Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Lulu Kiernan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Lulu Kiernan   Jeu 7 Nov - 19:56

» Fiche d'Identité

• Monde d'origine: Gaïa.
• Nom: Kiernan.
• Prénom: Lulu.
• Âge: 17 ans.
• Avatar utilisé: Yuzuhira Inori de Guilty Crown {Artiste : Redjuice}.

» Description

• Alignement: Guerrier des Ténèbres.

• Description physique:

Par son apparence, Lulu n’est pas très remarquable. Du moins si on parle de son apparence générale. Assez petite, mesurant un mètre soixante à tout casser, elle est très frêle. Son corps est fin, et son ossature ne parait aucunement solide. A vrai dire, il est facile de deviner qu’elle doit être fragile physiquement parlant avec son apparence qui rappellerait sans difficulté une fleur de cristal rose. Des bras maigres, des jambes fines, une silhouette plus que svelte mais qui, dans son ensemble, offre une grande élégance à la jouvencelle aux cheveux rose. De surcroît, elle possède des courbes quasiment inexistantes, mais tout de même présentes bien que ce soit discret.

Ce qui se démarque vraiment sur l’image que projette Lulu, c’est surtout ses cheveux. Coiffant son joli minois aux traits doux et aux yeux rubis d’un auréole rose pâle, ses cheveux sont assez long, pouvant atteindre le centre de son dos. Elle les laisse détachés, mais souvent, quelques mèches sont prises en deux couettes tombant au devant de ses épaules, laissant le reste à l’arrière. Une barrette rouge soutient une partie de sa frange sur la partie gauche de sa tête, près de la tempe.

Si le physique de Lulu ne frappe pas, ses tenues vestimentaires, aussi variées soient-elles, sont banales aussi. Celle qu’elle porte le plus souvent s’avère être une robe noire serrée au niveau de la poitrine, mais tombant élégamment une fois la taille passée. Des motifs de fleurs noires s’en détachent au niveau de la base et du buste, et elle laisse voir la quasi-totalité de son dos. Ses pieds sont chaussés de ballerines ébènes s’agençant à merveilles avec le reste de sa tenue et de son apparence en général, en donnant un aspect noble à sa personne tout en demeurant simple. La dernière et unique chose qui soit vraiment étrange chez Lulu, c’est que ses bras ou ses jambes sont parfois entourés de bandages… La raison demeure cependant un mystère.
• Description psychologique:

De façon générale, Lulu ne s’exprime pas beaucoup. C’est une adolescente avec des peurs et des préférences, des hobbies et des passions cachées, avec des secrets aussi. Elle n’est pas très différente des autres si ce n’est qu’elle n’est pas spécialement bavarde - bien que pas notablement silencieuse non plus. Elle répond si on lui parle, et engendrera des conversations si le cœur lui en dit. Mais c’est davantage une personne qui pense et réfléchis énormément. On ne peut pas vraiment dire d’elle que c’est une rêveuse, mais une chose est sûre ; elle reste intensément plongée dans ses pensées et peut passer des heures à contempler un paysage en réfléchissant à tout et rien.

Même si la demoiselle aux cheveux rose ne peut pas faire énormément d’activité physique à cause de sa condition, elle possède quelques passions qui sont synonyme de sa personnalité. Notamment, elle adore chanter, danser et faire de la musique. A vrai dire, tout ce qui attouche à l’art musical lui plait. Jadis, avant de tomber malade, elle faisait du ballet et était douée dans le domaine, elle se surprend d’ailleurs parfois à faire quelques pas de danse pour se remémorer cette douce époque. Elle chante assez bien, et sait jouer du piano, bien que les occasions ne sont pas nombreuses. La musique est pour elle une façon de s’exprimer et d’alléger ses émotions, comme de les partager.

Assez douce et tranquille, Lulu n’est pas une adolescente turbulente et s’efface dans la foule. Elle n’aime pas spécialement se faire remarquer, et pourtant elle apprécie être sur une scène, à partager ses chansons - ce qui est un peu paradoxal. Lorsque ça concerne la musique, ce n’est pas pareil. Elle n’est pas spécialement sociale non plus mais elle est capable de discuter avec les autres et de tendre une main lorsque c’est dans ses moyens que de se montrer serviable. Lulu ne fait cependant jamais rien qui soit au dessus de ses capacités ; elle sait se rendre à l’évidence lorsque les choses lui sont hors de portée, bien que cela puisse engendrer un sentiment de culpabilité ou de honte.

On dit de Lulu qu’elle est d’une nature fragile, et pourtant. Malgré sa faible constitution, Lulu possède son caractère et ne se laisse aucunement marcher sur les pieds. Elle n’hausserait jamais le ton contre quelqu’un, de toute façon avec sa voix si légère, ce serait un exploit pour elle, mais elle est parfaitement apte de froncer les sourcils et de dire clairement ce qui doit être dit si c’est utile. Toutefois, Lulu préférera se taire et laisser le silence répondre à sa place. En ce qui concerne l’état du monde, Lulu y voit une providence… celle de pouvoir guérir de sa maladie incurable en trouvant et utilisant ces cristaux. Aussi égoïste puisse paraitre cet objectif, c’est vers celui-ci qu’elle marche tous les jours en espérant pouvoir arriver à temps pour enfin se libérer de ce fardeau.
» Histoire

Enfant unique, Lulu a vu le jour à Midgar. Son arrivée était excessivement attendue mais pas exactement pour les raisons que l’ont pourrait s’imaginer. Anxieux de pouvoir avoir un cobaye de sa descendance afin de tester diverses médicaments et drogues, le père de la demoiselle attendait que sa femme mette au monde leur progéniture dans l’unique optique de pouvoir faire des tests sur elle. Jadis un scientifique travaillant pour le compte de la Shinra, il avait été renvoyé à cause de ses méthodes étranges. Comme beaucoup de scientifiques pourtant, il se contentait de faire usage de cobayes pour des tests divers, utilisant la mako pour voir s’il pouvait renforcer les compétences physiques d’un individu. Mais sa façon de faire n’était pas des plus courantes.

Séquestrant des enfants, des orphelins, il les utilisait en leur injectant directement de la mako pure dans le corps, ce qui avait tendance à avoir des effets plus que négatifs sur leur petit corps. Lorsque ce fut découvert, il fut renvoyé mais sa folie persista. Son épouse, obstinément soumise et aimante, resta avec lui, même alors qu’il parlait au ventre de sa femme comme on parlerait à un spécimen de recherche alors que l’embryon dedans grandissait dans l’ignorance de ce qui l’attendait. La mère n’osait cependant contredire les projets de son mari, la démence contrôlant celui-ci depuis des années. Mais elle restait en sa compagnie car il était la seule chose qu’elle avait.

Lorsque Lulu vint au monde, elle fut de suite arrachée aux bras de sa mère. Cette dernière mourut sur la table d’accouchement de désespoir. Elle n’avait plus aucunement envie de vivre en sachant ce qu’elle avait fait et ce qui attendait sa progéniture… La figure paternelle pour sa part était déjà partit dans ses idéologies bizarres et c’est suite aux soins primaires qu’il commença à dorloter sa fille en se fichant totalement du sort de son épouse. Celle-ci n’eut droit qu’à un seul vœu : sa fille fut baptisée Lulu, comme elle l’avait toujours souhaitée. Le père ne voulait surtout pas s’embêter à trouver un nom pour elle si bien qu’il prit le premier qui lui vint à l’esprit et ce fut heureusement celui que sa défunte femme avait choisi pour elle. Ainsi, Lulu pénétrait dans ce monde tumultueux.

En grandissant sur la plaque supérieure de Midgar, Lulu fut très seule. Les enfants de son âge ne pullulaient pas vraiment les environs et à cause de cette solitude, son père décida de lui présenter une façon de passer le temps : faire de la musique. Même s’il la traitait essentiellement comme un cobaye de recherche, il ne voulait pas non plus qu’elle se meure littéralement d’ennuie, alors il lui acheta un piano. Mais ne pas bouger rendait Lulu inconfortable si bien qu’il finit également par consentir à ce qu’elle quitte la maison trois fois par semaine pour aller prendre des cours de ballet classique au théâtre qui présentait régulièrement le spectacle de Loveless.

Bien que Lulu ne choisit rien de tout ceci, c’était suffisant pour lui permettre de s’éclipser, aussi appréciait-elle. Chaque jour, elle avait droit à un nouveau test et devait souffrir de divers effets secondaires, parfois même elle ne pouvait aller à ses cours à cause d’un contrecoup trop pénible qui l’obligeait à rester alitée, aussi tout ceci lui permettait de s’échapper de la réalité. Elle trouva refuge dans ses pas de danses et sa musique. Elle apprit d’elle-même à chanter également, et devint plutôt douée dans le domaine. Quant à la danse classique, les quelques spectacles qu’elle donna avec son groupe, en l’absence de son paternel qui n’en avait évidemment rien à faire, furent applaudit. C’était ses petits moments de gloire qui, de retour à la maison, ne valaient plus rien.

Ses seules amies étant justement dans son groupe de danse, Lulu ne pouvait pas dire avoir une vie sociale très remplie. Son père refusait que quiconque vienne chez eux et avec raison ; les éprouvettes, seringues et médicaments qui trainaient partout ne donneraient pas une très bonne image de l’homme complètement cinglé qu’il était. Lulu savait bien que ce qu’elle subissait n’était pas normal. Cependant, pour une raison quelconque, elle ne tentait pas de fuir. Comme si son cerveau lui intimait de demeurer immobile lorsqu’il la piquait dans le bras. Parce qu’elle « n’avait rien d’autre ». Elle avait pitié de son père à vrai dire, perdu dans sa folie, il était déconnecté de la réalité.

Vint le jour cependant où la mako qu’il lui injectait et tous ces autres produits eurent un effet bien différent. Ses bras, ses jambes ainsi que son dos et son cou se couvrirent de marques noires poisseuses et particulièrement douloureuses. Lulu devint très rapidement faible, si faible qu’elle ne pouvait plus marcher ce qui força son père à dénicher un remède contre cette nécrose. Alitée pendant des jours, Lulu manqua, le cœur brisé, un récital de piano ainsi qu’un spectacle de danse où elle aurait due être la figure principale. Lorsque son professeur voulut venir voir pourquoi elle n’était pas venue, son père lui claqua la porte au nez, aussi nerveux que dérangé, avant de continuer à bouquiner pour trouver ce dont souffrait sa fille. Mais ce mal incurable la rongeait déjà profondément.

Pendant des semaines, lorsqu’elle se déplaçait, c’était en fauteuil roulant, ses jambes étant trop faibles pour la maintenir. Elle maigrit énormément aussi. La situation drastique poussa son père à trouver une solution temporaire : il donna à sa fille des médicaments qui résorbèrent l’effet de cette maladie sans nom. La prise du médicament se faisait par voie orale et malgré son goût infecte, le petit cachet faisait effet en quelques heures, après un peu de repos. Les marques disparaissaient de son épiderme et la douleur s’effaçait aussi. Cependant, il se rendit compte avec désarroi que ce n’était que temporaire, la douleur revenait, ce qui le força à cesser ses expériences sur Lulu au risque de la tuer. Malheureusement, il n’aurait pas le temps de dénicher un vaccin.

Lulu était déjà une jeune femme, et plusieurs années s’étaient écoulées depuis qu’elle ne pouvait plus danser. Dans ses meilleures heures, elle pouvait encore jouer du piano, ses doigts aussi fragiles soient-ils pouvant encore appuyer sur les blanches et les noires. Cependant, lorsqu’arriva la chute du Météore, l’homme perdit totalement la raison. Il y avait déjà eu la destruction de la plaque du secteur 7 qui avait encore plus abîmé son esprit pour une raison ou une autre, comme si la moindre perturbation menacerait de faire craquer le peu de bon sens qu’il lui restait. Convaincu qu’il allait mourir et que ce Météore était ici pour le punir de ses mauvaises actions, il décida haut et fort qu’il ne laisserait pas le destin choisir sa mort, qu’il mourrait de la manière qu’il choisirait.

Abandonnant sa progéniture avec sa maladie incurable et sans remède, l’homme s’enleva la vie. Désormais seule et souffrante, Lulu n’eut d’autre choix que de récupérer les boites de médicaments qu’il restait et de tout enfouir ses affaires dans un sac avant d’essayer de partir. Mais fuir un Météore qui menaçait de détruire la planète toute entière, c’était idiot… Surtout dans sa condition physique. Elle alla donc se réfugier chez son ancien professeur de danse qui tenta au maximum de s’occuper d’elle. Cependant, la peur et la panique qu’engendra le Météore fut rapidement éclipsé : un groupe de héros, et ce sans parler de la Rivière de la Vie en elle-même, réduisit la pierre à néant.

Avec la Shinra qui avait été détruite par une gigantesque Arme animée par le vouloir de la planète, Midgar n’était maintenant plus qu’un tas de ruines qui tentait de se reconstruire. Evidemment, Lulu ne pouvait prêter main forte à personne et restait donc chez son professeur, assise dans un fauteuil roulant, à pianoter sur un clavier qu’elle lui avait offert. Du jour au lendemain, les choses avaient basculées si vite, et ce n’était pas terminé. En regardant les informations, Lulu s’aperçut que des rumeurs couraient concernant l’inutilité des matérias : la Rivière de la Vie paraissait être inactive si ce n’était pas tout bonnement asséchée ! Sachant que son père avait fait usage de mako sur elle, Lulu pria pour que cela la soigne, mais les effets revinrent de plus belle à chaque fois.

Son enseignante déplorait la situation. Elle comprenait que Lulu allait succomber s’ils ne la soignaient pas. Ces médicaments étaient utiles mais cela ne faisait que retarder l’inévitable. Devant la situation désespérée, bien que la mort ne l’effrayait pas, Lulu se demanda quoi faire. Elle ne pouvait pas bouger de chez elle… Néanmoins, les choses changèrent à nouveau. Bientôt, on raconta que la disparition de la Rivière de la Vie avait engendrée l’apparition de nouveaux continents partout sur le monde. L’univers qu’ils connaissaient avait été entièrement modifiés. Des cartes furent dessinées, improvisées, des individus aux vêtements étranges et au dialecte incompréhensible furent rencontrés… On parla rapidement d’un nouveau monde, d’une Héméra, et d’une nouvelle chance pour Gaïa.

Les rumeurs pleuvaient à foison mais une seule intéressa Lulu : on parla de cristaux à la télévision. De cristaux, de chimère, plusieurs sujets étranges. Il était question du pouvoir de ces pierres une fois réunies et combien elles étaient convoitées pour, justement, cette puissance. Il était dit que n’importe quel vœu pouvait être réalisé grâce à elles… N’importe lequel ? Forcément, Lulu songea que, peut-être, ces cristaux pourraient guérir sa maladie. Si c’était là son seule échappatoire… Après tout, les quelques médecins que son professeur s’était obstiné à lui présenter avaient tous décrétés ne pas savoir comment la guérir, et jugeaient tous qu’elle n’avait plus que deux ou trois ans à vivre.

En entendant parler du massacre que Sephiroth - l’homme à l’aile noire qui jadis fut un héros de la Shinra, il était donc revenu… - perpétra dans ce qu’ils appelaient la Prison du Désert, Lulu décida de tenter sa chance. Ils racontaient que cet endroit serait potentiellement le « temple » de l’un de ces mystérieux cristaux aussi voulut-elle se rendre là-bas. C’était sur le continent de Dol selon les cartes nouvellement dessinées. C’est donc sans demander la permission à sa tutrice que Lulu quitta la maison avec de quoi se nourrir mais, surtout, avec ses médicaments. Elle ne pourrait pas trimballer son fauteuil roulant avec elle dans un tel voyage, aussi devait-elle se préparer à devoir utiliser sa médication pour résorber les effets de sa maladie lorsque ceux-ci apparaitraient.

Aussi égoïste soit son vœu, il était hors de question pour Lulu de se laisser mourir. De toute manière, quel choix possédait-elle ? Entre rester alitée pour le reste de sa trop courte existence, ou voyager et découvrir ce nouveau monde dans l’optique de pouvoir, peut-être, guérir… Le choix était vite fait. D’autres personnes seraient sûrement à la recherche de ces cristaux cependant, aussi devait-elle être prudente dans son avancée. C’est pourquoi elle demeura discrète à ce sujet, tendant l’oreille pour entendre les diverses informations qu’elle pourrait attraper au vol au sujet de ces pierres. Mais pas une fois elle ne tentait de s’informer, au risque de dévoiler involontairement ses intentions.
» Et pour Finir

Quelques questions vous concernant:
• Votre vrai prénom dans la vraie vie? : Trisha.
• Votre âge? : 21 ans.
• Comment avez-vous connu FF Rebirth? : J'y étais avant. Je réfléchis à un potentiel retour depuis longtemps mais j'ai supposé qu'il serait préférable de revenir avec quelque chose de tout beau tout neuf pour partir d'un bon pied et arriver avec une motivation renouvelée !
• Avez-vous lu toutes les règles? Y a t'il des choses que vous n'avez pas comprises? : Non, tout est bon.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Lulu Kiernan   Ven 8 Nov - 11:55

Bonjour et (re) Bienvenue sur FF Rebirth!

Un personnage bien mélancolique mais déterminé, je n'ai pas grand chose à dire de plus, tu sais déjà tout ce qu'il faut pour faire une bonne fiche ^^

Je t'invite donc à m'envoyer tes 20 pts de statistiques ainsi que deux techniques (tu as l'habitude maintenant ^^).

Fiche validée et verrouillée!



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
 
Lulu Kiernan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La planète lbp2 de lulu
» Cachons nous dans les bois[PV: Lulu,AManda, Loris et Ashley]
» Présentation de Lulu
» Présentation lulu
» Eviter la foudre pour Lulu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Archives :: Fiche de présentation-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives