Salut
Accueil

Partagez | 
 

 L'île de feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Ammos
Traître à Yevon

Traître à Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 22 Avr - 0:27

Alors que le matin terminait de se lever, les résidents du bâtiment commencèrent à descendre pour déjeuner, mais toujours pas de Jenny, en vue. Mon repas étant terminé depuis longtemps, je me contentai d'attendre, tranquillement, en observant discrètement les gens autour de moi et le soleil qui se levait sur le village. De là où j'étais installé, l'on pouvait voir l'astre se lever tranquillement au-dessus de la mer et les palmiers. C'était une vision magnifique. Je comprenais mieux pourquoi j'avais entendu parler de Kilika comme d'un paradis. Entre les paysages et la chaleur, pour peu qu'on apprécie cette dernière, c'était un endroit vraiment féérique.

Jenny vint finalement me rejoindre, environ une heure après que je sois descendu. Elle avait l'air particulièrement contente d'avoir récupéré son corps, et ça se comprenait. Prenant un plateau repas, elle vint s'asseoir en face de moi.

"Salut, bien dormi ! Comment tu savais que nos corps s'étaient reséparés ?"

J'allais répondre lorsque j'entendis un sorte d'inspiration étranglée à la table juste à côté de nous. Une femme, d'environ 40 ans je dirais, nous regardait avec un air profondément choqué, comme si nous venions de nous déshabiller devant elle. Je ne comprenais absolument pas ce qui avait pu provoquer ça, mais Jenny tenta d'expliquer ce qu'elle avait dit.

"Oh pardon, c'est pas ce que je voulais dire, mais nous étions l'un dans l'autre. Enfin, pas comme ça, mais il était à ma place et moi à la sienne sans que nous nous touchions.... "

Là, je compris, et je trouvais d'un coup cette situation extrêmement gênante. Je baissai la tête et fixai mon plateau. J'aurais bien aidé Jenny à s'expliquer, mais je préférais éviter d'envenimer la situation. Et accessoirement, le regard transperçant de la femme qui s'était étranglé était particulièrement dérangeant.

Au final, Jenny m'attrapa par le col et me laissa à peine le temps de prendre mon sac avant de quitter l'auberge. Elle ne me lâcha qu'une fois dehors. Elle m'expliqua en vitesse qu'elle avait réagi comme ça à cause de la gène, et ça n'allait pas s'améliorer car, au moment où elle allait qualifier la femme qui l'avait mise dans cet état d'un terme probablement assez peu flatteur, elle se rendit compte qu'elle écoutait cette conversation.

Autant dire qu'on n'a pas pris notre temps pour monter dans la bateau, juste le temps de glisser deux mots au capitaine et nous étions à bord. Mais la vraie question était "à bord pour quelle destination ?" Je regardai autour de moi pour essayer d'y répondre, mais cela allait être difficile, car il y avait véritablement toutes sortes de personnes autour de moi, probablement de plusieurs mondes différents. D'ailleurs, certains portaient des tenues vraiment étranges, voire des accessoires loufoques, et dans les bagages d'autres, rangés dans un coin, je pouvais voir des affaires de toutes sortes, y compris certaines choses qui auraient probablement suffit pour monter une (très) petite boutique. Est-ce que ce navire allait nous mener à un lieu de fête ?

"Dis-moi Jen', tu sais où ce bateau va ?"

"Jen'"... c'était peut-être un peu tôt pour ce genre de surnoms, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 22 Avr - 15:35

JennyMalgré la précipitation du départ, j'avais quand même eu le temps de voir avec le capitaine vers où le bateau prenait sa destination. Déjà, le plus loin possible de cette dame désagréable. De deux, il m'affirmait que c'était une navette un peu spécial qui relayait l'île au Festival qui se préparait pour fêter les 3 ans d'Héméra. 

Je savais pas si "ça se faisait" de fêter trois ans de ce qui était à la base, une catastrophe... On peut pas dire qu'on avait fait la fête, au moment, où c'est arrivé. Ca ressemblait plus à un gros coup de stress massif. D'ailleurs, ça serait intéressant de savoir comment l'homme avec qui j'avais partagé le corps (ça aurait été aussi super mal vu par l'autre vieille chouette), avait vécu ce moment là. Personne n'a pu réchapper à tout ça...

Mais il me demandait à juste titre où on allait, l'occasion de tout lui expliquer. 

"J'ai entendu dire qu'il y'avait un festival pour fêter les trois ans d'Héméra. Y'a plein de monde qui y va, comme tous ces gens. Qui dit plein de monde, dit foule et gens importants, dit information, dit pistes sur les chimères ? Et puis, l'occasion se présentait... Je pense que je t'ai tout dit, AM' " 

J'insistais bien sur la dernière particule. Jen' était pas un surnom qui me dérangeait, ça me faisait même sourire qu'il l'usite pour me nommer. Je le voyais comme quelqu'un d'hyper timide mais il s'ouvrait au fur et à mesure, et c'était sympa de voyager avec lui. Am', je sais pas si c'est un surnom aussi chouette. Je crois que ça voulait dire jambon dans un autre dialecte, va savoir... 

Et puis, de base, je préfère qu'on me surnomme Jenny, qu'on utilise le surnom que je suis censé utiliser au sein de l'organisation... Trop original... 

"Dis moi, comment t'as vécu la fusion des mondes ? Je me posais la question vu qu'on va quand même à quelque chose qui est sensé la fêter..." 


HRP :
 

Am' et Jen' s'en vont Sur l'Océan
Revenir en haut Aller en bas
Wraith
Spectre à la retraite

Spectre à la retraite

avatar
Niveau : 666
HP : 666/666
MP : 666/666

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Jeu 28 Avr - 14:32


   

Jenny trouve 150 gils.
Ammos met la main sur 100 gils.

   

Ils se rendent tout deux sur un bateau qui traverse l'Océan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyte Swarley
SeeD Eolien

SeeD Eolien

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 34
HP : 6190/8000
MP : 109/217
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Jeu 21 Juil - 19:07

Ruka et Lyte arrivent de Besaid

C'était l'avantage de la synergie et du travail d'équipe. Enfin, quand vous étiez avec les bons équipiers. Des fois, ça marche, et des fois, ça marchait pas. Mais avec Ruka, on se complétait très bien au niveau de ce genre de réflexion. 

Mais c'est pour ça qu'il est très intéressant de noter tout sur le carnet car à force de parler, on pourrait aussi oublier ce qu'on a dit par le passé. De plus, le faire de se forcer à résumer ses pensées par écrit, force à synthétiser, et synthétiser permet de déceler de nouveaux indices. 

Il fallait être méthodique pour être sur des missions d'investigation dans le genre, je l'étais assez, plus que pour la stratégie militaire, je crois, même. C'est bien pour cela que je m'éclatais plus dans ce genre de mission même si, il fallait bien que je me souvienne de l'importance de ce qu'on me demandait ici. On avait déjà réussi à mettre le cristal d'eau en sûreté, c'était une bonne chose. 

Ruka acceptait de prendre la barre et même si on avait fait un passage éclair ici alors je lui proposais de revenir mais chaque mot utilisé pouvait être détourner par ses soins. Comme là. J'avoue, j'avais merdé et parlé trop vite mais, je savais peut être un peu mieux comment me rattraper alors. 

"Okay, je prends ça pour un non, alors. C'est noté." 

J'avais dit ça le plus naturellement possible en continuant notre chemin et évitant d'alerter le prétendant de Ruka. On reprenait donc la mer, et Ruka la barre. 

Je me mettais donc sur le pont, et, un peu à l'instar de Ruka, à l'aller, je restais à prendre des notes. Elle avait déjà été là bas, donc elle saurait retrouver le cap, j'imagine. En effet, on commençait déjà à voir Kilika au loin que je finissais tout juste de rédiger mes notes. 

"Il nous reste quoi... un quart d'heure devant nous ? Je te propose un jeu. Le "Que oui, que non". On se pose trois questions d'affilée, et la personne en face ne doit répondre que par oui ou par non. Bon, bien sûr, il faut des questions fermées, sinon c'est pas drôle. "

Je la regardais droit dans les yeux, ce serait forcément plus drôle si on restait concentré chacun par le regard de l'autre, on verrait la sincérité, je crois. 

"Tu commences ? Choisis bien ! J'ai pas le droit de répondre par autre chose, ni de me justifier, hein ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 22 Juil - 10:59

Quelle susceptibilité ! Sitôt fis-je remarquer à Lyte ses tournures de phrase, sitôt il prit la mouche en prenant ca pour un non. Il avait beau rester sérieux, j’avais dans l’idée que j’avais encore tapé là où il fallait.

- Je te charrie, râleur. Quand est-ce que j’ai dit non, hein ?

Je conservais un air moqueur sur le visage, restant concentrée sur la route à suivre. Il ne fallait pas beaucoup de temps pour atteindre Kilika alors l’île était rapidement visible, tout à l’horizon. Lyte s’était éclipsé le temps de prendre ses notes, comme convenu, et de mon côté j’étais tellement absorbée par ma « conduite » que je n’avais pas vu le temps passer. Lorsqu’il revint, il me proposa de faire un petit jeu de questions auxquelles on ne devrait répondre que par oui, ou que par non. Sans justification. Oh. Il manquait un petit détail pour que ca me plaise davantage. Je lâchais la barre maintenant que le cap était fixé et je me retournais pour intercepter le regard de Lyte.

- Ok. Mais à une condition : on répond franchement ! On ne va pas dire non si on pense oui, et vice versa !

Sinon, ce n’est pas drôle non plus. Mais cette situation me rappelait une autre, similaire, que j’avais vécu il y a bientôt un an, ca se passait aussi sur un bateau, j’avais laissé le choix de poser une seule question à mon sujet et je devais y répondre avec honnêteté. Il y avait ce sentiment de « contrôle », on pouvait poser tout et n’importe quoi comme question, piégeant l’autre qui devait y répondre avec sincérité … Mais il y avait aussi de l’appréhension, car si on pouvait essayer de coincer son interlocuteur, lui, pouvait faire pareil aussi ! Et Lyte m’ayant montré combien il pouvait se montrer sournois par moment, je ne cache pas ma curiosité autant que ma crainte de ce qu’il va me demander. Mais un deal, est un deal. Je devrais y répondre avec franchise.

- Bon à moi donc ? Hum …

Je sais que j’avais dit plus tôt dans la journée – ou plutôt j’ai laissé entendre – que j’aimerai bien le connaitre davantage. Mais avec des questions fermées, difficile, et en plus … Pour un jeu, je me voyais mal lui demander des détails sur sa vie passée !

L’autre problème de ce genre de jeux, c’est qu’on a tellement de choix de questions, qu’on a trop d’idées, et pas d’idées à la fois. J’en avais plusieurs en tête et je devais faire le tri sur les trois que je voulais vraiment poser. Le doigt sur le menton, le nez en l’air, on dirait presque que j’étais en pleine réflexion intense ! Non je sais … J’ai vraiment envie de l’embêter. Non. Je DOIS l’embêter ! Je baissais alors les yeux vers lui, avec un sourire qui n’avait rien pour rassurer.

- Première question ! Tu as inventé ce jeu pour en apprendre plus sur moi ? Jusque-là, et le pire c’est que c’est vrai, il n’y avait rien d’ambigu dans ma question. Je me demandais sincèrement s’il voulait s’en servir pour apprendre « sans plus de détails » des choses sur moi, mon passé, ce que je pensais ! - Deuxième question … Tu veux vraiment passer des vacances avec moi sur une île paradisiaque ? C’est dangereux tu sais. Ok, celle-là c’est vraiment pour déconner. - Eeeeeeet troisième question.

Suis-je qu’une simple amie à tes yeux ? C’était ce que je voulais demander à la base, mais là, l’occasion était trop belle et je ne pouvais pas m’empêcher de me souvenir ce qu’il s’était passé à l’entrée de Besaid.

- Je te plais ?

Ok elle est vachement sournoise celle-là. Le pire, c’est que je n’avais même pas détourné le regard. Au moins, en cas de réponse négative, je serai fixée ! … Attendez, fixée sur quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyte Swarley
SeeD Eolien

SeeD Eolien

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 34
HP : 6190/8000
MP : 109/217
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 22 Juil - 13:06

En répliquant ainsi, au final, Ruka venait d'accepter de potentiels vacances. Bon, en fait, c'était pas tellement le but mais j'étais intérieurement content car j'avais réussi à rattraper la truc. 

S'en suivit un trajet tranquille sur l'océan tout aussi calme de Spira. Je m'occupai de prendre mes notes mais, une fois fini, je remarquai qu'on aurait sans doute le temps de ce à quoi j'avais pensé plutôt. Je laissais Ruka commencer, elle demanda à ce qu'on soit le plus sincère possible, c'était un peu le but du jeu donc j'acquiesai. En commençant, Ruka serait certainement pris de court et ne saurait pas poser les questions les plus redoutables sans doute. 

Pourtant sa première question était pas trop mal même si, toujours le regard planté dans ses yeux, je pus répondre le plus sereinement possible. Je n'avais même pas besoin de bluffer sur ma réaction car si je répondais oui ou non à une question mais que je paraissais gêner, ça lui laisserait peut être un sentiment qui voudrait en savoir plus. 

"Non" car en vérité, ce n'était pas moi qui avait inventé ce jeu. N'importe qui pourrait penser à un tel interrogatoire même si, pour mon cas, je l'avais subi avant de le faire subir. 

Seconde question. Ce jeu impliquait de ne répondre par oui ou par non et de dire la vérité. On ne pouvait pas préciser sa pensée pour une quelconque défense mais, a contrario, on ne devait pas la préciser non plus et s'en servir comme une force. En pensant très fort à sa réponse et à sa justification, j'arrivais à répondre une nouvelle fois très sereinement.

"Oui". Bien sûr, je pourrais être gêné de m'imaginer à nouveau sur une île avec elle. Alors j'imaginais être en vacances sur la même île qu'elle, ce qui était alors moins gênant que si on y était "ensemble". Mais je n'avais aucune raison de répondre non. 

Troisième question. Là, okay, j'avais perdu. Parce que, je ne pouvais pas me justifier. Je regardais toujours au plus profond de ses yeux rouges. Je souriais et marqua un temps avant de répondre. 

"Oui"

Je reculais maintenant que son tour était passé. Et je débriefais. 


" T'es pas mauvaise à ce jeu là." Je lui faisais un clin d'oeil pour essayer de se débarrasser de cette gêne qui m'avait envahi. Bon, du coup, à mon tour et pas de quartier. 

"A nous deux, alors. Normalement, on peut poser les trois questions à la suite pour que la personne y réponde à la suite, surtout quand c'est des questions gênantes, ça permet de désintensifier le truc mais moi, je vais faire comme toi. Je vais attendre chacune de tes réponses sincères, honnêtes et spontanée, okay ?"

"Première question, est-ce que tu es contente d'être partie avec moi ?" Okay, cette question ne sert à rien mais je voulais avoir un point de repère par rapport à ses réponses. La deuxième allait être plus perso quand je lui demandais toujours assez près de son regard. "Bien, ensuite, Ruka, as-tu déjà été amoureuse mais genre un vrai amour quoi ?" Ca, j'avoue qu'elle n'avait pas bien répondu à ma question, la veille, en fait... Mais, pareil, je montais en tension. 

"Et enfin, Ruka, est-ce qu'un jour tu me feras assez confiance et/ou alors comprendras-tu que ne pas me parler de ce qui te chagrine ne sera pas ce qui t'empêchera de ressasser tes souvenirs et que m'en parler te sera certainement plus bénéfique que de le taire ?" 

Et oui, la question est beaucoup plus longue mais, il fallait y mettre les formes, je pense, oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 22 Juil - 13:56

Bon. Lyte avait tenu parole et avait joué le jeu. Deux de mes questions étaient du pur « délire » mais la troisième, je savais que je voulais la poser mais j’avoue que je commençais à avoir des regrets. De l’appréhension ? C’était sûrement ca, à en croire mon rythme cardiaque. Pourtant je ne laissais transparaître aucune émotion pouvant trahir un quelconque malaise. Argh, mais c’est pénible !! Il fallut attendre quelques secondes avant qu’il ne réponde, et c’était comme si le temps s’était arrêté ! Mais il finit par répondre à l’affirmative et j’étirais davantage mes lèvres. A son tour alors. Même s’il m’indiquait qu’il me laisserait le temps de répondre à chacune comme je venais de le faire. Première question donc …

- Oui.

Sans hésitation, mais je ne pouvais pas me justifier ni en dire plus. Après le calvaire de ces derniers mois, Lyte ne pouvait pas s’imaginer – en même temps je ne lui en ai pas parlé – combien ca me faisait du bien de partir de chez moi avec une tête connue. Et surtout avec quelqu’un avec qui j’avais déjà une certaine « affinité », même si on pouvait tous les deux affirmer que notre rencontre était inédite.
Deuxième question, bien plus personnelle et sur un sujet plus ou moins évoqué la veille et il faut croire que ca n’avait pas satisfait sa curiosité. Un véritable amour hein. Je m’efforçais de le regarder dans les yeux mais mon sourire se fit plus triste.

- Oui.

Et comme il l’avait sans doute deviné, ca n’avait pas été une franche réussite. J’en avais eu deux, de véritables amours, et si j’étais seule aujourd’hui bah … c’est que ca n’avait pas marché hein ? Autant le premier, j’avais fait mon « deuil » depuis longtemps, autant, le deuxième avait laissé des traces qui, pour le moment, ne voulaient pas disparaître. Ou ne pouvaient pas disparaître, hein ?

Et enfin troisième question, beaucoup plus longue, et elle eut le don de casser définitivement mon sourire, mon visage se voila d’un air sombre, parce qu’il y avait tellement à dire pour qu’il me comprenne, pour qu’il comprenne que je lui faisais confiance mais je ne me sentais pas prête encore à lui parler de tout ca. Ce n’était pas une question de confiance, juste que c’était à moi de trouver le bon moment pour parler de ce qui n’allait pas. Il ne pouvait pas me forcer.

- Oui …

Il y avait tellement derrière ! Trop de souvenirs, j’en avais les yeux qui s’humidifiaient et je me retournais. Jeu terminé.

- Excuse-moi, on arrive, il faut que je reprenne la barre pour notre entrée au port.

Mais difficile de ne pas avoir la pression au cœur après ca. Je me concentrais sur notre arrivée. Ou du moins j’essayais, j’avais l’esprit distrait. Etait-ce vraiment qu’une question de se sentir prête ? Et si dans le fond, je ne le serai jamais ? J’estimais que pour le moment, je n’étais pas prête, que ca ne le regardait pas trop pour l’instant mais je voyais qu’il voulait vraiment savoir … qu’il voulait s’assurer que j’aille bien. Je me voilais sûrement la face …

- Ce soir. Finis-je par dire, d’un ton particulièrement froid, alors que je fixais toujours notre objectif. - Quand on sera à l’auberge, dans la chambre. Je te dirai ce que je cache.

A croire que j’avais besoin d’un petit délai pour me préparer … Bref. Nous étions arrivés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyte Swarley
SeeD Eolien

SeeD Eolien

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 34
HP : 6190/8000
MP : 109/217
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 22 Juil - 15:43

En temps normal, quand on faisait découvrir le jeu et qu'on réussissait à faire répondre à la même personne, trois fois la même réponse d'affilée, on prétextait pouvoir lui donner un gage. Ce qui n'était pas tellement vrai, mais si ça marchait, on ne se privait pas. 

Dans le cas présent, j'avais enlevé l'idée de moi. Les deux premières questions étaient assez légères même si je pouvais remarquer que le second thème semblait ne pas être aussi désinvolte que ce à quoi je pensais. Alors, j'ai posé cette troisième question. Okay, j'aurais peut être pas dû... 

Je voyais bien que même si elle m'avait répondu avec sincérité, ça n'était pas du tout dans l'intérêt du jeu. Elle prétexta devoir tenir la barre et s'occuper de notre arrivée pour s'éloigner et se concentrer sur autre chose. Je lui jetai un oeil en coin, un peu navré de l'avoir embrigader à ruminer ce qu'elle me cachait. Puis, curieusement, elle me disait vouloir tout me dire le soir même à l'auberge. Je ne disais rien, je ne savais pas quoi dire à ce moment là car le ton employé était assez glacial. Dès qu'on était assez prêt, j'en profitais pour prendre de l'élan et sauter sur le ponton même si ça m'aurait rien coûté d'attendre quelques secondes plus. 

Après tout, chez les SeeDs, on avait dans notre formation, un module sur ce genre de saut. On paraissait souvent ridicule car la posture n'était pas très naturelle mais, elle permettait une bien meilleure impulsion. Et puis, c'est l'héritage des SeeDs. Il paraissait même qu'on apprenait à marcher à la queue leu leu par trinôme. Heureusement, ça n'était plus d'usage, ça ! 

Je m'occupai d'amarrer le bateau maintenant que les moteurs étaient coupés. Je ne pouvais pas nous laisser ainsi, on se parlait pas alors qu'en vrai, on se faisait pas la tête. C'est juste que moi je regrettais d'avoir posé cette question là et elle, bah, elle aime pas en parler. Donc c'est à moi qu'incombait la tâche de ramener la joie et la bonne humeur. 

J'enjambais le bord du bateau pour y revenir à bord, Ruka était toujours moins animée de vie qu'à son habitude. Elle rangeait ses affaires pour qu'on aille en ville, j'arrivais derrière elle. Mes bras contre ses bras, je les lui faisais croiser contre son corps, et me servais de cette prise pour la soulever à la seule force des muscles de mes bras. La soulevant à quelques centimètres du sol, je la faisais pivoter jusqu'à ce qu'elle soit au dessus de l'eau. Elle se débattrait forcément un petit peu mais elle avait pas trop intérêt car si je la lâchais maintenant, elle tomberait dans l'eau. 

"Non, ce n'était pas ça que je t'ai demandé. Tu me diras ce que tu veux, quand tu veux. Mais, t'as juste aucune raison de me cacher quelque chose.

Je ne pouvais pas tenir très longtemps encore, pourtant, c'était pas désagréable pour moi de l'enlacer ainsi que par les membres supérieures, son dos contre mon torse. Alors, avant de la ramener vers moi sur le pont du bateau, je fis semblant de la laisser tomber. 

"Oups... Non, t'inquiètes pas, je te laisserais pas tomber, ni maintenant, ni plus tard..." 

Je la soulevai et la reposai sur le pont. 

"Compris ? " Je lui lançai un regard franc, sincère qui voulait à tout prix tout dire, je crois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 22 Juil - 18:11

Le silence se voulait pesant tout à coup, même si je savais que Lyte n’avait pas fait ca pour plomber l’ambiance, loin de là. Pas le moindre bruit venant de nous, et pourtant, on ne se faisait pas la gueule pour autant. On était arrivés à bon port après des minutes qui avaient paru être interminables. Je n’avais regardé que d’un œil distrait ce que Lyte faisait, jusqu’à ce qu’on soit arrêtés et les moteurs, coupés. Je prenais mes affaires, et avant que j’aie le temps de pouvoir me redresser et quitter le navire, Lyte venait me piéger en m’attrapant, dans l’unique but de me soulever.

- Miiiiiiiiiih tu fais quoi !? Lâche-moi !!

J’essayais de me mouvoir et … oh non c’est bon je me calme mais ne me balance pas à la flotte Lyte ou je te tue !! Mais non, il revenait juste à cette histoire un peu plus tôt et je soupirais. Il fit semblant de me lâcher et me rattraper – j’avais eu la frayeur de ma vie sur le moment – comme pour mêler le geste à la parole, comme quoi il ne me laisserait pas tomber … dans tous les sens du terme. Mon visage resta fermé. La vérité, c’est que je ne savais pas quoi en penser. Alors il me remit correctement sur pied et je me retournais pour lui faire face, nous étions vraiment proches à cet instant. J’avais les yeux rivés sur son torse qu’on pouvait croire, mais en fait, j’avais sur le regard dans le vide l’espace d’une seconde, avant de les relever.

- Je sais que ce n’est pas ce que tu me demandais. Mais … Je crois que tu as raison et que ne pas en parler ne m’aidera pas non plus à remonter vers le haut. Et je crois aussi que contrairement à ce que je veux bien croire, je n’ai pas besoin de « temps » pour me sentir prête à en parler. Je crois que je ne le serai jamais vraiment. Autant que ca sorte, le plus tôt possible, tu ne penses pas ?

Sinon je garderai ca pour moi encore trop longtemps. Il n’y avait qu’à Katty et ma tante qui étaient au courant. Ma tante, on ne va pas se le cacher, n’est pas « le » meilleur réconfort qui soit en matière de mots, même si sa simple protection ces dernières semaines m’ont été d’une aide précieuse. J’avais eu un sentiment de sécurité chez elle, même si je ne pouvais pas rester indéfiniment à Wutai. Et Katty … Elle, elle avait les mots justement, mais je crois qu’aujourd’hui encore, elle n’a pas compris la totalité de mon ressenti. Elle compatit sans comprendre réellement, sans réussir à s’imaginer ce qui a bien pu se passer. Bref.

- Bon, on y va ? Je n’ai jamais été au temple de Kilika mais je suis passée ici à la chasse au trésor comme je t’ai dit. Je sais qu’il faut traverser la forêt pour y aller. Mais avant, on peut aller manger un morceau ? Je commence à avoir faim … Ils font des beignets aux fruits de mer qu’on peut transporter si tu veux, si tu préfères te rendre rapidement au temple, on mangera sur le chemin comme ca.

Bon, en espérant que ca n’attire pas les monstres de la forêt, évidemment … Quoique. Affronter des monstres ne nous ferait peut-être pas de mal, ca nous défoulerait un peu pour se sortir les mauvaises ondes de la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyte Swarley
SeeD Eolien

SeeD Eolien

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 34
HP : 6190/8000
MP : 109/217
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 22 Juil - 19:21

Forcément, Ruka se débattait au départ, je trouvais ça mignon... Non, je devais pas penser ça... Mais, après lui avoir dit ce que j'avais dire et m'assurer qu'elle l'avait entendue, je la redéposai sur terre.

Je m'attendais à tout avec elle, maintenant, du simple verre d'eau dans la figure à n'importe quelle réplique cinglante. A la place, elle se retourna juste, on était très proche, mais on en aurait vite l'habitude. Quoique, dès que c'était Ruka, ça me semblait "étrange". Elle m'expliquait le fond de sa pensée à son tour, nuançant ce que je pensais. 

En guise de réponse, je laissais juste mon front tomber sur le sien, et mon bras toujours sur son épaule droite, je lui répondais juste.

"Je serais là alors..." 

Mais l'atmosphère redevint rapidement à notre tâche. Ruka indiquait que si le village était sur le bord de mer, voire même sur la mer, il fallait pénétrer dans les terres pour arriver au temple. Je n'avais pas imaginé, le côté relief à ce moment là, tant la forêt qui se profilait à l'horizon semblait dense. Mais, elle avait faim et moi aussi, alors elle proposa d'acheter de la nourriture à emporter, je hochais la tête et continuai. 

"Ca me va, on passera ça, en note de frais. Tu connais le chemin ? J'ai l'impression qu'il fait plus chaud ici ?" A moins que ce soit nos précédentes émotions... Mais, ça devait être le côté plus terrestre de l'île. " Tu peux m'en dire plus sur Kilika, ou on part vraiment à l'aventure ?" 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 22 Juil - 21:52

Pour réponse à ce que je disais, Lyte avait joué davantage la carte du rapprochement en laissant son front se coller au mien. Le geste était un peu osé, c’était quand même rare – pour ne pas dire jamais – que deux « amis » fassent ca en signe de soutien, n’est-ce pas ? Ses yeux n’avaient jamais été aussi proches des miens, et … et puis … il fait chaud tout à coup, là, non ? J’avais toutes les raisons du monde d’être gênée, je crois, et pourtant lorsque Lyte répondit qu’il serait là, j’avais par automatisme repris mon sourire habituel, celui qui ne disparaissait jamais lorsque j’interceptais le regard de quelqu’un. J’ai toujours été comme ca, avec amis, famille, ou même inconnus … Après tout, on dit que l’expression d’un visage est la première impression que l’on se fait d'une personne, et je ne veux pas qu’on ait une mauvaise impression de la mienne.

Revenons un peu sur ce pour quoi nous étions là. Le temple de Kilika. Je savais qu’il fallait passer par la forêt pour le rejoindre – logique, il n’était pas visible d’ici en plus dans le village alors qu’il y avait un chemin qui menait à la forêt et qui continuait dans les terres. Je proposais de prendre un truc à transporter pour le repas et qu’on mange en chemin pour ne pas perdre de temps, idée validée par Lyte et alors qu’on s’avançait vers un petit comptoir en extérieur, il me demandait ce que je savais sur Kilika. Il y avait une odeur de fruits de mer dans l’air, donc impossible que je me sois trompée d’objectif, je demandais un assortiment pour ma part, histoire de goûter un peu à tout, et puis j’avais faim. Pendant que la dame s’occupait de remplir des petits sacs en carton, je commençais à répondre à Lyte.

- Bah, je ne sais pas si je sais tout de Kilika mais tu te souviens le mec qui m’a abordée quand on est arrivés sur l’île de Besaid ? Entre lui et ma coéquipière de Spira pour la chasse au trésor, j’ai pu apprendre quelques trucs sur ce qu’il s’est passé ici avant la fusion des mondes. Merci !

Bon le merci était pour la serveuse hein ? Elle venait de me tendre le sac et je lui payais ce que je devais. J’attendais qu’elle finisse de s’occuper de Lyte pour repartir à côté de lui, côte à côte sur les pontons de bois. Je voulais éviter de trop reparler d’un passé douloureux devant un habitant.

- C’est une étape indispensable pour les Invokeurs lorsqu’ils font leur pèlerinage, puisqu’il y a le temple d’Ifrit comme tu l’auras compris. Mais pas que. Ce village a été fraîchement reconstruit en fait. Il a été détruit avant la fusion des mondes par Sin. Mon énigme me demandait de me rendre ici parce que Dame Yuna y a fait un truc …

Comment ca s’appelait déjà ? Je gobais une noix de St Jacques – ou un truc qui y ressemblait en tout cas – d’un coup en fouillant dans ma mémoire pour me rappeler le terme exact. J’avalais.

- Ah oui, la Cérémonie d’Accompagnement. Seuls les Invokeurs pouvaient le faire. C’est … J’en ai jamais vu hein, mais ils m’ont dit que c’était une sorte de danse mais … pas une danse joyeuse. Une danse au cours de laquelle l’Invokeur guide l’âme des défunts vers l’Au-Delà, lorsqu’ils n’y ont pas trouvé le chemin eux-mêmes. Ca a été une nécessité après le carnage de Sin sur l’île … Les quelques témoins encore vivants que j’ai pu croiser m’ont confirmée que les gens étaient en larmes, ce soir-là … Sin venait d’arracher la vie à leurs proches. Et ils n’ont pas eu le temps de leur dire au revoir qu’un Invokeur les a envoyés se reposer dans l’Au-Delà.

Je ne sais plus, je crois qu’il y avait une histoire de monstres dans le lot. Si les défunts n’étaient pas guidés vers l’Au-Delà assez vite, leur âme errait sur Spira, et la jalousie envers les vivants, finissait par les transformer en calamités. Un truc comme ca. Toujours est-il que, même plusieurs mois après cette chasse au trésor, essayer de visualiser cet événement me rendait un peu triste. Triste pour ces gens qui, même quatre ans plus tard, n’ont pas encore oublié les marques du passage de Sin. Je me tournais vers Lyte en recommençant à manger.

- Y a peut-être quelqu’un qui a filmé ca, je crois que Claudia m’a dit qu’on pouvait voir les archives de Spira à l’auditorium de Luca, les gens utilisaient les sphères pour filmer, surtout les Invokeurs lors de leur pèlerinage. Euh, Claudia c'était ma partenaire de Spira hein ? Bon par contre si on doit voir un truc en rapport avec la mort, je te préviens que je risque de pleurer et … Non je ne déconne pas. Mais je m’arrêtais parce que j’avais une idée. - Hum… Vu que ni toi ni moi ne savons vraiment ce qu’il y a entre ici et Bevelle, tu crois qu’on devrait aller consulter ces sphères pour en voir et apprendre davantage sur Spira ? Pour nous aider à nous donner des idées pour les Chimères ?

On n’avait rien à perdre en tentant le coup après tout … Sauf peut-être notre temps ? Par contre je ne connaissais absolument pas Luca alors il ne devra pas compter sur moi pour l’aider ou pour le renseigner pour le coup !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyte Swarley
SeeD Eolien

SeeD Eolien

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 34
HP : 6190/8000
MP : 109/217
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 22 Juil - 23:33

HRP :
 

Se plonger dans ses yeux, ce n'était pas désagréable. Gênant, oui, ça je dis pas. Mais, on allait pas rester là, cent cinquante ans. On repartait du bateau laissé à quai, et je lui demandais davantage sur Kilika. Son savoir semblait intarissable, on dirait... Mais avant ça, direction le stand de bouffe. 

J'étais pas tellement habitué aux fruits de mer, en réalité, à Dollet, on mangeait pas mal de poisson mais dans ma famille, les crustacés n'avaient jamais été à l'honneur. Mais, je devais bien 'essayer' un peu, non ? Je prenais qu'une seule sorte, celle qui avait un aspect qui m'inspirait le plus confiance. Bon, à voir le sourcil levé qui signifiait "vous êtes sûr ?" de la part de la vendeuse, et j'étais pas au top de mon self confiance alimentaire. 

On emportait notre repas du midi à emporter pour que Ruka puisse continuer son récit. Elle me parlait de l'étape du pélerinage pour Ifrit, ce dont j'avais déjà un peu suivi. Puis, le sujet dont parlait celle qui avait retrouvé son entrain habituel était pas tellement relatif à Kilika mais à la religion de Spira et d'un événement récent quand même.

Pendant ce temps, alors que Ruka déambulait devant moi, je goûtais à l'un de ces beignets... Okay, je crois que c'était une spécialité dans le délire volcanique de l'île. Les larmes me montaient aux yeux tellement c'était épicé. Je séchais mes larmes d'un revers de manche, avant que Ruka se retourne vers moi pour me parler de Luca comme prochaine destination. J'avais pas envie de lui montrer que je brûlais de l'intérieur de ma bouche. Alors, j’acquiesçais seulement de la tête pour ne répondre qu'une fois, la bouchée avalée.

"Ca peut être une option, oui !" 

Bon, j'espérais qu'elle m'avait pas grillée (comme l'était l'intérieur de ma bouche à présent), je regardais avec désespoir, le cornet dans laquelle mes beignets étaient servis. Il était marqué "bouchées gingembre buleau", je croyais que le buleau était un de ces coquillages sans goût... Et le gingembre... J'avoue que je connaissais pas. 

"T'as déjà goûté à ça ? " 

J'étais loin de me douter que le gingembre était une sorte de racine si forte en goût et dont on a attribuait de multiples vertus. Mais, pour le coup, je n'avais que ça à manger maintenant, et j'allais le faire car je voulais pas paraître être fine bouche devant la demoiselle aux cheveux châtains. J'allais attendre un peu pour manger le reste, je crois. Au moins, toute trace de faim serait disparu pour un bout de temps ! 

"Cette cérémonie d'Accompagnement... Encore, une coutume partie en fumée avec la naissance d'Héméra, tu crois ? C'est étrange toutes les modifications que les rencontres de nos mondes ont forcées. Bon, on y va... J'ai chaud, j'espère trouver un peu d'ombres dans cette forêt." 


Je disais ça, mais valait mieux ça que d'être coincé dans un blizzard de neige... Mais, un peu plus d'air nous ferait pas de mal. Parce que c'était souvent le vent qui influait sur la température, en fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Sam 23 Juil - 11:51

Et je parlais, et Lyte ne me répondait pas tout de suite, il était en train de manger. Mais quand je me retournais, il avait beau avoir essuyé une larme, ses yeux n’en restaient pas moins humides et lorsqu’il me tendit son sachet pour me demander si j’avais déjà goûté à ca, je haussais un sourcil. Je penchais la tête pour regarder dedans, je n’en avais pas des comme ca moi dans le mien ! J’en piquais un à Lyte pour goûter un morceau et vu le goût, je comprenais ce qui n’allait pas. Moi, ca ne me brûlait pas spécialement le palais, vu que le gingembre, ca me connaissait.

- Hihi j’ai compris ce qui n’allait pas. C’est du gingembre, on en utilise beaucoup dans la cuisine de Wutai. Ou même pour faire des remèdes à base de plantes, ca a beaucoup de propriétés tu sais ? Contre les maux de tête et la nausée entre autre … Les femmes enceintes consommaient beaucoup de gingembre à Wutai, pour éviter les nausées matinales ! Ah oui, en lien avec ca, je le regardais du coin de l’œil avec un sourire espiègle, que j’avais enfin retrouvé. - Et c’est aphrodisiaque aussi.

Je baissais les yeux vers mon sachet, j’avais tout plein de trucs dedans … Et pas nécessairement des choses épicées. Y en avait, mais pas tout quoi. Alors je tendais mon sachet à Lyte.

- Tiens, si ca te dérange le goût, t’as qu’à prendre le mien et moi le tien. J’ai l’habitude du gingembre donc bon. J’ai tout un assortiment là-dedans, alors si tu trouves pas ton bonheur parmi tout ca …

Je lui piquais son sachet et lui laissais le mien. Comme ca, tout le monde est content. Et je continuais de manger. Lyte revenait le sujet de la Cérémonie d’Accompagnement, soulignant un point tout à fait exact : bien des mœurs et coutumes avaient été touchées par la formation d’Héméra.

- Oui. Beaucoup de choses ont disparu … et d’autres sont apparues. Drôle d’alchimie. Après tout, le principe de l’alchimie, ce n’était pas de transformer les choses ? Transformer la matière pour en faire quelque chose d’autre. - Et maintenant nos quatre mondes partagent des bases similaires. On ne sait pas pourquoi mais j’ai l’impression que c’est un des nombreux mystères qui ne sera pas élucidé avant longtemps.

On arrivait devant les barrières en bois qui séparaient la forêt du village. La moitié de mon sachet avait disparu déjà. Et j’avais soif. J’avais peut-être l’habitude du gingembre, mais à haute dose, ca donnait envie de boire pour calmer les ardeurs dans la bouche ! Du coup j’avais ralenti le pas sur ma consommation, pour le moment. On signalait qu’on souhaitait se rendre au temple de Kilika, alors ils l’ouvrirent pour nous laisser passer. J’ai l’impression qu’accéder à la forêt, c’est beaucoup plus simple que pour le temple … Avec Ifrit qui s’y trouve, j’ai dans l’idée qu’on ne nous laissera pas passer aussi facilement. Ni Lyte, ni moi, n’étions des Invokeurs. Et encore moins de Spira. Et n’oublions pas, moi, je suis de Dol hein ? Bref. Cette fois, nous faisions face à la forêt.

- Bon. On dirait que la route est quand même toute tracée, mais restons prudents, ok ?

Faudrait peut-être qu’on range nos sachets le temps de la traversée … L’odeur risquait de trahir notre présence.

Direction : Forêt de Kilika
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cronos
Chaton à la retraite

Chaton à la retraite

avatar
Fiches du joueur : Personnages :
Julian Quinn - Lily Hunter - Aaron - Jonah

Niveau : 12
HP : 2200/2200
MP : 65/65

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Lun 25 Juil - 1:17



Ruka gagne 250 Gils
Lyte gagne 250 Gils

Fiches Modifiées

Le duo se rend dans la Forêt de Kilika

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Sam 30 Juil - 14:21

Lyte et Ruka viennent de la Forêt de Kilika

Oui bon, je ne m’attendais pas non plus à ce que Lyte prenne bien sa gifle hein ? Je sais que ce n’était pas de sa faute si on s’était retrouvés par terre mais ce n’est pas celle de l’Ochu non plus s’il avait eu les mains baladeuses ! Bref. Comme il disait, autant retourner au village maintenant que nous le pouvions, afin de nous soigner et … mais oui bien sûr, je vais guérir ma gorge pour pouvoir m’excuser. Je le regardais avec un sourcil arqué, l’air presque blasée, avant de baisser les yeux sur son bras. Une fracture ? Je n’espérais pas … Sinon je m’en sentirai presque coupable. Mais je voyais bien qu’il avait mal alors je lui attrapais l’autre bras, pour le forcer à s’arrêter. Dès qu’il se retourna, je hochais la tête comme pour dire non, et lui désignais un tronc d’arbre qui s’était écroulé, plus loin. J’espérais qu’il comprendrait qu’il devait s’y asseoir et pendant ce temps, je fouillais dans mes affaires.

Je sortais une écharpe, mais une écharpe pour l’hiver quoi, le truc qu’on s’enroule normalement autour du cou. J’en avais pris une avant d’aller dans le grand nord de Dol. Et je m’approchais de Lyte. J’enroulais une des extrémités de l’écharpe près de son coude, en serrant assez fort mais pas trop, le but n’était pas de lui faire mal. Puis je passais l’écharpe derrière son cou pour la faire revenir et cette fois, nouer l’autre extrémité au niveau de son poignet, faisant un nœud assez haut et bien serré pour que ca maintienne bien son bras. Et voilà … Petite écharpe médicale improvisée, j’étais restée sérieuse tout le temps de la manœuvre. J’avais un peu l’habitude de ce genre de soins improvisés … Ma tante m’avait appris des bases importantes pour éviter le pire au cours de mauvaises situations, et je dois admettre que ca ne m’avait jamais aussi bien servi que ces derniers mois. Si bien que j’avais appris moi-même de nouvelles techniques toute seule comme une grande.

Je relâchais tout pour voir si ca tenait, mais restait immobile un instant. Pas besoin de remède, les soldats avaient raison, je n’avais plus mal à la gorge. J’avais récupéré ma voix. Alors le regard fixé sur le bras de Lyte, je prononçais mes premiers mots, depuis ces quelques minutes de silence :

- Désolée. Pour la gifle. C’est ce qu’il voulait entendre, non ? Enfin bon, dans le fond, je sais que j’avais fait ca sous l’impulsion, et pas parce qu’il le méritait véritablement mais bon. Fierté oblige. - J’espère que ca suffira.

Je parlais de son bras désormais maintenu. Il avait parlé de ma propre blessure, du coup je détournais les yeux vers mon bras pour voir l’entaille que l’Ochu m’avait faite. Le sang avait séché en partie donc l’hémorragie était stoppée, mais ca me démangeait toujours un peu. Je plaquais ma main dessus tout en regardant, et je me mis à fredonner à voix basse. Mon bras se retrouva trempé l’espace d’un instant, en réalité, l’eau ne faisait que nettoyer ma plaie et la refermait presque totalement. Quitte à faire, je me demandais si ca n’allait pas aider Lyte à guérir plus vite en fait … Du coup je retirais ma main de mon bras pour plutôt la mettre sur celle de Lyte. Mon bras sécha instantanément mais ce fut lui qui en fut « victime » sur le coup. Pourtant le plus drôle avec cette magie, c’est qu’on n’avait même pas l’impression d’être mouillé.

Lorsque je me retirais, je me penchais légèrement en avant pour reprendre mon souffle. Pour un seul combat et les soins procurés, j’avais facilement dépensé la moitié de mon énergie, je me sentais un peu fatiguée.

- Ca devrait aller mais garde ton bras là-dedans pour le moment, histoire de le laisser au repos et garantir une meilleure guérison … Bon, on y va ?

On avait bien mérité un peu de repos après tout ca non ?

====================================

Ruka utilisa Eaux Purificatrices sur Lyte et elle-même ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyte Swarley
SeeD Eolien

SeeD Eolien

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 34
HP : 6190/8000
MP : 109/217
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Sam 30 Juil - 15:17

Ruka me montrait un tronc d'arbre gisant au sol, j'avais pas compris du premier coup. Mais, je compris après coup qu'elle voulait que je m'assois dessus pour regarder mon coude. J'arrivais pas à lire dans son regard comme je pouvais tenter de le faire vraiment. Je ne savais pas si elle était contrariée, agacée, inquiète, amusée ou quoi que ce soit, en fait. 

Je m'exécutai et la vit sortir de son sac, une écharpe, je compris rapidement ce qu'elle voulait faire même si je me demandai par quel ruse, elle allait réussir à la transformer en écharpe médicale. Mais si elle m'avait arrêtée par le bras pour s'en occuper, c'est qu'elle savait ce qu'elle voulait faire, je pense. 

"C'est rien, c'est une mauvaise chute, ça me passera, t'en fais pas..." 

Bon, je me doutais bien qu'elle n'allait pas abandonner maintenant qu'elle était partie à s'occuper de mon cas. Mais je voulais au moins lui faire comprendre de ne pas se casser la tête pour si peu. Sur le coup, une blessure faisait toujours mal, mais une fois que le corps s'habitue à la douleur, c'est là qu'on voit si gravité, il y'a. 

C'était étrangement calme quand Ruka ne pouvait pas parler, on avait l'impression qu'elle était très concentrée sur ce qu'elle faisait alors que peut être, elle m'aurait charrier sur le fait de profiter qu'elle s'occupait de moi ou que sais-je... Maintenant qu'elle avait fini, on pourrait se rediriger vers le village mais sa voix était revenue. 

Elle s'excusa pour la gifle et s'assurait que l'écharpe ferait l'affaire. 

"Merci pour l'écharpe." 

Un ange passait, quelques instants de silence, je fermai quelques instants les yeux pour essayer de sentir la douleur. C'était une douleur lancinante signe que quelque chose n'allait pas. De ma main valide, je tâtai mon coude. Effectivement, je sentais que quelque chose s'étais démis mais ça ne semblait pas très "grave" 

Je tentai un coup sec et en massant de mes deux doigts, sentant alors la boule anormale retrouver ce qui semblerait être sa bonne place. Okay, là j'avais mal mais Ruka avait entamé le même chant perlée d'eau que lorsque nous étions sur cette île. Ca avait quelque chose de très apaisant et je sentais l'eau arriver ainsi sur mon coude, soulageant la douleur (bien que l'hématome soit encore là) 

Ruka m'incitait à me relever et à nous remettre en route, ce à quoi j’acquiesçais. 

On arrivait vite en ville et sur la route, je n'avais que parlé de notre combat en disant :
"On fait plutôt une bonne équipe sur le terrain, je trouve ça étrange que ce combat ait eu l'air plus facile que ce dont je m'attendais" 

Ca faisait bien de retrouver un endroit dégagé lorsque nous atteignions la ville, le soleil commençait son déclin quotidien alors que nous foulions enfin les planches de bois qui faisait office de plancher naturel sur l'eau dans cette ville toute sur pilotis. 

"Je t'avais dit que je paierais le resto pour ce soir. Du moment qu'il n'y a plus de gingembre, ça ira ? Ou tu veux passer à l'auberge et te faire livrer ? On a tout notre voyage pour faire ce resto au pire..." 

En espérant ne pas faire de boulette à chaque fois et que cela nous empêche de ne pas finir le repas comme à Costa. J'en étais capable pourtant... 

"J'irais acheter ce qu'il faut pour notre opération demain matin..." 

D'ici là, j'aurais retrouvé toute ma mobilité du bras gauche, je pense. Là, j'avais encore besoin d'être rassuré par l'écharpe même si je pensais avoir remis ce qui n'allait pas et que j'avais profiter du sort curatif de ma consultante. 

"Et tu sais, pour la gifle, je... Je comprends. Je voulais juste te faire sortir de la folie, hein ? J'aurais peut être pas dû comme ça, voilà tout !" 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Dim 31 Juil - 18:02

Tout était en place, nous pouvions y aller, on rentrait en ville, non sans que Lyte me fasse part de notre efficacité en combat, en duo. Je n’avais répondu que d’un hochement de tête. Cela faisait du bien de revenir à Kilika après cette traversée en forêt, et notre altercation au temple, et Lyte me rappelait qu’il me devait un restaurant mais là pour le coup, avec ce qu’il venait de se passer et ce qui m’attendait ce soir, j’avoue que je n’étais pas trop d’humeur pour ca …

- Hum, on peut remettre ca à plus tard ?

Il revenait sur le sujet de la gifle, peut-être qu’il pensait que c’était à cause de ca que je n’avais pas du tout envie d’aller manger quelque part. Je surprenais une conversation sur le retour, deux personnes discutant entre elles, le journal à la main.

- Ca a été un vrai massacre … Des deux côtés. Même si Gaia a remporté la bataille, il y a eu des pertes de chaque côté …
- Ouais enfin, ils ont eu ce qu’ils méritaient, tu crois pas ? Désolé mais quand on voit que cette pourriture qui a détruit le Refuge Al Bhed était sur place, ca les innocente pas non plus !
- Tu crois que Maître Seymour a fait mieux en invoquant sa Chimère pour démolir une bonne partie de la ville ? J’aurai presque honte de l’image qu’il véhicule de nous ! Et son sbire qui s'est fait exploser dans la foule ? Des soldats, des femmes, et des enfants y sont passés !


Je devenais pâle comme un linge … Alors Junon a gagné sa bataille mais non sans que cette dernière en laisse des traces et d’innombrables pertes. J’eus comme un flash dans ma tête, faisant le rapprochement avec la propre guerre que j’avais vécu. Je n’étais pas au cœur des batailles, moi, mais je me souvenais … Les bruits des tirs, des bombardements au loin, les rapports qui nous mentionnaient la perte de nos troupes, amis, ou proches. Les femmes qui se forçaient à sourire pour ne pas inquiéter, la colère de ma tante qui aurait aimé être sur le front si je n’avais pas été là. Les cris et pleurs des enfants. Mes propres pleurs de me retrouver au milieu d’un conflit qui me dépassait et surtout, que je ne comprenais pas encore à mon âge.
Avec tout ca, je réalisais que je n’avais pas répondu à Lyte. Alors je sursautais et levais les yeux vers lui.

- Désolée, j’étais dans mes pensées. Ah oui ma baffe … Non mais t’inquiètes, c’était l’impulsion du moment, et puis en plus je ne pouvais pas parler … Mais la prochaine fois que ca m’arrive, la folie je veux dire, je t’autorise à m’en mettre une pour me remettre l’esprit en place, promis, je ne râlerai pas !

Je n’aimais pas cette altération d’état donc bon. On arrivait à l’auberge et je demandais une chambre à l’aubergiste, une femme de la quarantaine.

- Euh, je suis désolée, nous n’avons qu’un grand dortoir ici. Ok, si je devais parler à Lyte ce soir et qu’il y avait d’autres personnes, ca me gênerait un peu.
- Hum … Pas une seule chambre où on pourrait avoir un peu d’intimité ? J’y tiens vraiment. Quiproquo oblige … Elle baissa les yeux un instant, comme gênée.
- Oh pardon je … Nous avons quand même une chambre pour les jeunes mariés, ca vous ira ?
- Ce que vous voulez ! Du moment que personne ne puisse assister à nos conversations.


Elle me tendit les clés de la chambre, elle devait sûrement se faire des idées mais moi je m’en foutais. Et même de dormir dans la même chambre et le même lit que quelqu’un d’autre, ce n’était pas un problème pour moi ! Homme ou femme, ce n’était pas la première fois que ca m’arrivait. Mais une fois les clés en main, on s’éloignait un peu et je me tournais vers Lyte.

- J’espère que ca te dérange pas, mais je t’ai promis de te parler ce soir et je ne tiens pas à ce que tous les touristes du coin soient informés de mes déboires.

J’espère qu’il comprendrait …

==========================

Ruka paie sa chambre 50 gils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyte Swarley
SeeD Eolien

SeeD Eolien

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 34
HP : 6190/8000
MP : 109/217
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Mer 3 Aoû - 12:25

Le restaurant sera pour une autre fois. Après tout, on aura à manger par nos propres moyens tout au long de notre progression alors, j'étais serein, on serait bien amené à manger autour d'une vraie table en toute tranquilité, une autre fois. Je montrais alors un stand où un homme proposait des tartines sur lesquels il proposait divers poissons et garnitures. Ce type de plat m'attirait un peu plus, et je songeais à lui proposer cette solution alternative pour ce soir.

Mais je la regardais en coin et je voyais qu'elle écoutait ce qui se disait non loin de nous. Je lui parlais de la baffe mais elle semblait très loin. Les deux habitants discutaient du conflit entre Gaïa et Spira qui semblait avoir éclaté. Je n'avais pas imaginé que cela déboucherait sur une réelle guerre qui avait engendré de lourdes pertes et dégâts matériels. Il faudrait s'en informer auprès de sources sûres au plus vite.

Ruka sursauta, elle semblait avoir été loin dans ses pensées, peut être songeait-elle déjà au fait qu'elle m'avait dit qu'elle me raconterait tout le soir même. Mais, elle reprit ce dont je lui avais parlé plus tôt, m'autorisant même à lui en mettre une si cet état revenait. Je préférais sincèrement ne pas avoir à recourir à une telle méthode... Mais je la sentais pas dans son assiette. Peut être alors que je me faisais des films et que ce n'était que la fatigue ou les effets néfastes de notre combat qui retombait ? Va savoir...

On arrivait à l'auberge de Kilika, si la plupart des voyageurs de passage se cantonnait au dortoir, Ruka prit la bonne décision en demandant une chambre à part. La jeune femme crut que nous étions en couple mais c'était assez facile à faire comme confusion. Et ce n'était pas non plus la première fois, ni la dernière. Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse, et en occurrence, là, il s'agissait d'une chambre isolée. Ruka se tourna vers moi pour s'excuser. La femme devait trouver cela étrange sans doute que l'on paie séparément mais soit.

"T'en fais pas, je préfère autant qu'on soit dans une chambre qui ferme à clé. J'aimerais pas qu'on fouille dans mes affaires ou les tiennes. Et puis, on était jeune marié hier après tout..." disai-je pour rebondir ce que nous avait dit celle qui nous avait donné les clefs. C'était bien sûr "pour de faux" mais ça permettait dans un sens de ne pas "mentir".

"Je te laisserai le lit, t'en fais pas."

Je nous trouvais un peu distant l'un l'autre... Peut être d'avoir une échéance ou quelque chose à nous reprocher l'un envers l'autre. Elle à se préparer à parler de l'inavouable et moi, à regretter qu'elle se force à le faire. Plus tout ce qui s'est passé aujourd'hui, peut être. Je crois que la baffe m'avait plus remis à ma place que ce que je pensais.

"Je te propose que je prenne ma douche en premier et j'irai nous chercher à manger par la suite." Et cette fois-ci je n'oublierai pas de prendre des affaires avec moi dans la salle de bain. Non, définitivement, j'avais essayé de rajouter ça en guise de provocation mais ce soir, ça venait pas.

Après, une douche qui permettait de se délasser, surtout après avoir eu l'impression de suer comme dans un sauna et d'avoir des mollets en béton à monter autant de marches, je me sentais déjà un peu plus frais. J'avais mis un pyjama pour la soirée, vu qu'on devait dormir dans la même chambre. En vrai, c'était surtout pour le cas où je devais dormir dans des températures fraîches mais là, ça permettrait de rester habillé pour dormir.

Il était gris, un t shirt plus ample que ce que je portais d'habitude et un pantacourt qui faisait short sur une jambe et bermuda sur l'autre. Une coupe, un peu stylé pour un pyjama... On aura tout vu...

"Tiens, je te laisse la place. Fais gaffe, j'ai dû laisser l'eau sur du froid..." J'aimais autant parfois, ça redonnait un coup de pep's et on m'avait toujours dit que ça facilitait pas mal de choses pour la tenue du corps.

En attendant, je décidai de m'installer sur le balcon, à regarder l'océan et le miroitement du coucher de soleil dans l'eau. A cette heure, le ciel s'embrasait, les quelques nuages, très peu nombreux au dessus de l'île-ville, prenait alors une teinte rose orangé selon leurs positions. Les seules tâches sombres étaient ceux d'oiseaux voguant alors en formation et dont les cris étaient les seules perturbations sonores. C'était comme si la ville, peu à peu, allait s'éteindre en même temps que le soleil.

Un beau spectacle... qui me faisait presque oublier que dans quelques temps, je serais à côté de Ruka, peut être à tailleur sur le lit à l'écouter raconter ce qui lui déchirait le coeur... C'était pas mal de pression n'empêche...


Lyte paie sa part (50 gils)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Mer 3 Aoû - 14:59

Spoiler:
 

C’était comme si j’étais déconnectée de la réalité au fur-et-à-mesure qu’on approchait de l’heure H. La chambre était réservée, ca ne semblait pas de soucis à Lyte, si ce n’est qu’il voulait me laisser le lit et je soupirais.

- Lyte, tu ne dormiras pas dans la baignoire ni même ailleurs si on doit faire notre « opération » demain. Tu seras plein de courbatures, tu dormiras mal et tu ne seras pas dans de bonnes conditions pour. Si c’est l’idée que je te saute dessus qui t’inquiètes, t’en fais pas, je pense pas être d’humeur pour ca hein.

Le pire c’est que je balançais ca en restant parfaitement sérieuse. On grimpait dans la chambre, simple, rustique, mais très joliment décorée de sorte à ce que ca ressemble à un vrai nid douillet pour les couples. Lyte partait le premier à la douche, je n’avais pas bronché et m’étais contentée de poser mes affaires près du lit et de préparer des vêtements pour la nuit. Et pour après. Un débardeur et un short noirs, on va éviter la nuisette pour cette fois et de toute façon, c’était volontaire.

Lorsqu’il revenait, je prenais le relais, même s’il me mettait en garde sur la température de l’eau et je hochais seulement de la tête. Ca y est. Le stress se faisait ressentir et c’était presque comme une machine que je me glissais sous la douche. Je la laissais froide aussi, déjà parce que ca faisait du bien et ensuite parce qu’avec la température extérieure, je n’apprécierai pas l’eau chaude ! Je ressortais propre et fraîche, mais avec la boule au ventre. Je ne savais pas du tout par où commencer … mais je suppose qu’une fois l’amorce lancée, les choses viendraient d’elles-mêmes. Alors je ressortais pour rejoindre Lyte, sur le balcon et sur le coup … je n’osais pas avancer. Alors je prenais une profonde inspiration. Nous n’avions pas mangé, mais honnêtement, je n’avais pas faim. Je me sentais coincée, prise au piège, un piège dans lequel je m’étais lancée toute seule, alors maintenant, il fallait en sortir avant de songer à faire autre chose. Je m’approchais alors, d’un pas toujours lent et discret et je m’arrêtais à quelques pas, en baissant les yeux.

- Lyte … Je dois te montrer quelque chose.

Je lui faisais signe de rentrer à l’intérieur, lui conseillant de se mettre plutôt assis puisque bon … c’était plus approprié. Je restais debout en face de lui d’abord, cherchant encore mes mots, ce que je devais dire, appréhendant ses propres réactions, en fait … Mais, ce que j’allais dire partait d’un seul et unique événement, alors je prenais une profonde inspiration et attrapais le bas de mon t-shirt pour commencer à le soulever.

Bon ok, je me doute que ce simple geste pouvait porter à confusion mais non, je ne me déshabillais pas, je m’arrêtais justement à bonne hauteur pour révéler l’essentiel. Même si le soleil se couchait et que par conséquent, la luminosité de la pièce baissait, l’on apercevait très nettement l’imposante cicatrice qui faisait tache en plein milieu de mon ventre. La raison pour laquelle je m’étais éveillée, sur cette île étrange. Parce que cette marque avait réveillé d’effroyables souvenirs … Les yeux baissés, je n’osais même pas regarder Lyte dans les yeux, tellement cette chose s’accompagnait d’images dans ma tête.

- Je ne me retourne pas mais sache qu’il y a la même dans mon dos, pile en face.

Et je baissais mon haut. Je venais m’asseoir à côté de lui et passais ma main sur mon front, fixant un point devant moi.

- Je ne sais même pas par où commencer … Juste que toute mon existence a été bouleversée le jour où j’ai eu ca … Je t’ai parlé d’Axel il me semble, tout allait très bien avec lui, si on oublie l’épisode à la BGU, qui t’avait même attiré des problèmes … Aujourd’hui encore, j’espérais que ca ne lui avait pas attiré des blâmes ou Dieu sait quoi, et qu’il ne m’en voulait pas pour ca. - Puis quand on a atterri sur Spira, on était au Mont Gagazet. On a fait une pause dans les sources chaudes, c’est même là que j’ai pris la décision d’abandonner la recherche des Cristaux pour séparer Héméra. Et …

Je serrais des dents en revoyant le visage de cette abomination dans ma tête, sa voix, son regard, ce premier moment dans ma vie, le seul, le vrai, le tout premier, où je me suis sentie si impuissante face à quelqu’un.

- Son frère a débarqué … Lui-même ignorait qu’il en avait un et avec le recul, je veux bien croire pourquoi son père avait profité de son amnésie pour ne jamais lui révéler son existence. Il était fou … Ca faisait des jours qu’il nous suivait sans qu’on le sache, il était même l’auteur des crimes abominables qui se sont produits à Balamb.

Le carnage au restaurant, je ne savais pas si Lyte en avait eu écho mais l’inverse serait étonnant. La découverte était macabre.

- Je n’ai jamais vu un tel psychopathe de ma vie … Pas d’aussi près, du moins. Il avait tué le père d’Axel et avait transporté sa tête jusqu’à nous. J’ai eu envie de vomir de voir la tête d’un homme flotter devant moi et puis … je ne sais pas, aujourd’hui encore, j’ai du mal à savoir ce qu’il voulait. Mais j’étais un obstacle entre son frère et lui, alors il a voulu me faire la peau. J’ai à peine eu le temps de prendre une inspiration que je me suis retrouvée avec cette lame dans le ventre. Et sa façon de parler … Il voulait me torturer, et il ne semblait pas vouloir lâcher l’affaire tant que je n’étais pas découpée en morceaux à ses pieds …

Ma voix se faisait tremblante, ma gorge se noua à cette pensée, mais ne voulant pas pleurer, je ne faisais que pousser un long soupir.

- Si les Ronsos n’étaient pas intervenus pour le chasser, je … je serai morte …

Et dans les pires circonstances possibles, comme pouvait se l’imaginer Lyte après ce que je venais de lui dire. Et encore. Dire que je n’en étais qu’au début …

- Les choses ont changé après cet événement, on a dû prendre la fuite, et je me suis même résolue à retourner à Wutai pour qu’on subisse un entraînement intensif auprès de ma tante. Je ne voulais pas me faire avoir une seconde fois par un type pareil. Mais Axel lui, il a … complètement changé. Mais je tenais à lui, alors malgré la tension, malgré la situation, malgré les disputes, j’ai tenu à rester avec lui. Le temps passait, on est devenus plus que des amis, mais il changeait un peu trop à mon goût. J’ai tenté plus d’une fois de le raisonner mais ca se retournait contre moi à chaque fois, il devenait fou. Il avait parfois ce regard sérieux et presque meurtrier à l’égard des autres par moment. On s’est même séparés quelques mois pour faire le point, mais au festival j’ai remarqué quelque chose au cours d’une activité … Il se parlait à lui-même.

Comme s’il avait une double personnalité, ou une voix dans sa tête qui lui parlait, je n’en sais rien. Autant si ca durait deux secondes, on pouvait se dire « boh il se parle pour se donner du courage ! » mais là, il semblait vraiment faire la conversation à quelqu’un quoi !

- Il me faisait peur. Honnêtement il me faisait même très peur. J’ai toujours eu des nerfs d’acier, je me suis même lancée dans quelque chose qui me dépassait pour lui alors je l’aurai fait avec personne d’autre avant, et j’en ai payé les frais. Je le paye encore aujourd’hui … Si je restais, je savais qu’il finirait un jour par s’en prendre à moi, alors je suis partie. Pour te dire, j’ai même eu peur qu’il me tue sur le moment … Je suis partie me réfugier chez ma tante quelques temps, il n’y avait qu’avec elle et malgré son caractère de chien, que je me sentais en sûreté … et je suis retournée ensuite à Costa pour retrouver mes amis … pour me retrouver moi-même aussi …

Je me sentais coupable vis-à-vis d’Axel. Peut-être avais-je fait le mauvais choix en le laissant livré à lui-même, dans sa folie et sa soif de vengeance, alors que j’aurai peut-être dû résister pour le raisonner jusqu’au bout … mais j’avais préféré partir, pour mon propre bien. Et pourtant, je ne l’avais pas récupéré, ce bien. Il y avait toujours ce poids quelque part, ce vide, si bien que si quelqu’un me voyait sourire et me demandait si j’étais heureuse, je lui dirai pourtant « non, je ne le suis pas ».
Trop tard … Il y avait quand même eu une larme pour tracer son chemin sur ma joue. Et je regardais toujours devant moi comme si les images de ma propre vie défilaient devant mes yeux.

- Mais je ne me suis jamais retrouvée depuis ce jour-là. J’ai changé, je me suis donnée corps et âme pour aider quelqu’un sans y parvenir, et quand je pensais enfin à moi, on me le reprochait. Que je ne pouvais pas comprendre, que je n’étais pas parfaite, que j’étais égoïste de ne pas me mettre davantage à la place des autres ! J’ai été torturée, physiquement, psychologiquement, pendant presqu’un an, je n’avais plus envie de sortir de chez moi seule, j’avais peur, j’ai peur, j’aurai encore peur ! Si personne ne veut comprendre que moi aussi j’ai souffert et que je souffre encore, alors soit, mais moi, je ne veux plus avoir à souffrir …

Je suppose que c’est à ce moment-là qu’on devrait se sentir plus léger … pourtant là, j’avais le cœur tout sauf léger et je me mettais à pleurer. Autant le dire, ca n’arrivait pas souvent …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyte Swarley
SeeD Eolien

SeeD Eolien

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 34
HP : 6190/8000
MP : 109/217
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Jeu 4 Aoû - 12:05

Oui, vu la réponse de Ruka même si elle restait dans son habitude éloquente et un peu provocante, on sentait bien que ce soir, ça n'allait pas être la fête même si la douche allait quand même me faire relativiser la situation.

Je me vidais l'esprit face à l'immensité de l'océan et le ciel rougeoyant, ça ne servait à rien de triturer la situation dans tous les sens de toute manière. On était là, et une fois que ce que Ruka avait à cacher sera dit, tout ira mieux... Peut être pas, mais au moins, tout devrait être plus clair. Je croyais vraiment que ça aura un effet salvateur, du moins, je voulais y croire. Je savais que c'était pas toujours facile de parler de quelque chose qu'on souhaite oublier ou ne pas dévoiler mais des fois, c'était libérateur, non ? Une trop grosse carapace ne protège pas toujours autant qu'un ami prêt à faire bouclier en cas de besoin. C'était mon avis toujours...

Une fois de plus, je ne l'avais pas entendu arriver et sa voix me surprit. Elle était bien plus grave que d'habitude et m'incitait à venir m'installer sur le lit. Je me mis en tailleur, le bras gauche toujours très peu sollicité. J'avais enlever l'écharpe car ça allait mieux mais j'allais devoir faire attention à ne pas faire de trop grand geste dans la nuit.

Elle leva doucement le bas de son débardeur noir, en temps normal, j'aurais pu rougir mais là, je savais que la situation ne s'y prêterait pas. Je découvrais alors sur son ventre, une cicatrice. Pas une cicatrice comme Squall qui venait d'une entaille, non, plutôt de celle qu'on se fait quand on perfore quelque chose et que la peau se doit de se regenérer. C'était une vilaine blessure pour sûr et si, elle avait la même de l'autre côté comme elle l'annonçait alors quelque chose avait dû lui perforer le ventre. Je ne fis pas de commentaires car je sais que l'explication allait arriver même si je voyais bien que c'était pas une étape facile pour Ruka.

Que t'ais-t-il arrivée Ruka ?

Elle s'était assise à côté de moi, peut être était-ce plus facile de narrer en regardant dans le vide, ça éviterait de voir les expressions de mon visage et mes réactions. Je saurais pas tellement dire ce qu'elles étaient, d'ailleurs, tellement j'étais absorbé dans son récit.

Elle me parlait d'Axel, de leur route après la BGU. J'avais deviné qu'ils étaient passé par Balamb même si elle ne l'avait pas dit car j'avais vu l'article de journal où elle avait participé à un concours de pêche. C'est là que j'ai vu celui qui était donc dans son coeur et dans sa vie avant...

Ce que j'apprenais c'est que le jeune homme avait un frère. Qu'il était le responsable de la tuerie à Balamb. Qu'elle avait été autant en danger.

Mais le pire était à venir. L'homme voulait se venger de son frère et de ce qu'il aimait. Il avait tué leur père, avait ramené sa tête et gravement blessé Ruka qui aurait pu y rester... Rien que par les mots de Ruka, je m'imaginai quelque chose d'insoutenable alors pour elle, qui avait ces instants gravés dans sa mémoire, ça devait être atroce.

Je crois qu'à ce moment là, la chaleur de Kilika n'existait plus. Il faisait froid, vide, sombre, autour de nous... Des questions se posaient dans ma tête, elle y répondait parfois au fur et à mesure de ses explications. Est-ce que je devais les poser ? Me taire ? Je ne savais pas quoi faire à part l'écouter. J'aurais pu essayer un geste de réconfort mais je sentais pas que c'était le bon moment ou quoi...

Et puis, elle me parlait de la suite. De ses sentiments pour Axel, de lui qui avait changé, qu'il devenait dangereux, instable... Je me mordais la lèvre... Je ne devrais pourtant pas ressentir de jalousie maintenant, c'était idiot... Mais je me rendais compte qu'ils étaient très proche...

Puis, Ruka terminait sur son départ, son retour à Wutaï alors que c'est le dernier endroit où elle pensait vouloir aller, son retour à la vie normale à Costa. Jusqu'à ce que je débarque en somme...

Je comprenais pourquoi, maintenant, elle ne s'était pas fait prier pour me rejoindre à l'aventure. Mais je ne savais pas si elle voulait que je lui fasse oublier tout ça ou si elle partait dans une autre optique...

Je n'étais pas en face d'elle, je ne vis donc pas sa larme perler sur sa joue, mais c'était tout comme, je sentais... Non, je ressentais sa tristesse, et je savais pas quoi faire. Alors, peut être parce que je ne disais rien ou qu'elle était sur sa lancée, elle continuait avec son état d'âme.

Et elle pleura... Comment ne pas se sentir désemparé quand la personne qui vous semble le plus invulnérable émotionnellement craque devant vous ? Celle qui semble être inatteignable et vous bat à plate couture psychologiquement pleurait à chaudes larmes à moins d'un mètre ?

J'étirais mes jambes pour me retrouver assise plus près d'elle et dans sa même position. Je passais mon bras plus valide que l'autre autour de ses épaules, sa tête pouvant se reposer sur la mienne. Je regardais au loin à mon tour pour ne pas voir ses larmes et son air triste.

"Je m'en veux de t'avoir forcée à devoir me dire tout ça. J'imaginais pas que tu avais autant souffert. Tout le monde est faible face à la souffrance, tu n'as pas à t'en vouloir. Tu ne pourras pas oublier tout ça... Mais tu es toujours toi, non ? On est toujours soi tant qu'on vit avec son coeur. C'est pour ça que t'es venu avec moi, non ? Pour continuer de vivre comme tu l'entends. Pour avancer... Peut être te changer les idées, car oui, même si tu peux pas oublier une telle période de ta vie, tu peux penser à autre chose..."

Je savais pas trop quoi dire, je ne savais même pas si mes mots avaient un véritable sens au fond... J'avais l'impression de parler mais que mes mots n'avaient aucun remède curatif... Je me suis rarement sentie autant impuissant.

J'aurais aimé lui dire qu'elle craignait rien avec moi ou un truc du genre mais j'avais l'impression que c'était pas le "rapport" avec ce qu'elle venait de me dire.

"T'es pas égoïste. Je ne sais pas pourquoi tu penses ça mais c'est pas le cas. Penser à soi, c'est aussi important, tu sais ? Si on est pas dans les bonnes dispositions nous même alors on peut rien pour les autres. On apprend même ça en secourisme. La première personne à protéger pour secourir quelqu'un, c'est soi. Sinon, si on se met trop en danger, on risque de rien secourir du tout."

C'était vrai... Y'a une différence entre l'égoisme et la limite de notre altruisme, après tout...

"Mais, par contre, te reposes pas que sur toi même... C'est un lourd fardeau que tu sembles traîner... T'as des gens autour de toi qui t'aiment et à qui tu peux en parler, c'est peut être pas agréable mais tu peux pas tout garder pour toi, tu risques de péter les plombs aussi."

J'avais ramené mon bras vers moi qui essayait de la réchauffer et de la réconforter en la frottant de la paume de la main délicatement sur son bras. Je me relevai alors pour m'agenouiller devant elle et la regarder dans les yeux encore embués de larmes.

"Tu sais, je pense pas être la personne la plus réconfortante du monde. Mais, je serai là tant que tu le voudras. On a à se supporter pour un paquet de temps maintenant, et j'aimerai te faire comprendre que tu peux compter sur moi, tu sais ? Je te lâcherai pas, promis."



Je la sentais épuisée de tout ça mais rien ne paraissait croire qu'elle allait bien dormir, n'empêche... J'avais le coeur gros aussi...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Jeu 4 Aoû - 15:28

Quand on perce la coquille d’un œuf, tout ce qui se trouve à l’intérieur s’échappe … Je pense que c’est la métaphore la plus appropriée pour qualifier ce qu’il m’arrivait actuellement. Je venais de faire une brèche dans ma carapace en dévoilant ce qui n’allait pas, depuis bientôt un an maintenant. Toutes les émotions emmagasinées depuis, celles qui avaient formé ma souffrance, se transformèrent en larmes que je ne pouvais plus contenir. Je n’aimais pas pleurer … J’ai toujours eu l’impression que ca me rendait vulnérable. Certains diront que j’étais dure avec moi-même et que je me mettais un poids sur les épaules en pensant ainsi, mais j’étais comme ca.

Lyte s’était rapproché pour certainement me prendre dans ses bras, chose difficile quand l’un des deux est en écharpe mais je venais m’appuyer, autant le dire, toute source de réconfort était la bienvenue à l’heure actuelle. Même si je doutais que ce soit agréable pour lui de me voir dans cet état, ni même de sentir mes larmes venir humidifier son haut.
C’était … bizarre. Mais bizarre dans le bon sens du terme. Lorsqu’il se mit à parler, j’avais l’impression qu’avec tout ce que je venais d’avouer, Lyte avait enfin compris les raisons pour lesquelles j’avais voulu venir avec lui.

Mais, avalant mes propres larmes, j’étais incapable de lui dire quoi que ce soit, si bien qu’il continuait à parler pour me rassurer. Je sais … une part de moi s’efforçait de se dire que j’avais bien agi et que je devais penser à moi si je ne voulais pas défaillir complètement, mais l’autre … l’autre semblait avoir perdu sa confiance à force de se prendre les mêmes reproches dans la tête. C’était souvent le même refrain avec Axel quand on devait se disputer. « J’ai perdu mon père, y a un cinglé à qui je veux faire la peau ! » et patati et patata … Oui et moi alors hein ? Mes parents sont morts quand j’étais petite, j’ai vécu la guerre, j’en garde une trace et une profonde haine envers les responsables, mais j’avais fait ma vie jusque-là … Mais ca, il avait toujours refusé de l’entendre. Au début, je veux bien croire que c’est trop difficile de rebondir … mais il faut savoir tourner la page parfois et aller de l’avant. Une phrase que j’avais du mal à ancrer en moi désormais pourtant. Comme Lyte venait de le dire, je pouvais continuer de vivre, mais ces souvenirs resteront à jamais dans ma mémoire.

Mais bref. Lyte semblait surtout vouloir me dire que je n’avais pas à avoir honte de vouloir prendre soin de moi, de ma vie, et de ne pas hésiter à me reposer sur les autres lorsque le besoin se faisait ressentir. C’est vrai que pour des broutilles, je pouvais dire le fond de ma pensée tout de suite, mais pour des sujets plus graves, je les gardais pour moi. Disons qu’à mes yeux tout le monde a ses problèmes, même lui sûrement, et que je me vois mal étaler les miens. Surtout « ce » genre de problèmes. Je ne suis pas sûre que tout le monde ait envie de hurler sur tous les toits que vous avez failli finir découper en morceaux et que votre ex petit ami est devenu si cinglé que vous craigniez qu’il vous poignarde un jour dans le dos. Au sens propre du terme.

Lyte s’était alors placé devant moi, comme s’il voulait me prouver que ce qu’il disait maintenant, était plus que sincère, alors je m’obligeais à le regarder même si mes yeux étaient encore bien humides, mais je crois que ca commençait enfin à avoir des effets un peu bénéfiques … Et ca me touchait. Alors je prenais un peu appui pour quitter ma place, arriver au niveau de Lyte et me jeter dans ses bras. Je faisais attention à ne pas lui faire mal à son bras, toutefois. Je reniflais un peu, mais je ne pleurais plus, je voulais juste un peu de chaleur et de réconfort … et lui dire merci aussi.

- T’as pas intérêt. Parce que maintenant, je ne te lâche plus !

Je pressais mes lèvres sur sa joue, ma façon de dire merci. Puis je restais là, comme ca, immobile. Pourtant on ne pouvait pas dire qu’on était dans la position idéale, j’avais un peu mal aux genoux comme ca, mais tant pis. Je soupirais, j’avais encore le cœur lourd, il faudrait sûrement toute la nuit pour réparer ca, mais au moins, je ne pleurais plus et je commençais à me calmer.

- Tu sais, je sais que tu as raison … et je sais que j’ai eu raison de m’éloigner aussi en pensant à moi … Mais quand la personne en face de toi, à qui tu tiens, ne cesse de toujours t’envoyer la même chose dans la figure, tu finis par en avoir vraiment mal et même à te demander si c’est vrai … Mais au-delà de la peur de ce qu’il pouvait me faire je pense que … Comment dire … Il voulait que je le comprenne, mais lui n’avait pas compris que je le comprenais déjà. Mais qu’à l’inverse, c’était lui qui ne me comprenait pas et ne se mettait pas à ma place non plus, il n’a jamais voulu l’admettre, ca. Quand on en arrive à ce point, où on n’est plus capables de se comprendre mutuellement et où on ne cesse de te dire que tu es l’unique fautif, je pense que ca ne donne plus rien de bon … Je soupirais longuement … - Pourtant des fois je m’en veux toujours en y repensant, de l’avoir laissé livré à lui-même. Qui sait, à l’heure où on se parle il est peut-être … Enfin non rien … Une part de moi sait très bien que j’ai fait ce qu’il fallait. Mais l’autre a tellement été mise à rude épreuve que ca en a laissé des traces qui resteront visibles à tout jamais … Comme cette cicatrice.

Je me reculais pour soulever mon débardeur et voir cette chose. Je grimaçais.

- Non mais regarde-moi ca … Tu fais ta vie normalement et puis un jour on vient te chercher des noises, tu ne sais même pas pourquoi dans le fond, et puis hop … Un coup de lame et adieu les bikinis et la plage.

Bon … Je crois que j’essayais de me consoler moi-même aussi en sortant une blague de si mauvais goût …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyte Swarley
SeeD Eolien

SeeD Eolien

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 34
HP : 6190/8000
MP : 109/217
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Jeu 4 Aoû - 18:42

Je n'étais pas du genre à promettre dans le vent... Faut dire que je n'étais pas le genre à promettre du tout, en fait... Alors quand je m'entendais prononcer cette promesse de ne pas la lâcher, je crois que j'avais été aussi surpris... Je l'avais dit pourtant si sincèrement, un peu comme si le coeur avait parlé à la place de ma raison. 

Je la vis se pencher en avant, pensant qu'elle était en train de tomber alors je la rattrapais bien sûr même si il s'avérait qu'elle venait de se jeter dans mes bras. Je sentais sa joue chaude contre la mienne malgré qu'elle soit mouillée. C'était même toute sa chaleur qui semblait même se partager, je la sentais me serrer en s'assurant que je n'avais pas prononcé cette parole en l'air, je resserrais mon étreinte à mon tour en guise de réponse positive. J'avais même passé mon deuxième bras moins valide autour d'elle également. 

Je crois que son baiser sur la joue m'acheva. J'étais partagé, en réalité, maintenant je partageais un peu le fardeau de Ruka, de l'autre, j'étais soulagé... Soulagé de savoir, soulagé qu'elle semble être reconnaissante de m'avoir là... Elle me serrait dans ses bras pour avoir du réconfort... Mais c'est bête, je crois que ça me réconfortait aussi. C'était même plus réconfortant et naturel que la veille où j'avais demandé à Ruka un calin pour voir si le sort de l'île était toujours actif ou non. 

Ruka en arrivait au constat et à la conclusion de tout cela. Au fond d'elle même, elle se sentirait toujours un peu coupable d'avoir laissé Axel en plan et tout seul, ce à quoi je voulais lui répondre que ce n'était pas de l'avoir abandonné qui était gênant, c'était qu'il ait perdu une fille comme Ruka... Mais je ne le connaissais pas bien pour pouvoir dire ce genre de choses... 

Puis, elle se recula alors je lâchais mon emprise également. Quand elle parlait de quelqu'un qui te cherchait des noises sans raison, je pensai rapidement à Zébal, lui, non plus, n'était pas facile à suivre. Mais il restait celui qui nous avait sorti du pétrin dernièrement, donc, je me méfiai un peu moins, peut être à tort... Puis, elle regardait sa cicatrice. 

"C'est pas affreux... Peut être même que ça peut être dissimulé ou je ne sais quoi... C'est pas ça qui me dégoutterai de te voir en bikini, moi, tu sais... " C'était sensé être réconfortant ce que je disais mais j'avais peur qu'elle le prenne encore pour une de nos provocation-jeu... 

"Je suis content que tu ait survécu à tout ça... " C'était encore plus maladroit, je crois, mais je trouvais que c'était vraiment un miracle vu la gravité de la situation qu'elle a connue. 

Je la regardais, l'ambiance était un peu plus radieuse quand même qu'avant cette longue discussion et explication. Un peu comme ce coucher de soleil. C'est beau et triste en même temps. Je m'étais redressé un peu après que Ruka se soit écarté pour me montrer sa cicatrice une nouvelle fois. Je la voyais elle et le coucher de soleil simultanément. Je commençai à me sentir bizarre après tout ça... Je sais pas si j'étais le seul à sentir ça. Le genre de moment où j'étais mal à l'aise parce qu'il y'avait un trop grand silence, parce qu'on était trop proche, parce qu'on était là... 

"Bon. Il est peut être temps qu'on se couche ?" 


Mon coeur s'était un peu emballé quelques instants mais il semblait redescendre à la normale, c'était un peu étrange. Bon, Ruka ne me laisserait pas dormir autre part que sur le lit, mais au moins, je resterai sur les draps, comme ça, je me sentirais peut être moins mal à l'aise. En tout cas, je m'allongeai sur le côté du lit. Je n'avais pas demandé sa préférence à Ruka. Après tout, on serait pas forcément amené à redormir sur le même lit ultérieurement et là, je décidai surtout de me mettre du côté extérieur sur le bras sur lequel je pouvais dormir. Par chance, c'était celui où je voyais la terrasse et la fin du coucher de soleil. 


"Ca te dérange si on ferme pas les volets ? "


Ce coucher de soleil m'aura fasciné, ce soir... A moins que ce soit une manière de penser à toute autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Jeu 4 Aoû - 21:41

Je crois que j’avais dit tout ce que j’avais à dire … Peut-être que ce que je disais à la fin était juste pour rendre l’ambiance moins lourde, maintenant que le pire était passé … Ca n’avait pas été facile, mais finalement, j’avais eu raison … une fois qu’on commence, le reste vient naturellement. Et Lyte s’en voulait peut-être de m’avoir « forcée » à parler de tout ca, mais d’un autre côté, comme je le disais plus tôt dans la journée, je pense que je n’aurai jamais été vraiment prête à en parler. Et puis il avait raison, ca faisait du bien … Je me mettais à sourire doucement lorsqu’il répondit à ma réflexion au sujet du bikini. C’est sûr qu’en temps normal, j’aurai sauté sur l’occasion pour faire une remarque là-dessus, mais là non. Je le prenais différemment … Moi je trouvais ca affreux ! S’entretenir toute l’année pour garder la forme, une santé et une silhouette parfaite, et finalement se retrouver avec ce machin en plein milieu du bide … Mais bon, tant mieux si les autres n’en tenaient pas rigueur. S’il n’en tenait pas rigueur … Pas envie que s’il voit ca à l’avenir, il me prenne en pitié en se souvenant lui-même pourquoi j’avais ca.

Bref. Il me disait qu’il était content que j’aie survécu, je prenais un sourire plus triste, baissant les yeux quelques instants avant de replonger mon regard dans le sien.

- Contente de ne pas être morte et d’être ici aujourd’hui.

Wow. La situation était presque déconcertante. Pourtant des situations particulières voire ambiguës, on peut dire qu’on en avait vécu quelques-unes déjà mais là ca n’avait rien à voir. Ce n’était pas un hasard, ce n’était pas un jeu, ce n'était pas un sort, c’était juste sincère. Mais une sincérité qui tombait au bon moment, et je pense que c’est pour ca que ca faisait vraiment du bien … Les yeux encore brillants, je regardais toujours Lyte même si l’espace d’un instant – et sans savoir que c’était son cas également – je sentais mon cœur s’emballer. Si, en fait la situation était particulière. Le contexte, la proximité, la position, les regards, le silence aussi. Mais un silence qui n’était pas pesant, pas de mon point de vue. Un silence, ironiquement, très parlant. Un silence qui fut brisé lorsque Lyte suggéra d’aller se coucher. Nous n’avions même pas mangé dans l’histoire, mais je n’avais pas faim après tout ca non plus …

Je hochais seulement de la tête et me relevais, pour qu’on s’installe chacun de son côté. Lyte non plus n’avait pas faim, visiblement. Mais alors que je me glissais sous les draps, très fins pour supporter la chaleur tout de même, il me demandait pour les volets … Je ne savais pas pourquoi il tenait à les garder ouverts, mais puisque la nuit arrivait, ca ne serait pas dérangeant alors je haussais des épaules.

- Non … Bonne nuit, Lyte.

J’étais de mon côté, m’écrasant contre l’oreiller, tournée vers l’extérieur, et donc, tournant le dos à Lyte. C’était bizarre de se tourner le dos après ce qu’il venait de se passer. Comme si on mettait une certaine distance alors que quelques minutes plus tôt, on avait prouvé pouvoir être plus proches. On va dire que c’est pour éviter toute gêne pour dormir, sûrement …

Il était encore tôt, mais je me sentais épuisée, tant physiquement par la journée dans la forêt, la marche, les escaliers, le combat, que psychologiquement avec ce qu’il venait de se passer. Je ne pleurais pas souvent, mais quand ca m’arrive, j’ai toujours dit que ca fatiguait plus qu’autre chose. On sent que ses yeux sont plus lourds …
Alors je fermais les yeux, même si je mettais un peu de temps à m’endormir, mais alors que je commençais à tomber, j’avais souri, avec une dernière larme qui traça son chemin.

Merci, Lyte.

*^*^*^*^*^*^*^*^*^*^*^*^*^*

Je m’étais retournée qu’une seule fois au cours de la nuit, sans vraiment m’en souvenir puisque j’étais vraiment dans le gaz, mais le lendemain matin, j’étais tournée vers « l’intérieur » du lit. Et donc avec une vue directe sur la fenêtre - et avant ca, sur Lyte - et pourtant à l’aube, le soleil et sa lumière perçante ne m’avaient même pas réveillée. On s’était couchés très tôt finalement mais il faut croire que j’avais vraiment besoin de récupérer puisqu’il fallut attendre un peu avant que je ne me décide à ouvrir les yeux. Lyte n’était plus là. Je me redressais et me frottais un œil pour émerger un minimum avant de regarder autour de moi. Il n’était plus là non. Peut-être à la douche, chercher le petit-déjeuner ou tout simplement parti faire un tour, je ne savais pas, mais ses affaires étaient là, donc …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyte Swarley
SeeD Eolien

SeeD Eolien

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 34
HP : 6190/8000
MP : 109/217
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 5 Aoû - 11:57

Je me sentais presque déçu d'avoir prononcé ses mots, comme si j'avais la gorge noué de les avoir dit, le moment qu'on vivait presqu'intemporel venait de cesser, tel un couperet. 

On se mit donc en position pour dormir. Moi sur le lit et sur le drap du dessus, elle correctement bordée. Je regardais le peu de soleil encore au dessus de la ligne d'horizon alors que le ciel avait repris une couleur bleutée beaucoup plus sombre. Un simple bonne nuit qui pourtant semblait le plus sincère du monde venait de sortir de sa bouche. Juste me faire appeler par mon prénom me donnait un frisson. La fatigue vous faisait interpréter les choses n'importe comment parfois. 

En fait, non je n'étais pas fatigué, je crois que j'avais été usé de cette journée. La prochaine serait plus reposante ? Je n'en étais pas moins sûr... Alors, autant bien se reposer. 

"Bonne nuit Ruka" 

A l'inverse de Ruka, je ne trouvais pas le sommeil rapidement. Premièrement, car je m'efforçais de ne pas bouger, pour ne pas la gêner, pour ne pas faire de geste qui pourrait réveiller une douleur. Je dormais souvent de ce côté là mais bizarrement, c'est le jour où je ne pouvais pas dormir de l'autre que j'avais envie de me tourner. Je me trouvais mal installé. Peut être parce que je dormais sans avoir une couette ou que sais-je au dessus de moi ? 

Il n'y avait aucun bruit dans la chambre, pas même le tic tac d'une pendule, un robinet qui gouttait ou que sais-je. Je crois que je n'étais pas encore endormi quand je l'entendis bouger. J'avais essayé de lui demander discrètement si elle dormait mais je n'avais pas eu de réponse. Alors, me mettant sur le dos et tournant la tête, je la regardais. Je l'avais déjà vu dormir mais là, je ne sais pas, je la trouvais apaisée. Je ne sais pas si c'était vraiment le cas. En tout cas, je soupirais. Je regardais alors le plafond, me perdant dans mes pensées. 

Essayant à tour de rôle d'imaginer ce qui a pu se passer pour Ruka ou ce qui se passerait le lendemain. Je lui avais promis de pas la lâcher... C'était pas une petite promesse, mais pourtant, ça paraissait tellement logique. Qu'est-ce qui pouvait arriver maintenant ? 

Je la regardais une nouvelle fois dormir... Allez, je ferais bien de m'y mettre aussi. 


J'avais pas l'impression d'avoir dormi très longtemps. Ruka dormait toujours et le ciel était déjà assez lumineux. On ne pouvait pas voir le lever de soleil de notre chambre alors ce n'était que la lumière du jour qui devait m'avoir réveillé. Je savais que je ne réussirais pas à me rendormir alors sans faire de bruit, je me levai, allai me passer un peu d'eau sur le visage. 

Je sortis paisiblement de la chambre en esquissant un sourire en voyant ma partenaire encore dormir. Je ne voulais pas la réveiller, je pense qu'il était encore tôt. J'allais donc m'occuper des préparatifs, je nous trouvais des tenues locales. Ca nous permettrait d'accéder aux succursales et j'en profitais par la suite pour emmener le petit déjeuner dans la chambre. Alors que je venais de rentrer dans la pièce, Ruka semblait sortir de son doux sommeil, enfin. 

"Salut, bien dormi ? Tiens, je nous ai trouvé des tenues et voici ton petit déjeuner. Bon, ça fait deux jours de suite, mais va pas prendre ça comme une habitude non plus. " 

Le ton était donné, je voulais qu'on parte sous les meilleures auspices. J'étais de bonne humeur même si j'aurais pu être stressé par notre opération du matin. Je voulais être celui qui allait redonner le sourire à Ruka. Comme celui que j'avais vu la veille. 

Mon téléphone vibra, je regardais le numéro, je ne le connaissais pas mais je reconnaissais les premiers numéros qui me permettait de comprendre de qui ça pouvait s'agir.. Je m'excusai auprès de Ruka et prit la communication depuis la terrasse que je refermai derrière moi pour laisser cette conversation confidentielle. Et puis, ça lui permettait de se préparer de manger, ce que moi, j'avais déjà fait. 

Peut être qu'elle m'observait, et si c'était le cas, elle aurait pu voir que j'étais de plus en plus agacée au fur et à mesure de la conversation. Celle-ci finie, je retournai dans la chambre. Je fuyai son regard, je fuyai même la conversation. 

"On se retrouve à l'esplanade près du temple quand tu seras prête." 

Mes mots étaient tellement neutres et froids comparés aux précédents pour lui souhaiter le bonjour. 

Elle, devra donc me retrouver. Mais, elle avait peu de chances de tomber sur des monstres car j'allais me défouler sur chaque que je trouverais sur ma route. 

Ruka et Lyte retournent près du Temple de Kilika

*:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   Ven 5 Aoû - 21:00

Spoiler:
 

Lyte ne tardait pas à revenir avec le petit-déjeuner. J’avais simplement souri en le voyant entrer dans mon champ de vision, son bras allait mieux. Les problèmes de la veille, quant à eux, semblaient déjà être bien loin, même s’il en demeurait quelques traces encore. En plus du plateau, il avait des tenues avec lui et je me mettais à rire doucement à sa remarque sur le petit-déjeuner.

- Je n’y peux rien, si tu te lèves avant moi c’est que tu as envie d’aller le chercher ! Et puis c’est quoi ces tenues, ils manquent de tissus sur cette île, heureusement qu’on ne va pas les porter longtemps !

Je m’étais mise en tailleurs sur le lit et faisais signe à Lyte de poser tout ca devant moi. Vous voyez, j’étais même trop fainéante pour me lever, j’étais encore un peu dans le brouillard vu que je venais de me réveiller. Mais à peine me confia-t-il le petit-déjeuner qu’il dut s’éclipser pour répondre au téléphone. Fermer la porte, c’est bien, mais n’oublions pas que nous étions à Kilika et l’isolation, ce n’était pas trop leur truc … Je n’étais pourtant pas sûre de ce qu’il se passait mais en voyant que Lyte mettait un peu de temps, et une pâtisserie dans la bouche, je levais les yeux, mais autant au ton qu’à son expression, il avait l’air énervé. Je ne savais pas qui c’était, mais j’avais dans l’idée que je n’avais pas intérêt à l’embêter après ca.

Et en fait de toute façon, je n’avais pas mon mot à dire, en revenant il m’envoya froidement dans la tronche qu’on se retrouverait près du temple et il était déjà parti en claquant la porte. Euh ok … Ca m’en avait coupé l’appétit, bizarrement. J’étais curieuse de savoir qui était à l’autre bout du fil, mais surtout, j’étais un peu inquiète du coup.
Je finissais quand même ma pâtisserie et buvais un coup avant d’aller me débarbouiller et prendre les affaires que Lyte avait ramené. Quelque part je trouvais ca comique qu’il m’habille pour le coup. M’enfin.

En ressortant, j’avais refilé les clés à l’aubergiste en la remerciant pour le service qu’elle nous avait rendu, et puis une fois dehors, je fixais la barrière au loin, qui séparait le village de la forêt. J’espérais que Lyte ne tomberait pas sur un monstre comme l’Ochu mais j’avais dans l’idée de le laisser se défouler pour l’instant. De toute façon, sous le coup de l’agacement et de la colère, je me doutais qu’il avait oublié une chose essentielle à la « mission » d’aujourd’hui : une bonne préparation. J’étais prêt de la toute petite forge du village, avec le forgeron qui travaillait dehors, alors je m’en approchais pour lui confier ma dague ainsi que mon pendentif. Je doute que j’aurai besoin d’une défense contre la glace dans le temple d’Ifrit, mais c’était une chose que je n’avais pas pensé à faire quand nous étions à Mideel, autant la faire avant que j’oublie : améliorer ma protection !

- Bon je suis pressée, alors si vous pouviez me faire ca en priorité et très rapidement, ca m’arrangerait. Mais il leva les yeux vers moi, me reluquant mais rien à voir avec de la convoitise. Plutôt, il devait se dire « ouais c’est une femme, elle me fait pas peur ». - Je paie un supplément si vous faites ca en moins d’une heure.
- Vendu.


Il n’y avait que l’argent pour mettre tout le monde d’accord. Même si je n’aimais pas ce que je voyais encore dans son regard. Alors je m’éloignais pour faire le tour des boutiques, mais je remarquais qu’il n’y avait aucun magasin pour vendre des objets de soin et des potions ? C’est pourtant primordial quand on a une forêt hostile juste à côté, mais soit … Ils ne vendaient que des légumes pour les chocobos. Ca arrivait malheureusement que certains secteurs ne possèdent pas d’apothicaires mais là pour le coup, ca ne m’arrangeait pas des masses ! Je n’avais pas beaucoup d’objets sur moi et je ne savais pas ce qui nous attendait à l’intérieur de la Salle de l’Epreuve.

Par contre, qui dit temple d’Ifrit, dit feu – je l’avais vu de mes propres yeux hier après tout – et donc, j’allais acheter non pas une mais deux opales. Je réfléchissais à quel genre de technique je voulais apprendre, mais j’allais en utiliser qu’une seule … Ah si, je sais. Bon, retournons voir le forgeron ! Il lui fallut encore une bonne dizaine de minutes pour me rendre mes équipements, encore bien chauds et comme promis, je lui donnais un petit supplément. Pour dire vrai, ca me faisait rager intérieurement de dépenser plus pour ca, mais bon, c’était ca ou je devais attendre des heures et je ne suis pas sûre que Lyte apprécie que je joue davantage avec sa patience, dans son état.

Direction la forêt, même si le trajet fut étonnamment calme. Pas de monstres, ou du moins, le peu que j’avais vu était des animaux – donc pas de désintégration pour ceux-là – qui avaient subi de lourdes blessures. Un, deux, bientôt trois … Je ne sais pas si c’est Lyte qui a fait ca, mais pour le coup, ca ne m’aidait pas à être plus calme. Ca ne semblait pas être l’œuvre d’un autre animal, en tout cas … Sauf si Lyte s’était comporté comme tel ? J’arrivais au niveau des escaliers, il y avait encore des gardes mais ce n’était pas les mêmes que la veille … sinon ils auraient eu des soupçons de nous revoir passer avec des tenues radicalement différentes et plus locales.
Je rejoignais Lyte mais dès qu’il m’apercevait, je levais les bras en l’air comme si j’étais en état d’arrestation.

- Tu ne comptes pas m’écorcher comme tous les autres monstres que t’as croisé sur la route quand même ?

Je fouillais dans mes affaires pour ressortir l’opale que je n’avais pas utilisée, et je la lui lançais.

- Quitte à se rendre dans le temple du feu pour y rencontrer la Chimère du Feu, autant se préparer un minimum au cas où, tu ne crois pas ? Par contre ca fera mille gils.

Je lui faisais un petit clin d’œil. Et oui, je ne perds pas le nord ! Enfin, il y avait autre chose dont je voulais parler à Lyte avant qu’on commence notre « opération », mais je prenais un air plus sérieux et m’approchais de lui.

- Bon. Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu ne vas certainement pas te lancer dans une mission d’infiltration si tu n’es pas en état. Et puis, d’un point de vue plus personnel … Ce qui vaut pour moi, vaut aussi pour toi. En cas de problème tu peux me parler, plutôt que de me répondre sèchement, fuir, et abattre tout ce qui passe sous ta main. Je pourrais presque croire que je t’ai fait quelque chose de mal, tu sais ?

Autant mettre les choses au clair tout de suite. Premièrement, ca calmerait mon inquiétude. Deuxièmement, se calmer favorisera le bon déroulement de la suite. Et troisièmement, et le plus important, ca lui ferait du bien. J’espère.

Achats de Ruka:
 

Direction : Temple de Kilika
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: L'île de feu   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'île de feu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Spira :: Spira Sud :: Porto Kilika-