Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Entre Bloumécia et Lindblum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Entre Bloumécia et Lindblum   Ven 27 Oct - 12:34

Valéria et moi venons d'ici

======================================================

SchneidPrès d'une journée s'était écoulée depuis notre départ de la ville de la pluie. Ayant préféré faire la route à dos de chocobos plutôt que transporté par la gorgone et son chariot aérien, Valéria et moi avions enfourché une paire de chocobos, et avions suivis la route devant nous mener jusqu'à Lindblum.

L'eau s'était faites moins omniprésente, la température plus agréable, et malgré la brume surprenante qui s'était massée sur le chemin, la route avait même apporté son lot de rencontre.

Voyageurs, marchands itinérants, une troupe de bardes en partance pour Alexandrie même, sans oublier les quelques monstres que nous avions dut pourfendre pour pouvoir avancer.

Trois jeunes dragonfly face auxquels l'attaque glace de Valéria s'était avérée des plus dévastatrices, chose qui m'avait fait me rendre compte à quel point il me faudrait ajouter ce genre de technique à mon inventaire.

Fort heureusement, les chocobos que nous avions loués n'étaient pas du genre à être effrayés pour si peu, et même si le mien semblait toujours quelque peu s’essouffler à me porter tout en arme, nous avions déjà parcouru une bonne distance.

« Hola. Tout doux Pioupiou. »

Ce n'était pas moi qui l'avait nommé ainsi. Pauvre bête... Enfin, elle semblait porter son nom avec joie, alors bon...

Je tirais sur sa bride, lui ordonnant ainsi de stopper sa course au travers de la route de la Gorgone. La nuit commençait à tomber, il était temps de s’arrêter.

« Faisons un camp pour la nuit. »

Cela faisait un moment que je cherchais du regard un endroit approprié pour camper, et au travers de la purée de poix qui nous entourait, ce n'était pas une mince affaire, aussi il nous avait fallu avancer prudemment. Il n'était pas question de s'installer sur une piste de gibier, ou dans un nid de larvalar. Je voulais installer un campement, pas un buffet.

Mettant alors pied à terre tout en flattant l'encolure plumeuse de mon fier destrier tirant presque la langue d'une journée passée à me porter, je cherchais dans l'une de mes poches des friandises pour le réconforter. Un présent qu'il apprécia à sa juste valeur. En quelques secondes, ma main était vide à nouveau.

« Tu vas t'étouffer à manger si vite. »

Quelques caresses sur les ailes et sur le dos, et je le tirais par sa bride derrière moi pour aller rejoindre la magicienne commençant à décharger le sien de nos nécessaires de campement.

Des peaux de bandsnach, des longs carrés de cuir de fabryce, de la ficelle, des branches ébarbées, et voila que nous commençâmes à monter la tente. Une tente fort chaude pour notre emplacement, mais au moins elle était spacieuse et confortable, et surtout, elle nous protégerait de la pluie si jamais elle se décidaient à revenir nous hanter pendant la nuit.

« Je vais aller chercher du bois, de ton coté occupe toi du feu d'accord ? »

Autant être prévoyant, nos réserves de bois n'étaient pas infinies, et il n'était pas dis qu'il y ait encore des arbres plus en avant sur le chemin.

Dragonslayer dans mon dos, et après avoir attaché la bride de Pioupiou à une branche, je partis fagoter non loin du campement, je ne voulais pas me perdre, ni être loin en cas d'attaque de monstre, après tout, qui savait ce qui pouvait bien se cacher dans la brume ?

N'ayant pas spécialement besoin de m'éloigner de la clairière où nous avions établis notre campement, j'écoutais la magicienne chantonner alors qu'elle utilisait sa magie pour allumer le foyer illuminant alors nos environs, chose qui ne m'étonna guère. En toute honnêteté, elle était plus douée en magie qu'en camping, et puis, cela lui faisait de l'exercice magique.

Quelques coups de Dragonslayer sur un vieil arbre ayant besoin d'une taille de printemps, et voila que je revenais au campement, les bras chargés d'une dizaine de bûches plus que suffisante pour la nuit que nous aurions à passer en ces lieux.

« Voila pour le feu. Et maintenant, le plus important, le repas. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Entre Bloumécia et Lindblum   Lun 6 Nov - 11:41

Je suis partie d'ici avec Schneid à dos de Chocobos

[Sorry pour le retard. ]

Valeria
Une bonne journée s’était écoulée depuis leur départ de Bloumécia. Pérégrinations au fil desquelles le climat avait affiché ses premiers changements. Ainsi à la pluie omniprésente de la cité de l’arbre sacré avait succédé un temps plus sec, tout juste ponctué, çà et là, de bancs de brumes. Phénomène assez surprenant pour que la blonde voleuse le consigne dans ses carnets de route, se jurant se pencher à l’avenir sur la signification d’une telle particularité.

Quant à la vie, elle s’avérait riche et intéressante. Que ce soit au travers des voyageurs porteurs de flots de renseignements ou même de la faune. Quoique le temps, une nouvelle fois, leur manquait pour s’attarder plus que de nécessaire en bavardages. Aussi limitèrent-ils leurs échanges au strict nécessaire que ce soit en parole ou en fait d’armes, si l’on pouvait qualifier l’usage de la magie en ses termes.  

Ainsi, le jour commençait sérieusement à décliner quand Schneid donna le signal de l’arrêt, au grand soulagement de sa monture. Il fallait le reconnaître, au jeu du hasard, le pauvre Pioupiou avait grandement manqué de chance, tirant le plus mauvais lot tant la différence de masse entre Valéria et son ami de toujours était plus que frappante.

Flattant l’encolure de Serre du Désert, la magicienne se laissa simplement glisser le long du flanc de l’immense volaille. Pas la moindre trace de fatigue chez elle contrairement aux signes plus que révélateurs qu’affichait l’autre animal. Et s’en approchant alors que son compagnon inspectait plus que soigneusement les lieux, elle lui offrit une nouvelle rasade d’eau additionnée de fortifiant. De quoi l’aider à tenir pour les jours suivants.

« Chut… Doucement, cela va aller. Une bonne nuit de repos et tu repartiras au mieux. »

Mots auquel l’animal répondit par un brusque mouvement de cou. A les voir, on aurait pu croire la jeune blonde prise de folie mais il n’en était rien. Qu’importait que les chocobos ne la comprenaient pas. L’essentiel était le ton sur lequel elle parlait, l’attitude qu’elle affichait pour réconforter et encourager les animaux. Après tout, on les leur avait prêtés et il serait très mal venus de les rendre en mauvais état.

Etat qui n’avait rien de préoccupant de la part de Serre du Désert au vu des coups de bec qu’elle lui balança dans le dos en mode "Occupes-toi un peu de moi, c'est moi ta monture et pas le Pioupiou". Attitude qui fit presque éclater de rire la jeune femme. Un oiseau qui pouvait s’avérer être jaloux d’un autre avait de quoi détendre l’atmosphère alors qu’elle répondait à Schneid.

«Oui, oui, je m’en occupe, le temps de calmer la volaille !!! »

Et un autre rire cristallin suivit. De quoi égailler la soirée à venir avant que la voleuse adepte de magie ou la magicienne chapardeuse, selon les envies des uns et des autres, ne se penche enfin sur le feu. Rien de vraiment complexe à réaliser. Un simple mot et tout prenait feu…

« Oups… »

Laissa-t-elle s’échapper quand une flamme un peu trop vive lui effleura le visage, brûlant dans la foulée la pointe de l’une de ses mèches blondes. De quoi lui rappeler à quel point cet élément pouvait être dangereux et revêche. Tâtant un instant sa longue chevelure et surtout les mèches entourant son front, elle finit par lâcher un soupir de soulagement.

«Décidément, tu m’en veux toi… »

Bon, parler au feu ne pouvait pas paraître plus sain que de parler aux animaux mais c’était aussi ainsi que s’exprimaient ses pensées et ses résolutions surtout quand elle se croyait seule. Schneid l’avait-il déjà surprise en ce genre de manifestations ? Elle ne le savait pas vraiment et sans doute ne perdrait-il pas de temps avec ce genre de comportement fantasque qui avait toujours été le sien. Sans doute aussi le fait de devoir se taire trop souvent, se faire plus que silencieuse y était aussi pour quelque chose.

Souriante en entendant le pas lourd de son ami, elle s’activa de nouveau. Mieux valait qu’il ne remarque rien. Souhait que la brume plus qu’opaque par instant avait toutes les chances de rendre possible. Tout comme le prouvèrent les premiers mots du jeune homme.

« Quand tu veux, tout est prêt et les broches n’attendent plus que toi pour se faire à dorer… »

Déjà de premières odeurs avaient commencé à s’élever alors que de l’eau chauffait dans une casserole de voyage
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Entre Bloumécia et Lindblum   Lun 20 Nov - 9:24

SchneidAh, la vie au grand air… Une expérience inoubliable, et sans cesse renouvelée.

Je me souvenais encore de ma première fois. Lorsque j’avais découverts que plus noir encore que la nuit, il y avait la nuit noir. Lorsque pour la première fois livré à moi-même, sous une pluie qui tempêtait tout autant que mon ventre, je m’étais mis à butiner de buisson en arbrisseau, stockant baies et petits gibiers.

Ah mes premières constructions… D’un peu de paille tressée, et d’une brindille robuste, j’avais fait un redoutable piège à lapin. Ma sagacité avait apparemment fait de moi un homme parfaitement taillé pour les expéditions extérieures, d’autant que quelques carottes aidant, ces lapins imbéciles se laissaient piéger avec une déconcertante facilité.

Ah quelles belles journées que ce furent. Je me souvenais encore avoir jadis contemplé les immensités sauvages avec un regard de possédant. Ces forets devenaient mes forets, ces plaines nourrissaient mes bêtes, et ce monde inconnu était désormais sous mon empire bienveillant. Comme s’il suffisait que je le décrétasse pour que tout m’appartinsse.

Cependant, bien vite, je dus déchanter. Le temps filait si vite, et je construisais si peu. Je m’étais imaginé me construire cabane en bois dans les arbres avec pont de singe assorti, me mitonner de formidable festin de viande et de poisson, mais la réalité fut tout autre.

Sous ma première pluie nocturne, je dus m’assoir sur ma fierté, et sur le sol trop frais. Et manger mes quelques baies avec toute l’humilité du chasseur-cueilleur prit au dépourvus…

Un souvenir auquel je pensais à présent avec nostalgie.

Tant de nuit avait suivies, et fort heureusement, beaucoup d’essai plus fructueux avait été réalisés.

Désormais, plus habile que le plus malin des cro-magnon, la facilité avec laquelle je me rendais maitre des flammes eu fait baver d’envie mes simiesques ancêtres.

« Parfait, commençons par les lapins. »

Les baies se conservaient plus longtemps, et puis leur petites fourrures seraient les bienvenues pour tout ce qui toucherait à l’ascension de sommet disons plus… inhospitalités.

Fort peu adapté aux travaux de ce genre, je déposais donc Dragonslayer sur mon côté, puis tirant ma dague, entrepris de préparer notre diner.

Des patates, des herbes, du lapin, de l’eau, de la bière, et voilà que je faisais frémir un délicieux ragout devant lequel il m’était de plus en plus difficile de ne pas répandre ma salive.

L’eau à la bouche, et le ventre grondant, je portais à mes lèvres le résultat de mes efforts, et d’un grand sourire, annonça à Valéria qu’il était temps de passer à table.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Entre Bloumécia et Lindblum   Lun 4 Déc - 10:10

Valeria
Ah ?

S’était-elle retenue de prononcer. Des broches, on passait au ragoût. Une surprise plutôt alléchante connaissant les talents culinaires de son robuste compagnon. De quoi surprendre à la vue de sa carrure et ses manières de mercenaire endurci mais qui n’avait aucun secret pour la blonde magicienne. Souriant ainsi, la jeune femme aviva encore davantage le feu prêt à accueillir le plat que se préparait à cuisiner Schneid.

Ceci fait, elle retourna auprès des chocobos qui présentaient de multiples signes d’agitation. Sans doute était-ce du à la présence relativement proche de tout ce qui pouvait se dissimuler dans le brouillard. Chose que la blonde voleuse pouvait parfaitement envisager. Son art lui avait appris la plus haute méfiance surtout au cœur de tout ce qui n’était pas visible. Se tapir dans les manteaux de brume ne pouvait qu’être tentant aux yeux des prédateurs de tous poils ou plumes.

Deux chocobos aussi grands ne pouvaient qu’être attirants. A moins qu’il ne s’agisse de l’odeur alléchante se dégageant de la préparation presque achevée de son ami de toujours.

Il fallait reconnaître que son fumet embaumait à merveille la nuit. Une invitation au chapardage voire à l’attaque s’il s’agissait d’êtres plus nombreux ou plus menaçants d’un simple quémandeur égaré dans la brume.

Détachant alors les deux énormes volatiles, Valéria les rapprocha davantage du brasier, les gratifiant de moult caresses au passage. De quoi les apaiser tout en leur apportant un surplus de chaleur plutôt bienvenu en cette nuit humide.

« Voilà, cela devrait aller mieux ainsi. »

Faisant glisser ensuite son aiguille d’Onyx en sa paume, la jeune femme murmura doucement dans les ombres de la nuit. Aussitôt un cercle de glace se déposa sur le sol, entourant l’ensemble du campement d’une longue surface glissante suffisamment discrète pour prendre au dépourvu n’importe quel importun.

Satisfaite du résultat et de sa maîtrise de plus en plus puissante de la glace, Valéria rejoignit son ami Schneid sortant deux bols de l’un de leurs sacs de voyage.

« Quel fumet… Rien qu’à le humer, j’en ai l’eau à la bouche. »

Et lui tendant les deux bols, elle ajouta.

« Tes talents sont si vastes. J’aimerais en dire autant… »

Une phrase qu’elle aurait préféré garder pour elle. La perte de ses pouvoirs avait été un coup assez rude, la faisant plonger dans une déprime passagère qui parfois revenait sans qu’elle n’ose réellement en parler. Cela aurait été un supplément de souci dont le pauvre Schneid n’avait nul besoin d’ennui supplémentaires.

Il fallait juste qu’elle se donne le temps de trouver une autre voie, un autre défi qui lui permettrait de reprendre confiance en elle. Faire le deuil de son ancienne vie et aller de l’avant…

Et puis, elle était avec Schneid, rien ne comptait plus pour elle et s’empressant de passer à la suite, elle remplit les deux bols.

« Voilà, ce serait un crime de ne pas faire honneur à ta cuisine. Si l’envie de te prend un jour de te fixer, nous pourrions sans souci ouvrir une auberge ou bien aller de ville en ville vendre autant tes plats que tes talents de combattants. »

Et souriant soudain…

« Auxquels, je pourrais ajouter mes dons en matière de soins et de préparations de baumes si je trouve l’occasion de développer aussi cela. Aider les autres autrement qu’en dévalisant les plus riches… Tant de choses restent encore à apprendre. »

Se créer une nouvelle vie, c’était de cela dont avait aussi le plus besoin Valéria. Reprendre une part de lumière même si son passé de voleuse la poussait encore à chaparder certaines choses. Les habitudes avaient la vie dure…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Entre Bloumécia et Lindblum   Ven 8 Déc - 13:51

Schneid« A taaaaaaaaaable ! »

La voix portante, presque autant que les grondements de mon estomac, j'appelais la magicienne allait cherché nos bêtes pour venir partager notre souper.

Elle qui avait déjà sortie les broches semblait avoir été presque dépitée par ma préparation d'un ragout, mais aux premières effluves lui ayant effleuré les narines, je compris que sa déception était passée.

« Tu dis ça pour que je te complimente, pas vrai ? »

Taquinant la magicienne dont je commençais à connaitre les ficelles après tout ce temps, je la savais aussi prompte à pouvoir remonter le moral des autres qu'à pouvoir sombrer dans son propre désespoir, et le tout, avec une vitesse qui encore aujourd'hui me laissais des plus perplexes.

« Crois moi, tu n'as pas besoin de cela. Tes talents sont autres, mais ils sont là. Après tout, si tu as perdu l'essentiel de ta magie d’antan, au moins tu demeures capable de lancer des sorts. Ce qui n'est pas mon cas. »

A chacun ses talents, les miens étaient plus avec une épée dans les mains qu'avec une baguette.

« Ah voila un discours qui me plait d'avantage, en plus d'idées des plus intéressantes. Un jour pourra venir où je cesserai de battre la campagne et d'etre un mercenaire. Mais ce jour n'est pas arrivé, et il n'arrivera pas tant qu'il me restera CETTE tache à accomplir. »

Nul besoin d'en dire plus. Valéria savait de quoi je voulais parler.

Et portant alors le bol à mes lèvres gourmandes, je n'eus que le temps d'en savourer l’arôme avant qu'un bruissement en provenance de la brume devant nous me fasse réagir.

Ce n'était pas Valéria, ce n'était pas les chocobos... Une attaque !

laissant choir mon bol pour me saisir au plus vite de Dragonslayer, je lançais un premier mouliner devant moi dont le seul but était de ventiler la brume nous masquant encore notre cible, lorsqu'une large gueule cernée de croc vint intercepter ma lame.

« UN CROWLER ! »

Pivotant sur moi même pour arracher mon arme à l'étreinte humide de la créature, j'amorçais du même coup ce qui allait être ma première attaque, à savoir un grand coup dans le museau !

« MOUAAAAAAAAAAAAAR ! »

Récap de tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Entre Bloumécia et Lindblum   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre Bloumécia et Lindblum
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Héra :: Continent de la Brume :: Route de la Gorgone-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives