Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Du grabuge à Alexandrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Du grabuge à Alexandrie   Ven 14 Juin - 20:17

Les hautes tours du château d’Alexandrie dominaient de leur noblesse le plateau accueillant les murs de la capitale de la Brume, les rayons du soleil encore à son zénith se reflétant sur la surface des plans d’eaux entourant la ville dans une ambiance presque féérique. La dizaine d’aéronefs faisant la jonction entre Alexandrie et les différentes villes d’Héméra survolaient les toits de la ville dans un vrombissement d’hélices et de moteurs, qui ne tarderait sans doute pas à s’effacer dans les minutes qui suivraient.

A cette heure-ci, les rues étaient encore en pleine effervescence ; résultante des commerces et établis installés un peu partout faisant la réclame de leurs produits afin d’attirer le plus de clients possible, les voix des marchands faisaient le tour de la cité, alliées au brouhaha produit par les passants et autres promeneurs dispersés à travers les allées et les places de la ville de la chimère Alexandre.

C’était parmi cette foule que Hanabi évoluait à l’heure actuelle, son regard se portant sur les diverses échoppes et enseignes apparaissant dans son champ de vision au fur et à mesure de son avancée dans les rues de la cité. Ses grands yeux verts et bleus laissaient transparaître un émerveillement presque palpable, la jeune fille observant pour la première fois un environnement totalement inconnu. La scène qu’elle avait devant les yeux semblait tout droit sortie d’un rêve pour la native de Spira, les bâtiments en pierre, briques et aux toits de chaume ou de tuiles lui paraissaient si simple et pourtant si robustes malgré leur taille moyenne, elle qui avait grandi entre les architectures riches de Bevelle et les constructions métalliques de Bikanel.

Mais la ville seule n’avait pas été une découverte pour la semi Al-Bhed, qui avait pu rejoindre le Continent de la Brume par le biais d’un de ces incroyable Fréteurs de Lindblum, qui l’avait transportée depuis Luca jusqu’ici en échange d’une coquette somme d’argent.

La jeune fille se trouvait donc désormais quasiment sans le sou, en plus de ne pouvoir se déplacer sur le continent comme elle le souhaiterait, le hoover que lui avait donné sa famille ayant été laissé sur Spira après une avarie sortie de nulle part. Il ne lui était donc pas vraiment possible de faire du lèche-vitrine pour le moment, ni même d’emprunter un transport quelconque pour repartir du continent depuis sa position actuelle.


« C’est tout de même un comble, pour une Al-Bhed, de ne pas savoir réparer une machine… lâcha-t-elle, dépitée par sa propre incompétence. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Mais il faut croire que je suis vraiment nulle pour ce genre de choses… » se dit-elle ensuite en laissant échapper un soupir.

Elle n’avait pas encore l’intention de quitter la ville, souhaitant profiter de ce qu’avait à offrir Alexandrie. Mais si elle comptait ne serait-ce que passer une nuit entre les murs de la cité, il faudrait qu’elle trouve de quoi se subventionner.

Ses pensées se bousculèrent quelques instants dans son cerveau, avant qu’elle n’en vienne à la seule conclusion possible dans ce genre de situation. La chasse aux monstres - et par la même, aux butins - s’imposait. Cependant, elle n’était pas très sûre de comment procéder. Allait-elle devoir sortir de l’enceinte d’Alexandrie pour chercher des « proies » à combattre, ou bien lui faudrait-il se joindre à un groupe de voyageurs en tant qu’escorte ? Les deux pistolets rangés à sa ceinture avaient au moins le mérite d’être bien mis en évidence et l’on ne pouvait se tromper sur le fait qu’ils semblaient capables de faire de gros dégâts s’ils venaient à être sortis de leurs holsters.

Dans un cas comme dans l’autre, Hanabi n’aurait pas de problèmes pour faire face à tel ou tel monstre le temps d’une escarmouche rapide, mais elle avait des doutes quant à pouvoir tenir la cadence dans un combat s’éternisant. Certes, les monstres évoluant autour de la capitale ne semblaient pas très dangereux, aux dires des habitants. Mais était-ce prudent de se lancer de cette manière, dans un monde dont elle ne connaissait encore rien.

Les rêveries de la jeune fille furent interrompues lorsque son pied rencontra un pavé saillant hors de la chaussée, probablement un élément ayant été mal fixé au sol et progressivement déplacé par les vibrations dans le sol.
La surprise due à l’inattention de la demoiselle la déstabilisa suffisamment pour lui faire perdre l’équilibre et elle vint s’étaler de tout son long au sol, renversant par la même occasion un homme devant elle, qui transportait un panier rempli de fruit. Une partie du contenu se déversa alors sur la voie publique en quelques instants, certains s’écrasant mollement au sol tandis que le reste s’en alla rouler aux pieds des passants, dont quelques opportunistes en profitèrent pour se remplir les poches.


« Awawa… Qu’est-ce qu’il s’est passé ?!
-Mes beaux fruits ! Ma marchandise ! Par Alexandre, quel désastre ! »

L’homme tentait désespérément de récupérer ses possessions mais se rendit bien vite compte que presque tout ce qui lui avait échappé s’avérait être soit déformé par le choc et donc invendable, soit volés par les quelques rares à avoir profité de la situation.
Il se retourna alors vers Hanabi qui s’était redressé sur ses genoux, un regard noir et menaçant venant toiser la Spirane.


« Mais qu’est-ce qui vous a pris ?! Vous vous rendez compte que je viens de perdre la moitié de ce que j’aurais pu vendre aujourd’hui ?!
-Ah ! Je… je suis désolée ! s’excusa-t-elle en se rendant compte de la gaffe qu’elle avait commise. Sincèrement désolée, vraiment ! C’était un accident, j’ai trébuchée et…
-C’était peut-être un accident, mais vous venez tout de même de me faire perdre une part importante de mon gagne-pain ! J’exige que vous me remboursiez !
-Oui, bien sûr ! répondit-elle en se relevant d’un seul bond, complètement paniquée par le ton colérique de l’homme en face d’elle. Je vais vous rembourser, je… Oups ! »

Aïe ! Il ne lui restait plus qu’une poignée de Gils à disposition. Bien que la somme ne fût pas très importante, dépassant à peine la centaine, elle espérait que ça suffirait à calmer son interlocuteur. Cela avait peu de chance de marcher, au vu de la quantité de fruit que Hanabi pouvait voir à ses pieds. Mais dans tous les cas, elle allait se retrouver à la rue jusqu’à ce qu’elle trouve une solution.

« Tenez… fit-elle en lui tendant la bourse contenant ses dernières économies.
-Hum… Le marchand soupesa le sac avant de l’ouvrir pour en vérifier le contenu, sous l’œil inquiet de la demoiselle. Je suppose que ça suffira pour compenser les pertes. Tâchez de faire plus attention à l’avenir, vous n’aurez sûrement pas autant de chance si ça vient à vous arriver de nouveau.
-Je tâcherai de m’en souvenir. Encore désolée ! » s’excusa-t-elle une nouvelle fois en venant s’incliner humblement devant l’homme, soulagée qu’il se soit contenté du peu qu’elle avait à lui offrir.

Tandis que le commerçant retournait vaquer à ses occupations, non sans continuer à rouspéter sur les manières qu’avaient ces voyageurs, Hanabi resta plantée au milieu de la rue. Elle se trouvait désormais dans la pire situation possible pour quelqu’un venant d’arriver en territoire inconnu et tout ça à cause de sa maladresse légendaire.

Il était désormais clair pour elle qu’elle ne pourrait pas rester ici à se tourner les pouces si elle souhaitait que son voyage ne continue. Comme elle l’avait imaginé, la chasse aux monstres était devenue une nécessité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Ven 14 Juin - 21:41

GradivusDégénérés. Ramassis de dégénérés. Gradivus ne pouvait pas penser autre chose depuis qu'elle avait mis les pieds à Alexandrie. Cet endroit était... Juste nul. Aucune classe et aucun confort comparé à Bevelle, et l'absence du sempiternel emblème en forme d’œil ailé, l'étendard de Yevon, provoquait chez elle un mélange d'angoisse et de crispation qui n'avaient comme effet final que de rendre encore plus hargneuse sa tête déjà aussi joyeuse qu'un Rage Comic.

Les choses avaient été très vite, ces temps-ci. Trois personnes avaient été arrêtées sur Spira après avoir potentiellement trouvé le sanctuaire de Foudre. Ramenées à Bevelle pieds et poings liés, ces trois femmes avaient rapidement été soumises à la question pour en savoir plus, et même si l'une d'entre elles avait... Assez mal réagi à l'interrogatoire... Les infos obtenues valaient leur pesant d'or. Suffisamment pour que, lorsque l'une des prisonnières réussit à s'échapper, Gradivus fut envoyée illico derrière elle. Le but était de la ramener à Bevelle, consentante ou non et entière ou non. Asran devait pertinemment savoir que cela ne gênerait pas outre mesure sa fangirl n°1 de ramener cette femme manchotte, cul-de-jatte ou avec les yeux crevés et/ou la langue arrachée si besoin était... Ce qui est quelque peu flippant à y penser.


Son lourd casque dans son sac et son armure renforcée d'un tabard bleu frappé de l'oeil noir de Yevon, Gradivus avait cependant reçu l'ordre de jouer la carte de la diplomatie. Tuer cette femme au beau milieu d'Alexandrie ou de Lindblum allait sans doute causer un shitstorm politique dont Asran se passerait bien : il avait déjà les mains pleines à se faire établir en tant que dirigeant légitime de Spira (surtout auprès des Al Bhed), se mettre à dos la reine Grenat n'était pas dans ses moyens.
La décision avait été prise d'aller présenter une "simple" requête à la reine pour allouer Gradivus à pourchasser la criminelle, ou du moins quémander l'aide de l'armée d'Héra. En portrayant cette femme comme une menace pour le monde et en lâchant des infos sur l'orbe de foudre (la fameuse patate chaude qu'avait délivré la prisonnière), Asran avait aussi pour but de tester plus ou moins la résolution et le feeling de la reine à son sujet : un "Oui" ouvrait la porte à de futures relations diplomatiques, un "Non" voulait dire qu'Héra et Spira ne seraient pas bons copains de suite.
Gradivus, bien sûr, préconisait d'envoyer les moines guerriers faire le ménage, mais malheureusement, Asran devait faire avec la politique. Et pour ça, il fallait y aller gentil. A peine débarquée du bateau reliant Bevelle à Alexandrie, la moine partit en ligne droite vers le palais royal afin de plaider sa cause devant la couronne, ou du moins devant une autorité compétente.
Son visage dissimulé par le capuchon du tabard orné une nouvelle fois du sigil de Yu Yevon couleur jais, Gradivus fendait sans mot dire la foule. Les bottes ferrées, l'armure à l'allure étrangère ou la gunblade d'1m25 large comme une tête avec un chaingun fixé en dessous devaient y être pour quelque chose... A moins que certaines personnes ne connaissent assez la géopolitique pour identifier la femme comme une représentante de Bevelle. Tant mieux. "Apprenez à reconnaître vos supérieurs", pensa Gradivus, cette énième pique de mépris s'ajoutant à toutes celles déjà dites... Si on lui avait donné un gil pour chaque propos insultant pensé depuis qu'elle était dans le bateau, Grad' pourrait s'offrir une armure en diamant et des petites culottes en fil d'or. Par camions.

Grad' aurait atteint le palais si quelque chose n'avait retenu son attention. Une petite altercation entre une jeune fille et un commerçant. Visiblement, elle avait trébuché et renversé son étal ; rien de particulièrement particulier jusqu'à ce que Grad' put voir son visage.
Un œil vert. Et un bleu. Exactement comme la Bâtarde de Braska.
Il s'en fallut de peu pour que cette pauvre gamine finisse coupée en deux, mais Gradivus se souvint brutalement d'une chose : Yuna était brune et avait une force de crevette. Cette fille était blonde et portait des pistolets surdimensionnés. Mauvaise personne, même si l'héritage Al Bhed se voyait comme le nez au milieu de la figure.
Pendant quelques secondes, le chaos régna dans le crâne de Gradivus. QUE. FAIRE. Avoir un compagnon de route spiralite lui manquait bien plus qu'elle ne voulait l'admettre, ce compagnon fut-ce un ba*seur de machines ; avoir quelqu'un pour discuter avec soi serait bien. Et puis, l’œil bleu montrait qu'elle n'était qu'a moitié corrompue. Acceptable.
La fille s'éloignait de l'échoppe à présent. De deux ou trois pas certes, mais ce fut assez pour décider la paladine. Approchant d'elle de son légendaire pas ferme et parfaitement mesuré (aussi appelé "manche à balai dans le c*l"), Gradivus attrapa sans ménagement l'épaule de la demi-sous-classe et la tourna vers elle.



- Que fait quelqu'un comme toi si loin de Spira ?


La voix était froide, dure et sans une once de plaisir. Même PARLER emmerde Gradivus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Ven 14 Juin - 23:05

GenesisAlexandrie donc. Des terres... ou anciennes terres de Hera. Plus exactement la capitale de Héra, où il y avait jadis de la Brume...

Enfin, d'après tout ce qu'il avait entendu et lu. Ah ce genre de lecture n'avait rien à voir, mais strictement rien à avoir avec ce grand poème épique dont il était resté un grand admirateur, malgré les épreuves par lesquelles il était passé. Loveless...
Mais bien sûr, ailleurs que sur ses lointaines terres de Gaïa, personne ne connaissait. Déjà que bien des natifs de Gaïa – un peu trop nombreux, ce qu'il trouvait assez regrettable – ne connaissaient pas cette précieuse œuvre, ou s'en fichaient... ou les deux.

En parlant de littérature, de poésie... Genesis n'avait pas résisté à aller chercher à savoir de quel types de grand classiques le peuple d'Hera se nourrissait. Et pour cela bien sûr, le meilleur endroit était la bibliothèque. Par chance il y en avait une au château, et il en ressortait.
À première vue, il n'avait pas vraiment trouvé quoique ce soit à sa convenance. À savoir que des pièces de théâtre se jouaient régulièrement sur la place principale, il avait pourtant espéré.

D'ailleurs, alors qu'il était assis dans un coin un peu écarté, il avait vue, d'assez loin, sur une de ces pièces en train de se jouer... Une pièce qu'il trouvait ennuyeuse à mourir.
Tellement qu'il fit tout pour se retenir pour se retenir de bâiller. Et contre l'ennui, il avait retrouvé comment contrer : son exemplaire de Loveless bien sûr.

Mais avant de commencer sa lecture, il laissa à nouveau ses yeux aller un peu partout sur les constructions de la ville. Ça faisait vraiment vieillot, digne d'un coin paumé, alors que c'était une "grande ville". Et pourtant des coins paumés, il en avait vu quelques uns sur Gaïa... Il venait lui même de la campagne. Mais même à Banora, le village où il avait grandit – et que la Shinra avait détruit (un peu beaucoup énormément à cause de lui mais ça il n'allait pas s'en vanter, d'autant plus qu'il était plein de regrets à présent) – il avait eu accès à un peu de technologie... et là, son PHS captait.
Sur les terres d'Hera, il n'était bien sûr pas question de penser à une quelconque technologie équivalente et encore moins compatible.

Il soupira et ouvrit son livre, commençant à lire : "Il n'y a aucune haine, seulement de la joie, car la déesse te protège... Héros de l'aurore, guérisseur des mondes...".
Spoiler:
 
Il supposait bien que les gens qui l'entendraient ne palperaient sûrement pas une bribe de ce qu'il dirait mais tant pis pour eux.

Il s'arrêta quand il entendit un espèce de bruit à quelques mètres de lui, un truc qui tombait – ou plutôt plusieurs trucs qui tombaient – et regarda ce dont il s'agissait.
Une pauvre fille qui avait bousculé un marchand et avait fait tomber tous ses fruits.

Restant à sa place, il observa la scène et il lui semblait que la fille n'était pas du coin. Peut-être était aussi égarée que lui. Enfin, égaré, ce n'était pas vraiment le mot. Car s'il était là c'était un peu volontaire de sa part. Il ne connaissait juste pas cette ville, ni ces terres.
Mais il voyageait un maximum afin d'éviter d'être localisé par d'éventuels "survivants" de la Shinra qui voudraient sa peau, soit son retour en Soldat 1ère Classe, ou encore par ses gens bizarres qui l'avaient récupéré après qu'il ai défié Zack Fair. Il n'avait pas envie d'avoir un ou deux Turks aux trousses, dans le cas où ces individus existaient encore.
Il était pourtant fier d'avoir été Soldat. Mais bien moins fier d'avoir muté en monstre avec, dans l'organisme, des cellules de la créature qui avait été nommée la Calamité des Cieux. Non, cela le faisait carrément souffrir intérieurement, même encore. Il ne le montrait pas, préférant rester digne du "Don de la Déesse"... Le Don de la Déesse, un truc qu'il devrait recherchait encore. Il avait eu de nombreuses hypothèses à ce sujet mais cette affaire de fusion de monde avait fait naître en lui de nouvelles questions.

Genesis soupira et regarda par terre. Un fruit tombé du panier du marchand avait roulé jusqu'à ses pieds. Dans un élan de bonté, ou plutôt d'honneur – oui, le sens de l'honneur de son ami Angeal Hewley avait du déteindre sur lui bien plus qu'on imaginait – il referma son livre, le rangea dans ses vêtement et ramassa sa belle Rapière rouge d'une main, puis pris le fruit de son autre main pour le porter au marchand.

Le marchand le dévisagea un peu, mais plus par surprise que par méfiance, car Genesis n'avait pas trop l'apparence des gens locaux, surtout avec ses yeux bleus Mako.
"Oh merci monsieur mais..." – en regardant le fruit et le tendant au roux – "...gardez le donc, je ne pourrai pas le vendre, mais s'il n'est que peu abimé, désolé, je n'en ai plus d'autres, c'est pour vous remercier !".
"Comme vous voudrez" répondit Genesis calmement, d'une voix suave, avec un très léger sourir, tout en faisant un signe de tête pour remercier le marchand à son tour.

Une fois le marchand éloigné, l'ex Soldat croqua dans le fruit et ne pu réprimer une petite moue. Ce fruit n'avait vraiment aucun goût ou Gen' avait il été trop habitué au goût des pommesottes ?
Mais comme il avait un peu faim, notre roux mangea quand même le fruit, tout en regrettant amèrement que ses produits de Banora ne puissent plus pousser comme il faut.

Tout en finissant son fruit – tout en prenant son temps –, il regarda à nouveau la jeune fille qui avait tout renversé... et vit qu'elle fut accostée par une autre personne. Encore une dégaine pas vraiment du coin. Ils étaient à présent trois étrangers.
Mais cette nouvelle personne avait l'air bien moins commode. Même Rude le Turk était plus délicat.

Il regretta un instant de ne pas avoir approché la pauvre fille plus tôt. Pas qu'il avait envie de séduire – non, ce n'était pas dans ses projets – mais il lui faudrait sûrement finir par parler à d'autres personnes, même s'il n'était pas du genre à se mêler aux autres. Il avait pourtant du travailler avec d'autres, quand il était Soldat.

Et Spira, il ne connaissait pas encore bien... peut-être que cette fille pourrait lui donner quelques informations, et qui sait, peut-être lui parlerait-elle de la littérature de ce monde.

Genesis approcha d'un pas calme et serein les deux femmes. "Spira vous dites. Un monde que je ne connais pas encore, vous allez m'en parler ?".
Il espérait qu'avec sa voix douce et calme mais ferme, il allait quelque peu rassurer la jeune fille, même si ce n'était pas dans ses habitudes. Pourtant dans son fort intérieur, c'était quelqu'un de sensible et de si gentil. Et qui sait, peut-être que la Déesse Minerva le récompenserait pour une telle approche...

D'ailleurs, il regarda la jeune fille et s'arrêta sur ses yeux. Un bleu, un vert. Il ne montra rien. Pas d'agressivité, mais pas vraiment de sentiment pour autant.
Et il regarda l'autre fille, qui semblait bien moins commode, sans laisser rien paraître non plus. En même temps, de sa main libre toujours (l'autre main tenant toujours sa Rapière) il jeta au loin d'un geste élégant – quelqu'un qui ne le connaissait pas dirait même efféminé – ce qu'il resta de son fruit, c'est à dire les pépins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Ven 14 Juin - 23:49

Lorsqu’elle sentit son épaule se faire fermement agrippée par le gantelet de métal gelé, un frisson parcourut l’échine de Hanabi, lui intimant que la situation pourrait bien déraper plus qu’elle ne l’avait déjà fait.

« Hu ? Aaah ! »

Le regard froid et pénétrant qu’elle croisa par la suite lui rappela les douloureux souvenirs de sa cellule de Bevelle, les Yevonites qui lui posaient sans cesse les mêmes questions les examens qu’ils lui faisaient subir jour après jour. Tout ça parce qu’elle avait survécu on ne sait comment à Sin la Destructrice.

Elle reprit rapidement ses esprits en revenant à l’instant présent, observant plus en détail à qui elle avait affaire : d’après son accoutrement et l’emblème arboré sur une bonne partie des pièces de tissu constituant sa tenue, la personne lui faisant face était une moine de Bevelle. Le sentiment de malaise qu’elle avait ressentit juste avant se confirmait davantage, malgré les quelques membres de l’ordre et les Invokeurs avec qui avait pu se lier la métisse dans son enfance, les adeptes de Yevon ne lui inspiraient pas confiance.
Et dans le cas présent, l’air belliqueux et l’amabilité d’une porte de prison qu’affichait cette combattante à l’épée démesurément grande ne faisait qu’apporter un peu plus de malaise à Hanabi.

Devait-elle s’enfuir ? Combattre ? Elle avait encore un bras libre, peut-être plus pour très longtemps, mais la possibilité de dégainer rapidement Eros pour un tir de sommation était envisageable.

Vingt secondes. C’était approximativement le temps qu’il restait à Hanabi pour se décider, aux vues de l’attitude de son interlocutrice. Il était certain qu’elle ne resterait pas longtemps sans rien faire si elle n’obtenait pas de réponse rapide.


« Je… »

Le cerveau de la jeune fille fonctionnait à présent à plein régime pour décider de la suite des évènements :
La foule ne semblait quasiment pas prêter attention à la scène entre les deux originaires de Spira. Ils n’avaient de toute manière aucune raison de s’en préoccuper, puisque n’ayant aucune idée de la relation entre ces deux jeunes femmes. L’affluence de passants rendait quant à elle impossible la vision de ce qu’il se passait par de potentiels gardes, ce qui ne permettait donc pas une intervention extérieure.


Dix secondes.

Cette foule était peut-être son ticket de sortie, après tout. Elle n’avait qu’à se dépêtrer de l’étreinte de la femme en armure pour ensuite s’enfuir et se fondre dans la masse. Contrairement à celle qui lui faisait face, Hanabi avait plus de chance de s’effacer au milieu de tout ce monde, puisque plus fine et plus agile que la paladine et son arme gigantesque. Il suffisait que…

Cinq secondes.

Non. Peut-être était-ce parce que la peur la submergeait en présence de l’emblème de Yévon, ou peut-être parce qu’elle ne voulait pas provoquer une panique inutile dans une ville qui lui était totalement étrangère. Toujours est-il qu’elle vint relâcher la prise sur la crosse de son pistolet, son bras gauche repassant devant elle pour se poser ensuite doucement sur le gantelet de l’inconnue.

« Je ne cherche à nuire à personne, si c’est ce qui vous intéresse. Vous… pourriez relâcher mon épaule ? C’est assez douloureux, à vrai dire... »

Un affrontement ou une course-poursuite entre elles n’auraient fait qu’envenimer des relations déjà particulièrement compliquées, Hanabi en avait conscience. Mieux valait partir sur des bases saines, ne serait-ce que pour le moment. Lorsque la guerrière accepta finalement de laisser libre l’épaule de la tireuse, non sans la brusquer un peu, Hanabi prit le parti de s’introduire sommairement.

« Je me nomme Hanabi. Je suis venue dans cette ville sans but précis, pour le moment. En vérité, je voyage pour en apprendre plus sur les changements qui ont affecté notre monde. »

Elle ne savait pas si l’inconnue en face d’elle en avait quelque chose à faire de tout ce qu’elle venait de lui raconter. Probablement qu’elle s’en fichait comme de sa première épée, au vu de l’air blasé qu’elle affichait. Mais il valait probablement lui dire ça que rien du tout, elle aurait pu se faire des idées. Comme par exemple, un attentat orchestré au nom de la suprématie des machines. C’était le genre de théorie fumeuse que nombre de suivants de l’église s’imaginaient lorsqu’on leur mentionnait « la menace » al-bhed. D’ailleurs, en y repensant, elle allait probablement croire que tout ce que Hanabi venait de déclarer n’était que mensonge, vu comme elle semblait bornée.

« Voilà que je deviens parano à mon tour… » pensa la demoiselle.

Cependant, elle n’eut pas vraiment l’occasion de s’inquiéter plus longtemps de comment allait réagir la Yevonite, qu’une autre personne ne vienne les accoster sereinement, comme si de rien n’était.

En observant l’accoutrement et l’attitude détendue - voire carrément détachée - de l’homme aux cheveux roux quant à ce qu’il se passait entre les deux Spiranes, elle en déduisit qu’il s’agissait d’un individu ne provenant pas de leur monde. Cette hypothèse fut ensuite très rapidement étayée par la question qu’il vint poser, l’homme souhaitant obtenir des informations sur Spira.

Grâce à cette intervention inopinée, l’ambiance commença progressivement à s’alléger, pour le plus grand soulagement de Hanabi. Elle espérait maintenant pouvoir maintenir ce niveau de tension au plus bas, afin d’éviter une quelconque maladresse.

Maintenant, qu’allait-elle bien pouvoir répondre ? Elle était certes originaire de Spira, mais manquait cruellement de connaissances concrètes sur son propre monde. Il lui restait encore beaucoup à découvrir, elle en avait bien conscience depuis qu’elle avait quitté Bikanel et ses propres origines restaient encore un mystère pour elle, seul le souvenir inconsistant de cette jeune fille aux ailes de métal lui donnant un semblant de départ dans ses recherches.

Elle hésitait aussi grandement à laisser l’épéiste s’exprimer. Elle n’était pas totalement convaincue de l’objectivité de cette jeune femme quant à ce qu’il se passait sur Spira. L’église actuellement dirigée par Asran semblait faire preuve d’une certaine propension à menacer, indirectement comme directement, le peuple al-bhed et cette personne en armure ne devait probablement pas faire exception à la règle. Preuve en était de la manière plutôt brusque qu’elle avait accosté la jeune métisse.

Que faire ? Que faire ?

Il faut croire que la réponse qu’elle avait fourni à la paladine juste avant était une sorte de bonne pioche, puisque voilà que son manque d’assurance commençait à refaire surface dans l’un des pires moments qui soit. Elle ne savait pas quoi répondre et commençait à craindre de dire des bêtises : que ce soit quelque chose pouvant énerver la Yevonite, ou des informations inutiles à ce type venant d’un autre monde encore.


« Eh bien… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Dim 16 Juin - 16:41


Il ne faut jamais se demander si l'on est capable ou non de faire quelque chose. Il faut le faire, pour sa survie, pour celle du monde, pour les chances qui lui restait de pouvoir retrouver Serah. Lightning n'avait pas craquée. Si elle s'était fait surprendre, elle avait immédiatement réveillée ses vieux réflexes de militaire en dissimulant l'orbe grâce a ses avantages féminins, puis s'était contentée de répondre de manière bornée aux questions des militaires par son nom, son prénom, et encore, celui qu'elle s'était donnée elle-même, ainsi que son numéro de matricule de la Garde Civile du Sanctum, sans rien offrir d'autre aux moines guerriers qui usèrent de nombreuses méthodes pour tenter de la faire craquer. Coup, méthode de la noyade, choc électrique... La jeune femme avait depuis longtemps perdue la notion du temps, mais son obstination légendaire avait fini par payer. Ils devaient avoir bien compris que des trois, elle était celle qui avait le plus de choses a dire, mais son obstination a ne pas parler rendait les choses plus difficile. Une seule idée lui trottait désormais dans la tête : l'évasion. Cette fois-ci, elle en était convaincue : l'église était pourris jusqu'à la moelle et si elle ne retrouvait personne, elle connaissait désormais l'objectif de sa mission : monter les autres régimes politique contre elle afin de la balayer de l'histoire de Spira une bonne fois pour toute.

Asran... Pour elle, il n'avait pas plus de valeur que le primarque Disley. Comme le disait si bien Sazh, le « Meurtrier en Chef », rien d'autre a dire... Assise dans sa cellule, avec un air pitoyable, la jeune femme ne semblait plus vraiment en mener large. Toutefois, elle ne faisait que simuler et économiser ses forces. Elle n'était jamais sans plans, jamais sans objectifs et savait exactement quoi faire pour s'en sortir. Bien qu'elle changeait régulièrement, il y avait un moment pour les douches et les gardes venaient toujours vous attrapez par le col si vous ne daignez guère vous y rendre. C'était précisément ce moment la que l’aînée des Farron choisit pour passer a l'action. Alors que le premier moine entrait dans la cellule en proférant des insultes ayant toujours le mot « hérétique » a la bouche, Lightning leva soudainement un regard qui en disait long sur les sentiments qu'elle portait a son église puis lui sauta a la gorge. L'homme fut surpris, il la croyait a moitié morte et voilà qu'elle faisait soudainement preuve de la vivacité d'un fauve, ignorant ses blessures et les mauvais traitements subit depuis le début de sa captivité, elle parvint a s'emparer du fusil a verrou du moine et de retourner la baïonnette contre lui. Il avait peut-être une famille, mais il avait choisit le mauvais camps, tant pis pour lui...

Naturellement, ses cris avaient attiré d'autres gardes, mais la guerrière était déjà prête et le premier moine fut cueillit par une balle entre les deux yeux, s'effondrant sur le sol raide mort. Lightning serra les dents en activant le verrou de l'arme pour chasser la douille vide et faire entrer une nouvelle balle dans la chambre du chargeur, il fallait qu'elle soit partie avant l'arrivée des méchanoïdes de sécurité, sinon la situation deviendrait beaucoup plus complexe qu'elle ne l'était déjà. La jeune femme se dirigea donc rapidement vers le quartier des gardiens, ce qui peut sembler stupide, mais il fallait tout de même qu'elle récupère son équipement, sinon, elle serait définitivement trop en difficulté. Ce qu'elle perpétra au sein de la prison n'était rien de plus qu'un carnage. Comme PSICOM l'avait découvert avant eux, Lightning Farron n'était pas facile a vaincre et les moines guerriers tombèrent comme des mouches. Certain utilisaient des lances-flammes, une erreur grossière : en logeant une balle dans le réservoir, l'ancienne Garde Civile le fit exploser, tuant plusieurs moines en même temps. Lorsqu'elle récupéra sa pistolame, ses vêtements ainsi que son cube de transport d'objet, elle réalisa que « démon » s'était ajouté a la liste des insultes sur sa personne... Peu importe, elle en avait bien quelques une pour eux aussi. Jetant le vieux fusil sur le sol, elle s'empara de son arme fétiche et décida que la plaisanterie avait assez durée, l'heure de la revanche avait sonnée...


- - - - Alexandrie - - - - -

L'évasion avait réussie : pour partir, la jeune femme n'avait pas hésiter un seul instant a ouvrir de nombreuses cellules afin de permettre a d'autres prisonniers de s'enfuir, peu importe qu'il s'agisse d'autre criminels ou non, elle voulait juste vivre et pour cela, elle devait le faire a leurs dépends ! Elle savait aussi qu'elle en condamnait beaucoup a mort sous les balles des moines, mais elle n'avait pas d'autres choix, c'était cela ou mourir et elle devait vivre, elle avait trop de choses a faire. Une fois dehors, épuisée, la jeune femme avait pourtant forcée son chemin jusqu'au comptoir de Rin de la plaine foudroyée. Elle avait besoin d'aide pour quitter Spira et ne pouvait compter que sur un soutien de Al Bhed, les seuls personnes lui semblant avoir la tête sur les épaules sur ce monde ! Elle parvint a obtenir son soutien, sans lui expliquer exactement comment elle s'était mise a ce point dans les ennuis, se contentant de lui expliquer qu'il était préférable pour elle comme pour lui et son peuple que personne n'en sache rien. Dans la forêt de Macalania, elle avait au moins put semer ses poursuivants, ce qui ne fut pas possible dans Bevelle : il suffisait de suivre les cadavres des moines-guerriers pour retrouver sa trace. Elle se demanda un instant si les autorités religieuses allaient purgée toutes les personnes entrée en contact avec elle, mais elle n'était pas L'Cie, alors cela ne risquait pas d'arriver...

Avec l'aide de Rin, Lightning était parvenue a obtenir une place plus ou moins clandestine sur un navire en direction d'Alexandrie. Elle aurait préférée Lindblum, mais elle devrait faire avec et rejoindrait la cité des Tantalas plus tard. Pour le moment, tout ce qui l'intéressait était de fuir l'influence de Spira au plus vite afin d'échapper aux Yévoniste. Elle avait changée de tenues pour enfiler une armure de couleur argentée qui l'associait presque naturellement aux amazones d’Alexandrie, mais qui lui permettait surtout de passer totalement inaperçue dans la cité d'Héra ou le mot technologie était simplement inconnu ou encore a ses balbutiements. Le voyage en mer ne fut pas si difficile, mais la jeune femme s'était ennuyée, elle n'avait fait que ressasser sans cesse ce qu'elle devait faire tout en recherchant a percer l'énigme du cristal de foudre : hors de question que les dingues de Bevelle mette la main dessus, il lui suffisait d'en prendre un seul pour pouvoir s'assurer qu'il n'auraient jamais la possibilité de pouvoir utiliser le pouvoir de ses cristaux, bien qu'elle savait aussi qu'elle ne pourrait pas fuir toute sa vie et qu'il lui faudrait bien affronter l'église un jour pour mettre fin a cette menace, elle n'était juste pas encore prête. Elle pensa amèrement qu'elle avait de l'expérience dans la fuite éperdue et que les moines guerriers de Yevon étaient infiniment moins dangereux que la PSICOM, ce qui devait lui laisser toutes les chances de s'en sortir.

Une fois a Alexandrie, Lightning pensa d'abord a éveiller ses contacts sur Héra afin de pouvoir avoir du soutien, mais en passant sur la place, elle remarqua un accident, apparemment sans gravité, mais soudainement, une silhouette qui n'était pas difficile d'identifier comme appartenant a la caste des religieux de Bevelle fit son apparition sur la place. Lightning soupira et réalisa qu'ils l'avaient déjà retrouvée... A moins que … Leyla ou Runeon n'aient parler et qu'ils avaient deviner ou chercher... Ils allaient probablement maintenir Leyla en vie afin de pouvoir trouver le cristal avant elle, ils devaient compter sur l'appui du gouvernement d'Héra pour vaincre, ce qui signifiait qu'elle faisait face a une course contre la montre... En observant le regard de la jeune fille, son accoutrement et ses armes, il ne faisait aucun doute que Lightning avait affaire a une Al Bhed victime d'une Yevoniste qui devait rechercher quelqu'un sur qui passer ses nerfs... Un autre homme apparu soudain, a la tenue, un première classe de SOLDIER, demandant des informations sur Spira. La jeune femme n'avait pas l'intention de laisser la blonde dans la difficulté, les Al Bhed l'avaient aider, elle avait une dette envers eux, pressant le pas, elle prit la parole afin de répondre bien mieux que ne l'avait fait la pauvre blonde.


« Spira est un monde magnifique gangréné par un mensonge religieux transcendé a l'échelle d'une population entière. Si tu recherche la paix, je te conseille d'éviter cet endroit comme la peste, SOLDIER. »

Avec un discours pareille, Lightning était certaine d'attirer l'attention de la Yevoniste, mais elle prouvait aussi qu'elle connaissait fort bien Gaïa, comme tous les autres monde, une année de voyage avait forgé son caractère et faisait d'elle une sorte d'érudit des mondes fusionnées. Elle fixa la jeune femme droit dans les yeux, bien droite, un air de défi dans le regard. Elle avait fauchée tant d'âme a Bevelle que cela jouerais forcément d'une façon ou d'une autre sur la psyché de l'exécutrice. Son but était bien entendu de l'intimider, la pousser a la fuite ou a la faute. Si elle agressait la première, la guerrière gagnerait peut-être des points auprès des autorités, si celle-ci daignaient intervenir bien entendu...

« C'est moi que tu recherche non ? Alors vient m'attraper, si tu t'en sent capable. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Dim 16 Juin - 19:28

GradivusLa réaction de la demi Al Bhed était des plus agréables pour Gradivus : même sans Yevon, ces vers du désert savaient qu'ils devaient se tenir à carreau devant les souverains légitimes de Spira. Excellent.

La main ferrée continuait de comprimer l'épaule de la blondinette comme un étau de métal et de racisme, d'une part pour ne pas qu'elle se sauve tant que la question restait sans réponse et d'autre part pour continuer à lui faire peur. Amusant.
Encore plus amusant était de lire son visage : même un aveugle pouvait voir qu'elle avait le cerveau en feu à chercher une réponse à sortir à Gradivus. Qui n'attendait que ça. Si elle utilisait l'un de ses gadgets impies pour l'attaquer, elle se ferait trancher en deux sans autre forme de procès ; si elle l'insultait, elle lui fracasserait la tête jsqu'à ce que personne ne puisse la reconnaître (ou qu'il n'y aie plus de tête) ; si elle tentait de s'enfuir, ce serait une balle dans le dos. Alors, décapitée, plombée ou bastonnée ? Qu'allait choisir à son insu le petit rat blond ? Histoire de lui donner une petit marge et un peu d'espoir (qui seraient réduits à néant de toutes façons par une lame, une balle ou un poing), Gradivus accepta sa requête et cessa de lui écraser le bras.

Grande fut la déception de la moine quand la blonde dit "en apprendre plus sur les changements qui affectent le monde". Hrm. Elle semblait sincère. Et puis, Héra ne brillait franchement pas par son niveau technologique, donc elle n'était pas forcément venue pour apprendre comment améliorer leurs blasphèmes ambulants, ou du moins les refourguer ici. Cela dit, elle semblait vraiment sincère. Bon. Pas de quoi fouetter un chat, et même pour les Al Bhed, se promener n'était pas un crime. Elle était clean.
Hochant de façon solennelle la tête pour marquer son approbation quand à son périple, Gradivus allait lui dire de calter quand un troisième larron vint s’incruster. D'une part, c'était assez space ; d'autre part, sa dégaine le désignait comme quelqu'un n'étant ni d'ici ni de Spira, donc un de ces technofuckers de Gaïa ou Dol ; et de troisième part... Il demandait avec la même nonchalance que quelqu'un demandant l'heure de leur parler plus de Spira. Wait what.

Toutes les deux restèrent légèrement scotchées sur place quand le silence fut rompu par un quatrième squatteur... Ou squatteuse. Et laquelle ? Rien de plus que la prisonnière en cavale !!!
Gradivus en aurait couiné de joie. Si couiner de joie ne l'emmerdait pas.
La prisonnière attaqua de front en présentant Spira comme une pauvre victime d'un "mensonge religieux" suivie d'une provocation grossière. Au milieu des rues d'Héra et entre natifs d'autres mondes, ce serait le premier qui dégaine qui perdrait. Fort bien. Il faut être deux pour danser le tango, et Gradivus était d'humeur à danser. Game on.



- Une vision fort limitée et biaisée n'émanant pas du meilleur interlocuteur.
Pour vous répondre, les choses sont bien plus compliquées et nuancées. Spira est une terre magnifique et chargée d'histoire, mais... A un "croisement" en termes d'histoire.

Pendant des centaines d'années, Sin la Calamité à ravagé nos terres et massacré notre peuple. Certains, dont moi, pensent que Sin était notre punition pour notre vanité et de notre trop grande dépendance envers les machines, à commencer par la mégalopole de Zanarkand. D'autres disent qu'il était une invocation ayant mal tourné. Toujours est-il que, pendant tout le temps que Sin vécut, l'église de Yevon s'est dévouée à encadrer le peuple de Spira. Nous avons banni les machines, contribution à l'émergence de Sin, et puni ceux qui les utilisaient, les Al Bhed. Nous fûmes brutaux et impitoyables, parfois même monstrueux, comme cette demoiselle blonde pourra vous le dire, mais jamais nous n'avons pensé à autre chose qu'a permettre aux gens de dormir sur leurs deux oreilles.

Maintenant, Sin n'est plus et notre monde se retrouve confronté à trois autres mondes, dont deux utilisent une technologie faisant pâlir celle des Al Bhed. Que pouvons nous faire ? Pouvez-vous blâmer les gens de continuer à suivre les préceptes qu'ils ont respecté pendant tant d'années ? Pensez-vous que nous devrions jeter à bas nos temples et notre œil ailé ?
Ce n'est pas moi qui vous dirais quoi faire, étant moi-même une servante de Yevon et donc biaisée. Venez à Spira et faites-vous votre propre opinion. Et ne laissez personne vous dire qu'il ou elle détient la vérité absolue.



Nul doute que l'étranger verrait les préceptes d'Asran comme vérité absolue, ou du moins partielle ; le but était surtout de présenter Bevelle comme ils étaient : des clampins moyens faisant ce qu'ils estiment être bien. Gradivus elle-même avait ses doutes au sujet du bannissement des machines ; après tout, les moines guerriers avaient toujours utilisé des fusils et des machines !
Mais le but principal, c'était de montrer que Cheveux Roses était en tort. Chercher la confrontation, c'était se griller. Si l'étranger et (rêve éveillé !) l'Al Bhed allaient dans son sens, soit elle partirait, soit elle perdrait son calme et attaquerait. Et si elle attaquait... Gradivus n'aurait aucun mal à convaincre Alexandrie de qui était le méchant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Dim 16 Juin - 21:36

Voilà que la situation commençait à déraper progressivement, pour ne pas dire qu’elle s’aggravait d’un seul coup. Lorsque la femme aux cheveux rose apparut de nulle part pour répondre à la question qu’avait posée l’homme à la rapière, Hanabi manqua de lâcher un couinement de surprise, ne s’attendant pas à ce que quelqu’un d’autre ne vienne s’immiscer dans la discussion, qui plus est pour parler à son tour de Spira.

La première chose qu’elle remarqua chez la personne s’étant exprimée était qu’il ne s’agissait ni d’une Al-Bhed, ni d’un adepte de Yevon, la tenue arborée et sa chevelure aux tons atypiques montrant l’appartenance à un tout autre univers. Dans ce cas, comment pouvait-elle parler de ce monde avec autant d’assurance ?


Attends, une chevelure… rose ? Mais alors !

Il s’agissait donc de cette personne qui avait été capturée avec deux autres étrangers à Guadosalam ? Celle dont on disait qu’elle venait d’un tout autre univers que celui dans lequel ils étaient actuellement ? Le message qu’elle avait reçu sur la radio de son hoover quelques temps avant de quitter Spira pour Héra lui avait fournit des informations sur la situation de ces trois voyageuses, mais elle n’avait rien entendu à propos d’une évasion. Les capacités de cette femme devait dépasser l’entendement pour lui avoir permis de s’évader en aussi peu de temps.

Cependant, la présence de cette personne, qui aurait pu paraître salvateur en temps normal, avait amené un nouveau problème : le regard qu’avait lancé la Yevonite lorsqu’avait fait irruption la femme aux cheveux montrait clairement que quelque chose n’allait pas et ça ne vint pas s’arranger lorsqu’elles se mirent à partir à deux dans un conflit d’idéologie. Ce n’est certainement pas ça qui allait arranger les choses.

La jeune fille aux cheveux blonds eut l’espace d’une seconde la folle envie de s’éclipser au plus vite, sentant venir comme une sorte de nausée créée par la promiscuité de toutes ces personnes. Mais elle n’eut pas vraiment le temps de faire volte-face qu’on s’adressa indirectement à elle, comme pour l’encourager à prendre part à la discussion.

Sérieusement, on lui demandait de venir donner son avis ? Alors qu’elle était quasiment morte de trouille à cause de la simple idée de devoir s’exprimer devant trois inconnus ?


« Fueh ?! Je… Vous… » balbutia-t-elle quelques instants comme pour marquer son trouble.

Ses vertiges et nausées commençaient à prendre rapidement le dessus et elle sentait que si l’ambiance générée par les deux autres femmes ne s’améliorait pas, elle allait être embarquée dans une histoire qui, elle en était certaine, n’allait pas lui plaire.


« E… écoutez ! déclara-t-elle, nerveuse de la tête aux pieds. La question n’est… n’est pas de savoir si Spira est victime de corruption ou non ! Je n’apprécie pas tout ces conflits régnant entre l’église et les al-bhed, encore moins lorsque je sais que j’appartiens aussi bien à un peuple qu’à l’autre ! Mais aujourd’hui, Spira ne fait plus qu’office de nation sur Héméra et… et nous ne sommes plus les victimes impuissantes de Sin, cherchant à nous blâmer les uns les autres pour savoir qui est responsable ! Alors… n’essayez pas de chercher qui a raison ou qui a tort et trouvez vos réponses par vous-même ! » lança-t-elle finalement à l’adresse de l’homme mentionné comme SOLDAT.

Les joues de la jeune métisse étaient devenues rouge pivoine et après s’être exprimée aussi vivement, il lui était nécessaire de récupérer un peu d’oxygène, l’obligeant à inspirer et expirer bruyamment quelques instants, les bras rejetés vers l’arrière tandis que le buste s’était instinctivement penché en avant.

Ce fut pendant ce court laps de temps qu’elle se rendit compte de la tirade qu’elle venait de faire, le genre de déclaration idéaliste dont seule Hanabi avait le secret. L’embarras commença à affluer et, dans le même temps, ce qui ressemblait à des larmes apparurent furtivement au coin de ses grands yeux saphir-émeraude. Ses mains gantées se placèrent instinctivement devant ses lèvres, comme pour essayer de rappeler à sa bouche les mots prononcés quelques secondes auparavant. Mais malheureusement pour elle, ce qui est fait est fait et elle avait beau supplier du plus profond de son être, il lui serait difficile d’effacer ces instants gênants de la mémoire des trois personnes lui faisant face.


« Je suis désolée… J’ai dit ça, je ne sais pas ce qu’il m’a pris… J’ai… »

J’ai si honte, hurlait-elle intérieurement.

En soi, il n’y avait pas vraiment raison pour Hanabi de ressentir de la honte en ayant déclaré ce qu’elle avait sur le cœur. Cependant, le faire devant de parfaits inconnus avait quelque chose de particulièrement dérangeant pour la demoiselle. C’était pour elle la même chose que de se mettre à nu lorsqu’elle donnait un avis aussi précis sur une question épineuse, lui faisant craindre en retour une foule de moqueries et/ou de commentaires soulignant sa naïveté.

C’en était trop pour elle, il lui fallait se sortir de cette galère au plus vite. Elle allait paraître vulgaire ou même simplement idiote, mais elle ne tiendrait pas une seconde de plus si elle restait coincée avec toutes ces personnes. Aussi, elle tourna les talons et commença à s’enfuir au hasard des rues d’Alexandrie.

Elle espérait qu’ils n’allaient pas tous se mettre à lui courir après. Si jamais la situation en venait jusque là, elle ne savait pas comment elle allait pouvoir réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Dim 16 Juin - 23:50

GenesisUn climat bien tendu pour une histoire où il n'avait rien à y faire. Oui, c'était vraiment le cas.
Une histoire entre trois nanas de Spira... pour des affaires de... religion, et de technologie... Apparemment. En réfléchissant bien, il se pourrait que l'histoire le concerne un peu. Peut-être aurait-il une autre vision du Don de la Déesse ?

D'un coup Genesis regretta pourtant finalement de ne plus avoir son aile noire pour s'envoler comme il était arrivé. Un peu comme un cheveu sur la soupe quoi. Une aile noire... Il aurait de suite été catalogué "obscur", "méchant", "monstrueux", "calamité"... Et sans doute se serait pris un coup dans l'aile – au sens propre du terme évidemment... – même s'il était quelqu'un de fort agile et rapide.

Et à l'arrivée d'une troisième fille, il regretta un peu moins son aile... Pourtant il commençait à avoir un peu trop de monde autour de lui...
Mais cette fille aux cheveux roses semblait bien connaître le SOLDAT et avait donc peut-être connaissance de choses qui s'était passées. Elle connaissait peut-être Sephiroth et savait que lui aussi avait une aile noire.

D'ailleurs, même s'il ne montrait rien – à part une distance additionnée à une certaine fierté – cette fille le surprenait un peu. Déjà cette couleur de cheveux. Après les cheveux argentés de Sephiroth, une dame aux cheveux roses... Il n'avait vu ça sur Gaïa. Et pourtant elle connaissait son statut. Connaissait elle aussi son nom ? Ce qu'il avait fait ? D'autres choses ? Et si elle était une Turk déguisée qui serait allée le chercher ? Avait-il donc fini par être localisé ?

"Tu es très bien informée sur le Soldat, je vois ?".

Alors qu'il prononçait ses mots d'une voix calme et suave, il continuait à toiser – sans forcément de mépris, mais plutôt de la curiosité bien apparente – la fille aux cheveux roses, tout en esquissant un très léger sourire, bien qu'il restait distant. Il n'avait pas dit son nom volontairement, afin de voir ce qu'elle savait de plus.
De ses yeux turquoise, il cherchait exactement un détail sur elle qui trahirait une éventuelle origine de Gaïa... en vain. Ce qui lui fit froncer légèrement les sourcils. Il ne trouvait pas de réponse et cela ne lui plaisait pas.

Mais la suite des échanges n'allaient pas dans ce sens. Elle ne pouvait pas être une Turk, même déguisée. Son dialogue ne ressemblait pas à celui d'un Turk.
En fait la jeune femme semblait plus vouloir provoquer celle qui était armée que lui. Il arrêta donc sa recherche lorsqu'il pensa comprendre que cela ne le mènerait nul part. Cette fille venait probablement de Spira, et avait du faire preuve de curiosité suite à cette fameuse fusion des mondes, rien de plus. Mais une curiosité qui intéressait néanmoins Genesis.

Ce fut au tour de la femme armée d'intervenir. Pour donner SA version. Un long discours qui le laissa neutre, indifférent.
Sauf un détail... Cette histoire d'église, donc de croyance, mais aussi de punition. Punis d'utiliser des technologies... Lui n'avait pas la connaissance que Minerva punissait les gens s'ils utilisaient des technologies. Certes, la Shinra avait connu de grosses difficultés, mais pas à cause des machines en elle-même. Mais la mentalité de ces gens. Tous des monstres. Dont il avait fait partie malgré lui. Et malgré cela la Déesse s'était montrée à lui. Ses péchés étaient différents... et il avait son karma...

"Votre calamité nommée Sin détruite, les technologies existent toujours, et vous gardez votre religion. Vous vous demandez pourquoi... Jeter à bas votre temples n'est peut-être pas la solution... mais se tourner vers d'autres hypothèses, peut-être".

Il marqua un léger sourire avant de reprendre toujours calmement, en levant la tête comme pour regarder le ciel, et en ponctuant toujours ses phrases de gestes élégants de sa main libre (l'autre tenant sa Rapière) : "Peut-être, en fait, recherchez vous vous aussi le Don de la Déesse ? Même si je ne nomme pas la Déesse pareil que vous... normal... je ne viens pas du même monde".

Il regarda à nouveau la femme.
"Sur ce, détrompez vous, je ne viens pas vous prêcher la bonne parole, j'ai bien d'autres préoccupations... Vous n'avez pas à vous inquiéter pas pour moi quant aux affaires d'opinion. Je continue seulement de me pencher sur le Don de la Déesse".

Et il cita un nouveau passage de sa bible Loveless, en regardant à nouveau vers le ciel... "Le don de la Déesse est un mystère infini. Pour l'atteindre, nous prenons notre envol. Des rides se dessinent à la surface de l'eau, l'âme errante ne connaît aucun repos...".

Il s'arrêta cependant de parler et regarda à nouveau vers les personnes autour de lui lorsque la jeune blonde commença à s'exciter. Une attitude qui rappela à Genesis celle du chiot de Zack Fair. À part que la jeune fille, elle, n'était pas Soldat 1ère Classe. Pas Soldat du tout d'ailleurs. Et elle semblait avoir bien moins d'assurance que son ex "collègue".

Pourtant ce qu'elle disait n'était pas sans raisonnement. Après tout la spiritualité devait rester quelque chose de personnel et de non imposé.

"Tout doux...".
Sa voix n'avait pas changé alors qu'il regarda particulièrement la jeune fille, mais avant qu'il pu lui sortir une autre citation de Loveless, elle commença à fuir. Il n'en fit rien, restant sur place, et regardant les deux autres femmes, même si au moins une d'entre elle suivrait très probablement la blonde.
Il fixa néanmoins la fille au cheveux roses et la servante de Yevon, curieux de savoir ce qu'elles lui répondraient, même si sa réaction de la seconde serait sûrement mauvaise dans le cas où elle serait vraiment une intégriste de son nommé Yevon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Lun 17 Juin - 21:16


La jeune femme avait misée sur le caractère semblait bouillonnant de la jeune femme de Yevon pour la provoquer et la forcer a attaquer la première, mais a la place, cette dernière préféra largement déblatérer ses mensonges sur son église pathétique. Elle ne disait pas toute la vérité, que Bevelle elle-même était la plus grande cité machine de Spira alors que Zanarkand n'avait jamais fait qu'utiliser les invokeurs pour combattre, que Yevon n'était autre que le Cadavre putréfié qui avait invoquer Sin et l'avait contrôler grâce au cycle de l'ultime chimère que l'église avait sciemment perpétuée afin de garder de pouvoir, enfermant le peuple de Spira dans une spirale de souffrance de mille ans ! Non qu'importe, tout ceci n'était que mensonge de Al Bhed... Cela ne faisait que trop rappeler au cœur révolte de l’aînée des Farron les mensonges des Fal'Cies, derrière leurs bonnes intentions, ils avaient élevé les humains comme du bétail en vue d'un immense sacrifice... Et Yevon ne faisait que faire pareil pour s'assurer le pouvoir, toujours plus... Lorsqu'ils auraient les cristaux, Lightning était persuadée qu'ils essayeraient de ramener Sin afin de pouvoir de nouveau reprendre leur cycle de destruction... Mais elle les en empêcheraient, qu'importe les obstacles, ils l'aurons désormais sur le dos.

L'homme roux sembla surpris qu'elle puisse être capable de l'identifier clairement comme un Soldier et répondit d'une phrase qui sonnait clairement a l'interrogative, mais ce n'était pas si difficile. Non, Lightning n'avaient pas eue la chance d'entendre parler de Genesis Rhapsodos, même si ses crimes furent importants, ils furent tous supplanté par ceux de Sephiroth qui avait essayé de détruire le monde la ou le premier n'avait fait que se révolter contre Shin Ra, désormais vu comme une société maudite. Dans le fond, en connaissant sa situation, l'ancienne L'Cie aurait probablement eue une certaine pitié pour lui, car il avait comme elle et ses compagnons ainsi que sa sœur, était enchaîné dans une destiné qui le condamnait a courte échéance a la destruction. Il n'avait simplement pas eue la force de se dresser contre ce destin tragique et profondément injuste la ou les L'Cies avaient, jusqu'à la fin, choisit de faire leurs propres choix, au nom de la liberté de la race humaine... Elle esquissa un mince sourire en observant l'homme plus en détail avant de lui répondre, choisissant de jouer franc jeu afin de prouver qu'elle était bel et bien de bonne foi, et donc mettre le mensonge du côté de la Yevoniste.


« Je suis ce que l'on pourrait appeler un érudit. Je voyage entre les mondes et accumulent les connaissances en profitant de la générosité des locaux contre des services divers, souvent guerrier. Ta ceinture t’identifie comme membre de SOLDIER, ton accoutrement pas vraiment réglementaire fait de toi probablement un First Class, je me trompe ? »

Voilà, elle avait prouvée qu'elle était capable sans trop de difficulté d'accumuler des connaissances et qu'elle devait savoir d'autres choses, mais qu'elle ne le connaissait pas personnellement, ce qui lui semblait une preuve suffisante de sa bonne foi. Toutefois, Lightning eue une surprise en voyant soudainement la petite blonde, qui semblait perdue et pas du tout a sa place, prendre le courage de donner son avis, elle qui était apparemment coincée entre les deux mondes. Elle voulait apaiser la situation, mais l'église ne l'accepterait jamais, elle ne serait jamais en paix tant que les préceptes de Yévon existaient en tant que tel. Ils ne réservaient qu'un seul sort au gens comme elle, le même qu'elle venait elle-même d'affronter. Mais c'était courageux de s'être exprimée et Lightning en fut un temps surprise, ce qui la laissa interdite, observant la jeune femme qui se surprenait elle-même a avoir eue le courage d'exploser et de laisser sa colère, mais aussi son point de vue s'exprimer. D'ailleurs, le SOLDIER semblait respecter son point de vue et énonça le sien, celui d'un étranger, il essayait de ménager la chèvre et le choux, ce qui était adroit de sa part, puis évoqua sa propre culture religieuse.

Il parla d'un « don de la déesse ». Lightning avait entendue parler de LOVELESS, elle avait même assister a une de ses représentations, mais elle ne s'imaginait pas qu'il s'agissait d'une légende prise aux sérieux par des gens et pas une simple histoire romanesque. Cela l'amena a rechercher une fois encore a faire des parallèles entre les mondes, voire même le sien. Ce pourrait-il qu'il s'agisse d'une manifestation de la déesse Etro en ce monde ? Il n'avait pas l'air d'en parler comme d'une divinité mortifère, mais Etro était l'amie des humains et leurs avaient offert leurs âmes, bref, elle n'était pas n'importe qui... Il y avait d'autres histoires de divinité sur les autres mondes, Lightning avait recherchée a savoir si tout ceci était liée. Avec cet homme, peut-être qu'elle tiendrait une autre piste, cependant, la blonde la surpris une nouvelle fois en craquant alors qu'elle n'en pouvait plus et décida de fuir... Ce qui risquait de pousser la Yevoniste a la poursuivre, ce qui ennuyait profondément l'ancienne garde civile. Cette dernière réagit en un instant, se plaçant sur le chemin entre la religieuse et la demi-al-bhed, s'assurant ainsi qu'elle ne pourrait la poursuivre.


« Vous recherchez le don de la déesse ? Je ne sais pas vraiment ce que c'est, mais... J'ai peut-être une petite idée. Si vous m'aidez a garder l'enfant en sécurité, je vous expliquerez... Cette femme ment, le régime qu'elle représente ne recherche que le chaos pour accroître son pouvoir en vénérant le responsable de la destruction de son monde. Yevon n'a rien a voir avec votre déesse, cela, je peux vous l'assurez... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Lun 17 Juin - 22:17

GradivusRendons à César ce qui lui appartient, Rosette ne se laissait pas facilement provoquer. Moins sanguine que prévu ou juste assez intelligente pour réaliser qu'elle avait, comme Gradivus, un pied dans le piège, piège qui n'attendait que le premier faux pas pour se refermer ? Difficile à dire. Bah, aucune importance. Si les choses se passaient comme prévu, Alexandrie considérerait la requête de Spira comme légitime. Le but n'était (malheureusement) pas d'ouvrir la chasse aux Al Bhed où qu'ils soient, mais bien d'empêcher cette pétasse d'étrangère d'interférer avec les plans qu'Asran avait pour Spira. Montrer à Grenat que, en dépit de sa fermeté, Bevelle savait faire des concessions et les respecter au nom de la paix était le but, après tout.

Gradivus ne put s'empêcher de lever un sourcil en entendant l'Al Bhed perdre ses moyens devant la compacte foule de trois péons. La tension était certes palpable, mais de là à avoir une telle réaction... Le kicker venait du fait qu'elle jouait sur les deux tableaux : Al Bhed ET Yevon !!!
Gradivus ne laissa rien transparaître, mais le choc la fit douter un instant... Avant de se souvenir que oui, il y avait des rumeurs comme quoi quelqu'un avait été retrouvé après un passage de Sin ou un truc du genre... Bon bah, Myth Confirmed. Intéressant. Dommage qu'elle se soit sauvée en courant après avoir débité une tirade pas complètement bête. Niaise et optimiste au point d'être naïve ou onirique... Mais pas complètement bête. Passer l'éponge sur le mauvais sang entre les Al Bhed et Yevon était une option viable pour unifier Spira. Même le racisme latent de Gradivus envers les yeux en spirale ne pouvait l'empêcher d'admettre que si les deux pouvaient arrêter de se crêper le chignon (enfin, surtout Yevon), Spira ne s'en porterait que mieux. Fort heureusement, la dernière phrase de la blonde allait dans le sens de Gradivus : "Trouve la réponse toi-même." Merci, jeune fille. Tu mourras en dernier pour te remercier. Elle avait du entendre vu qu'elle partait en courant.

Le type mystère rajouta sa propre surcouche à la conversation déjà mal barrée : d'une part, Rosette semblait en savoir pas mal sur ses origines (mauvais point : pour elle savait des choses et pas Spira ? Un rapport allait atterrir sur le bureau d'Asran ASAP à ce sujet). D'autre part, son discours était... Chelou. Blasphématoire au possible (sous-entendre que Yevon n'était pas la seule vraie "hypothèse" ? HÉRÉSIE !!!!11) et sonnant comme s'il avait fumé les herbes louches que les novices prenaient avant de se mettre à beugler qu'il y avait une superarme cachée sous Bevelle... Et pourtant, il semblait y croire dur comme vache à son "Don de la Déesse". Se pourrait-il que d'autres divinités existent ? Fort probable après tout : Yevon avait déjà fort à faire à garder Spira et s'assurer que ces vaniteux retiennent la leçon de Zanarkand, d'autres êtres supérieurs avaient très bien pu apparaître sur les autres mondes.
Cheveux roses y vit une opportunité d'étaler sa science un peu plus (science qui est comme la confiture : moins on en a, plus on l'étale) et, dans un élan héroïque à un demi-gil, se mit sur la route de Gradivus des fois que cette dernière soit assez stupide pour courir après l'Al Bhed. Les requins ne chassent pas les sardines seules, très chère. Et on rajoute une petite menace pour la route... Cette ville en avait gros sur la patate, mais l'heure n'était pas à la bagarre. Poussant un soupir mi-lassé mi-amusé à la suite du "Nia nia nia Yevon c dé menteur", Gradivus répliqua.



- Monsieur, je ne saurais que vous conseiller de vous boucher les oreilles ou de partir. Tant de sottises, peu importe leur origine, risque de vous donner une fort mauvaise image de notre pays. Cela dit... Votre Don de la Déesse à piqué ma curiosité. Je vous saurais fort gré de m'en dire plus, fut-ce céans ou ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Mar 18 Juin - 0:22

Hanabi jeta un coup d’œil derrière elle pour vérifier si l’un des trois personnages l’avait suivi à travers les rues d’Alexandrie. Au premier abord, ça ne semblait pas être le cas et ce n’était peut-être pas plus mal.

Profitant de ces quelques moments de répit, elle s’engouffra dans une ruelle adjacente et vint s’adosser au mur pour reprendre son souffle à l’abri des regards de la foule. Quelle histoire… Elle s’était rendue ridicule en déblatérant tout ce qui lui passait par la tête à ce moment-là, elle qui n’avait fait que se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, visiblement.

Les conflits de Spira étaient certes un sujet épineux, dont tout le monde ou presque ne pouvait s’empêcher de parler. Hanabi ne pouvait pas y être indifférente, au vu de la menace pesant constamment sur les personnes qui l’avaient élevé. Si la situation ne s’améliorait pas, Spira verrait probablement naître une nouvelle guerre et c’était quelque chose qu’elle ne supportait pas. Ses proches al-bhed seraient alors en grand danger et si elle venait à les perdre eux aussi…


« Ce n’est pas le moment de penser à ça ! » fit-elle en secouant la tête.

Il était inutile de s’inquiéter pour l’heure, car tout allait bien au refuge. Si jamais la situation se dégradait, elle serait très vite mise au courant par le biais de l’appareil à signal radio qu’elle portait à l’arrière de sa ceinture.

Pour l’heure, il allait falloir trouver une solution à son problème d’argent et comme elle se l’était dit précédemment, une patrouille à l’extérieur des murs d’Alexandrie serait probablement le meilleur moyen pour elle de récupérer les butins nécessaires au financement de son voyage.

Elle vérifia son équipement et se prépara à partir en direction de la sortie la plus proche, vérifiant du coin de l’œil que personne de louche ne se trouvait dans les environs. De ce qu’elle pouvait voir, la foule commençait lentement à diminuer et il lui serait probablement plus difficile de passer inaperçue à présent que la densité de passants se trouvait être aussi basse. Elle espérait que tout irait bien, mais entreprit tout de même d’évoluer prudemment pour ne pas faire de mauvaise rencontre.

Hanabi sortit donc de sa cachette et commença à avancer au milieu des quelques promeneurs encore présents dans la rue où elle se situait.

Quelques instants passèrent avant qu’elle n’arrive sur ce qui semblait être la place principale de la ville, qu’elle n’avait jusqu’alors pas eut l’occasion de voir depuis son arrivée à Alexandrie. Les quelques boutiques et établissements disposés autour du square laissaient s’échapper un panel d’odeur toutes plus étranges les unes que les autres, ce qui ne manqua pas de venir faire réagir la demoiselle qui laissa échapper un long soupir d’exaltation. Lorsqu’elle en aurait les moyens, elle reviendrait faire un tour dans les environs pour faire quelques emplettes. Elle était quasiment sûre de trouver des objets incroyables qui ne manqueraient pas de la surprendre.

Dépassant ce qui ressemblait à un kiosque de vente - fermé pour l’instant - elle continua en direction du sud et débarqua dans la rue principale, encore bien fréquentée pour sa part. Plus que quelques pas et il lui serait possible de franchir les portes principales.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Mar 18 Juin - 5:00

GenesisMais dans quelle galère avait-il pu se mettre ? Oui des histoires de mensonges, d'ordre établi, de religion... Entre personnes d'un même peuple. Mais que venait-il se fourrer dans des affaires qui ne concernaient que Spira. Car oui, Genesis en eu la confirmation quasi-certaine, cette femme aux cheveux roses n'avait rien à voir avec la Shinra. Le grand sens de l'observation de l'ex Soldat, mêlé à une certaine empathie, lui montrait bien qu'elle était sincère.

Il s'en voulu d'avoir mis un peu de temps à l'analyser – ce qu'il aurait fait plus rapidement dans le passé – mais avec ses chamboulements que le monde avait subit, et après plusieurs mois en pseudo-stase dans une bulle de Mako, notre rouquin avait un peu perdu de l'entraînement.

Mais ce qu'il voulu le plus pendant quelques fractions de secondes, c'est de ne jamais avoir été à cet endroit à ce moment. Il aurait presque finalement préféré être sur les terres de Gaïa. Et pourquoi pas encore dans sa bulle de Mako.
Ah mais non, ça ce n'était plus possible. Et d'ailleurs. Il savait bien. Il s'était enfermé dans cette bulle afin de revenir plus tard au mieux de sa forme pour "protéger la Planète". Oui, protéger la Planète. C'était ce qu'il avait promis à la Déesse Minerva après sa guérison. Et c'était avant tout sa mission d'origine en tant que Soldat, contrairement à ce que la Shinra avait réellement espéré de lui.
D'accord, s'il avait été réveillé c'était aussi à cause de cette fusion des mondes. Mais peut-être que cette fusion nécessitait alors sa présence en tant que guerrier protecteur ? La Déesse s'était à nouveau montré à lui d'ailleurs. Et sûrement avait-il reçu d'autres messages subliminaux que celui lui disant que ses cellules de Jenova et le Mako dans son organisme ne feraient plus d'effets comme avant...

Pourtant, ces histoires de cristaux, pour le moment il y réfléchissait encore. Mais protéger les peuples de danger, les aider...

Genesis se rapprocha alors assez de la servante de Yevon lui aussi, afin de l'empêcher également de suivre cette pauvre jeune fille qui venait de fuir, en même temps qu'il répondit à l'érudite : "Oui, j'ai encore mon accoutrement de Soldat 1ère Classe, et ce n'est pas pour la Shinra. Mon histoire est plus complexe que cela".
Il garda la même neutralité dans sa voix. Et pourtant. La jeune femme (et peut-être les deux femmes) pourrait sans doute y entendre un brin de mélancolie. Ce fut légèrement visible aussi sur son visage pendant quelques fractions de seconde.

Une mélancolie qui cependant s'effaça bien vite alors qu'il fronça les sourcils, pour ajouter, plutôt à la Yevoniste à présent, concernant ces histoires de croyance.

"L'image de votre pays, il se trouve que je l'ai déjà...". Il ne pu s'empêcher d'afficher un sourire quelque peu narquois en prononçant ces mots, même s'il gardait son calme habituel.

"Conflits d'opinion, dogme religieux strict, pensée imposée, privations un peu étranges... J'ai toujours pensé que le chemin vers le Don de la Déesse, ou tout simplement la spiritualité, était un apprentissage personnel et que l'on avait pas à se le faire imposer... Je me débrouille seul depuis bien des années et il se trouve que cela a déjà porté ses fruits".
Il s'arrêta deux secondes, fixant la Yevoniste d'un air assez suffisant avant d'ajouter :
"Et ce n'est pas la technologie qui empêche cela".

Il envoya un nouveau regard vers la femme aux cheveux roses. Un regard plus normal, plus neutre tout simplement.

"Le Don de la Déesse, à vrai dire, j'en ai déjà une idée. Mais il semble qu'il soit sous plusieurs aspects. Je ne refuserais pas en revanche d'en parler avec toi si tu as aussi une idée de ce que c'est... même si je ne marche pas au chantage. Et bien sûr que des croyances qui sont plus privatives et punitives qu'autre chose n'ont rien à voir avec".
Il finit avec un léger sourire, avant de regarder à nouveau la Yevoniste.

"Vous désirez en savoir plus sur le Don de la Déesse ?".
Question pour laquelle le roux ne pouvait QUE rajouter une nouvelle couche de Loveless, tout en regardant vers le ciel. Et tout en montant sa main, paume vers le haut , la bougeant avec une certaine élégance en même temps qu'il s'exprimait...

"Lorsque la guerre des bêtes mènera le monde à sa perte,
La déesse descendra des cieux.
Des ailes de lumière et d'ombre se déploieront au loin,
Elle nous guidera vers le bonheur, de son don éternel."


Il posa à nouveau ses yeux bleus brillants sur la femme, se doutant bien que si intégriste elle était vraiment, elle apprécierait encore moins tout ce qu'il venait de lui dire.
Mais la provocation faisait aussi partie de la personnalité du roux... Comme il le le faisait plusieurs années avant en face de Sephiroth, bien qu'en face de son ancien ami, il s'agissait d'un autre type de provocation.

Il envoya juste un bref regard alentour, pour tenter de voir si la jeune fille qui avait fuit n'était pas en fait bien cachée tout près. Mais non, elle semblait avoir bien fuit et il espérait qu'elle serait en sécurité ainsi.
Un autre regard bref – avec un très léger sourire "normal" – fut pour la femme aux cheveux roses, avant de fixer à nouveau la Yevoniste, avec ce petit brin d'arrogance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Mar 18 Juin - 18:13


Certes, ce n'était pas très moral de monnayer ses informations contre un peu d'aide, mais Lightning était seule contre un régime tout entier et elle avait appris de ses aventures précédente que l'on ne pouvait malheureusement pas régler tout seule, parfois, il était nécessaire de s'associer, encore plus contre un ogre comme la religion de Yevon. Pourtant, la fanatique semblait persuadée d'avoir la situation bien en main, puisqu'elle prit un air lassé en déblatérant une fois de plus ses inepties. Comme quoi, le fait de croire pouvait réellement amener a faire des bêtises, mais cela, Lightning s'en moquait totalement : l'essentiel, était de convaincre l'homme qui l'accompagnait et il fallait qu'elle fasse preuve d'argument percutant. Plus ils discutaient, plus ils gagnaient du temps pour Hanabi afin qu'elle puisse s'enfuir et échapper a l'influence néfaste de la Yevoniste. Claire Farron avait déjà son plan : partir vers Lindblum afin de pouvoir échapper a la guerrière le plus vite possible. Sur Héra, les informations mettaient du temps a circuler, avec un peu de chance, elle aurait l'opportunité de demander au roi Cid audience et plaider sa cause, mais elle n'était pas persuadée que la dingue lui faisant face parviendrait a obtenir la collaboration des autorités d'Alexandrie, qui avaient d'autres chats a fouetter qu'accomplir les milles et un désir d'Asran le despote.

Lorsque le First Class vient se placer sur le chemin afin d’empêcher la Yevoniste de passer, Lightning réalisa bien qu'elle venait de marquer des points précieux : ce simple mouvement avait naturellement quelque chose d'hostile contre celle qui leurs faisait face, ou tout du moins supposait que le ton de la discussion allait profondément changer. Il expliqua qu'il fut bien première classe dans le SOLDIER, mais qu'à l'heure actuelle, il ne travaillait plus pour Shinra et que son histoire était plus complexe que cela. Rien de bien étonnant en quelque sorte, mais son histoire réservaient toutefois des surprises a l'ancienne garde civile, qui en apprendrait plus sur Gaïa si elle avait l'opportunité d'en discuter avec lui. Mais le plus décisif viendrez ensuite, pour le moment, la jeune femme restait sur le qui-vive, attendant de savoir exactement ce qui l'attendait avec cet homme a l'allure avenante et au comportement assuré. Le moins que l'on puisse dire était qu'elle ne serait pas déçue, car le discours qu'elle entendrait était exactement son point de vue, exprimé de manière bien plus poli et moins agressif que ne l'avait fait Lightning, mais son corps portait assez de marque pour que l'on comprenne ce qui la poussait a maudire a ce point Yevon.

Il savait dissimuler ses émotions, mais également afficher de manière discrète son mépris ou le discrédit qu'il pouvait ressentir face a une personne avec subtilité, ce qui plaisait a la guerrière a la chevelure saumon. Son point de vue, elle le comprenait tout a fait, même s'il était difficile pour quelqu'un comme elle de développer une nouvelle spiritualité après avoir subi les mensonges du Sanctum et ceux de Yevon. Toutefois, elle trouverait, avec l'aide de l'homme a côté d'elle, elle trouverait le vrai sens de l'engagement d'Etro en faveur de l'humanité, elle tenait enfin une piste exploitable qui la mènerait peut-être sur la raison de sa présence ici. Toutefois, en se tournant vers elle et en adoptant un air plus neutre, Genesis lui reprocha d'avoir voulu faire usage d'une forme de chantage, ce qu'elle ne pouvait pas vraiment nier. Elle haussa les épaules, elle ne pouvait pas prendre de risque, mais elle sentait qu'il avait compris qu'elle était sincère. Elle s'excuserait ensuite, pour le moment, elle avait mieux a faire, a savoir mettre cette femme en fuite pour pouvoir rattraper la petite Al Bhed et entamer un voyage jusqu'à Lindblum, elle semblait de nouveau parti afin de pouvoir former un trio.

Le SOLDIER mentionna de nouveau Loveless, un passage qui laissa Lightning perplexe. Elle adopta une posture de réflexion, rapprochant de ce qu'elle connaissait... La guerre des bêtes pouvait-elle être associée avec la guerre de la transgression ? L'intervention de la déesse avec celle d'Etro, prenant pitié pour les humains soumis aux vils serviteurs du Serpent Lindzei ? Elle n'avait pas vraiment le temps d'y réfléchir en réalité, car le jeune homme avait citer de nouveau son livre avec un certain esprit de provocation envers la fanatique religieuse, peut-être recherchait-il a provoquer l'affrontement. Mais dans ce cas, Claire Farron serait prête, elle était de toute façon mieux entraînée que la guerrière lui faisant face et avec l'aide d'un First Class du SOLDIER, elle n'imaginait pas pouvoir perdre le combat si celui-ci venait finalement a s'engager. Elle s'autorisa un petit sourire, l'espoir venait soudainement de changer de camps, même s'il ne s'agissait que de quelque chose de temporaire. Elle hôcha la tête vers l'originaire de Gaïa avant d'avancer d'un pas vers sa Nemesis puis repris la parole afin de pouvoir en finir, ils avaient désormais gagner bien assez de temps comme cela...


« Tu peut proférer tes mensonges, dévote, personne ne sera assez sot pour y croire en dehors de Spira. Maintenant je te suggère de partir, va voir les autorités si cela te chante, va donc semer ton venin sur ma prétendue criminalité, mais transmet mon message a ton maître : nous ne nous soumettrons jamais a sa volonté. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Mer 19 Juin - 0:24

Gradivus- Il semblerait que le ton de cette conversation était dores et déjà fixé avant même que nous ne nous rencontrions. Je dois sûrement être trop malfaisante et méchante pour saisir l'humour de ces singeries, aussi, de vous je prends mon congé.


Ployant la jambe en arrière en écartant les bras, Gradivus salua ses deux interlocuteurs en s'inclinant tout en formant un cercle avec ses mains. Si Rosette était aussi calée qu'elle le disait, elle ne manquerait pas de reconnaître la gestuelle yevonite. Ultime provocation ou sincère génuflexion ? Les deux, en fait. Histoire de montrer que ses menaces avaient autant d'effet que d'essayer de noyer une sardine et histoire de montrer que Gradivus était old school et que personne n'y changerait rien. Le type perché comme un cerf-volant (sérieusement, son discours laissait à penser qu'il avait le même fournisseur de boisson que Sire Auron) semblait conquis par Rosette, toujours aussi charmante qu'un cactus fait de tarentules enragées. Autant ne pas perdre de temps.


- Yevon soit avec vous.


Plantant là les deux nouveaux meilleurs amis du monde, la moine repartit vers le palais royal. Il y avait une paix à négocier entre Alexandrie et Bevelle, et Gradivus en poserait les premiers jalons.
Une fois arrivée au pied des douves du château, Gradivus avisa un garde situé près d'un petit bateau ; le seule moyen visible de traverser. S'approchant de lui, elle retira son capuchon avant de s'introduire au soldat.



- Je suis la moine guerrière Gradivus de Bevelle. J'apporte un message de haute importance à sa Majesté la reine Grenat. Je requiers humblement l'accès au château afin de délivrer cette missive.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Mer 19 Juin - 11:19

========================
Gradivus est conduite au Bureau de Beate
========================



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Mer 19 Juin - 17:59

GenesisImpassible et plutôt distante... mais pas exempte de sentiments non plus. C'était ainsi que la jeune femme aux cheveux rosés apparaissait à Genesis. Et cela était un signe de force sans pour autant être une brute. Assez comme lui en fait, bien que ne la connaissant pas, il ignorait si elle pouvait être aussi sentimentale que lui. Mais elle n'avait rien d'une brute épaisse.
Même si elle s'adressa de manière acerbe à la Yevoniste.

En revanche la Yevoniste, elle, c'était autre chose. Elle avait bien l'air d'une brute bien provocatrice, en parlant encore de Yevon. Genesis observa juste son espèce de génuflexion d'un œil plutôt méprisant
Et quand elle se leva ne pu s'empêcher de vouloir lui faire un croche-pied...
Spoiler:
 
Comme il s'était amusé à faire quelque fois à Zack Fair plusieurs années avant, mais pas forcément pour les mêmes raisons... Quoique.
Zack le chiot était un surexcité, et encore un toutou (sans jeu de mot) de la Shinra pendant un temps, et il fallait trouver tout moyen de le calmer. Mais il était quelqu'un au fond gentil et avait même daigné goûter ses pommesottes au final !
La Yevoniste, elle, c'était autre chose...


Une fois que Genesis se retrouva seul avec la fille aux cheveux roses, il posa sur elle une paire d'yeux quelque peu curieux.
"Une criminelle...".
En effet ces expressions avaient quand même attiré son attention. Essayait-elle d'expier des péchés elle aussi, tout comme lui le faisait ?

Il tourna son regard ailleurs pendant quelque secondes en repensant à tout ce passé qui restait encore fort douloureux. Même s'il restait digne, pour son image. Mais la mélancolie dans son regard ne passerait guère inaperçu.
* Elle est criminelle mais moi je suis un monstre... qui essaie de retrouver ses rêves et son honneur *

Il regarda à nouveau Light, la mine grave mais le regard plus normal : "Une criminelle qui a néanmoins encore rêves et honneur ?".

Il esquissa un léger sourire et regarda en l'air, et à nouveau la jeune femme.
"La jeune fille est-elle en lieu sûr ? L'honneur me dit que nous devrions peut-être nous en assurer".
Sa voix était bien neutre et distante, bien qu'empreinte d'une certaine douceur, et il commença à faire un pas dans la direction où était partie Hanabi.

Pas que sauver une pauvre surexcitée l'enchantait spécialement, loin de là. Mais s'assurer de la sécurité des gens faisait partie de sa mission de protection... et de héros potentiel. Car oui, à présent, ses deux amis n'étaient plus. Donc peut-être aurait-il finalement une chance d'avoir enfin cette place ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Jeu 20 Juin - 14:12


Face a un front lui étant défavorable, la Yevoniste cru bon d'ironiser une dernière fois avant de se retirer, utilisant la prière de Yevon en signe de salut. Pourtant, Lightning ne daigna cette fois guère répondre a cette provocation, si la jeune femme choisissait de repartir a Spira, même si elle était parvenue a mettre les autorités d'Alexandrie de son côté, elle devrait pourtant faire face a son échec : elle ne ramènerait pas la prisonnière alors qu'elle l'avait eue en face d'elle. Toutefois, rien n'indiquait que les gens d'Héra seraient forcément contre Yevon et cela, la jeune femme le savait. Mais le soutien d'un First Class de SOLDIER, même ayant quitté l'ordre de Shinra, pouvait tout a fait lui-être utile. Si elle voulait vraiment renverser Yevon et mettre fin une bonne fois pour toute a leur mensonge d'état, elle devrait former une équipe, coalition issue des différents monde formant ce peuple et Genesis représentait une étape. Bien qu'elle n'en afficha aucun signe, elle était satisfaite de la tournure des événements et croisa les bras en observant la bouchère se diriger vers le château. Elle fut tout de même surprise en découvrant qu'elle était capable de se retenir, cette femme était plus dangereuse qu'elle ne l'avait imaginée de prime abord et elle ne doutait pas la retrouver sur sa route.

Lightning se retourna un moment vers Genesis. Celui-ci semblait mélancolique, son regard indiquait une souffrance, peut-être des regrets. L'être humain est de nature faible : il préfère rester dans un passé heureux plutôt que de se tourner vers un avenir incertain et cela, la jeune femme en était persuadée. Mais elle faisait partie de ceux qui préférait résolument aller de l'avant, se donner un objectif, l'accomplir, puis passer au suivant. La jeune femme était désespérément seule en ce monde, le seul être venu de Gran Pulse dont l'avenir était plus que compromis avec un régime politique entier a ses trousses. Elle éviterait donc de se diriger vers Spira a partir de maintenant, prudence restait mère de sûreté dans ce genre de cas. L'homme se tourna vers elle et répéta les mots qu'elle avait prononcée, criminelle... Cela dépendait simplement du point de vue dans lequel on se plaçait. Mais Lightning savait ce que cela signifiait : fuir, encore et toujours, pour échapper au griffe d'une population entière voulant votre mort pour retrouver son rythme de vie tranquille... On l'avait considérée comme un monstre au moment ou son cœur avait hurlée son humanité et elle avait finalement vaincu en coupant la corruption de sa société au cœur.

Sa question était étrange, il lui demanda si elle avait encore rêve et honneur. Elle posa son regard sur son bouclier, qui portait une inscription que personne ne pouvait lire, puisqu'elle était dans l'alphabet de Pulse... Oui, elle avait encore un rêve : celui de s'assurer que les siens avaient encore un avenir. Mais pour cela, il fallait qu'elle les retrouvent. En attendant, elle empêcherait les dingues du genre d'Asran de priver d'avenir les personnes d'ici, elle en avait fait le serment et ne pouvait plus revenir en arrière. L'honneur était une notion différente, un petit sourire se dessina sur ses lèvres, car elle songea soudainement a Snow, qui ne souhaitait rien d'autre que d'être un héros... Elle n'aurait probablement jamais cru penser cela un jour, mais dans cet instant, l'optimisme et l'obstination du blond lui manquait, même si elle savait que celui-ci se serait probablement contenter de foncer tête baissé vers Bevelle afin d'apprendre a Asran de quel bois il se chauffait... Il lui fallait toutefois répondre, alors elle le fit rapidement, sans prendre de détour, car après tout, c'était en partie pour cela qu'il l'avait défendu contre la Yevoniste.


« La notion de criminelle dépend beaucoup du point de vue, d'autre dirait probablement que je suis une héroïne. Je suis une âme perdue dans un monde qui n'est pas le sien recherchant juste a rendre service.  Pas réellement humaine, pas monstrueux non plus... Ma seule mission est de veillez a la sécurité des enfants d'Etro. »

Après tout, tel était le rôle de la Gardienne. Genesis repris la parole et s'inquiéta toutefois de la sécurité de la petite blonde qu'ils avaient couvert, oui, il était préférable de la retrouver afin de pouvoir s'assurer qu'il ne lui arrive rien. Elle se tourna vers l'endroit ou la jeune Al Bhed avait fui, pas très difficile a deviner, il n'y avait qu'une seule rue. Alexandrie n'était pas une grande ville en comparaison de Eden ou Palumpolum, elle n'aurait aucun mal a retrouver la jeune fille si elle se dépêchait, d'autant que cette dernière aurait probablement prit soin de se cacher afin de laisser tout le monde partir, la chose qu'il ne fallait pas faire... Il faudrait qu'elle évite d'être aussi maladroite qu'avec Hope. Une fois son plan d'action défini, elle se retourna vers Genesis et pris la parole afin de pouvoir signaler qu'elle était enfin décidée et qu'elle savait ce qu'elle devait faire.

« Cette ville n'est pas très grande, elle aura probablement suivit l'artère principale. Vous avez raison, nous devons nous assurez qu'elle n'aie rien. »

La jeune femme repris la marche, d'un pas vif et décidée. Elle dépassa un kiosque chargé de vendre toute sorte de chose, mais fermer pour le moment, afin de rejoindre l'artère principale, puis se montra attentive dans l'espoir de retrouver la jeune fille. Elle la remarqua, elle semblait se préparer a quitter la ville, ce qui serait dangereux a faire seul. D'un certain point de vue, Lightning n'était pas certaine de prendre la bonne décision : en restant avec elle, même si elle pouvait lui servir d'égide, elle prenait également des risques car elle était recherchée et donc risquait de lui attirer des problèmes dont elle n'avait guère besoin, mais la laisser seule lui paraissait tout aussi irresponsable, elle n'avait donc plus réellement le choix. La guerrière se rapprocha d'elle et vint s'agenouiller un peu pour pouvoir arriver a sa hauteur avant de prendre la parole, il fallait bien choisir ses paroles afin de lui faire prendre confiance.

« Attend, ne part pas tout de suite, je ne te veux aucun mal. Excuse moi si je t'ai causée des problèmes, je craignais que cette femme ne t'agresse alors que c'est moi qu'elle recherche. Nous voulons juste nous assurer que tu aille bien. Mon nom est Lightning, tu est ? »

Un peu maladroit, Lightning n'était pas vraiment dans son assiette dans ce genre de rôle et se sentait un peu gauche, mais elle s'en remettrait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Jeu 20 Juin - 23:38

Etait-ce vraiment une bonne idée de vouloir sortir de la ville ainsi ? Elle avait pensé un temps à vérifier si un convoi, ou ce qui ressemblait de près ou de loin à un groupe de voyageurs souhaitant franchir les hautes murailles, ne demandait pas une escorte pour la route. Mais visiblement, aucun groupe de ce genre ne semblait passer les portes principales pour le moment et elle n’osait aller demander aux gardes en poste si une occasion se présentait.

Elle était donc restée plantée là un petit moment, indécise. Devait-elle quitter la ville seule et risquer de faire de mauvaises rencontres sur le chemin ? Ou allait-elle devoir reconsidérer un autre moyen pour passer la nuit autrement qu’à la belle étoile ?

Totalement perdue dans ses pensées, elle n’entendit pas que quelqu’un approchait d’elle par derrière, aussi lorsqu’elle entendit une voix s’adresser clairement à son adresse, elle sursauta et se retourna vivement en dégainant Thanatos à l’aide de sa main droite, prête à tirer si nécessaire. Elle s’était fort heureusement retenue de presser la gâchette de son arme sur le coup, préférant ne pas provoquer une panique inutile chez les gardes à quelques mètres de là. Mais si Hanabi n’avait pas eu le réflexe de stopper son mouvement en apercevant l’inconnue aux cheveux roses, celle-ci aurait eu le crâne sérieusement abîmé par le canon ; les trois lourdes billes de métal dépassant de la partie avant du pistolet permettant généralement d’infliger de gros dégâts à un adversaire un peu trop collant.


« Aaah ! soupira la jeune fille en baissant son arme. Vous m’avez fait peur, en débarquant comme ça… »

Elle écouta attentivement les arguments de la femme qui l’avait retrouvée, accompagnée du SOLDAT à l’allure et aux manières étranges. Il semblerait que leurs intentions n’étaient pas mauvaises, mais Hanabi se permit tout de même de venir s’exprimer à ce propos :
« Ce n’est pas que je ne vous crois pas. Mais comme on vient seulement de se rencontrer, je ne suis pas encore totalement sûre… »

Cependant, lorsque Lightning vint se présenter, la jeune Spirane n’hésita pas une seule seconde et fit de même en se courbant légèrement vers l’avant, oubliant presque la situation dans laquelle elle se trouvait l’instant d’avant :
« En… Enchantée ! Mon nom est Hanabi ! Et je… Je vais bien ! D'après ce que vous me dites, je suppose que je devrais vous remercier. »

Elle n’était pas très sûre de la conduite à adopter en face de ces personnes, preuve en était des nombreuses pauses dans son discours. Ils avaient certes contribué à ce qu’elle ne soit pas confrontée à cette femme de l’église trop longtemps, ce qui aurait probablement pu s’avérer particulièrement difficile en tenant compte du malaise qu’elle pouvait ressentir face aux envoyés de Bevelle. Mais elle manquait cruellement d’informations sur les gens en face d’elle et elle ne pouvait donc pas encore leur accorder une confiance totale.

Elle vint pourtant rengainer son pistolet sans se poser plus de questions, se disant que puisque ces deux personnes n’avaient aucune intention malhonnête à son égard, il était inutile de garder une arme en main.

Elle resta silencieuse quelques instants, ne sachant quoi dire maintenant que la situation semblait avoir été mise au clair, quand une idée folle lui traversa subitement l’esprit.


« Qu’avez-vous l’intention de faire, maintenant que tout semble réglé ? Cette femme... Elle ne va pas revenir pour vous, non ? »

Son regard passa de Lightning à l'homme au manteau rouge, puis de nouveau à Lightning et elle se mordit la lèvre inférieure, encore hésitante. Mais elle finit par exprimer son idée :
« Si vous n’avez aucun problème avec cela, j’avais dans l’idée de… sortir des limites de la ville pour… chasser un peu. Il se trouve qu’à la suite de… l’incident dont vous avez pu être témoin plus tôt, je suis dans l’incapacité de me loger pour la nuit. Et il semble que le seul moyen dont je dispose pour obtenir de l’argent soit de récupérer ce que peuvent laisser traîner les monstres des environs. Ce que je veux vous demander, c’est… Son visage commença à devenir rouge comme une pivoine et sa voix diminua légèrement, montrant son anxiété quant à une réponse négative. M’accompagneriez-vous ? »

Elle baissa légèrement la tête en cachant une partie du regard derrière ses mèches blondes, sentant venir une pointe de nervosité à cause de sa tendance à envisager le pire dans n'importe quel dialogue.


Dernière édition par Hanabi le Ven 21 Juin - 1:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Ven 21 Juin - 1:05

GenesisElle semblait bien différente de lui et pourtant... Il semblait qu'elle avait un ou deux points communs. Même si elle remua un peu le couteau dans la plaie en précisent qu'elle n'était pas monstrueuse. Il espérait juste qu'elle ignorait réellement qui il était et qu'elle ne tentait pas de le provoquer d'une certaine façon, lui, le monstre. En plus elle se disait héroïne.

Genesis posa un regard plutôt distant sur la femme aux cheveux roses. Pas spécialement méprisant, pas agressif, mais calculateur et analytique.
"Je vois... Attention à toi en revanche, dans mon monde on avait un héros aussi, il a viré en calamité... Enfin, il y a plusieurs points de vue aussi pour la notion de héros n'est-ce pas".
Oui, il y avait petit brin de provocation dans la réflexion du roux. Non pas qu'il prenait sa nouvelle compagne d'aventure pour une calamité, loin de là. Juste que ces histoires de héros et que lui avait été le anti-héros... Et il en avait gros sur le cœur.

Cette fois-ci il ne montra rien de ces sentiments, hormis un brin de hargne dans le regard.
* Le prisonnier de Loveless mériterait pourtant d'être considéré héros... Moi aussi... J'ai été réveillé ce n'est sûrement pas pour rien... Minerva, aide-moi s'il te plait. L'héroïsme est aussi une partie du Don hein... *
Oui, on pouvait dire que mille et une pensées venaient envahir la tête de notre roux.

Il regarda à nouveau la femme et se contenta d'un signe de tête alors qu'elle se décida à aller secourir la jeune fille. Ce qui le satisfit grandement, et il le montra par un léger sourire.

Ils marchèrent tout deux jusqu'à la jeune fille qu'ils venaient de retrouver, et laquelle fut surprise sur le coup et les menaça avec son arme à feu. Mais pour bien montrer sa non hostilité, il tint sa Rapière en conséquence, lame vers le bas. Mais il laissa parler Lightning, dont il appris enfin le nom – drôle de nom au passage – et se contenta d'observer autour, histoire de voir si d'autres personnes hostiles arrivaient.
Il ne rajouta rien sur le coup car ce genre de parlote n'était pas sa spécialité non plus, et Lightning le faisait si bien, même si elle ne semblait pas à son aise.

Les deux filles donnèrent leur nom mais lui... Il avait remarqué que Lightning savait d'où il sortait et il continua à penser un laps de temps qu'elle lui cachait des choses.
"Genesis" – finit-il par glisser – "...pas cent pour cent sûr que tu trouves beaucoup d'informations sur ce nom en revanche".
Ces derniers mots, avec une voix neutre quoique quelque peu suffisante, furent particulièrement destinés à Light. Elle qui lui avait dit qu'elle connaissait des choses sur les Soldats.

"Ne pas être encore sûre est une bonne option" fit-il ensuite à Hanabi, toujours neutre.
"En revanche, rester là n'en est pas une... Pour vous deux... et peut-être pour moi également. Enfin, moi j'ai encore du temps".

Il regarda vers le ciel et leva sa main gauche paume vers le haut en même temps qu'il haussa légèrement les épaules et regarda les deux femmes à nouveau.
"On devrait rejoindre une autre ville... à pied si ce n'est pas trop loin".

Il leva un peu sa Rapière. Et oui il avait envie de combattre à nouveau... histoire de regagner ses forces et de se venger des maintes humiliations que Sephiroth-le-Monstre-parfait lui avait fait subir des années avant. Et il fallait bien qu'il montre de quoi il était capable même en ayant perdu ses pouvoirs de Soldat...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Sam 22 Juin - 18:13


Il semblait avoir quelque peu mal pris l'évocation d’héroïne, mais loin de Lightning l'idée de se considérer elle-même comme faisant partie de cette caste. Mais certaines personnes seraient capable de la définir ainsi, pour elle, il s'agissait simplement de signaler qu'il était impossible de tout ranger dans le tout blanc ou le tout noir et qu'il fallait savoir trouver un juste équilibre afin d'être au plus proche de la réalité. Il se satisfit cependant très bien de sa décision de rattraper la jeune blondine, ce qui lui convint et l'encouragea a ne guère en rajouter. Bien entendu, malgré toutes les précautions qu'elle avait essayée de prendre, la pauvre fut surprise et pointa son arme dans un réflexe de défense, mais la guerrière d'Etro ne fit aucun mouvements laissant penser qu'elle en ferait autant, prouvant ainsi qu'elle ne lui voulait aucun mal. En se présentant, elle parvint au final a désamorcer rapidement la situation afin de pouvoir essayer d'installer un climat de confiance. Bien entendu, il lui faudrait du temps, mais elle y était parvenue une fois et elle ne voyait absolument aucune raison d'échouer cette fois-ci. Elle espérait simplement avoir un peu plus de temps qu'avec Leyla et Runeon, avec qui elle n'avait put que peu partager malheureusement...

La demoiselle se redressa rapidement et croisa les bras, Genesis se présenta a son tour, expliquant qu'elle aurait probablement du mal a trouver des informations sur lui. Elle esquissa un mince sourire, pas grand chose, mais la preuve qu'elle trouvait quand même cette remarque amusante. Non, elle n'en avait pas vraiment entendue parler, de vague rumeur sur un projet G, rien de plus... Dans l'actualité, une information en chasse vite une autre et le peuple oublie facilement un scandale au profit du suivant. Dans ce cas précis toutefois, il serait difficile de leur en vouloir, car Sephiroth fut une menace bien plus grave pour tout le monde que ne le fut Genesis a cause de son obstination a vouloir tout détruire pour devenir une divinité. Elle décroisa finalement les bras avant de se retourner vers lui, Lightning avait sa propre manière de vivre et elle avait appris durant son voyage en tant que L'Cie qu'il ne fallait surtout pas se fier aux apparences, mais croire en son destin en tant qu'être vivant, ce qui signifiait que dans le fond, maintenant qu'elle avait Genesis avec elle, elle allait se faire sa propre idée sur le personnage...


« Il n'existe aucun moyen d'avoir une meilleure idée sur quelqu'un qu'en apprenant a le connaître, maintenant que vous accompagnez, je n'ai plus besoin de faire une enquête sur vous. »

Hanabi s'inquiéta du retour possible de la guerrière de Bevelle, qui était probablement aux trousses de Lightning depuis le début. La jeune femme ferma les yeux, elle savait que la blonde espérait une réponse négative, mais en même temps ne se faisait pas d'illusion, elle reviendrait pour la poursuivre un moment ou un autre, il s'agissait de quelque chose d'inévitable. Il était impossible de rester plus longtemps dans cette ville et la jeune femme le savait très bien. Sa meilleure chance était de rejoindre Lindblum ou elle trouverait une oreille plus attentive, moins conservatrice et plus fraîche qu'Alexandrie, plus rétrograde. Genesis confirma ce qu'elle savait déjà : en restant ici, elles seraient en danger et bien trop facile a rattraper, il fallait repartir. Toutefois, la petite blonde repris en expliquant qu'elle n'avait désormais plus d'argent, ce qui l’empêchait de pouvoir trouver un endroit pour dormir la nuit. Son seul espoir était donc de partir a la chasse au monstre, ses derniers, assez faible dans la région, serait capable de fournir au groupe un revenu pour pouvoir dormir la nuit, mais au pire, Lightning pouvait payer pour tout le monde. Mais l'idée semblait bonne.

Probablement pas très en confiance a l'idée de chasser les monstres, la jeune femme demanda l'aide des deux adultes. Il était évident pour Lightning qu'ils feraient désormais route commune. Elle avait bien une idée de l'endroit ou se rendre, mais elle n'en parlerait pas ici. La parole est d'argent et le silence est d'or, cela, elle l'avait appris dans l'armée et jamais elle n'avait perdue ce réflexe salvateur. Avec un peu de chance, étant donné qu'on la prenait pour une criminelle, Lightning espérait parvenir a semer ses poursuivant en les guidant vers Treno, la cité de l'éternelle nuit ou toute la pire racaille de ce monde sévissait dans la même ville que les personnes les plus fortunés. De là a considérer qu'ils formaient une seule et même caste... La jeune femme soupira un instant, chassant toutes ses pensées de son esprit afin de se tourner vers la sortie de la ville. Elle n'avait pas l'intention de rester une minute de plus ici et elle aussi avait bien besoin de se dérouiller les muscles, même si son évasion spectaculaire de Bevelle avait quand même quelque chose de particulier...


« Nous allons t'accompagner, il a raison, nous devons partir. Je vous indiquerez la direction lorsque nous serons dehors, la parole est d'argent et le silence est d'or, mais avant, allons a la chasse... »

[Hanabi, a toi d'ouvrir dans le sujet des plaines du continent de la brume]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Lun 24 Juin - 19:13

Lorsqu’elle entendit la réponse de Lightning, le visage de Hanabi vint s’éclairer légèrement, la jeune fille s’étant presque attendue à ce que sa requête quelque peu égoïste soit rejetée sans appel.

Mais elle ne s’était pas vraiment attendue à ce que les deux déclarent vouloir quitter la ville. Si tôt ? se demanda la jeune métisse.

Il était vrai que la jeune femme aux cheveux roses se trouvait désormais dans une situation assez dangereuse, l’altercation qui avait eu lieu plus tôt montrant que Bevelle était restée sur ses traces depuis son départ de Spira. Il était donc compréhensible qu’elle cherche à se faire oublier quelques temps, ne serait-ce qu’afin que l’église ne connaisse pas sa position exacte.

La demoiselle aux yeux émeraude et saphir n’aurait donc pas l’occasion d’explorer la capitale plus en détail comme elle prévoyait de le faire. Eh bien, soit. Elle trouverait bien, tôt ou tard, une occasion de revenir à Alexandrie lors de son voyage.


« Entendu ! déclara-t-elle énergiquement tandis qu’un grand sourire apparaissait sur son doux visage. Vous me communiquerez les détails lorsque nous serons à l’extérieur. »

Les trois personnes entamèrent alors leur sortie d’Alexandrie sous l’œil attentif des soldats Brutos et Amazones surveillant les portes de la capitale. Hanabi ne put s’empêcher de jeter un dernier coup d’œil derrière elle en pensant à ce qu’elle avait pu manquer aujourd’hui qu’elle verrait lors de sa prochaine visite, avant de rejoindre le groupe pour franchir les limites de la ville.

Hanabi, Lightning et Genesis se dirigent vers les Plaines du Continent de la Brume.
Revenir en haut Aller en bas
Daggran
Ancien Père Fondateur

Ancien Père Fondateur

avatar
Niveau : 0

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Du grabuge à Alexandrie   Lun 24 Juin - 20:07

    → Lightning gagne 1 niveau. Lightning passe au niveau 4 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Du grabuge à Alexandrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du grabuge à Alexandrie
» Convention Grabuge - 4 au 6 Mars 2011 - Carcassonne
» Convention Grabuge 17 au 19 Avril 2015
» [RP fermé] [Expédition du Mistral vers Alexandrie - Oct. 1460] Journal de Bord du Cap'taine Oxalys
» Il y a du Grabuge dans l'air...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Archives :: RP-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives