Forum rpg basé sur les univers des FF IV, VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Mer 21 Aoû - 0:19

Précédemment : Juste de passage...
=========^.^=========

Cait Sith« Hummm... peut-être... Minauda Cait Sith au souhait de Wynonah de se voir couvrir d'une montagne de fleurs. Si tu es sage... »

Au monsieur qui bouscula la jeune femme - à moi que ça n'ait été l'inverse - il fit seulement un signe de la main l'air de s'excuser pour la maladresse de son animal de compagnie. Puis il s'arrêta brusquement pour se retourner vers elle. Les yeux plissés - comme toujours à vrai dire - il la fixa intensément. Ses petits poings sur ses hanches en espérant l'impressionner - ou l'intimider, allez savoir - il pointa le sac que la jeune femme emportait partout avec elle de son index ganté.

« Et seulement si tu me dis ce qu'il y avait d'assez intéressant là-dedans pour dormir dessus ! C'est pas sympa de pas partager ! C'est des lettres d'amour de ton petit copain roux, c'est ça ? Et ça date de quand d'abord ? Parce que moi, ça ne me plaît pas trop qu'on retrouve des trucs et des machins sur une organisation qui n'est plus sensée exister ! Qu'est-ce que ça fichait dans un réacteur ça, hein ? »

À y réfléchir, ce n'était vraiment pas bon signe... et malheureusement, son double avait quitté les lieux dans lesquels il aurait été susceptible de trouver quelques informations. Repartant aussitôt dans d'autres pensées, chaton reprit la route. La bedaine de sa grosse peluche en avant, se balançant d'un pied sur l'autre comme un canard maladroit sur ses grandes palmes, et sur sa tête, Cait Sith qui réfléchissait dans son coin. Le voyage vers Midgar se déroula donc sans que sa voix stridente n'attire les monstres... Jusqu'à ce qu'un irrépressible besoin d'enquiquiner le monde fasse vibrer ses moustaches.

Bon. Le tout était de trouver la bonne technique pour faire parler Wynonah. L'apitoyer ? Il n'était pas dit que ça fonctionne après le pichet d'eau qu'il lui avait « malencontreusement » renversé à la figure le matin même. Quoi qu'elle l'avait laissé monter sur ses genoux, quand même...

« Moi j'arrête pas de t'emmener dans plein d'endroits pour que tu trouve des trucs intéressants, et toi tu ne veux même pas me dire ce qu'il y a dedans... Bouda-t-il. Si c'est ça, je t'apporterai plus jamais le petit déjeuner ! »

Mais il se figea en entendant un bruit remuer les décombres.

« Oh... on est déjà à Midgar. Ben dis donc, on dirait une poubelle géante...! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Mer 21 Aoû - 1:45

Il semblait d'accord pour lui cueillir d'autres fleurs, vu qu'il lui répondit après ce qu'elle venait de lui dire à ce sujet, mais l'attendre pour qu'elle puisse acheter une gemme, non ! Elle devrait attendre.
Wynonah se contenta de hausser les épaules, et de riposter avec lassitude : « Je suis toujours sage, moi ! ».

Après quelques pas, le chaton reparti à la charge, à vouloir savoir ce qu'il y avait dans le sac, la faisant s'empourprer à une nouvelle allusion à Genesis. Pffff qu'il était casse-pied ce robot à lui reparler de celui-là ! Elle cru que Cait n'était pas pressé ou finalement peu intéressé par sa réponse vu qu'il repris le chemin.

Mais aussitôt qu'ils furent arrivés à Midgard – miraculeusement sans avoir croisé de monstres, et Cait Sith avait était miraculeusement silencieux encore une fois – il posa à nouveau la question. Non, il n'était pas décidé à lâcher l'affaire. Et comme pour la soudoyer, il lui dévoila que c'était lui qui lui avait porté le petit déjeuner au lit. Elle s'obligea à y croire même si elle avait grand mal. Mais à part lui, qui d'autre aurait pu lui porter après tout ?

Elle finit par sortir un papier et le montra à Cait Sith. Ce papier de Kierann Cleversoul, son père, à Hojo, proposant un projet au vieux fou de scientifique, liant Wynonah et Sephiroth. Un projet qui aurait fait d'elle rien d'autre qu'un cobaye de reproduction...
« Tu crois vraiment que ça ressemble à une lettre d'amour ça ? » demanda-t-elle avec dégout.

Et avant que le chaton ne détaille trop, elle commença à froisser le papier et voulu le brûler, mais se résigna... quand elle entendit un petit bruit tout près. Elle remis vite le papier dans sa sacoche, et ressortit une photo sur laquelle il y avait Genesis et Angeal, faisant tomber au passage deux plumes, une noire et une blanche. Elle ne fit plus attention au bruit entendu et rattrapa en vitesse les deux plumes pour les remettre dans sa sacoche également.

Et elle montra la photo au chaton : « Voilà tout ce qui concerne le copain roux, comme tu dis. Lui et son ami, que j'ai connu aussi et qui était quelqu'un de très respectable ! Quant à la date, là ça doit être d'avant 2000 du calendrier de Gaïa. Angeal, le brun, est décédé en 2001 du même calendrier ».
Sa voix était basse – on ne sait jamais, il y avait peut-être des oreilles indiscrètes dans le coin – et monotone, lasse, un peu triste.
« Je sais enfin qui m'a servit le petit déjeuner au moins. Si c'est vraiment toi, je t'en remercie ! Oui oui, tu peux me croire ! »...
Même si elle avait parlé toujours sur le même ton.

Elle regarda à nouveau partout autour d'elle alors qu'il lui sembla encore entendre un bruit. Et Cait Sith l'avait peut-être entendu aussi vu son attitude.
« T'as bien entendu quelque chose là non ? À moins que ce soit juste un rat dans une poubelle, mais je pensais que ces animaux faisaient un peu moins de... de bruit ».

Elle mis sa main à sa dague mais sans la sortir, juste par méfiance, et regarda encore partout autour. Elle ne voulait pas adopter d'attitude agressive, loin de là. Puis avec la fleur qu'elle avait repris dans l'autre main, ça ne risquait pas grande chose de ce coté, dans le fond !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Mer 21 Aoû - 14:12

ShellieQuand elle eut terminé son repas, Shellie ne manqua pas d'émettre un soupir satisfait. Pour un être dont les autres sens que la vue étaient si développés, force est de constater qu'elle pouvait très bien aussi se contenter de viande de rat. Certes, elle était sèche et peu tendre, mais si elle avait apprit quelque chose lors de sa vie dans les profondeurs, c'était bien de ne jamais gaspiller. Elle étira langoureusement ses membres fatigués tout en bâillant aux corneilles avant de décider d'explorer un peu plus ces ruines. Dans les faits, elle cherchait plutôt un endroit plus calme pour aller s'y poser et dormir. Cette rencontre qu'elle avait eu avec Deneth l'avait empêchée de se reposer comme il se devait, et elle commençait à se sentir plutôt lasse par conséquent. Elle avait tendance à ne plus marcher très droit par moments, et manquait de peu de s'emmêler les pattes à quelques reprises.

Ce monde qu'était la surface était décidément bien étrange. Peu importe à quel point elle tentait de regarder dans les airs, elle ne pouvait distinguer aucune paroi, que ce soit à l'horizon ou directement en haut. Le fait de se retrouver dans un endroit aussi ouvert lui offrait un sentiment un peu oppressant à vrai dire. Les courants d'air qui venaient la fouetter de toutes les directions étaient une autre chose à laquelle elle n'avait pas l'habitude. Ils apportaient avec eux des odeurs qui provenaient d'un peu partout de cette ville, mais surtout de ses habitants. Pour être odorants, ça, ils l'étaient. Elle ne risquait pas vraiment de tomber sur des gens quand tout ce qu'elle avait à faire était de tendre le nez pour les localiser et les contourner. Quand l'un d'eux passait trop près d'elle, elle n'avait qu'à se cacher pour attendre qu'ils passent. Tout compte fait elle s'adaptait somme toutes bien à ce monde en surface.

Elle erra de cette façon à la recherche d'un refuge jusqu'à ce qu'elle tombe sur un parfum vastement différent des autres. Intriguée par cette découverte, elle se tint immobile pour humer l'air à sa recherche. Avec l'aide du vent, elle pouvait en déceler la provenance et s'en approchait à bonne allure, oubliant presque sa fatigue du coup. Les yeux portés vers la source, une douleur aiguë dans sa main la fit sursauter, puis dévaler une pile de gravats. Elle se retrouva sur le dos, un peu secouée et étonnée. Elle posa le regard sur sa main pour y voir un bout de métal s'y être planté. Le sol ici était traître et elle l'avait oublié. Un filet de sang s'écoula de sa main quand elle tenta de le retirer. Ses oreilles se braquèrent en direction d'un bruit tout près. Un autre humain bruyant, mais celui-ci se démarquait du fait que le parfum particulier se trouvait sur sa personne.

Elle tenta de s'approcher d'un pas léger, mais la blessure dans sa main rendait tout déplacement furtif beaucoup plus difficile. Elle avait fait de son mieux afin de la contourner et de l'approcher dans son angle mort, mais au final ses efforts avaient été vains. Le rythme de cette personne avait subitement passé du calme complet à la méfiance, signe qu'elle l'avait entendue, mais ignorait toujours sa position exacte. Elle sortit d'entre les décombres avec une démarche de félin qui avait vu une proie, bien qu'elle n'avait pas faim. Elle avait répondu à la position défensive de la femme pour l'imiter en quelque sorte en s'écrasant au sol, la tête basse et prête à bondir au cas où elle deviendrait agressive. Bien que son regard lui était braqué sur la fleur qu'elle tenait, ses oreilles elles avaient leur attention sur elle et ne perdaient pas une miette de ses mouvements comme de mélodie. Elle se trouvait particulièrement lente et monotone en ce moment, comme si elle n'attendait qu'une réponse de sa part pour décider de ce qu'elle devrait faire. Elle s'avançait lentement tout en déviant un peu sur le côté, l'approcher directement s'avérerait sans doute trop agressif de sa part. Elle ne voulait pas la faire fuir, ou du moins pas alors qu'elle avait cette fleur en sa possession. Elle voulait en savoir plus sur cette chose qui lui offrait un sentiment familier. Curieusement, elle ne portait aucunement son attention sur Cait Sith, que celui-ci bouge, parle ou même tente de l'approcher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Sam 24 Aoû - 21:57

Cait Sith« EEEH !!! Hurla Cait Sith de sa voix stridente. Mais montreuh, j'ai même pas eu le temps de lire !!! »

Indigné, il avait sauté à pattes jointes sur la tête de sa peluche, et cette dernière semblait dire « oui » à chaque bond que le chaton effectuait pour témoigner de sa frustration. Pour être tout à fait honnête, il avait tout de même pu apercevoir les noms de Hojo et de « quelqu'un Cleversoul », mais la lettre lui était passée trop vite sous le nez pour qu'il ait le temps de se faire la moindre idée sur l'importance de ces secrets. Or s'il y en avait bien un qui en connaissait un rayon en secrets, c'était justement Cait Sith. Les poings sur les hanches, il fixa donc Wynonah avec un sérieux assez déconcertant.

« Si tu me laisse lire, je te promets de faire des recherches... ailleurs... »

Fine allusion pour parler de son double champion de bikini. Autrement dit, de lui-même. Oui, c'est compliqué. En attendant, il n'était pas dans le caractère de Cait Sith de laisser les choses lui échapper. Plusieurs solutions s'offraient donc à lui pour apprendre ce qui l'intéressait. Faire chanter Wynonah - pas très réglo mais la méthode avait fait ses preuves - lui promettre une monnaie d'échange - donnant donnant ça marchait bien aussi - ou la droguer pour lui piquer ses précieux documents dans son sommeil. Des remords à l'une ou l'autre de ces idées ? Aucun ! Quand le chaton voulait quelque chose, il savait faire en sorte de l'obtenir, et ce sans se soucier des moyens employés.

Mais avant d'avoir pu menacer Wynonah de révéler sa taille de bonnet à la presse si elle ne lui laissait pas consulter ses précieuses lettres, une autre personne fit son apparition au milieu des... décombres ? Poubelles ? Morceaux de tour Shin-Râ et bouts de Sister Ray ? Après un grand bruit de dégringolade donc, une drôle de créature cornue se mit à ramper en demi cercle comme un prédateur à l'affût. L'approche indirecte et prudente de la sauvageonne, et dont l'attention était surtout dirigée vers Wynonah, fit sourire Cait Sith. Du coup, chaton sauta au bas de sa peluche et s'avança en quelques bonds très enthousiastes jusqu'à se placer devant la gamine à moitié nue.

Rectification : totalement nue.

Ses petits poings juste devant sa bouche, il plia les genoux pour se mettre à sa hauteur - comme s'il était plus grand qu'elle - un air bêtement attendrit plissant ses yeux de chat.

« Ooooh... salut toi ! Tu t'appelle comment ? Moi c'est Cait Sith ! Tu habites ici ? » Demanda-t-il en désignant les décombres.

La subtilité, la prudence... pour les autres, évidemment !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Dim 25 Aoû - 0:57

Ce chaton était décidément têtu. Si ça se trouve il avait tout bien lu et scanné – après tout c'était un robot – mais il insistait pour pouvoir se fiche d'elle encore plus.

Elle haussa les épaules et commença à ressortir la lettre toute froissée à présent... mais ravisa en entendant à nouveau un peu de bruit pas loin.
« Ouais, non, tu liras plus tard, là on n'est pas seul ! » lui marmonna-t-elle un peu distante. Et puis quoi encore, ce n'était pas le genre d'informations qu'elle voulait connue du grand public. On ne sait pas quelles oreilles pouvaient se trouver tout près.

Et en effet, il y avait quelqu'un. Enfin, c'est Cait Sith qui géra en s'adressant à la personne arrivant. Enfin la personne. Ou... la créature ?
Wynonah la regarda aussi, mais ne pu s'empêcher de faire de grands yeux un peu surpris. D'où sortait cette... euh... fille ? D'ailleurs, c'était quoi, comme espèce ?!

L'individu semblait en plus s'intéresser à Wynonah, ce qui ne la rassurait pas des masses.

Elle leva les mains comme pour montrer qu'elle était bien inoffensive, surtout avec sa fleur dans la main gauche.
« Vous voulez ? Et euh... vous êtes ? Drôle d'endroit pour habiter ici, hein ».
Elle lorgna vers Cait Sith en prononçant ces derniers mots, avant de regarder à nouveau la « fille ».

En observant bien l'individu, Wynonah vit qu'elle était blessée à la main. Peut-être venait-elle tout simplement chercher de l'aide ? Ou alors venait elle mendier pour avoir des vêtements ? Là par contre ça ne pourrait pas être possible, la scientifique n'allait tout de même pas se déshabiller, et de toute façon, même si elle était plutôt maigre, ses vêtements seraient tout de même trop grands. Peut-être pourrait-elle lui donner quelques gils pour s'en acheter d'autres en revanche. Ça ça pourrait se négocier.
« Cait... t'as déjà vu euh... je n'ai jamais vu ni entendu parler de... ».

En attendant une réponse du chaton, Wynonah se concentra sur la blessure que la créature s'était faite à la main. Et elle lui lança un Soin, afin de lui montrer qu'elle ne voulait pas de mal, loin de là.
Mais elle ne pouvait s'empêcher de rester méfiante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Dim 25 Aoû - 12:01

ShellieL'étrange jeune fille n'émit un vif mouvement de recul que quand le chaton robotisé se retrouva nez à nez avec. Légèrement effarouchée, elle accusa un bond vers l'arrière et s'était mise à le regarder lui et ses environs. Étrangement elle semblait aussi confuse que prise de surprise. Son regard était quelque peu vacant, et paraissait en quelque sorte regarder à travers lui. Chaque fois que la femme parlait par contre, elle s'arrêtait net de bouger, mis à part ses oreilles qui tressaillaient légèrement avec le bruit. Malgré son attention en partie volée par cet objet qui s'était subitement mit en face d'elle, elle n'avait pas arrêté de suivre ce que faisait l'autre femme. Elle pouvait percevoir quelque notes craintives provenant de sa personne, mais continuait de l'observer tranquillement sans faire de mouvements brusques.

Elle s'approcha de nouveau, bien que cette fois, son intérêt se portait sur le chaton. Elle l'observait longuement tout en penchant la tête d'un côté, puis de l'autre. Ses narines frétillaient alors qu'elle pouvait sentir l'odeur de la femme présente dessus. Elle tendit la main vers l'automate, puis le poussa légèrement. Elle tressaillit à nouveau quand elle l'aperçut bouger par lui-même. Elle en faisait le tour pour se mettre à le renifler sans crier gare. Malgré ses efforts, elle ne pouvait qu'en percevoir la même odeur de l'humaine non loin. Aucune note, ni musique ne provenait de lui alors que pourtant il était capable de bouger, de même que d'émettre un boucan de tous les diables.

Elle s'immobilisa à nouveau complètement quand Wynonah se servit de sa magie de soin. Elle ne reconnaissait pas seulement cette musique lors de la fois où Deneth s'en était servie, mais elle lui était d'autant plus très familière de ses jours dans les profondeurs. Ses jours simples où elle se trouvait bercée au son de mélodies semblables. Elle s'approcha cette fois plus directement de la jeune femme et répéta cet étrange rituel, la poussée en moins. L'objet de sa convoitise lui était revenue à l'esprit quand les couleurs vives de la fleur croisèrent son regard, et surtout cette odeur qu'elle n'avait jamais croisé auparavant. Elle se dressa d'un bond sur ses pieds, posture à laquelle elle ne semblait pas être bien habituée comme elle eut besoin d'un moment pour se stabiliser. Tout auront au passage eu une belle occasion d'admirer son anatomie dans son entièreté avant qu'elle se retourne vers la femme à la chevelure dorée, car effectivement, la seule chose qu'elle portait en ce moment était le bracelet en métal qu'elle avait à la cheville. Contrairement à ses conjectures, le fait qu'elle semblait totalement à l'aise avec sa nudité éliminait sa supposition comme quoi elle recherchait quelque pour se couvrir.

Même en position debout, elle ne se trouvait pas bien grande. Elle marchait d'un pas légèrement maladroit, les yeux toujours rivés sur la plante qu'elle tenait entre ses doigts. Le langage corporel qu'elle employait était loin d'être agressif à la façon dont elle gardait les bras le long du corps. Elle les tendit lentement jusqu'à ce que ses mains entourent les pétales de la fleur, sans pour autant y toucher. Ce n'était que maintenant alors qu'elle s'y trouvait à proximité qu'elle se rendit compte d'une très faible musique qui en émanait, à peine audible et capable de disparaître à tout moment. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, intriquée par cette découverte. Elle n'osait cependant pas y toucher directement, comme elle ignorait quelle serait la réaction de la jeune femme qui avait pourtant été plutôt coopérative jusqu'à maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Lun 26 Aoû - 22:55

Cait SithCait Sith secoua la main de haut en bas en direction de Wynonah, l'air de lui demander de se taire... en fait, il confirma même sa volonté en l'exprimant à voix haute. Et oui, parce que Cait Sith qui ne profitait pas de la première occasion pour se montrer pénible et bien... ce n'était plus vraiment Cait Sith, pas vrai ?

« Chuuut... tu vas lui faire peur avec ta mauvaise humeur... Laisse faire le gentil chat. »

Par expérience, ça fonctionnait toujours avec le gentil chat. Ou du moins presque toujours, puisque manifestement, sa cliente du jour n'avait pas du tout l'air attendrie par sa petite personne toute mignonne. Un peu surpris de se faire pousser de la sorte, Cait Sith lâcha un « WHÔÔÔ !!! » surpris et en fut quitte pour exécuter des moulinets avec les bras pour conserver son équilibre. Un peu plus et il se serait retrouvé sur le popotin au milieu des poubelles. Non mais vraiment ! À ce moment là, Wynonah lui piqua la vedette en lançant un sort de soin, ce qui détourna l'attention de la petite chose vers elle.

« Pfff... rien que de la triche... » Bougonna le chaton mécanique en croisant les bras d'un air boudeur.

Ce qui ne l'empêcha pas de continuer d'observer la scène. La petite créature cornue - il avait le droit de dire petite étant donné qu'elle n'était pas beaucoup plus grande que lui - s'était levée. Bon, déjà ça tenait sur deux pattes. Par contre niveau pudeur ce n'était pas encore ça... Décroisant les bras, Cait Sith rajusta sa couronne sur sa tête et épousseta sa cape avant de s'approcher au niveau des deux filles.

« Aaah tu aimes bien les fleurs toi aussi ? Il fallait le dire tout de suite ! Tiens, je me demande si l'église d'Aerith est toujours remplie de fleurs ? On va voir ? »

Capacité de concentration maximale : cinq minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Mar 27 Aoû - 18:54

Spoiler:
 

La fille étrange ne semblait pas agressive en fait. Wynonah essayait de se détendre. Mais face à l'inconnu, ce n'était pas évident. Et pourtant, elle avait déjà côtoyé quelques personnes un peu spéciale, dont un « monstre », comme Genesis disait ainsi de lui même. Et à traîner aux cotés de poil-de-carotte, elle avait vécu des situations un peu chaotiques. Mais là, c'était encore nouveau.

Wynonah se tourna vers Cait Sith qui la sortit de ses pensées pour lui faire une nouvelle réflexion sur son humeur. Quel casse-pied celui-là sérieux !
« Oooh eeeeh ! Je ne suis pas de mauvaise humeur ! Enfin, vas-y fait le gentil chat oui ! Mais tu vas nous la faire fuir à tous les coups ! ».
La jeune femme ne pu s'empêcher néanmoins de sourire – avec une hilarité cachée – quand Cait Sith se fit pousser par la fillette mystérieuse.

« Ce n'est pas de la triche, elle était blessée, tu l'as bien vu toi aussi ! » ajouta-t-elle à l'attention du chaton, d'un ton un peu blasé.
Elle désigna très légèrement la main de la nouvelle venue qui était à présent soignée. Mais tout en faisant attention à ne pas paraître agressive. C'est là où elle remarqua que la fillette avait essayé d'imiter ses gestes de rituel.

L'autre détail c'est l'individu n'avait pas parlé une seule fois depuis la rencontre. Était-elle timide ? Ou muette carrément ?
Wynonah l'observait aussi, et voyait bien l'immobilité de la fillette lorsque c'était elle qui parlait. À savoir ce que cela signifiait.
La scientifique ne pu s'empêcher de lever un sourcils en la voyant se redresser sur ses jambes, et la démarche maladroite de celle-ci lui fit encore se poser des question. Était-elle une... une enfant sauvage ? Ça existait ?! Bon c'était sûr elle n'avait pas l'air franchement humaine. Il y avait simplement trop de mystère autour d'elle.

Wynonah repensa à ce détail concernant la parole. Enfin, elle le saurait probablement, alors que Cait Sith s'adressa à elle pendant qu'elle lorgnait la fleur qu'elle tenait.

La scientifique voyant l'intérêt de la petite fille pour la fleur, elle la lui tendit gentiment, et lui parla à son tour : « Tiens, prends là si tu veux. Comment t'appelles-tu d'ailleurs ? Moi c'est Wynonah, et lui c'est Cait Sith ».

Non pas qu'elle voulait se débarrasser de la fleur, loin de là, mais elle s'y sentait presque obligée. Elle espérait ne pas avoir à donner ses deux plumes « souvenirs » – tombées des ailes respectives de ses deux amis – en revanche. Comme si elle voulait garder leur « odeur ». Ils n'avaient été que des amis. Mais de bons amis à qui elle avait tellement tenu et dont la disparition lui avait fait tellement de mal à chaque fois.

Wynonah se retourna vers Cait Sith.
« L'église des taudis du secteur 5 ? Vu à quoi ressemble la ville tu crois que... ? Remarque ouais, allons-y... Les fleurs survivaient déjà du temps où la ville n'était pas détruite, il me semble. Enfin j'en avais vaguement entendu parler. Donc peut-être qu'elles auront survécu là aussi, si tout cela était vrai. C'est par où ? ».

En attendant que le chaton lui montre le chemin, elle regarda à nouveau la fillette, se demandant ce qu'elle ferait avec la fleur. Bien qu'elle supposait qu'elle n'aurait aucune envie de la détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Mer 28 Aoû - 8:39

ShellieElle s'approcha lentement de la fleur, bien qu'elle évitait bien au passage de toucher Wynonah. Le bout de son nez touchait presque aux pétales alors qu'elle reniflait la plante. Avec une si petite chose tout juste face à elle, elle fit la première chose à laquelle elle était habituée à faire. Elle desserra les lèvres pour ouvrir sa bouche d'un coup. Une impressionnante dentition pointue et acérée laissait bien deviner quelle genre de diète cette chose avait. Ça ne l'empêcha cependant pas de gober d'un coup la fleur. Une décision qu'elle regretta instantanément quand elle en perçut la saveur. Elle tira la langue avec un air de dégoût et recracha le tout avec une série de toussotements énergiques. Elle eut sa leçon en tout cas, et elle n'allait certainement pas tenter de manger une autre de ces choses de si tôt. Elle secoua la tête et recula d'un pas vers l'arrière. Mouvement de recule qui l'avait presque menée à tomber sur les fesses dans ces débris.

Non seulement elle n'était pas du tout habituée à cette position, mais la fatigue à laquelle elle se trouvait en proie depuis longtemps déjà commençait réellement à peser son poids, d'abord sur son équilibre chancelante qui persistait même un peu alors qu'elle retourna à sa position d'origine à quatre pattes. Elle se frotta les paupières du dos de ses mains. Alors que ces deux-là étaient occupés à discuter, sa tête se balançait lentement avec le sommeil qui la gagnait jusqu'à ce qu'elle la redresse. Honnêtement elle ignorait pourquoi elle avait besoin d'émettre tous ces sons alors qu'elle comprenait déjà ses intentions. Elle ne se sentait pas exactement menacée, et puis elle pouvait toujours très bien s'enfuir si jamais ce serait le cas. Son expression semblait un peu blasée, et elle ne tarda pas à bâiller aux corneilles.

Son attention se porta alors sur la peluche qui, si sa mémoire était bonne, avait bougé. Ce la même façon qu'avec le chaton, elle poussa l'énorme corps pelucheux sans obtenir de réaction de sa part. Intriguée, elle recommença pour en devenir carrément confuse. Elle tourna autour pour renifler la chose de plus près, et pouvait en conclure qu'il portait une odeur semblable aux autres. Elle trouvait cela de plus en plus étrange décidément. Elle s'assied face à la peluche et la fixait comme si elle s'attendait à ce qu'elle se mette à bouger. Tout ce qu'elle se disait pour l'instant, c'était qu'il semblait bien plus confortable pour dormir que la pierre et la poussière, et plus chaud surtout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Mer 28 Aoû - 17:24

Cait SithLa faire fuir, lui ? Mignon comme il était ? Elle délirait ! Ceci dit Cait Sith aurait peut-être préféré, car l'indifférence que la petite bête manifestait à son égard commençait à devenir un poil vexante. Mais euh... Elle pourrait répondre quand-même ! Les poings sur les hanches prêt à lui faire la leçon comme lui seul savait la faire, il resta cependant la bouche ouverte sans qu'aucun son n'en sorte. Mini brocard gobant littéralement la fleur de Wynonah lui avait coupé le sifflet ! Et face à son air de dégoût traduisant sa déception, Cait Sith en fut quitte pour un fou-rire incontrôlable !

Les bras croisés sur son ventre, il en était réduit à se rouler de rire par terre au milieu des débris, ses jambes battant l'air en rythme.

« WAHAHAHAHA !!! T'aurais vu ta tête !!! » Lança-t-il à Wynonah entre deux hoquets.

Lorsqu'il se décida enfin à se calmer, il roula sur le ventre et posa son menton entre ses mains comme s'il était à la plage, observant la petite chose avec attention. Apparemment, sa peluche l'intéressait beaucoup. Du coup, Cait Sith se leva et trottina une nouvelle fois jusqu'à la fillette.

« Tu veux essayer de manger ma peluche aussi ? Je te préviens ça n'a pas très bon goût... et je pense pas que tu auras la bouche assez grande en plus ! Il pencha la tête, sa couronne menaçant de se casser la figure. Tu sais quoi Wynonah, je crois qu'elle comprend rien du tout en fait ! »

Du coup, chaton se plaça juste devant la créature et l'obligea presque à le regarder. En même temps, il était difficile de ne pas le voir lorsqu'il se mettait juste sous votre nez. Plaquant ses deux mains sur sa petite poitrine velue, il articula avec soin.

« Ca-it Sith ! Puis il fit un grand geste pour désigner Wynonah. Wy-ny ! »

Un sourire plus tard, il grimpa sur les épaules de son gros Mog en quelques bonds souples et tapota le dessus de son crâne rose tout en fixant mini biche du regard. Exactement comme s'il invitait un chien à monter sur un canapé confortable.

« Tu veux monter ? Viens ! »

Pas sûr qu'elle comprenne, mais normalement le ton de la voix suffisait. Normalement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Jeu 29 Aoû - 21:34

Cette fillette... non, cette créature venait de révéler sa nature. Elle était un monstre ! On était sympathique avec elle ? Elle ne répondait même pas, ne daignait même pas adresser un merci, et vous gobait presque la main ! Où avait-elle appris les bonnes manières ? Ou plutôt les avait-elle apprises tout simplement. À priori, c'était un non formel.

Wynonah ne put s'empêcher de porter sa main à sa dague mais sans la sortir, surtout quand elle vit que Cait Sith n'était pas décidé à attaquer. Non, il préférait se moquer de la pauvre scientifique qui, elle, avait les larmes aux yeux. Comment pouvait-on se montrer aussi irrespectueux !

Plutôt que de tenter une attaque, Wynonah commença donc à tenter de fuir alors que la créature était en train de recracher ce qu'elle avait gobé.
Et tant pis pour Cait Sith, il n'avait qu'à se débrouiller ! Et après tout, il avait lui même vouloir gérer la chose !

Elle stoppa cependant alors que le chaton se calma, et se retourna vers lui : « Elle ne comprends rien du tout tu dis ? Si ce n'est qu'un monstre primitif, rien de plus normal ! Ou alors c'est un produit raté de la Shinra. Mais vraiment raté. Enfin si tu veux continuer la route avec cette chose qui risque nous détruire d'un moment à un autre, va. Moi personnellement, vu comment elle se montre hostile... pour moi ce n'est pas de la compagnie ! Et d'ailleurs, tu veux les Cristaux hein ! T'imagines, sitôt que tu vas en trouver un, elle va vouloir te le gober ! ».

Et là, une espèce d'idée bizarre traversa la tête de Wynonah. Ah on pouvait le dire, elle avait été toute douce au début de la rencontre, mais là, c'était la colère qui s'emparait d'elle à présent. Ainsi qu'un certain cynisme.
« Tiens d'ailleurs, tant qu'on parle de Cristaux, si ça se trouve elle en a déjà gobé un bout, ce qui expliquerait son attitude bizarre ! S'il reste des bouts de laboratoires, et surtout de trucs qu'on pourrait y trouver... Enfin, c'est peut-être déjà l'idée de l'individu qui te contrôle, hein ? ».
Oui oui, la scientifique pensait à des outils divers et variés permettant d'étudier des choses sur des individus.

Encore, les larmes aux yeux, elle dévisagea la créature, prête à la repousser en cas d'attaque de sa part, en même temps qu'elle vint machinalement plonger sa main dans son petit sac, touchant ses deux plumes, comme si ce toucher la calmait.
Et elle regarda Cait Sith, se demandant quelle décision il allait prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Ven 30 Aoû - 1:12

ShellieLa petite enfant sauvage observa intensément le chaton qui croisa son champ de vision. Elle ne se sentait pas réellement menacée par le fait qu'il se trouvait aussi près. Une créature aussi petite que celle-ci, elle pourrait aisément l'achever d'une morsure rapide. Elle se demandait pourquoi au juste il l'approchait de la sorte si telle était la situation en fait. Normalement, n'importe quel être souffrant de telles divergences de taille s'enfuirait aussitôt. En fait, elle n'avait pas réellement d'envie de le mordre. Curieusement, aucune musique ne provenait de lui. Normalement, il n'y avait que les «dormeurs» qui étaient ainsi, mais celui-ci bougeait allègrement et faisait presque continuellement du bruit. Il lui faisait penser à cette autre être sans vie qui était capable de bouger lui aussi, bien que leurs attitudes étaient diamétralement opposées.

Elle le regarda également poser ses mains sur sa poitrine et articuler lentement quelque chose. Toutes les personnes à la surface qui n'avaient pas tenté de l'attaquer à vue ou presque tentaient de s'exprimer de la sorte. N'avaient-ils pas déjà tout ce dont ils avaient besoin de communiquer sans? Elle leva les yeux quand il s'adressa à nouveau à elle. Le geste dont il se servait lui était de loin beaucoup plus évocateur. Cependant, alors qu'elle fit mine de s'approcher, les râles de la jeune femme l'interrompit. L'agressivité et la colère en débordait presque, et son état n'avait certainement pas manqué d'être remarqué par la fillette cornue. Elle se recula d'un geste vif, et se servit de l'énorme peluche comme écran pour se cacher derrière tout en conservant un oeil hors de sa cachette afin de l'observer.

Elle n'aimait pas du tout l'expression qu'elle avait tandis qu'elle la regardait. Même sans souvenirs d'avoir vu d'autres humains comme elle auparavant, bien qu'il était débattable si elle-même l'était, un sentiment de déjà-vu la prenait, et celui-là était loin d'être positif. Un regard semblable à celui de cette mère tout-à-l'heure, un regard méprisant qu'elle détestait. De sa position, elle lâcha un long grognement sourd tout en montrant ses dents. Si elle souhaitait se montrer hostile maintenant, elle n'hésiterait certainement pas à en faire de même. Son corps n'avait pas encore changé de couleur même s'il en faudrait peu. Elle pouvait encore très bien fuir si jamais cette femme se décidait à l'attaquer. Ce n'était qu'après coup qu'elle remarqua ses larmes. Elle sortit un peu la tête de sa couverture, confuse de par son comportement. Un poids désagréable commençait à s'installer au creux de sa poitrine.

D'un pas cette fois plus lent et mesuré, elle sortit à nouveau de sa cachette. La tête basse et les épaules levées, elle s'approchait de la femme d'une démarche de félin à l'affût. Elle était prête à déguerpir au moindre geste d'attaque. Ce qui pouvait bien lui passer dans la tête en ce moment. Si seulement elle pouvait également parler leur langage étrange. Au moins elle ne grognait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Dim 1 Sep - 13:43

Cait SithSon menton posé sur le sommet du crâne de sa peluche, Cait Sith observait la petite chose avec attention. Apparemment, communiquer par gestes avait l'air de mieux fonctionner que de se fatiguer à parler. Ce qui était bien dommage lorsqu'on connaissait l'engouement du chaton pour les mots. Surtout lorsqu'il s'agissait d'en débiter une quantité insupportable à la minute... et si possible choisi avec soin pour enquiquiner son monde.

« Ah ah ah ! On dirait un petit chien ! S'exclama-t-il en voyant mini biche amorcer un mouvement vers lui. Elle est rigol... »

Mais Wynonah n'avait pas l'air de trouver la petite créature rigolote du tout ! En fait, elle s'énerva tellement qu'elle fit peur à tout le monde - y compris à Cait Sith qui la regardait avec de grands yeux effarés - et ruina les efforts du félin mécanique pour amadouer sa nouvelle copine. Un harem, c'est cool non ? Pas pour la scientifique apparemment. Sauf que cette fois-ci, Cait Sith fut véritablement vexé par les propos de la jeune femme. Du coup, il sauta à pattes jointes tout en haut de la tête de sa peluche et plaça ses petits poings sur ses hanches, l'air furieux. En fait, il était tellement énervé que ses poils s'étaient hérissés tous seuls tandis que sa queue fouettait l'air avec humeur.

« NON MAIS TU SAIS CE QU'IL TE DIT L'INDIVIDU QUI ME CONTRÔLE ?!! Hurla-t-il de sa voix stridente. Franchement quand je t'entends parler je me demande qui c'est le monstre primitif ici ! Tu m'énerve avec tes expériences ratées ! C'est toujours mieux que d'être une fille tout le temps méchante et de mauvais poil d'abord ! »

Son petit coup de sang passé - pouvait-on parler de « coup d'huile de moteur » dans son cas - il se retourna vers la mini chose toute nue et entreprit de l'inviter à monter comme il venait de le faire. Ça avait failli marcher... si Wynonah n'avait pas décidé de tout fiche en l'air avec ses histoires d'expériences ou il ne savait pas trop quoi.

« Viens voir tonton Cait... Proposa-t-il en tapotant la tête de sa peluche. Sa voix était redevenue étonnamment calme, presque ronronnante. On va se promener un peu et trouver des choses meilleures à manger. »

Se retournant vers Wynonah, il lui tira la langue la plus longue qu'il pu sortir avant de se mettre en route vers... vers il ne savait pas trop où. Le tout était d'enjamber les débris sans se casser la figure. Heureusement depuis sa hauteur, c'était plus facile.

« Bon alors normalement le Wall Market devrait être quelque part dans cette direction... ou celle-là... Chantonna-t-il sans se soucier de savoir si mini biche comprenait ses paroles. Il y a une soupe populaire je crois là-bas. Enfin il y en avait une la dernière fois que j'y suis allé. Je suis sûr que tu vas a-do-rer. Oh et puis on pourra te fabriquer des vêtements aussi. Tu sais que Cloud s'était fait faire une robe sur mesure pour entrer chez Don Cornéo ? Il n'a jamais voulu raconter ce qu'il avait fait exactement là-bas... mais si tu veux mon avis, c'est trèèèèès louche cette affaire... » Continuait-il de baragouiner tout en s'éloignant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Dim 1 Sep - 23:30

Spoiler:
 

Les larmes lui sortaient à présent des yeux sans qu'elle puisse contrôler quoique ce soit. Ses yeux lui brûlaient tellement qu'elle ne voyait qu'à peine la réaction des deux autres « personnes » avec elle.

Il lui sembla juste apercevoir la petite créature se cacher et montrer sa dentition acérée tout en émettant un espèce de grognement pas très sympathique. Wynonah fixa la créature avec intensité – même si elle savait qu'il ne fallait jamais fixer un animal, surtout en colère... elle avait été habituée avec les chats, les vrais ! – mais cette chose ne lui inspirait vraiment aucune confiance et quelque chose lui disait qu'il fallait se tenir à l'affût de la moindre attaque.

Cependant son intuition lui disait aussi que certaines de ses idées viraient presque Hojoesque, à vouloir viviséquer la chose. Elle en connaissait quelques uns, et pas que ses deux amis Soldats, qui lui en voudraient vraiment pour ce genre d'idées.
Et Cait Sith n'était pas d'accord non plus, vu son attitude de chat en colère. Il était mécanique et pourtant il était très proche d'un félin organique sur le coup !

Wynonah rétorqua malgré tout au chaton : « Bein écoute ! Une chose qui se trimballe à poil, qui te boufferait la main alors que tu la soignes et qui n'est pas foutu de parler... Et d'abord je ne suis pas méchante, je suis lasse juste ! Tu m'entends ? Je suis l... ». Elle ne finit même pas sa phrase, absorbée par un sanglot.

Elle ne répondit même pas à la grimace de Cait et se jura que s'il était humain, il aurait pris sa jolie botte frangée dans une partie arrière de son anatomie et après avoir eu la taille de bonnet de la scientifique, le chaton aurait alors appris qu'elle chaussait du 39 !

Wynonah fixa à nouveau sa pleine attention sur la fille à poil, qui à présent osait l'approcher. Celle-ci baissée la tête, comme si elle était désolée, mais la scientifique ne s'y fiait pas. Elle ne sortit néanmoins pas sa dague, et se contenta de s'éloigner, comme pour la fuir, en quelque sorte.
D'ailleurs, il s'éloigna aussi de Cait Sith même si elle voulait également filer au Wall Market. Après tout elle voulait s'acheter une ou deux gemmes. Ou bien une arme secondaire – ou plutôt quelque chose qui l'aiderait à se concentrer pour lancer ses sorts. Ou les deux.

Pourtant elle n'était pas si loin que ça du chaton. Ou plutôt il parlait suffisamment fort pour qu'elle l'entende parler... d'une histoire louche entre Cloud et Don Corneo. Elle ne connaissait pas vraiment Cloud, ni Don Corneo d'ailleurs. À sa grande satisfaction concernant le second, vu ce qu'elle avait entendu dire de lui.
Et c'est là qu'une nouvelle idée saugrenue traversa la tête de la scientifique. Livrer la créature à Don Corneo !

Wynonah, tout en gardant sa distance et sa méfiance, se rapprocha alors de Cait Sith, qui était sûrement avec la créature.
« Il est encore là l'autre gros lard ? Don Corneo je veux dire... Il adorerait se faire mordre si ça se trouve ! ». En même temps elle coula un regard très méfiant – mais pas franchement hostile – vers la créature cornue.

Et elle recommença à faire quelques pas pour rechercher un magasin de gemmes et une armurerie ou autre chose d'intéressant, se disant que Cait Sith la renverrait bouler encore une fois. À moins qu'il capte la véritable intention derrière ces mots. Calmer cet individu du vieux pervers ne serait pas forcément un mal, même si on n'entendait pas parler de lui tant que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Lun 2 Sep - 10:25

ShellieAlors qu'elle se trouvait à mi-chemin entre les deux personnes, la femme décida subitement de tourner les talons et de s'éloigner. La jeune fille aux bois s'arrêta net et releva la tête pour la regarder lui tourner le dos. Sa posture était raide et pressée, sans toutefois être apeurée. Elle s'assied au milieu des débris, et jeta un autre regard en direction du ciel. Elle en profita pour humer l'air une fois de plus, rien de nouveau ne venait capter son attention. Ses oreilles tressaillirent par contre quand elle entendit les pas de l'autre sans mélodie s'éloigner. Elle le regarda s'éloigner, se demandant longuement comment il pouvait bien même bouger si elle ne pouvait rien entendre aucune note provenir de lui. Il faisait énormément de bruit, certes, mais c'était entièrement différent.

Elle partit au pas de course, toujours sur ses quatre pattes sur lesquelles elle était décidément beaucoup plus agile, et rattrapa l'énorme peluche blanche sans grand effort. Elle s'arrêta face à celle-ci pour et tendit ses muscles tout en testant son emprise sur le sol. Elle bondit sur la tête de la chose tout en s'aidant de ses griffes. Elle s'aida une fois de plus de ses longs ongles pour se maintenir en place dessus. Cette nouvelle perspective lui était plutôt étrange. Elle avait toujours été habituée à avoir son point de vue près du sol, et pouvait se rendre compte ainsi qu'elle pouvait voir bien plus de la ville, bien que regarder ne semblait pas tant être son fort. Elle semblait bien plus intéressée par les sons et les odeurs, ce qui ne manquait pas ici. Ils étaient tel qu'il lui était difficile, même pour elle, de tous les différencier. Tout était si chaotique que l'on croirait qu'il s'agissait d'une seule grande entité.

Puis elle pouvait encore sentir l'odeur de la femme de tout-à-l'heure flotter dans l'air, autant un peu plus loin que sur l'être sur lequel elle se tenait assise. Lentement, le bercement régulier de ses pas étaient venus à la rendre à nouveau somnolente. Sa tête finissait par tomber vers un côté pour ensuite se redresser d'un coup. Elle combattit sa fatigue aussi longtemps qu'elle l'avait pu, mais ce sera jusqu'à ce que ce soit tout son corps qui se pencha sur le côté cette fois, l'entraînant vers le sol où elle ira s'affaler. Elle se réveilla subitement, et se débattit carrément pour se relever d'un bond. Elle regarda aux alentours les yeux grands ouverts, un peu secouée mais somme toutes indemne. Elle s'éclaircit les idées en se secouant vigoureusement la tête et reprit sa place sur cette monture peu orthodoxe.

C'était tout juste à temps pour se sentir un peu plus éveillée, car il semblaient entrer dans un coin beaucoup plus agité en comparaison de ce qu'elle avait visité jusqu'à présent. C'était tant d'informations à prendre d'un seul coup qu'elle eut comme réaction initiale de descendre de sur la tête du grand mog pour se cacher à nouveau derrière. Elle se trouvait assaillie par le chaos de toutes ces chansons disparates, une chose les liaient presque toutes. Un sentiment qu'elle ressentit chez la jeune femme, cette fois renforcé avec une force écrasante par leur nombre. Ce sentiment oppressant qui se trouvait dans sa poitrine n'en était que grandissant. Ce malaise venait l’assaillir pour rendre même sa tête douloureuse. Elle se l'était prise à deux mains sans trop savoir que faire pour les faire taire. Elle porta la main à sa joue quand elle sentit quelque chose de tiède. Cette eau salée s'écoulait à nouveau de ses yeux sans qu'elle sache trop pourquoi. Son visage n'avait pas changé de son air blasé habituel par contre. Étrangère à cette sensation, elle n'en fit pas de cas et reprit place à bord de cette monture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Ven 6 Sep - 12:10

Cait SithTrès occupé à raconter comment Cloud s'était démené avec une énergie bizarre pour obtenir une perruque blonde, une petite culotte en dentelle, du parfum et une robe sexy, Cait Sith n'interrompit son flot de paroles que lorsque Wynonah parla du Don. Muet une brève seconde, il se pencha alors vers elle et chuchota aussi bas qu'il en fut capable comme s'il ne voulait pas être entendu de la petite biche. Ce qui était en réalité un peu idiot étant donné que la créature en question n'avait pas l'air de comprendre grand chose du langage oral.

« Ah oui ça je suis sûr que ce serait trèèès à son goût de se faire mordre le derrière... tu crois qu'on pourrait en tirer un bon prix...? Mais sans lui laisser le temps de répondre, il passa du murmure à un cri suraigu et totalement scandalisé. NON MAIS ÇA VA PAS TA TÊTE ?!! »

Et tout penché qu'il était vers la scientifique, il lui frappa le sommet du crâne avec son petit poing, mimant le chat qui toque à la porte pour vérifier qu'il y a bien quelqu'un à l'intérieur. Pénible, le chaton ? Mais non voyons ! Et puis comme ils arrivaient aux abords du Wall Market, Cait Sith se laissa tomber au bas de sa peluche et se dirigea au pas de course droit vers un monsieur qui brandissait sa fourchette derrière un stand.

« Salut ! Je voudrai un hot-dog s'il vous plaît !
_ 2 gils.
_ Euuuuuuuh... mais j'ai pas de poche dans ma fourrure moi...
_ Je m'en fiche, c'est quand-même deux gils. Ou alors,
murmura le vendeur en se baissant un peu, tu m'arranges un rendez-vous avec ta copine là-bas.
_ Hein ?
S'étonna Cait Sith en se retournant. Laquelle ? La toute petite avec les cornes, la grande coiffée comme un poney ou la grosse toute rose avec les ailes ?
_ La grande sexy... avec les bijoux et...
_ D'accord ! »
Coupa le chaton en lui arrachant le hot-dog des mains.

Il trottina ensuite jusqu'à Shellie et lui tendit son en-cas avec un grand sourire, s'attendant à la voir ouvrir une bouche immense comme elle l'avait fait avec la fleur. Bon, et pour le rendez-vous hein, il préviendrait la jeune femme seulement quand Shellie aurait mangé. Parce que si elle ne mangeait pas ou qu'elle recrachait le tout, il était en droit d'annuler son accord. Et toc.

« Tiens, goûte. Et puis si c'est bon on t'en donnera plein, comme ça Wynonah aura pas peur que tu la mange toute crue... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Dim 8 Sep - 0:32

La créature bizarre n'avait toujours pas dit un mot et semblait avoir envie de dormir. On aurait dit qu'elle pleurait même. Quant à savoir pourquoi. Elle était trop bizarre. Sûrement la fatigue... autant la laisser dormir. Qui sait, elle était sûrement mimi quand elle dormait. Seulement quand elle dormait !

Quant à Cait Sith, et bien, il parlait pour elle ! Il racontait des choses bizarres d'ailleurs, sur Cloud.
« Mais qu'est-ce qu'il raconte celui là ! Genre Cloud se travestit ! T'imagines qu'on va te croire ! Tu vas nous dire aussi que Sephiroth porte un string à paillettes ?! ».

Okay, ça lui irait sûrement bien à l'argenté, mais quand même...
Wynohna n'en dit pas plus car Cait s'était retourné pour lui répondre concernant Don Cornicho... euh Corneo pardon. Une réponse « douce » au début, mais dont la douceur n'avait été qu'une illusion puisqu'il finit en hurlant. Tellement terrible que Wyn' se mit les deux mains sur les oreilles avant de virer le poing du chaton assez sèchement alors qu'il la tapait sur la tête.

Elle n'eut pas le temps de lui en dire plus qu'il fila chercher un hot dog. Elle en profita pour aller acheter une gemme, ou plutôt une Lunalithe.
Spoiler:
 

Quand Wynonah eu effectué son achat, elle chercha des yeux une armurerie ou un truc du genre – car en fait elle recherchait plus un outil qui l'aiderait pour lancer ses sorts –, mais a priori il n'y en avait pas en fait. Tant pis.

Elle revint donc vers Cait et Shellie, toujours observant cette dernière discrètement, en gardant sa méfiance. D'ailleurs elle commençait à se demander si elle n'allait pas chercher à apprendre l'altération Sommeil avec sa nouvelle pierre. Et qui sait ça pourrait servir à Cait Sith aussi, pour qu'il arrête de hurler... ou de faire des trucs bizarres. Genre se retourner vers elle alors qu'il parlait à un vendeur. Ah ça devait être intéressant ce qu'il racontait mais pourquoi l'avait-il regardée en même temps ?
Wynonah n'était pas paranoïaque mais vu le goût que le chaton avait pour faire des blagues vaseuses, valait autant se méfier.
D'ailleurs elle regarda aussi Cait Sith avec méfiance, tout en lui demandant : « Il n'y a plus d'armurerie ici ? Dommage... Bon et on dirait qu'elle veut dormir... ». Tout en désignant la créature cornue.

« À moins que tu veuilles te faire faire une robe sur mesure toi aussi ! Sinon tu crois qu'il y aurait un Cristal de planqué dans ce dépotoir qui sert de ville ? ».
Elle regarda un peu alentour, avec une moue de dégout, avant de reporter son attention à nouveau sur la cornue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Dim 8 Sep - 4:59

ShellieQuand elle sentait sur elle le regard de la femme aux cheveux blonds, Shellie se contentait de le lui rendre d'une expression dénuée d'émotions. Ce qui était certain, c'était bien qu'elle ne se sentait pas bien à l'aise de se faire dévisager de la sorte, et cela venait même l'agacer un peu. Elle pouvait sentir la méfiance qu'elle portait à son intention. Elle baissa légèrement sa tête, et son regard se durcit quelque peu. Étrangement, elle ne réagissait pas beaucoup aux singeries de son voisin de monture malgré ses cris stridents et continuait à porter son attention sur cette dernière. L'odeur de la chaire qui brûlait par contre vint à point pour la distraire de la femme. Elle tourna la tête pour tomber nez à nez avec la source de cette odeur. Ses yeux étaient tout-à-coup bien plus éveillés maintenant qu'il agitait cette nourriture devant elle. Elle le suivit un moment des yeux, hésita un instant à approcher son visage, la réaction de l'autre toujours en tête. Elle renifla longuement le présent sans toutefois y toucher, puis, quand elle ouvrit grand la bouche pour se préparer à mordre d'un trait, se ravisa juste avant. Du bout de ses dents à l'avant, elle se saisit de la saucisse pour laisser le pain intact.

Elle sentit à nouveau le regard de la femme blonde se poser sur sa personne. Elle pivota la tête, la saucisse encore entre les lèvres qui suivit son mouvement pour virevolter dans tous les sens avant d'être promptement engloutie. Elle se retrouva bien étonnée par le goût qu'avait cette nourriture étrange. Sans grande surprise à présent, elle en voulait davantage à présent. Elle descendit de son perchoir pour s'approcher du stand du vendeur de hot dogs. Elle pouvait sentir qu'il y en avait beaucoup plus, bien que tous enfermés dans cette grande boîte de métal. Elle en fit le tour, au grand désarroi du vendeur qui s'énervait à vue d'oeil.

«Hé, j'avais dit un seul! Va falloir payer si tu veux en avoir plus. Tu m'entends oui!?»

Le visage progressivement plus empourpré par la colère, il s'approcha et alla même jusqu'à donner un coup sur la tête de la petite cornue. Attaquée de la sorte, la réaction de sa part ne se fit pas attendre quand elle se dressa à quatre pattes et grogner tout en montrant les dents. Le vendeur fit aussitôt un pas vers l'arrière, bras levés pour la sommer de se calmer. En fait, il était visiblement terrifié, et c'était compréhensible quand on regardait ce qu'il avait face à lui. toute la peau de la jeune fille passa d'un blanc laiteux à un noir d'ébène. Ses yeux rouges avaient prit l'allure de ceux d'un félin, d'un prédateur qui se préparait à bondir sur sa proie. Les cornes sur sa tête s'étaient mises à lui d'une lumière rouge peu rassurante elles aussi. Ses doigts s'allongèrent en des griffes menaçantes tandis qu'elle se cabrait au sol, tous muscles tendus.

«D-du calme... J'suis désolé d-d'accord? Je voulais pas te cogner... Un peu d'aide vous là!?»

Elle pouvait si aisément l'attaquer, et probablement le tuer. Avec la peur qui se déversait de lui, il était plus qu'évident que même lui ne se sentait pas avoir la moindre chance. Elle arrêta de lui montrer les cisailles qu'elle avait en guise de dents, mais lâcha tout de même un grognement sourd tout en reportant son attention sur son stand. Avec l'homme qui ne demanda pas son reste et gardait ses distances, elle se sentait déjà moins agressée. Lentement, son corps retrouva son apparence d'origine tandis qu'elle tapotait les différentes surfaces et mécanismes qu'elle pouvait trouver. S'ils avaient évité la catastrophe de peu cette fois-ci, il allait sans dire qu'elle devait avoir attiré beaucoup d'attention sur elle pour avoir réagi de la sorte en plein milieu d'un marché.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Dim 8 Sep - 13:28

Cait SithLe bras tendu, un morceau de pain dégoulinant de moutarde dans la main, Cait Sith restait absolument immobile. Seuls ses yeux clignaient encore face à la scène à laquelle il venait d'assister. Mini biche était partie avec sa saucisse. Rien d'autre. Et lui tendait encore son bras avec l'air de celui qui se demande pourquoi il tient un morceau de pain dans les mains. C'était comme si le jouet était victime d'un dysfonctionnement. Planté comme un ordinateur à qui on impose une commande non conforme.

« Wouaaah... » Murmura-t-il à l'attention de Wynonah qui venait quand même de se faire fusiller du regard par un brocard miniature avec une saucisse lui pendouillant de la bouche.

Et puis comme elle descendait de sa peluche pour aller se servir toute seule, chaton se retourna pour l'observer un peu. Il resta à distance tout de même, jugeant préférable de faire semblant de ne pas la connaître si elle faisait quelque chose d'à moitié dingue comme... dévaliser le stand de hot dog par exemple. Dans le pire des cas il n'aurait qu'à partir en courant. L'ennui avec Cait Sith, c'était qu'il était curieux. Aussi finit-il par s'approcher pour observer tout ça d'un peu plus près, ce qui lui valu d'être appelé au secours par un vendeur dans ses petits souliers.

« Ah moi je peux pas vous aider, je la connais pas vraiment. Je sais même pas comment elle s'appelle déjà, et puis en plus vous l'avez frappé alors vous vous débrouillez avec ! »

Sur ce, il sauta sur une caisse et pencha la tête comme pour mieux voir... ou peut-être pour réfléchir... ou les deux ? Wynonah revenait de sa pause shopping juste à ce moment là.

« Eh Wyny ! Viens voir la petite, elle change de couleur comme un caméléon c'est rigolo ! Et elle a les cornes qui brillent dans le noir aussi !
_ Euh... dites... vous ne voulez pas lui demander de se calmer au lieu de vous extasier...?
_ Ça sert à rien.
Répondit Cait Sith en haussant les épaules. Elle comprend rien de toute façon. Vous avez qu'à lui donner des saucisses, peut-être que ça va la calmer ? Elle a l'air d'aimer ça. Par contre elle aime pas le pain. Ah au fait Wynonah, le monsieur il veut un rendez-vous galant avec toi. Bon il est pas roux hein, et puis il sent la friture, mais en échange il donne des saucisses à la petite, et puis comme ça elle mangera pas tes affaires. Mais comme elle mange pas le hot dog en entier je sais pas si t'es obligée d'accepter parce que le deal c'était en échange d'un hot dog, et comme elle a mangé que la moitié... ben... je sais pas si c'est possible de sortir qu'à moitié avec quelqu'un...? Il s'arrêta une seconde pour faire face à Wynonah et lui lancer un regard suspicieux. Tiens au fait, tu étais où ? Tu cherchais une armurerie ? C'est dangereux les armes tu sais ? Ou alors tu cherchais un cristal en vrai ? Sans moi ? C'est pas sympa ça ! »

Et tout à ses suppositions et babillages habituels, il ne vit pas arriver les hommes qui les avaient repérés de loin. Ce qui n'était pas bien difficile quand on se promenait sur une monture aussi discrète qu'un Mog obèse.

=========^.^=========
SOLDAT 3ème classe
Quantité : x3

Niveau : 13
HP : 250
MP : 40
=========^.^=========

« Hey vous trois ! Les riverains se plaignent de votre comportement, suivez-nous !
_ Hein ? Quoi ? »
S'étonna Cait Sith avant de froncer les sourcils en reconnaissant l'uniforme du SOLDAT.

Ce n'était pas tout à fait le même, mais ça y ressemblait un peu trop à son goût. Du coup se faire embarquer pourrait se révéler intéressant, à moins de se défendre maintenant, mais devant témoins ça risquait d'être compliqué à expliquer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Lun 9 Sep - 1:55

En attendant que la créature cornue prenne son casse croûte, Wynonah s'était écartée de quelques pas. Elle avait finit par repérer un petit stand sympa où ils vendaient des choses qui lui rappelaient des souvenirs. Surtout pour une amatrice d'Art comme elle. En plus là c'était un peu ce qu'elle cherchait, pour l'aider à se concentrer pour le lancer de sorts. Ou plutôt lui permettre une autre forme d'incantation, puisque le résultat final ne changerait rien. Elle négocia donc une petite flute polycalame qu'elle trouva.

Mais en saisissant l'instrument alors qu'elle s'approcha à nouveau de Cait Sith et de Shellie, elle repensa à quelque chose. La flute était faite de roseau. Juste à espérer que l'autre tordue ne la lui mange pas ! Wynonah commençait à penser que ça allait mal se finir avec cette espèce de chose. Dans un premier temps, elle se contenta de planquer son nouveau joujou dans son sac. Juste à espérer que la cornue ne l'ai pas vue. Ce qui était probable puisqu'elle était occupée avec une saucisse dans la gueule.

Pourtant Wyn capta un regard de la créature qui ne lui plu pas du tout. Et elle commença à tripoter sa Lunalithe, se demandant si elle n'allait pas tester son pouvoir sur cette espèce de chose !
La scientifique regarda Cait Sith à son tour, qui avait bien benêt avec son bout de pain dans la main... Et elle compris vite. Un bout de pain allait se perdre – alors que des gens ici devaient crever de faim vu l'état des lieux, ce qui lui arracha le cœur. Aucun sens de l'honneur ! Okay, tout le monde n'avait pas connu un temps un certain Angeal mais quand même !

Elle ne compris la suite de ce que dit le chaton que quand elle vit où s'était faufilé le monstre... au stand de hot-dogs... Vous parlez de manières, sérieux... Aucune éducation cette fille. Enfin normal pour un monstre !

Wynonah voulu pouffer de rire quand Shellie se fit houspiller et taper sur la tête mais l'inquiétude apparu sur son visage lorsque la chose vira au noir avec des teintes de rouge... La scientifique aimait pourtant beaucoup ces deux couleurs mais elles n'allaient pas du tout avec cette créature !

Elle ne savait même pas quoi faire lorsque le vendeur demanda de l'aide, et Cait Sith n'avait pas envie d'aider. Même lui n'avait pas appris la politesse apparemment ! Tout à réapprendre !

« Non mais hé ! À quoi vous vous amusez là ! » hurla-t-elle à l'attention du chaton et de la chose. Celle-ci ne la comprendrait pas mais tant pis, la colère était trop grande !
« Que s'est-il passé ? » demanda-t-elle à tout le monde autour.
Le pauvre vendeur ne répondit même pas tellement il était terrifié par la monstruosité en train de vouloir le piller.
Wyn' lança un regard sévère à Cait.
« Tu as voulu traîner cette créature avec nous, tu ne penses pas que tu devrais assumer du coup ? » lui envoya-t-elle sèchement. « Et non ce monsieur ne va rien lui donner, il fait marcher ses affaires comment ap... ». Elle se tut net quand elle réalisa autre chose que le chaton venait de lui dire. Un rendez-vous galant ? Gnéééé ? Et puis quoi encore ?!!!
« Je n'accepte pas de rendez-vous et je n'accepte pas votre attitude à tous les deux, tu m'entends ?! » le houspilla-t-elle encore. Tu te débrouille à assommer cette chose et tu dédommage le monsieur de suite et c'est sur vous deux que je teste quelque chose ! ».

C'est sur ces mots qu'elle s'apprêta à lancer une Onde Ardente sur Shellie dans l'idée de s'occuper de Cait Sith après, mais elle fut encore stoppée dans son élan alors qu'elle entendit un ordre derrière eux.

Elle se retourna et vit les trois Soldats. Étrange ça tiens. La Shinra n'était plus sensée être. Ou alors les rumeurs sur certaines choses étaient fondées.

« Si vous voulez de l'ordre messieurs, commencez déjà à gérer cette chose là ! » en montrant Shellie du doigt. « C'est cette chose qui met le bazar et c'est une voleuse en plus ! Le chaton met du désordre aussi ! ».

Wynonah n'avait rien fait de mal et avait la conscience tranquille. Elle ne bougea pas d'un poil et jaugea les trois Soldats. Elle savait qu'elle se ferait sûrement emmener aussi mais tant pis. Elle ne voulait pas se retrouver seule, maintenant qu'elle connaissait un peu Cait Sith et pensait qu'il n'avait pas mauvais fond mais qu'il était juste chiant et un peu benêt sur les bords. Et si elle pouvait assister à la vivisection éventuelle du monstre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Lun 9 Sep - 7:25

ShellieToujours pleinement affairée à percer le secret de ce qui se présentait devant elle comme un coffre aux trésors, elle continua à chercher jusqu'à ce que ses oreilles réagirent au bruit de trois hommes qui s'approchèrent. Si le bruits qu'ils avaient fait attira tout d'abord son attention, l'odeur qu'ils transportaient avec eux était ce qui la laissa davantage pensive. Elle ne pouvait s'enlever une impression de déjà-vu, aussi étrange que cela puisse paraître parce qu'elle n'oubliait jamais une odeur. Ce sentiment familier n'en était cependant pas un joyeux, loin de là. Elle ignorait pourquoi exactement, mais sa mâchoire et ses muscles se tendaient rien qu'à sentir ce parfum qu'elle n'avait jamais croisé auparavant.

Il était dommage qu'avec une ouïe aussi fine que la sienne elle ne puisse pas comprendre ce qui se disait autour d'elle. L'un des soldats se saisit d'un petit appareil pour parler très brièvement dedans à voix basse. Fort étrange que tout ce beau monde ait été alerté aussi rapidement suite à une plainte comme ils semblaient vouloir faire croire, mais ce n'était certainement pas la petite cornue qui allait noter ce détail. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'ils s'intéressèrent immédiatement à sa personne. Elle se retourna pour lâcher une série de grognements quand elle se rendit compte qu'ils l'encerclèrent. Derrière elle se trouvait le stand du vendeur de hot dogs qui faisait écran à une possible issue. Elle avait beau montrer les dents face à ces derniers, ils ne semblaient pas être bien impressionnés, bien que prêts et sur leurs gardes. Ils pointèrent ces longues lances qu'ils maniaient en sa direction.

Les trois soldats joignirent un contact visuel, puis acquiescèrent silencieusement. L'un d'eux sortit s'empara d'une petite boîte étrange et la pointa vers elle. Elle eut un mouvement de sursaut quand un déclic se produisit. Elle éprouva une forte sensation de pincement, puis baissa le regard pour voir deux petites fléchettes d'acier qui étaient allées se planter dans sa poitrine. Avant même de comprendre ce qui se passait, elle lâcha un grand râle étranglé quand la décharge se produisit. Le corps de la fillette vira à nouveau aux mêmes couleurs, mais se trouvait cependant dans l'incapacité de bouger. Encore sous l'effet de ce courant, ses collègues braquèrent leurs lances pour se préparer à attaquer. Cependant, tout juste avant qu'ils n'abattent leurs armes, la fillette rassembla toutes ses forces pour bondir vers l'arrière, se débarrassant des fléchettes au passage par ce mouvement soudain. Elle atterrit sur le chariot du vendeur, tout juste à temps pour esquiver ces lances qui allèrent se planter sans peine dans le stand.

Tandis qu'ils regardaient la scène, un peu hébétés qu'elle soit parvenue à échapper à cette attaque conjointe, elle en profita pour jeter un regard paniqué sur ses alentours. Elle aperçut la femme blonde du coin de l'oeil, et remarqua bien le regard de dégoût qu'elle lui envoyait. Pareil à celui de cette mère de tout-à-l'heure, et qui allait de paire avec ces soldats. Sa mâchoire se serra un peu plus, elle ne pouvait peut-être pas comprendre leur langage, mais elle pouvait très bien saisir le sens derrière le geste. S'ils souhaitaient qu'elle disparaisse, elle pouvait très bien leur offrir cela. Le chaton qui se trouvait toujours tout près lui revenait en tête, de même que le comportement de Deneth en face d'elle. Tout était bien clair dans sa tête, il était son seul allié ici. Elle bondit de sur le stand avant de recevoir une estocade pour retomber près du chat mécanique et le saisit par la nuque de ses dents. Avec l'animal à fourrure dans cette position un peu fâcheuse, elle piqua un sprint en direction des ruines. Même elle pouvait voir pertinemment qu'elle n'avait aucune chance face à quatre prédateurs plus grands qu'elle à la fois.

Ils se trouvaient encore tous bien trop près pour pouvoir se cacher, ce pourquoi elle opta très vite pour la fuite. Elle slaloma entre les débris et tendit l'oreille pour confirmer si elle était suivie. Ses membres étaient encore engourdis par la décharge électrique qu'elle avait reçut plus tôt, elle espérait pouvoir être encore suffisamment rapide pour échapper à ses poursuivants. Le chat qu'elle venait de kidnapper pour le mettre lui aussi en sûreté ne l'aidait certainement pas dans sa course d'ailleurs, mais si elle le laissait à la merci des autres, elle était certaine qu'il allait être réduit en dîner. Elle ignorait un peu pourquoi elle risquait aussi gros pour un être duquel elle ne ressentait aucune vie provenir de lui. Les gestes pour la protéger de Deneth lui était revenue et, instinctivement, elle devait les avoir reproduis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Lun 9 Sep - 12:42

Cait Sith« Oooh là lààà... » Couina le chaton en se bouchant les oreilles quand Wynonah se mit à le disputer.

Ben dis donc, elle ne faisait pas semblant quand elle s'énervait ! C'était encore pire que quand elle l'avait attrapé par la peau du cou pour le suspendre au dessus du vide au mont Nibel... Et en plus, elle n'avait pas tout à fait tort, ce qui était deux fois plus humiliant quand on y repensait. Heureusement, Cait Sith ne pensait pas beaucoup. Mais c'était humiliant quand même. Bon, échanger un sandwich contre un rendez-vous n'était pas particulièrement criminel non plus, mais encourager mini brocard à faire n'importe quoi l'était peut être un peu plus par contre.

De là à l'accuser de mettre le bazar. Lui.

« KWAAA ?!! S'insurgea-t-il en bondissant sur ses pieds pour faire face à Wynonah. Eh mais j'ai rien fait moi ! Je lui ai juste donné à manger pour pas qu'elle t'embête ! C'est pas ma faute si... »

Mais Wynonah ne saurait pas tout de suite ce qui n'était pas de sa faute vu que chaton sursauta en voyant les soldats s'en prendre à la petite. Les yeux écarquillés de stupeur, il sauta pour s'interposer entre le petit corps noir de la mini biche et les soldats qui la menaçait de leurs lances.

« Non mais oh, ça va pas bien la têêêêêêêête... »

Ah tiens, encore une fois suspendu par la peau du cou ! Sauf que cette fois, c'était par plus petit que lui et il pouvait toucher le sol rien qu'en tendant les pattes. Surpris et pas trop d'accord pour se faire enlever sans son accord, il se mit à hurler de sa voix la plus pénible tout en agitant les bras et les jambes dans tous les sens.

« Lââââââââââââche moâââââ !!! Aaaaaaaaaaah Wynonaaaaaah au secours elle va me manger j'ai peur ! »

Évidemment maintenant qu'il l'avait mise en colère il y avait peu de chance pour qu'elle vole à son secours. Mais ce qui l'embêtait le plus était le fait que lui, ne pourrait pas l'aider. Et il n'avait pas trop envie que la scientifique se fasse capturer et remplir la tête d'idées bizarres. Déjà qu'elle en avait de pas très joyeuses naturellement, hein. Toute une éducation à refaire ! Mais ça prenait du temps, et Cait Sith possédait davantage de talents lorsqu'il s'agissait d'enquiquiner son monde que d'apprendre les bonnes manières aux autres. Pour commencer, lui même n'avait justement aucune bonne manière...

Une fois déposé au sol par sa kidnappeuse, chaton resta un moment sur son popotin. Les deux poings devant sa bouche, il la regardait avec son petit air suppliant de bébé chat qui ne veut pas être mangé. Puis il jugea que ça n'était pas l'intention de la petite chose et se mit à réfléchir à un moyen de se faire comprendre vite et bien... et là... c'était pas gagné.

« Wyny...? » Demanda-t-il doucement.

Peut être que la petite bête se souviendrait qu'il s'agissait du prénom de la grande caractérielle ? Et peut être qu'elle devinerait à sa voix qu'il s'inquiétait pour elle ? Et puis zut ! Il n'avait pas le temps d'apprendre le petit nègre à mini brocard ! Debout en un bond, il pointa les lieux du crime du doigt.

« Wyny ! »

Et pouf, il sauta de débris en débris pour rejoindre son poney préféré. Elle avait beau avoir un caractère insupportable, elle était quand même rigolote. Et puis accessoirement, il préférait l'avoir à l'œil. À quelques mètres de distance et depuis le sommet d'une balançoire écroulée, Cait Sith repéra le vendeur de hot-dog, les soldats, la scientifique au fichu caractère et... sa peluche ! Ah ben oui tiens ! Sautillant sur place tout à coup, les poings serrés et les yeux plissés comme s'il encourageait son chocobo préféré pendant une course, chaton se mit à hurler de son horrible voix stridente : « FORGEROOOOOOOOOON !!! »

Wynonah reconnaîtrait sûrement cet ordre pour l'avoir déjà entendu. En attendant, et malgré la distance, le gros mog rose se jeta sur le premier soldat à sa portée et abattit ses immenses poings sur le sommet de son crâne. Et ensuite ? Ensuite Cait Sith ramassa des pierres et se mit à les jeter sur les soldats comme s'il visait une cible à la fête foraine, sans cesser de hurler des ordres totalement absurdes à sa peluche ; peluche qui se battait à coup de poings... et de ventre. Ridicule mais efficace !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Mar 10 Sep - 3:02

Les trois Soldats les encerclaient.
Wynonah préféra l'option diplomatie même si elle se doutait que face à la Shinra ou quelque chose d'équivalent, elle ne pourrait rien. Elle avait côtoyé deux 1ère Classe et connaissait les façon de faire de cette société. Lutter ne servirait rien. Même si elle n'avait aucune envie de se faire emmener. D'ailleurs tous ses pires souvenirs lui revenaient. Et si en plus ils se mettaient à fouiller ses affaires.

Faire l'innocente totale, ou fuir, voilà deux solutions.
La seconde option était impossible pour le moment, avec Cait Sith qui lui hurlait dessus, puis sur les Soldats. Ça ne serait pas discret.

Mais pour le moment elle se contenta de faire profil bas, et de répondre à Cait Sith :
« Tu lui as donné à manger ou suggérer de voler tout ce que le vendeur avait ? ».

Elle gardait tête baissée tant qu'ils s'intéressaient surtout à Shellie, en lui envoyant des espèces de fléchette, la faisant virer de ses couleurs bizarres. Et là Wynonah devait bien s'avouer que juste pour l'occasion, elle ira bien refaire un tour dans leur laboratoires... en tant que scientifique !
Elle ne pu s'empêcher de leur demander : « Vous n'avez jamais vu ce genre de créature n'est-ce pas ? Je vous assure, ça met un sacré bazar ? Vos scientifiques vont analyser ça ? ».

En même temps bien sûr, elle reculait progressivement. Surtout quand l'un d'entre eux lui répondit avec véhémence :
« Cela ne vous regarde pas ! Même si vous le saurez sûrement quand même puisqu'on vous emmène aussi ! Et nous n'hésiterons pas à agir de la même façon sur vous si vous débattez ! ».

Wynonah se tut et regarda Cait Sith lui faisant signe de se calmer pendant que les trois hommes se concentraient à nouveau sur la cornue. Mais son attention fut dispersée, encore une fois, par cette maudite créature qui enleva Cait Sith qui se mit à hurler encore plus et qui l'appela à l'aide, ce à quoi elle répondit au chaton avec cynisme.
« Et bon appétit à elle... et surtout qu'elle s'étouffe en te mangeant ! Que je ne la revois plus en liberté ! ».

Le problème c'est qu'elle était à présent seule avec les trois Soldats. Et des larmes naquirent à la base de ses yeux. Elle savait pourtant que ça serait peut-être une possibilité d'avoir d'éventuelles informations sur Genesis. Mais la probabilité était faible, elle s'en doutait. Il avait disparu et été oublié.

Et bien sûr son inquiétude ne passa pas inaperçu, un des Soldats s'approcha un peu près d'elle : « Aller vous ! Obéissez ! ». En même temps qu'elle entendit l'ordre de Cait Sith.
Alors que le Soldat allait lui agripper le bras méchamment, celui-ci se ravisa et se défendit d'une attaque... de la part du gros Mog ! Puis de la part du chaton qui lançait des cailloux.
Wynonah en profita pour se faufiler là où elle pourrait et pour lâcher quelques mots étranges en même temps qu'elle fit un geste de la main gauche, suite à quoi, un des Soldats non attaqués par le Mog se prit une Onde Ardente. Cela ne suffirait pas à le neutraliser, mais devrait normalement lui faire un peu mal sur le coup.

Si seulement elle avait le temps d'apprendre une nouvelle magie avec sa Lunalithe, elle le ferait... c'était certain.
En étant cachée, elle en profita pour choper ses deux plumes adorées, et les glissa dans son short, dans son boxer même. Ce qu'on pouvait appeler dans un certains sens avoir deux plumes au cul, même si elle ne se voyaient pas... c'était le but !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Mar 10 Sep - 7:28

ShellieÀ force d'essais et de lui répéter le mot, elle finit par suivre du regard quand il pointa vers la femme aux cheveux blonds. Il insista davantage, du même mot dont il s'était servit plus tôt afin de la désigner. D'une tentative pénible de faire sortir un son, les bruits étranglés qu'elle émit représentaient un bel essai. Tout comme n'importe quel instrument, il fallait toujours un peu de pratique d'abord pour quiconque tentait de s'en servir d'une certaine façon pour une première fois. Elle finit enfin par émettre quelque chose qui s'approchait d'une voix humaine. Une voix faible, endormie et sous le souffle, mais d'une sonorité étonnamment douce venant de quelqu'un qui ne l'avait jamais vraiment utilisée autrement que pour grogner et rugir auparavant.

«... Wy... Wy-ny...»

Elle l'observa se mettre devant cette fois, hurlant et lançant des pierres comme pour attirer l'attention des prédateurs. Difficile pour elle d'imaginer ce pourquoi il faisait cela au juste. Vu sa taille il allait très vite se faire tuer par ces derniers, c'est ce qu'elle pensait en fait. Pourtant, le voilà qui tentait de s'interposer malgré tout pour cette femme qui s'était montrée plus qu'hostile dès le départ. Difficile à imaginer pour elle, mais elle se trouvait bien forcée d'y croire. S'ils étaient pour combattre plutôt que de fuir, le plus tôt elle rejoindrait la mêlée, mieux ce serait. Elle partit à la course pour aller à la rencontre de l'un des soldats. Ce dernier tenta de charger la femme à la queue de cheval de sa lance, mais se fit intercepter d'abord par la fillette qui lui bondit carrément dessus en lui portant un coup de griffes. Le poids de son corps et l'élan firent en sorte de faire tomber l'homme sur le côté, et la jeune fille aux cornes le suivit de peu et se releva d'un bond pour reprendre son assaut. Confus par cette attaque surprise, le soldat s'était cependant ressaisit et opta pour la recevoir avec son arme. Faisant fit de la menace d'une estocade, elle bondit à nouveau sur lui. La pointe de l'arme toucha son épaule, et traversa la chaire. Toujours sur son élan, Shellie poussa un grand rugissement alors que l'arme sépara carrément son bras droit du reste de son corps. Elle ouvrit grand la mâchoire pour aller mordre sauvagement le soldat à l'épaule avec laquelle il portait son arme.

Bien que bien entraînés, ce dernier poussa un hurlement de douleur et tomba vers l'arrière. Shellie le suivit et refusait catégoriquement de lâcher prise. Dans un geste de panique pour la forcer à s'enlever de là, le soldat asséna une série de coups de poings désespérés au niveau de la tempe de la fillette couchée sur lui. Ses efforts étaient quelque peu contre-productifs puisque le choc avait pour effet d'empirer encore davantage la blessure avec le transfert d'énergie, bien qu'elle commençait à se sentir franchement étourdie à être frappée de la sorte. Une sorte de salive corrosive s'écoulant sur la plaie venait brûler la chaire, mettant le soldat dans une posture encore plus fâcheuse. Tous les deux étaient généreusement tachés du sang de l'autre tandis que le liquide chaud au goût métallique envahissait la bouche de la fillette.

Alors que l'homme appelait à l'aide, son collègue ayant été prit pour cible par les flammes de la scientifique y avait répondu. Son arme prête et levée, il fondit directement sur la petite chose en train d'agresser le soldat. L'approchant de dos, il préparait sa lance à la frapper directement au corps. Cette dernière était toujours occupée à maintenir l'autre au sol, et ne pouvait l'entendre approcher en raison du bruit des cris et de l'odeur du sang qui emplissait ses narines. L'impact était imminent...
Revenir en haut Aller en bas
Luciole
Admin à la retraite!

Admin à la retraite!

avatar
Niveau : 0

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   Mar 10 Sep - 11:55

=========^.^=========
Cait Sith et Wynonah passent au niveau 8 !
Shellie passe au niveau 3 !
Achat d'une Lunalithe -700 gils [Wynonah]

=========^.^=========
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nideyleforum.free.fr
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on va trop haut, il n'y a plus de plafond
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Problème pas trop grave mais assez énervant ^^
» A quand les elfes silvain a warhammer
» J'ai trop joué à Dofus
» Vélo trop petit ou pas ?
» Mm-Tequila, panda terre 199 hésitant quand à son stuff

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Gaïa :: Continent de Midgar :: Midgar-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives