Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Dernière étape vers Luca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alphinaud Leveilleur
Héritier de l'Aube

Héritier de l'Aube

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 10
HP : 1850/1850
MP : 55/55
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Ven 29 Sep - 8:40

Alphinaud ne prit donc pas l’une de ses potions pour Agnès, celle-ci mentionnant qu’il devrait les conserver pour des situations plus urgentes. De toute manière, elle se sentait prête et apte à bondir là-haut d’elle-même, aussi pouvaient-ils envisager d’essayer de remonter maintenant. Néanmoins, la vestale fut honnête : elle ne pensait pas pouvoir sauter si haut avec l’élézen accroché à elle. De suite gêné, le jeune homme se passa une main derrière la tête.
« Je n’aurais pas demandé… » Balbutia-t-il en rougissant un peu, non mais tout de même ! Ça ne se faisait pas du tout. Quoi qu’il en soit du coup, il n’y avait qu’une seule solution : grimper ! Escalader avec ses petites mimines ! Oh génial. Alphinaud regarda ses propres mains, un peu sceptique. Il ignorait s’il avait la force de faire ça ! Mais en toute évidence, il n’aurait pas le choix, aussi n’était-ce pas le moment de bouder. S’il voulait quitter cette corniche, il allait devoir faire un effort.

« Je vais essayer. » Alisaie aurait probablement été tout à fait apte de faire cet exploit. Sa sœur était bien plus… physique que lui. Elle appréciait se battre avec des épées, était une très bonne nageuse et devait sûrement faire de la gymnastique à ses heures perdues, rien à voir avec son jumeau qui préférait s’exercer les méninges, plus tôt… C’était vraiment dans ces cas-là qu’on regrettait de ne pas s’être dirigé vers une tournure plus polyvalente quand il s’agissait de l’entrainement ! Il n’y avait pas que ce qu’il y avait entre ses deux grandes oreilles qui comptait après tout.

Agnès bondit donc mais ne se rendit pas tout en haut. Elle utilisa sa lance pour la planter dans la paroi de terre qui, heureusement, se fit pourfendre sans souci. Si ça avait été de la roche ou de la terre trop sèche, elle n’aurait pas put aller bien loin ! Soulagé de voir que ça tenait bien, Alphinaud dû se résoudre à enlever ses gants, devinant que ça aiderait à trouver de meilleures prises. S’il fut maladroit dès le départ – il retomba une fois, oups ? – il parvint à atteindre le point où était la vestale, avec difficulté ! Il consentit à ce qu’elle l’aide et ensemble, ils se rendirent tout en haut, où il n’y avait plus une seule trace de cette horrible bête.
« Pfeuh… » Penché sur l’avant, les mains sur les genoux, il reprit son souffle avant de remettre ses gants en grimaçant légèrement. Non pas comme un bourge frustré mais plutôt comme un mec pas habitué du tout au sport. « Ce n’est pas… tout à fait mon domaine… » Il chassa la poussière et la terre qui souillaient son manteau bleu sombre, en tâchant de ne pas bouder pour un détail si insignifiant. Mais zut, c’était un cadeau de Tataru, ça l’embêtait que ce soit abimé…

Mais à présent, ils pourraient continuer d’avancer sans craindre la présence de monstres car, comme l’indiqua la brunette, il ne risquait pas d’y avoir des créatures hostiles sur le chemin avec tout le grabuge provoqué par cet ignoble monstre ! Comme quoi il y avait tout de même un certain avantage à ce carnage, même si Alphinaud n’osait que trop peu le penser.

« Profitons-en dans ce cas. » C’est la seule chose qu’il se permit de dire, avant d’emboiter le pas à Agnès pour rejoindre Luca. Le problème, c’est que ce n’était clairement pas aussi proche qu’il le pensait ! S’ils avancèrent sans trop de difficulté en dépit d’une certaine douleur aux jambes, aux cuisses et aux lombaires à cause de l’impact sur la corniche – et de l’escalade pour ce pauvre Alphinaud – le soleil commença à se coucher à l’horizon avant même qu’ils ne puissent espérer apercevoir la ville au devant ! « Je ne m’attendais pas à ce que Luca soit si loin… Je suppose que nous allons devoir prendre une pause pour la nuit. » Et heureusement, il y avait un comptoir al-bhed d’ici une dizaine de minutes de marche. Ils pourraient y faire une halte pendant la nuitée. Une bonne nouvelle après toute cette agitation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnès Oblige
Vestale du Vent

Vestale du Vent

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 12
HP : 2200/2200
MP : 65/65
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Ven 29 Sep - 11:25

Pauvre Alphinaud. Ca avait été tout un effort sportif à fournir, au moins pouvait-on dire qu’il avait son baptême … de la roche ? Agnès le laissa reprendre son souffle, s’assurant surtout de la sûreté des lieux. Avec un tel boucan plus tôt, les monstres et la faune locale devraient à priori se tenir à l’écart … pour un certain temps. Il fallait en profiter maintenant avant qu’ils ne reviennent piétiner sur le territoire. En toute honnêteté, cette épreuve avait été le coup fatal pour Agnès, elle ne se sentait pas de tenir encore un combat après tout ca. Elle aspirait juste à un peu de repos pour se remettre de ses émotions … et de son état physique. Ca devait être encore pire pour Alphinaud qui avait dû redoubler d’efforts pour grimper à cette paroi. Ce dernier se plaignit d’ailleurs que ce n’était pas du tout son domaine, une réflexion qui fit sourire Agnès avec un tantinet d’amusement.

- Héhé, je ne pense pas que nous aurons à faire ca tous les jours. Et puis rassure-toi, une fois sur Héra, les voyages seront plus faciles et rapides grâce aux aéronefs.

Il était vrai qu’elle n’en avait pas vu des tonnes sur Spira jusqu’à présent … C’était peut-être dû à leurs préceptes qui interdisaient une trop grande technologie. Mais c’était lors de ces expériences éprouvantes que ces appareils manquaient un peu ! Le duo reprit alors la route, mais plus ils avancèrent, plus Luca leur paraissait ironiquement loin … comme le faisait remarquer Alphinaud, qui suggérait de faire une pause pour la nuit, à ce rythme.

- J’ai bien récupérer des affaires pour monter une tente au cours de mes voyages mais …

Mais le camping n’était clairement pas son fort, comme le laissait suggérer sa moue boudeuse. Tant pis. S’il fallait faire avec, et bien soit. Même si partagé une tente avec un garçon était … aussi déroutant qu’inédit. Heureusement pour eux, au bout de quelques minutes supplémentaires de marche, un espace dégagé se dessina à l’horizon avec en son centre … un établissement ! Quelques chocobos étaient attachés dans une pseudo-écurie. Agnès échangea un regard avec Alphinaud : ils n’allaient pas manquer l’occasion de prendre du repos dans un endroit plus potable que le sol ! D’autant plus que le soleil commençait à se coucher … Agnès se tourna vers la falaise pour le voir se coucher d’ailleurs, avec une vue splendide sur une ruine … bien que ca laissait comme un goût de nostalgie, comme beaucoup de fois lorsqu’elle avait déambulé sur les routes de Spira.

- Il y a encore des ruines ici …

Maintenant qu’elle y pensait, il y en avait eu tout le long de la route et ca n’allait pas aller en s’arrangeant vers Luca. Quoiqu’il en soit, elle se risqua à pousser la porte du comptoir. Il y avait quelques personnes à peine, dont une habillée d’un drôle d’accoutrement derrière le présentoir. A peu près le même que celui du comptoir présent dans la Plaine Foudroyée, et elle y décela aussi le même accent dans sa voix.

- Bienvenue au Comptoir de Rin, voyageurs. Puis-je vous aider ? Vous semblez en mauvais état.

Drôle de façon de dire la chose, on aurait dit qu’elle parlait de machines ! Ironique, c’était une Al Bhede après tout. Agnès baissa les yeux machinalement vers sa tenue pour y voir quelques traces de terre et de poussières encore présentes. Et malgré le nettoyage express d’Alphinaud, il avait encore des marques visibles sur son manteau bleu.

- Oui, nous avons subi une malheureuse attaque. Est-il possible de passer la nuit dans votre établissement ?
- Bien sûr, nous avons un dortoir installé derrière cette porte.
Encore une chambre à partager … - Hum une attaque ? Du chocobogre ?
- Si c’est ainsi que vous appelez l’immonde créature qui tue sans pitié vos volatiles, alors oui.
- Un homme est arrivé affolé et traumatisé peu avant vous en balbutiant qu’il avait tout perdu et que sa marchandise était en miettes à cause de lui … Il est déjà derrière.


Ah ? Agnès tourna la tête vers son camarade, c’était assurément la personne qu’ils avaient sauvé plus tôt. Sans plus attendre, la Vestale déposa la somme demandée pour la nuit et se dirigea vers le dortoir. Il y avait déjà trois personnes présentes, dont le marchand, pour sûr, ils étaient plus nombreux qu’à Djose … et que des hommes, ca ne mettait pas vraiment la demoiselle à l’aise. Mais pas le temps de se plaindre que leur « protégé » les avait reconnus et se leva de son lit aussitôt. Agnès se mit à sourire doucement en s’approchant, et tout de suite il lâcha :

- Par Yevon, je suis soulagé que vous soyez encore vivants !! Vous n’avez rien ? Je ne saurai trouver pour les mots pour vous remercier de m’avoir sauvé … Hélas j’ai perdu mes marchandises mais … vaut mieux ca que ma propre vie. Vous rendez-vous à Luca ? Agnès hocha la tête pour répondre. - Bien … Je … Je vous récompenserais une fois sur place !

Eh … Autant dire qu’elle ne s’attendait pas à ca … Pas comme s’ils avaient agi pour être remerciés de la sorte ! Enfin surtout Agnès, mais de ce qu’elle avait pu voir déjà d’Alphinaud, ca ne semblait pas être son genre d’agir dans le but de recevoir quelque chose en échange …

=====================================================

Agnès paie 50 gils pour la chambre – et la restauration !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alphinaud Leveilleur
Héritier de l'Aube

Héritier de l'Aube

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 10
HP : 1850/1850
MP : 55/55
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Ven 29 Sep - 18:27

Pas de tente ni de monstres sur la route, le duo se retrouva bientôt soulagé par la vue réconfortante d’un petit bâtiment qui semblait en tout point être une halte ! Il y avait quelques chocobos, des gens qui parlaient dehors, et à voir l’attirail de ceux qui entraient et sortaient, c’était sans doute un point de repos pour les voyageurs éreintés. Alphinaud soupira son soulagement en devinant qu’ils allaient pouvoir se reposer.

En entrant, on les salua avec un certain enthousiasme en leur disant qu’ils étaient au comptoir de Rin. Sans doute était-ce le propriétaire ! Alphinaud regarda autour de lui, c’était léger mais coquet, assez confortable sans non plus être extravagant. Les couleurs étaient assez remarquables par contre ! Mais rien de choquant. Rassuré de pouvoir se détendre après cette longue route à pieds, Alphinaud écouta sa camarade expliquer les désagréments qu’ils avaient eut en route pour apprendre que le marchand qu’ils avaient sauvés d’une mort certaine avait couru jusqu’ici pour se réfugier !
« Il va bien ? » Demanda de suite Alphinaud, toujours aussi soucieux du bien être de son prochain.
« Oui, juste… sous le choc, je dirais ? » L’homme avait dû filer vraiment rapidement, elle n’avait pas eut l’opportunité de se rendre compte de son état physique. Alphinaud n’avait pas remarqué de blessures graves sur lui la dernière fois donc… ça devait aller.

En voyant Agnès déposer cinquante gils pour soigner leurs blessures et se reposer sur un bon lit douillet, Alphinaud n’hésita pas à payer sa part également. L’élézen suivit ensuite son alliée jusqu’aux chambres où l’homme qui avait été sauvé les reconnut immédiatement. Il bondit sur ses pieds et s’approcha d’eux en les remerciant de milles mots pour leurs efforts envers lui. Il avait perdu sa marchandise mais tant pis : il était vivant et c’était l’important. Il leur promit une récompense lorsqu’ils arriveraient à Luca, et comme Agnès ne répondit rien, Alphinaud se permit de prendre les devants.
« Allons monsieur, nous n’avons pas fait cela dans l’objectif d’être récompensé. Vous avez déjà perdu votre marchandise ! Rentrez sain et sauf et ce sera déjà amplement suffisant pour nous, je vous l’assure. »
« M-mais, vous… vous m’avez sauvé la vie ! »
Répéta-t-il comme s’il était obligé de les payer pour ça.
« Et c’est déjà beaucoup. Rentrez chez vous retrouver votre famille. Ce sera bien assez pour nous. » Sourit l’élézen.
Touché, l’homme finit par cesser de s’obstiner et acquiesça, le visage radieux.

Cet épisode terminé, Alphinaud laissa Agnès se mettre à l’aise et retourna à l’entrée pour voir s’il ne pourrait pas acheter quelques gemmes. En y réfléchissant, il supposait que peut-être, s’il utilisait une gemme, il pourrait s’aider de son éther à elle pour l’associer au sien, et ainsi parvenir à matérialiser son carbuncle. Il acheta donc trois gemmes de trois éléments différents, avant de retourner dans la salle où Agnès était toujours. A en juger par sa tenue, elle l’avait attendu avant d’aller se laver. Non pas qu’il eut été long de toute façon.

« Je vais tenter une expérience. Croisons les doigts. » Il ne mentionna pas de quoi il s’agissait, laissant la vestale dans l’ombre. En se concentrant donc sur la gemme de couleur verdoyante, il la posa sur son livre ouvert, et entreprit de dessiner des formes géométriques complexes qui, pourtant, se dessinèrent en une formule précise lorsqu’il eut terminé. Un halo de couleur blanche l’entoura momentanément et, le regard plein d’espoir, il tendit la main devant lui… pour voir apparaître un éclat lumineux scintillant de pureté ! Là, sur ses quatre petites pattes, avec sa longue queue se découpant en trois sections et ses grandes oreilles, se trouvait son carbuncle hécatolite ! Son visage s’illumina de joie immédiatement, alors que le petit animal cherchait où il avait posé les pieds.
« Par les Douze, Carbuncle ! » S’exclama l’élézen en s’approchant pour poser un genou au sol et voir la mignonne petite invocation lui renifler le visage. Puis, reconnaissant son maître, il émit une sorte de roucoulement avant de se blottir contre sa poitrine, laissant le jeune homme lui offrir quelques caresses avant qu’il Carbuncle hécatolitene se redresse, Carbuncle dans les bras, pour se tourner vers Agnès. « J’y suis arrivé, Agnès ! Je suis même parvenu à recréer la dernière formule que j’avais imaginée… Quel soulagement ! » Il aurait bien put commencer en bas de l’échelle, mais ses efforts avaient portés fruits.

Du coup, il pourrait associer les autres gemmes pour offrir à carbuncle quelques autres techniques, mais ça viendrait après. Là, il était surtout heureux d’avoir réussi, il en oubliait presque qu’il ferait mieux d’aller se laver avant de se coucher tiens ! La joie faisait un peu oublier certains détails importants… ça viendrait ensuite…


Paiement de 50 gils pour la restauration.

Achats :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnès Oblige
Vestale du Vent

Vestale du Vent

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 12
HP : 2200/2200
MP : 65/65
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Ven 29 Sep - 19:14

Prise au dépourvu, Agnès ne dit rien sur le moment. Si bien qu’Alphinaud prit la relève. Se faire récompenser pour avoir sauvé la vie à quelqu’un ? En y réfléchissant à deux fois, c’en était désespérant. Ce geste se devait d’être naturel, c’était triste de se dire que certains étaient prêts à user de l’argent et mettre un prix sur ce geste … Agnès approuva alors les propos de son ami en hochant la tête et l’homme cessa de s’obstiner. De son côté, l’élézen déposa ses affaires et s’absenta quelques minutes, laissant Agnès se mettre à l’aise sur l’un des lits disponibles. L’un des « colocataires » alla dans la salle de bain pour se laver, tandis que le deuxième sortit à son tour de la pièce, peut-être pour prendre l’air ou prendre un repas. Enfin, le marchand qu’ils avaient sauvé préférait le repos après l’épreuve éprouvante qu’il avait vécu aujourd’hui. Il ne dormait pas, mais se reposait.

La jeune femme fouilla dans ses affaires pour préparer de quoi se changer, après sa douche, mais elle tomba sur un étrange papier dans ses affaires. Un bon pour une chambre d’auberge ou d’hôtel ? Tiens, elle l’avait oublié, si elle avait su, elle l’aurait utilisé maintenant. Ca serait pour une autre fois ! Puis discrètement, tant que personne n’était là pour faire bien attention à elle, elle observa ses deux Orbes pour surveiller les énigmes … mais puisqu’elle n’avait la réponse à aucune d’elle, Agnès finit par soupirer et les ranger soigneusement. Alphinaud ne tarda pas à revenir mais chacun vaquait à ses occupations. Agnès avait sorti son matériel pour s’occuper, elle avait appris depuis des années à fabriquer des petites allumettes et porte-bonheurs pour ne pas s’ennuyer à l’église. Elle en avait même fabriqué à Weiss et Ruby.

Mais alors qu’elle commençait à s’installer sur le lit pour s’affairer à son activité, un drôle de bruit se fit entendre et un petit flash sur le coin de l’œil attira son attention. Et bientôt, Alphinaud se tourna vers elle avec une adorable créature dans les bras : son Carbuncle. Honnêtement, soyons francs. Quand on est une fille et qu’on voit une bestiole aussi adorable, on ne peut que craquer au premier coup d’œil ! Aussi réservée que pouvait être Agnès avec ce genre d’émotions, on pouvait voir que ses yeux étaient comme brillants ! Un mélange de fascination et de surprise d’un tel exploit. Ca ne faisait que depuis hier qu’Alphinaud faisait partie de ce monde et il semblait avoir compris comment manipuler les gemmes et leur énergie !
Agnès posa ses affaires pour se lever et s’approcher, ne quittant pas des yeux la petite créature.

- C-C’est incroyable … c’est la première fois que je vois une chose pareille … En fait, elle n’était même pas sûre d’avoir déjà entendu parler d’une personne capable de se servir des gemmes pour « fabriquer » une créature ! Peut-être que personne n’y avait pensé ? Ou que ces personnes étaient vraiment peu nombreuses à l’avoir fait. - Difficile de croire qu’une créature aussi adorable puisse servir d’allié dans une bataille.

Ce n’était pas une critique loin de là, et elle espérait ne pas insulter l’égo de Carbuncle, si encore il en avait un en tant qu’entité chimérique ! De toute façon, le regard d’Agnès s’était tellement adouci qu’il était difficile de penser qu’elle était en train de se moquer … Elle se risqua même à lever la main, timidement, pour l’approcher de la bestiole mais s’arrêta avant même de la toucher. La Vestale leva alors les yeux vers Alphinaud.

- Je peux ?

C’était sûrement aussi idiot qu’innocent de demander la permission de le toucher – mieux, de le prendre dans ses bras !? Agnès se surprenait à en avoir envie ! Et elle ne savait même pas si Carbuncle ressentait les choses, s’il avait des émotions, ou quoi ! C’était l’admiration totale.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alphinaud Leveilleur
Héritier de l'Aube

Héritier de l'Aube

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 10
HP : 1850/1850
MP : 55/55
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Sam 30 Sep - 10:33

Comblé d’avoir réussi à invoquer son carbuncle à nouveau, Alphinaud le montra à Agnès comme on dévoilerait une œuvre d’art sur laquelle on travaillait depuis des lustres ! La vestale, qui était en train de s’occuper en attendant que la salle de bain soit libre, se tourna pour voir l’adorable carbuncle dans les bras de son maître et de suite, ses yeux se mirent à scintiller d’un éclat fasciné !

La jeune femme s’approcha en disant ne jamais avoir vu une pareille créature, avant de commenter que c’était difficile de s’imaginer que carbuncle, si petit et mignon, puisse être un allié lors de batailles dangereuses. Et pourtant ! C’était un compagnon de voyage et de combat précieux. Il effectuait des protections et attaquait avec brio.
« Il ne faut pas le sous-estimer, tu pourrais être étonnée. » Répondit Alphinaud alors que carbuncle n’avait qu’à peine capté qu’on venait de supposément le vexer. Non, lui, il faisait juste… sa vie. En restant dans les bras de son invocateur. Il était probablement juste content d’être invoqué à nouveau ? Difficile à dire, mais Alphinaud, lui, était comblé d’être parvenu à le ramener. C’était comme avoir un petit quelque chose de son monde natal avec lui, et ça avait vraiment un effet réconfortant.

Agnès s’approcha alors et l’élézen n’arrivait qu’à voir une petite fille qui voyait un chaton dans les bras de quelqu’un et qui mourrait d’envie de le caresser ! C’était un peu ça puisqu’elle tendit la main mais n’osa pas, avant de demander la permission. Alphinaud haussa les sourcils, mine de rien c’était étonnant qu’elle se montre aussi timide et soucieuse là, soudainement. Mais il appréciait le respect qu’elle avait, même pour une entité chimérique, et hocha de la tête pour lui répondre.
« Oui bien sûr, je doute que ça ne perturbe Carbuncle. » La petite créature leva son nez vers Alphinaud, avant de tourner la tête pour voir Agnès, heurtant le visage de son maître avec ses grandes oreilles au passage – merci, c’est gentil. Il semblait constamment nerveux, il respirait un peu comme le faisaient les petits animaux domestiques et ne tenait pas en place. S’il était immobile, sa queue bougeait constamment, s’il se baladait, il bondissait, il n’y avait vraiment rien à faire, carbuncle était une chimère très agitée ! Et là, il semblait constamment trémousser son nez, comme un lapin, comme s’il reniflait Agnès, mais ce n’était qu’une impression.

En le touchant, Agnès ne sentirait évidemment ni pelage ni peau, mais une surface douillette et étonnamment chaude, sans doute à cause de l’éther qui était constamment utilisé pour maintenir carbuncle présent. En plus, il brillait tellement que dans cette pièce aux lueurs tamisées, il représentait une véritable veilleuse ! Et c’était bien moins cher en électricité qu’une ampoule.

« Ce que je suis soulagé de le retrouver. Je me sens déjà moins dépaysé… » Admit-il en passant sa main sur les grandes oreilles de l’invocation, qui semblait bien contente d’avoir de l’attention comme ça tiens ! « Et l’avantage, c’est que je n’ai pas besoin d’utiliser mon éther pour le garder ici. Maintenant qu’il est invoqué, il peut rester à nos côtés en tout temps. Il ne disparaîtra que si je le lui demande, si je perds connaissance ou si je… » Oui bon. Il sourit à Agnès en sachant qu’elle savait où il voulait en venir, avant de déposer carbuncle sur le sol. A l’aide de petits bonds, il alla sur un lit. Celui où Agnès avait posé ses affaires. « J’en déduis qu’il t’apprécie. » Indiqua Alphinaud en croisant les bras, non pas sans conserver un sourire aussi bien amical qu’enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnès Oblige
Vestale du Vent

Vestale du Vent

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 12
HP : 2200/2200
MP : 65/65
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Sam 30 Sep - 19:02

Agnès n’était plus du tout la même personne tout à coup. Elle semblait s’être transformée en une petite fille admirative devant un animal trop craquant. C’était vraiment difficile de s’imaginer que Carbuncle pouvait être une « arme » redoutable en combat, mais … maintenant qu’Alphinaud avait réussi à l’invoquer, ce ne serait qu’une question de temps qui sait, pour qu’Agnès le voit en action, de ses propres yeux. L’inévitable arriva bien plus vite qu’on ne le pensait : la demoiselle voulait le toucher ! La demande surprit même son camarade, et la jeune femme n’attendit pas plus longtemps. Elle retira son gant pour passer sa main dans le … pelage ? De Carbuncle. Ce n’était pas vraiment un pelage … c’était particulier. Comme doux et réchauffant mais c’était difficile à comparer avec quelque chose d’autre. Agnès souriait bêtement, et maintenant qu’elle y pensait, elle n’avait jamais été en compagnie d’un animal … bien que Carbuncle n’en soit pas un, il faisait le même effet pour le moment, c’était sans doute idiot pour Alphinaud, mais c’était une expérience inédite pour elle … Aussi inédite que de voir une « vraie » invocation de ses propres yeux ! Elle finit néanmoins par laisser la bestiole tranquille, ne voulant pas non plus abuser de la chose et paraître déplacée. Elle remit son gant alors qu’Alphinaud confia se sentir moins dépaysé avec le retour de son fidèle compagnon.

- Oui … J’imagine que tu dois être soulagé d’avoir comme un petit bout de chez toi, sur ce monde. A défaut de pouvoir retrouver sa famille et ses amis par ici, il avait au moins son plus fidèle allié. Et selon lui, il pouvait maintenir Carbuncle avec eux à moins qu’il ne désire le rappeler … ou s’il tombait inconscient, ou pire. Agnès grimaça. - Il vaut mieux éviter de parler de malheurs.

La « chimère » prit ses aises en tout cas et se mit à bondir jusqu’au lit d’Agnès pour y prendre place, laissant croire à Alphinaud que son compagnon devait l’apprécier. Et bah … rien ne pouvait lui faire plus plaisir à l’heure actuelle, comme le laissait trahir son grand sourire ! C’était même bien assez rare de la voir sourire comme ca. Elle se permit même une petite plaisanterie.

- Il a l’air plus hyperactif que son maître en tout cas.

A le voir respirer, se déplacer, ou juste bouger, c’était à croire qu’il avait besoin de se dépenser en permanence ! Mais était-ce possible pour une entité pareille d’avoir de tels besoins ? En tout cas, des bruits derrière la porte de la salle de bain permirent à Agnès de remettre les pieds sur terre, elle se tourna vers son camarade.

- J’aimerais pouvoir en profiter encore davantage mais je crains qu’il vaille mieux que tu le rappelles pour le moment … Je ne cache pas être fascinée par ton exploit, mais Spira est un monde dont le culte se base sur les Invokeurs … et comme je te l’ai dit, l’invocation a disparu depuis la formation d’Héméra.

Quoi qu’elle se rappelait ce que le type au temple de Djose avait dit … ils avaient ramené Shiva et Ifrit mais Agnès doutait encore aujourd’hui que ce soit ceux qui avaient un lien avec les Orbes et les Cristaux … Etait-ce des produits issus de la magie d’un individu, comme Alphinaud venait de le faire avec Carbuncle ? La question pouvait désormais se poser. Quoi qu’il en soit …

- Hum … Ou alors il vaut mieux que tu dises qu’il s’agit de ton animal de compagnie. Avouer qu’il s’agit de ton invocation risque d’attirer l’attention sur toi …

Mais bon, il ressemblait trop au Carbuncle qu’Agnès connaissait, si ce n’est la couleur. Autant sur Spira, il n’existait pas, ailleurs, un connaisseur risquait de le reconnaître. Ceci étant dit, in extremis, la porte s’ouvrit avec un de leurs colocataires qui ressortit le torse à l’air. Agnès détourna le regard – toujours une question de pudeur - pour retourner vers son lit et prendre ses affaires pour se préparer à aller à la douche à son tour. Elle observa à nouveau la créature qui risquait d’attirer bien vite le regard de cette personne d’ailleurs, et se remit à sourire.

- Et toi, tâche de ne pas éparpiller mes affaires partout, tu risques de te piquer avec mes aiguilles.

Bon pas sûr qu’il ressentirait grand-chose mais bon ! La jeune femme se retourna et fit signe à Alphinaud avant de se diriger vers la salle de bain. Au moins, la journée se finissait avec un poil de douceur, après le stress emmagasiné avec l’épisode du Chocobogre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alphinaud Leveilleur
Héritier de l'Aube

Héritier de l'Aube

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 10
HP : 1850/1850
MP : 55/55
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Lun 2 Oct - 7:00

Même si Agnès ne dépréciait pas la compagnie de carbuncle, elle conseilla à Alphinaud de le faire disparaître, surtout parce qu’elle jugeait que voir quelqu’un avec une invocation risquait de soulever énormément d’interrogations ! Après tout, les chimères étaient supposées avoir disparues depuis la fusion des mondes et il serait curieux de voir un homme venu d’ailleurs être capable d’appeler une invocation. Alphinaud jeta un coup d’œil navré sur carbuncle qui s’était déjà mis à l’aise, mais Agnès se ravisa en disant qu’il pourrait toujours mentir et dire que c’était un animal de compagnie. En voilà une bonne idée !
« Je m’abstiendrai de dire ce qu’il est à voix haute. Après tout, il ressemble un peu à un chat, ou un lapin… » Il eut un sourire humoristique en regardant carbuncle qui redressa ses longues oreilles pour le dévisager, l’air de lui demander qui il croyait insulter comme ça, hein ! Oh ! Il y avait d’incroyables créatures un peu partout sur les différents mondes de toute façon, aussi l’élézen supposait que cette excuse passerait, même si quelqu’un venait lui dire qu’il ressemblait vraiment à un carbuncle, il pourrait toujours prétendre la coïncidence. Tant qu’on ne le voyait pas l’invoquer, on ne pouvait que lui donner le bénéfice du doute.

Quoi qu’il en soit, Agnès alla se laver après avoir dit à la chimère de ne pas se piquer sur ses aiguilles. Carbuncle alla renifler l’objet en question avant de se rouler en boule à nouveau, ne ressentant visiblement aucun intérêt pour la chose. Alphinaud poussa un soupir de bien-être, avant de se déplacer vers le lit voisin de celui d’Agnès pour enlever son manteau et ses bottes. Franchement, après l’épisode du chocobogre, il n’aspirait qu’à se laver, ensuite manger un léger repas et finalement dormir. Il espérait juste que la lueur émis par carbuncle ne perturberait personne, mais il n’y avait que le marchand, et celui-ci semblait plutôt se préoccuper à se reposer plutôt qu’à grommeler à cause d’une faible source de luminosité.

« Je te laisse prendre ce que tu veux pour le repas. » Dit-il à Agnès lorsqu’elle reparut. « Quelque chose de léger pour moi. Je n’ai pas très faim mais il n’est pas saint d’aller se coucher le ventre vide. » Il lui adressa un sourire avant de prendre la place dans la salle d’eau pour se laver et chasser toute cette poussière. La chute avait mit pas mal de terre dans ses cheveux en plus et autant dire que ce n’était pas très agréable… L’élézen se purifia donc avant d’enfiler une tenue pour dormir, toujours fournie par le temple, c’était gentil au moins. Ce n’était pas comme s’il avait eut l’opportunité de prendre des changes avant de quitter Hydaelyn, mais une fois à Luca, peut-être pourrait-il penser à faire un brin de shopping avant de quitter pour Alexandrie. Ne serait-ce que prendre de quoi dormir et peut-être une tenue plus légère, pour les endroits plus chauds qu’ils visiteraient…

Comme la dernière fois, il quitta la pièce avec une longue toge sombre, et les cheveux détachés. Le soupir qu’il laissa échapper témoignait de la fatigue qui l’accablait. Il rejoignit bien vite son lit pour s’asseoir dessus et posa son ruban bleu sur la table de chevet avant de voir ce qu’Agnès avait ramené pour le repas. Carbuncle, lui, la regardait faire ses amulettes, vu qu’elle avait sûrement repris cette activité en attendant qu’Alphinaud ne sorte de la salle de bain.
« Crois-tu que nous pourrons rejoindre Luca demain ? » Il ne connaissait aucunement la topographie de Spira et ne pouvait donc que supposer qu’ils pourraient finir de traverser cette bien longue route le lendemain ! Il n’osait pas s’imaginer qu’un chemin pareil puisse être si long qu’il doive être traversé en plusieurs jours… Et s’il n’y avait que cette halte en chemin, il préférait ne pas s’imaginer dormir à la belle étoile. « J’ai remarqué un enclos avec des chocobos près du gîte, peut-être pourrions-nous en emprunter un pour terminer notre route plus rapidement ? » Après tout, c’était important pour Agnès de rejoindre rapidement Alexandrie. Alors autant envisager des solutions qui accéléreraient leur avancée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnès Oblige
Vestale du Vent

Vestale du Vent

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 12
HP : 2200/2200
MP : 65/65
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Mar 3 Oct - 12:01

Spoiler:
 

Ce fut donc assurée qu’Alphinaud n’allait pas crier sur tous les toits que Carbuncle était son invocation, qu’Agnès se dirigea vers la salle de bain. En s’assurant d’avoir bien fermé la porte à clé. C’était peut-être un réflexe qui ferait rire, mais quand on est dans un dortoir habité que par des hommes et qu’on est la seule femme – et qu’en plus on n’en connaît qu’un, allez deux, dans le lot – il vaut mieux prendre ses précautions ! Agnès resta alors à la douche le temps de retirer toute la poussière et autres saletés de son corps, surtout ses cheveux à vrai dire, puis elle se sécha, épongea sa longue chevelure à défaut de vraiment la sécher, et enfila sa tenue de nuit pour laisser la place libre à Alphinaud. Ce dernier lui donna des indications pour le repas, après une telle journée, elle fut surprise qu’il ne souhaite pas manger quelque chose de plus consistant, mais soit. Il était le mieux placé pour savoir ce dont son estomac avait besoin après tout. La jeune femme approuva d’un air entendu et se mit à sourire en voyant la boule de « poils » sur son lit.

Mais … avant d’en profiter : le repas ! Agnès se rendit à l’accueil – oui oui en pyjama – pour se renseigner pour le repas, mais rien ne lui faisait vraiment envie … Aussi se résolut-elle à prendre de grosses assiettes de salades composées de divers produits, surtout du poisson et de fruits de mer, ca devait venir directement de Luca. En parlant de la ville, Agnès se renseigna à ce sujet avant d’aller jeter un coup d’œil aux gemmes, le temps qu’on lui apporte le repas. Chose faite elle retourna dans la chambre, elle posa les assiettes sur la table de cheveux, bien assez grande pour les contenir toutes les deux, et reprit ses amulettes, histoire de patienter. Elle se permit quelques caresses sur la tête de Carbuncle par moment, la petite créature semblait comme … curieuse ? De voir ce qu’elle faisait. L’élézen arrivait et se mit à ses aises avant de s’interroger pour Luca. Agnès posa alors ses affaires et récupéra son assiette, l’avantage avec cette salade, c’est qu’elle n’avait pas craint que le repas refroidisse !

- C’est ce qu’ils avaient de plus léger, j’espère que ca te conviendra. Rejoindre Luca demain serait possible, largement même. - Je me suis renseignée à ce sujet à l’accueil. Ce comptoir se trouve à peu près au milieu de la route de Mi’ihen. Nous aurons à peu près la même distance à parcourir qu’aujourd’hui. Sans compter la distance de la Route des Mycorocs.

Alphinaud se rappelait avoir vu des chocobos dehors et se demandait s’ils pouvaient les emprunter demain pour rejoindre la ville plus vite. Agnès battit des cils quelques secondes.

- Je n’ai pas demandé pour ca … Et pour être franche je n’ai jamais monté un chocobo.

Avoua-t-elle non sans une petite grimace pour accompagner ses propos. Au pire ce ne serait pas la mort de demander un peu d’aide demain non … ? Il y a un début à tout … Mais c’était stressant quand même … Argh. Mais super Carby était là et fit diversion, alors qu’Agnès partait dans ses songes et ses inquiétudes, le petit museau de « l’animal » était passé discrètement pour renifler le contenu de son assiette. Non pas qu’il allait piquer la nourriture, Agnès elle-même doutait qu’une entité chimérique ait un tel besoin de manger, c’était sûrement que de la curiosité, mais ca la fit sursauter lorsqu’elle s’en rendit compte !

- Est-ce qu’il y a beaucoup d’invocateurs sur ton monde ? Quand j’y pense, dire qu’il fut une époque sur Héra où il existait un peuple entier qui possédait le don inné d’invoquer.

Et aujourd’hui elles n’étaient plus que deux sur Héra à cause du massacre à Madahine Salee. Penser à ce simple fait, et le souvenir des ruines qu’Agnès avait vu de ses propres yeux, la fit sourire un peu tristement. Elle ignorait justement que Garland était à l’origine de l’extermination de ce peuple, mais tout de même … Bref.

- Ca doit être une sensation aussi incroyable qu’unique de se sentir en symbiose avec une telle entité.

Et ca devait trahir une certaine complicité aussi. La remarque d’Agnès avait tout pour laisser croire qu’elle enviait la chose et qu’elle était curieuse de connaître cette sensation, mais il n’en était rien. C’était juste une supposition. Mais bien sûr, elle ne savait pas que sur Hydaelyn, ca n’avait rien à voir avec quelque chose « d’inné », l’invocation s’apprenait là-bas.

Achats:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alphinaud Leveilleur
Héritier de l'Aube

Héritier de l'Aube

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 10
HP : 1850/1850
MP : 55/55
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Ven 6 Oct - 10:21

Agnès dévoila avoir pris une salade, ce qui était tout à fait convenable. Alphinaud n’irait pas s’en plaindre après tout, c’était compris dans le prix de la chambre et comme ça, ils pourraient manger avant de dormir. Il hocha de la tête en souriant pour confirmer que ça lui convenait, avant de prendre le plat restant et de commencer à manger. Les chimères n’ayant aucune nécessité de se nourrir au moins, on ne verrait pas carbuncle bondir dans l’assiette de quelqu’un pour essayer de lui chiper un morceau de poisson ! Il prit une première bouchée alors qu’Agnès disait s’être renseigné pour la route jusqu’à Luca, mais en effet, ils iraient plus rapidement à leur destination s’ils empruntaient un chocobo ! Mais un problème surgissait : Agnès n’en avait jamais monté.
« Ce n’est pas compliqué. » Sourit Alphinaud de suite pour la rassurer. « Au pire, nous pouvons prendre le même. Je guiderai les rennes. Comme ça, tu n’auras pas à angoisser sur la façon de faire et nous arriverons plus rapidement en ville. » Si bien entendu, les chocobos pouvaient supporter deux personnes ! Certains le pouvaient sur Hydaelyn, d’autres non. Il faudrait se renseigner à ce sujet. Si ce n’était pas le cas, alors il faudrait se débrouiller autrement… trouver un chocobo plus docile qui suivrait le sien par exemple.

Un moment de silence, et c’est tout ce qu’il fallut pour que carbuncle prouve qu’en dépit de sa non-nécessité à manger, la petite bestiole souhaitait goûter ce qu’il y avait dans l’assiette d’Agnès ! Il faisait aller sa petite truffe comme un lapin qui reniflait l’air en quête de quelque chose de bon à manger. Puisqu’il ne ressentait aucune faim, l’invocation, sa curiosité satisfaite, laissant la jeune femme tranquille pour retourner se coucher. Cela poussa Agnès à demander s’il y avait beaucoup d’invocateurs sur son monde à lui, en notant que sur Héra, c’était un don inné, même si c’était de l’histoire ancienne à en croire ses mots.

« Sur Éorzéa, il n’est aucun don qui soit inné. Presque tout peut s’apprendre. A vrai dire, quiconque souhaitant devenir invocateur le peut. Il suffit pour cela de rejoindre une guilde où des professionnels dans l’art de l’invocation prennent des élèves sous leurs ailes afin de leur apprendre les rudiments et secrets de cette magie. » Agnès commenta que ça devait être merveilleux de se sentir en symbiose avec une petite créature comme celle-là, et Alphinaud sourit en acquiesçant. « C’est quelque chose d’unique. Je ne sais qu’invoquer un carbuncle cela dit. Certains poussent leurs études dans une autre branche et apprennent à invoquer la puissance des fées pour protéger et panser les maux de leurs camarades au combat. C’est une discipline variée, bien qu’il soit impossible de faire les deux en même temps. Je suppose que c’est une question d’éther. » Il parlait de façon très automatique, comme à son habitude ! Heureusement, les autres personnes présentes ne semblaient pas trop se préoccuper de ses longs discours.

C’était beaucoup d’informations cela dit, même si la conversation continuerait sûrement là-dessus. Alphinaud termina son assiette et attendit que Agnès ait fini aussi pour rapporter le tout. Elle était allée chercher le repas, il pouvait bien couper la poire en deux en ramenant le plateau ! Et ensuite, ils pourraient dormir. Mine de rien, cette balade avait été réellement épuisante, et cette histoire avec le chocobogre avait eut le don de les secouer, et pas qu’un peu ! A ce sujet, en revenant, il jeta un coup d’œil vers le marchand. Il ignorait s’il dormait, son dos était tourné à eux, mais il demeurait immobile et à en juger par le mouvement naturel de son corps, il respirait profondément. Sans doute était-il parvenu à trouver le sommeil en dépit de la terreur vécue.

« Bien ! Une bonne nuit de sommeil et demain, nous reprendrons la route vers Alexandrie. Qui sait, peut-être qu’avec l’aide des chocobos, nous pourrons atteindre le port plus rapidement que prévu ? » Ce n’était qu’une supposition bien entendu, il ne connaissait pas du tout la route à venir et peut-être que même avec ces volatiles, ils devraient faire une halte en ville. Pour l’heure, il tira la couverture de son lit attitré et s’il jeta un coup d’œil vers son carbuncle pour voir s’il se dissiperait pour la nuit ou s’il viendrait se coucher là, celui-ci ne fit que le fixer un moment d’un regard quelconque avant de se rouler en boule… là où il était. Sur le lit d’Agnès, au niveau des pieds. Ah ben oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agnès Oblige
Vestale du Vent

Vestale du Vent

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 12
HP : 2200/2200
MP : 65/65
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Dim 8 Oct - 11:49

Finir la traversée de la route à dos de chocobo était une bonne idée, le seul véritable problème, c’est qu’Agnès n’en avait jamais monté un, elle ne savait même pas comment le monter, donc le diriger sans tomber … imaginez un peu. Pour cela, Alphinaud jugea qu’ils devraient essayer d’en prendre un pour deux si c’était possible, et qu’il s’occuperait de diriger l’animal. Oui … Bah qu’il s’attende à être étouffé alors ! Ce fut comme un petit pic de stress qui vint former une boule au ventre d’Agnès, l’espace d’un instant, avant que Carbuncle ne la fasse retomber sur terre et la plongea dans une réflexion au sujet des invocations. Autant dire qu’elle fut surprise d’apprendre que le fonctionnement de cet art était différent sur Eorzéa : personne ne naissait avec ce don, tout le monde pouvait l’apprendre.

- Ca s’apprend vraiment … ? C’est incroyable …

Oui pour elle ca l’était, c’était différent de tout ce qu’elle avait connu ici. Certes, elle savait que c’était différent sur Dol par exemple aussi, grâce à Ruby. Mais pour obtenir une G-Force, il fallait savoir la combattre et la soumettre … Ce n’était pas à la portée de tous. Remarque avec un peu de recul, c’était sûrement pareil sur Eorzea. Comme une école où un élève pouvait exceller dans une matière et non dans une autre. Il suffisait qu’un élève ne soit pas capable de suivre et comprendre l’apprentissage de l’invocation pour qu’il ne puisse pas invoquer … C’est ca ? Enfin, elle ne posa pas la question à voix haute, mais c’est l’image qu’elle se donnait pour bien saisir la chose. Alphinaud continuait ses explications, on sentait que c’était sa spécialité, et Agnès avait haussé un sourcil à la mention des fées.

- Eorzéa est une terre qui semble être pleine de surprise. Les fées n’existaient pas pour elle, ce n’était que des créatures légendaires que l’on trouvait dans des contes pour enfants ou dans des pièces de théâtre un peu loufoques. - C’est pour ca que tu as appris à invoquer alors ? Pour ressentir cette sensation « unique » ?

C’est vrai qu’elle se montrait un peu curieuse tout à coup, mais en y réfléchissant jusque maintenant, elle avait surtout posé beaucoup de questions sur Hydaelyn, et non sur ce qui était désormais son compagnon de voyage. En y pensant deux secondes, c’en était un peu honteux ! Mais de toute manière, la conversation n’allait pas s’éterniser, les assiettes étaient sur le point d’être vides, et la fatigue se faisait de plus en plus lourde à chaque seconde qui s’écoulait. Alphinaud s’éclipsa juste le temps d’aller ramener la vaisselle, de son côté, Agnès rangea tout son fouillis sur le lit pour pouvoir s’installer ensuite sous les draps.

Elle attendit qu’Alphinaud revienne pour lui souhaiter une bonne nuit et approuver ses dires, avant de tirer la couverture. Oh, et une dernière caresse à Carbuncle aussi ! La demoiselle se mit à sourire en le voyant roulé en boule à ses pieds. Peut-être sentait-il qu’elle l’admirait ? Dans tous les sens du terme. Bref. Agnès s’allongea en tirant ses draps et ferma les yeux, et bien que cette épuisante journée défila encore dans son esprit, elle s’endormit vite.

Et fit même une nuit d’une traite ! Pourtant les personnes avec eux s’étaient réveillées pour certains, un autre ronflait même, mais rien ne perturbait Agnès … Pas même la lueur émise par Carbuncle ! C’était peut-être lui qui dérangeait les autres allez savoir ? En tout cas, ce fut les bruits de vie dans la pièce d’à côté – l’accueil – qui réveillèrent la jeune femme au petit matin. Une petite caresse à Carby, et d’un pas discret pour ne réveiller personne dans la pièce, elle sortit pour aller prendre le petit-déjeuner, tout juste en train d’être préparé. Le temps qu’il soit prêt, l’aubergiste lui confia un panier avec les vêtements propres de la veille, la lessive ayant été faite au cours de la nuit, et Agnès se renseigna pour les chocobos.

Une fois que tout était prêt, et ne pouvant pas transporter le panier de linges et le plateau repas à la fois, l’Al Bhede l’accompagna jusqu’au dortoir, chacune avec quelque chose dans les mains, et c’est en essayant de faire le moins de bruit possible qu’elles déposèrent le tout dans la chambre. Mais quelques personnes s’étaient réveillées, dont Alphinaud.

- Bonjour. Tu as bien dormi ? Elle ca allait, elle avait encore quelques rares courbatures qui la tiraient dans les jambes à cause de la veille, mais elle avait connu bien pire.
- Nous n’avons que des tartines et un jus de fruit à vous offrir pour le petit-déjeuner aujourd’hui, je suis désolée, j’espère que cela vous conviendra. Je retourne à l’accueil si vous avez besoin de moi. Bon appétit.

Avoua la blondinette avant de retourner à ses affaires. Agnès la regarda partir du coin de l’œil jusqu’à ce que la porte soit fermée. Elle montra un chocolégume qu’elle avait pris au passage à la boutique à côté de la réception.

- Les chocobos sont tout à fait capables de transporter deux personnes de carrure normale, elle m’a juste dit de lui donner ce légume pour faciliter l’apprivoisement.

Et pendant qu’il mangerait, ils pourraient monter sur son dos plus facilement. Avec la petite carrure d’Agnès, et pire, celle d’Alphinaud, autant dire que ce ne serait pas eux dont le poids gênerait vraiment l’animal … Bon, en tout cas il fallait manger et se changer avant de partir ! Agnès redoutait déjà le moment fatidique où elle devrait grimper sur le dos du chocobo …

« Achats »:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frost
Modo Givré

Modo Givré

avatar
Niveau : 17
HP : 17/13
MP : 17/13

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Lun 9 Oct - 12:18


Alphinaud monte au niveau 9 et Agnès* monte au niveau 11 !!
HP/MP restaurés


Comptabilité:
 

*:
 

**:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alphinaud Leveilleur
Héritier de l'Aube

Héritier de l'Aube

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 10
HP : 1850/1850
MP : 55/55
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Jeu 12 Oct - 15:05

Pourquoi avait-il décidé d’apprendre à invoquer ? Alphinaud leva sa main pour l’appuyer sur son menton, pensif.
« Curieusement, je ne m’en souviens pas. J’ai toujours été fasciné par cette pratique… Qui plus est, c’était une magie enseignée à l’établissement où moi et ma sœur avons effectués nos études. C’était une occasion à ne pas laisser passer. » Sourit-il, sans trop chercher à approfondir ses explications. Il l’ignorait, honnêtement, il avait toujours été attiré par les magies les plus sophistiquées, et il fallait dire qu’invoquer une telle créature demandait de la ressource et de la connaissance ! Deux choses que Alphinaud pouvait se vanter d’avoir, bien qu’il ne le dirait pas à voix haute… pas comme jadis en tout cas.

Quoi qu’il en soit, les deux compagnons allèrent se coucher, Carbuncle servant de veilleuse à côté. Quiconque entrerait pendant la nuitée aurait une certaine surprise ! Mais personne ne vint les perturber. Le lendemain arriva donc rapidement, après une nuit sans rêve dérangeant ni sommeil troublant - en dépit de ce qu’ils avaient vécus au dehors la veille - et Alphinaud se réveilla pour tomber nez à nez avec un Carbuncle hécatolite dressé sur le bord de son lit, en train de le fixer d’une manière fort incrédule. C’était à croire qu’il avait sentit son réveil imminent et avait crut bon d’être près de son maître à cet instant. De suite, l’invocateur sourit en allant lui tapoter la tête.
« Bonjour Carbuncle. » Il se redressa de suite pour entendre des pas dans la pièce d’à côté, des voix éloignées aussi… Bien des gens semblaient déjà levés. Bientôt, il vit apparaître Agnès avec des vêtements propres et une jeune femme à côté qui transportait un plateau de nourriture. Elle s’excusa du maigre menu mais Alphinaud secoua la tête. « Ce sera amplement suffisant ! Merci beaucoup. » Sourit-il à la dame qui, charmée de sa compréhension, laissa le plateau et fila.

Il n’avait pas répondu à Agnès du coup.
« J’ai bien dormi oui, merci. Et toi ? » A priori, tout le monde avait passé une bonne nuit. Bonne nouvelle en cette petite matinée. Du coup, alors qu’ils mangeaient, Agnès expliqua s’être renseignée concernant les chocobos. Ils pouvaient effectivement transportés deux personnes, il fallait seulement utiliser un légume pour les apprivoiser… ou les récompenser de leurs efforts. Ou les payer, plutôt ? Quoi qu’il en soit, c’était la marche à suivre. « Excellente nouvelle ! Nous gagnerons Luca rapidement de cette façon. » Et ils pourraient, de surcroit, rejoindre Alexandrie rapidement.

Le petit déjeuner terminé, le duo se prépara pour quitter les lieux et, Carbuncle sur leur sillage, ils partirent de l’auberge pour rejoindre l’enclos à chocobos au dehors. Ils semblaient très dociles, leur approche ne les stimula pas plus que ça. Il se risqua à tendre une main et l’oiseau y fourra son bec de suite, décidément, ils étaient fort bien apprivoisés ! Ils donnèrent donc un chocolégume à l’un de ces volatiles qui se pencha suffisamment pour y grimper. Alphinaud prit l’initiative de se hisser dessus, avant de tendre la main vers Agnès qui paraissait… un peu incertaine ?
« Ne t’en fais pas Agnès. Tout ira bien. » Il suffisait de bien se cramponner ! Et rapidement, ils arriveraient à Luca. Carbuncle était toujours au sol, mais il disparaitrait s’il venait à être trop éloigné de son invocateur de toute façon, pour ensuite reparaître plus loin ! C’était malin ces petites bêtes.

Lorsque Agnès eut grimpée sur le chocobo et fut bien en place, Alphinaud attrapa les rennes. Honnêtement, il n’était pas si sûr de lui ! Mais il ne voulait pas embarrasser Agnès avec ses propres tracas. Voyager à chocobo n’était pas dans ses habitudes, c’était arrivé une ou deux fois… et rarement tenait-il les commandes ! Mais il avait saisit que Agnès ne serait guère à l’aise avec ça, aussi préférait-il prendre les devants. Après tout, ce n’était pas sorcier, hein ?

« En route ! » Et le chocobo fila !

Direction : Luca


MJ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fulgora
Éclair à la retraite!

Éclair à la retraite!

avatar
Fiches du joueur :
Personnages :
Ace - Agnès Oblige - Azura Lucem - Ruka Kawanomu - Rydia - Sheli Makunochi - Y’Dahlin Shul

Niveau : 100
HP : 9999/9999
MP : 999/999

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Jeu 19 Oct - 18:00

Spoiler:
 


Agnès passe au niveau 12 !

Alphinaud gagne 50 gils !

Direction : Luca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pavel Bane
Explorateur Intrépide

Explorateur Intrépide

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1400/1400
MP : 40/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Sam 25 Nov - 14:52

Pavel et Zelda viennent de la route des Mycorocs

De son côté, tout allait bien et ils purent reprendre la route tous les deux afin de quitter cette section et entrer dans une nouvelle partie de leur traversée jusqu'à Luca. Mais même s'ils n'en avaient pas croisés en chemin, la demoiselle s'inquiétait tout de même ce qu'il pourrait y avoir sur la route en dehors des monstres mais même si Pavel en avait déjà entendu parler, il n'avait jamais fait l'expérience de croiser des malfrats sur les quelques passages qu'il avait déjà pu faire ici. Il la rassura donc sans trop attendre malgré la présence d'un homme lourdement armé qui passait dans le sens inverse au leur.

« D'après ce que j'ai entendu, ça arrive... Mais rassure toi, je n'en ai jamais croisé un seul. » Peut être parce qu'il était un homme, peut être parce qu'il paraissait être entraîné ou peut être aussi qu'il ne semblait rien avoir de valeur sur lui ? Il y avait une multitude de raisons pour l'expliquer mais il ne s'en plaindrait pas et c'était bien pourquoi Pavel espérait que ça continuerait maintenant qu'il était avec une si charmante demoiselle dont il avait du mal à détourner l'oeil. Il indiqua alors une trajectoire qui les ferait monter vers la droite en ajoutant quelques mots pour ne pas l'induire en erreur. « On doit monter par ici. L'autre chemin mène à un cul de sac. » On lui avait dit que c'était une route autrefois utilisée pour passer sur le Sélénos mais il n'avait jamais cherché à s'y aventurer jusqu'à présent.

Ce chemin les ferait monter assez haut et leur permettrait de passer deux ponts avant d'arriver à l'auberge. D'ici, on pourrait espérer arriver dans peu de temps mais Pavel ayant déjà fait plusieurs fois cette route, il savait qu'ils n'arriveraient pas avant la tombée du soleil si bien qu'il tenta de presser un peu le pas. En outre, le sujet précédent n'ayant pas été fermé, il reprit la parole pour le réengager alors qu'il s'avançait sur la route qu'il avait indiquée à Zelda.

« Mais qu'importe s'il y en a, tant que je suis avec toi, tu ne risqueras rien. » Ce n'était pas une drague ou quoi que ce soit mais juste une manière de lui dire qu'il ne laisserait personne, que ce soit un monstre ou un brigand, lui faire du mal. Il lui avait dit qu'il l'aiderait à retrouver d'où elle venait et, plus généralement, la mémoire ; pour se faire, il savait déjà à la base qu'il aurait à la protéger et il ne comptait pas revenir sur sa parole maintenant qu'il en était à ce stade. Il en ajouta davantage encore en retournant la tête avec un sourire encourageant vers la princesse. « De toutes façons, cette partie de route est bien plus découverte et donc bien plus sûre que celle qu'on vient de passer. » En espérant qu'elle pourrait continuer sans trop s'inquiéter sur ce point, la nuit arrivant aurait déjà de quoi mettre une bonne source de stress pour les deux voyageurs, il était inutile de trop en ajouter sur le tapis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelda Nohansen
Princesse Oubliée

Princesse Oubliée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Jeu 30 Nov - 17:28

Pavel semblait, mine de rien, connaître la zone. Elle avait cette chance d’être tombée avec un aventurier qui connaissait un peu les environs… Ils auraient put également être paumés tous les deux et la situation aurait certainement été un peu plus dangereuse. Zelda lui accordait une confiance aveugle, suivant ses pas en ayant la conviction qu’ils arriveraient à trouver un gîte avant que la nuit ne tombe. Celle-ci approchait à grands pas, mais Zelda ne perdait pas espoir de s’abriter avant la nuit noire.

Zelda se renseigna tout de même au sujet d’éventuels voleurs ou bandits, elle craignait qu’ils ne puissent en croiser sur la route et demeurait sincèrement inquiète même alors que Pavel tentait de la rassurer en disant que ce n’était pas possible… ou du moins qu’il n’en avait pas croisé des masses ! Ce n’était donc pas une garantie, mais c’était déjà un peu plus rassurant.
« Merci… » Savoir qu’il était là et qu’il veillerait sur elle était sincèrement très rassurant, même si ça ne promettait pas l’absence totale du danger. Quoi qu’il en soit, il la protégerait comme il le pouvait et Zelda garda à l’esprit qu’elle n’était pas seule afin de ne pas inutilement angoisser non plus au sujet de fantômes qui n’avaient pas lieu d’être.

Ils tentaient de presser le pas pour rejoindre rapidement une auberge ou un endroit sûr, mais la nuit semblait promettre de pointer le bout de son nez avant qu’ils ne trouvent un toit où s’abriter. Inquiète, Zelda avançait en tâchant de ne pas trop fatiguer, mais il fallait admettre qu’elle ralentissait… elle commençait à avoir des fourmis dans les jambes et l’épuisement l’empêchait de vraiment être productive ! Ce n’était pas faute d’essayer de suivre le rythme de Pavel, mais l’aventurier était plus habitué qu’elle aux longues balades, et il ne portait certainement pas une longue robe blanche… !

Elle s’arrêta un moment sans prévenir Pavel, juste de quoi reposer maigrement ses jambes, mais à peine reprit-elle le rythme, alors que le crépuscule était à leurs portes, quelque chose attrapa ses longs cheveux blonds avec une vivacité si soudaine que ça lui arracha un cri. Propulsée en arrière comme une vulgaire poupée de chiffon, la jeune femme tomba douloureusement assise avant de lever la tête pour voir un individu – celui qu’ils avaient croisés plus tôt et qu’elle avait estimée inconvenable de juger trop vite – qui lui tenait les cheveux et lui décerna un sourire mauvais.
« Alors ma jolie ? On se balade si tard ? » Il n’y avait que quoi, trois mètres entre elle et Pavel… et c’était suffisant. Juste assez pour qu’il l’attrape. Une boule au ventre, Zelda chercha rapidement Pavel du regard, comme s’il aurait put l’abandonner. Elle savait pourtant que non. « Hep toi ! Lâche ta thune et je te la laisse. Sinon, je pourrai toujours trouver compensation sur elle. Elle est pas vilaine hein ? » Il tira sur ses cheveux, question de prouver qu’il ne rigolait pas, arrachant un couinement plaintif à la demoiselle.

« P-Pavel… ! » Appel effrayé, qui fit bien rire le môssieur. L’avantage, c’était qu’il était seul. Même si c’était un gros bourru bien musclé, il restait seul. Malheureusement, Zelda était trop effrayée et bien trop fatiguée pour penser une minute à lutter en utilisant une magie par exemple. Elle aurait put, mais ses pouvoirs étaient intensément amoindris depuis sa résurrection… et l’épuisement n’aidait pas du tout !

« Moi j’dis pas mais au pire si tu veux garder tes sous, je peux revendre le bel arc. Et je garde la meuf aussi. Faut pas déconner. » Son arc ? Ah, oui il était toujours dans son dos… Elle l’avait oublié. Inutile de songer une seconde à l’utiliser pour lutter contre lui ! Quoi que… peut-être pourrait-elle faire apparaître une flèche dans sa main ? Mais avant qu’elle n’y pense, la peur lui mordit les entrailles, lui rappelant une chose : l’homme avait un couteau bien tranchant dans la main, et un mauvais mouvement pourrait lui vouloir de graves blessures, sinon la mort assurée. Et ça ne l’intéressait pas vraiment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pavel Bane
Explorateur Intrépide

Explorateur Intrépide

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1400/1400
MP : 40/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Dim 3 Déc - 11:47

Confiant que personne n'oserait s'en prendre à eux eu sa présence, Pavel avançait à un bon pas dans le seul espoir de pouvoir arriver à l'auberge avant que la nuit ne tombe. Il s'assurait par moment quand il était trop en avant que Zelda suivait bien et freinait un peu pour lui permettre de le rejoindre avant de reprendre la route. Ca dura comme ça jusqu'à ce qu'ils arrivent au niveau du pont en pierre environ à mi-chemin entre l'auberge et la limite de la route des Mycorocs mais il entendit des voix à ce moment là derrière lui et se retourna pour se rendre compte que Zelda venait de violemment se faire arrêter par un type – celui là même qui était passé un peu plus tôt sur la route des Mycorocs justement... Il les avait suivi jusqu'ici pour s'en prendr à eux ?

Pavel n'avait pas suivi la discussion qui avait davantage été à sens unique entre Zelda et son ravisseur mais il ne pouvait clairement pas ignorer ce qu'il se passait. Il jaugea rapidement la situation en voyant que sa protégée était menacée par un couteau. Elle était maintenue par les cheveux d'une seule main, le brigand avait un couteau dans l'autre et ne semblait pas trop hésiter sur la manière de l'utiliser si jamais ça tournerait mal pour lui. Et si jamais Pavel ne souhaitait pas payer, il sous entendait clairement qu'il garderait Zelda et ça ne serait sans doute pas pour la choyer...

Le jeune homme n'avait pas trop le choix du coup et malgré qu'il réfléchissait à toutes les choses qu'il pourrait faire, il n'avait que peu de temps puisque cet homme semblait avoir de la suite dans les idées : garder Zelda lui permettrait aussi de revendre son arc et plus le temps passait, plus il aurait de raison de ne pas attendre la bourse de Pavel.

« D'accord. » Fit-il... « Je vais te donner mon argent. » que ça soit clair quand même... Il ne cherchait pas à poser la main sur son épée non plus pour ne pas que le type se sente menacé. Il prit un sac rempli de pièces et il s'avança d'un pas pour pouvoir le donner à son agresseur.
« Attend un peu. » Évidemment : il ne prendrait aucun risque... « Dépose là où tu es et recule toi. » Il s'en serait douté... Du coup, il arrêta de s'avancer et déposa un genou sur le sol afin de pouvoir déposer la bourse... Il réfléchissait toujours à comment s'en tirer sans se faire voler tout leur argent... Avec tout ce qu'il avait dit, rien ne pourrait faire penser qu'il lâcherait Zelda en retour... Il se doutait bien qu'il était sérieux en parlant de revendre l'arc et de garder la fille... Non, il n'était pas question de le laisser partir comme ça. D'autant plus qu'il était seul... La posture que le ravisseur avait, la manière dont il se tenait... Pavel avait tout analysé.

Il ne savait pas du tout que le guerrier était aussi en mesure de faire de la magie... D'une main, il déposa le sac rempli de gils sur le sol et de l'autre, à plat sur ce même sol juste à côté comme s'il allait s'aider de cette dernière pour se redresser, il canalisa de l'énergie et visa les pieds de cet homme en tentant de ne pas toucher Zelda dans la manœuvre. Il se redressa vivement dès l'instant où le sol se souleva sous les pieds de ce type. Il courut ensuite vers sa protégée afin de repousser ce type et se mettre entre eux deux.

« T'aurais pas du faire ça. » Que lui sortit le brigand visiblement bien furax que ça ne se passe pas comme il le voudrait.
« Si tu pars maintenant sans faire d'histoire, il ne t'arrivera rien. » Que tenta Pavel. Le type lui cracha au visage, preuve étant qu'il n'allait pas partir et il se rua sur lui pour essayer de le frapper avec son couteau. Le guerrier se protégea de son épée et le repoussa encore une fois, il semblerait que ce type ne comptait pas les laisser partir aussi tranquillement...

« Ca va Zelda ? » Que demanda alors Pavel sans quitter son adversaire des yeux. Il ignorait si elle avait été blessée vu que ce type avait mine de rien un couteau... C'était un coup dangereux que Pavel avait tenté mais il était bien conscient que cet homme ne l'aurait de toutes façons pas laissé partir comme ça... Au moins, le fait que Pavel avait une épée au moins cinq fois plus longue que le couteau qu'il avait lui même semblait commencer à faire douter ce type vu qu'il n'avait pas encore tenté de revenir vers le guerrier. Il semblait jauger du regard de s'emparer de la bourse toujours au sol de Pavel à voir comment il cherchait à s'en sortir gagnant dans l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelda Nohansen
Princesse Oubliée

Princesse Oubliée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Mar 26 Déc - 11:52

La situation dégénérait, et pas qu’un peu. C’était d’une certaine ironie aussi, surtout alors que Zelda venait tout justement d’exprimer son inquiétude au sujet d’éventuels bandits ! Paralysée par la peur, l’ancienne princesse ne pouvait qu’observer son ami en espérant qu’il coopère, puisqu’elle ne voyait pas comment ils pourraient s’en sortir indemne autrement. Elle ne pouvait rien faire d’où elle était, et loin d’elle la perspective d’essayer d’attaquer ce bonhomme ! Il pourrait très bien lui faire du mal ou pire, la tuer, si elle tentait le coup et se ratait…

Heureusement, Pavel se montra coopératif, et déposa sa bourse de gils sur le sol… pour ensuite s’en prendre à ce voyou en utilisant la puissance de la terre ! Surprise, Zelda se dégagea maladroitement à la seconde où elle sentit que ce type ne lui tenait plus les cheveux. A quatre pattes sur le sol, elle se traina sur un mètre, permettant à Pavel de se mettre entre le voleur et elle. Le cœur battant à la folie, elle ne suivit pas la discussion, l’échange assez violent d’ailleurs surtout du côté du brigand… Elle avait la nausée et sa tête tournait. Le stress avait des effets très sévères sur le corps… ce n’était pas bon…

Elle ne réagit que lorsque Pavel l’appela en demandant si elle allait bien.
« Je… je crois… je crois que ça va, oui… » Elle avait le tournis mais elle n’était pas blessée… si ? Elle avait un doute du coup. Péniblement, la jeune femme s’installa sur son séant et regarda ses bras, ses jambes… Sa robe, outre de la terre, n’était pas sale. Elle n’avait pas de tache de sang… donc c’est que ça devait aller.

Vraisemblablement, l’unique objectif de ce gros lourdaud, c’était la bourse de gils. Elle était toujours au sol et en jetant un coup d’œil dans cette direction, Zelda remarqua que c’était l’unique tentation en vue pour cet énergumène aux vilaines intentions. Alors que Pavel restait concentré sur la possibilité de bloquer la route du bandit, la princesse de jadis eut le réflexe de s’approcher du petit sac marron remplit de pièces dorées, et retourna ensuite derrière Pavel, serrant l’objet contre elle. Ce n’était pas précieux, ni sentimental, mais sans ça, ils ne pourraient ni se nourrir, ni avoir un abri pour la nuit, ni un lit où dormir. C’était important, c’était vital en ce monde. Et elle ne voulait pas que cette fripouille récupère le fruit de leurs efforts !

« Je vais me tailler un morceau de toi, le maigrichon ! Et après je m’occuperai de ta copine ! » Il ne semblait pas content du tout. Mais chacune de ses tentatives pour attaquer étaient bloquées par Pavel… Zelda soupira : heureusement, son ami était un épéiste expérimenté et savait se débrouiller. Elle eut l’opportunité de souffler, jusqu’à entendre un bruit étrange. Un déclic. Son regard se tourna vers l’homme qui sortait une nouvelle arme d’un holster situé à sa cuisse… un cylindre cuivré qui scintillait sous les lueurs de la lune tout justement levée.

L’homme afficha un sourire satisfait, convaincu d’avoir l’avantage.
« Héhé, regarde un peu ça, gringalet. Tu fais quoi maintenant avec ton couteau ? » Zelda n’avait jamais vu une arme de ce genre, mais ce ne fut pas très compliqué de comprendre comment ça fonctionnait. Il restait à distance et pointait l’objet vers Pavel sans se préparer à bouger. Se pourrait-il… se pourrait-il qu’il puisse appuyer sur un simple détonateur et envoyer une sorte d’arme sans bouger de sa position ?

Mais il s’occupait bien trop de Pavel. Au point où il ne vit pas une flèche lui arriver en plein dans l’épaule, lui faisant lâcher cette étrange arme qu’il avait à la main. Il lâcha un râle alors qu’il tentait d’attraper la flèche lumineuse qui restait obstinément planté dans son épaule, lui traversant presque le corps ! Assise à côté du guerrier, Zelda avait eut le courage de tirer une flèche, craignant que cette chose ne soit une bombe ou un truc bien plus dangereux qu’une simple épée…
« Tsch ! Espèce de… salo… merde ! » Il tira comme un forcené sur la flèche pour l’enlever, mais la magie de celle-ci la rendait indestructible, empêchant l’homme de casser la queue de la flèche pour espérer la retirer plus aisément. Zelda lâcha son arc, secouée autant par sa réussite que par tous ces événements. Ses mains tremblaient tellement qu’elle peinait à croire qu’elle avait réussi à le toucher ! Cependant, tout n’était pas encore tout à fait fini… le voleur était encore là, plus en colère que jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pavel Bane
Explorateur Intrépide

Explorateur Intrépide

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1400/1400
MP : 40/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Ven 12 Jan - 16:18

Incertaine de si elle devait dire aller bien ou seulement mentir en affirmant que ça ne pourrait aller mieux, Zelda fut franche et affirma croire que ça allait. Pavel pourrait s'occuper un peu plus de cet énergumène qui ne souhaitait pas les lâcher. Encore une fois, désarmé et loin de son objectif, il ne semblait pas vouloir quitter les lieux et affirma qu'il s'occuperait d'abord du guerrier avant de s'en prendre à sa copine. Et s'il ne semblait vouloir partir qu'avec de l'argent, son intonation permettait de deviner une intention plus malsaine derrière ces quelques mots.

« Encore faudrait-il que tu puisses me passer dessus... » Pavel semblait avoir comprit que, inévitablement, il devrait s'en débarrasser pour gagner le droit d'être libre et en paix. D'autant plus que l'état – davantage mental que physique à ce qu'il avait compris – de Zelda le préoccupait tout de même un peu. N'abandonnant pas la partie, après quelques échanges de coups, le brigand sortit une arme à feu, une arme inconnue sur Héra mais que Pavel avait tout de même eut le temps de découvrir en passant sur Spira. Il serra les dents sans trop savoir l'effet qu'une balle de cette arme aurait. Pourtant, il n'aurait pas le loisir de le savoir pour l'instant parce que Zelda, lancée par l'adrénaline, envoya une flèche de lumière dans l'épaule de ce type qui comprit ne pas pouvoir s'en défaire aussi facilement.

L'arme à feu avait tout de suite glissée sur le sol et Pavel n'eut qu'à se pencher pour pouvoir la ramasser et la pointer sur son assaillant. « Déguerpis maintenant. »

Le guerrier s'imaginait que ça suffirait pour que ce bandit ne file mais ce dernier eut tout de même un grand sourire, il ne semblait rien avoir à perdre... Il se rapprocha malgré la flèche dans l'épaule qu'il avait finalement décidé de laisser là mais Pavel fut surpris lui même par la rapidité de ce qu'il venait de faire. Appuyer sur la gâchette avait créé une détonation et dans la seconde suivante, il voyait le regard de ce type se décomposer alors qu'il tombait sur le côté du chemin pour glisser dans l'herbe. Le canon encore fumant, Pavel se demanda pendant un instant si cette arme était si puissante et si ce type ne jouait pas simplement la comédie. Mais comme il ne se relevait pas, il se rapprocha d'un pas et tenta de le secouer un peu avec la pointe de son épée.

Un œil sur le bandit, l'autre sur l'arme, il préféra la jeter dans le fossé juste à côté de lui et se rapprocha encore de son adversaire pour le retourner et se rendre compte qu'il était mort en fait. Soit il n'était plus très en forme suite à leur duel, soit cette arme était d'une puissance étonnante par rapport à sa taille. Il regarda Zelda mais finit par se dire que le plus important était de s'occuper de ce qui mériterait encore d'avoir son attention. Il se redressa, laissant donc le cadavre ici et se rapprocha de la princesse afin de voir comment elle se portait. Il rengaina son arme alors qu'il se posait devant elle, allant chercher son épaule de sa main pour attirer son attention dans un premier temps.

« Tu vas bien ? On va y aller... On ne peut plus rien faire pour lui maintenant. »

Il ne se voyait pas lui dire qu'il l'avait tué... Il n'y croyait qu'à peine lui même à vrai dire mais ça ne serait pas la première fois qu'il se battait pour sa vie même contre un autre homme de toutes façons. « L'auberge n'est plus très loin... Si tu n'y arrives pas, je peux te porter. » Évidemment, il préférerait autant faire ce qu'elle voudrait mais si elle n'était pas en mesure de se lever, il savait bien que ça serait la seule possibilité. La nuit étant en train d'établir son règne, il ne se voyait pas aller jusqu'à l'auberge en courant pour aller chercher de l'aide – un chocobo par exemple – et revenir ensuite vers elle... Non, il ne la lâcherait pas et cette histoire avec ce type venait de lui faire comprendre que ça ne serait absolument pas une option !

Et si les bandits étaient maintenant un fait avéré et parfaitement plausibles, il restait encore les monstres qui n'auraient pas la moindre pitié pour une personne blessée... Il faudrait espérer qu'ils n'en croiseraient pas sur la courte distance qu'il restait à faire mais Pavel n'en voyant pas, il se disait que ça ne serait qu'une formalité s'ils se mettaient en route maintenant... Dix à quinze minutes tout au plus... Déjà, Pavel alla se pencher pour ramasser l'arc de la demoiselle afin de le garder avec lui jusqu'à ce qu'elle ne soit en mesure de se relever et de reprendre la route. Il ne s'occupait pas du tout de son argent qu'elle avait encore dans l'une de ses mains. Ce n'était pas trop sa priorité à l'heure actuelle en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelda Nohansen
Princesse Oubliée

Princesse Oubliée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   Sam 13 Jan - 12:38

Pavel n’avait certainement pas l’intention de lâcher le morceau, il récupérerait non seulement son argent, mais défendrait également la princesse déchue. Le souci, c’est que le bandit contre qui ils luttaient avait une arme à feu et Zelda pouvait déjà s’imaginer ce que ça ferait comme dégât… Heureusement, dans l’élan de la peur, la demoiselle décocha une flèche qui s’enfonça dans l’épaule du gros type, l’empêchant de tirer avec son arme. Pavel en profita pour aller s’en emparer et le menaça, mais l’homme ne semblait pas vouloir se laisser écraser de la sorte !

Il tenta une dernière approche, mais l’aventurier eut la détente facile, involontairement bien sûr. Une détonation si surprenante eut lieu que Zelda boucha ses oreilles promptement après avoir sursautée assez méchamment sous l’effet du bruit qui la secoua jusqu’au plus profond de son être. C’était si bruyant !! Quelle chose pouvait faire un bruit aussi… déroutant ?! Et dans la seconde qui suivit, un bruit lourd, l’homme était tombé par terre, inerte. Pavel alla s’assurer qu’il ne représentait plus une menace avant de revenir vers la jeune femme qui tremblait encore de tout son corps après ce qui venait de se dérouler.
« I-il est… ? » Pavel n’osa pas lui dire qu’il était mort, mais il mentionna qu’il ne posait plus aucun risque. Il s’était débarrassé de cette vilaine arme aussi, que Zelda pouvait d’ores et déjà étiquetée comme étant déplaisante. Elle espérait ne plus jamais entendre un bruit pareil ! C’était terrifiant !

Il s’interrogea de son état et Zelda peina à parler, sa gorge étant si nouée.
« Je n’ai… rien… » Elle n’était pas blessée, même si elle pouvait dire avoir assez mal au crâne, ce type ayant tiré sur ses cheveux comme une grosse brute ! Son cuir chevelu en avait bavé, mais ce n’était pas grave, aucun bobo vraiment important n’était à déplorer et son joli minois était intact. Elle était juste gravement secouée, au point où quand elle tenta de se remettre sur ses jambes pour marcher aux côtés de Pavel, elle dû demander son aide pour se lever au moins. Par la suite, même si ses pas furent mal assurés, elle arriva à se débrouiller.

« Quelle était cette… arme ? Comment une si petite chose peut-elle faire un son aussi effrayant ? » Pavel en avait peut-être déjà vu lors de ses voyages, mais ce n’était certainement pas le cas de Zelda. La demoiselle allait garder un bien mauvais souvenir de ce petit appareil, peu importe ce que c’était, ça ne pouvait pas être positif. Ce n’était pas comme si sur son monde, du moins de l’époque d’où elle venait, la poudre à canon existait – ni aucune autre technologie du même genre.

Ils arrivèrent à l’auberge plusieurs minutes plus tard, et ce ne fut pas pour déplaire à la jeune femme. Cette dernière avait bien mauvaise mine toutefois, entre la fatigue générale et sa robe blanche qui était généralement très abimée par le voyage mais aussi par ce bandit qui l’avait trainé par terre, elle n’avait qu’une envie : se purifier, et dormir. Pourtant, il faudrait bien manger aussi, elle le savait. Dormir le ventre vide n’avait rien de bénéfique. C’était même tout le contraire. Déjà, sa première initiative fut d’aller s’asseoir sur un siège tout près de l’entrée, sous le regard sans doute soucieux de Pavel.
« Pourrais-tu t’occuper des réservations ? J’aimerais… J’aimerais me reposer un instant, s’il te plait. » C’était dit tout doucement, un soufflement. Une main vint s’approcher contre sa poitrine alors qu’elle sentait ses paupières devenir lourdes et un creux au fond d’elle-même se former. Quelle journée… Si la balade sur la plage avait été très agréable – heureusement, les coquillages n’avaient pas été brisés par l’altercation – la terminaison de cette journée avait eut de quoi être surprenante pour elle, et pas forcément dans le bon sens.

asterisk Zelda et Pavel se dirigent vers le Comptoir de Rin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dernière étape vers Luca   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dernière étape vers Luca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» GC RACE - Choix de la ville d'arrivé de la dernière étape.
» En route vers Luca
» Feu- vers Multi-éléments (Pandawa 191)
» La 7eme et dernière Emeraude du Chaos
» liens vers les 2 gm mago de paragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Spira :: Spira Sud :: Route de Mi'ihen-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives