Forum rpg basé sur les univers des FF IV, VII, VIII, IX et X.

Partagez

Setzer Gabbiani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nephilim

Admin Futée
Admin Futée

Nephilim
Fiches du joueur : Personnages
Angelo nol Daemari ★ Floe ★ Sire Zephirin ★ Suri Hawthorne ★ Yashiki Makunochi

Niveau : 2
HP : 222/222
MP : 22/22

Tableau d'évolution
MessageSujet: Setzer Gabbiani Setzer Gabbiani EmptyDim 9 Sep - 17:31

Fiche d'identité

• Monde d'origine: Balance
• Nom: Gabbiani
• Prénom: Setzer
• Âge: 32 ans
• Avatar utilisé: Setzer Gabbiani FFVI

Description

• Alignement: Guerrier du Néant prêt à parier sur les Ténèbres.

• Description physique:

SetzerC’était un de ces matins au réveil difficile… Le visage compressé contre le tas de coussins et de couvertures qui lui servaient de lit. C’était de très jolis coussins d’ailleurs! De belles broderies comme il faut aux couleurs bien nettes et les draps! De la soie aux milliers de fils par gil… Notre homme par contre lui n’était pas sous son meilleur angle. Avait-il terminé la bouteille qu’il tenait encore dans sa main avant de s’effondrer? Il ne voulait pas ouvrir un œil de peur qu’un mal de tête issu d’un autre monde vienne le foudroyer. La trentaine l’avait pris de plein fouet! Pas qu’il était devenu gras mais plutôt que d’être pilote commercial n’avait rien de comparable à héro qui sauve le monde. Sur son dos laissé nu malgré de longs cheveux gris scintillant, on pouvait aisément deviner les muscles qui s’y trouvent comme témoin d’un héritage passé. Une autre vie en quelque sorte… C’est surtout à l’abdomen qui la vieillesse avait laissé sa marque… Il avait perdu avec le temps deux ou quatre de ses abdominaux tranchants. En fait il n’aurait pas été prêt à parier sur le nombre réel d’abdominaux correct qu’un homme de 32 ans comme lui se devait d’avoir… Un pari! Ses longs doigts encerclaient le col d’une bourse chargée de pièces de monnaie. Pour ça il allait ouvrir les paupières pour que ses yeux gris puissent calculer sommairement ses gains de la veille. Un sourire même pas gêné d’avoir su tirer profit de la situation la veille étira ses lèvres fines coupées d’une légère cicatrice de la lèvre inférieure au haut du menton. Ce sourire, charmeur, intriguant et espiègle à la fois! C’était autant de qualificatif qui pouvait tout aussi bien le décrire. Setzer Gabbiani était un homme à femme et sa stature et l’élégance naturelle qu’il projetait savaient faire effet!

Bon peut-être pas ce matin-là…

Il se força à se mettre debout en échappant du même coup sa bouteille; vide finalement… Il balança la bourse près d’une commode. Les gains avaient beaucoup moins d’importance que le jeu pour l’acquérir de toute manière. Ses premiers pas semblaient ceux d’une lourde brute mais il n’avait pas le temps de se saisir de son allure aristocrate pour se rendre à la salle de bain pour pisser. Maintenant que les priorités matinales avaient été complétées, il pouvait enfin revenir à ce qu’il était vraiment : le personnage de sa propre vie! Il était le galant séducteur, un gentleman raffiné, un noble aristocrate, un parieur incisif, un aventurier à bord de son vaisseau-volant et il était tout cela à la fois : le comédien de sa vie sur le théâtre de ses exploits! Il se contempla dans la glace et admira son allure. Peut-être pas celle du temps de la Résistance mais il avait encore cette silhouette élancée aux muscles fins. Plusieurs cicatrices visibles sur son torse mais surtout celle que l’on ne pouvait rater lui barrant l’œil gauche jusqu’à l’os de la joue. C’est fou comme un crash d’aéronef ça vous marque! Ses longs doigts agiles tant pour faire tourner les dés que pour lancer les cartes entreprirent de remettre de l’ordre dans ses cheveux. Un simple ruban de soie noire de belle qualité les retenait. Parfois ces cheveux retombait tout simplement sur ces épaules mais avec sa gueule matinale, valait mieux les attacher cette fois.

Il était temps pour lui de refaire surface et de prendre son allure si typique. Une nouvelle paire de bas de soie blanche qu’il attacha de jarretière à ses mollets. Le pantalon de tissu noire ajusté comme il se doit lui donnait des jambes fines mais arborant un pas sur et raffiné. La chemise plutôt ample noire se faufila sous le pantalon retenu d’une ceinture à boucle œuvré d’or. Question de corriger sa silhouette il ajouta un gilet sans manche d’un gris argenté aux reflets bleutés avec une petite chaînette d’or de la boutonnière à la poche. Setzer avait toujours su faire preuve de bon goût tant pour les femmes que pour ses vêtements et il était impensable de se présenter au monde sans le foulard de dentelle blanche aux points de tricot précis. Une broche d’or orné d’un saphir reposait près de sa pomme d’Adam laissant ouvrir le foulard en un froufrou distingué! Ne manquait plus que son long manteau qui lui retombait sur les chevilles. Un manteau noir brodé d’or laissé ouvert de manière à offrir à la vue des gens ses diverses couches de vêtements qui lui donnait toute son allure. Un détail important par contre, ses souliers! Un soulier argenté, légèrement brodé avec un bout pointu bien à la mode et un talon rehaussant sa posture.  Un dernier détail… Les bijoux! Pas d’ornements précis avec le Gabbiani. Il alterne selon ses goûts du jour, l’occasion où il se présente. Toujours quelques bagues aux doigts, jamais marié (cette histoire n’a pas vraiment eu le dénouement escompté), mais toujours de belles pierres aux doigts ou d’anneaux de fins métaux. Les boucles d’oreilles aussi, parfois à la paire, parfois une seule et parfois en combinaison différente! Pour du style et du raffinement, Setzer est un maître après-tout!

Pour un matin qui semblait difficile, il avait bien retrouvé son lustre et était prêt à affronter le monde qui était devenu si différent maintenant. Son sourire fier allait bientôt faire place à une moue rabat-joie voir cynique… L’époque de la Résistance était derrière lui et les vols en vaisseau-volant n’était maintenant que pour du commerce…


• Description psychologique:

Comment un homme peut-il jouir d’une vie simple alors que tout auparavant pouvait littéralement basculer sous un coup de dés? Il avait su dominer ses craintes à un point tel qu’il vivait pour le goût du risque. C’était un jeu et il était peut-être le meilleur joueur! Rares ont été les occasions où il fût du côté des perdants… Chaque fois, la perte était bien lourde à accepter. Il est joueur mais s’assure d’avoir les meilleures cartes en main. Son esprit ne se perd pas telle la bille sur le carrousel d’une roulette, c’est un stratège aux plans et idées parfois farfelus. On pourrait le croire narcissique mais la vérité c’est qu’il perçoit la vie comme un grand théâtre. L’art, l’élégance, le raffinement et le jeu sont tous des éléments importants de la manière d’atteindre un but. C’est pour lui ce qui colore la vie, ce qui lui donne un sens et une envie d’être raconté. Une partie de lui a toujours voulu être le héros. Le personnage central d’une grande épopée! Il a joué sa vie comme un comédien, tantôt il était au centre d’une grande tragédie et par la suite le protagoniste héroïque. Ces rôles ont façonné sa maîtrise de ses émotions et de ses gestes. Même exposé aux risques, il sait toujours de quoi la mise est faite et ce qu’il est prêt à perdre; parfois allant à mettre sa propre vie dans la balance. Bien que d’apparence heureux par son statut et sa richesse gagnée, il y a une grande faille dans son âme. Un vide qu’il ne sait combler que par le jeu. Les deuils passés se camouflent beaucoup plus aisément quand l’adrénaline venant du risque vibre dans ses veines.

La vie lui avait pourtant donné ce qu’il recherchait tant : une cause juste pour laquelle il serait prêt à s’investir. Il avait rejoint ce groupe qu’était la Résistance, bien que malgré lui au départ. Il avait trouvé des compagnons pour se lancer dans la plus grande quête du monde de la Balance : sauver ce dernier du plus grand mage connu, Kefka… Ils avaient réussi malgré de lourdes pertes et maintenant? Il se levait encore ce matin pour rejoindre son vaisseau-volant et ferait un autre voyage commercial sans le moindre incident… Il serait bien payé, il n’y a pas plus efficace pilote après-tout et puis quoi ensuite? Recommencer le lendemain et ce pour la fin des temps? Le jeu, l’argent et les femmes n’étaient que des baumes temporaires. Sans cesse il devait renouveler afin de ne pas sombrer dans le vide de son existence. Bien qu’au début il avait gardé contact avec ses anciens alliés, il les avait peu à peu délaissés. Chacun tentant de refaire sa vie d’une façon à peu près normale… Les côtoyer, eux qui le connaissaient sous son vrai jour, aurait fini par l’exposer à son mal-être… Un risque qu’il ne voulait pas prendre… Il était tant habitué à gagner par ses stratèges qu’il se demandait si de perdre une fois pour toute ne serait pas la solution.


Histoire


Il marchait le long de l’allée du hangar où son vaisseau était appareillé. Ce pas ferme et léger à la fois, une démarche démontrant un statut certain! Déjà le vent commençait à lui brosser le visage et il détacha le ruban noir dans ses cheveux pour que ses derniers se laissent bercer par la brise. D’une main il rangea le ruban dans la même poche de son grand manteau où un mouchoir de soie y était soigneusement plié. À la vue du Faucon il ouvrit les bras laissant chacun des pans de son manteau tourbillonner au vent. Un sourire éclaira son visage à ce moment. Le Faucon, le vaisseau-volant le plus rapide du monde mené à la barre par le plus grand des pilotes : Setzer Gabbiani! C’était un fait qu’il avait auto-proclamé mais personne n’avait trouvé à le contredire. La cargaison était prête. Les amarres pouvaient être relâchées. Un autre voyage vers une ville quelconque s’amorçait et ce soir il irait certainement jouer aux cartes afin d’y gagner de l’argent… Il la dépenserait certainement ensuite en alcool ou en babioles pour impressionner une jolie femme… Puis un autre voyage… Il soupira et inspira un grand coup l’air frais qui lui parvenait. Doucement les moteurs du Faucon grondaient dans une symphonie bien orchestrée et il sourit. Cela l’apaisait tout autant que les bras d’une mère pour son mioche. Le Faucon s’éleva avec précision et Setzer les mains aux commandes poussa le nez du vaisseau vers l’avant vers sa destination.

Peut-être avait-il atteint sa limite. Peut-être était-ce le moment pour lui de prendre un nouveau départ mais sans qu’il ne comprenne vraiment pourquoi, ses souvenirs lui revenaient en mémoire. Au contact du Faucon, c’était bien l’un des plus douloureux qui émergeait. Un avec qui il croyait avoir fait la paix dans cette caverne avec ses compagnons de la Résistance. Darill, pouvait-on la qualifier de son premier amour? Un amour muet ou comme on le raconte dans les livres… Un amour intérieur bâti sur une grande complicité. Lorsqu’il était jeune, bien avait les évènements de la Résistance, Setzer et Darill étaient tous deux pilotes. Elle avait le Faucon et lui le Blackjack! Même si son vaisseau à lui ressemblait plutôt à un casino volant, les deux faisaient dans le commerce. Comme il aurait souhaité ne jamais être aux commandes du Faucon. Pas que le Blackjack lui manquait mais c’était cette phrase, comme un avertissement de ce qui allait se produire que Darill lui avait dite : si je ne peux plus voler à bord du Faucon, alors il sera tient… Il savait qu’elle prenait trop de risques lors de ses vols. Elle le savait bien trop bien elle-même. C’était une fatalité qui les attendait et un jour, ça les rattrapa et elle n’était pas revenue. Il l’avait cherché un an durant pour finalement trouver les restes du Faucon… Il entreprit de rassembler et rebâtir l’aéronef qu’il dissimula dans une grotte tout comme la peine et le deuil de son défunt amour. Les nuages tout autour de lui alors qu’il volait dans les airs, il se dit qu’il ne pouvait certainement pas être plus prêt d’elle en ce moment. C’était un bon sentiment.

Un coup d’œil vers ses outils de bord et il ajusta le cap vers sa destination. Il pilotait l’engin d’une main de maître et savait d’instinct le pourquoi de chacun des bruits ou craquements de l’appareil… Ne l’avait-il pas rebâti de ses mains après-tout? Il était excessif parfois… Comme dans la littérature qu’il avait l’habitude de lire pour enrichir son esprit : les grands drames demandent un acte de deuil à la hauteur de la tragédie. Pourtant, il l’avait enterré dans cette grotte, du moins son souvenir, à côté du Faucon. C’est bien après qu’il retourna dans ce lieu… Le Blackjack avait continué de percer les cieux et lui s’était résolu à s’occuper l’esprit à autre chose. Les arts avaient toujours eu une grande place dans sa vie et c’est vers l’opéra qu’il s’occupa l’esprit. Rapidement il était devenu un estimé spectateur, on le connaissait et Setzer y laissait de bonnes sommes. Les meilleures places lui étaient réservées et de plus en plus une idée grandissait en lui. Un défi, un jeu de plus pour lui, un plan qui se devait d’être le clou du spectacle lors de la grande scène de Maria et Draco! De cette première, il était tombé amoureux, du moins, il avait de l’attirance et de l’admiration pour la star bien fortunée de l’Opéra et pour Setzer c’était sa conception la plus proche de l’amour. Ainsi, il comptait devenir lui-même le grand acteur héroïque où l’opéra avait pris la forme de son théâtre. Pour que le défi soit à sa hauteur, il avait fait part de son désir de s’enfuir avec Maria et de lui demander sa main. L’imprésario le traita de fou, qu’il n’avait pas à l’enlever mais Setzer lui promis qu’il tiendrait parole!

C’est là que les embrouilles ont réellement commencé…

Un groupe, appelé la Résistance cherchait désespérément un aéronef et avait déjà celui de Setzer dans leur mire. Avec un pilote comme lui à la barre, le Blackjack pouvait les amener là où s’était nécessaire. Mené par Locke Cole, le groupe élabore un plan aidé de l’imprésario pour tromper Setzer avant qu’il ne puisse s’enfuir avec Maria. Si cette dernière présentait de l’intérêt, il n’en est rien lorsqu’il tomba sur Celes Chere… En effet, elle avait pris la place de Maria, allant même à chanter sur scène et alors que le Gabbiani descendait le long d’une corde suspendue au Blackjack, jamais il ne fut aussi éblouis par la beauté d’une femme. Lorsque l’imprésario le supplia d’arrêter tenta de lui expliquer la tromperie, Setzer le coupa, affirmant être un homme de parole et s’envola à bord du Blackjack avec Celes qu’il croyait être Maria… Locke, tel un rat, avait trouvé un moyen de les poursuivre à bord et révéla la tromperie. Il faut dire que les trois formèrent un triangle aux sentiments ambigus depuis ce jour…

Il sourit et hocha la tête bon joueur… Celes avait bien fait le coup à venir! Il corrigea la trajectoire du Faucon de quelques degrés et se replongeait dans ses souvenirs. La réputation de Setzer Gabbiani n’était pas étrangère au groupe qui les avait rejoints pour négocier car ce premier n’avait aucune intention de laisser filer Celes soudainement bien plus intéressante que sa première cible. Ils le savaient joueur et Celes lui offrit un pari. Empruntant la pièce à double face d’Edgar Roni Figaro, Celes lui indiqua que si la pièce tombait sur face, il devrait les aider dans leur cause et les conduire à bord du Blackjack mais que si la pièce tombait sur pile, elle accepterait de le suivre, voir d’être avec lui ce qu’une femme peut être avec un tel homme… Amusé, il accepta! Bien sûr, la pièce n’avait pas le choix de tomber sur face et il accepta la défaite et ce, même s’il découvrit la supercherie! Ainsi il devenait à son tour un membre de la Résistance en quelque sorte et il amena le groupe au continent sud près de la ville de Maduin dans le but de sauver la ville et les Espers présents. D’abord, il laissa le groupe infiltrer le centre de recherche magitek et lui demeura sur le Blackjack à les attendre… Alors que le groupe ne revient pas, Setzer comprend le danger qu’il les guette et décide d’agir comme le héros qui apparaît au bon moment du scénario pour éviter la catastrophe! Il fonce sur Vector et retrouve le groupe dans leur fuite. Une fois à bord il tente par tous les moyens de s’échapper.

Durant la fuite, son vaisseau est sérieusement endommagé mais il parvient tout de même à atterrir en gardant tout le monde sain et sauf. Le Blackjack quant à lui ne peut plus reprendre les airs, bien trop endommagé. N’ayant nulle part où aller et n’ayant rien de mieux à faire que de suivre ses nouveaux « compagnons », il les accompagne à Zozo pour sauver Terra Branford. Il allait donc se battre bravement de Zozo à Narshe aux côtés des autres membres du groupe dont Shadow qui en quelque sorte, avait la même aura mystérieuse que lui… Une fois à Narshe, Terra accepta de parler aux Espers pour demander qu’ils ne détruisent pas le monde de la Balance. Pour ce faire, l’Empire devait se plier à la paix et les membres de la Résistance et des gardes attaquèrent au nord. L’Empereur Gestahl leur apparu prêt à se rendre demandant même à Terra d’exécuter son plan pour demander la clémence des Espers. Locke, encore celui-là, accompagna Terra vers l’île du Croissant dans leur quête et Setzer et ses compagnons restèrent à attendre à Vector, tous sceptique des réelles intentions de l’Empereur. Cette pause permis au Gabbiani de réparer, avec l’aide de Cid Del Norte Marquez, le Blackjack.

Il fallait croire que Setzer n’était pas le seul homme à femme au sein de son groupe! Edgar usa de ses charmes sur une servante pendant leur attente afin de découvrir les plans réels de l’Empereur. Gestahl prévoyait en fait capturer les Espers une fois trompés! Edgar rassembla le groupe et Setzer repris les commandes du Blackjack pour les amener à Thamassa afin de prévenir Terra et Locke. Setzer serra les dents à ce moment à bord du Faucon, senti ses mains presser les commandes et accéléra l’allure dans le ciel. Le groupe, arrivèrent trop tard… Kefka, le grand magicien fou avait réuni tellement de magicite qu’il était parvenu à faire revivre les statuts des Dieux! Le continent des Espers s’arracha à la terre! Il s’envola littéralement et Setzer se mis à sa poursuite. La Résistance parvient à sauter depuis le Blackjack sur le continent flottant et se battre jusqu’à faire face à Kefka et l’Empereur. Encore une fois, c’est trop tard… Un autre échec lorsque Kefka tue l’Empereur et réussi malgré leurs efforts à rompre l’alignement des trois statuts gardienne de la balance du monde. Setzer et les autres n’ont d’autres choix que de fuir le plus loin possible du continent flottant qui semblait sur le point de tout détruire. Jusqu’au dernier instant, Setzer maintenu le Blackjack en place pour que Shadow y monte et tenta de fuir avec les autres déjà à son bord.

Le Faucon accéléra une fois de plus, les moteurs commençaient à protester. Setzer ne pouvait se pardonner cet échec car le monde comme il l’avait connu allait être détruit une fois pour toute! Des statuts des Dieux émanèrent un pouvoir magique d’une telle puissance qu’il changea le monde en ruine. Dans tout ce chaos, Setzer tenta d’amener le Blackjack au sol afin de se poser mais le vaisseau et tous ses compagnons furent prient dans cette spirale destructrice. Ces gens qui étaient devenus ses amis disparurent… Tous séparés ne sachant pas s’il était maintenant le seul en vie… Sans moyen de s’envoler et pris au piège de ce qui restait de Kohlingen, il erra dans un bar de la ville durant presque une année entière. Un an ayant perdu tout espoir et raison de se battre… Par quel hasard était-elle tombée sur lui? Un jour, comme ça, Celes entra dans le bar accompagné des frères Edgar et Sabin Figaro… Les trois avaient repris le combat et elle l’implora de faire de même et de les suivre. Pour Setzer, la page avait été tournée mais comment lui résister? Elle avait trouvé les mots ou simplement ses sentiments pour elle avait suffi à le convaincre de reprendre la lutte contre Kefka. Comme à l’habitude, lorsqu’une situation semblait impossible, le Gabbiani avait toujours une idée pour résoudre le problème!

C’est à ce moment qu’il les amena voir « sa chère amie Darill »… Pendant qu’il se souvenait leur avoir raconter l’histoire de Darill et du Faucon, inconsciemment dans les airs, il pressa de nouveau l’accélérateur. Les moteurs vrombissaient fortement et à maintenir cette cadence, ils surchaufferaient bientôt… Setzer avait fait la paix à cette instant avec son passé concernant Darill et il sorti de la grotte le Faucon. Cela leur permis de retrouver tous les membres de la Résistance et ainsi faire face une fois pour toute à Kefka au sein de sa Tour! Ils l’attaquèrent et cette fois, se fût eux les gagnants! Kefka avait été vaincu et sa Tour commença à s’écrouler. Fuyant aux côtés de deux de ses camarades, il les sauve devant deux portes piégées. Il avait lancé une pièce pour choisir quelle porte serait la bonne se fiant au destin et se souvenu des paroles de Darill : si tu es sur d’avoir raison, alors tu as certainement tort! Ainsi il attrapa la pièce sans regarder le côté en trancha lui-même dans la bonne direction.

À bord du Faucon chargé de sa cargaison, Setzer leva les yeux vers le ciel. À l’époque de ses souvenirs, Terra s’était métamorphosé en Esper pour s’envoler et lorsque la magie quittait le monde, elle retrouva sa forme humaine la plongeant ainsi dans le vide… Les moteurs déjà chauds grondèrent encore plus fort alors que Setzer pressa des deux manettes les commandes du vaisseau. Il avait fait de même lorsque Terra tombait du ciel pour la rattraper juste à temps! C’est à cet instant précis que le Faucon avait été proclamé le vaisseau le plus rapide jamais conçu dans le monde entier! Cette fois par contre, Setzer était allé trop loin… Pris au cœur de ses souvenirs il avait bien trop poussé la machine… Une explosion dans l’un des moteurs le fit tituber mais il se redressa fièrement à la barre. Cette vie de pilote commercial n’était pas fait pour lui… Il repensa à chacun des membres de la Résistance et sourit… Le vaisseau secouait mais il était ailleurs dans sa tête. Qu’est-ce qu’il allait vite! Ses cheveux argentés étaient fouettés vers l’arrière dû au vent mais encore il souriait! Bientôt, c’est le sol qui lui apparaissait de plus en plus près et lorsqu’un deuxième moteur explosa, il comprit… Il quitta la barre et couru jusqu’à la poupe pour y grimper se tenant de la main droite à une corde la reliant au ballon. Le dernier membre de la Résistance qui traversa son esprit fût Celes Chere… Il se pencha en tendant la main gauche vers le sol et les yeux humides.

- Monte avec moi comme à la première fois…


Test rp

x (seulement pour les personnages prédéfinis)

Et pour finir...

Quelques questions vous concernant:
• Votre vrai prénom dans la vraie vie? Stew
• Votre âge? 32
• Comment avez-vous connu FF Rebirth? Par hasard en fouillant le web
• Avez-vous lu toutes les règles? Y a t'il des choses que vous n'avez pas comprises? Oui, bien compris.


Setzer Gabbiani 19040108572222262016184315
Gnar Gentleman - League of Legends (by Silverfox5213) || Super kitou de ouf par Crystal! ♡ ♡ ♡
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setzer Gabbiani
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Archives :: Fiche de présentation-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives