Forum rpg basé sur les univers des FF IV, VII, VIII, IX et X.

Partagez

Brandt Sherman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nephilim

Admin Futée
Admin Futée

Nephilim
Fiches du joueur : Personnages
Angelo nol Daemari ★ Floe ★ Sire Zephirin ★ Suri Hawthorne ★ Yashiki Makunochi

Niveau : 2
HP : 222/222
MP : 22/22

Tableau d'évolution
MessageSujet: Brandt Sherman Brandt Sherman EmptyLun 18 Juin - 10:22

Fiche d'identité

• Monde d'origine: Hydaelyn
• Nom: Sherman
• Prénom: Brandt
• Âge: 21 ans
• Avatar utilisé: Astolfo, de Fate/Apocrypha et Grand Order

Description

• Alignement: Guerriers de la Lumière

• Description physique:
BrandtBeaucoup de puissance dans un petit contenant. La petite carrure de Brandt recèle une énergie et une force de volonté sans égal qui le pousse aisément au-delà de ses limites habituelles. Ne faisant d'ailleurs qu'un malheureux mètre soixante, ce paladin a parfois misère à se faire prendre au sérieux par des étrangers. C'est à croire que la puberté ne l'a jamais visité le pauvre, de son visage fin à ses membres gracieux. Né au Coerthas et y ayant passé la majorité de sa vie, le jeune chevalier en a conservé un teint clair et une peau satinée gardée sous le couvert d'épais manteaux et d'armures. Il ne s'agit pas simplement du résultat de ses gênes après, Brandt a toujours eu une nature coquette qu'il n'a pas peur de montrer. À commencer par sa chevelure rose entretenue avec autant de rigueur que son arsenal. Pour éviter d'être gêné par sa crinière, ou plutôt pour l'empêcher de l'endommager peut-être, il la garde en une longue tresse se terminant au niveau de ses hanches, retenue avec un ruban noir au bout. Deux autres rubans noirs et une mèche blanche lui ornent également la tête.

En descendant, ses fins sourcils roses eux aussi accompagnent ses expressions. Il en faut beaucoup pour ternir la lumière qui anime ces grands yeux violets. Ses traits anguleux et délicats et sa voix androgynes ont fort souvent tendance à porter confusion sur son sexe, et plus souvent qu'autrement, a tendance à se faire prendre pour une fille au premier abord. Qu'il soit amusé ou solennel, triste ou joyeux, il y a rarement occasion où Brandt n'a pas un sourire peint sur le visage, même en dormant, laissant souvent entrevoir ses canines un peu plus longues et prononcées que la moyennes.

Ses habitudes vestimentaires n'aident pas plus à clarifier sa condition qui plus est, qu'il soit en armure ou en vêtements plus casuels. On ne peut le qualifier autrement qu’excentrique à ce sujet, ou bien en partie tout bonnement pour amuser camarades comme passants. Pour commencer avec ses équipements destinés à se battre, il pousse parfois le vice jusqu'à porter une petite couronne sur la tête rappelant plus le couvre-chef d'une princesse que d'un paladin. De bonnes épaulettes bordées d'une cape rouge au col de fourrure noire lui couvre les épaules, et une épaisse tunique noire lui couvre la poitrine et se fait plus résistante que les apparences pourraient suggérer. Des gants et courtes bottes de plaques blanches protègent pieds et mains. Une ceinture à tassettes de plaques protègent ses hanches tandis qu'une jupe noire et un porte-jarretelles soutiens de longs bas de nylon noirs. Une apparence somme toutes singulière, mais Brandt préfère l'aisance de ses mouvements aux lourdes armures contraignantes de certains de ses camarades.


• Description psychologique:
Brandt est un optimiste et un romantique éperdu qui ne montre aucun signe ni envie de changer ou de faire de compromis là-dessus. Là où d'autres paladins suivent des codes de lois rigides ou bien leur ordre, ce garçon ne suit que les diktats de son propre coeur. Impulsif à l'extrême, la seule quête qui mène ses actions sont ses propres valeurs et idéaux. Frivole et aisément distrait, que ce soit par les plaisirs du monde ou simplement l'aventure, Brandt incarne le trait humain de la curiosité, dont la seule tempérance semble être une soif sans fin de rendre son sourire contagieux, que ce soit en protégeant les innocents ou consoler ceux abattus de chagrin. Une curiosité qui lui vaut fort souvent de tomber dans toutes sortes d'espiègleries ou de situations impossibles. Débordant d'énergie, le paladin agit avant de réfléchir, passant à l'acte selon ses désirs et ses humeurs, considérant mille erreurs préférables à un seul regret. Les raisons de ses propres actions lui échappe lui-même parfois, si ce n'est tout bonnement que par ses instincts. Cette personnalité lui vaut d'ailleurs d'être un incorrigible coureur de jupons.

Ce jeune homme épicurien vit au jour le jour, se concentrant sur le présent et ce qu'il a en face de lui plutôt que de grands idéaux futurs. Le fait de revenir à la vie sur un autre monde n'eut rien pour le décourager. Au contraire, il accueille cette occasion de l'explorer à bras ouverts. En bon vivant, voire même un peu trop, il se fait vite le centre d'attention avec une tendance à oublier les limites personnelles des autres. Il accueille avec allégresse n'importe quelle excuse pour une célébration et n'épargne pas d'efforts pour y donner autant de vigueur que possible. Quand il n'est pas occupé à suivre toutes les distractions du monde par contre, Brandt se montre dévoué à la vocation de paladin qu'il poursuit fièrement dans le but d'apporter un peu plus de lumière dans la vie des gens. L'idée de punir les mécréants est bien loin dans sa liste de priorités, mais le fait sans hésitation quand cela s'avère nécessaire à ses yeux.

Derrière son exubérance et son excentricité, Brandt est au fond un garçon bien simple, pour le meilleur et pour le pire. L'idée d'être blessé au combat ou de mourir l'effraie bien sûr comme tout le monde, mais ce n'est là rien à comparer des regrets de laisser ceux dans le besoin derrière. Par volonté seule, il poussera devant peu importe les probabilités contre lui, jugeant que le seul moyen d'accomplir l'impossible est de le tenter. Étant un esprit libre de nature, il n'hésite pas à faire cavalier seul s'il le doit, et l'on peut aisément mesurer sa loyauté par l'appréciation qu'il vous porte.


Histoire

L'histoire de notre héros en jupe débute dans la cité d'Ishgard, dans les quartiers de l'assize, là où vivent ceux qui n'étaient ni pauvres, ni confortables. Dans la société féodale d'Ishgard, le rang où l'on naît est bien souvent celui où l'on termine ses jours. Ces castes rigides ne permettent que de rares exceptions hormis le danger d'apporter le déshonneur à sa famille entière. La famille Hyure des Sherman furent soldats et chevaliers de bas rang de génération en génération, ceux qu'utilisent les familles plus nobles comme chair à canon pour élever leur statut. Comment? C'est injuste? Peut-être, mais il faut ce qu'il faut pour survivre quand une horde dragon cherche à anéantir votre civilisation. Le problème majeur avec les dragons, c'est qu'ils ont tendance à être immortels, et avoir la mémoire longue. Bref, pour en revenir au petit Brandt. En tant que soldat, il recevait les railleries de ses camarades en raison de son physique plus discret. Malgré de nombreuses proposition de considérer de devenir chevalier-ingénieur, il refusa catégoriquement à chaque fois, prêt à y mettre le travail qu'il fallait pour devenir un chevalier en bonne et due forme. La raison en était simple en fait, tout ce qu'il cherchait vraiment, c'était de voir à l'extérieur de la cité. Ce que beaucoup considérait comme la sécurité, Brandt percevait Ishgard comme une énorme prison. Peu importe à quel point être affecté à l'extérieur des murs était dangereux ou difficile, le jeune garçon brûlait d'envie de s'y rendre.

À force de persévérer, Brandt finit par devenir écuyer. l'opinion qu'il avait de ses congénères avait quelque peu changé depuis. Bien qu'il se faisait toujours ennuyer, c'était tout bonnement dans sa nature de le prendre de bon coeur, et puis il ne manquait pas de faire quelques coups lui non plus. Il mit les pieds dans la neige du Coerthas pour la première fois avec un mélange d'appréhension et d'excitation, des sentiments qui laissèrent place à la déception, quoique ses aînés ne manquaient pas de lui répéter qu'il ne pouvait être que content de ne pas rencontrer de dragons. La réponse ne lui était pas satisfaisante, bien que le fait d'enfin jouir d'un peu plus de liberté n'avait pas de prix. Il avait vu ces terrifiantes bêtes à écailles de loin à plusieurs reprises sans avoir encore croisé le fer, mais pour un baptême du feu, il sera bien servi.

Cachés dans la neige, les eibis blancs n'étaient pas les dragons les plus impressionnants, mais ils étaient certainement féroces, et la foudre dont ils étaient capables de projeter était dévastatrice. Des dragons plus que suffisants pour mettre en pièces un gringalet de seize hivers comme lui en quelques secondes. L'avant et l'arrière-garde de leur patrouille avait mordu la poussière avant même qu'ils ne comprennent ce qu'il se passait. C'était la main tremblante que Brandt levait son épée pour la première fois avec l'intention de tuer. Leur capitaine, un chevalier des Fortemps s'interposa pour porter le coup fatal à sa place. Il s'attendait à ce qu'on lui crie après, que l'on lui dise qu'il était une disgrâce pour les chevaliers ishgardais, mais tout ce qu'il vit quand le visage de l'élézéen, c'était un sourire empathique et sincère. Perdu dedans un moment, son corps se détendit avant d'être ramené au moment présent par un cri de guerre de la part du capitaine. Le corps de Brandt le suivit sans réfléchir, se jetant à l'assaut de ces bêtes cauchemardesques. Même au sol, le Fortemps n'en perdait pas ce sourire de gagnant, surtout quand le jeune écuyer se jeta à son tour en face de lui pour enfoncer son bouclier droit dans la bouche de l'eibis fautif. Le draconien s'apprêtant à cracher sa foudre hurla en se prenant un retour de courant, tombant en arrière, inerte. Bien des semaines plus tard, Brandt avait encore des papillons dans l'estomac en repensant au moment où il tendit la main pour aider à cet Haurchefant à se relever.

Durant son temps stationné au camp de la Tête du Dragon, le garçon prit les enseignements et entraînements du Fortemps avec une rare assiduité, lui qui avait en temps normal la tête haut dans les nuages à rêvasser des contrées au-delà des plaines enneigées de sa patrie. Sa motivation ne s'avérait pas pour son pays, mais pour les paroles de son modèle. Un chevalier se doit de servir et d'aider tous ceux dans le besoin. Une phrase fort simple, mais qu'il garda gravée sur son coeur. Si certains choisissaient de servir les familles nobles, la vieille pierre ou les statues, Brandt, lui, porta son serment sur les vivants, tout bonnement, et tant pis si on le trouvait niais et idéaliste, et tant pis si cela lui valut de presque mourir la première fois où il croisa des hérétiques. L'écuyer avait un rêve simple, celui de se voir lui et ses semblables libres dela prison que sont leurs murailles et leurs châteaux.

Deux ans plus tard, la première véritable épreuve du chevalier en herbe en sera hélas l'une des plus extrêmes. Après avoir senti le Coerthas entier secoué par le rugissement de la wyrm responsable de leurs malheurs, leurs ennemis envahirent avec une vigueur qu'il n'avait jamais vu auparavant, les barrières protégeant la capitale étaient en danger. Ce jour-là, Brandt découvrit ce que le mot peur voulait réellement dire quand l'ombre de leur adversaire les couvrirent entièrement. Un titan à écailles du nom de Vishap passa au travers de leurs défenses comme si elles n'existaient pas, requérant tout ce qu'il restait de poudre explosive aux templiers pour enfin arrêter ce colosse à quelques mètres seulement de leur dernière ligne de défenses. On appelait ceux qui avaient combattu et donné leur vie ce jour-là des héros, mais pour sa part, Brandt n'avait fait que survive, et cette victoire lui laissa un goût amer.

C'est pour cela que, dès l'instant où Ishgard retrouva place dans l'alliance des grandes compagnies, le chevalier se précipita sur l'occasion pour combler un poste aux casques d'argent d'Ul'dah, les paladins protecteurs de la famille royale. Il se faisait un élève assidu et talentueux malgré les apparences, mais hélas causait bien des maux de tête à ses mentors qui avaient du mal à contrôler ses mauvaises habitudes. Quand bien même qu'il se devait être défenseur du sultanat, Brandt semblait plus désireux de passer ses temps libres avec le petit peuple, voire même les miséreux. Ceux normalement effrayés par les lames de cuivre au service d'abord des riches trouvaient chez le garçon un visage réconfortant qui écoutait leurs problèmes sans discrimination. C'est d'ailleurs là qu'il découvrit la triste histoire d'Ala Mhigo et de ses citoyens dépossédés, écrasés sous la botte de l'empire. Il en était ému, et alla même jusqu'à participer aux combats du Colisée afin d'en faire plus pour eux au grand plaisir de ses organisateurs qui faisaient bonne publicité avec un casque d'argent qui se faisait en plus un noble (même de bas rang) ishgardais agréable à l'oeil. Ces gils étaient peu pour faire une différence marquante, chaque morceau de pain et chaque médicament qu'il pouvait amener était une petite victoire, partant souvent les poches pleines pour revenir avec rien du tout.

Après avoir mêlé sa vie à celle d'Ul'dah et de la famille royale, la nouvelle de l'assassinat de la sultane Nanamo Ul Namo lui tomba dessus tout aussi durement que ce Vishap. Le plus difficile à croire en demeurait les circonstances. Que les héritiers de la septième aube, les même personnes qui avaient sauvé sa patrie, en soient responsables lui était une notion tout simplement ridicule. C'est une semaine plus tard que l'un des plus puissants marchands d'Ul'dah se présenta à la caserne des casques d'argent désemparés. Le dénommé Lolorito avoua être l'un des complices impliqués dans ce régicide. Avant que les épées ne finissent d'être dégainées par contre, il assura qu'elle n'était pas morte, mais seulement dans un coma artificiel. Il fallut un effort surhumain à Brandt pour se retenir de lui séparer la tête de ses épaules sur-le-champ, mais ce petit serpent à la langue d'argent avait de ces tours dans son sac. Avec une liste, il exposa les autres impliqués qui, contrairement à lui, pensaient la sultane réellement morte. La tentation était grande de simplement prendre ces noms et d'aller frapper à leur porte un par un pour faire justice, mais la tempérance de ses supérieurs eurent raison de l'esprit brouillant du jeune paladin. Bien sûr, Lolorité n'agissait pas de manière désintéressée; il ne cherchait qu'à se débarrasser de compétiteurs, mais l'occasion de couper plusieurs têtes importantes de à l'origine de la corruption de la cité ne pouvait pas se laisser passer.

Pendant les mois où Ishgard continuait son combat contre la wyrm, Brandt avait sa propre hydre à vaincre ici. Il y avait quelque chose de regrettable de devoir agir dans le secret, mais dès les premiers résultats, le jeu en valait vite la chandelle. Chaque riche marchand disgracié, emprisonné ou exilé avec l'aide de leur informateur était une victoire qui faisait lumière sur leurs agissements détestables. Pots de vin, contrebande, trafic humain, assassinats, vol et rackets, la liste de coupables qui tombaient derrière eux était longue, et le jeune paladin reprenait espoir en pensant à avoir une Ul'dah plus belle encore à offrir à sa souveraine à son réveil. Entretemps, Brandt recevait toujours avec joie des nouvelles de sa patrie venant de sa famille et de ses compatriotes. Éventuellement, les nouvelles de la mort de Nidhogg lui était parvenu. S'il pouvait en être soulagé, le célébrer lui semblait une idée étrange, aussi détestable puisse être la wyrm. Celle de la mort du roi Thordan VII, par contre, ne l'étonna pas longtemps. Avec le recul, cet homme partageait tant de points communs avec les tyrans du passé et du présent dont il avait entendu parler. Sa seule foi était envers le le peuple et les templiers qui les protégeaient, et non pas les nobles ou l'Église. Celle de la mort de l'aîné de la maison Fortemps, par contre, l'ébranla suffisamment pour demander de retourner temporairement au Coerthas pour trouver sa propre famille.

Une autre année plus tard, la guerre entre l'alliance éorzéenne et l'empire de Garlemald éclate. Il semblait bien que là où un conflit se clôturait, un autre ne tardait pas à se déclarer. L'idée de libérer Ala Mhigo fit à nouveau son chemin chez les réfugiés. D'une certaine façon, bien qu'il s'agissait de la première fois qu'il mettait les pieds dans la province de Gyr Abania, il en avait entendu tant d'histoires, personnelles comme folkloriques, qu'il était dur de s'enlever de la tête de partager cette lutte avec tout autant de ferveur que ceux qui avaient eu à la fuir. Revoir des visages familiers de templiers venus prêter main forte ne pouvait que lui donner courage. Cette campagne de libération connut un lent début. Les combats étaient réguliers, mais sans de victoire décisive d'un côté ou de l'autre. La libération d'un autre pays se faisant sous son emprise; Doma, marqua cependant le véritable début de l'offensive de leur côté. Dès lors, leur marche vers la libération de la capitale se montra rapide, bien que non moins ardue, et les garlemaldais étaient prêts à leur faire payer chèrement chaque pas qu'ils feraient. Une tache noire sur l'empire se fera toujours ce qui se produisit à l'un des castrums majeurs que l'alliance prit d'assaut. Alors que leur ennemi semblait prêt à se rendre, un tir d'artillerie frappa la tour principale qui s'écroula en causant un massacre indiscriminé. S'il y avait une chose à garder de cet acte de barbarie, c'était le chaos sur le terrain où, ne serait-ce que pour un moment, ces ennemis avaient rangé leurs armes de côté pour en extirper les victimes, et mettant hors d'état de nuire les armures magitek toujours actives qui menaçaient des vies des deux camps.

L'histoire de Brandt sur Hydaelyn s'achève lors du siège final d'Ala Mhigo. Perdant la vie face aux machines de l'empire qui semblaient sans fin, il tenu bon la ligne pour protéger leur avancée jusqu'à ce son corps finisse par le lâcher sous les coups. Même dans ce tumulte de la guerre, il s'éteint paisiblement, assuré que rien n'arrêterait l'esprit de la rébellion qui les animaient. Le monde libre se dressait contre ses despotes à ce moment, et leur envoyaient un message clair qu'ils ne se laisseraient plus opprimer sans agir. Né d'une autre contrée, il avait partagé sang et larmes pour une conviction d'abord, celle de servir et d'aider ceux dans le besoin, peu importe qui ils sont, et où ils sont. Ouvrant les yeux sur un nouveau monde étrange, ses pouvoirs l'avait peut-être quitté, mais pas ses principes.


Test rp

x (seulement pour les personnages prédéfinis)

Et pour finir...

Quelques questions vous concernant:
• Votre vrai prénom dans la vraie vie?  -1
• Votre âge?  +1
• Comment avez-vous connu FF Rebirth? Ben c'est moi Shellie! :T
• Avez-vous lu toutes les règles? Y a t'il des choses que vous n'avez pas comprises? Au sujet de la création de techniques et de gemmes, est-ce qu'il y a moyen de consommer une gemme pour ajouter un effet valide à une technique déjà existante, ou est-ce que cela se fait seulement à la création de la technique?


Brandt Sherman 19040108572222262016184315
Gnar Gentleman - League of Legends (by Silverfox5213) || Super kitou de ouf par Crystal! ♡ ♡ ♡
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brandt Sherman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Clifford Brandt pete chodyè nan prizon Kwadeboukè ak plizyè prizonye» Haïti pris en otage par des « bandits légaux» LE PASSE , LE PRESENT ET LE FUTURE JAF 1 MEMBRE IMPORTANT DELA SALLE D EN HAUT !» Rangers NYR MARCHÉ» Carnet de bord de Sélené Sherman
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Pour commencer... :: Tout sur vos personnages :: Présentations Validées-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives