Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Valeria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Valeria   Sam 26 Aoû - 19:10

Fiche d'identité

• Monde d'origine: Héra (FF9)
• Nom: x
• Prénom: Valeria
• Âge: 21 ans
• Avatar utilisé: The entrance to the forest by avvart

Description

• Alignement: Guerrier du Néant.

• Description physique:

ValeriaDe taille moyenne, plutôt fine sans être maigre ou osseuse, il est quelque peu difficile de lui attribuer un âge certain. Surtout si l’on croise son regard bleu plus que mature ainsi que ses mains porteuses d’anciennes cicatrices, signe d’un dur labeur mais aussi d’actes qui n’ont plus grand-chose à voir avec le travail de la terre ou l’artisanat. La plus impressionnante de toutes ces "parures" demeurant la ligne crénelée lui traversant toute la paume droite, souvenir d’une ancienne mésaventure au détour d’un recoin sombre de Treno, sa ville natale.

Trace sanglante se détachant de la pâleur de son visage et de sa carnation en général. Comment pourrait-il en être autrement au vu de sa vie nocturne quasi perpétuelle ? Une réalité dans une ambiance relativement morne, la poussant à aller toujours plus loin en ses recherches pour s’enfuir enfin de ce lieu et atteindre une nouvelle terre gorgée de lumière.

Soignée autant en son apparence, l’hygiène n’est pas un vain mot pour la jeune donzelle même si cela signifie puiser de l’eau et ramasser du bois des heures durant, qu’en sa vêture, Valéria arbore une longue crinière blonde ondulant telle une cape d’or en son dos. Un véritable enchantement qu’elle prend soin de cacher sous une capuche plus que sombre lorsqu’elle s’aventure en des lieux où elle n’est pas forcément invitée. Seuls instants où son audace et sa volonté d’avancer dans la vie et de se faire une nouvelle place apparaissent au grand jour même si la contrepartie est plus que lourde à payer. Alternant entre la voleuse de savoir et celle s’emparant de menus biens matériels, elle porte en plus de sa tenue un sac lui permettant d’emporter quelques menus larcins. Le plus souvent des babioles dont ses victimes ont sans le moindre doute oublié jusqu’à l’existence tant elles croulent sous les richesses. De quoi agrémenter sa vie, augmenter son art mais aussi venir en aide à ceux qui lui sont le plus cher.

Avec une telle vie, on pourrait croire qu’elle ne porte que des tenues moulantes, adaptées à ses escapades et son travail plus qu’éreintant au vu de sa faible constitution mais il n’en est rien. La jeune femme possède aussi au milieu de ses tenues grossières ou simplement pratiques une seule et unique robe ajustée à ses mensurations et dont la teinte met plus que parfaitement sa silhouette et sa blondeur en valeur. Un joli ornement lui permettant d’évoluer en certains endroits sans attirer de par trop l’attention. Chose qu’elle ne peut pas forcément toujours éviter mais en laquelle la plupart du temps elle excelle, ayant un don certain pour se faire oublier auquel une souplesse et une agilité digne d’une féline apportent encore un plus.

Ainsi apparaît donc Valéria, une jeune femme de vingt et un an dont la vraie beauté se cache sous un masque de discrétion et d’oubli.


• Description psychologique:

Que dire d’elle ? Pas grand-chose à cette étape de son aventure, le caractère pouvant parfaitement évoluer au fil du temps, sinon qu’il est assez difficile de cerner sa personnalité au premier abord. Avare de ses mots, il lui faudra toujours un certain laps de temps pour s’ouvrir aux autres. Sans doute des séquelles d’anciennes mésaventures dont Valeria ne souhaite en aucunement parler, jugeant cela inutile ou sans le moindre intérêt. Ainsi apparaîtra-t-elle froide voire dédaigneuse alors qu’au fond, il n’en est rien. Elle en est plutôt même le contraire et si sa timidité presque maladive n’était pas si encombrante, elle pourrait paraître pour ce qu’elle est réellement : une jeune femme curieuse et assez protectrice envers ceux qu’elle apprécie et surtout Schneid, son ami d’enfance. La seule personne avec qui elle se sente réellement bien et surtout en confiance.

Gagner sa confiance ne sera pas jamais simple quoiqu’elle possède encore une certaine part de naïveté qui pourrait lui jouer quelques tours. Le tout étant de savoir comment la prendre et surtout toucher ses centres d’intérêt, Schneid étant l’un d’eux. Ainsi se rapprochera-t-elle facilement des personnes ayant noué des relations avec le jeune homme en qui elle a une confiance absolue. Ce qui l’amènera à dégager d’autres aspect de sa personnalité et de son caractère.

Curieuse et attentive à tout ce qui l’entoure, elle a un don d’observation auquel s’ajoute une discrétion certaine quand elle le souhaite. Le fait d’être légère et sans trop de force renforce son côté fragile et discret. Y ajouter une mémoire immense aide à facilement comprendre pourquoi elle est douée dans l’étude de la magie et des sorts, apportant un soutien immense et sans limite à Schneid et à tous ceux qui auront su gagner sa confiance. Ce qui ne l’empêchera pas d’intervenir parfois spontanément sans la plus petite réflexion dans des cas extrêmes, laissant la part la plus secrète de sa personnalité apparaître au grand jour : un courage pouvant parfois tenir davantage de l’inconscience que de l’altruisme.

Telle est donc Valeria, une jeune femme attentive envers ceux qu’elle aime, curieuse et avide de connaissances mais aussi particulièrement timide et réservée. Apprendre qui elle est vraiment demandera non seulement de percer ses défenses tout en douceur mais aussi de faire preuve d’un peu de patience…

Histoire


Allongée de tout son long, à quelques pas de la route les menant à Bloumécia, une blonde jeune femme reposait. Si lourd était son sommeil qui rien ne se semblerait jamais devoir le perturber. Que ce soit la lumière, la chaleur ou même les échanges plus que musclés de son ami d’enfance aux prises avec un basilic. Des coups d’une violence et d’une rapidité inouïes pour un combat qui fut tout aussi bref. De quoi en dire long sur les aptitudes martiales de Schneid, puisque tel était son nom, un garçon aussi puissant que méfiant mais cela était une autre histoire...

Une histoire qui prenait naissance dans les bas-quartiers de Tréno, la ville de l’éternelle nuit. Sombre, vive pour ne pas dire perpétuellement agitée par les heurts entre voleurs et nobles détroussés, elle n’avait rien de réellement accueillant ou attirant sinon les toits que l’on pouvait s’accaparer. En cela, la belle aventurière avait toujours excellé. Les toits, les murs, le moindre renfoncement était une mine de richesses inattendues ou inexploitées. Des refuges, des trésors, des havres de pierres où se reposer entre deux labeurs trop épuisants pour sa frêle constitution voire deux larcins. Puisque voleuse, à ses heures, Valéria était. Par nécessité plus que par goût, par réel besoin pour une survie qui fut plus que délicate surtout aux toutes premières années de son existence.

Déjà sa naissance tint du miracle. Troisième fille d’une famille plus que modeste d’ouvriers de Tréno, elle naquit entre les décombres d’une maison de piètre facture, les murs de pierres usées ayant comme choisi de s’effondrer à l’instant exact où sa mère commençait son travail. Instants fugaces, instants intenses dont elle ne possédait évidemment aucun souvenir mais que sa mère, Angélica, n’avait eu de cesse de lui conter. Pas pour larmoyer, ni se faire plaindre mais bien pour lui montrer que même en les pires circonstances, une lueur pouvait exister. Qu’il fallait juste avoir la force et le courage de la saisir, de lui tendre les bras. Ainsi si son récit commençait toujours dans la peur, les cris et la douleur, puis, le temps passait et la suite prenait un tout autre jour. Aux pluies et nuages de poussières se substituaient les flambeaux apportés par les voisins. A l’horreur d’être seule, en plein accouchement, en l’ignorance de la sécurité de ses deux autres enfants venait l’assistance de gens tout aussi pauvres mais unis en un même élan…

D’une masse, d’un ensemble de mains tendues, tout s’était fini au mieux. Angélica avait retrouvé son époux au soir, enfin ce qui tenait de soir en cette cité perpétuellement noire, sa nouvelle-né entre les bras. Propre et soutenue par deux braves petites vieilles, ses aînées pépiant à leurs côtés.

Telle était la leçon de ce triste événement. Même dans les plus miséreux quartiers de Tréno, la bonté et l’altruisme pouvait persister. Même si elles n’étaient pas nombreuses, elles s’avéraient plus précieuses. A défaut de gils, les personnes avaient apporté l’aide de leurs bras et leurs présences. Preuve s’il en fallait encore que tout n’était pas si mauvais dans les tristes quartiers de Tréno. Être ensemble et en vie, n’était-ce déjà pas un premier triomphe ?

Ainsi avait coutume de parler en éternelle optimiste la mère de Valéria, mais elle était aussi bien plus que cela. Douée dans l’art de la magie et l’utilisation des magikolithes, elle avait pu à certaines heures de sa vie mener des travaux plus que particuliers à bien des niveaux et ainsi acquérir un certain nombre de gils qui lui furent plus que pratiques pour compléter le modeste magot de son époux. De quoi offrir un nouveau toit et quatre murs à toute la famille. Un luxe qu’aucun des deux parents n’auraient jamais cru posséder auparavant…

Premier véritable changement dans son existence encore jeune, après tout, elle n’avait que huit ans quand sa famille déménagea dans un semblant de véritable maison. Juste quelques murs sur deux étages, un âtre, un semblant de cuisine, quelques meubles et une large pièce divisée en chambres de tailles réduites. Un confort plus que sommaire mais qui tranchait déjà énormément avec l’ancienne « demeure » de ses parents. Un nouveau quartier et de nouveaux voisins avec les enfants desquels la petite finit par se nouer d’amitié, pour le meilleur mais aussi le pire.

En ces temps, hormis un toit et l’amour de sa famille, elle manquait quasi de tout et les tentations étaient nombreuses quand on entendait parler des nobles débordant de richesses à ne plus savoir qu’en faire. Et puis, elle avait commencé à développer certains dons qui lui permettait entre autres de passer inaperçue ou de soigner les gens. Un pouvoir inné qu’elle ne pouvait que tenir de sa mère et qui puisait pas mal en ses forces déjà frêles. Souci que la convoitise lui fit à plusieurs reprises sous-estimer tout comme certaines fréquentations qui l’initièrent à l’art du vol. Art dans lequel elle se trouva des facilités déconcertantes. Du moins pour les quelques fois où elle l’exerça sur des premières cibles particulièrement bien choisies, prenant soin d’effacer toutes ses traces et de se faire oublier au cas où. Des menus larcins de nourriture dont elle veillait à parsemer les fruits, histoire de ne pas trop attirer l’attention, sans la moindre honte ni la plus petite gêne. Après tout, elle ne faisait qu’aider sa famille à subsister dans ces conditions difficiles en dérobant quelques surplus qui ne mettraient personne en danger. Rien d’autres…

Jusqu’à ce qu’elle commence à s’intéresser à certains ouvrages ainsi qu’aux magikolithes dont l’usage s’avéra inévitable à certains arts, éveillant en elle une curiosité mais aussi une convoitise qui ne cessèrent d’augmenter au fil des jours puis des années. Un virage qui l’amena à relâcher sa garde, sa vigilance, l’amenant à s’attarder plus que de nécessaire en certains endroits. Difficile en effet de résister à l’appel de certains ouvrages quitte à en oublier le temps qui passait. Grave erreur pour une voleuse ou juste une simple souris en train de fureter et les conséquences ne tardèrent pas à fuser, la plus extrême lui infligeant une terrible blessure en travers de la paume. Une plaie qu’elle ne pourrait, ne voudrait jamais plus effacer, la conservant à la manière d’un garde-fou, un rappel constant du peu auquel tenait sa vie.  

Une leçon qui se grava en elle sans pour autant lui faire abandonner tout désir d’améliorer sa vie. Le tout était de changer de voie et sans le moindre doute d’amis. Ainsi commença-t-elle à arpenter d’autres quartiers de Tréno, s’enfonçant dans d’autres recoins tout aussi sombres que le sien et l’un d’eux retint particulièrement son attention tant par les cris qui s’en échappaient que les coups sans cesse renouvelés. Elle qui n’était pas portée sur les armes eut à la vue du jeune garçon en plein effort une véritable révélation. Schneid était son nom. Elle ne pouvait l’ignorer au bout des deux jours passés à le guetter. Toute cette puissance, cette fougue chez un corps aussi jeune même s’il la dépassait déjà plus qu’un peu en taille. C’était comme une nouvelle révélation. D’autres moyens existaient que le vol et la discrétion en plus du travail éreintant des champs ou de l’artisanat pour gagner sa vie, se créer une existence. La voix du fer et du sang en était une autre. Ainsi resta-t-elle des jours et des jours dans l’ombre à contempler sas un mot sans un bruit ce jeune garçon s’entraînant au maniement d’armes bien trop lourde pour être à sa portée. Un exemple de force, de courage et surtout de détermination pour la future jeune fille, après tout, elle n’avait encore que onze ans. Un exemple qui forçait le respect.

Ainsi aurait pu continuer ce petit jeu mais le destin semblait être contre. Le destin et les voleurs dont elle surprit la présence bien avant le jeune garçon. Devenue plus que particulièrement méfiante, elle aurait pu en rester là, fuir et laisser les détrousseurs accomplir leur triste besogne mais quelque chose en elle l’en empêcha. En cette fameuse nuit où seul le garçon se reposait d’une de ces infernales journées d’entraînement, elle entra avec moults précautions, ne sachant comment faire pour le prévenir sans qu’il ne la prenne pour une folle voire une complice. Chose qui se fit au final sans trop de tergiversations vu qu’une veille poutre se brisa sous son poids pourtant léger, alertant d’office le garçon qui se leva d’un bloc…

« Euh… Non, non, ranges cela. Je ne suis pas venue te dévaliser mais bien te prévenir. »

Quelle ne fut la surprise de Schneid de découvrir cette véritable poupée fragile échouée à quelques pas de lui, se massant le bas du dos dans un nuage de poussières. Qu’elle ait pu le guetter aussi longtemps en serait une autre mais elle n’avait guère le temps de s’attarder là-dessus.

« Ecoutes, des voleurs sont en pleine maraude. Je les ai vu explorer une à une les maisons du quartier. »

Et le regardant, la blonde fille rougit soudain. Jamais elle ne l’avait vu d’aussi près et cela lui avait fait un véritable choc. Elle qui était tout en souplesse et légèreté se retrouvait ainsi aux pieds d’une véritable montagne de muscles en devenir. Une force de la nature qu’elle se surprit à dévisager non comme l’enfant qu’il était encore mais bien comme l’homme qu’un jour il deviendrait. Qu’allaient-ils pouvoir bien faire maintenant qu’ils savaient tous deux la visite des voleurs imminente ? Ce fut Valéria qui le lui suggéra.

« Nous pouvons soit leur résister soit rendre ta demeure inintéressante à leurs yeux. »

Des paroles sommes toutes sages qui marquèrent le début d’une complicité naissante qui ne demandait qu’à s’amplifier au fil des ans avant de se muer en une solide amitié voire plus. Ainsi la solution leur apparut à tous deux, évitant une trop grosse effusion de coups et de sang. Ensuite, ce furent les premiers mots échangés, les premières promenades ensemble, à chaque fois que leurs vies respectives le leurs permettaient. Ainsi Valéria devenait une magicienne doublée d’une voleuse de plus en plus douée alors que Shneid grandissait en force et en talent guerrier. Deux êtres que tout différenciait et rapprochait en même temps. Puis, il y eut le drame et la disparition du père du désormais jeune homme…

Ainsi leurs routes se séparèrent, chacun évoluant en son monde, forgeant ses armes comme il le pouvait jusqu’à ce que Valéria ne perde ses pouvoirs avec la disparition des magikolithes, redevenant une jeune apprentie en cet art où de par le passé, elle avait tant excellé. Puis la ville changeait et avec elle, sa famille se dispersait. Chacune de ses sœurs s’étant mariée, elle était la dernière à demeurer proche de ses parents : l’oiselle qui ne tarderait guère plus à quitter un nid où elle ne se posait déjà presque plus. Le temps de la rupture finale était venu…

Elle le savait, elle le sentait. Il fallait juste un détonateur et ce détonateur se présenta sous les traits de Schneid devenu au fil de ses errances et de ses engagements un puissant guerrier, un mercenaire capable de manier une épée dont le gabarit dépassait la plus folle des imaginations. Des retrouvailles comme ils en avaient tant eues de par le passé mais qui, cette fois, perdureraient. Elle le savait. Quelque chose en elle le lui soufflait. Aussi quand il suggéra de se rendre à Bloumécia où le peuple de Clayra avait décidé de faire revivre l’arbre sacrée, elle accepta sans la moindre hésitation, rompant le dernier lien la retenant au nid. Pourtant, ce ne fut pas comme une voleuse qu’elle s’en alla mais bien comme n’importe quelle jeune fille quittant la maison. D’abord quelque peu inquiets de laisser la magicienne désormais privée de la majorité de ses sorts partir seule, les parents de cette dernière se laissèrent finalement fléchir quand ils découvrirent qui serait son compagnon de voyage. Schneid ne leur était pas réellement inconnu et puis, il serait assez fort pour écarter les dangers physiques de la jeune femme…

Ainsi les deux amis se retrouvèrent sur le bord de cette route où la blonde voleuse avait fini par s’assoupir d’un de ces sommeils de plomb dans elle avait le secret avant d’enfin se réveiller et de découvrir son ami d’enfance en train de faire griller de la viande…

« Schneid ? Tu as eu le temps de t’éloigner et de trouver de la nourriture avant que je ne me réveille ou bien… »

Et jetant un regard à la carcasse encore fumante elle acheva…

« Ah non, c’est lui qui venu à toi pendant que je dormais… »

Une parole toute simple qui en disait long sur la connaissance que l’un avait de l’autre. En schneid, Valéria avait trouvé un ami et un défenseur plus sérieux. Un ami à qui elle apporterait tout le soutien qu’une magicienne en devenir doublée d’une voleuse et d’une observatrice à nulle autre pareille pourrait offrir.



Test rp

x (seulement pour les personnages prédéfinis)

Et pour finir...

Quelques questions vous concernant:
• Votre vrai prénom dans la vraie vie? Vanessa
• Votre âge? x
• Comment avez-vous connu FF Rebirth? Par l'une de ses fondas
• Avez-vous lu toutes les règles? Y a t'il des choses que vous n'avez pas comprises? Je ne suis pas familiarisée avec l'univers FF. Je vais juste commencer à jouer en fait ^^ En
cas de soucis, je poserai les questions nécessaires



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
 
Valeria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation Legio Valeria Victrix
» [EVILSTEIN] [Khemri] [Valeria Others] [- OK -]
» La Citadelle de la Couronne de Glace
» liste à 2000pts: les défenseurs de Circéa VII
» Le Cosplay

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Pour commencer... :: Tout sur vos personnages :: Présentations Validées-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives