Salut
Accueil

Partagez | 
 

 Visite d'une Lady de Trabia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Visite d'une Lady de Trabia   Mar 25 Nov - 21:34

Victorique et William viennent de Dollet !
==========================

VictoriqueFace à notre réflexion dans le miroir, nous ajustions le noeud de cravate de ce nouvel uniforme SeeD. Nous n'avions jamais eu à en porter une auparavant alors autant dire que ce n'était pas du tout simple à faire au tout début. Demander de l'aide à ce propos était possiblement l'une des choses les plus embarrassantes dont nous puissions nous souvenir récemment. Nos mains tremblaient toujours un peu tout en nouant bien ce satané bout de tissu. Avec une grande inspiration relaxante, nous nous détendîmes peu à peu avant de prendre la pose face à notre jumeau d'en face. Il nous avait fallut supprimer une envie de rire à ce moment. Honnêtement, étions-nous la seule à trouver que nous n'avions pas l'air crédible un instant dans cet accoutrement ou faisaient-ils seulement semblant pour être polis? Une part de notre esprit n'arrivait pas à se détacher de la pensée que notre place ici n'avait pas été vraiment méritée. C'est vrai enfin, peu de gens ici étaient même au courant de notre existence depuis notre toute première arrivée. Nos épaules se rabaissèrent avec un soupir abattu. Les lieux avaient été reconstruits, les passants portaient à nouveau un peu plus le sourire, mais sous la surface il y avait toujours une cicatrice bien palpable. Est-ce qu'être heureuse que nous n'étions pas là lors de l'attaque faisait de nous une mauvaise personne?

Nous regardions les alentours de la chambre en nous assurant n'avoir rien oublié. L'endroit faisait toujours franchement vide depuis notre arrivée, même si c'était tout récent. Apposer notre griffe sur l'endroit était loin sur notre liste de priorités. C'était dur de se sentir chez soi, et en toute honnêteté, nous nous demandions si nous y arriverions vraiment. Nous n'étions restée qu'une étrangère à Trabia après tout ce temps après tout, il n'y avait pas grand chose pour nous faire signe qu'il en serait autrement ici, pas que faire ami avec tout le monde avait été notre ambition. La seule chose qui pouvait nous faire sentir un peu chez nous ici en fait était la petite pile de livres sur la table du fond. Les apercevoir nous rappela que nous avions à les rendre. Par chance, la bibliothèque de la BGU avait été épargnée par les flammes. Non seulement pour les ouvrages qui s'y trouvent, mais l'endroit aurait prit feu les dégâts auraient sans doute été plus graves encore, et avec possiblement plus de victimes...

Nous secouâmes la tête pour évacuer ces pensées noires de notre tête. Tout ce qui comptait, c'était que l'université soit reconstruite et que tout le monde se prépare à faire face à cette nouvelle menace après tout. À être sur la trace de ces calamités, nous allions sans doute parvenir éventuellement aux cristaux, ou du moins jusqu'aux personnes qui les détiennent. Il était parfaitement clair que cette histoire n'allait pas se terminer paisiblement sur quelque front que ce soit. Si ces calamités revenues du passé n'étaient pas suffisantes, nous les humains allaient certainement être un ennemi tout aussi terrible. En route dans le couloir jusqu'à la bibliothèque, il ne suffisait que d'un coup d'oeil pour constater que les travaux de nettoyage se déroulaient toujours. Ça faisait étrange de voir autant de gens provenant des autres mondes à la fois. Normalement, les gens semblaient réticents à l'idée de trop se mélanger. Ça ne pouvait qu'être positif, n'est-ce pas? Un flash blanc du coin de l'oeil nous accrocha le regard. Le docteur Kadowaki, qui avait dû être particulièrement occupée ces derniers temps, autant pour des blessures physiques de psychologiques. Voilà une personne que nous n'avions pas envie de croiser en ce matin. Elle se retourna dans notre direction, bien qu'heureusement elle ne nous adressa pas la parole quand nous l'avions dépassée sans même regarder directement dans sa direction.

Une fois arrivée, un autre éclair rouge familier passa notre champ de vision. Trop rapide cette fois pour en voir les détails, nous avions cependant une idée de qui il s'agissait. Avec un sourire fugace, nous lâchâmes un court sifflement après avoir fait quelques pas dans l'entrée. Sans se faire attendre, cette boulette volante ne tarda pas à se montrer le bout du nez. Il arriva en portant avec lui un livre, il semblait avoir prit plaisir à se rendre utile un peu partout dans l'université au mieux de ses capacités. Il était plus fort qu'il en avait l'air après tout, et puis il y avait certainement tout un tas d'utilités à trouver à un petit compagnon volant. Nous pensions avec amusement un instant que, de nous deux, il s'était clairement mieux intégré ici.

"Alors Pookie, tu t'amuses ici? Nous te remettons ceux-là aussi, vois donc si tu n'arrives pas à me ramener quelque chose de bien au passage."

Il accepta la nouvelle charge supplémentaire sans vaciller et partit en piqué pour disparaître derrière les rayons. On nous avait assurée qu'il s'y débrouillait très bien pour un petit monstre, même si un bruit de fracas subvenant hors de notre champ de vision nous porta à nous le demander. Brave petite bête tout de même, nous serions heureuse d'avoir ne serait-ce que la moitié de son courage en fait. Tapotant du pied sur place, nous attendions qu'il revienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Visite d'une Lady de Trabia   Jeu 4 Déc - 20:34

WilliamLorsqu’il remarqua la tasse de café brûlante qui lui était tendue, William la récupéra à l’aide de sa main gauche. Le mouvement transmis par les composants électronique était fluide, sans à-coups ou tout autre défaut de positionnement. Le membre mécanique et la manche qui le recouvrait paraissaient flambant neuf grâce aux soins qui avaient été apportés durant les quelques jours qu’avait dû attendre William pour les récupérer. Comme à son habitude, Erika avait donné le meilleur d’elle-même dans son travail de maintenance et de nettoyage. Il ne fallait en attendre moins de celle qui se prétendait génie du département d’ingénierie.

« Je suis rassurée de voir que tu n’as pas de problème pour bouger avec. Les simulations que j’ai réalisé hier avec le logiciel m’indiquait une marge d’erreur de plus de 5%. »

Tout n’avait pas été simple, pourtant. L’attaque de la BGU avait été un coup dur pour les membres du SeeD et Erika ne faisait pas exception. La jeune femme avait été légèrement blessée lors des procédures de sécurité et d’évacuations, son bras droit en écharpe attestant de la chute d’un bloc de ciment sur son épaule. Il ne lui restait plus que quelques jours à garder son membre immobile, mais son état ne l’avait pas empêché de se remettre au travail dès sa sortie d’hôpital.
Ce qui avait posé le plus problème était les dégâts matériels : tout le département logistique de l’Université en avait fait les frais, à commencer par l’atelier d’Erika. Nombre de ses machines avaient été détruites lors de l’attaque et il avait fallu en faire apporter de nouvelles au plus vite. Les fabricants et les fournisseurs situés à Esthar avaient acceptés les demandes de la BGU mais, en contrepartie, les demandes de missions d’escorte et de transports de marchandises avaient triplés pour les mois à venir. Tout avait un prix.


« Tu penses pouvoir tenir la cadence pour les prochaines semaines ? un bras inutilisable pendant une semaine, ce n’est pas rien. J’en sais quelque chose.
-Mais oui, voyons ! T’en fais donc pas pour si peu ! Je suis une battante, moi !
-Je te crois... »

« Comment vont tes élèves ? » vint-il se retenir d’ajouter, sachant pertinemment que la situation n’était pas des plus reluisantes. Nombre d’étudiants avaient été blessés gravement lors de l’assaut et les autres survivants s’étaient retrouvés en état de choc tout de suite après. On ne les avait plus revus sur le campus depuis, plusieurs parents ayant décidé de les retirer de la BGU. Pour certains, il ne s’agissait que d’une décision temporaire, le temps que la situation se calme. Pour le reste, ils avaient définitivement abandonné leur formation.

William pensait qu’il serait plus sage d’éviter d’aborder le sujet, mais la jeune femme qui lui faisait face voulut briser le tabou :


« J’ai reçu un appel de chez Liliane, il y a deux jours.
-Erika... Je n’ai pas envie de parler de ça.
-Laisse moi finir, enfin ! Elle va très bien ! Enfin, très bien pour quelqu’un qui a malheureusement assisté à la mort de plusieurs de ses camarades...
-Charmant.
-… mais elle se sent suffisamment en forme pour reprendre les cours dès qu’elle le pourra ! T’as pas de soucis à te faire pour elle !
-J’ai du mal à saisir où tu veux en venir...
-Tu as entendu parler de la nouvelle qui parle de l’organisation d’un tournoi sur Spira, dans quelques jours ?
-Vaguement. Quelques articles dans les journaux et deux-trois affiches éparpillées en ville. Je ne me passionne pas particulièrement pour ce genre d’évènements.
-Je me disais que ce serait une bonne idée de s’y rendre avec quelques-uns de mes élèves, pour se changer un peu les idées. Tu pourrais aussi y participer, qu’est-ce que t’en dit ?
-Combattre dans l’arène ? Ce n’est pas mon genre de concourir dans ce genre de compétition, tu le sais bien. Je n’aime pas vraiment me donner en spectacle... déclara-t-il en finissant son café tout en se levant du canapé sur lequel il était assis depuis le début de la conversation.
-Tu devrais y réfléchir. Ça pourrait t’aider à faire connaître ton affaire au-delà de Dol, imagine ! Des clients de tout Héméra viennent te voir pour te confier des enquêtes au seize coins du mondes ! » s’exclama l’instructrice aux cheveux roux en récupérant sa vaisselle.

William pondéra la question quelques instants, avant de secouer la tête comme pour se convaincre que c’était une mauvaise idée. Il n’aimait déjà pas le fait qu’on connaissait son nom au-delà de Balamb, alors au-delà de Dol. Mais Erika avait raison sur un point : il leur fallait quelque chose pour se changer les idées. Ce tournoi était une solution qui lui déplaisait, mais s’il venait à être entraîné là-bas, il ne refuserait pas l’invitation. Au moins pour voir comment une telle compétition pouvait s’organiser sur un de ces continents inconnus du jeune détective.


« Bon. Je dois retourner en ville. J’ai des dossiers et des factures qui m’attendent.
-Déjà ? Pense à ce que je t’ai dis ! Et passe me voir un de ces quatre ! J’ai pas eu le temps d’installer certaines fonctionnalités et il me reste des mises à jour à pratiquer sur ton bras !
-J’y penserais. » répondit simplement le jeune homme en quittant la salle de repos.

Lorsqu’il fut rendu devant le bâtiment désormais reconstruit à l’origine, le jeune homme prit une longue inspiration et repensa à la proposition que lui avait faite Erika. Être connu par le monde entier, c’était quelque chose qui faisait rêver... les enfants avec la tête emplie de rêves, ce qu’il n’était plus depuis bien longtemps.

Cependant, il n’avait plus grand-chose à perdre, surtout depuis qu’on lui avait appris que le travail qu’il avait effectué pour le compte de la BGU ne lui avait rien rapporté. Cette attaque d’Ultimécia avait chamboulé énormément de choses, et il n’avait pas échappé à ce que l’on pourrait comparer à une coupe budgétaire de la part du conseil d’administration de l’Université. L’examen de Victorique de Bastille était donc devenu un acte de bénévolat plutôt qu’un travail en bonne et due forme. Il lui était difficile d’accepter ce genre de chose aux vues de sa situation financière, mais s’il pouvait rentabiliser un déplacement à l’autre bout du monde, il ne laisserait pas filer une telle occasion.


« La gloire et la fortune, hein... » murmura-t-il en levant les yeux au ciel, un aéronef d’une compagnie publicitaire d’Esthar passant à ce moment en arborant les banderoles de l’évènement en question.

-----------------------------------------------------
William partira au Tournoi Mystère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Visite d'une Lady de Trabia   Ven 5 Déc - 12:26

VictoriqueEt sûrement avec un certain délais Pooki revint battant fièrement des ailes avec son butin entre les pattes. Il relâcha l'ouvrage qui retomba lourdement entre nos mains, ce dernier pouvait fièrement porter le nom de brique. En examinant la couverture de plus près, nous fîmes l'heureuse découverte qu'il s'agissait d'un auteur d'un autre monde pour lequel nous avions beaucoup d'intérêt. Notre intérêt n'avait jamais été prononcé pour les oeuvres de fiction fantaisistes, mais il fallait avouer que ce dernier avait une façon de faire avec les mots qui transcendaient ces vaines préférences. Nous relevâmes la tête pour féliciter la petite créature d'un sourire fugace. Peut-être était-il plus doué pour ce travail que nous lui avions donné crédit après tout. Ce petit monstre avait de quoi nous surprendre dernièrement, autant par ses prouesses de combat que pour le reste. Il n'y avait pas de toute par rapport à ça, il y avait quelque chose de changé en lui depuis notre départ de Trabia, mais quoi au juste, bonne question.

-Ce n'est pas mal. Pas mal du tout même, mais ne t'asseois pas sur tes lauriers pour si peu.

Une réplique faussement austère que nous racontâmes en détournant les yeux avant de les refermer un instant. Il pouvait aisément voir à travers et tel était le but. Franchement ça ne prenait pas grand chose pour faire plaisir à cette guimauve volante. Un moment qui ne dura pas longtemps avant que le claquement de talons ne viennent faire écho dans la bibliothèque déserte. Nous reconnaîssions la démarche du docteur assez facilement, rien de plus simple pour une oreille entraînée. Elle annonça sa présence d'un raclement de gorge, bien que c'était déjà fait autrement. Nous nous retournâmes pour lui lancer un regard froid. Ses visites étaient rarement pour de bonnes nouvelles, et à en juger à sa posture et ses traits, ce moment ne faisait pas exception. Nous jetâmes un énième coup d'oeil autour dans la bibliothèque pour nous assurer que nous étions bien seules avant de nous risquer à dire quoique ce soit.

-S'il s'agit encore de vous enquérir de notre situation alors vous perdez votre temps. Nous n'avons eu aucun nouvel épisode depuis notre arrivée à l'université.
-Ne pensez pas que c'est pour vous menacer mademoiselle De Bastille. Mon travail est aussi de m'assurer que vous n'êtes pas un danger pour vous-même et pour les autres. En temps normal je suis tenue de garder votre condition secrète, sauf quand je juge qu'elle peut vous empêcher de remplir vos fonctions.
-Notre condition nous regarde en premier lieu. Nous ne sommes pas plus en danger que les autres élèves de cet établissement.
-Assurez-vous simplement de bien prendre la prescription que je vous ai donnée.
-C'est tout?

Le docteur Kadowaki poussa un soupir teint de désespérance. Peut-être ne faisait-elle que son travail, mais elle n'en demeurait pas moins une antagoniste sur ma route. De toutes les menaces que nous avons croisé, elle se faisait de loin celle la plus directe à notre carrière de SeeD. Elle rétorqua que non, elle n'était pas venu seulement pour nous faire la morale. Elle se retourna pour faire face à notre familier, lui décrivant un ouvrage médical dont elle avait besoin. Dès qu'il reçut l'ordre, il émit un piaillement oisif avant de s'en retourner entre les allées. Elle profita de l'absence du petit monstre pour en remettre une couche.

-Ce n'est pas parce que vous avez tenu bon jusqu'ici que votre condition n'est plus un danger réel, vous le savez mieux que quiconque. J'ai une bonne idée de ce que vous cherchez en devenant SeeD. J'ai accepté de vous laisser aller à votre guise, mais il va vous falloir coopérer un peu.

Nous baissâmes le regard face à cette vérité crue. Ça crevait les yeux qu'elle tenait le gros bout du bâton ici, elle n'avait pas besoin de le rappeler. Néanmoins elle avait raison, elle était à la fois notre plus précieuse alliée et notre pire ennemie ici. Tenir bon jusqu'à ce que nous atteignions notre but. Nous ignorions encore pour quoi au juste nous souhaitions tant vivre, mais nous savions pertinemment de quoi nous voulions éviter d'y passer. Cette peur constante en était trop pour nos frêles épaules. Tous les monstres que nous avons croisé commençaient à pâlir en comparaison en vérité.

-Ah et à propos de votre... Autre condition...
-J'ai-- Nous... Ce n'est pas-- Pas votre préoccupation!-- Nous...
-Si, si, comme je te le dis, c'était des vrais cornes, ou alors c'est des bois, je sais pas trop. T'aurais dû la voir bouffer, pire que mon chien. Elle était avec Linoa, mais j'sais pas trop quoi en penser. Elle a pas ramené une autre sorcière ici j'espère...

Une bouffée de chaleur nous monta immédiatement aux pommettes à cette mention de la part du docteur. Le fait que deux intrus étaient arrivés à ce moment n'aidait en rien. Il y avait des lignes à ne pas traverser tout de même! Fort heureusement, ils semblaient plus occupés à regarder un appareil que l'un d'eux tenait. En dépit du silence qui s'était immédiatement formé entre nous tandis que ce duo nous dépassait, le docteur Kadowaki posa une main sur notre épaule avant de s'excuser poliment. Sauvée par la cloche, même si elle venait presque de sonner notre glas au passage. Avec tout ce remue-ménage nous n'avions même pas remarqué le retour de ce pudding ailé qui confia son livre médical à la femme.

C'était une catastrophe échappée belle, mais à peine nous y avions survécu que nous allions devoir nous lancer dans une nouvelle entreprise insensée. Le docteur avait raison sur un point. Même si nous avions l'air de bien aller en ce moment, nous n'étions pas sortie de l'impasse. Il y avait deux solutions vraiment, et alors qu'une prendrait fort probablement trop de temps à réaliser, l'autre risquait très bien de mettre fin à notre vie prématurément. Enfin, quand on est acculée au mur, il y a bien peu d'options, et celle de rester les bras croisés n'était guère attirante. Mieux valait nous éloigner d'ici, trouver une mission au plus vite auprès du corps commandant des SeeDs, et surtout une mission qui nous rapprocherait de ces satanés cristaux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Visite d'une Lady de Trabia   Dim 7 Déc - 14:31

MadokaPaye ton black-out à 2 euros. Difficile de dire si Madoka avait eu son compte juste à cause du verre piégé que l'autre idiot de Dollet lui avait servi ou quoi, mais les derniers jours, semaines, heures ou quoi (impossible de dire) furent en mode zombie absolu ; Madoka n'arrivait qu'à approximativement mettre un pied devant l'autre, suivre quelque chose qui bougeait devant elle et comprendre des bruits bizarres qui pouvaient être ou ne pas être des paroles. Personne n'avait un seau d'aspirine et des lunettes de soleil à faire tourner ? Par contre difficile de dire comment elle suivait le groupe. Il lui semblait qu'il s'agissait de Victorique, Pooki et William, mais difficile à dire dans cette transe post-vodka feat. bombe au poivre. A tel point qu'ils ne la remarquaient même pas.

Après être restée enfin appuyée sur le tour d'une porte (le seul truc qui ne donnait pas l'impression de trembler) et continuer à écouter les conversations, jusqu'à un retour à la réalité un peu brutal. Enfin, surtout pour Victorique, car une petite percussion dans sa grande meilleure amie pour la vie en sortant de l'infirmerie (qui était en fait une bibliothèque) ,qui avait eu l'effet de réveiller Madoka eut aussi pour effet de la faire s'effondrer. Seins les premiers sur Victorique, qui put, pour le plus grand malheur de son visage et celui de son familier, expérimenter la vie en sandwich avec le sol et les deux lunes de chair d'Héméra. Tout n'était cependant pas désespéré, car le choc avait plus ou moins réveillé Madoka, qui venait brutalement de totalement émerger du brouillard. Pas dans les meilleures conditions, mais c'est la crise, il n'y a pas de petits profits. Oh, et visiblement, quelqu'un lui avait retrouvé ses habits originels. Enfin être bien sapée, c'était plaisant.



- ...Victorique ? Enfin, je suppose que c'est vous, voyons... Les deux grandes couettes blondes, la robe, Pooki... Oui c'est vous. Mais pourquoi vous vous débattez comme ça ?

Et la BGU, je ne sais pas ce qu'on y fait. Le Lygus voulait une revanche contre Pooki ?



Le tout dit tandis que Victorique devait friser la suffocation. A en juger par le manteau blanc vu du coin de l’œil, William devait être aussi dans le secteur. Difficile de dire s'il allait aider ou sortir son téléphone pour filmer ce yuri improvisé, mais le connaissant, il risquait plutôt de lever les yeux au ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Véga
Étoile à la retraite

Étoile à la retraite

avatar
Niveau : 1
HP : 100/100
MP : 10/10

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Visite d'une Lady de Trabia   Jeu 11 Déc - 8:22

~ Like a Star @ heaven ~

Bonjour à tous les deux. Je suis votre 'nouveau' MJ, je suis à votre disposition si vous avez besoin de moi pour une quelconque intervention, pour une faute ou un oubli de ma part (ce qui peut arriver). N'hésitez pas à m'envoyer un MP.

~ Like a Star @ heaven ~

Victorique gagne 100Gils et passe au niveau 8.
Madoka gagne 50Gils
William gagne 50Gils.

=> Tous sont restaurés.

~ Like a Star @ heaven ~

mini flèche William Lawrence a quitté le groupe et rejoint le tournois mystère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Visite d'une Lady de Trabia   Jeu 25 Déc - 9:27

VictoriqueUn peu trop occupée à nous auto-motiver, c'est à peine si nous avions réagi au piaillement étranglé de Pooki qui se figea dans les airs. Quand une autre ombre se projeta sur nos épaules pour dépasser la nôtre. Interloquée, nous nous retournâmes pour nous retrouver face à un mur de chair qui s'approchait dangereusement vite. Une réaction de défense se déclencha quand nous levâmes les mains pour nous protéger de cet assaut. Un court cri strident s'échappa de nos lèvres qui ne tardèrent pas à être scellées par un lourd poids qui nous tomba sur le visage, puis tout le corps. Toute pensée avait été mise de côté tandis que nous tentions de nous débattre hors de cette masse qui venait de s'écrouler sur nous. Quand enfin nous avions enfin compris de qui il s'agissait en entendant cette voix familière, nous en avions finit par nous détendre un peu, pour ensuite reprendre ces gesticulations de plus belle quand nous comprîmes où nous étions coincée. Nous avions l'impression d'être sujette à une combustion spontanée quand cette constatation nous traversa l'esprit. Nous prîmes la plus grande bouffée de précieux oxygène possible quand nous arrivâmes à relever la tête hors de cette étreinte forcée. Quelques taches blanches troublaient toujours notre vision et la pièce tournait toujours un peu autour de nous, mais nous avions bien pu confirmer ce qui se passait.

-Miss B-Bayushi!? Euh, oui, c'est bien nous.-- Mais enfin que vous prend-il tout d'un coup? La BGU je, nous... Combien de temps avez-vous passé dans cirage ainsi?

... Auriez-vous l'amabilité de vous lever par hasard? Cette position est assez inconfortable, et puis nos membres commencent à s'engourdir un peu...


Pooki sembla avoir conquit sa peur juste assez longtemps pour prêter un coup de main, ou plutôt de patte. Nous ne tardions pas à suivre pour nous relever tandis que le familier tirait sur le col de la femme de Gaïa pour l'aider à la remettre sur pieds, même s'ils étaient toujours un peu chancelants. Malheureusement, ses vêtements traditionnels n'étaient visiblement pas faits pour être tirés dessus ainsi comme ses attributs féminins ne manquèrent pas d'en être libérés. Le fait qu'ils ne le soient pas au moindre mouvement était cependant toujours un vrai mystère. Un nouveau réflexe nous porta à entre les mains afin de les refermer afin que son retour ne se fasse pas plus en scandale qu'il ne l'était déjà. Nous avions lâché un long soupir dépité en laissant tomber nos épaules. Notre visage s'enflamma à nouveau en réalisant que nous tenions toujours son vêtement au niveau du buste. Nous reculâmes d'un bond, mains levées comme prise en flagrant délit, bien que rien de tout cela n'était en rien notre faute. Bafouillant de plates excuses, nous tentions de ravoir son attention quand nous nous arrêtâmes pour l'observer.

-La... BGU? Nous devrions surtout demander ce que vous y faites! Cela fait plusieurs jours déjà que nous nous sommes séparés. Ne nous dites pas que vous êtes toujours dans la brume depuis tout ce temps? Comment avez-vous fait pour trouver votre chemin jusqu'ici enfin? Nous pensions que vous étiez retourner chez vous.

...Pas que nous espérions que-- Bref... Décidément vous avez sale mine. Un peu d'eau ne vous ferait certainement pas de mal, ou plutôt une douche froide... Et une touche de parfum pour la route...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Visite d'une Lady de Trabia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite d'une Lady de Trabia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Visite d'une Lady de Trabia
» [Vidéo] Visite guidée de AKIHABARA.
» Lady Snowblood
» visite de la cathédrale
» Visite virtuelle du "USS Pampanito"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Dol :: Continent de Balamb :: BGU-