- Tu vas bien ?
- Je euh … Oui. Je n’ai juste pas très bien compris comment la situation a pu en arriver là.


Avouais-je en fronçant les sourcils. Au final, la bataille s’était transformée en un duel entre deux des garçons. Rosi se mit à rire discrètement de son côté.

- Je crois qu’il faudrait toute une vie pour expliquer comment une situation peut partir en sucette en claquant du doigt.

Oui, et bien c’est bien ce qui rendait la situation bizarre pour moi ! Au moins, Elepir mit fin à son jeu en proposant des bonbons à tout le monde mais mon côté mère poule ressortait tout à coup.

- Tu ne devrais pas manger autant de sucre après avoir été malade pendant toute la traversée en bateau.

Quelques sourires amusés se dessinèrent suite à ce commentaire qui était des plus sérieux. Mais la plaisanterie cessa enfin puisque, maintenant que le calme était à peu près revenu, nos camarades d’une nuit s’intéressèrent davantage à mon monde d’origine. Je racontais plus ou moins ce que j’avais déjà expliqué à Elepir sur les bases de mon monde, et le rôle que j’y jouais.

- Une prêtresse ? Oh c’est pour ca que tu es si réservée ? Dit le type qui ne digérait toujours pas que je l’avais envoyé voir ailleurs.
- Réservée … Non. Je dirai surtout que … je n’ai pas eu l’habitude d’être mêlée à tant de monde de cette façon …
- Et tu as vu un Cristal de près alors !? Enfin même s’il n’était pas pareil que ceux d’ici, ca reste impressionnant !


Impressionnant … Oui peut-être, car outre les prêtresses et les Guerriers de la Lumière – ou des Ténèbres – personne n’avait approché un Cristal à moins d’en convoiter sa puissance … et ca avait souvent mal fini pour eux. Résultat, Elepir s’en sortait les doigts dans le nez dans sa tactique de ne pas garder l’attention sur lui. Il faut dire que de tous, j’étais la « moins banale » puisque je ne venais d’aucun monde composant Héméra … il était compréhensible qu’ils soient tous curieux d’en apprendre plus.

Une question subsistait : combien d’autres planètes existaient dans notre univers ? Habitées par les Hommes et autres espèces ? Dans tous les cas, la soirée se termina ainsi et je finis cette dernière avec, à la surprise générale, une histoire d’horreur. Le rictus sur le coin des lèvres, c’était une facette étonnante de ma personnalité pour bien des gens, mais j’aimais raconter ce genre d’histoire avant d’aller dormir – sauf à mon fils. Mais je n’avais eu que trop peu de gens à qui en raconter par le passé. L’histoire d’enfants trop curieux qui avaient fugué de chez eux en pleine nuit pour enquêter en forêt sur un Béhémoth zombifié. Je ne lésinais sur aucun détail, vraiment aucun. Puis il fut l’heure d’aller se coucher.

- Hum, et bien euh … bonne nuit après ca, hein ?
- Oui, surtout qu’il y a une forêt juste derrière ces maisons.
Lançais-je avec un sourire en coin, plutôt sournois.
- Bah je crois qu’on s’est tous trompés ! Pour une prêtresse, tu caches bien ton jeu ! Bonne nuit !

J’étais fatiguée également, alors après avoir souhaité une bonne nuit à tout le monde, j’allais m’installer sous le drap de mon lit … L’avantage d’un tel village, c’est que le calme était de rigueur, et le bruit de la mer était apaisant pour dormir …

Note:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elepir Virela
Pour vous servir

Pour vous servir

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :




Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Jeu 8 Juin - 17:23

Bataille de polochon : Check!
Bon, on était surtout deux à participer, mais qu'est-ce que ça défoulait après cet horrible mal de mer! Sans parler du fait que je n'y pensais plus! Azura ne semblait pas spécialement enchantée, mais j'étais bien trop préoccupé pour m'en rendre compte. Finalement, je sortis mes petites sucreries à partager avec tout le monde. Et oui! Il fallait créer un bon sentiment de convivialité! Alors que je m'allongeais sur mon lit, portant à ma bouche l'une de ces douceurs tel un dieu grec, la prêtresse me fit un réflexion qui me surprit dans un premier temps, puis me fit franchement marrer. Je lui lançais un clin d’œil en coin avant de lui répondre avec un grand sourire.

" Oui Maman! "


Et la seconde d'après, j'avalais goulûment le tendre bonbon en conservant ce petit air narquois qui me sied si bien. La discussion changea de registre et nos compagnons d'une nuit s'attelèrent à questionner la miss sur ses origines et sa fonction. Pour ma part, j'écoutais calmement, essayant de visualiser ce monde inconnu de tous. Le troisième luron, vous savez celui qui lisait dans son coin, sembla murmurer quelque chose dans sa barbe quand elle parla de sa mission de protection des cristaux. Lui, il devait pas apprécier qu'on parle de prêtresse autrement que dans le contexte de la religion de Yevon. Enfin, je spéculais, mais c'était un peu cramé faut dire.


Nous finîmes tous de nous raconter des anecdotes jusqu'à ce qu'Azura ne se mette à raconter une histoire d'horreur. Wait, sérieusement? C'était son délire? Et pire! Elle était pas mauvaise pour raconter ce genre de chose! C'était chiant car j'avais pleins de questions maintenant... Mais ce n'était pas comme si je pouvais vraiment les poser. Résultat, je me retournais une ou deux fois dans mon lit avant de fermer les yeux pour de bons. Et encore, je ne devais pas être le seul.


La preuve! Un bruit me réveilla durant la nuit. J'ouvrais les yeux, n'osant ni bouger, ni regarder derrière moi. Un bruit de pas, deux bruits de pas, une porte qui s'ouvre... Il fallait vraiment tendre l'oreille pour l'entendre! A croire que cette histoire d'horreur avait du bon! Je finis par me dire que cela devait être l'un des gars qui venait de partir aux toilettes. J'attendis alors...
Plusieurs minutes passèrent sans que je ne trouve le sommeil, la porte étant restée ouverte. NON JE NE SUIS PAS UNE POULE MOUILLÉE! J'étais juste prudent...


Je regardais alors derrière moi. Dans la pénombre, je ne distinguais pas qui était encore présent ou absent. Je glissais alors mon pied hors du drap en essayant de ne faire aucun bruit. Je m'aventurai à tâtons jusqu'à la porte. Je glissais alors un oeil dehors, puis deux, puis la tête toute entière. C'était calme. Noir et calme. Le bruit de l'eau était apaisant et la lumière des étoiles réconfortante. Pas le genre de spectacle qu'on aurait pu voir à Midgar.


J'allais rentrer quand un bruit de pas me figea. Je regardais alors sur le côté et vit une silhouette approcher. Je fis quelques pas de côté, plaçant mes mains de combat de façon à être en garde et prêt si un assaillant se jetait sur moi. La tension augmenta légèrement. Un léger vent se leva alors que mes muscles se contractaient. Mon cœur s’accéléra, puis, dans un excès de courage, j'attrapais la main de l'ombre. Elle poussa un léger cri... Féminin? Je la lâchais en me reculant, ma face s'éclairant avec la lune.


" Elépir! Tu m'as fichu la trouille! "

Je soufflais en reconnaissant la voix.


" C'est toi Rosi? "
-" Qui d'autres crétin?! Tu m'as fais peur! "
-" Désolé. Je pensais que c'était un rôdeur. " Ou un béhémoth zombifié...
-" M-Mouais! J-J'allais juste aux toilettes! "

Sa voix trahissait une certaine peur. Je me calmais, redescendais mes poings et alla m'écrouler sur un rebord en bois, les pieds aux dessus de l'eau.

" Tu n'arrives pas à dormir? "

Elle sembla hésiter un instant, les mains devant elle, puis vint s'asseoir à côté de moi.

" Ouais... Cette histoire m'est restée dans la tête. "
-" Haha, t'inquiète je comprends. Azura semble plutôt douée pour raconter des histoires. "
-" C'est vrai, elle m'a foutu la trouille! "
-" Moi aussi haha! "


On était là, comme deux abrutis, à pas être capable d'aller se coucher. Hey... Hey... Je suis seul avec une fille dans un lieu somme toute assez romantique... Elle est effrayée et je la rassure... Elle commence à se rapprocher de moi, aussi bien physiquement que sentimentalement... Et hop! Je commençais déjà à me prendre la tête! Bon, je soufflais avant de secouer la tête à droite et à gauche pour reprendre mes esprits. ON SE CALME! Surtout que j'étais en caleçon – normal vu la chaleur – et que toute mauvaise pensée se verrait immédiatement!


Cependant, alors que l'on commençait à bien rire de nos situations, on entendit des pas se rapprocher. D'un coup et d'un seul elle planta ses ongles dans mon bras. PUTAIN CA FAIT MAL!
Mais je ne dis rien, me contentant d'une grimace, trop accaparé par ce bruit. Trois silhouettes passèrent alors près de la porte. Je me levais en me demandant de quoi il retournait quand ils ouvrirent la porte .

" La prêtresse païenne, elle est là! "

Et les deux autres hommes, bien plus grands et costauds, entrèrent dans la chambre, réveillant tout le monde en sursaut. Rosi et moi-même nous rapprochions alors de ce "Joseph". Qu'est-ce que ce sombre idiot avait fais? Les choses allèrent très vite dans mon esprit. J'étais prêt à intervenir... Mais pour faire quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azura Lucem
Mélopée Azurée

Mélopée Azurée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Jeu 22 Juin - 16:59

J’y étais allée probablement fort avec cette histoire, et à coup sûr je ne doutais pas les avoir surpris, j’avais conscience qu’avec ma façon d’être et ma façon de m’habiller, personne ne soupçonnerait du premier regard que j’étais du genre à apprécier ce genre d’histoires. C’était agréable d’avoir fait cette impression, puisque je n’avais jamais eu quelqu’un à qui les raconter. Je n’allais décemment pas dire des choses effrayantes à mon fils, par le passé …

Pour ma part, j’avais dormi comme un loir. Nullement dérangée par quoi que ce soit – d’ailleurs, on pourrait encore lire la satisfaction sur mon visage à voir mon sourire durant mon sommeil. Par rien. Jusqu’à ce qu’un boucan se fasse entendre et que des gens pénètrent dans notre chambre avec toute la délicatesse du monde pour me pointer d’un air menaçant. J’eus à peine le temps de me frotter les yeux avant de les écarquiller sans comprendre ce qu’il se passait. Je me redressais en regardant les deux hommes qui me menaçaient.

- Que diable se passe-t-il ici ?
- C’est toi la païenne ?
- La …


J’étais persuadée que c’était la voix de Joseph que j’avais entendu plus tôt, aussi mes yeux d’or se posèrent sur lui aussitôt. La païenne ?

- J’aimerais demander qui tu es vraiment et à quel jeu tu joues mais … Païenne, vraiment ? Être une prêtresse issue d’un autre monde est un motif d’agression sur ce monde ?
- Le seul vrai Dieu est Yevon.
- Ai-je dit vénérer un quelconque Dieu ?


Les deux se regardèrent avec un air un peu bête. C’est vrai, sur mon monde, il était question de protéger les Cristaux et de les entretenir. Pas de vénérer une quelconque divinité … Parler sans connaître, c’était déjà un fait … mais il y avait autre chose qui me dérangeait.

- Si c’est ainsi que vous traitez toutes les personnes qui ne suivent pas vos idéaux et vos préceptes, vous ne devez pas avoir de bons contacts avec vos voisins. Je ne serai pas même étonnée de comprendre que vous êtes en guerre pour cette raison. Sur ce, bonne nuit messieurs.

Et sur ces mots, je quittais la pièce sans pointer ne serait-ce qu’un regard envers le responsable de cette agitation, à savoir Joseph. Bien sûr, j’avais été crue dans le ton employé et les mots choisis, mais jusqu’alors, j’avais été bien traitée sur Spira. Je savais que je ne devais pas faire d’un cas une généralité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elepir Virela
Pour vous servir

Pour vous servir

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :




Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Sam 24 Juin - 14:32

L'incident fut surprenant, tant par sa vitesse que par la réaction des différents protagonistes. Nous avions l'un de nos colocataires qui accusait Azura d'être une païenne! En soit, l'accusation était débile, mais je restais forcément méfiant. Les propos n'étaient pas le problème, c'était clairement ces deux messieurs avec lui. S'ils appartenaient à la milice ou police locale, ils ne devaient certainement pas s'être déplacés pour rien!


Je m'étais avancé légèrement, bien que Rosi ait tenté de me retenir. J'entendis alors la voix de la prêtresse retentir. Apparemment, ce réveil agité n'était pas à son goût. Elle interpella directement le type qui aurait du dormir avec nous en le remettant bien à sa place. Non, en fait, je crois bien qu'elle remit un peu à sa place tout le monde! Halala... En temps normal, ça m'aurait fais rire, mais comment vous décrire mon état mental... Disons que je priais pour que les gardes n'aient pas mal pris la chose. Et bien oui, c'est vrai quoi! Que pensez-vous? Que lorsque la Police débarque chez vous il suffit de dire "Non, pas envie." pour qu'elle parte? Du moins, c'est comme cela que les choses fonctionnaient sur Gaïa. Je ne connaissais pas assez Spira pour deviner la tournure prochaine des événements.


Son affront ne resta pas sans suite. L'un des gardes me dit de reculer avant que je n'entre, mais je pus voir le second garde s'approcher de l'endroit où la demoiselle aux cheveux bleus se dirigeait. Cette brute épaisse avança alors sa main vers elle pour lui saisir les cheveux. C'est le moment où mon corps se mit à bouger tout seul. Je m'introduis dans la maison et saisit le bras de l'homme qui voulait surement donner une gifle à la jouvencelle. Néanmoins, mon arrivée surprise le destabilisa et nous fit tout deux tomber à la renverse. Tu parles d'une intervention héroïque!


Ma chute ne fut pas trop grave, mais mon adversaire s'était cogné la tête contre le lit et se frottait maintenant l'arrière du crâne. Well, la situation venait d'empirer! C'est con comme les choses peuvent dégénérer à partir d'un rien. Cependant, une voix forte retentit alors.


" Que se passe-t-il ici? "


Les deux gardes se regardèrent et se redressèrent immédiatement. Ils sortirent de la maison où une silhouette masculine se tenait. Il devait surement s'agir de leur supérieur. Rosi venait d'entrer et je me relevai maladroitement. Mouais, j'avais déjà fais mieux comme intervention.


Je ne compris pas les propos échangés entre les deux individus et l'inconnu. Cependant, une énorme " Crétins! " retentit dans l'air. Peu de temps après, le quatrième homme se permit d'entrer en nous regardant tour à tour.


" Messieurs, dames, pardonnez-nous pour cette intrusion tardive... Ainsi que l'inexpérience de mes cadets. Il s'agit surement d'un malentendu, néanmoins j'aimerai que vous passiez nous voir demain. Nous avons un poste de l'autre côté de la forêt. "


Il avait dis cela avec une voix calme et posée, chose qui fit légèrement redescendre la tension présente. Il regardait cependant ma camarade avec insistance... Juste avant de se tourner d'un coup vers moi.


" Monsieur, êtes-vous le propriétaire de la... - il sortit un papier de sa poche qu'il consulta avant de poursuivre - ... Moto arrivée il y a peu? "


- " O-Oui, c'est bien moi. Un problème? "
-" J'aimerai également vous voir demain. Mes recrues y sont allés fort avec vous et j'en suis navré. Mais certaines choses sont... Troublantes. "


Il déplaça de nouveau son regard entre Azura et moi-même, me laissant une vague impression de malaise. Quelque chose qui n'allait pas? Était-ce lié à mon passé? Au fait que je vienne de Gaïa? Non. Comment l'aurait-il découvert?


L'homme s'inclina et quitta la pièce emmenant avec lui les gêneurs. Je me posais sur le lit en lachant un léger soupir.


" Wouahou... "
-" Bah les gens... Je sais pas ce qu'ils vous veulent mais ça avait l'air sérieux! "
-" Ouais puis surtout ces qui ces connards qui se permettent de t'agresser comme ça en plein milieu de la nuit? C'est comme ça qu'ils font sur Spira? "
-" C'est comme ça qu'ils font un peu partout... mais en général, il faut un motif valable... "


Je posais mon regard sur la prêtresse.


" Bon... On a intérêt à dormir. Je sens que la journée de demain risque d'être longue... "


J'étais assez agité à vrai dire. Je me demandais ce qu'il se passait pour qu'on soit tous les deux conviés. Je me disais que s'était certainement ma faute. Pourtant, je trouvais vite le sommeil.


Je fus réveillé par un fin rayon de lumière traversant les rideaux. Je frottais mes yeux avant de rouler de mon lit sur le sol. Je me relevais lentement, frottant ma tête. J'avais du dormir longtemps car la plupart de mes compagnons étaient sortis.... Par la plupart, je veux dire tous en fait. C'était rare que je me lève si tard d'ailleurs. Je sortis alors et découvrit avec plaisir une table dressée à l'extérieur avec un petit déjeuner local. Je rougis d'être ainsi le dernier arrivé et je me mis à table avec les autres.


" Bonjour Azura. Yo Brice. Salut Rosi. "
-" Yo! "
-" Bonjour! "


Le soleil brillait au dessus de nos têtes et la plage luisait de mille petits éclats d'étoiles. J'étais en short, le torse à l'air, profitant de l'occasion pour bronzer un minimum. L'eau me faisait envie et j'avais même envie de pousser l'une des filles dans la mer sous nos pieds! Mais je me retins, encore vaguement pensif quant au sujet d'hier. D'ailleurs, il faudrait bientôt y aller non?


" Vous auriez un conseil pour traverser la forêt rapidement? "



Je demandais ça au duo qui avait dormi avec nous, des fois qu'ils pourraient nous indiquer comment perdre le moins de temps avec cette affaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azura Lucem
Mélopée Azurée

Mélopée Azurée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 3
HP : 800/800
MP : 20/20
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Mer 5 Juil - 14:44

Quel accueil. Ayant été dénoncée par Joseph à cause de mes origines, voilà que des soldats avaient débarqué pour nous agresser avec un motif que je qualifiais d’injuste. J’étais sûrement gonflée dans ma propre réaction, mais je ne me laissais pas marcher sur les pieds dans ce genre de situation. Voyant que je n’étais pas docile, un des gardes tenta de m’attraper les cheveux, je cherchais à le repousser, aidée maladroitement par Elepir mais tout vira de travers. Ils étaient comme décidés à prouver qu’ils nous étaient supérieurs et je n’aimais pas ce comportement hautain. Heureusement, une intervention de leur supérieur suffit à calmer un tant soit peu la tension dans l’air et il était assuré qu’ils allaient recevoir une bonne correction une fois de retour à leur poste. Si des excuses furent prononcées, il semblerait que le chef souhaite tout de même rencontrer mon camarade et moi. Je ne savais pas pourquoi, ni même ce qu’il qualifiait de troublant mais je plissais les yeux.

- Nous n’y manquerons pas, nous viendrons demain matin.

Et ils quittèrent les lieux. Personne ne semblait comprendre ce qu’il venait de se passer, mais je hochais la tête avant de me tourner vers Elepir.

- Néanmoins s’ils veulent nous voir, nous nous devons d’y aller. Rien ne nous empêcherait de reprendre le bateau pour partir en douce, mais j’ai pour principe de faire la lumière sur les mystères. Même si je n’apprécie pas cet accueil, j’aimerai démêler ce malentendu, quel qu’il soit, avant de quitter l’île.

Oui, la journée de demain risquait d’être longue. Nous retournions nous coucher même si j’eus bien du mal à me rendormir à cause de la colère que j’éprouvais encore envers ces individus. J’avais alors les traits assez tirés au petit matin, je m’étais levée la première et avais aidé l’aubergiste à mettre la table pour prendre le petit-déjeuner. Je fus rapidement rejoint par Rosi et Brice, puis finalement par Elepir.

- Bonjour.

Répondis-je normalement à ses salutations, bien que surprise par son accoutrement. Ce n’était pas sur mon monde que les hommes se permettraient de se balader torse nu, l’air de rien, devant tout le monde … Je m’installais pour manger quelques fruits et céréales de la production locale, ainsi qu’un jus de fruits fait maison. L’ambiance était encore un peu lourde par rapport à la veille et Elepir se risqua finalement à demander quel était le chemin le plus court pour se rendre au poste.

- Bah suivre le chemin principal en fait. C’est le plus grand et le plus dégagé, même si ca n’empêche pas quelques monstres de se pointer parfois, soyez prudents.
- Franchement avec le coup que l’autre con a fait hier, il mériterait vraiment que vous leur mettiez une carotte et que vous partiez … Pas comme s’ils allaient vous rechercher comme des criminels à travers tout Héméra hein ?
- Jouer à leur propre jeu n’aidera en rien. J’imagine que parce que l’Au-Delà se trouve sur leurs terres, Spira doit penser qu’ils doivent avoir un minimum de contrôle et imposer leurs lois. Hélas ca ne fait que nuire à leur réputation de mon point de vue.
- Ouais c’est clair … Je te rassure ils n’ont déjà pas bonne réputation du point de vue des autres mondes qui composent Héméra hein ?
Je hochais la tête en me risquant à sourire doucement à Rosi.
- Je n’ai pas choisi de revenir à la vie tout comme je ne compte pas me mettre un monde à dos. Venir d’une autre ethnie ne m’empêche pas de comprendre et respecter les lois d’un pays. Au final c’est surtout pour ca que je souhaite m’y rendre et comprendre pourquoi Joseph a préféré me traiter comme une hérétique. Je levais les yeux vers Elepir. - Et j’espère qu’ils ne vont pas tenir rigueur de tes affaires personnelles alors que tu ne fais qu’une escale ici avant de rentrer chez toi.

En tout cas, nous poursuivions notre petit-déjeuner. J’attendais qu’Elepir se change et soit prêt à partir pour qu’on se rende dans la forêt … J’essayais de me faire forte et déterminée, mais j’étais pleine d’appréhensions aussi puisque j’ignorais ce qu’on allait nous dire une fois sur place.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frost
Modo Givré

Modo Givré

avatar
Niveau : 17
HP : 17/13
MP : 17/13

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Mer 19 Juil - 13:13



Azura récolte 300 gils et Elepir obtient un salaire de 250 gils



Direction : Forêt de Kilika


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'île de feu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Spira :: Spira Sud :: Porto Kilika-