Forum rpg basé sur les univers des FF IV, VII, VIII, IX et X.

Partagez|

Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ringu Ju-On

Démon Abyssal
Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Mar 28 Fév - 14:17

Je me levai de bonne heure ce matin. Les images de la veille m'avait laissé un joli mal de crâne. Ainsi donc, je n'avais pas fais un simple rêve. Il y avait bien cette femme – Ishta – dans le sous marin de Seifer à la Bataille Navale. Si j'avais douté de la véracité de mes songes, la retransmission de l'événement sur les réseaux sociaux m'avait convaincu que cela ne devait pas être un simple hasard. Je n'avais jamais vu cette créature humanoïde, et pourtant, je pouvais parfaitement la décrire avant même de visionner l'enregistrement. Le monde était étrange depuis la fusion des quatre planètes, alors deux personnes se retrouvant en rêve... Pourquoi pas?


Je soupirai en me massant les tempes du bout des doigts. Il était encore tôt, et le café tardait à faire effet. La nuit était encore là et quelques fins rayons pénétraient dans la pièce. Je tournais les informations en tous sens dans mon esprit, essayant tant bien que mal de reconstruire ce rêve étrange. Une chose était sûre cependant : Seifer tenait un bar dans cette ville. Si je voulais des réponses, c'est lui qu'il faudrait interroger.


Je détournai l'attention deux secondes vers l’entrebâillement de la porte pour voir une petite tête blonde me regarder. Je lui souris, la reconnaissant au premier coup d’œil. Je lui fis signe de venir tandis qu'elle s'asseyait sur l'une des chaises. Elle avait bien grandi maintenant. Elle avait déjà 14 ans. Un bel age qui lui correspondait bien. Son corps évoluait au rythme de son adolescence et elle commençait déjà à faire tourner la tête de certains garçons. 
On avait beaucoup parlé depuis mon retour. Je lui avais présenté Julian, puis lui avais promis de rester aussi longtemps que possible. Je ne pouvais pas rester trop statique bien sûr. Les chimères bougeaient, et je n'allais pas attendre bêtement qu'elles passent toutes à Kalm. Et puis ça éloignerait ma fille de moi...


Même si j'étais heureux et très simple en sa compagnie, je savais que je risquai d'avoir une mauvaise influence sur elle. J'avais torturé, tué, pillé, trahi et manipulé un bon nombre de personnes. Qu'il s'agisse de mon passé ou de mon présent, rien n'était rose, loin de là. L'affaire de Tréno en témoignait parfaitement : Mon côté machiavélique était ressorti, il était toujours là, dans l'ombre. Et quelque part, je voulais la préserver de cela.
Je repensais alors machinalement à la vision d'Alexandre... Allais-je finir par perdre la vie pour sublimer le nouveau monde dans lequel vivrait mon enfant? Je ne savais pas. Là, tout de suite, je ne m'imaginais pas aussi extrême. Néanmoins, je savais que c'était un dénouement possible.


Je servais son chocolat chaud à ma petite tandis que je caressais doucement ses cheveux. Nous discutâmes de choses et d'autres et je l'avertis de transmettre à Julian, notre invité, que je sortais en ville aujourd'hui pour une affaire personnelle. Je l'aidai alors à faire la vaisselle, puis j'entrepris de vérifier qu'elle n'avait rien oublié. Ca la faisait rire car, comme elle se tuait à me le répéter, elle n'était plus une petite fille. Ca, c'est sur, elle avait bien grandis... Trop vite pour que je m'en rende compte même.


Je sortais alors de mon logement. Je déposais juste un baiser sur les joues de ma précieuse fleur avant de m'envoler pour la ville. Kalm était aussi tranquille que d'habitude. Le soleil éclairait son pavé d'une agréable lumière, tandis que l'humidité du petit matin disparaissait peu à peu. Je fis un petit tour chez le marchand de journaux du coin pour m'informer des dernières nouvelles, puis je fis un détour pour voir une amie sur son lieu de travail. L'après-midi arrivant rapidement, je décidai de me rendre au bar de ce fameux Seifer.


J'avais fais quelques recherches en amont. Du peu que j'en savais, il semblait fier et borné, deux qualités dans lesquelles je me reconnaissais. Néanmoins, il était aussi connu pour son échec dans l'une des facultés de Dol et sa rivalité avec un certain Sikual... Ou un autre personnage de ce genre. Dans la ville, on parlait un peu de lui. Ce n'était pas courant qu'un étranger, de surcroît extra-Gaiaen, monte un projet dans cette petite ville. Alors certes, les choses avaient beaucoup évoluées depuis la chute du Météor, mais il fallait bien admettre que ce type était un pionnier. Evidemment, un bar a son lot de bons et de mauvais clients, celui-là ne devait pas être en reste. De plus, d'après son implantation dans la ville, il devait y avoir des types très peu recommandables certains soirs...


J'entrepris alors d'aller au comptoir. Je demandai au serveur un verre de T-ckilla et une planche de charcuteCidre. J'aurai bien pris du poulpe pour me rappeler la douce saveur de l'océan, mais nous n'étions pas sur la côte... Plutôt au milieu des Terra's. Je ne serai d'ailleurs pas étonné qu'ils vendent de la Canine ou du Kagura en lamelles.
D'ailleurs, il y avait déjà de l'ambiance ici. A croire qu'un gang de chevaucheurs de Balade du démon s'était réunis pour l'occasion, puisqu'ils chantaient à l'unisson le générique de Toma Saywar, l'histoire d'un jeune garçon des taudis amoureux de Becky Derxan, une habitante du dessus. Pourtant, le plus frappant restait la présence de personnel de chantier. Était-il simplement en pause ou l'endroit avait-il besoin de réparations? En tous cas, il parlait plus Lynoh et BA13 que de mécanique. 


Et c'est dans cette ambiance un peu folle que je demandais au serveur à rencontrer le patron. Je lui dis que cela concernait une certaine Ishta
L'homme, d'abord hésitant, me toisa du regard avant de partir derrière le comptoir. Seifer était donc là? Possible. Pour ma part, j'attendais au milieu de cette horde de clients tous plus bizarres les uns que les autres, indifférent à leurs Mélody's aussi étranges soient-elles.


Spoiler:
 


Dernière édition par Ringu Ju-On le Mar 28 Fév - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Mar 28 Fév - 15:01

La prochaine fois, autant éviter de s'absenter si longtemps de Kalm. Un huluberlu avait voulu foutre le feu au Saint Cross, et quelques temps plus tard, une folle furieuse a réduit en cendre un appartement. Quand le patron apprit la nouvelle, il vit rouge, pour changer. Mais il dût attendre un moment avant de pouvoir rejoindre la ville où se trouvait son quartier général.

Enfin de retour dans la ville où il avait, depuis son exil, élu domicile, Seifer avait beaucoup de choses à gérer, à commencer par le recradement de certaines personnes. Le jeune homme avait peu de scrupule, c'est vrai, mais il était loin de prôner les enlèvements et le viol. Lorsqu'il apprit que certains de ses hommes s'ammusaient à enlever des jeunes femmes pour diverses activités sordides... La suite sera pour plus tard, il n'avait pas encore décidé de leur sort.

Avant cela, il devait dans un premier temps organiser les réparations de son appartement sacagé. Ainsi que la mise en place d'une réelle personne de pouvoir au sein de son gang, qui pourrait avoir un plan décisionnel sur Kalm suffisament dissuasif pour éviter que des écarts comme ceux-là se reproduisent. Les journées à venir s'annonçaient longues.

~*~

Officiellement, Seifer était le patron du Saint Cross, l'un des bars les plus réputés de la ville aujourd'hui. Mais derrière, il avait une multitude d'affaires et de partenariats au sein de Kalm, que ce soit avec des promoteurs immobiliers, des banques, assurances... Il avait su se servir de sa force de persuasion naturelle pour établir une sorte d'empire qui ne demandait qu'à s'étendre. Mais pour cela, il fallait le maintenir stable et éviter toute discordance. C'est pour cela qu'il passait le plus clair de ses journées, dans son bureau, à l'étage au dessus du bar. Il voyait beaucoup de monde, pour diverses raisons. Son prochain rendez-vous était avec un chef de chantier.

Ce genre de paperasse, ça le gonfle, et il en arrivait à un point où il ne voulait qu'une chose, dormir tellement toute la gestion des incidents survenus cette dernière année le gonflait au plus haut point. Après son dernier rendez-vous, il allait pouvoir souffler. Heureusement celui-ci ne dura pas plus d'une vingtaine de minutes. Alors qu'il commençait à se lever de son fauteuil pour enfin tirer un trait sur cette journée chiante à mourir, un de ses hommes toqua et entra dans la pièce.


- Monsieur...
- Et merde. Qu'est-ce que tu veux ?
- Un homme vous demande. Il dit vouloir vous parler au sujet d'une certaine Ishta.


Il frappa son front avec la paume de sa main. Qu'est-ce qu'elle avait fait encore. Sans dire un mot de plus, il fit signe à l'homme de faire entrer cet inconnu. Après tout, il n'était plus à un rendez-vous près aujourd'hui. Par contre, hors de question de rester assis les bras croisés, il se dirigea vers son petit bar personnel d'où il attrapa une bouteille en verre remplie d'un liquide doré. Il en versa dans un verre.

Lorsque l'inconnu qui voulait le rencontré entra dans la pièce il pouvait voir que le bureau devant lui était vide, Seifer se trouvant sur le côté de la pièce, caché par la porte. Ce n'est que lorsque le serveur partit en fermant la porte que l'ex-étudiant était visible.


- D'ordinaire, les personnes censées ne demandent pas à me rencontrer. J'estime que vous devez donc être courageux, ou bien simplement fou ? Il ne se tournait pas vers son invité. Pas tout de suite. Je vous sers quelque chose ?

Il finit par s'avancer vers le canapé juste à côté, en posant les boissons sur la table basse. Il invita l'homme mystérieux à prendre place sur l'un des fauteuil. Une entrevue, simple et informelle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ringu Ju-On

Démon Abyssal
Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Mer 1 Mar - 10:17

 Le Saint Cross, drôle de nom pour un pareil lieu. Pourtant, je savais qu'il fallait que je fasse attention. Je ne pouvais pas me permettre un faux pas.
La personne que j'allais rencontrer était plutôt populaire. Déjà auprès des journalistes pour ses exploits à la Bataille Navale, mais aussi auprès de certains de mes amis. Il avait, semble-t-il, permis le développement de l'économie dans ce lieu autrefois paisible, si bien que son nom revenait souvent ces derniers temps. Il n'était pas le seul bien sûr, mais il se différenciait des autres riches venus tout droit de Midgar. Lui n'avait pas le sang des innocents des taudis sur les mains. Lui n'avait pas profité d'une luxuriante jeunesse à l'abri de tout. Peut-être que si me direz-vous, mais pas sur Gaïa. Pour moi, cela faisait déjà une grosse différence.


Alors certes, son bistrot ressemblait clairement au repère d'un gang. Mais mieux valait savoir la vermine ici. Elle serait, de ce fait, bien plus facile à trouver. Et d'ailleurs, j'avais bien des envies de ménage dans ce lieu. Le fait de savoir ma fille évoluer dans cet univers risqué ne me plaisait guère. L'heure n'était cependant pas à de telles considérations.


Un autre serveur approchait, m'apportant un cocktail à base de Téquila. Je l'engloutis gouluement en savourant son amertume et sa fraicheur. Rien de tel avant un rendez-vous d'affaires. Bien, j'étais prêt. Le premier des barmans venait de revenir et m'indiqua de le suivre. Seifer était donc là. Je déglutis, non pas à cause du stress, mais parce que ma soif commençait légèrement à me titiller. Heureusement, rien d'alarmant pour le moment.


Je finis devant une porte de bureau. On m'introduit à l'intérieur et je découvrais un lieu vide de toute présence. Ainsi donc allais-je devoir patienter le temps que mon interlocuteur vienne? Appremment non. Il était bien là. Juste derrière la porte. Sa première réplique m'arracha un sourire en coin. Je fermais un instant les yeux en conservant mon expression actuelle.


" Peut-être un peu des deux. Qui sait? "


La féline n'avait pas menti. C'était vraiment quelqu'un. Maintenant que je l'avais en face de moi, je ressentais bien le poids de sa prestance. Rien que par sa posture et l'aura qu'il dégageait, on sentait l'être charismatique et sûr de lui. Un homme somme toute divertissant et très certainement promis à un avenir radieux... Si le monde n'avait pas été ce qu'il était. Malgré ma taille et mes yeux de sang, je ne semblais pas du tout le décontenancer. Il me proposa même un verre, geste plutôt agréable de sa part.

" Volontiers. "


Je m'installais dans le fauteuil en face de lui. Ce dernier était confortable, on y succomberait bien une heure ou deux, le temps d'un petit somme réparateur. Je ne sais pas si c'était le fait d'avoir parlé d'Ishta ou simplement dans le tempérament de cet homme, mais tout était fait pour charmer l'invité. Qu'il s'agisse de la boisson, de l'endroit, de son mobilier... Chaque petit détail semblait avoir été finement pensé pour envoûter les potentiels clients ou partenaires financiers. Pas de doute, c'était bien Seifer en face de lui. C'était bien cet homme dont les villageois de Kalm vantaient l'ambition et le mérite. Un être dont l'influence pourrait être grandement appréciée... Si tant était qu'on pouvait se le mettre en poche.


" Je suis désolé de vous importuner en plein chantier. Je me doute que la journée a du être difficile, j'ai néanmoins quelques questions pour vous. J'espérais que vous me consacriez un peu de votre précieux temps. "


Je m'étais mis plutôt à l'aise. Accoudé, mes doigts se posaient sur le côté de mon visage, soutenant délicatement ma tête. J'avais croisé l'une de mes jambes et sortis mon insigne de détective privé.


" Comme vous en avez surement entendu parlé, un hélicoptère a été volé dans cette ville il y a quelques mois. Il appartenait vraisemblablement à des journalistes de Junon. Et le suspect numéro un est une personne aux oreilles de chat. "


Je marquais une légère pause. Ce que j'exposais était des faits. Ma conclusion se devinait aisément. Néanmoins, autant jouer franc jeu, cela n'en serait que plus apprécié par mon interlocuteur.


" J'ai eu l'occasion de rencontrer madame Ishta. Elle m'a avoué de vive voix qu'elle était responsable de ce tragique crash à Junon. Il semblerait qu'elle ait dû piloter en étant dans votre corps. Un mauvais coup d'un génome farceur... N'est-ce pas? "


Ce dernier élément lui montrait que mes dires étaient exacts. Je n'avais pas pu inventer une histoire pareille. Il risquait donc fortement de me croire au sujet de ma rencontre avec son alliée. Du moins, c'était l'objectif. Passer pour quelqu'un de crédible me paraissait indispensable devant un tel personnage. Il devait voir défiler des hordes de personnages tous plus différents les uns que les autres. Se démarquer relevait du challenge. Challenge que je pensais relever.


" Ce n'est néanmoins pas ce qui m'amène à vous aujourd'hui. Cette histoire appartient au passé et j'estime que vous avez largement apporté à notre société pour effacer cette regrettable affaire. "


Je ne voulais pas qu'il s'imagine que je puisse vouloir le faire chanter. Je me redressai légèrement, désirant aborder le vif du sujet.


" Ma venue concerne la mort d'un certain Ethan, apparemment au service de la Néo-Shinra... Et un ami de notre connaissance commune... "



Bien... La véritable enquête allait pouvoir commencer. J'étais détective privé et je n'avais pas volé ce titre. J'étais curieux et cette affaire m'intriguait. Mais plus encore, j'essayais d'amener doucement le grand Seifer là où je le voulais. La grande question était maintenant de savoir si cela fonctionnerait.  

Spoiler:
 

Laissons, Laissons,
Le R-P nous porter~
Laissons, Laissons... Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Mer 1 Mar - 10:49

L'homme qui venait d'entrer dans son bureau était pour ainsi dire, peu commun. Du moins son allure vampirique laissait penser qu'il était un psychopathe à la recherche de nouvelles victimes. Enfin, il en fallait bien plus pour impressionner le patron. Il restait installé dans son canapé, son verre à la main, tout en écoutant son interlocuteur, et l'invitant à vider son sac.

L'homme aux yeux sanglants lui parla de différents faits, notamment l'histoire de l'hélicoptère. Seifer ne sourcilla à aucun moment, même si les détails le dérangeaient un peu. Comment pouvait-il être au courant de cette histoire... Avec autant de détail ! Il aurait vraiment rencontré Ishta, mais la question est quand ? Depuis qu'ils avaient fuit Kalm, le duo était resté ensemble tout le temps. Et puis connaissant Ishta, c'est pas dans ses habitudes de raconter autant de choses à un inconnu.


- J'ignore d'où vous tenez ces propos, mais toutes les personnes qu'a rencontré Ishta depuis que nous voyageons ensemble, je les ai aussi rencontré.

Bien qu'il accusait Seifer, il insista sur le fait que ce n'était pas son but. Il était là pour une autre affaire qui l'intrigait bien plus, la mort du partenaire de la féline, Ethan. Seifer s'en souvenait plutôt bien puisque cela avait été le facteur principal de la venue des journalistes de tout Gaïa pour prendre la nouvelle. Mais un détail agaçait l'ex-étudiant. Un léger détail.

- Il est bien vu de se présenter, quand on rencontre quelqu'un. Vous savez sûrement qui je suis, mais je ne vous connais pas. Soit vous déclinez votre identité, soit vous partez.

Si l'homme veut des informations, il n'aura pas le choix que de répondre à Seifer. Evidemment, il ne saurait vraiment la vérité, et son invité pouvait très bien lui mentir au sujet de son identité. Si seulement le blondinet avait fait plus attention lors de la bataille navale, il aurait reconnu son adversaire. Seulement il avait très peu cherché à s'intéreser à ses adversaires. Enfin, sauf Lyte, un des toutous de Squall.

Le téléphone de Seifer bippa.


- Excusez-moi un instant.... Allô ? Oui. Très bien. Ammenez-les à mon bureau. Il raccrocha son téléphone. Où en étions-nous ? Hm, oui, Ethan, l'équipier de Ishta. Et donc ?

La vérité est que Seifer n'avait que très peu d'informations au sujet de cet homme. Il savait qu'il avait été assassiné, mais jusqu'à preuve du contraire, il n'y était pour rien. Ni lui, ni un de ses hommes. Il ne comprenait donc pas trop où son interlocuteur voulait en venir, surtout que s'il avait vraiment rencontré Ishta, il saurait ces choses là.

Quelqu'un toqua à la porte, avant d'entrer. Il avait derrière lui quatre hommes ligotés et baillonés, quasiment dénudés. Seifer fit un signe de la main pour dire qu'il n'avait qu'à les conduire dans l'arrière salle en attendant. Ce qui était amusant, c'est le timing parfait des choses.

Revenir en haut Aller en bas
Ringu Ju-On

Démon Abyssal
Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Mer 1 Mar - 22:32

Nous voilà enfin en face à face. Seifer, le grand gagnant de la Bataille Navale et patron de ce lieu, autour d'une table à siroter un verre avec ma personne. Je n'en attendais pas moins d'un homme avec la renommée qui était sienne. Néanmoins, Ishta l'avait décris comme quelqu'un d'assez intransigeant, voir excessif. Un leader n'acceptant pas l'erreur. Pour le moment, je ne voyais pas ce trait de caractère. Pas encore.


Ce que je constatais, en revanche, était la facilité déconcertante avec laquelle il maintenait une expression fermée malgré mes accusations. Je n'avais aucun doute sur le fait qu'il pourrait faire carrière dans les tournois de Poker du Gold Saucer. Il exposa d'ailleurs un fait auquel j'aurai du m'attendre : quand avais-je rencontré la féline?... Je n'allais pas lui dire de but en blanc.
Qui croirait une histoire pareille? J'y croyais difficilement moi-même. Néanmoins, le fait qu'il ne m'ait pas encore jeté dehors signifiait que je devais avoir vu juste. J'arquais néanmoins un sourcil. Sa dernière remarque m'avait surpris. Mon insigne dévoilait clairement mon identité, mais il souhaitait peut-être l'entendre de vive voix?


" Désolé, cette histoire me passionne tellement que j'en oublierai presque mes bonnes manières. Je m'appelle Ringu. Ringu Ju-On. "


Pas dit qu'il se souvienne de moi comme étant un participant de la Bataille Navale.
Néanmoins, j'avais ma petite réputation dans la ville. Je faisais parti de ces personnes qui ont su profiter de la chute de la Shinra pour se construire une réserve financière solide. Ma maison était légèrement en retrait de Kalm, mais elle était plutôt grande et imposante.
On me connaissait aussi comme détective, sans parler de mon ancien job de journaliste. J'avais un réseau d'informateurs, de sources. Que je n'entretenais plus depuis un moment, certes, mais qui existait toujours bel et bien. Et mon orgueil espérait que ce petit blondinet de pacotille ait entendu parler de ma personne, ne serait-ce que par pure fierté. Mais je ne montrais rien évidement. Je me contentais de sourire en restant poli.


Seulement, je ne pus poursuivre sur ma lancée. Mon interlocuteur fut bipé et répondit de suite en me mettant entre parenthèses. J'eus un autre petit sourire en coin. Cela m'évoquait ma relation avec Julian. Même si, le cas échéant, nos positions étaient inversés. C'était... Fort désagréable.
J'attendais qu'il raccroche. Il me questionna ensuite. Bien, entrons dans le vif du sujet.


" C'est bien simple, je suis détective privé. Je ne sais pas ce qu'il se passe dans cette ville depuis mon départ, mais le nombre de rac- "


Je fus interrompu par l'arrivée d'un des toutous de Seifer. Et c'est d'ailleurs cela qui changea tout mon programme...


Au départ, le plan était simple. Je voulais me faire engager comme détective privé par cet homme pour enquêter sur cet Ethan. Cet alibi m'aurait servi de couverture pour en apprendre plus sur la NS en allant leur poser des questions, ou même la Néo-Avalanche. Après tout, aussi puissantes soient-elles, les lois concernaient tout le monde. De plus, ça n'aurait été qu'un billet d'entrée. Enfin, cela me permettrait d'avoir une dette envers Seifer si je trouvais le coupable. Ce type était du genre fier, cela se devinait. Avoir une dette devait être insoutenable pour lui. Je lui aurais ensuite fais faire une sale besogne pour moi par la suite. Avec un réseau comme le sien, la tentation était grande, mais mes plans furent chamboulés.


Plusieurs hommes entrèrent. Le chien de Seifer - que je vous ais déjà présenté - ainsi que plusieurs personnages atypiques. Ils étaient dénudés, bâillonnés, ligotés... Mais pas assez blessés pour avoir été en salle de torture.
En temps normal, une personne saine d'esprit aurait surement eut peur que la même chose lui arrive. J'en suis bien conscient. Néanmoins, ma crainte se manifesta d'une tout autre façon. L'un des hommes en question ne m'était pas inconnu.


J'étais réglé comme une horloge. Je me levais le matin à six heures trente, je buvais mon café, je descendais en ville pour prendre mon journal à huit heures pile, j'allais ensuite au journal de mon amie de neuf à onze pour parler des différents articles et me renseigner sur l'évolution du monde, puis j'allais à mon restaurant favori. C'était la chose la plus naturelle pour moi depuis que j'étais rentré de la Bataille Navale. Et, si ma mémoire était bonne - et elle l'était -, l'un de ces types traînait souvent devant le manoir de Don Cornéo entre midi et deux. C'était étrange de le retrouver là. Je fis alors une conclusion hâtive, mais qui éveillerait surement davantage de questions de la part du patron du Saint Cross.


" Je ne vous savais pas en conflit avec Don Cornéo... Cette vermine devrait disparaître. Surtout quand on sait qu'il est spécialisé dans l'enlèvement de jeunes femmes. Souvent des étrangères de passage... "

Mon expression avait changé. Ma voix était plus sombre. Le rôle du petit clebs se mettant à quatre pattes pour obtenir une faveur de la part de Seifer venait de disparaître. Parler de ce déchet exécrable avait suffit à pourrir ma journée. Adieu mes plans et mes objectifs du jour, je pensais déjà à mille et une façons de l'étriper. L'homme que je regardais sursauta devant mes yeux de sang, chose qui me fit reprendre le contrôle. Je rajustais ma cravate en fermant les yeux, puis je pris une gorgée de la boisson que mon hôte avait préparé. Succulente au passage.


Une chose était sûre. Je connaissais Don Cornéo. Il était clairement l'homme le plus influent de cette ville. Plus que Seifer en l'état actuel des choses. Et...

" Malheureusement, si vous n'en savez pas davantage sur le cas d'Ethan, je vais vous laisser à vos affaires. Je reviendrai vers vous plus tard. J'apprécie de voir que vous essayiez de rendre cette ville plus propre. Transmettez mes amitiés à Ishta. J'espère qu'elle se souvient de l'alphabet de Gaïa que j'ai tenté de lui inculquer. Je dois malheureusement me rendre chez ce porc. Il était un informateur bien connu de la Shinra d'antan. Peut-être qu'il saura quelque chose, lui. "


Je m'étais levé, finissant ma phrase en regardant par dessus mon épaule ce grand homme qu'était Seifer. Ce Don Cornéo m'agaçait vraiment. Son simple nom me donnait l'impression d'avoir des asticots dans la bouche. Il me serait difficile de m'infiltrer chez lui. C'était même impossible pour un homme seul. Je regardais cinq secondes les quatre types en laisse. Y avait pas à dire, ce Seifer assurait... Bien que j'ignorai qu'il s'agissait de ses hommes. Mais peut-être que ceux-ci avaient une double casquette?


A vrai dire, c'est juste que j'ignorai encore que le nouveau parrain de la pègre locale n'était plus le Don que j'avais connu, mais ce type se trouvant sous mes yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Ven 3 Mar - 11:10

ATTENTION ! Contenu pouvant heurter la sensibilité !

====================================================

Ringu Ju-On. Quel nom bien étrange, et pourtant Seifer en avait croisé des noms étranges. Mais il était d'autant plus étrange que familier, il avait déjà entendu ce nom quelque part, bien avant cette rencontre. Il chercha un instant dans sa mémoire mais ça ne lui revenait pas tout de suite. Au moins, il avait eu la décence de s'annoncer. Une personne voulant se montrer supérieur aurait répondu à Seifer qu'il lui avait montré sa plaque, son invité ne l'avait même pas signifié. Pour le moment, le blondinet n'avait aucun grieffe contre lui.

Alors que son appel téléphonique avait coupé son invité, il le fut une nouvelle fois et assez rapidement suivi par une intrusion tolérée dans l'espace privé du patron. Alors que Seifer indiqua de conduire ses hommes dans une pièce dérobée, il vit que Ringu commença à changer d'expression à la vue d'un des hommes baillonés.


- Un problème, peut-être ?
- Je ne vous savais pas en conflit avec Don Cornéo... Cette vermine devrait disparaître. Surtout quand on sait qu'il est spécialisé dans l'enlèvement de jeunes femmes. Souvent des étrangères de passage...
- Cela nous fait alors un premier point commun, Monsieur Ju-On.

Mais Seifer n'entra pas dans les détails tout de suite, non. Il voyait que son invité se lassa de sa visite. Il estimait qu'il valait mieux qu'il parte, pour justement mieux se rapprocher de Don Cornéo afin de récupérer les informations qu'il recherche. Un détail tiqua à l'oreille du jeune chef de la mafia locale, cette pointe de provocation que Ringu venait de lui lancer en supposant clairement que Seifer ne savait rien. Mais alors qu'il était sur le point de partir, Seifer l'interpella.

- Vous n'êtes pas d'ici, ou alors vous êtes absents depuis longtemps... N'est-ce pas ? Suivez-moi.

Le chevalier se dirigea vers la porte où avaient été emmenés ses hommes. Une grande pièce, vide dans décoration ni meuble particulier.

- Ces hommes que vous voyez là, étaient autrefois sous la coupe de ce chef Cornéo. Je les ai gracieusement accepté, à une condition. Il dégaina sa gunblade, lentement. Ils devaient cesser toute activité de viol, et ne plus enlever de jeune femmes.

Le blondinet faisait des allers retours devant les hommes agenouillés au sol qui commençaient à réellement regretter leurs actes. D'énormes gouttes de sueurs dégoulinaient de leur front venant s'écraser sur le sol rèche. Il s'arrêta devant celui qui était plus ou moins le chef de ce petit groupe dissident.

- Savez-vous ce qu'il s'est passé, Monsieur Ju-On ? Un beau jour, j'apprends pendant un voyage d'affaire de longue durée, que ces hommes ont profité de mon absence pour reprendre leurs activités.

L'expression sur le visage de Seifer se voulait à la fois ferme et grave. Il claqua des doigts et l'homme qui accompagnait les accusés retira le peu de sous-vêtement qu'il leur restait. Ils étaient donc baillonés, nus, leur appareil reproducteur tant vénéré étalé au sol.

- Monsieur Ju-On, sachez trois choses. Don Cornéo n'a plus aucune influence ici. Je ne tolère aucun écart de conduite de la part de mes hommes. Et la loi, c'est moi.

Un petit sourire malsain se dessina sur le visage de l'ex-étudiant qui se retourna vivement et d'un revers habile de la main, trancha les appendices masculins qui jonchaient le sol. Une effusion de sang et de larmes accompagnée de cris ettoufés par les baillons. Les hommes agonisaient au sol mais ne resterait pas là en l'état. Ils allaient être conduit vers un hôpital qui se chargera de les maintenir en vie, ils ne pourront juste plus avoir les mêmes activités qu'avant...

- Ce problème étant réglé, souhaitez-vous toujours partir ?

Une sorte de défi. Seifer arrivait à jauger les gens en général, et il sentait bien que son invité, n'était pas une personne ordinaire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ringu Ju-On

Démon Abyssal
Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Ven 3 Mar - 14:49

 Si ce Seifer était en accord avec moi sur le sort que méritait Don Cornéo, quelque chose me dérangeait dans son attitude. En temps normal, j'avais toujours un coup d'avance. Je venais aux entrevues préparé, informé et avec de quoi faire tourner la discussion en ma faveur. C'est d'ailleurs pour cela que j'étais venu ici. Je pensais que mon rêve avec Ishta me donnait un avantage certain. Pourtant, en dépit de cela, le grand blond ne montra aucun signe de faiblesse. Il était dérangé par ma rencontre avec la féline... Ou du moins, il serait plus exact de dire qu'il ne savait pas comment une telle chose avait pu se produire. Néanmoins, il ne semblait pas plus que cela inquiet. Je lui avais donné la confirmation que je n'étais pas là pour le faire chanter ou l'intimider au sujet du vol d'hélicoptère, tout comme je lui avais fais comprendre que j'étais venu dans une optique d'entraide.


Pourtant il ne savait rien au sujet de cet Ethan. Du moins, rien d'exploitable. C'était fâcheux. Plus fâcheux encore, il avait l'air de bien se moquer de sa mort. Pourtant, il devait s'agir d'un allié d'Ishta n'est-ce pas? Dans ce cas... Était-il possible qu'il se moque de son alliée? Qu'il soit le genre d'arriviste à ne penser qu'à lui? Cela m'énerva davantage, et pourtant, je souriais. Dans le fond, je n'étais pas si différent. Ma fille et moi d'abord, l'univers ensuite.


Il m'invita à le suivre. Sans lui répondre, j’obtempérai. Il souhaitait me montrer quelque chose? Très bien. J’espérai que cela puisse en valoir la peine. Nous pénétrâmes un lieu assez nu, pour ne pas dire vide. Un regard me suffit pour comprendre que cette pièce était très certainement insonorisée. Elle ne figurait peut-être même pas sur les plans de l'immeuble. Autant dire qu'ici, c'était l'équivalent d'une bonne vieille salle de torture. Les instruments en moins.


Ses propos m'alertèrent bien vite sur la teneur du personnage et sur son vrai fond. Ishta avait raison. Il se prenait pour un leader né. Mieux encore, il pensait avoir tous les droits et tout se permettre. Je comprenais mieux le personnage. Donc, Don Cornéo n'était plus le gros poisson dans cette ville. Bien. Cela ne pouvait être qu'une bonne chose.


Le parrain actuel avait le sens du spectacle et du grandiose. Il savait raconter une histoire et se montrer sans pitié. Il se plaignait déjà que ses hommes avaient fais des choses dans son dos... Comme c'était... Amusant. Mon sourire se fit un brin plus carnassier, pourtant, j'essayais de me retenir. La suite était si évidente que j'en jubilais d'avance. Ce Seifer me faisait bien rire... Vraiment. J'avais hâte de le voir déchanter. Mais cela devait attendre encore... Juste un tout petit peu...


Je croisais les bras en m'appuyant sur un mur, regardant de biais sa lame trancher la chair purulente de ses alliés. Le sang vint bientôt tacher le sol jusqu'à parvenir à mes pieds. Il n'y avait vraiment pas à dire... Ce type assurait bien mieux que Don Cornéo. Il serait parfait.


Je me dégageais du mur. Toute cette histoire m'avait fait un bien fou. Je souriais à mon hôte devant ce spectacle en joignant mes mains.

* Clap, Clap, Clap*


" Vous êtes vraiment parfait. Stupide, mais parfait. Vous m'avez impressionné. Je vais donc rester. "


J'avais fais exprès de blesser son ego. J'avais fais en sorte de faire le malin devant lui. Tout ça pour quoi? Pour qu'il me prouve le contraire. Pour qu'il porte avec assurance son statut de meneur et m'en face la démonstration que voici.


Je mis la main au niveau de mon cou, à l’intérieur de mon grand col, où un petit "clic" se fit entendre. Je jetais alors un œil à mon PHS pour le porter à mon oreille.


" Tu as tout? ... Je te remercie. Attend mes instructions. "


Je regardais à présent ce si grand, si beau, si IN-TEL-LI-GENT personnage qu'était le parrain. Tout ne s'était pas passé selon le plan et j'avais du hautement improviser. Mais le résultat était mieux que ce que j'aurai pu imaginer.


" Pour être honnête, je pensais que vous les auriez tué. Cela aurait rendu bien mieux sur la caméra. "


Le chien du parrain voulut tenter quelque chose, mais à peine avait-il fait un pas vers moi que le sang au sol se mit subitement à se placer sous ses chaussures, le faisant tomber à terre. J'étais un maître en matière de liquide après tout.


" Inutile voyons. Tout est déjà stocké sur un disque dur loin d'ici. "


Je me retournai alors vers le grand et beau Seifer. Cet être divin dont l'esprit était aussi vif qu’affûté.


" Comme je vous l'ai annoncé, je ne suis pas ici pour vous faire chanter. Cela ne servirait pas mes intérêts. Vous comprendrez cependant qu'une assurance vie me semble nécessaire au vu de vos... Méthodes. "


Je soupirai un instant.


" Vous êtes donc la "nouvelle" loi de cette ville. Je vois. L'ancienne ou la nouvelle, cela ne change pas grand chose à mes yeux. La loi de Gaïa s'applique même à vous. Et, si vous êtes un jeune nouveau au sein des différents gangs de Gaïa, je pense que vous ne voudrez pas que votre crédibilité soit déjà entachée par une simple affaire comme celle-ci. "


Je pouffais de rire.


" Le castrateur de Kalm, honnêtement, ce surnom vous vaudrait d'être la risée de votre espèce. "


Pourtant, la seconde d'après, mon regard se fit plus dure. Plus intense.


" Je vais admettre que vous ne savez effectivement rien sur Ethan. Mais maintenant, pouvons-nous parler affaire? "


Je le fixai en soutenant son regard, tandis que je me remémorais mon stratagème.


Comme je l'avais annoncé, j'étais réglé comme une horloge. Je me levai à six heures trente. Je buvais mon café. Je prenais le journal de la ville à huit heures pile. J'allais ensuite au journal de mon amie à neuf heures. J'y étais resté jusqu'à onze heures. Comme à chaque fois, je prenais une de leur petite caméra dites "cachée" sur moi. Je filmais dès qu'une chose me semblait intéressante. Ici, j'allais rencontré Seifer, un dirigeant de bar et gros investisseur. J'avais ensuite prévu d'aller voir Don Cornéo. Je comptais les filmer tous les deux pour analyser les vidéos plus tard. Le journal pourrait ainsi descendre Don Cornéo grâce à ma participation, tandis que je conservais les données sur ce mystérieux Seifer afin d'étudier ses réactions lors de questions concernant Ishta. C'était du moins le plan. Néanmoins, la chose s'avérait devenir bien plus intéressante maintenant. Si ce type était le roi du monde des ombres de cette ville, j'étais le marionnettiste guidant le fil de chaque personne y respirant. A la fois dans la lumière et dans l'ombre, j'étais ailleurs et ici en même temps.
Oh... et une dernière chose...


" Oh, et pensez à fouiller vos invités la prochaine fois. Même s'ils mentionnent votre "Ishta". D'autres auraient surement été moins gentil que moi. "


Spoiler:
 
Sauf si tu me tues entre temps Razz 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Jeu 9 Mar - 15:04

La journée s'était enchainée de réunion en réunion, rendez-vous en rendez-vous. Avec des professionnels du bâtiment pour reconstruire l'appartement détruit. Avec les comptables pour s'assurer de ne pas perdre trop d'argent. Avec tout un tas de monde que Seifer ne pouvait pas forcément toujours supporter. Mais ses responsabilités étaient là, et il faisait en sorte de les tenir. Aussi, assis sur son fauteil toute la journée il remplissait son devoir.

La venue de Ringu dans son bureau était comme une interlude, un petit plaisir, qui, sans le savoir sur le moment, allait engendrer de gros rebondissements. Contrairement à tous ses rendez-vous de la journée, celui-ci n'était pas prévu, mais hors de question de troubler son emploi du temps pour autant. Aussi, quand ses hommes dissidents furent amenés à son bureau, Seifer n'eut aucun scrupule à ce que son invité les voit, et assiste à la scène. C'était d'autant plus un choix avisé selon lui, sachant que le détective tâtait le terrain pour essayer de déstabiliser le balambien.

Tout en suivant son programme, Seifer montra clairement à son invité qu'il ne faisait pas dans la dentelle, et qu'il n'était pas là pour rigoler. Le spectacle sanglant aurait pu s'arrêter ainsi, mais une réaction innattendu se présenta alors au jeune parrain. Dans un premier temps ravi, Ringu affichait une mine satisfaite, puis ensuite supérieure. Il dévoilà à son hôte qu'il avait filmé toute la scène.


* Putain ! Mais personne ne fouille les gens de nos jours ?! Fais chier, comment je vais rattrapper ça moi ?

Malgré la situation dérangeante, Seifer gardait son regard impénétrable. Digne des plus grands joueurs de poker. Il ne laissait transparaître aucune émotion, laissant croire à son invité qu'il n'en avait rien à faire de cette histoire, alors que ça le dérangeait un peu. Au final, ça ne changerait rien à ses histoires et à son business, mais Ringu allait d'affirmations en affirmations, sans trop savoir où il mettait les pieds.

- Détrompez-vous si vous pensez me faire peur. Vous mettez le nez dans un milieu dangereux, et mes homologues ne sont pas aussi cléments que moi.

Car on aura beau dire ce qu'on veut, Seifer n'était pas le premier des compatissants, certes, mais il ne châtiait jamais plus que ce que les pêcheurs méritent. La mort n'était pas une option, et pour ainsi dire, il n'avait jamais tué de civils, seulement des militaires et c'était il y a déjà plusieurs années... Mais Ringu ne voulait pas lâcher le morceau, il tenait bon face à Seifer. Si d'ordinaire il apprécie les gens qui lui tiennent tête, il n'aime pas ceux qui vont un peu trop contre lui.

- Le castrateur de Kalm, honnêtement, ce surnom vous vaudrait d'être la risée de votre espèce.

Le masque tombait, Seifer avait de plus en plus de mal à rester impassible devant quelqu'un qui se riait ouvertement de son image. Il avait pensé pouvoir écouter cet homme car ce qu'il savait à propos d'Ishta... Enfin, il pouvait l'écouter. Pas lui faire confiance, mais l'écouter. Non. Cet homme n'était certainement pas venu ici par hasard, et le situation tournait en la défaveur du balambien. Et le fait qu'il se moque de lui.

- Je vais admettre que vous ne savez effectivement rien sur Ethan. Mais maintenant, pouvons-nous parler affaire?

Que pensait-il avant de rentre dans ce pub ? C'était pas un commissariat, et avec ce que Seifer et Ishta avait appris sur le Néo-Shinra... Ils étaient d'autant plus vigilants sur les informations qu'ils connaissaient. Donc quoiqu'il arrive Seifer n'en dira pas un mot. Ils se l'étaient dit, comme un serment. Sans ajouter de mot, Seifer commença à se diriger vers la sortie de la pièce...

- Oh, et pensez à fouiller vos invités la prochaine fois. Même s'ils mentionnent votre "Ishta". D'autres auraient surement été moins gentil que moi.

C'était la provocation de trop. La goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Seifer avait fait preuve d'un sang-froid inimaginable pour lui jusque là mais il ne pouvait plus se contenir face à ce genre de personne. Il avait l'impression de voir Squall en train de l'accuser de tout et de rien... Le blondinet se retourna vers son invité, avec un regard bien plus féroce que ce qu'il montrait depuis le début.

- Ok, là, c'est trop !!

L'ex-étudiant ne laisserait pas son adversaire s'en tirer aussi facilement. Il ne voulait pas nécessairement le tuer, mais au moins lui faire comprendre qu'il avait eut tort de le sous-estimer.
=================================

Seifer engage le combat contre Ringu !
Revenir en haut Aller en bas
Ringu Ju-On

Démon Abyssal
Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Ven 10 Mar - 16:39

A quoi m'étais-je attendu en venant ici? A vrai dire, à peu de choses. Il s'agissait surtout d'une visite de courtoisie dans le but de rencontrer ce Seifer et de me faire mon opinion sur ce personnage devenu influent durant mon absence. Pour être honnête, j'avais été enchanté jusqu'à présent... Pourtant, j'étais affligé par la tournure des événements. Comment en étions-nous arriver là déjà? Ha oui... J'avais encore une fois sous-estimé mon jeu d'acteur. Il semblait que je n'ai que trop réussi à le pousser en dehors de ses gonds. Mais d'un autre côté, quelque chose n'allait pas. Quelque chose qui me chiffonnait.

Quand j'aperçus son regard, je compris tout de suite. Était-ce ma remarque sur la féline qui l'avait mis dans cet état? Était-ce de ne plus contrôler la situation qui l'inquiétait? Je n'eus pas vraiment le temps de me poser la question. L'instinct prit le dessus.
Par chance pour moi, le grand blond avait oublié que nous étions trois dans la pièce. Je saisis machinalement son homme de main en me servant de lui comme bouclier humain. Je le mettais en position de luxation sur son coude tandis que mon autre main avait saisie l'un de mes deux joujoux. Ce dernier se positionna naturellement sur la tempe de cet inconnu que je n'aurai eu aucun scrupule à éliminer. La seule différence entre ce Seifer et moi résidait néanmoins dans mon sang-froid. Dans un combat frontal, je n'avais certainement que peu de chance. De plus, je ne désirais tout simplement pas combattre.

Je soupirai, reprenant ensuite mon air sérieux. Bien, cessons les provocations inutiles. Ma main gauche, ne tenant pas mon arme, chercha rapidement un objet dans mon manteau. J'avais des tonnes de remontrances à lui faire. Déjà sur la vie de son homme. Ensuite sur le fait de combattre dans ce bar remplis d'inconnus. Enfin, sur la vidéo qui semblait l'avoir laissé de glace. Il m'avait parlé d'un environnement dangereux? Qu'est-ce que ce petit prétentieux connaissait à ma vie pour affirmer cela? Ne savait-il donc pas que les autres chefs de gangs auraient tendance à éviter quelqu'un qui les expose? A moins qu'il se moquait des autres et qu'il comptait simplement diriger Kalm? Comptait-il aussi me combattre alors que j'entretenais des relations "cordiales" avec l'une de ses amies? Tch... Mes idées s'embrouillaient. Elles arrivaient trop vite, en moins d'une seconde, alors que je sortais mon orbe de la lumière.

" Bien. "

Je rangeais mon arme à feu tandis que l'homme du parrain se dégageait. Je ne comptais pas le tuer. Je n'étais pas assez lâche pour prendre un otage. J'étais un ancien soldat après tout. Je jetais l'objet vers Seifer, espérant qu'il le réceptionne plutôt que de me foutre un coup. Je reculai également un peu pour me mettre hors de portée d'un assaut direct. Dans cette salle exiguë, je n'étais pas à mon avantage.

" Je comptais vous offrir ce genre de chose. "

Je regardais l'orbe que j'avais lancé, parlant avec une voix neutre. J'avais la main sur mon arme à ma ceinture, mais j'essayais d'être un minimum décontracté. Ce n'était pas aisé. De ma main libre, je déclenchais la caméra à mon cou, filmant la dite orbe.

" Néanmoins, si vous comptez réellement ne pas m'écouter et me faire perdre mon temps, je vais simplement repartir. Je ne suis pas fan des passages à tabac... Et ce n'est pas ainsi que l'on obtient du respect de la part d'une autre personne. "

Je savais très bien que j'avais aussi mes tords. Il ne se priverai pas de me les balancer à la figure sur un ton condescendant qui n'était pas si différent du mien. Cependant, nous n'étions plus des enfants. Il fallait qu'il conserve un minimum de sang-froid. Sinon, il risquait simplement de repartir avec un cadeau empoisonné et de se retrouver dans une merde qu'il n'aurait jamais pu imaginer... Mais ça, il l'ignorait bien sûr.

" Si vous tenez tant que cela à m'affronter, malgré mon statut de représentant de la loi, je vous serais reconnaissant de choisir un lieu différent. En dehors de la ville par exemple. Mais entre nous, je préférerais que nous nous en tenions là. C'est dommage... "

J'étais blasé. Je ne voulais pas combattre ce type. Clairement, cela ne faisait pas parti de mon "scénario". J'avais bien mieux à lui proposer. Mais si c'était "ça" le nouveau leader de la pègre de ma bien-aimée ville, à savoir une brute incapable d'avoir de la repartie et ne sachant parler qu'avec ses poings, je n'avais pas à m'en faire. Il ne resterait pas bien longtemps au pouvoir. D'ailleurs, la caméra tournait toujours... Et mes propos, suivant leurs interprétations, risquait fort de conduire à la saisie de toutes les infrastructures de ce blondinet par les forces de l'ordre. Enfin... La pression médiatique, ça aussi, ce type devait s'en moquer. Il devait juste voir rouge en ce moment. Pourtant, au fond de moi, j'avais une lueur d'espoir... Et un peu peur que la situation m'échappe malheureusement.


=============================



Ringu donne son Orbe de la Lumière à Seifer.



Seifer:
 
PS : Tu me diras merci car je l'ai informé d'une coquille. Sinon, Ringu t'aurait ONE SHOOT Razz Je suis Fair-play u_u 
C**, mais Fair-Play u_u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Lun 13 Mar - 17:29

Résolument énervé, Seifer brandit son épée en direction de son invité. Un affrontement singulier entre deux hommes, afin de régler un différent. Si c'était la volonté du blondinet, ce n'était pas celle de Ringu qui, avant même de s'avancer ou de répondre sortit une arme à feu qu'il pressa sur la tempe de l'homme de main de Seifer. Ok, les négociations sont ouvertes. Contrairement au balambien qui avait perdu tout self-control, Ringu restait très calme et sûr de ses actions. De l'extérieur, c'était comme si cette entrevue était une partie géante d'un jeu d'échec. Est-ce que Seifer était prêt à perdre son fou pour faire capituler le roi ennemi ? Non. Il se ravisa, mais ne rangaina pas tout de suite son arme. Voyant que l'homme aux airs vampiriques chercher quelque chose, Il restait sur ses gardent, ce pourrait être un objet dangereux.

ll sortit de son manteau un orbe d'une couleur aussi pure que la lumière du soleil, et par la même occasion rangea son arme laissant ainsi sa proie se dégager. Il envoya l'orbe à Seifer, comme une sorte de change, mais un change contre quoi ? Il l'attrapa de sa main libre, tout en gardant son arme fermement empoignée dans l'autre. Rapidement, il pu voir quelques lignes de texte mais ne prit le temps de les lire. Ringu souhaitait la lui offrir. C'est gentil mais Seifer n'était pas un chasseur de trésor, même si ça pouvait sûrement avoir un prix au marché noir.


Qu'est-ce que vous voulez ?

Il continua en menaçant à revers les méthodes de fonctionnement de Seifer. Mais il s'attendait à quoi en venant ici ? Il savait très bien où il mettait les pieds, selon ses dires. Dans le milieu de la mafia, soit tu sais te faire entendre, soit tu te fais écraser. Les faibles n'y ont pas leur place, et si Seifer ne s'était pas affirmé après ces affronts, ça lui serait retomber dessus, quoiqu'il arrive. Ce n'était pas une question de passage à tabac, loin de là.

- Ce n'est pas dans mes intentions de me battre contre vous. Bien au contraire. C'est dans vos méthodes que de pousser les gens hors de leur seuil de limite ?

Il était loin d'être le dernier des abrutis. Certes, il n'avait pas été reçu à l'examen des SeeDs, principalement à cause de son insubordination. Cependant, il a une capacité à mener des hommes largement développée. Il manque juste de modestie et de tact. C'est pas le premier clampin qui passe sa porte qui lui fera penser le contraire.

- Si vous voulez un tant soit peu gagner en crédibilité de ma part, vous détruisez cette caméra.

C'était un ultimatum, une porte de sortie. Seifer ne laissait pas le choix à son invité de détruire cette caméra. S'il ne le faisait pas, il pouvait toujours courir pour un quelconque arrangement, informations, ou quoique ce soit d'autres. Sans même parler de le laisser sortir d'ici. Si Ringu ne s'exécutait pas, il se ferait de nombreux ennemis.

- Vous m'avez l'air d'être quelqu'un d'assez intelligent... Pourquoi avoir donné l'information de cette caméra ? Si vous vouliez m'enfoncer, fallait pas m'en parler ! Et si vous voulez rien en faire... Pourquoi me filmer, alors ? Tout ce que vous risquez, c'est de vous faire des ennemis.

Une manière gentille de menacer quelqu'un. Ce ne sont pas des menaces directes, mais plutôt à prendre comme un avertissement. La caméra l'avait suffisament filmer pour que ça lui retombe dessus. Et ce n'est pas ses relations avec la justice dans la ville qui pourrait le sauver si jamais il venait à tuer Ringu.

- Alors, cette caméra ? On la détruit ou pas ?

La partie d'échec n'était pas terminée, à Ringu de jouer.
=================================

- Seifer n'engage plus le combat contre Ringu.
Revenir en haut Aller en bas
Ringu Ju-On

Démon Abyssal
Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Lun 13 Mar - 23:55

J'étais assez déçu et un peu remonté. Cette histoire commençait sérieusement à prendre de l'ampleur, beaucoup plus que prévu. En un instant, ma vie s'était retrouvée en jeu. Au milieu d'une base de mafieux, mes chances de survie étaient assez basses si j'omettais d'utiliser mon cerveau. Heureusement pour moi, je semblais encore capable de faire preuve d'adaptabilité. J'avais même eu l'audace de relâcher mon otage, désirant faire un "geste" en guise de bonne foi.

Heureusement, cela eu pour effet de calmer un peu mon assaillant. Ce dernier sembla se raviser, laissant encore la place au dialogue. Bien, c'était que je devais encore avoir ma chance. Car oui, il me semblait évident que l'affronter ici et maintenant résulterait en ma mort. Soit de sa main – mais j'en doutais – soit par les nombreux chiens qui le suivaient. Et je n'avais clairement pas envie de mourir, même si cela permettait de jeter la misérable raclure qu'il était sous les barreaux. Non, j'avais bien mieux comme dessein, et puisqu'il me donnait l'occasion de l'exposer, je n'allais pas m'en priver.

Je ne répondis bien évidemment pas à sa critique sur le fait de pousser les gens hors d'eux. Lui faire comprendre que je le testais et que je m'estimais comme étant bien supérieur à lui n'aurait fais que déclencher un autre conflit. Oh, certes, je lui reconnaissais bon nombre de qualités proches des miennes, mais il était évident qu'il possédait un tempérament beaucoup trop explosif.
Je le voyais mal courber l'échine quand la situation l'imposait, et c'est pourquoi j'hésitais à lui faire confiance. Le plan qui mûrissait seconde après seconde dans mon esprit avait besoin du réseau souterrain de Kalm. Néanmoins, était-ce une bonne chose de faire appel à un individu comme celui-ci? Avait-il au moins le sens de l'honneur et de la loyauté? Savait-il honorer des contrats? S'il ne faisait que tout gagner par la force et s'imposer, il n'irait malheureusement pas très loin. Un jour, quelqu'un de plus fort ou de tout simplement plus malin que lui le poignardera dans son dos pour prendre sa place... Ou même simplement par peur.
Pourtant je ne pouvais pas le juger trop vite. Il avait cette aura pleine de charme, ce tempérament à la fois dure et impassible que j'avais vu plus tôt et qui correspondait davantage à mes attentes. Tout cela défila dans ma tête tandis que je le jaugeais de mon regard perçant, sans dire un mot.
Qui sait ce qu'il pensait pour sa part? Qu'importe cependant. Il parlait de cette fameuse caméra tandis que je me murait dans un silence un peu dérangeant. Je finis par soupirer, enlevant mes mains de mes armes. Je levais l'une d'elle à hauteur de mon cou où je décrochais un petit appareil caché dans mon col. Il devait faire la taille d'une bille à peine. Je le jetais en l'air plusieurs fois en parlant.

" J'ai déjà ce qu'il me faut de toute façon. "

Je le laissais tomber au sol, le ratant volontairement. Je finis alors par le piétiner comme on écrase une cigarette. La vieille allait me tuer, mais bon...

" Maintenant que j'ai une assurance, je vais pouvoir parler affaire sans risquer pour ma vie ou mes effets... Ni avoir peur pour eux. "

Je désignais du doigt les toutous du grand blond qui étaient montés arme à la main. Le pion que j'avais relâché les avait surement alerté. Je restais sérieux, voir aux aguets. Je ne connaissais pas les réactions de ces personnes. S'ils étaient à l'image de leur leader, les calmer risquait d'être difficile. Pourtant, je prenais le risque d'avancer lentement vers Seifer, sans prendre mes armes, sans geste brusque. J'en vins même à rentrer dans le champ d'action de sa lame pour lui faire face.

" Vous êtes donc le nouveau parrain de cette ville. J'avoue être plutôt surpris. Je ne pensais pas, lors de la Bataille Navale, que j'avais un adversaire d'une telle valeur. Je me serais alors investi un minimum. "

C'était une petite parenthèse pour lui faire comprendre que je savais qui il était et qu'il pourrait vérifier mon identité s'il le désirait. Pas dit qu'il trouve grand chose ceci dit. Je fis une légère pause de façon à observer une éventuelle réaction avant de poursuivre.

" Cela fait deux ans à présent que je sillonne Héméra pour... Diverses raisons. Je ne suis revenu qu'il y a quelques mois dans cette belle ville. Je connais sa face sombre depuis bien plus longtemps que vous. "

Je soupirai suite à ma propre phrase.

" Je ne prétends pas savoir mieux gérer les choses que vous. Loin de là. Je dis juste que je reconnais l'intérêt d'un gang dans la mesure où son leader sait contrôler ses hommes. Au moins, la criminalité prend du sens et des règles très strictes - ou des principes si vous préférez - s'y établissent. "

J'eus un léger sourire, légèrement sadique.

" J'admets que de ce point de vue là, vous êtes assez intransigeant. "

Oui, je reconnaissais volontiers qu'il savait maintenir l'ordre au sein de son propre gang. Du moins, je l’espérais au vu de la punition qu'il avait fais subir à ses propres hommes.

" Je viens donc d'apprendre que vous êtes le nouveau parrain. Soit. Cela tombe bien, je comptais piéger Don Cornéo pour mettre quelqu'un à sa place. Quelqu'un qui traiterait avec moi. Je suppose que c'est inutile à présent. Le problème, c'est que j'ignore si je peux vous faire confiance, et je suppose aisément qu'il en est de même pour vous. "

C'était l'évidence même. Nous venions de nous rencontrer et j'en savais beaucoup sur lui alors qu'il ne savait rien de moi. Nous avions aussi failli en venir aux mains à cause de nos personnalités assez fortes.

" Par conséquent, je vous propose un marché qui nous forcera à collaborer dans une bonne entente. "

Je laissais un léger blanc, le temps de reprendre ma respiration. Je commençais à avoir soif pour ma part. Cette histoire m'avait un peu déshydratée.

" J'ai la chance de côtoyer la plus belle facette de cette ville. Je travaille avec le plus grand journal de ce lieu, j'ai des contacts dans la police via mon passé de détective privé et... J'ai même quelques connaissances parmi les anciens fortunés de Midgar. "

J'avais hésité à parler de la Shinra et d'anciens collègues de travail. C'était "eux" les "fortunés". Des pourris de la pire espèce se faisant aujourd'hui passer pour des anges. Néanmoins, mon souvenir approximatif de mon rêve avec Ishta m'avait fais comprendre qu'elle se méfiait beaucoup de cette organisation. Je préférai donc retarder le moment d'en parler.

" Je suppose que vous l'avez compris, mais s'il serait dommage que certaines vidéos apparaissent sur le net... "

Et je faisais référence à ma précédente vidéo sur laquelle Seifer s'amusait avec les appendices de ses hommes. 

" ... Tout comme il serait fortement appréciable que certaines bavures, ou même certaines affaires, ne soient jamais révélées. Voir même que certains de vos sous-fifres sortent plus tôt que prévu de leurs geôles, tandis que l'on vanterait vos mérites en tant qu'investisseur dans les médias locaux. "

Un gain de notoriété notable pour l'individu qu'il était. Autant à l'échelle de Kalm, qu'à l'échelle de Gaia... Et encore, cela n'était qu'une facette de tous les avantages qu'il serait capable d'imaginer avoir en mettant la main mise sur cette partie de la ville.

" Nous en venons maintenant à l'objet que je vous ais confié. Néanmoins, avant de poursuivre cet échange, j'aimerai que nous soyons dans un contexte plus privé. "

J'étais toujours aux aguets même si mon regard s'était apaisé. Je regardais en biais les hommes de main de ce grand blond qui traînaient à nous laisser seuls. A moins que Seifer ne cherche encore à en découdre?  

__________________________________________________

Modération:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Mer 22 Mar - 13:17

Spoiler:
 

Difficile de dire si l'un ou l'autre était en avantage. Certes, dans l'absolu, c'est Seifer qui a l'avantage du terrain, mais Ringu a plus d'un tour dans son sac et a su avoir l'avantage de la situation. D'une part grâce aux vidéos qu'il a pu prendre, mais aussi de part le curieux objet qu'il avait donné à son hôte. L'orbe lumineux qu'avait gardé le blondinet dans la main luisait d'une lueur étrange mais familière. Cela dit, ce n'était pas le moment de vraiment s'y intéresser.

Alors que chaque homme se tenait sur la défensive, exposant leurs raisons et leurs idées. Les deux restaient sur leur position, bien que l'un comme l'autre savaient qu'il suffisait d'un faux pas pour être en échec. Finalement, Ringu finit par détruire sa caméra, précisant bien qu'il avait tout ce dont il avait besoin, continuant sur ses remarques intelligement parsemées de diverses provocations et de menaces. Toutes aussi subtiles soient elles.

Les intérêts du détective restaient tout de même assez peu clairs, même si cela avait vraissemblablement l'air de concerner la Néo-Shinra. Mais avant cela, Ringu souhaitait parler plus en détail de l'orbe que tenait Seifer. A condition de se retrouver dans un environnement bien plus propice à la conversation. Le blondinet acquiesça, et fit un signe de main à Ringu de le suivre, retournant simplement dans son salon bien plus enclin à une conversation. Sans attendre son invité, Seifer s'installa de nouveau là où il était au début de l'entrevu, montrant le siège où était assis Ringu, comme pour l'inviter à s'y asseoir à nouveau. Peu après, les hommes de main sortir de la pièce aux horreurs, quelques traces de sangs sur leurs costumes.


- Laissez-nous... Et allez faire laver ça, c'est pas professionnel.

Sans réchigner, ils partirent rapidement de la pièce, laissant de nouveau leur chef et le détective en tête à tête. Seifer avait toujours l'orbe dans la main, qu'il posa délicatement sur la table, reprenant sa boisson là où il l'avait laissée. Il bu une gorgée, avant de se pencher au dessus de l'objet étrange.

- Corrigez-moi si je me trompe, mais il s'agit d'un orbe délivré par les chimères, n'est-ce pas ?

On ne pouvait être sûr qu'il s'agissait bien de ce genre d'objet, en sachant que, dans le marché noir, beaucoup de répliques se vendaient à des prix exorbitants, alors qu'ils ne servaient à rien. Dans la mesure où Seifer n'avait jamais vu réellement ces orbes en action, il en doutait sur leur réelles capacités.

- Que voulez-vous en échange ?

Car s'il s'agit bien d'un véritable orbe de chimère, il valait son pesant d'or. Et Ringu allait pouvoir émettre ses exigences quelles qu'elles soient. Pas dit que Seifer accepte cependant.
Revenir en haut Aller en bas
Ringu Ju-On

Démon Abyssal
Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 9
HP : 1700/1700
MP : 50/50
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4 Mer 22 Mar - 23:36

La situation était sous tension. Comment m'étais-je retrouvé dans un tel bourbier? Ha oui, c'est vrai, j'avais sauté à pieds joins dedans. Cependant, le bénéfice potentiel était trop grand pour être ignoré. Il s'agissait d'avoir un contact avec le réseau souterrain de ce monde corrompu et souillé. Et pas n'importe quel contact, vous l'aurez compris. 
La mafia n'était peut-être pas des plus discrètes, mais elle était connue pour posséder une certaine efficacité. Toutes les rumeurs passaient surement par là. Elles se négociaient comme de précieux trésors. Avec un peu de chances, je pourrais peut-être trouver ce que je recherche... Mais chaque chose en son temps. Il me fallait déjà entrer dans ce monde avant de m'y faire entendre.


Je proposais de nombreuses choses à mon interlocuteur. Propagande par les médias, immunité auprès de la police locale et soutien financier de mes riches amis... On pouvait difficilement rêver mieux. Néanmoins, ce n'était pour le moment que de belles paroles. Je m'étais beaucoup avancé, c'est certain, mais le stress de cette situation m'avait légèrement forcé la main. On peut dire que j'avais abattu de nombreuses cartes. Maintenant, je risquais de devoir travailler longuement pour assumer mes propos. Je le réalisais alors que les hommes de main de Seifer nous laissaient, faisant redescendre le stress que je cachais.
Nous étions de nouveau sur le même canapé qu'au début, prêt à discuter. La grosse différence, c'était que je connaissais à présent à qui j'avais à faire. Créer un conflit ne serait pas arrangeant. Non pas que je ne puisse pas en réchapper, mais ma fille se trouvait dans cette ville après tout. Sans parler de mes quelques amis. Je ne voulais pas les mettre en péril.


Loin d'aborder mes propositions, le grand blond souhaita s'attarder sur le concret, à savoir l'orbe.


" Exact."


Je ne vis rien à ajouter. S'il savait déjà ce que c'était, alors cela nous ferait gagner du temps. Suite à sa seconde réponse, je saisis entre deux de mes doigts délicats mon verre. J'y fis tourner légèrement le liquide tandis que ma tête vint épouser ma main libre. Mon regard se perdit un instant dans ce léger tourbillon de bulles avant que je ne regarde de nouveau le grand gagnant de la Bataille Navale.


" Absolument rien. "


J'attendis un léger instant, murissant mes propos afin que ma pensée tordue soit compréhensible pour sa personne.


" Disons que j'aimerai la confier à votre organisation... Je pense que vous n'êtes pas sans connaître les rumeurs qui courent aux sujets des cristaux. "


J'amenais la boisson à mes lèvres, savourant son goût subtile comme l'élixir dont il s'agissait. Chaque goutte était un délice, chaque gorgée, un morceau de paradis. Ma soif se calma lentement tandis que je finissais mon verre.


" Néanmoins, cela implique de vous faire confiance. "


Toujours avec ma tête au creux de ma main, je le fixai à présent de mes yeux de sang, le regard neutre. Je reposais mon verre.


" Posséder une orbe attise les convoitises des plus grands. Y compris celle de la Néo-Shinra... Je pense que vous n'êtes pas indifférent à cette organisation. "


Je me redressais de tout mon être sur ce siège des plus confortables.


" Une récente affaire sera publiée cette semaine dans le plus grand journal de la ville. S'il n'est pas très connu, l'article qui sortira sera si bouillant qu'il risque bien d'attirer l'attention du monde sur Kalm. "


Je lui laissais alors un peu de temps pour réaliser ce que cela impliquait.


" Si j'ai eu l'occasion de rester dans l'ombre jusqu'à présent, au point que même vous n'entendiez pas parler de moi, je vais être exposé à cause de cette histoire. L'orbe sera également dévoilée au yeux du monde. "


Je la regardais alors du coin de l’œil, décidé à m'en débarrasser. J'avais toujours celle de Julian au pire.


" Je risque de devenir une cible facile à atteindre. Voilà pourquoi vous la remettre me semble judicieux. "


Je clignais un instant des yeux. Il voudrait peut-être en savoir plus? Peut-être allait-il refuser? Qui sait...?


" Je ne compte pas la récupérer. Je vous l'offre donc. Néanmoins, autant jouer franc jeu : vous risquez de devenir la cible d'attaque si quelqu'un vend la mèche au sujet de cette entrevue. Je comprendrai donc que vous souhaitiez refuser. "


Je pris alors une respiration un peu plus prononcée que les autres avant d'ajouter.


" Je pense qu'une collaboration serait judicieuse. Pour ma part, j'aimerai bénéficier de vos nombreux contacts pour mettre la main sur le cristal de l'eau ou, du moins, son orbe. Je pense également avoir beaucoup à offrir. Qu'en pensez-vous, monsieur le parrain? "



Ma voix s'était rapprochée de celle d'un serpent malgré moi. Allait-il se faire tenter?

_____________________________________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4

Revenir en haut Aller en bas
Dans le Bar de Seifer, c'est festival tous les jours! - Kalm - Été - An 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Vider le cache de son navigateur internet» Festival du Jeu dans les rues d'Angers 24 septembre 2011» Le moon est dans Wakfu :p» [Lego] Besoin d'aide pour se situer dans les nouveautés» Devenir Receleur dans les RR, possible ?
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Archives :: RP pré-reboot :: Ailleurs :: Hors Temps-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives