Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Ba’Gamnan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Ba’Gamnan   Jeu 19 Oct - 12:08

Fiche d'identité

• Monde d'origine: Ivalice.
• Nom: —
• Prénom: Ba’Gamnan.
• Âge: Inconnu. Probablement au-delà de la trentaine, si ce n’est pas davantage, les Vangaas ayant une longévité pouvant aller jusqu’entre 1.5 à 2 fois l’âge humain, il pourrait bien avoir cinquante piges aussi.
• Avatar utilisé: Ba’Gamnan de Final Fantasy XII.

Description

• Alignement: Guerrier du Néant.

• Description physique:
VaangaSur Ivalice, le terme raciste le plus péjoratif qui soit pour un Vangaa, c’est «lézard». Il y a de nombreuses raisons à ça, mais il faut bien admettre qu’en dépit de la pauvre réputation de ce terme vulgaire chez cette race d’Ivalice, eh ben, c’est vrai. Ce ne sont ni plus ni moins que de gigantesques reptiles marchant sur leurs pattes postérieures et ayant la modestie d’enfiler un pantalon et parfois un t-shirt à leurs heures perdues.

Mesurant pas loin d’un mètre quatre-vingt, ce grand gaillard doit bien peser lourd avec la fermeté de ses muscles et les écailles qui recouvrent son corps, bien qu’on ira pas jusqu’à mettre un chiffre dessus parce que pourquoi se prendre la tête. Bien portant et, comme ses camarades Vangaas, fort de sa puissance physique, Ba’Gamnan laisse voir le sillon de sa musculature essentiellement sur ses bras nus et de son torse où seules des ceintures en cuir se baladent en guise de pseudos protections, entourant son thorax en se croisant dans son dos.

Pour en revenir à ses écailles, elles sont majoritairement vertes scintillantes, et couvrent l’entièreté de sa personne. Son dos est totalement vert, ainsi que le dessus de son crâne. Des traits orangés viennent joliment (?) se graver sur ses épaules et son visage, entourant ses petits yeux reptiliens dont les teintes ondulent entre le marron et le jaune. Les écailles de sa gueule, ses bras, pattes postérieures et torse jusqu’à son ventre sont, cependant, blanches. Ses mains sont également invisibles, cachées sous de longs gantelets de métal aux griffes acérées.
Il semble avoir le dos légèrement voûté en permanence bien que ce n’est là que la posture naturelle des Vangaas.

A croire que son regard fut sculpté dès la naissance pour lui donner un air constamment frustré ou sceptique, ses petits yeux, dont la pupille n’est rien de plus qu’une ligne fine à la verticale, se dessinent en petits points brillants qui observent et scrutent en tout temps. Tout près de là, on devine ses longues oreilles qui tombent, percées d’anneaux çà et là, de chaque côté de son crâne.
Juste au devant, son museau s’allonge, couvert par une plaque métallique en guise de protection contre les assauts ennemis. Ses dents acérées se devinent sous ses babines, et quelques piercings sous forme d’anneaux en métal viennent se mêler à la danse, décorant sa lèvre inférieure. Une langue bien fourchue, dans tous les sens du terme, se cache derrière ses crocs.

Niveau vestimentaire, Ba’Gamnan ne s’enquiquine ni de mode ni de modestie. Un simple pantalon en toile beige-orange assez ample vient couvrir ses jambes, avec une grosse ceinture à boucle grossière en métal bien solide qui s’étend sur son ventre et descend en une pointe venant protéger les seuls bijoux qu’il n’a jamais volés. Bah oui.
Ses pattes sont cependant nues, avec de longues griffes aux orteils. La forme de ses pieds ne suggère absolument pas le port de chaussures de toute façon. Il se tient d’ailleurs toujours sur la pointe de ses pieds, ne posant jamais le talon au sol.

Et pour finir, détail tout à fait reconnaissable de la race à laquelle il appartient si on arrive à passer outre les écailles qui le couvre de la tête aux pieds, Ba’Gamnan possède une longue et épaisse queue dorsale. Le dessus est aussi vert que le reste de ses écailles, mais le dessous se dessine en blancheur comme pour son abdomen.

• Description psychologique: L’idée qu’on se fait d’un chasseur de tête, ce n’est pas nécessairement un enfant de cœur. Pas du tout même. Ba’Gamnan, c’est le chasseur de primes qui chasse les chasseurs de primes… Vous suivez ? Cruel, malintentionné, mauvais et rancunier, le Vangaa au caractère sanguinaire est ni plus ni moins un adversaire de taille, un traître haut la main, et un meurtrier. Il n’hésite pas une seconde à se salir les mains si c’est pour une promesse d’une meilleure paie. L’argent, c’est son bonheur, son Saint-Graal, les gils, les trésors et les récompenses, c’est ce qu’il recherche, quitte à tuer quelqu’un pour obtenir la récompense à leur place - et ce, sans scrupule.

Ba’Gamnan ne regarde jamais en arrière. Ce qui est fait est fait. La mort de quelqu’un ne le touche pas plus que ça et depuis toujours, il a toujours agit pour son propre chef. Il juge la valeur des autres selon l’utilité que ceux-ci peuvent bien avoir vis-à-vis de lui. Utile ? Il vous laissera en vie pendant un moment et retiendra ses frères et sa sœur de vous torturer. Inutile ? Prenez garde à vos paluches et plus généralement au reste de votre corps parce qu’il n’en donnera pas cher ! Sa fratrie apprécie effectivement torturer ses cibles et si Ba’Gamnan décide qu’il n’a plus rien à voir avec vous… si ce n’est pas la mort qui vous attend, ce sera des blessures très graves.

Son comportement ne lui permet absolument pas le pardon, il refuse même de pardonner à quelqu’un, estimant, comme de nombreuses autres émotions futiles, que le pardon n’est qu’une ineptie et une invention des faibles pour oublier les vieux griefs. Quiconque oserait faire un acte de félonie à son encontre aurait de quoi avoir peur chaque jour de sa vie. Car personne ne trahit Ba’Gamnan. Personne !

On devine assez rapidement que c’est un être très imbu de lui-même. Il ne pense qu’à sa poire et se fiche bien de son voisin. Ba’Gamnan possède ses objectifs, ses buts, et il passera outre tous les obstacles pour y parvenir. Il n’est pas connu comme étant le chasseur de primes qui n’abandonne jamais sa proie pour rien ! Jamais il ne laisse tomber une cible sur laquelle il a jeté son dévolu. S’il a décidé d’abattre quelqu’un ou quelque chose, rien ne l’empêchera de parvenir à ses fins, peu importe le temps qu’il faudra pour y arriver. Sa détermination est incroyable. C’est ce qui fait de lui un véritable chasseur de haut rang.

Pourtant, il n’est pas si sans-cœur qu’on pourrait le croire. Le jour où il laissa la jeune Penelo s’esquiver après s’être aperçu qu’elle ne lui servait à rien - oui parce qu’il l’avait capturé en pensant qu’elle était précieuse aux yeux de sa Némésis, Balthier - il l’a simplement laissé partir sans la blesser. Un moment de faiblesse ou juste un instant d’absence ? Dur à dire, mais il faut croire qu’il ne tuerait pas un bébé de sang-froid. Tant qu’on ne le paierait pas suffisamment pour le faire en tout cas.

Parce que oui Balthier, bordel, parlons-en. Balthier est la cible préférée de Ba’Gamnan. Il le poursuit et compte bien le suivre au travers ces fichues planètes jusqu’à réussir à l’abattre un de ces jours. S’il y a une chose que Ba’Gamnan déteste, c’est de se faire voler quelque chose, que ce soit matériel ou autre. Et ce maudit pirate du ciel lui a chipé une prime des plus prometteuses sous le bec !
Depuis, autant le dire, Ba’Gamnan a un grief très lourd contre l’héritier de Cidolfus. Il souhaite l’abattre, lui et sa compagne, en guise de vengeance pour avoir osé l’avoir humilié et lui avoir dérobé une si belle récompense avec une telle désinvolture ! Il déteste Balthier, et son groupe d’amis aussi depuis les événements aux Mines de Lhusu et par après. S’il viendrait à les croiser, pour sûr qu’une bataille s’ensuivrait, car Ba’Gamnan fonctionne un chouïa sur l’impulsivité, surtout quand il voit son ennemi juré devant lui et qu’il entrevoit l’espoir d’enfin en finir avec ce fils de péripatéticienne.

Auparavant, même si ce n’était pas le plus grand modèle de frangin - sa fratrie était aussi cruelle que lui, mais elle la suivait majoritairement parce qu’ils avaient les boules de lui honnêtement - il appréciait ses frères et sa sœur et les défendait contre la mort si nécessaire. Certes il avait tendance à utiliser la violence pour se faire comprendre mais eh, qui aime bien châtie bien ?

Ce Vangaa aux grands airs qui aime l’argent est aussi une créature extrêmement fière. Il a horreur d’être humilié, on comprend vite qu’il ne laisse aucun passe-droit et que quiconque se moque de lui se retrouvera avec son courroux sur le dos. Ça ne paraît peut-être pas, mais pour les gens qui l’enquiquinent, il a une sacrée bonne mémoire. Et sa rancune fait que même des années plus tard, il vous dépècera pour avoir osé rire de lui ne serait-ce que dix secondes de trop.

Alors bon on comprend vite que ce mec a très mauvais caractère. On ne lui trouve que de trop rares qualités. On notera qu’il est rusé, rapide à réfléchir en combat et d’ailleurs, qu’il est très doué pour combattre. Il aime combattre, mais c’est une chose normale pour un chasseur de têtes. Il apprécie l’euphorie de la bataille et le feu que transportent les élans d’un affrontement sur le vif ! Il adore être emporté par l’adrénaline de la baston et éprouve une véritable joie à frapper avec sa scie circulaire, une arme inventée par ses soins et portant un nom similaire au sien.

Et en guise de passe-temps, il apprécie récupérer des chasses et gagner les récompenses qui vont avec. Logique.
Cependant, il n’est pas très friand de la concurrence, on l’aura compris. Il a un esprit de compétition un peu trop dévastateur pour les pauvres gens qui oseront se dresser sur sa route lors d’une chasse. Ba’Gamnan est extrêmement égoïste et ne pense qu’à lui, et son avarice fait que s’il a de l’argent en vue, il éliminera quiconque se met en travers de sa route pour arriver à son but. C’est comme ça, et il ne compte certainement pas changer pour les beaux yeux de quiconque.

En gros pour aujourd’hui, ses objectifs sont simples ; retrouver sa fratrie, trouver Balthier, ou gagner des primes. Ça va, il a de quoi faire. En ce qui concerne ces histoires de cristaux et de vœux, il s’en bat les tripes. Protéger le monde ou l’anéantir, bah ! Sottises ! Ba’Gamnan préfère récupérer la thune qui traîne pendant que la guerre fait rage…
Parce que les gils au moins, ça vous trahit pas.

Histoire

La vie n’est pas juste, et c’est comme ça. On peut probablement le deviner, Ba’Gamnan n’a pas exactement eut une enfance de rêve et c’est probablement ce qui a fait de lui la racaille sanguinaire qu’il est aujourd’hui - non pas qu’il irait le raconter à quiconque. Premier né d’une fratrie de quatre enfants, il fut très rapidement délaissé par ses parents dans les vieilles rues d’une ville dont il ne se souvient pas du nom. Etait-ce Rabanastre, était-ce Nalbina, était-ce Bhujerba, bonne question ! Mais c’était une ville, ça c’était sûr.

Déjà de base, Ba’Gamnan a toujours eut mauvais caractère. C’était un petit Vangaa intrépide, direct et farouche, qui ne craignait absolument pas l’adversité. Il se battait avec les autres jeunes du quartier et se fichait bien de se manger des torgnoles dans la gueule. Il voulait faire le fort, il voulait avoir l’air plus malin et il voulait faire peur aux autres. Il voulait vraiment intimer le malaise chez ses ennemis et pouvoir observer avec satisfaction l’anxiété qui naissait sur le visage des gens qui daignaient se moquer de lui ou s’opposer à lui.
Bref, déjà bien jeune, il était un petit voyou, un sale gamin qui piquait l’argent des autres pour aller s’acheter des trucs dans des petites boutiques. Il comprit rapidement que l’intimidation était une façon de récupérer ce qu’il voulait et s’y tint longtemps.

Lorsque ses frères et sa sœur furent en âge de suivre ses drôles d’habitudes, Ba’Gamnan prouva être capable d’utiliser la peur pour forcer sa fratrie à faire ce qu’il voulait. Ils apprirent à le soutenir au combat en utilisant des altérations positives comme bouclier, ce qui permit à ce gamin d’aller cogner leurs petits voisins pour récupérer ce qu’il voulait. Leurs parents étant du genre pauvres négligés, ils devaient se débrouiller eux-mêmes, et Ba’Gamnan compris assez rapidement qu’il réussirait à survivre dans ce monde de dingues seulement en étant plus fort que les autres et en dérobant l’argent des plus faibles.
De cette façon, il parviendrait à se sustenter et à atteindre une certaine richesse un de ces jours.

Quel bonheur ce fut lorsqu’il entendit parler des chasses. Il passait dans l’adolescence lorsqu’il eut vent de ces primes ! Inutile de dire que son intérêt fut on ne peut plus piqué. Le Vangaa, du haut de sa fraîche décennie, voulut prendre une première prime mais bien des gens se moquèrent de lui. Il n’avait aucune arme, aucune protection, comment comptait-il s’y prendre ? Pffeuh !

Ba’Gamnan se retrouva drôlement outré par une telle remarque. Fier et déterminé, il alla se faire forger une arme à son nom, la Ba’Gangsaw, une scie circulaire montée sur l’extrémité d’un bâton métallique d’une longueur adéquate, avant de retourner voir le mec qui tenait les chasses. Lorsqu’il le menaça avec son arme nouvellement créée, il ne trouva rien de mieux à dire que de balbutier quelques excuses avant de le laisser prendre les primes qu’il voulait en étant probablement convaincu que ce gamin crèverait en route.
Sauf que non. Déjà bien jeune, la soif de combat de Ba’Gamnan se réveilla et le poussa à mener à bien ses chasses. Ses frères et sa sœur l’aidaient évidemment à arriver à ses objectifs et il commença à les considérer comme de simples subordonnés qu’il ne traitait pas toujours adéquatement, mais il ne cherchait pas particulièrement à les brutaliser non plus, bien que quelques coups s’échappaient parfois lorsqu’il finissait par perdre patience - parce que bordel, Ba’Gamnan n’a que trop peu de patience…

Il grandit ainsi, dans une vie de malfaiteur et de chasseurs de primes. En vieillissant, il se fit plus hardi et plus téméraire. Il ne ressentait plus aucune peur et n’eut bientôt aucun scrupule à tuer d’autres chasseurs de tête pour récupérer leurs primes et avoir plus de gils encore. Jusqu’au jour où il eut le malheur de tomber sur Balthier et sa copine aux grandes oreilles duveteuses.

Balthier laissa une impression extrêmement mauvaise sur Ba’Gamnan. Il lui déroba une prime des plus prisées et ramena l’objet désiré avant qu’il ne puisse intervenir, ridiculisant le Vangaa au plus haut point. Ça enragea la créature qui eut de quoi vociférer contre le pirate du ciel. Il jura de le retrouver et de lui faire la peau pour avoir osé le ridiculiser de la sorte. S’il y avait bien une chose que Ba’Gamnan ne supportait pas, c’était bien qu’on se fiche de lui comme ça ! Et l’air trop désinvolte et simplet de ce maudit pirate du ciel avait de quoi mettre le feu à la langue du Vangaa qui ne voulait qu’une chose ; le retrouver et le massacrer !
C’est là que débuta son objectif primordial ; anéantir Balthier coûte que coûte.

Il continua de s’entraîner, et continua à ramener des primes. Il essayait d’attirer Balthier d’une façon ou d’une autre mais celui-ci semblait préoccupé à autre chose, au point où il ne venait pas chercher des primes pourtant juteuses. Ba’Gamnan n’entendit plus parler du pirate du ciel pendant un temps, ce qui eut de quoi lui laisser un goût amer en bouche pendant bien trop de mois.

Entre temps, il s’en passa des choses. Le mariage de la princesse Ashelia et de Rasler pour unir Rabanastre et Nalbina, ce genre de trucs dont Ba’Gamnan ne se préoccupait absolument pas… Il pensait juste à ses primes et à récupérer ses récompenses, chose qu’il ne partageait que difficilement avec ses pairs. S’il consentait à filer un truc à son clan, c’était bien juste par nécessité. Encore heureux qu’ils étaient utiles ceux-là d’ailleurs ! Pour sûr qu’il les aurait laissés faire les mendiants dans la rue sinon. Mais ils possédaient des capacités plutôt intéressantes au combat, si bien qu’il gardait ses frères et sa sœur avec lui quand même. Sans eux, il devait bien admettre qu’il n’en serait sûrement pas ici.

Et un jour, il rencontra ce bonhomme, Gabranth. Sombre, en armure, bizarre, mais payant. Il pouvait blanchir le nom de Ba’Gamnan aux yeux de la loi si tant était qu’il obéissait à ce qu’il voulait. Certes le Vangaa n’était pas des plus friands pour obéir mais il consentit à le faire pour le bien de son derrière… Parce que si quelqu’un venait à mettre un chiffre sur sa tête, pour sûr que bien de ses ennemis se donneraient une joie de venir lui tirer une flèche entre les deux yeux pour remporter la mise ! Et il n’était pas question qu’il finisse sa vie d’une façon aussi misérable. C’était lui qui tuait les autres, certainement pas l’inverse. Tudieu.

Il ne tarda pas à entendre parler de la capture de Balthier. Ba’Gamnan ignora les circonstances, mais il fut on ne peut plus heureux d’avoir l’occasion d’en finir avec ce maudit pirate du ciel ! Jubilant déjà de sa victoire, il demanda à Gabranth s’il ne pourrait pas s’occuper de son cas dans l’arène du donjon de Nalbina, mais cette décision lui fut refusée. Daguza, un seeq au mauvais caractère aussi notable que lui, s’opposa à ce que le Vangaa fasse ce qu’il veuille et un conflit s’ensuivit, permettant à Balthier de lui filer entre les pattes.

Coup de bol, plus tard, le Vangaa réussit à voir une blondinette parler avec Balthier.
Cette fille était Penelo. Il kidnappa la demoiselle en supposant qu’elle était une amie du pirate du ciel et l’emporta dans les Mines de Lhusu de Bhujerba, la cité céleste - où ils faisaient un super café. Ba’Gamnan espérait attirer Balthier, un plan qui fonctionna au départ. Balthier et sa bande se pointèrent en effet à Bhujerba. Mais même s’il parvint à coincer le pirate et ses amis, l’homme parvint à fuir, enrageant le Vangaa qui maudissait encore plus sa situation et blâma ses pairs pour cette nouvelle défaite.

Ba’Gamnan s’effaça un temps. Il se fit petit pendant un moment avant de décider de passer à l’attaque lorsqu’il remarqua que beaucoup de membres du Clan Centurio semblaient actifs en ces jours ensoleillés. Supposant pouvoir appâter Balthier de la sorte, le Vangaa et sa fratrie se mirent à attaquer les chasseurs et à les tuer. Montblanc ne tarda pas à entendre parler de cette histoire des plus effrayantes et demanda probablement à Vaan et sa petite bande de joyeux lurons de s’en occuper afin d’éviter qu’il y ait davantage de blessés. Ba’Gamnan ne tarda pas à entendre parler des recherches, et se prépara aux mers de sable de Nam-Yensa pour les accueillir.

Le combat qui s’ensuivit fut assez catastrophique, même pour le Vangaa qui se défendait à merveille. Le groupe semblait s’être entraîné de son côté également. Il les avait sous-estimés gravement ! En dépit de sa force et de son entrainement, Ba’Gamnan ne put faire face à ces formidables adversaires qui avaient eut l’opportunité de s’entrainer, là où lui s’était contenté de préparer son plan sans plus de cérémonie. Ses deux frères tombèrent à l’assaut, sa sœur aussi, et lorsqu’il ne resta plus que lui, il continua de lutter jusqu’à avoir des blessures si graves qu’il allait certainement mourir.
Et qu’est-ce qu’on dit à la mort ? Pas aujourd’hui !

Sauf que oui, aujourd’hui. VDM. Car pour le bien de cette histoire, Ba’Gamnan devait rendre l’âme, mais il ne laissa pas Balthier le tuer, ah ça non ! Il recula, jusqu’à arriver au bord de la structure où ils se battaient, et se laissa tomber dans le vide. Il perdit connaissance à cause de ses blessures trop graves, et s’ensuivit une mort dont il n’eut que trop peu conscience. Etait-ce la perte de sang ? Etait-ce les Urutans-Yensas qui en avaient eut marre qu’il traine sur leur territoire ? Les deux ? Hey, au moins ce n’était pas ce maudit pirate du ciel.

Etait-ce un miracle pour lui ou une malédiction pour ses prochaines victimes ? Allez savoir, mais une force surnaturelle décida qu’il avait droit à une seconde chance, deuxième opportunité qu’il utiliserait volontiers pour refaire un carnage et remplir ses poches. Lorsque ses petits yeux reptiliens s’ouvrirent à nouveau, il était dans un endroit tout à fait inconnu, aux couleurs criardes, et ça sentait presque les fleurs. Le dégoût surpassant l’incompréhension, le Vangaa quitta l’Au-Delà pour déboucher dans une ville avec des créatures qu’il n’avait jamais vu jadis – et compte-tenu de ses nombreux voyages, c’était étonnant.

Il ne fit pas de chichi pour savoir où il était, ce qu’il faisait là, il ne demanda rien aux Guados. On tenta de lui parler mais le fait qu’il soit paumé, seul, et que son dernier combat contre Balthier lui soit encore en travers du gosier rendit Ba’Gamnan très irritable et il envoya paître ces bonhommes moches sitôt qu’on tenta de l’approcher. La seule chose qu’il fit à Guadosalam fut de récupérer deux gemmes – il ne paya pas, faut pas déconner – et quitta les lieux in-extremis pour voir où il était.

Sa nouvelle aventure démarra ici. S’il dû passer outre les gens qui le dévisagèrent afin de ne pas forcément se faire remarquer, il finit par trouver un endroit plutôt agréable ; le désert. Etant une créature au sang froid, Ba’Gamnan avait horreur de la fraîcheur, et le désert était un endroit tout à fait adéquat pour sa personne ! Ses voyages l’avaient menés ici, dans les terres arides d’un continent lointain à Spira – oui on fait ellipse comme ça – jusqu’à dénicher une petite entrée plutôt discrète dans le sol. Son œil de lynx lui permit de le repérer, et c’est sans l’ombre d’une crainte qu’il s’y aventura, sentant le pognon de l’autre côté.

C’est là qu’il rencontra Lucas Eh’viru. L’homme aux oreilles de chat et à la queue féline l’accueillit volontiers dans son organisation lorsque Ba’Gamnan vanta ses mérites en sentant l’odeur de l’argent en échange de ses services. Ce n’était pas exactement de la chasse, mais soit ! Trouver des orbes, les ramener, récupérer un max d’argent… Il put d’ailleurs en apprendre pas mal grâce à ce type, il lui parla aussi de ses nombreuses recrues, en plus de l’informer sur le monde où il était, même si depuis le temps, Ba’Gamnan avait put capter le nom : Héméra. Et c’était une fusion de mondes passé trois ans et demi avant. Rien que ça.

Pendant plusieurs mois, le Vangaa tenta de trouver des orbes, mais ses recherches étaient infructueuses. D’autres ramenaient des orbes, et étaient plus méritants que lui aux gils qu’ils récupéraient. Les chimères n’étaient malheureusement pas si aisément repérées et le chasseur commençait à s’en mordre les babines ! Et même s’il connaissait la règle d’or des Venandi – ne pas trahir le groupe – il n’eut cure de cela en reprenant ses vieilles habitudes. Ça avait la vie dure ces bêtes-là.

Il aurait put aller à Alexandrie chercher un orbe facile, mais il avait bien comprit que celui-là se revendrait moins cher de par sa facilité. Alors il suivit l’un des membres de l’équipe, et attendit l’opportunité pour l’occire et récupérer l’orbe qu’il transportait. Peu lui importait l’élément, il revint chez les Venandi avec l’objet en main, mais bien vite, on l’accusa de l’assassinat de l’autre chasseur. Lucas n’acceptant aucun traître au sein de ses rangs, il ordonna de l’expulser des lieux, et son ignoble chat – dont Ba’Gamnan rêve aujourd’hui de se faire un manteau – le poursuivit jusqu’à l’extérieur du quartier général. D’autres Venandis le rattrapèrent et lui enfouirent la tête dans un sac, avant de le trimballer on ne sait où, afin de le jeter le plus loin possible du continent oublié !

Après ce qui sembla être des heures, on l’abandonna finalement dans un lieu très froid. Au comble de la frustration, Ba’Gamnan jura de trucider le moindre Venandi, de se faire un tapis avec ce maudit chat, et d’accrocher la tête de Lucas sur son mur. Humilié et à sec – on lui avait piqué toute sa thune !! – Ba’Gamnan aiguisa son arme en maugréant une fois retourné dans un lieu plus tempéré, jurant de prendre sa revanche un de ces jours.

Test rp

x (seulement pour les personnages prédéfinis)

Et pour finir...

Quelques questions vous concernant:
• Votre vrai prénom dans la vraie vie? Trisha.
• Votre âge? 25 ans wsh.
• Comment avez-vous connu FF Rebirth? Je suis Neph.
• Avez-vous lu toutes les règles? Y a t'il des choses que vous n'avez pas comprises? No souci !



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
 
Ba’Gamnan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Pour commencer... :: Tout sur vos personnages :: Présentations Validées-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives