Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Deux étrangers à Luca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Tomoyo Tsukuyomi
Sagesse Mondaine

Sagesse Mondaine

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 1
HP : 500/500
MP : 10/10
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Deux étrangers à Luca   Jeu 2 Nov - 23:52

Spoiler:
 

Tomoyo était une personne qui savait apprécier tout autant la compagnie que la solitude. Et le fait d’avoir voyagé seule un court instant lui avait plu. La jeune femme s’imaginait en duo avec son ami d’antan, parcourant la diversité des mondes. Cependant, elle savait très bien qu’elle allait passer un sale quart d’heure en le revoyant. Si les mondes étaient connectés, il se pouvait qu’il voyage avec sa compagne.

La jeune femme écouta Nos lui poser une question. Il s’intéressait au monde dans lequel elle vivait. Elle se souvenait de Cocoon comme si c’était hier. Néanmoins, Tomoyo pensait qu’il devait avoir bien changé. Cela dépendait du nombre d’années qu’elle avait mis à se réveiller de la mort.

« Je viens de Cocoon, répondit Tomoyo »

La jeune femme s’abstenu de demander à Nos d’où il venait. Après tout, elle ne savait toujours pas  si la curiosité était un défaut ou une qualité. Tomoyo congédia le jeune homme pour qu’elle puisse se mettre au travail et le salua.

« A tout à l’heure »

Une fois seule, elle retroussa ses manches. Elle s’était habillée de manière assez classique pour pouvoir être à l’aise. Son après-midi allait être sans pause. De toute façon, tout était tellement clair dans son esprit que les tissus volaient et les machines tremblaient. Tomoyo réalisa les commandes des quelques clients en premier, s’étant bien avancée la veille, le reste était du bonus. Le tissu résistant qu’elle avait acheté la semaine passée allait lui servir pour ce Nos Karpath. Son but n’était point de fabriquer une armure ni une tenue extravagante, mais quelque chose de solide qui permettrait au jeune homme de tenir longtemps avec. Néanmoins il allait de soi que le mot extravagant ne sonnait pas de la même manière dans l’esprit de Tomoyo que dans ceux des autres.

Elle avait remarqué le bout de tissu qui dépassait de l’armure de Nos, alors elle décida de reproduire le même style de tunique longue, fine, pour protéger le corps des frottements. En plus de cela, elle réalisa une combinaison légère et près du corps avec quelques détails pratiques pour y mettre une bourse de gils. Elle s’attaqua ensuite à une ceinture en cuir qui pourrait s’attacher en dessous de la tunique avec quelques petites bandes pour harnacher des sacoches ou autre. Tomoyo termina par des gants en cuir et la cape qui restait sensiblement dans les mêmes couleurs discrètes, avec quelques motifs dorés en plus. Elle eut à peine le temps de finir que les deux autres clients de ce jour virent chercher leurs affaires.

Alors que la journée avançait rapidement, Tomyo remarqua qu’il lui restait encore une retouche dans une des tenues. Elle possédait un kimono de cérémonie qu’elle avait emporté dans la mort et l’avait reproduit à quelques détails près. Ainsi, son patron pourrait avoir une tenue du temps où elle vivait à Cocoon.

Il restait à la jeune femme une heure pour préparer son départ et elle comptait bien se changer, histoire de paraître un peu moins négligée. Elle porta donc ce fameux kimono couleur prune et aux motifs de lune, très ample et long, surmontée d’un obi blanc qui se séparait en bandelettes sur la longueur. Elle y accrocha quelques bijoux sur son vêtement et dans ses longs cheveux. La jeune femme prit son éventail avec elle qui ferait office d’arme.

Tomoyo avait tout prévu. Elle avait rangé l’atelier et classé les tenues dans les armoires. Elle avait même prévu le petit mot et laisserait sa clé dans le pot de plante qui se trouvait devant le magasin. Elle fermerait derrière elle et Nos. Et à présent, elle attendait la venue de son dernier client, assise en tailleur, se reposant de sa rude journée tout en baillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nos Karpath
Génie de la Lampe

Génie de la Lampe

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 1
HP : 500/500
MP : 10/10
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Deux étrangers à Luca   Jeu 9 Nov - 13:40

Spoiler:
 

Il y'a de ces journées qui ne semblent pas satisfaisantes jusqu'à leur achèvement. Ce genre de journées où l'on pense qu'elle a été faite pour rien que pour passer le temps. J'avais pourtant essayer de la mettre à profit, en vain.

J'étais parti sur la grande place de Luca, souvent si festive et si passante, cela avait été le cas mais pourtant l'annonce que j'avais posté au milieu de celles vantant les compétences d'une garde d'enfant ou de la vente d'un attelage pour chocobo, n'avait pas attirer grand monde à la table de ce bar restaurant où j'avais élu domicile provisoirement pour la journée...

Quelques aventuriers avaient tenté de répondre à l'annonce mais aucun ne semblait vraiment à la hauteur de caractère ou de force qui me convenait. Étais-je exigeant ? Oui, certainement. Étaient-ils tous de piètre candidats ? Certes.

J'avais cru bon loisir entre les quelques courageux qui venaient me voir pour cette offre d'emploi, d'acheter des cartes à jouer originaire de Dol pour me divertir avec les autres consommateurs de boissons et de mets de l'établissement. Je dois avouer que si je n'avais pas été néophyte à ce jeu, j'aurais pu voir la supercherie. Non, je n'avais vu que l'illustration d'un Nosferatu sur l'une des cartes que me proposait le revendeur non officiel. Achat compulsif donc mais alimenté par la motivation de paris d'argent que je pourrais faire en battant des adversaires à ce propre jeu.

Mais je n'avais trouvé aucun concurrent daignant m'affronter car mes cartes étaient visiblement de fausses. Je m'étais donc fait rouler dans la farine et me voici, donc, en possession de cartes dont je ne pouvais rien faire, hormis me souvenir de ce à quoi ressemblait mon précédent hôte.

Je regardais l'heure assez souvent car j'appréciais la ponctualité, ou plutôt, détestais-je le retard mais j'avais l'impression que celle-ci s'était bloqué et coincé dans cette journée qui n'avançait pas et qui allait d'échec en échec. Surtout, que maintenant, me voilà presque sans le sou à cause de cette usurpation de cartes à jouer.

Je retournai donc avec quelques minutes d'avance, à ce seul rendez-vous de ma journée presqu'obsolète. L'endroit était le même que celui visité précédemment, pourtant, tout était bien plus ordonné et l'ambiance y était totalement différente... La jeune femme semblait m'attendre, contrastant avec ma visite surprise plus tôt dans la journée.

"Oh, j'aurais pu venir plus tôt si vous attendiez la fin de votre journée de labeur... Vous semblez être sur le départ..."

Qu'avais-je pensé ? Que cette femme vivait dans son atelier ? Les moeurs n'étaient pas les mêmes d'un monde à l'autre et si, sur Dol, les marchands vivaient généralement au dessus de leur étals, ce n'était certainement pas le cas ailleurs...

"Je suis là donc. Je vais pouvoir vous libérer de votre travail."

Je repensais alors à ce qu'elle m'avait dit venir, je n'avais pas pu faire de recherche aujourd'hui sur ce Cocoon, nouveau monde mentionné encore que je connaissais pas du tout mais sa tenue tellement étrangère à ce que j'ai pu voir jusqu'ici ne pouvait qu'avoir un lien avec ce lieu.

"S'agit-il d'une tenue de votre monde ? Si c'est le cas, alors le savoir faire et la prestance de ses habitants doivent être un exemple pour tant de monde..."

Ce compliment se voulait sincère bien que je doute que cela soit le seul talent qui existe d'un tel monde. Nous sommes tous, à quelque chose près, issue de la même espèce humaine mais nos histoires et nos cultures, nous ont fait développer des talents et solutions à nos besoins tellement différents que ça en est si enrichissant. Et me voilà, de nouveau gêné de ne pas avoir à payer son travail lorsqu'elle allait me le montrer...

"Etes-vous sûr que je ne dois rien pour vos dons de tailleur ?"



Sachant que je n'avais que maigre bourse en ma possession... Et je n'allais pas offrir de tels cartes faussées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tomoyo Tsukuyomi
Sagesse Mondaine

Sagesse Mondaine

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 1
HP : 500/500
MP : 10/10
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Deux étrangers à Luca   Mer 15 Nov - 18:39

Tomoyo était plutôt contente d’elle. Elle avait réussi à finir son travail à temps. La jeune femme pouvait être un peu trop exigeante envers elle-même. Cette fois-ci, et comme souvent en fait, elle avait terminé ses objectifs.

Elle avait accumulé assez d’argent pour pouvoir partir à l’aventure. Elle ne comptait pas rester ici indéfiniment. D’autant plus qu’elle s’était payé une nouvelle caméra dans la ville. La technologie ne semblait pas aussi en avance que sur Cocoon mais elle avait le mérite d’être prometteuse. Alors qu’elle se reposait en attendant la dernière personne à franchir ces portes, Tomoyo se demandait bien par où elle pourrait commencer.

Il était tard, enfin, trop tard pour débuter une traversée dans les forêts. Elle avait bien vu ce long chemin qui partait vers elle ne savait où. Cela devait être dangereux de partir la nuit. Après tout, elle avait pu ressusciter, cela serait dommage de mourir bêtement. Cependant, Tomoyo était impatiente même si elle se contenait, son regard brillait d’aventures.

Et c’est Nos qui la tira de ses rêves. Il lui avoua qu’il aurait pu venir plus tôt, il avait constaté qu’elle était sur le point de partir. Tomoyo sourit en entendant qu’il la libérait de son travail. Sa passion la libérait déjà de quelques futiles tourments d’une jeune adulte.

« Ne vous inquiétez point, je n’ai fini depuis que quelques minutes, déclara Tomoyo en se levant »

La jeune femme alla chercher les vêtements de Nos. La nouvelle tenue se trouvait sur un cintre, enveloppé d’un fin plastique protecteur. Pour la cape, Tomoyo la prit et la lui montra. Ainsi, s’il n’était pas content, elle pourrait faire quelques retouches dans l’immédiat. La jeune femme avait eu affaire à quelques clients difficiles par le passé mais en général, cela se passait plutôt bien. Tomoyo passa la cape derrière Nos pour ensuite la nouer.

Il fallait dire qu’elle avait de l’expérience en ayant beaucoup regardé ses majordomes sur Cocoon. Alors qu’elle terminait de lisser et d’observer si tout était correct, Nos fit un commentaire sur la tenue de la jeune femme. Un commentaire très positif qui fit plaisir à Tomoyo.

« Merci ! Oui, cela vient de mon monde. Je dois dire que, du moins à mon époque, les habitants de mon cartier étaient assez aisés. Je ne sais malheureusement pas si quand j’ai quitté Cocoon, des années ont passé. Sans doute que j’aurais l’air ringard, rigola Tomoyo »

Alors qu’elle donnait à présent une tenue de rechange pour Nos, Tomoyo l’écouta. Il se sentait gêné de rien devoir payer. La jeune femme, empathique, trouva quelque chose qui pourrait lui alléger son embarras.

« Non, sourit-elle. J’ai par contre une faveur à vous demander. J’aimerais voyager, parcourir ces mondes... et vu que vous avez l’air d’un grand voyageur, j’aurais aimé avoir quelques conseils, des choses incontournables à visiter »

Tomoyo était sûre qu’il saurait lui donner de bons conseils. Et qui sait, peut-être cela lui apportera chance ? La jeune femme ne demandait pas grand-chose en retour. Elle se voyait mal lui demander de faire voyage avec lui comme faveur, après tout, elle ne voulait obliger personne à rien.

En attendant, elle montra la sortie au jeune homme et lorsqu’ils furent dehors, Tomoyo ferma la porte à clé et la laissa discrètement dans le pot de plantes. De toute façon, il n’y avait rien à voler dans le magasin à part des chutes de tissus. Le soleil se couchait doucement sur Luca et bientôt, la jeune femme quitterait cette ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nos Karpath
Génie de la Lampe

Génie de la Lampe

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 1
HP : 500/500
MP : 10/10
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Deux étrangers à Luca   Ven 17 Nov - 11:22

La jeune femme me disait qu'elle venait de finir. C'était assez étonnant à croire à en voir son calme apparent et le fait que les lieux soient impeccables à ce point. Elle s'en allait donc chercher ma commande et me la montrait après l'avoir enlever de la protection dans laquelle elle l'avait rangé. J'acquiesçais d'un signe de tête pour me montrer que tout semblait correspondre à ma demande, enfin qui était bien plus que ce que j'aurais osé espérer pour dire vrai. 

Et alors que je réitérais ma satisfaction, je fis des éloges aussi sur sa tenue, qui, il fallait le dire, était quelque chose de jamais vu dans toute ma ou plutôt "mes" vies. 

Me voilà, à présent, sapés comme jamais, et le reflet de ce nouvel uniforme dans le miroir démontrait davantage de prestance que par le passé. Quand on sillonnait les contrées et les aventures comme je le faisais, il était un choix à faire de savoir si l'on voulait ou non, s'embarrasser de vêtements pour se changer régulièrement. Mais ce n'était pas toujours évident... Je croyais avoir entendu qu'une société de livraison proposait nouvellement aux aventuriers de transporter les effets accessoires d'auberge en auberge pour permettre une liberté de mouvement accrue sans avoir de lourds sacs à porter et garder un certain confort malgré tout... 

Etant satisfait de ce que je portais, j'insistais pour lui devoir quelque chose, par respect pour le travail accompli même si je n'étais pas sûr d'avoir encore dans ma bourse la somme adéquate à ce genre d'ouvrage de la main. Mais la femme me demanda plutôt une faveur qui ne put que m'étonner à ce sujet. 

 "Vous souhaitez voyager ? Et bien... Tout dépend de ce que vous avez déjà vu jusque là... Je pense que vous êtes sortis de l'Au Delà et si vous avez simplement fait le voyage jusqu'ici alors vous n'avez vu que les endroits sur votre route..." 

A savoir, le lac du Sélénos, beaucoup plus impressionnant à l'époque des furolucioles qu'à l'heure actuelle, paraît-il... 

"Si vous n'avez vu aucun autre monde, vous seriez certainement dépayser si vous vous rendiez sur un autre continent non Spirien... Mmmh..." 

A mesure que je réfléchissais, la jeune femme me raccompagnait poliment jusqu'à la porte qu'elle ferma à clef et dont je vis la cachette pour le prochain utilisateur de l'atelier. 

"Si vous partez définitivement de là, je vous conseille de prendre un bateau dès ce soir au port de Luca, cela vous économisera une chambre d'hôtel et du temps de perdu sur votre trajet. Je peux vous accompagner jusque là, je pars ce soir aussi..." 

Je n'étais pas sensé partir dès cette soirée mais clairement, je savais que je ne trouverais pas la main d'oeuvre que je cherchais ici. Je pensais quitter les lieux mais ne savait pas les destinations qui nous seraient possible dès ce soir... De toute façon, la direction que nous prenions à partir de l'atelier ne pouvait qu'être en direction du stade et des quais, peut être préferait-t-elle mieux se préparer au préalable ?

"Et donc si je comprends bien, vous avez obtenu votre travail ici grâce à vos talents après être arrivé sur Héméra pour économiser pour partir à l'aventure, c'est cela ? Quel genre d'aventures vont vous attendre à votre avis ?" 

Peut être que cette femme se fourvoyait totalement sur ce qui l'attendait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Deux étrangers à Luca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Deux étrangers à Luca
» Le vieil habitant et les deux étrangers...
» Deux étrangers au bout du monde, si différents (Sophia)
» Un deux trois, trois p'tits chats ! (Pour le plaisir, la vidéo d'Adibou)
» Un.. Deux... Trois... Ciseaux !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Spira :: Spira Sud :: Luca-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives