Forum rpg basé sur les univers des FF IV, VII, VIII, IX et X.

Partagez|

Luca, la ville qui ne dort jamais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Mélina Hartford

Inquisitrice Enchaînée
Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Luca, la ville qui ne dort jamais Mer 29 Aoû - 17:14

Mélina et Naomi viennent du Temple de Baaj.

*****

L’arrivée à Luca s’était faite très simplement en fin de matinée.

Une fois débarqués sur l’un des quais entre le stade et la ville, les moines informèrent Mélina et Naomi qu’ils allaient se charger des démarches auprès de la Guilde du Port ainsi que la branche locale de l’Eglise. Elles pourraient les rejoindre après avoir pris un peu de temps pour profiter de ce que la ville avait à leur offrir.

Mélina remarqua que Naomi semblait effectivement épuisée par ces derniers jours en mer et accepta d’escorter la prêtresse jusqu’à un lieu qui leurs permettraient de se détendre momentanément.

Les deux jeunes femmes quittèrent donc les quais et rejoignirent l’artère principale où s’amassait encore une foule importante en cette journée ensoleillée.


« La première chose à faire serait de trouver un hôtel, puis nous pourrons commencer à... Plutôt chercher un endroit où nous restaurer. » se rectifia Mélina après avoir constaté que son estomac commençait déjà à se manifester. Je suppose qu’avec vos difficultés à supporter le tangage du navire, le repas que nous avons partagé avec l’équipage dans la matinée a eu un peu de mal à descendre. Une fois notre chambre réservée, nous chercherons un endroit où nous rassasier. »

Mélina entraîna donc sa compagne en lui tenant la main jusqu’à arriver à une place nettement moins bondée qui débouchait sur plusieurs larges allées, toutes flanquées d’au moins une ou plusieurs enseignes de restaurateurs ou cafés en tout genre.

« Pourquoi pas un de ces salons de thé ? J’ignore quelles sont les sélections les plus répandues sur Spira mais en attendant que nous soyons toutes prêtes à avaler quelque chose de plus consistant, nous pourrions déjà commencer à nous rafraîchir à l’ombre de leur devanture. Qu’en dites-vous ? »

Mélina trouvait fascinante l'ambiance qui régnait dans les rues qui les entourait. Cette espèce de liesse perpétuelle lui rappelait son enfance : la seule fois où sa famille avait pu se rendre à Lindblum pour assister à la célèbre fête de la chasse.

« Veuillez m’excuser. A peine débarquée et je commence déjà à m’emporter. Commençons par l’hôtel, nous aurons tout le temps pour le reste de nos activités une fois ce détail réglé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi

Petite fleur de Yevon
Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Luca, la ville qui ne dort jamais Jeu 6 Sep - 15:36

Partagée entre déception, appréhension, excitation et crainte, la jeune prêtresse avait été particulièrement silencieuse sur le bateau qui les ramenait à Luca. Pendant plusieurs jours, elle avait observé la carte d'Héméra - le capitaine du bateau en avait une, mais sans beaucoup de détails concernant les terres! Seules les îles étaient précises - elle avait essayé de deviner le monde dont il pouvait bien s'agir, mais juste une carte ne lui avait pas apporté grand chose.

Une carte maritime ne montrait pas des mines sur la terre ferme après tout...

Plutôt déprimée mais refusant de le montrer, elle descendit du navire en laissant chacun vaquer à l'occupation qui devait être la sienne, mais sa petite mine en disait long sur son moral et quand Mélina proposa du repos, elle ne pouvait qu'approuver

«J'ai envie de me noyer dans un grand bain... avec de l'eau douce... j'ai l'impression que ma peau n'est qu'un tas de sel!» elle n'était pas forcément du genre chochotte, mais on va dire que voilà, elle n'était pas habituée à ce genre de long voyage en mer! Elle en avait mare de ce goût salé sur ses lèvres, elle en avait mare d'avoir l'estomac qui dansait tout seul dans son ventre, elle en avait mare aussi de cette odeur d'algue et d'iode dans ses cheveux qui avaient gonflé et frisé!

Aussi, elles cherchèrent un endroit pour se reposer, mais l'Inquisitrice était plus inquiète de son estomac en fait, et proposa d'abord un petit salon de thé avant de se souvenir que la jeune fille était épuisée.

«Pourquoi ne te commandes-tu pas quelque chose à manger directement à l'hôtel?» ce serait tout de même plus simple non?

En tout cas, elles finirent par trouver l'hôtel où elle était tenue de se rendre, on va dire que l'église avait ses lieux privilégiés, et si la jeune femme était allée ailleurs, ça aurait pu paraître louche. Elle se présenta à l'accueil et on lui attribué une chambre, elle insista pour que Mélina, en tant que garde du corps, soit dans la même chambre qu'elle et put ainsi obtenir une chambre double.

«Les membres de mon escorte devraient également arriver après avoir fini de ranger les affaires de l'expédition»
«Les soldats, gardes et autres membres d'escortes ont des chambres à part, Ma Dame. Mais je prends note.»
dit l'aubergiste en regardant Mélina d'un air qui signifiait surement qu'elle aussi aurait normalement du aller dans les dortoirs mais bon, elle ne pouvait pas aller à l'encontre d'une décision d'une prêtresse.

Une fois dans la chambre, elle n'osait même pas s'écrouler sur le lit de peur de salir les draps!

«Bon, je vais au bain... commande ce que tu veux à manger, moi je suis encore un peu barbouillée, je mangerai peut-être après...» et elle savait qu'elle en aurait pour un moment! Elle se fit couler un bon bain chaud, mais avant, elle alla prendre une douche pour se débarrasser au maximum du sel et du sable et autres saletés du voyage, puis elle se plongea dans l'eau, laissant à peine son nez dépasser pour pouvoir respirer, elle aurait presque pu s'endormir ainsi... le temps s'écoulait, et en fait, elle s'endormit pour de bon, réveillée quand elle perdit l'équilibre et qu'elle eut la tête dans l'eau!

«Gniiiiih!! oups?» elle passa sa main sur son visage pour enlever l'eau, puis regarda l'horloge pour réaliser qu'elle était restée près de deux heures? Ses doigts étaient tous frippés, elle se dépêcha de sortir, d'enfiler un petit kimono avant de sortir, les cheveux encore trempés

«Désolée, je me suis endormie... ça va?» depuis le temps, l'inquisitrice avait du avoir le temps de manger au moins deux shoopufs!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford

Inquisitrice Enchaînée
Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Luca, la ville qui ne dort jamais Dim 23 Sep - 22:17

Naomi avait confirmé sa volonté de se rendre à l’hôtel le plus vite possible en usant d’arguments très convaincants en ce qui concernait Mélina. Elle n’allait probablement pas abuser du room-service une fois qu’elles seraient installées mais elle pourrait très certainement profiter de quelques-unes des commodités disponibles sur place.

En suivant les indications de Naomi, elles rejoignirent un établissement visiblement habitué à recevoir des personnalités importantes du clergé, le réceptionniste ne se privant pas de glisser une pique cinglante à l’adresse d’l’Inquisitrice, à moins qu’elle ne soit dirigée vers la prêtresse elle-même. Naomi ne semblait pas s’en formaliser, et Mélina en avait déjà entendu des bien pires aussi vint-t-elle la recevoir sans broncher et accompagna Naomi jusque dans la chambre qui leurs avaient été attribuées.

La jeune prêtresse eut à peine franchi le seuil de la porte qu’elle indiqua vouloir occuper la salle de bain. Mélina n’avait bien sûr aucune raison de lui refuser ce privilège, aussi vint-t-elle simplement hocher la tête en souriant et la laissa partir se rafraîchir.

Elle vint s’asseoir sur un fauteuil placé dans un coin de la chambre, prenant au passage un livret contenant les informations sur les services mis à disposition des clients de l’hôtel. Comme il fallait s’y attendre dans une ville portuaire, les plats proposés étaient en grande majorité faits à partir de produits pêchés dans la région.
Néanmoins, leur sélection de plats de viande, très certainement importés de l’intérieur des terres, était assez impressionnante. Les noms des plats ne lui disaient cependant pas grand-chose en soi, la jeune femme n’étant pas encore tout à fait habitués à la cuisine de Spira.
Inutile cependant de faire la fine bouche, quand elle se nourrissait depuis déjà plus d’un an d’aliments dont la provenance soulevait bien souvent des questions somme toute légitimes.

Elle se leva quelques instants plus tard, déposant le livret sur la table basse avant d’aller sur le balcon pour prendre un peu l’air. Il donnait depuis le deuxième étage sur la grande rue par laquelle elle et Naomi étaient arrivées.

La foule était toujours aussi dense entre les bâtiments à cette heure de repas. Parmi toutes ces personnes, Mélina fut en mesure de repérer un groupe d’homme en uniformes s’avancer par la rue qu’elles avaient emprunté plus tôt. Maintenant débarrassés d’une partie de leur équipement maritimes, les moines de l’escorte de Naomi étaient sur le retour. L’un d’entre eux leva la tête juste au moment où il pénétrait l’enceinte de l’établissement, ce qui permit à Mélina de lui faire signe.

Suite à cela, elle rentra à l’intérieur de la chambre. Elle patienta quelques instants puis se plaça momentanément à côté de la porte de la salle bain pour essayer de savoir ce qu’il s’y passait. Elle pouvait constater que la porte n’était pas verrouillée, aussi vint-t-elle se rassurer en se disant qu’elle pourrait y entrer sans avoir à forcer la serrure en cas de nécessité. Elle espérait bien évidemment qu’il n’arriverait rien de fâcheux à sa compagne, peu importe si le mobilier venait à être détérioré. Enfin, il serait plutôt embarrassant de devoir expliquer ce qu’il s’était passé au propriétaire si le pire venait à se produire.

Un toc à la porte de la chambre la sortit de ses pensées et elle s’y dirigea pour l’ouvrir. Un des moines se tenait devant, droit, le visage neutre.


« L’aubergiste nous a prévenu que nous vous trouverions ici.
-Oui, Dame Naomi a souhaité m’avoir à ses côtés le temps que nous restons ici.
-Dans ce cas, il n’y a rien à ajouter à ce propos. Où se trouve-t-elle ?
-Elle se rafraîchit dans la salle de bain.
-Entendu. Je me dois de vous informer que lorsque nous nous sommes rendus à la branche de l’Eglise de Luca, on nous a signalé que quelqu’un de là-bas allait venir ici pour s’entretenir avec vous et Dame Naomi.
-Vraiment ? Vous savez de qui il s’agit ?
-Malheureusement, non. Le mieux serait que vous patientez en bas.
-Oui, je suppose. Dans tous les cas, je comptais aller me chercher de quoi nous rassasier donc cela ne me pose pas de problèmes dans l’immédiat. Veillez à ce que rien de grave n’arrive en mon absence. N’en profitez pas non plus pour vous rincer l’œil, cependant.
-Euh, je... Oui, vous pouvez compter sur moi. N’ayez aucun souci à vous faire, vous pouvez y aller. »

La jeune femme sourit et laissa le moine devant la porte de leur chambre.

Une fois arrivée au rez-de-chaussée, elle s’avança vers la réception. La même personne qui les avait accueillis plutôt était toujours en poste et reçu Mélina avec une tension presque palpable.


« Il vous faut quelque chose ?
-Ho ho ho ! Vous êtes bien perspicace, ma chère. On m’a informé de la venue d’une personne souhaitant s’entretenir avec moi, aussi me suis-je dit que j’allais l’accueillir en personne. Seulement, on ne m’a pas dit quand est-ce qu’elle arriverait, ni de qui il s’agit. J’ai donc pensé vous demander de rediriger vers moi qui que ce soit souhaitant me rencontrer... Je me rends cependant compte que je n’ai toujours pas eu l’occasion de prendre un repas digne de ce nom depuis mon arrivée ici. J’ai pu jeter un coup d’œil à votre carte, aussi pourriez-vous potentiellement m’aiguiller dans mes choix... »

***

Il s’était écoulé un peu plus d’une heure depuis que Mélina était descendue, au terme de laquelle elle s’était installée à une table du restaurant de l’hôtel. Plusieurs assiettes vides se trouvaient déjà empilées au bord de celle-ci, tandis qu’un chariot comportant encore un nombre tout aussi impressionnant de victuailles était stationné juste à côté. Lorsqu’elle avait fait sa demande à l’aubergiste, cette dernière lui avait fait les yeux ronds durant quelques instants, incertaine de pouvoir satisfaire Mélina dans un laps de temps aussi court et pour une seule personne. En comparaison à ce que les clients réguliers pouvaient prodiguer à cette heure de la journée, elle n’en voyait franchement pas l’intérêt jusqu’à ce Mélina se décide à avancer la somme requise pour que leurs cuisiniers se mettent à l’ouvrage dans les plus brefs délais.

L’Inquisitrice ne pouvait pas nier avoir quelque peu exagéré avec la quantité consommée, qui ne manquerait pas de pénaliser les autres clients qui viendrait pour manger après elle mais comme elle n’aurait probablement pas l’occasion de goûter des plats aussi riches avant longtemps une fois partie, le dilemme avait été rapidement expédié.

Tandis qu’elle s’apprêtait à entamer ce qui ressemblait à une entrecôte, un membre du personnel s’approcha et la prévint qu’elle était demandée à la réception. Elle s’essuya la bouche à l’aide de la serviette qui lui avait été fourni puis se leva, indiquant qu’ils pouvaient faire monter le reste de la nourriture dans la chambre. L’homme en tenue de serveur acquiesça, emportant avec lui le chariot de victuailles.

Mélina se rendit donc dans le lobby, où la réceptionniste lui indiqua avoir fait directement monter le visiteur à l’étage, afin d’éviter qu’il n’ait à patienter trop longtemps au même endroit. Mélina se retint de faire une remarque, ayant tout de même préféré pouvoir identifier l’individu avant de l’inviter à monter, et se contenta de hocher la tête en remerciant l’employé, avant d’emprunter l’ascenseur la menant vers les étages pour rejoindre la chambre.

Le moine qu’elle avait laissé devant la porte s’y trouvait toujours, aussi s’empressa-t-elle de lui demander s’il avait laissé entrer quelqu’un. Il répondit que oui, d’abord l’employé ayant amené le chariot de nourriture, qu’il avait bien évidemment pris soin de vérifier avant lui-même faire entrer dans la chambre, ainsi que la personne qui s’était présenté comme celui dont ils avaient été prévenus de la venue, avec un sceau de l’église prouvant son rang. Là encore, Mélina aurait préféré qu’il attende qu’elle soit là pour prendre ce genre de décision mais garda le silence là-dessus, préférant l’inviter à aller se reposer maintenant qu’elle était revenue.

Elle n’attendit pas qu’il réponde pour entrer dans la chambre et refermer la porte en la verrouillant. Elle laissa échapper un long soupir avant de se retourner, dévisageant la personne qu’elle était censée accueillir.


« J’ai conscience que la région est certes propice à un certain niveau de relaxation et que celui qui vous a formé avant que vous ne veniez ici n’avait pas forcément à cœur de vous enseigner les règles de bienséance mais dites-vous bien que je n’apprécie guère que vous vous permettiez de prendre les devants ainsi. »

Elle avait à peine eu le temps de prononcer ses paroles que la porte de la salle de bain s’ouvrit en grand, laissant Naomi sortir précipitamment, bien loin de l’aspect présentable auquel elle avait habitué Mélina. La situation était plutôt gênante, avec d’un côté une grande prêtresse de Yevon habillée d’un simple kimono, et de l’autre un membre relativement bien placé de la branche de Luca cherchant difficilement à s’engouffrer plusieurs tranches de viande fumée dans la bouche mais la surprise d’être pris sur le fait à la fois par Mélina et Naomi l’avait fait s’interrompre en pleine action, le laissant figé de manière assez improbable.

« Naomi, je suis navré de vous surprendre mais nous recevons quelqu’un souhaitant s’entretenir avec nous, aussi vais-je vous demander de bien vouloir retourner dans la salle de bain finir de vous préparer. Et vous, ne touchez pas à ce plateau de viande ! Si vous voulez manger quelque chose, allez le commander vous-même ! »

Une fois que l’ordre était revenu dans la chambre Mélina put s’asseoir entre le jeune homme aux cheveux roux et Naomi, tous deux installés en face à face dans des sièges le long du balcon. Mélina avait déplacé le plateau dans le coin derrière la position de Naomi.

« Bien, maintenant que nous sommes tous assis confortablement, permettez-moi de faire les présentations. Naomi, voici Fent. Un aspirant juge en formation et en charge d’une partie des tâches administratives concernant les activités de l’Inquisition à Luca. Fent, voici Dame Naomi, dont vous avez sûrement déjà entendu parler.
-Oui, j’ai entendu parler de vos accomplissements. Vous avez accedé à un rang prestigieux à un aussi jeune âge, ce n’est certainement pas le genre d’évènements à côté duquel on peut passer dans notre communauté. Enchanté. »

Mélina et Fent s’étaient mis d’un commun accord de ne mentionner en aucun cas qu’il était le disciple de Klavius, tous deux sachat le ressentiment que la jeune fille pouvait porter au juge de Bevelle. Cela n’avait de toute façon aucun rapport avec la discussion du jour, il l’avait assuré à Mélina avant que Naomi ne revienne.

« Qu’est-ce qui vous a donc amené jusqu’ici ? Cela doit être suffisamment important pour que vous vous déplaciez en personne.
-Vous devez être au courant que nos efforts dans la recherche des inquisiteurs fugitifs suite à l’attaque d’Ultimécia n’ont jusqu’à maintenant donné aucun résultat... Du moins, c’est ce que la population pense... Il s’avère que, il y a deux jours, un corps a été retrouvé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi

Petite fleur de Yevon
Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Luca, la ville qui ne dort jamais Mar 25 Sep - 14:41

Totalement déboussolée à l'idée de s'être endormie dans son bain - elle aurait surement attrapé froid si la salle de bain n'avait pas été chauffée - la prêtresse n'avait même pas remarqué qu'il y avait quelqu'un dans la pièce. Elle se figea lorsque Mélina lui fit signe et écarquilla les yeux, virant au rouge pivoine avant de resserrer son kimono sur sa poitrine - bien qu'il était déjà bien fermé

«Hic! Pardon! Je suis vraiment désolée...» elle s'inclina doucement et fila à nouveau dans la salle de bain, sauf que voilà, elle n'avait pas grand chose là du coup! Toutes ses affaires étaient couvertes de sel ou de sable, elle n'avait pas grand chose à se mettre! Soupirant, elle se sécha au moins les cheveux correctement, les peigna aussi soigneusement puis réajusta son kimono pour qu'il soit bien fermé.

Bon, ben tant pis, elle ne pouvait pas faire mieux. Elle prit une profonde inspiration puis revint dans la pièce

«Je vous prie de m'excuser, malheureusement, je n'ai plus rien à me mettre. Nous revenons d'une expédition qui a été bien longue et mes affaires ont besoin de nettoyage. J'ose espérer que vous pardonnerez ma tenue.» l'homme ne semblait pas trop s'en formaliser finalement, et puis cette tenue était convenable après tout.

Elle s'assit cependant de côté, histoire de ne pas trop dévoiler ses jambes, puis ramena ses mains sur ses genoux aussi pour se tenir la plus discrète possible. Son visage se décomposa peu à peu alors que Mélina faisait les présentations, même sans le préciser, il ne fallait pas être une lumière pour comprendre que ce type avait un lien avec Klavius, que ce soit de près ou de loin, puisqu'il était en charge des Inquisiteurs... mais bon, elle ne pouvait pas connaître le lien exact, après tout, probablement tous les juges avaient des liens entre eux, à la manière des prêtres, n'est-ce pas?


«J'ose espérer que vous n'êtes pas là en messager pour le Juge Klavius? Il me semble que lors de notre dernier entretien, les choses avaient été claires. Si je souhaite que Dame Mélina m'accompagne, j'ai accepté en contre-partie qu'elle puisse poursuivre ses différentes missions en tant qu'Inquisitrice et réponde aux ordres du Juge, mais ses affaires ne doivent pas me concerner.»

En gros, séparer les missions. Mélina était inquisitrice et avait donc des missions à part de son côté, normalement Naomi ne devait pas en être mêlée. L'homme la scruta un peu avant que Mélina reprenne la parole, il était évident que l'affaire ne la concernait pas et pourtant, il poursuivit malgré tout. L'Église avait-elle un autre rôle à jouer là dedans? Fronçant les sourcils à l'évocation des inquisiteurs disparus - effectivement, Mélina lui en avait parlé - son visage pâlit lorsqu'il fut question d'un cadavre?

«Mon dieu, quelle horreur... est-ce un membre de l'église?» cela expliquerait alors sa présence ici... si un prêtre avait été tué par un inquisiteur en fuite, cela les concernait toutes les deux! En tout cas, sur le plan général, le simple fait qu'il y ait eu un meurtre, peu importe de qui, lui donna un léger haut le cœur, mais elle chercha malgré tout à se reprendre. Elle devait se montrer forte, heureusement qu'elle s'était reposée, mais elle était encore un peu dans le gaze, et contrairement à Mélina, elle n'avait rien avalé encore.

Sauf que là, elle avait perdu l'appétit du coup... c'était quoi cette histoire encore?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford

Inquisitrice Enchaînée
Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Luca, la ville qui ne dort jamais Dim 14 Oct - 1:06

L’annonce de la découverte d’un corps dans les rues de Luca était certainement une surprise pour Mélina, qui pensait jusqu’alors que la sécurité des habitants était assurée en permanence par les régiments de moines en faction, ainsi que la guilde maritime et les membres de la fédération de Blitzball.

L’Inquisitrice avait fait de son mieux pour rester impassible tandis que Naomi avait réagi très rapidement en s’enquérant de l’identité de la victime, émettant l’hypothèse d’une appartenance au clergé.

Fent parut surpris d’entendre ces mots, affichant d’abord une posture défensive, le dos droit et les poings serrés, avant de revenir se pencher vers elles en posant ses mains à plats sur ses genoux.


« Votre perspicacité en viendrait presque à être déconcertante. Malheureusement, vous avez vu juste. Le corps est celui du Sieur Fridion, un prêtre qui officie habituellement à Besaïd. J’ignore si vous le connaissiez, il est arrivé de Bevelle il y a de cela deux semaines pour affaires personnelles. Je n’ai pas été informé personnellement des raisons exactes de sa venue ici, du fait de mon rang relativement bas et de mes attributions. Tout ce que je sais, c’est qu’il était prévu qu’il reparte hier soir pour son île. L’enquête a été confié à un de mes supérieurs au sein de l’office du clergé hier matin, qui a commencé par interroger les habitants du quartier autour de la scène du crime. Il n’a pour le moment obtenu aucun témoignage qui pourrait nous aider, puisque à part celui à l’origine de la découverte, personne ne semble avoir remarqué quoi que ce soit d’inhabituel.
-Vous avez déjà une idée de ce qu’il a pu lui arriver ?
-Nous l'ignorons. Il a été vu vivant pour la dernière fois il y a quatre jours. Tout ce qu’on peut dire pour l’instant, c’est que le corps était encore en assez bon état compte tenu du lieu où il a été découvert. A priori, la mort ne remonterait pas à plus de deux jours avant qu'il ne soit découvert mais les résultats de l’expertise qui devait nous parvenir aujourd’hui devraient nous en apprendre plus... On attend juste que le médecin habituellement chargé de ce travail ne se manifeste.
-Il s’agit d’un cas difficile, j’en conviens mais... qu’avons-nous à voir dans cette affaire ? Pourquoi nous mettre au courant de tout ceci si même la population de Luca ne l’est pas ?
-Eh bien, j’espérais que l’une d’entre vous puisse m’en dire un peu plus sur la victime. Qu’il s’agisse de Dame Naomi et de ses connexions au sein du clergé ou bien vous, Mélina, qui avez dû parcourir les nombreux dossiers concernant la recherche des Inquisiteurs disparus. Mais à voir vos réactions, il semblerait que je me sois fait de mauvaises idées. Mes plus plates excuses, sincèrement. Vous impliquer dans mes problèmes n’était en aucun cas mon intention. Je n’ai pas beaucoup d’expérience à ce poste, j’ai agi de manière stupide et irréfléchie. »

Le jeune homme se passa nerveusement la main de ses cheveux, dévoilant au passage un cache-œil lui couvrant le côté droit. Son regard fuyant en disait long sur son état mental et sur ses intentions qui paraissaient en effet tout ce qu’il y a de plus louables.

Mélina ne connaissait pas le prêtre qui avait été retrouvé, n’ayant jamais rencontré ni entendu parler avant aujourd’hui, et vu ce que Naomi avait communiqué avec sa posture et ses expressions lorsque son nom avait été prononcé, il ne semblait pas non plus faire partie des personnes qu’elle avait côtoyé lorsqu’elle était à la capitale. L'inquisitrice ignorait comment Fent avait pu penser qu’elles seraient en mesure de l’aider, surtout qu’elles n’auraient jamais entendu parler de cette histoire s’il ne s’était pas présenté devant elles. Néanmoins, il fallait bien avouer que ces événements restaient préoccupants en soi, surtout dans une ville comme Luca.


« Vous disiez qu’un de vos supérieurs était en charge d’enquêter ?
-Oui. Enfin, à vrai dire, pas un de mes supérieurs direct. C’est un maître-moine qui s’occupe d’une des garnisons en poste. Le juge qui s’occupe habituellement des affaires comme celle-ci est en déplacement à l’extérieur depuis le matin qui précède la découverte du corps, il ne revient pas avant demain soir.
-Je vois. S’il s’agit d’un moine, c’est peut-être pour cela que les témoignages ne semblent pas vouloir affluer... Ecoutez, je ne vous promets rien étant donné que nous ne sommes pas censés rester ici plus que nécessaire car Dame Naomi a ses propres responsabilités mais s’il s’avère que nous venions à acquérir des informations sur ce qu’il s’est passé ou sur les agissements de la victime avant sa disparition, soyez assuré que je viendrais vous en parler immédiatement. Vous avez ma parole.
-Vraiment ? Vous ne pouvez pas savoir à quel point cela me réjouit de vous entendre dire ça, j’étais vraiment désespéré jusqu’à présent. Je pensais rester dans une impasse, aussi votre coopération dans cette affaire est grandement appréciée ! »

Fent s’inclina vers l’avant sur sa chaise jusqu’à faire basculer le haut de son corps devant son entrejambe, sauf pour ses deux bras qu’il avait au préalable placé sur ses genoux. Sa révérence effectuée, il se redressa, le visage désormais rayonnant.

« Soyons bien d’accord, ces mots n’engagent aucune de nous deux à enquêter sur ce qu’il s’est passé à la place des autorités locales. Une fois que nous avons accompli ce pourquoi nous sommes venus ici en premier lieu, nous quitterons la ville peu importe l’avancement de l’enquête.
-Oui, bien sûr ! Je ne vous oblige à rien mais en attendant que le magistrat officiel soit placé en charge du dossier et que l’enquête puisse reprendre dans de meilleures conditions, n’importe quel détail en rapport avec ce qui nous intéresse me sera utile. Sur ce, je vous laisse. Je retourne à la branche locale, vous pourrez m’y trouver si vous vous annoncez en arrivant... Avant ça, puis-je... »

Le jeune homme s’était avancé de quelques pas vers la porte avant de se retourner en indiquant du doigt le chariot de nourriture derrière les deux jeunes femmes.

« Mais enfin, vous pouvez bien attendre d’être sorti pour aller vous acheter à manger ailleurs ?!
-Même pas un petit morceau de...
-Retournez donc travailler, vous avez assez perdu de temps ici ! »

Fent afficha très clairement sa déception mais n’insista pas et s’en retourna vers la porte de la chambre, qu’il referma ensuite après être sorti dans le couloir.

« Pfiou ! Nous voici encore une fois au cœur d’évènements troublants, c’est le moins que l’on puisse dire... J’ai voulu nous éviter d’avoir à rendre des comptes mais maintenant que nous sommes au courant de cela, difficile d’ignorer ce qu’il s’est passé. J’espère juste que le coupable sera arrêté rapidement, avec ou sans notre concours... »

Mélina ramena le chariot de nourriture au milieu de la pièce, constatant avec amertume que les plats chauds qu’elle avait commandés avaient eu le temps de refroidir. Elle n’allait pas rechigner à les consommer tels quels mais elle aurait préféré pouvoir les déguster dans les meilleures conditions. Elle poussa de nouveau un léger soupir avant de s’installer sur le lit qu’elle s’était précédemment attribué.

« Je ne crois pas avoir posé la question avant que nous arrivions mais combien de temps avons-nous avant de repartir ? Compte tenu de ce qu’il s’est passé dans les ruines de Baaj, je veux dire ? Pensez-vous que l’Eglise vous ordonne de revenir à la capitale dans peu de temps ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi

Petite fleur de Yevon
Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Luca, la ville qui ne dort jamais Mer 17 Oct - 23:24

Méfiante, Naomi restait la plus silencieuse possible. Elle avait été assez perspicace quant au fait qu'un membre de l'église soit concerné, et bon forcément, dès que cela touchait l'inquisition, elle faisait attention à ce qu'elle disait, donc au final, il valait mieux qu'elle ne dise rien.

La conversation la mettait mal à l'aise, mais plus le temps passait et plus elle se demandait pourquoi ce type était venu? Elle avait eu un regard triste en entendant le nom de Sire Fridion, elle l'avait juste rencontré le jour de son arrivée, comme de coutume, il avait été à la rencontre de chaque membre du clergé pour se présenter. Il était plus âgé qu'elle, et elle l'avait trouvé assez froid à vrai dire.

«Je suis désolée, je vois de qui il s'agit, mais je lui ai à peine parlé. Je ne savais même pas qu'il venait de Besaid à vrai dire.» il faut dire qu'elle avait bien senti que ça le dérangeait qu'elle lui soit supérieure alors qu'elle était bien plus jeune que lui. Donc il ne lui avait pas parlé de lui.

Elle restait tout de même assez triste et baissait la tête en jouant un peu avec la ceinture de son kimono. L'idée qu'il soit mort restait une tragédie, qu'elle le connaisse ou pas, aussi elle n'écoutait que d'une oreille distraite le reste de la conversation. Au final, cet homme était venu pour rien, juste pour leur annoncer une mauvaise nouvelle ce qui l'avait déprimée.

Elle s'inclina légèrement pour le saluer quand il quitta la pièce, ne relevant même pas le côté amusant de le voir se faire rembarrer par une Mélina refusant de partager sa nourriture, puis elle se dirigea vers son lit quand il fut enfin parti.

«Hum... je ne comprends pas pourquoi il est venu. Si c'était juste pour nous annoncer la mort d'un membre de l'église, j'aurais préféré l'apprendre à mon retour à Bevelle...» elle prit un coussin entre ses bras, comme on serrerait un doudou «Je peux comprendre que tu sois membre de l'Inquisition et que tu aurais pu enquêter, mais tu es actuellement en mission. Beaucoup d'Inquisiteurs sont portés disparus, mais pas tous quand même... il aurait pu aller voir quelqu'un d'autre.»

Elle soupira, elle n'avait même plus faim alors qu'elle était affamée juste avant. Quelle poisse vraiment. Elle jeta un coup d'œil à l'énorme plateau que Mélina avait ramené, mais finalement ne comptait pas en prendre une bouchée. Elle était pâle, cette nouvelle l'avait bien plus anéantie qu'on n'aurait pu le penser. Lui annoncer comme ça la mort de quelqu'un quoi... elle n'était pas Inquisitrice elle, elle ne côtoyait pas la mort chaque matin avant le petit déjeuner!

Bref... elle n'écouta que d'une oreille distraite la question de son amie, mais ça eut le mérite de lui faire penser à autre chose

«Ben... il faudrait déjà savoir où aller. Si nous devons quitter Spira, je dois trouver une bonne raison c'est sûr. Cependant, sauf si l'enquête en cours détermine qu'un tueur souhaite éliminer les prêtres, je devrais pouvoir continuer à voyager... enfin je sais pas. Je suppose que je vais devoir me rendre à l'annexe de Luca pour me renseigner.» mais elle préférait quand même savoir avant où se rendre! Cette histoire de mine et tout, elle ne savait pas du tout où c'était. Si elle devait trouver une excuse pour quitter Spira, il valait mieux qu'elle sache pour aller où!

«Au pire, je peux déjà dire que je préfère quitter Spira pour ma sécurité. Ça peut être une bonne excuse même si je sais que ça ne suffira pas pour me permettre de m'éloigner autant de Bevelle.» elle était Grand Prêtre maintenant, pas une simple prêtresse... c'était plus compliqué.

«Je suis fatiguée.» elle se glissa sous la couette, autant dormir un bon coup, ça ne pourrait lui faire que du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford

Inquisitrice Enchaînée
Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Luca, la ville qui ne dort jamais Lun 5 Nov - 23:27

La réaction de Naomi une fois l’apprenti Juge parti n’avait étonné Mélina qu’à moitié. Il faut dire que la jeune prêtresse avait déjà suffisamment officié à cette position pour être en mesure d’exprimer de l’agacement lorsqu’elle venait à être dérangée par l’irruption d’un invité surprise.

« Cette histoire me déplaît autant qu’à vous, d’autant qu’il a lui-même indiqué qu’une procédure était en cours pour faire la lumière sur ces évènements, mais vu son agitation et ce qu’il laissé sous-entendre, je suppose qu’il craint que cet incident ne soit pas un cas isolé. Dans ce cas, on ne peut pas vraiment lui en vouloir de souhaiter nous avertir afin que nous prenions nos précautions. Le sort a malheureusement voulu que nous arrivions au lendemain de cette tragédie. Estimons-nous déjà heureux de ne pas compter parmi les victimes de l’individu qui a perpétré ces actes. »

Ces paroles eurent apparemment raison du moral déjà rendu bien bas par l’entretien qu’avait dû attendre Naomi, qui décida donc de laisser le plateau de nourriture tranquille, se contentant de répondre machinalement à la question qui lui avait été posé quant à la suite des opérations.

« En effet, compte tenu des circonstances, ils chercheront plutôt à vous rapatrier que de vous laisser partir sur un autre continent. Je suppose qu’il sera bénéfique de reparler de tout ceci à tête reposée. Je vais vous laisser prendre le temps de reprendre des forces. Je reviendrais vous voir plus tard. »

Mélina quitta donc la chambre après avoir vérifié que ses accès étaient sûrs, prévenant ensuite le moine qui avait pris la place du précédent qu’elle serait de retour dans peu de temps.

Elle quitta ensuite l’auberge, se rendant d’abord à la branche de l’église pour consulter les rapports de l’Inquisition sur les derniers évènements sur Spira. Lorsqu’elle en eut terminé avec ça, elle décida de se renseigner afin de connaître l’emplacement du corps du prêtre assassiné.

L’Eglise ne disposant pas d’une morgue dédiée à ce genre de situations, on lui donna l’adresse d’une clinique qui avait servi à entreposer le cadavre et pour y pratiquer l’autopsie avant sa crémation imminente. En entendant cela, Mélina s’était empressée de se rendre à l’adresse indiquée. Comme l’avait mentionné Fent, l’étape en question avait pris un retard important, empêchant que le corps ne soit disposé avant qu’elle ne puisse l’examiner en personne.

Elle ne put cependant voir le corps, car n’étant pas officiellement sur l’affaire. On lui confia cependant la tâche de faire parvenir le rapport d’autopsie tout juste rédigé aux moines réellement en charge. Cela ne manqua pas de lui laisser un gout amer mais elle avait en effet refusé de participer officiellement à l’enquête, aussi n’avait-elle aucune raison de se plaindre.

Après avoir déposé les documents à la branche locale, elle retourna à l’hôtel. L’après-midi allait se terminer dans peu de temps et elle n’avait toujours pas pris le temps de se délester un tant soit peu des restes de ce que la matinée lui avait laissé.

Naomi était toujours réfugiée sous ses draps lorsque Mélina rentra dans la chambre. Pour le moment, Mélina préféra lui laisser l’option de se manifester ou non par elle-même. En attendant, elle commença à ôter les multiples couches d’équipement et de vêtements qu’elle avait sur le dos. Après s’être reniflé l’intérieur du coude, elle estima qu’il était grand temps pour elle de se rafraîchir sous l’eau.


« A mon tour d’aller me laver. Cela me fera le plus grand bien, je pense. »

Elle n’attendit pas de réponse immédiate et finit de se déshabiller pour partir dans la salle de bain.
Malgré son envie d’en profiter autant que possible, elle ne resta pas plus d’une demi-heure sous le jet d’eau et après s’être séchée puis recoiffée, elle sortit de la pièce d’eau avec une serviette pour toute pièce de tissu lui couvrant le haut du buste jusqu’en bas des cuisses.


« Haaah ! On ne fera probablement jamais plus confortable qu’une vraie cabine avec un vrai système de canalisations... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi

Petite fleur de Yevon
Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Luca, la ville qui ne dort jamais Mar 13 Nov - 18:02

Moui, même si elle pouvait comprendre qu'il était question de la prévenir, au pire des cas, il aurait très bien pu n'en parler qu'à Mélina non? Après tout, elle était son garde du corps, donc c'était surtout elle qui devait être prévenue. Là, ben elle allait juste être stressée en permanence à regarder par-dessus son épaule, là où elle était presque sûre que l'inquisitrice allait parfaitement gérer la situation.

Boudant un peu, la prêtresse ne répondit plus à la suite, malgré les efforts de son amie, elle n'avait plus envie de parler et finit par s'endormir sous la couette. Peut-être que Mélina ne s'en était pas rendu compte puisqu'elle essayait de lui parler, surement pour lui changer les idées. Mais au final, les rêves de Naomi furent surtout des cauchemars où elle était en permanence poursuivie par un type habillé tout en noir sans visage et avec un couteau à la main. Notez qu'elle ne se souvenait même pas si le juge avait précisé comment il était mort...

Le lendemain matin, elle se réveilla très tôt - forcément pour s'être couchée avec les poules. Elle se frotta les yeux, pendant quelques secondes, elle avait oublié son malaise de la veille, mais en voyant que le soleil n'était même pas levé, elle se souvint qu'elle s'était endormie trop tôt et son visage se décomposa un peu. Elle regarda Mélina dormir, elle savait que si elle tentait de sortir de son lit, elle risquait de la réveiller, alors elle resta un moment comme ça, simplement assise jusqu'à ce que son ventre crie famine. Voilà, ça lui apprendra à être allée au lit sans manger.

Elle retira délicatement la couette puis essaya de descendre, tirant la langue pour se concentrer à faire le moins de bruit possible, puis elle se dirigea vers la porte sur la pointe des pieds, grimaçant en ouvrant la porte, ça n'avait pas loupé, Mélina s'était réveillée sur le qui-vive

«Pardon pardon!! Tu peux te rendormir, je vais juste me chercher un petit déjeuner!!» mais probablement qu'avec l'incident de la veille, elle serait pas super enjouée à l'idée de la laisser seule, alors finalement, Naomi prit le téléphone pour commander un room service et attendre sagement.

Retournant sur son lit, elle ramena ses bras autour de ses genoux en attendant que le petit déjeuner arrive du coup

«Je suis désolée pour hier... je sais que tu voulais me remonter le moral, mais je crois que je n'arriverai jamais à me faire à la violence de ce monde.» elle n'osait même pas la regarder à vrai dire «j'ai pourtant vu un petit extrait de vos entraînements, à vous les inquisiteurs... je ne sais pas comment tu fais pour supporter ça... mais l'idée même de prendre la vie de quelqu'un...» elle soupira encore, elle avait l'air profondément malheureuse «j'ai vraiment envie de partir... je vais rédiger une lettre pour signifier que je ne me sens pas en sécurité sur Spira et que j'exige de quitter le continent tant que cette affaire n'est pas résolue. Même à Bevelle, après les attentats avec la sorcière, je ne m'y sentirai pas en sécurité.»

Elle se tourna vers Mélina, espérant qu'elle comprendrait «mais il faudrait d'abord qu'on sache où aller avec l'énigme du Priant d'Anima... si je ne peux pas dire dans ma lettre où je vais, ils refuseront.» ce serait donc l'étape du jour, aller à l'auditorium en espérant avoir des informations sur ce monde...

On frappa à la porte, la jeune prêtresse laissa Mélina ouvrir, sécurité, sécurité! Et elles pourraient manger tranquillement, au moins à cette heure-ci, c'était très calme.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford

Inquisitrice Enchaînée
Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Luca, la ville qui ne dort jamais Ven 7 Déc - 1:46

Au final, Naomi n’avait pas bougé de son lit. Mélina comprit qu’elle n’en sortirait pas de sitôt après qu’elle n’ait toujours détecté aucun mouvement de sa part après qu’elle se soit changée.

S’étant revêtue d’une tenue nettement plus confortable, elle avait pris le temps qu’il lui restait avant la fin de soirée pour mettre de l’ordre dans les documents importants qui lui avaient été confiés en vue du rapport qu’elle devrait soumettre dans les jours à venir. La grande question était de savoir si, comme Naomi, elle serait capable de dissimuler leurs découvertes ou si elle devait tout de même glisser quelques mots à ce propos à l’adresse de Klavius. Le connaissant, il serait tout à fait capable de falsifier les documents qu’il rendrait à son tour à l’Inquisition et conserverait ces informations pour lui, en vue d’on ne sait quel plan tordu.

Après avoir pris quelques intenses minutes de réflexion, elle décida de garder tout ça pour elle. Ne seraient donc communiqués que les événements qu’elle et sa compagne avaient convenus ensemble dans les ruines submergées de Baaj.

Elle s’était ensuite couchée à son tour, en n’oubliant pas de terminer la nourriture qui restait sur le plateau qu’elle avait ramené en milieu d’après-midi.

La nuit passa rapidement et au petit matin, les bruits de pas se voulant discrets mais néanmoins suffisamment bruyants la faisant se redresser d’un seul coup, la couverture partant s’étaler au pied du lit après qu’elle l’ait littéralement jeté devant elle, tandis qu’elle avait commencé à se pencher pour attraper la chaîne qu’elle avait placée sous le matelas.

La prêtresse la rassura rapidement, permettant à Mélina de reprendre une posture moins agressive, gardant néanmoins la main sur les maillons d’acier.


« Oh... Eh bien, bonjour à vous. Ne vous inquiétez pas pour moi, je m’apprêtais à me lever, moi aussi. Les premières lueurs auraient sûrement tôt fait de me tirer du lit si vous n’aviez pas été debout avant. »

Lorsque Naomi fut de nouveau assise sur le lit, Mélina lâcha finalement la pièce de métal et se plaça face à son interlocutrice, écoutant attentivement ce qu’elle avait à lui dire.

« Vous avez raison de vouloir vous tenir éloigner de ces histoires macabres mais comme vous le dites si bien, le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui n’a rien d’idyllique. Votre rôle de prêtresse n’est de toute façon pas de prendre la vie des autres. Et ce n’est certainement pas non plus celui des Inquisiteurs, même si l’attitude de certains tend à suggérer le contraire. Aucun individu ne devrait mourir de la main d’un autre mais malheureusement, c’est quelque chose dont il est difficile de se défaire en tant qu’être vivant dans une société comme la nôtre... »

La commande passée par Naomi venait apparemment d’arriver puisqu’on toqua à la porte de la chambre. Mélina se leva, effectua les vérifications d’usage avant de refermer la porte derrière elle, amenant le plateau là où se trouvait la petite table et les chaises mises à leur disposition depuis leur arrivée à l’hôtel.


« Je suis de votre avis. Tant que nous ne disposons pas d’informations précises sur notre prochaine destination, inutile de nous précipiter. Prudence est mère de sûreté, tout particulièrement dans une situation comme la nôtre. »

D’un côté, il ne fallait pas provoquer la panique en déclarant vouloir quitter le continent hâtivement. De l’autre, les événements qui avaient précédés leur arrivée tendaient à suggérer de rester attentif à tout ce qui serait susceptible de leur causer encore plus de soucis qu’elles n’ont déjà tant qu’elles restaient à Luca.

Le petit-déjeuner se termina dans le calme. Elles pouvaient voir que le soleil commençait déjà à bien éclairer au travers des rideaux encore tirés, aussi vinrent-elles ouvrir en grand les fenêtres pour aérer la pièce. Alors qu’on pouvait déjà entendre les commerces et autres activités matinales s’agiter, les deux jeunes femmes eurent terminé de se préparer pour sortir. Mélina avait remis sa tenue habituelle, ne disposant de toute façon pas de vêtements de rechange.


« Bien ! Nous pouvons sortir quand vous le désirez. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi

Petite fleur de Yevon
Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Luca, la ville qui ne dort jamais Mar 11 Déc - 8:48

L’estomac encore un peu noué, Naomi eut du mal à manger, mais comme djéà, elle s’était passé de dîner la veille, il fallait bien qu’elle s’alimente, sinon elle n’aurait pas la force d’affronter tout ce qui allait se dresser sur sa route.

Elle s’excusa auprès de Mélina, pour son comportement, et sa lâcheté aussi... elle n’aimait pas du tout cette situation, mais elle n’avait d’autre choix que de l’affronter aussi. L’inquisitrice avait un avis assez tranché sur la question, et la jeune prêtresse hocha juste de la tête à cette idée. Aucun homme ne devait mourir de la main d’un autre. Pourtant, combien de criminels étaient envoyés dans le Via Purifico? Même si au fond, aucun homme ne les tuait une fois là bas, est-ce que ça ne revenait pas, malgré tout, à dire que le juge qui les y avait envoyés les tuait lui-même?

Elle préféra secouer la tête et chasser cette idée pour le moment. Elles avaient d’autres objectifs.

Le petit déjeuner prêt, la jeune femme alla s’habiller convenablement cette fois avec une tenue plus officielle, un kimono avec quelques broderies, avec une large ceinture qui montait jusque sous sa poitrine. Lissant un peu ses cheveux, elle était prête à partir.  


«Je suis prête. Direction, l’auditorium! » elle essayait de se montrer en tant soit peu enthousiaste, ce n’était pas évident au vu de la situation actuelle mais bon, il fallait faire avec aussi. En arpentant les rues de Luca, de nombreux passants la saluaient avec respect, d’autres ne faisaient pas attention, et Naomi se rendit compte qu’il devait y avoir beaucoup plus de gens qu’elle ne le pensait, qui venaient d’autres mondes. Surtout aux alentours du stade ou sur les marchés... elle les reconnaissait par leurs tenues assez inhabituelles!

«Hum... je me dis que si nous ne trouvons rien à l’auditorium, nous pourrons interroger les passants... il semblerait qu’il y ait des gens de tous les mondes par ici, non? Regarde cette tenue?» dit-elle en voyant une femme habillée d’un blue jean’ et d’un drôle de t-shirt déchiré en plusieurs endroits, seules les bottes pouvaient se trouver sur Spira...

Elles remontèrent la grande rue jusqu’à gagner l’auditorium, elles n’eurent pas de mal à obtenir l’autorisation sur les archives des différents mondes, mais vu ses maigres connaissances informatiques - quasi inexistantes à vrai dire - elle préféra aller consulter les archives papier. Autrement dit, la bibliothèque. Depuis la fusion des mondes, les chercheurs ne pouvaient plus trop consigner leurs données dans des sphères qui étaient difficiles à fabriquer à présent, alors ils devaient soit écrire, soit utiliser un procédé d’un autre monde, ramené par la Néo ShinRa, les ordinateurs. Mais ils étaient quand même à la traîne dans ce domaine.

Alors la bibliothèque. Il y avait des livres, ou des rouleaux, ça dépendait un peu de l’importance...


«Alors, il nous faut d’abord savoir au moins quel monde chercher... l’énigme parlait d’une terre mourante, on devrait commencer par là» elle se dirigea vers un plan de la bibliothèque qui indiquait où se trouvait quoi, elle s’orienta donc sur Héméra d’abord puisqu’il lui fallait des généralités, et elle commença à chercher des parchemins qui résumaient un peu l’état des mondes avant la fusion. Elle choisit par ordre alphabétique et lut donc quelques ouvrages sur Dol. Ça parlait de sorcières, de guerres, les chimères d’appelaient les G-Forces là bas, elle lut en diagonale un passage sur leur politique, mais à l’exception de Centra où il n’y avait presque plus de vie, ça ne parlait pas trop de terre mourante. Malgré tout, elle nota sur une feuille pour ses propres recherches, le Continent de Centra sur Dol. On ne sait jamais, si elle apprend qu’il y avait une mine là bas...

Le monde suivant était donc Gaïa, elle se demandait si Mélina avait fait des recherches dessus ou si elle avait procédé autrement?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Luca, la ville qui ne dort jamais

Revenir en haut Aller en bas
Luca, la ville qui ne dort jamais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ☆ New York, la ville qui ne dort jamais.» Mon lapin ne dort jamais :)» Pendant que la ville dort, j'hallucine !» [Astuce] Voir des caméra en direct ( parking , ville, ...)» Adieu Levan III du nom,on ne vous oublira jamais....
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Spira :: Spira Sud :: Luca-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives