Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Résidence de Trisha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Résidence de Trisha   Sam 23 Fév - 13:50

Comme tous les matins, je me suis levée, très tôt à vrai dire. J’ai toujours eu beaucoup de mal à dormir… Sans aucune raison particulière. Souvent hantée de cauchemars avec des visages anonymes, de cris inexpliqués, de douleurs illusoires et de phobies matérielles… Tomber, notamment, tomber inlassablement vers le vide. C’est encore un cauchemar comme celui-ci qui m’a promptement réveillée. J’ai senti mon cœur se serrer, s’écraser brusquement, et dans un jet électrique qui dérangea mon corps, je me suis redressée. Le souffle court, le front moite, le corps tremblant. La routine, mon quotidien. Je marche sans réelle direction, bien que la seule qui s’offre à moi ne soit que la porte de ma chambre. Je passe à côté de ma bibliothèque où de nombreux livres sur la photographie s’empilent. Je ne les ai jamais ouvert, ce sont des cadeaux de mon grand-père. Je n’ai jamais compris le but de lire des livres sur la photographie… Je prend des photos parce que j’en ai envie… Pas pour paraitre professionnelle. Mais ces temps-ci, j’ai beaucoup de mal à prendre des photos.

Mon agenda est vide. Les quelques personnes qui m’ont appelés récemment souhaitaient des portraits de famille. J’ai dû refuser… J’ai encore beaucoup de mal, au fond de moi, à voir les autres heureux avec une famille unie, qui s’aime. Ma mère n’a toujours vu que sa propre personne, et mon père n’a jamais été là. Ses rares passages étaient marqués d’un amour que je ne saurais reconnaitre aujourd’hui. M’a-t-il aimé, ou jouait-il un rôle ? Même à vingt ans, je continue de me poser la question. Et s’il m’a aimé, pourquoi ne me cherche-t-il pas, pourquoi ne veut-il pas me revoir ? C’est absurde. Il en va de même pour ma mère finalement. Elle ne m’appelle pas… C’est bête, j’ai fuguée de chez moi il y a des années, elle ne peut pas m’appeler. Mais elle ne m’a pas cherchée non plus…

Miyu doit encore dormir. Miyu, la seule personne que je considère comme un membre de ma famille, comme une sœur, une fille, je ne sais pas… Nous n’avons pas tant d’années de différence, mais je ne sais pas comment je la vois. Elle m’est très précieuse… Mais je ne sais pas ce qu’elle représente exactement. Une partie de moi serait une bonne explication, je pense. Au début, elle dormait très peu, et refusait de me faire confiance en vivant dans cette grande maison, mais depuis un an, elle a commencé à se lever toute seule pour se servir dans la cuisine, au rez-de-chaussée, à ouvrir la télévision pour se distraire ou simplement à venir me rejoindre dans mon lit le matin, notamment lors des weekends. Mais ce matin, je me suis réveillée toute seule. J’ouvre donc la porte avec pour idée d’aller prendre une bonne douche. Depuis plusieurs jours, trop d’idées me travaille. Je ne sais pas lesquelles utiliser, lesquelles travailler, lesquelles envisager… Avec ce nouveau monde, Héméra, qui vient de se créer, je ne sais pas ce que nous devons faire, nous, simples humains.

Une fois sous l’eau de la douche, je considère le mur en laissant le jet me tomber dessus. Je sais que Miyu a entendu parler des cristaux, et de leur supposé puissance. Personne ne le sait vraiment mais il est évident qu’ils doivent être puissants… Je sais aussi que sa haine pour le monde entier est intense, qu’elle brûle dans son petit cœur meurtri et rêve d’anéantir l’univers. J’ai essayé de la convaincre qu’il n’y avait pas que du mal dans ce bas-monde, mais comment faire ? Son père s’est fait tué, sa mère est morte, et elle a subit un viol en étant si petite… Elle m’a racontée sa vie, je lui ai partagé quelques morceaux de la mienne… Je n’ai pas eu besoin de lui dire que je me sentais seule… D’un regard vers mes bras, je remarque les traces quasi-effacées des lames qui les ont effleurés. Je ne fais plus ce genre de choses, mais Miyu l’a sûrement vu. Curieusement, elle sait toujours…

Peut-être que je devrais aller chercher ces cristaux. Pour la protéger et l’empêcher de les utiliser à mauvais escient. Je ne sais pas ce que moi, je pourrais en faire… Je ne sais pas si j’y arriverai non plus… Mais si je peux protéger ce qui m’est le plus chère, je dois me lancer dans cette quête. Cependant, que puis-je fais de Miyu ? Peut-être que je devrais l’emmener chez mes grands-parents, elle y sera en sécurité, même si… Je ne pense pas qu’elle pourra leur faire confiance. Même s’ils sont de ma famille. Elle sait que je n’ai jamais eu une très bonne relation avec les membres de ma famille, je lui ai déjà dis, mais que j’ai toujours adoré mes grands-parents également. Je ne peux quand même pas l’emmener avec moi, non ? Je sais qu’elle peut se défendre mais… Ce serait dangereux. Découragée, je soupire en plaquant mes mains sur mon visage avant de me tourner pour coller mon dos contre le mur et tomber assise sous le jet d’eau chaude. Il n’est que cinq heures, je peux bien profiter un peu de la chaleur de la pièce avant que Miyu ne se lève et au pire, elle sait très bien se débrouiller toute seule. C'est une grande fille, malgré son apparence assez chétive…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Sam 23 Fév - 15:54

Ce matin, je n’étais la première à me réveiller. Trisha m’avait devancé de peu mais ça ne tarda pas… L’image d’une personne qui se noie m’arriva dans la tête alors que je ne pouvais voir que son corps trop frêle pour la reconnaître. Des cheveux tout aussi blanc que sa peau, des yeux dont la pupille étincelait de rouge malgré qu’elle avait les yeux clos, il est inutile d’aller plus loin pour que je me reconnaisse gesticulant sous une surface où je ne pouvais respirer, roulée en boule en tentant de canaliser le peu d’air qu’il me restait jusqu’à ce que ça ne soit le manque de souffle qui me réveille, soufflant moi-même tout en me redressant dans mon lit et pour entendre le son de la douche couler.

Les sons parvenaient jusqu’à mes oreilles et les crépitements de l’eau, irréguliers, me permettaient de capter la présence de Trisha même si je ne la voyais pas, même si je ne la sentais pas, même si je ne l’entendais pas. Je n’attendis pas davantage pour me lever, enfiler cette robe que j’avais depuis tellement longtemps sans m’en séparer. Je l’enfilai par-dessus la seule chose que je portais encore pour dormir et je sortis de la chambre sans passer par celle de Trisha, consciente qu’elle n’y sera pas. Je passai les escaliers, je pus me rendre compte qu’elle ne m’avais pas préparé mon petit déjeuner, elle n’a pas du se lever depuis longtemps. La télévision elle-même était encore éteinte mais je ne l’allumai pas pour autant et j’allai derrière le comptoir pour envisager de me préparer un petit déjeuner.

Je pouvais entendre les hurlements dans la maison et comprendre que l’adolescente qui y était n’avait pris pour cible que la douche jusqu’à présent. Et en ressentant sa conscience, je pus encore une fois me rendre compte de combien elle était lourde. Le frigo ouvert, je ne trouvai pas le lait. Je refermai le frigo et je regardai dans la réserve où il y avait habituellement tout ce qui était encore plein mais rien… Pas question de sauter mon verre de lait… Je me retournai pour pouvoir me rendre dans la partie des réserves et je l’ouvris de plus belle. Après cette fouille, je pus me rendre à l’évidence… Trisha avait oublié d’acheter du lait. En me retournant pour regarder la table, où mon bol solitaire attendait que je le remplisse, il reprit donc la direction du placard…

La douche s’arrêta alors, Trisha aurait certainement terminé de se laver mais je n’attendis pas ici qu’elle me rejoigne, je me dirigeai vers elle, vers la salle de bain. Une fois devant la porte, consciente qu’elle ne verrouillait que rarement son passage, je me saisis de la clenche pour l’ouvrir et m’infiltrer sans grande discrétion dans la salle de bain pour la voir avec une serviette sur la tête, les mains levée pour s’essuyer les cheveux. La voire nue ne me faisait rien et d’une voix monotone mais présente tout de même, je témoignai une fois de plus savoir parler bien qu’on pourrait se le demander en certaines occasions. Succinctement, directement, même si elle ne pourrait rien y faire… « Il n’y a plus de lait. »

Qu’y pourrait-elle ? Rien mais je le disais quand même. Elle n’y pourrait rien mais je lui mentionnais le pourquoi je voulais la voir. Elle ne m’avait pas attendu ce matin pour que je la rejoigne dans son lit mais je pouvais toujours venir la rejoindre dans la salle de bain où la chaleur était rapide à faire tourner la tête. Le mouvement de ses mains attirait mon regard et une fois encore, je pus voir les marques de sa vie qui défilaient sur ses poignets. « Tu as encore eu une nuit difficile… » Cette fois, elle risquait de comprendre que je ne la questionnais pas comme la journée précédente. Même s’il m’était possible de fouiller dans les pensées des autres, il ne fallait pas que j’en arrive ici pour comprendre qu’elle avait énormément bougé et qu’elle s’était même levée avant que je ne puisse me réveiller. Même si je lui demanderais ce qui la perturbait, je savais qu’elle ne me le dirais pas aussi promptement que je lui demanderais mais je la regardais s’essuyer, s’habiller, sans rien faire, sans rien ajouter. N’attendant que de voir ses réactions et de trahir ses pensées par des signes qu’elle pourrait faire, par ce qu’elle pourrait me dire pour s’expliquer ou tout simplement me dire le pourquoi elle ne dormait pas aussi bien qu’elle le devrait. Les nouveautés dans le monde l’atteignaient à ce point ? Pensait-elle à ce que je lui avais dit l’autre jour ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Sam 23 Fév - 17:02

Rester sous l’eau de la douche ne m’apportant rien de plus que des réflexions inutiles, je décide après un bon moment de sortir. Il faudrait quand même que je me lave, ce serait du gaspillage sinon… Un shampooing rapide donc, et je ferme tout. Peut-être que je devrais parler à Miyu de ce que je prévois de faire… De toute façon, depuis qu’elle est capable de discuter avec moi par télépathie, je crains qu’elle ne puisse fouiller dans mon esprit et comprendre tout ce que je peux ressentir, penser, et envisager. Je n’aime pas cette idée pour être honnête, j’ai l’impression de ne pas être capable de garder de secrets. Cependant, je n’en ai pas la confirmation, je ne lui ai jamais demandé si elle pouvait lire mon esprit. Ce n’est pas parce qu’elle peut me parler par pensée qu’elle doit obligatoirement pouvoir lire dans ma tête, n’est-ce pas ? Ce n’est pas nécessairement connecté. Du moins, je l’espère, sans quoi je ne sais pas ce qu’elle peut connaitre sur moi. Elle en sait déjà beaucoup de toute façon et les rares choses que je pourrais désirer lui cacher finissent quand même par être divulguées étant donné que je n’aime pas, finalement, lui cacher quelque chose…

En sortant de la douche, j’agrippe au passage une serviette pour me sécher et essorer mes cheveux. Ils ne sont pas très long si bien que je me contente de les ébouriffer. La friction couvre un peu les sons et je n’entend pas Miyu qui entre dans la salle de bains, ni une ni deux. Je sens cependant un frisson me traverser en sentant un courant d’air froid me passer sur la peau ce qui me fait lever la tête et constater la présence de Miyu. J’enlève donc la serviette de ma tête et l’observe en attendant de voir ce qu’elle souhaite. Sa présence de me choque pas plus que ça, j’ai toujours été le genre de personne à me dire que deux personnes du même sexe nu dans une même pièce, ce n’était pas si grave. Certes nous ne sommes pas exactement faite pareil - la différence d’âge joue - mais je ne suis pas à ça près et ce n’est pas la première fois non plus… La première fois qu’elle est venue ici, après quelques temps, j’ai dû l’aider à utiliser la douche ici qui est différente de ce à quoi elle était accoutumée. Ce n’est pas pire que deux sœurs ensemble finalement.

D’un ton sobre qui lui va si bien et ce depuis que je la connais, elle m’annonce qu’il n’y a plus de lait. J’hausse les sourcils avec étonnement. Pas de lait ? C’est quand même étonnant, moi-même je prend des céréales tous les matins et en absence de lait, en général, ça me met de mauvaise humeur… J’aurais donc oublier d’acheter du lait ? Je devais vraiment avoir la tête ailleurs ces temps-ci pour oublier un truc pareil. « Sérieusement ? Tu as regardé dans la réserve ? » Une petite pièce au fond de la cuisine, cachée par un rideau de tissu opaque, où je met en général les conserves et les packs de lait en supplément. Mais d’un mouvement de la tête, Miyu affirme avoir regardé. Flute… C’est bête. Je sais bien qu’elle apprécie de boire du lait en se levant et du coup, c’est raté. Bon, je termine déjà de me sécher et ensuite j’irai en acheter. Peut-être que je pourrai justement lui parler de ce que je prévois pendant que nous serons au marché. Discuter en marchant, c’est moins gênant et oppressant que de s’asseoir autour d’une table et de se parler dans le blanc des yeux.

Tandis que j’enfile mes dessous, Miyu me fait remarquer que j’ai encore eu une nuit difficile. Et comment le sait-elle, ça ? Je replace vaguement mes cheveux qui, même ébouriffés, sont aisément malléables. Ils se repositionnent gentiment le long de ma tête et je tourne mes yeux bleu vers Miyu qui, elle, est aussi stoïque qu’à l’accoutumer. « J’ai assez dormi quand même… » Je reste sobre aussi, si elle veut rester dans ce même ton. Je ne suis pas une personne traumatisée, je n’ai aucune raison particulière d’avoir des cauchemars incessants, mais j’en ai. Ils n’ont aucune signification précise… J’ai beau cherché, ils ne veulent rien dire. J’attache ma robe en remettant mon short en dessous avant de me retourner vers Miyu, comprenant qu’elle souhaite une réaction de ma part concernant ce léger problème quant à l’absence du lait. « Veux-tu venir au marché avec moi pour aller en acheter alors ? Il faudrait que je te parle de quelque chose. » J’espère juste qu’elle acceptera, je sais qu’elle n’aime pas sortir en général et éviter au maximum. Elle n’a jamais voulu m’accompagner lorsque j’allais travailler… et autant profiter que le soleil soit faible. Les magasins viennent d’ouvrir à cette heure…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Dim 24 Fév - 14:41

D’un regard inexpressif, je la regardais sans qu’elle ne me semble surprise mais elle cherchait si ce que je disais était vrai jusqu’à se rendre compte que ça l’était peut être, l’absence de souvenir la fit se demander s’il y en avait encore dans la réserve et la question s’en suivant fut celle qu’elle venait de se poser. Non, j’avais regardé et d’un signe de tête je lui fis entendre ma réponse. Il faudrait alors aller en acheter ensuite. Dans ce cas, elle comptait y aller après sa douche et je devrais attendre pour prendre un petit déjeuner. Elle me proposerait néanmoins de l’accompagner pour cette fois, encore une fois mais elle me précisa par rapport à ce que je lui avais dis qu’elle avait tout de même bien dormi malgré que sa nuit avait été agitée. Dans ce cas tant mieux, elle ne semblait pas en être trop dérangée mais je savais que quelque chose la perturbait… Peut être fut-ce pour ça qu’elle me demanda de l’accompagner au marché pour acheter au moins une bouteille de lait pour ce matin.

S’habillant tout en me parlant, elle attendit une réponse qui n’arriva que lorsque son regard se reposa sur ma personne. Je lui fis un signe affirmatif de tête puis je connectai mon regard au sien pour lui faire entendre ma réponse par la parole et non par la télépathie bien que je ne parlais que très peu et que c’était difficile pour moi de tenir de longues conversations. « Je t’accompagnerais. » Et je l’accompagnerais aussi si elle souhaitait partir d’ici pour aller chercher ce qui me motiverait à partir également. Le soleil me brûlerait la peau en temps normal mais avec le temps, j’ai appris à utiliser ma puissance pour repousser les radiations au point où je ne serais maintenant plus atteinte par les ultra violets et ainsi le soleil ne me brûlerait plus même en journée bien que ça serait encore à tester. Le regard des autres me ferait plus peur que le soleil au final et elle ne semblait pas se rendre compte que ce n’était pas le soleil qui me dérangerait si jamais j’allais dehors…

A chaque fois que je sentais un regard sur moi, une pression s’installait dans ma poitrine et une envie de tuer cette personne emplissait mon corps. La peur de savoir ce qu’il pourrait faire était trop grande et je préférais éviter même d’entrer en contact avec quiconque pour cette raison. Si je sortais, j’espérais alors croiser le moins de monde possible. Et autant dire qu’avec mon apparence, même une ou deux personnes seulement et je me ferais regarder une ou deux fois. Personne ne me manquerait dans la rue…

Trisha terminait en tout cas donc je me retournai pour pouvoir repasser par cette porte restée ouverte et je me rendis jusqu’à l’entrer pour remettre les petites chaussures que Trisha m’avait offertes en m’emmenant chez elle l’année dernière. Bien que la température ne serait peut être pas très clémente en cette matinée, je ne m’en inquiétait pas et je me disais que j’étais prête à partir. Je n’étais pas frileuse de toutes façons. Consciente qu’elle me parlerait de quelque chose, j’attendais de savoir ce dont elle voulait discuter et même si je ne le démontrais pas nécessairement, j’avais hâte de partir pour qu’elle puisse me le dire. Ainsi, dans l’attente, j’étais allée préparer son manteau et ses chaussures pour lui permettre de partir plus rapidement avec moi. Elle vérifierait peut être s’il n’y avait pas de lait avant de partir après puisque j’avais peut être mal regardé. Mais je ne pensais pas qu’il en resterait puisque j’avais bien fait attention à regarder partout aussi… Sauf si elle l’avait mis au dessus du frigo mais même si je l’aurais su, je n’aurais pas pu m’emparer de la brique de lait à cause de ma petite taille… Lorsqu’elle arriva, je ne fis que de lui mentionner que je n‘attendais plus qu‘elle pour partir. « Je suis prête. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Lun 25 Fév - 13:51

C’est sans grande surprise que Miyu accepte de m’accompagner au marché. Elle n’aime généralement pas sortir, je n’ai jamais su si sa véritable hantise était le soleil ou le regard des gens sur elle. Il y a tellement de différence entre elle et un simple humain qu’il m’est parfois difficile de deviner ce qui pourrait vraiment l’importuner… Tout le monde la regarde, évidemment, c’est une albinos. Mais j’ai eu beau lui expliquer que ce n’était pas nécessairement du dégoût qu’ils exprimaient pour elle, que c’était de la curiosité ou même de la fascination, elle n’a jamais voulu me croire. Tristement, je me rend assez vite à l’évidence que ça doit être parce qu’elle a été habituée à être dévisagée avec dédain… ce que je trouve absolument invraisemblable. Elle est si belle, fragile, elle me rappelle trop souvent une poupée de porcelaine… Je ne sais même pas comment on pourrait la trouver repoussante. En même temps, j’ai toujours beaucoup aimé les personnes avec des cheveux blanc. Ça rappelle une certaine pureté, bien que malgré son apparence, Miyu n’ait rien d’un ange au fond de son cœur.

Puisque c’en est ainsi, je me dirige progressivement hors de la salle de bains tandis qu’elle s’est déjà éclipsée pour aller enfiler ses petites ballerines blanches que je lui ai acheté il y a longtemps de cela. Elles sont encore comme neuves ; elle ne les a que si rarement portées. En arrivant dans le hall, je constate qu’elle m’a apporté mes bottes et la remercie avant de m’asseoir au bord de la seule marche séparant l’entrée du couloir pour les enfiler, tandis qu’elle affirme être prête. « Moi aussi. Je prends un sac et on y va. » Agençant le geste à la parole, je récupère mon portefeuille que j’enfonce dans une poche avant de prendre un sac pour contenir nos achats et sortir de la maison. Je laisse Miyu passer avant de fermer derrière moi pour verrouiller. Clefs en poche, je reprends la route en m’assurant qu’elle suive. J’ai failli avoir le réflexe de prendre sa main, mais ce n’est pas une enfant non plus… bien qu’elle soit vraiment très petite pour son âge.

« Alors voilà, je voulais te parler d’une chose… Je commence doucement même si je sais que l’inévitable est à venir, elle va vouloir m’accompagner dans ce long voyage et moi-même je ne sais pas quoi faire. C’est trop dangereux pour elle ! Mais je n’ai pas le cœur à la laisser chez moi en sachant qu’elle va se sentir trahi et pensera que je l’abandonne… que faire ? J’ai l’intention d’aller chercher ces cristaux. On raconte qu’ils peuvent faire n’importe quoi, réaliser des vœux… Mais j’imagine qu’il faut tous les réunir pour ça. Et c’est ce que je compte faire. »

Je ne sais pas si je m’exprime convenablement, c’est difficile à dire. Je ne veux pas nécessairement lui dire ce que je compte en faire… Si ces pierres peuvent vraiment réaliser n’importe quel vœu, je sais déjà ce que je vais souhaiter. Je ne veux pas d’argent, et sûrement pas la célébrité. Je leur demanderai simplement de protéger Miyu contre toutes méchancetés. De la défendre, de la protéger, de l’immuniser contre tout ce qui l’effraie le plus. Et dans le même temps, j’empêcherai Miyu de faire une terrible erreur en voulant utiliser ces cristaux à mauvais escient, car je sais qu’elle souhaite la destruction de tout ce qu’elle hait le plus… c’est-à-dire, en fin de compte, l’humanité. Mais devrais-je l’emmener avec moi ? J’ai horreur de décevoir les autres, et par-dessus tout Miyu… Je ne veux pas qu’elle me déteste. Je sens que si je refuse qu’elle vienne, elle se sentira abandonnée et voudra encore plus atteindre son objectif de destruction massive.

Finalement, mon cœur choisi pour moi et je ne lui pose aucun ultimatum, je me contente de dire ce que je compte faire pour qu’elle soit au courant. « Evidemment, si tu souhaites m’accompagner, je ne dirai pas non, mais… Ce sera sûrement dangereux… » Je suis au courant que ce n’est pas une fillette, pas dans l’âme, mais je crains quand même pour elle. Je la laisse cependant méditer là-dessus en m’adressant à un marchand pour prendre du lait. Au vu du départ potentiel, je ne prend qu’une bouteille que je paie avant de me tourner vers Miyu. La moindre personne la regardant de travers réceptionne un regard noir de ma part bien rapidement… J’en ai marre de ces idiots qui jugent tout le monde sur une vulgaire apparence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Mer 27 Fév - 23:04

Lorsqu’elle arriva pour mettre ses chaussures, elle me mentionna qu’elle aussi elle était prête. On allait donc pouvoir partir et elle ouvra la porte pour me laisser passer devant afin de la fermer derrière nous. On commença alors à se diriger vers le centre ville pour aller acheter du lait, il devait être six heure et le soleil ne se levait qu’à peine derrière des rayons orangés dans le ciel. Il faisait encore un peu frais même mais ce n’était pas moi qui me plaindrait de la température malgré que je ne portais qu’une fine robe finalement. Elle prit alors la parole pour reprendre ce qu’elle disait précédemment, je le savais déjà qu’elle voulait me parler mais j’attendais respectueusement qu’elle me dise ce qu’elle voulait.

Elle ne savait évidemment pas comment me le dire si ça impliquait une séparation, je ne voudrais pas qu’elle parte sans moi, même si je n’aimais pas ce monde… Je ne la laisserais pas partir pour rien au monde et ce même si elle me disait que ça serait dangereux, surtout si ça serait pour aller chercher des cristaux. Je voulais les voir, je voulais savoir ce qu’ils faisaient, et je ne la laisserais pas seule à leur recherche. Dangereux ? Autant pour elle que pour moi au final et je ne la laisserais pas dans le danger, il en était hors de question. Elle me le dit d’ailleurs, elle voulait partir et je m’y attendais déjà…

Ce fut malgré moi mais mon cœur se serra devant ce qu’elle pourrait dire… Elle m’affirma néanmoins sans attendre en sachant que je me sentirais mal certainement que si je voulais l’accompagner, ça ne serait pas un problème. D’après les rumeurs, les cristaux pourraient exaucer n’importe quel souhait et je sais déjà ce que je voudrais même si Trisha comptait y aller pour elle… Je savais aussi que je n’aurais pas le cœur à la décevoir après tout ce qu’elle a fait pour moi mais elle ne rattraperait pas les erreurs des autres à elle seule malheureusement. Malgré le danger que j’encourrais en l’accompagnant, elle était consciente que je prendrais rapidement ma décision mais elle alla chercher du lait avant que je ne puisse lui répondre.

J’attendis alors qu’elle fasse l’échange de monnaie, ces petites pièces rondes qui valaient bien plus qu’une vie encore quelques années plus tôt pour moi. Elle se retourna ensuite et on fit route arrière pour retourner vers la maison. Ca ne serait pas difficile pour moi-même si ça ne refléterait rien de ce qu’elle pourrait vouloir savoir de moi. « Je n’ai pas peur… Je viendrais avec toi. » Après avoir vécu au Wall Market seule pendant autant de temps, pourquoi je devrais craindre le danger ? J’avais cru mourir bien plus d’une fois, j’avais souffert bien souvent et ce n’était pas Trisha qui allait me faire souffrir encore une fois en me laissant dans la maison toute seule. Les journées seraient longues sans elle et je devrais entrer en contact avec des gens pour acheter ma propre nourriture, ça serait sans compter que je n’aurais pas d’argent pour une vie entière si jamais elle ne revenait pas.

« La solitude sera pire que toute autre souffrance. » Donc autant dire que je lui disais que je préférerais mourir en l’accompagnant plutôt que de souffrir de la solitude qu’elle me fera vivre en me laissant dans la maison. Et si elle me proposait un compagnon, ça ne serait que le temps que je trouve une manière assez sadique pour le tuer après tout. Je ne voulais de personne autre qu’elle dans ma vie et elle le savait bien. J’étais prête à partir avec elle… Mais je ne comptais pas le faire avec une autre personne, et encore moins restée à l’attendre jour après jour en gardant espoir que le danger n’aurait pas été trop grand. Elle le savait depuis le temps et je ne voyais même pas pourquoi elle osait encore me le proposer alors qu’elle savait bien quelle serait ma réponse. Comme pour lui annoncer que le sujet était clos et que ma décision était prise, je lui rappelai alors qu’il fallait avancer pour rentrer à la maison. « J’ai faim… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Jeu 28 Fév - 11:07

Je savais bien que Miyu serait en colère si je venais à ne pas l’emmener avec moi et c’est pourquoi j’en viens finalement à l’évidence ; je dois l’emmener avec moi, même si c’est un voyage dangereux. En un sens, je préfère en toute honnêteté qu’elle soit avec moi, comme ça, je saurai ce qui lui arrive, je saurai la protéger également. De toute façon, pas question de l’abandonner, elle me dit directement qu’elle ne craint rien et compte me suivre. Je souris légèrement tandis que nous nous dirigeons vers la maison pour pouvoir enfin manger notre petit déjeuner, à présent que nous avons du lait. Je savais bien qu’elle me dirait ça avant même que je ne lui en parle, c’est même presque absurde que j’ai eu à lui demander… Mais je préférais être certaine qu’elle soit consciente du danger. « Je me doutais bien que tu dirais ça. » Mais ça ne l’empêche pas d’en ajouter en disant que la solitude serait la pire des souffrances… Un vent d’amertume m’englobe momentanément le cœur. Je sais bien ce qu’elle veut dire. Je sais ce que ça fait. Et je sais surtout que je ne veux pas revivre ça.

« Je sais, oui… » Je ne veux pas lui rappeler l’époque où elle était seule au Wall Market. Je ne sais pas combien de temps elle y a passé précisément mais c’est certainement assez longtemps pour avoir souffert de l’abandon et de la souffrance de la solitude. De toute façon, si je n’aurais pas voulu la laisser seule, j’aurais pu l’emmener chez mes grands-parents mais je ne sais pas si elle saurait s’entendre avec eux. Ils ne sont pas venus me visiter depuis qu’elle habite chez moi. En même temps, Wutai, c’est loin mine de rien… ça ne m’étonne donc pas qu’ils ne viennent jamais me voir. Je ne leur en veux pas, ce n’est pas comme ma mère qui n’a pour ainsi dire jamais cherché à me retrouver. Je ne sais même pas si ma fugue, qui date maintenant de plusieurs années, l’a touchée… L’a-t-elle seulement remarquée ?

Miyu m’indique avoir faim, ce qui me change heureusement les idées. J’ai tendance à me déprimer toute seule… Penser à mes parents qui n’ont jamais vraiment été là me rend parfois mélancolique, si bien que je préfère me considérer heureuse d’avoir eu des grands-parents pour s’occuper de moi. Malheureusement, ça ne compense pas toujours le mal que cette absence a creusé en moi. « Très bien, allons à la maison alors. Je meurs de faim aussi. Je peux pas commencer une journée sans petit déjeuner ! » Et ça c’est un fait chez moi. Si je ne peux pas manger en me levant, j’ai tendance à être de mauvaise humeur… Enfin, façon de parler, je ne suis pas non plus de mauvais poils à l’extrême mais j’ai tendance à être d’humeur boudeuse.

Une fois de retour à la maison, je laisse Miyu s’occuper de son propre petit déjeuner, elle est débrouillarde et saura ce qu’elle veut. Personnellement, je me remplit un bol de céréales en ayant en tête que nous allons partir sans aucun doute bientôt, mais où ? Je pourrais peut-être aller vers Wutai pour demander des informations à mes grands-parents au sujet de ces cristaux, peut-être qu’ils en ont… Je sais qu’ils entendent beaucoup de choses… Installée au comptoir - puisque nous n’avons pas de table mais seulement un comptoir qui sépare le salon et la cuisine, avec des tabourets pour s’asseoir - je regarde la grande fenêtre qui mène sur le jardin, devant laquelle un rideau bleu pâle se tend. « Je pense aller vers Wutai en premier… Tu pourrais rencontrer mes grands-parents, si ça te dit. Ce sont de très bonnes personnes. Ils… étaient là quand mes parents ne l’étaient pas. Qu’en penses-tu ? » Peut-être que ça pourrait potentiellement l’intéresser. Je sais qu’elle n’aime pas rencontrer des inconnus mais si ce sont des gens qui ont été gentils avec moi, ça changera peut-être la donne ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Ven 1 Mar - 0:33

Malgré qu’elle voulait m’en parler, Trisha savait déjà ce que je lui répondrais. Elle savait ce que je penserais de rester toute seule mais je lui aurais répondu sans la moindre hésitation que c’était hors de question, la solitude avait un goût trop horrible pour que je veuille y goûter une nouvelle fois. Cependant, le petit déjeuner ne s’était que trop fait attendre et je l’avais invité à rentrer le plus rapidement possible en lui mentionnant que j’avais faim afin de changer de sujet. Elle m’affirma alors que c’était justement son intention d’aller manger puisqu’elle ne pourrait concevoir une journée sans avoir eu son petit déjeuner. Et une chance pour moi qu’elle ne soit pas bougon ce matin puisqu’elle aurait certainement mal pris ma réponse.

Le lait en poche, on rentrait donc à la maison pour pouvoir se faire le petit déjeuner. Le reste de la route fut silencieuse jusqu’à la maison où on put rentrer. Trisha commença à se préparer ses céréales comme à l’accoutumée, un rituel matinal pour elle, alors que j’allais chercher le chocolat en poudre pour pouvoir remplir un bol avec le lait et le glisser dans le micro onde. Elle était déjà installée au comptoir de son côté et avait commencé à manger pendant que mon bol chauffait. C’est alors qu’elle me confia qu’elle comptait d’abord se rendre à Wutai. Bien qu’elle me disait que je pourrais rencontrer ses grands parents, je n’en avais pas réellement grand-chose à faire à vrai dire mais je savais que c’était pour Trisha ce qu’elle était pour moi et ces personnes étaient probablement les seules que j’accepterais de rencontrer sans avoir une envie de meurtre en les voyant. Elle me rassura en me disant que c’était de bonnes personnes mais elle me l’avais déjà dit plusieurs fois, c’était resté mine de rien.

Cependant, elle me parla de ses parents et tout de suite j’eu une envie de meurtre. Si je rencontrais son père, il risquait de passer un sale quart d’heure et ça ne serait sans parler de ce que je pourrais faire subir à sa mère comme torture pour avoir délaisser autant sa fille. Des parents étaient censés aimer leurs enfants et je ne tolérais pas qu’ils puissent se moquer autant de leur progéniture. C’était inadmissible et pour moi ils ne méritaient pas même le titre de parents à vrai dire. Elle me demandait néanmoins ce que j’en pensais et sans lui mentir, je pourrais lui répondre sur la question en allant vers le micro onde pour en retirer un bol bouillant.

« Ce serait avec plaisir. » Mais je ne dis rien d’autre, j’aurais pu ajouter que ses grands parents, pour le peu qu’elle m’en avait dit, me laissaient tout de même une impression plus confortable que la majorité du monde dont elle me parlait. Je n’étais pas envieuse de les rencontrer, je ne me souciais pas beaucoup d’eux mais je savais que si j’étais seule et que j’aurais la possibilité d’aller voir Trisha, je serais la première à sauter de joie que sa savoir que la personne que j’aidais était heureuse de m’accompagner. La question serait comment y parvenir maintenant. Le trajet jusqu’à Wutai était vraisemblablement long pour ce que je m’en rappelais et je ne connaissais pas les navette qui s’y rendaient. « Comment comptes tu y arriver ? » Le temps de trajet autant que la distance à parcourir ne me faisait pas peur, d’une onde de choc, je chasserais tous les ennemis, d’une tornade, je terrasserais toute personne nous menaçant mais je ne comptais pas rester dans l’ignorance du trajet dans le cadre d’une séparation entre moi et Trisha. Je n’étais pas non plus telle une gamine inconsciente de ce que mon amie désirait faire et je l’accompagnerais en pensée tant qu’en personne.

Mon chocolat une fois saupoudré, je me mis alors à le boire sans prendre le temps de redresser le visage vers Trisha même si elle me parlait. Une fois que je l’eus terminé, j’allai mettre mon bol sous l’eau pour le rincer, le laver, l’essuyer et le mettre sur le plan de travail pour que Trisha le range ensuite. Mon déjeuner maintenant terminé, je me renseignai davantage sur le départ. « Faudra-t-il que tu prépares un sac pour partir ? » Je pourrais lui préparer pendant qu’elle terminerait de déjeuner et de laver son bol après tout. De nouveau debout, la regardant, je me tenais droite à attendre sa réponse et préparer le départ en m’imaginant que ça serait pour maintenant. Et non pas pour plus tard, comme le lendemain…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Dim 3 Mar - 12:17

A mon étonnement, Miyu ne grimace même pas alors que je lui suggère d’aller rendre visite à mes grands-parents. Je croyais qu’elle serait hésitante mais elle m’affirme que ce serait avec plaisir… Peut-être est-ce simplement parce que c’est ce que je souhaite, et qu’elle ne veut pas me décevoir ? De toute façon, c’est la seule chose que je me vois faire pour trouver des informations au sujet de ces cristaux. Avec les nombreux voyageurs qui viennent à la Pagode pour tenter de défier Godo Kisaragi, j’estime que mon grand-père doit entendre beaucoup de choses… Surtout qu’avec cette fusion des mondes, d’autres combattants ont certainement dû vouloir tenter le coup en entendant parler de la Pagode des Cinq Dieux, si bien que les informations doivent affluer. Ce n’est peut-être pas le cas aussi, peut-être ai-je tort, mais c’est la seule piste valable que j’ai pour le moment et je compte bien m’y fier. Et ce sera une occasion comme une autre d’aller leur rendre visite…

Lorsque Miyu me demande comment je compte y parvenir, je me rend à l’évidence d’un souci ; je n’aurai pas le choix de passer par Junon. Voilà pourquoi je n’allais jamais moi-même visiter mes grands-parents… Parce qu’il faut emprunter un bateau pour rejoindre l’île de Wutai, et pour ça, il faut passer par Junon. J’ai horreur de cette ville… Trop de mauvais souvenirs s’y cache. « Il faudra voyager à pieds quelques temps et rejoindre une ville où nous pourrons prendre le bateau. » Je préfère éviter de mentionner qu’il s’agit de Junon. Elle sait quand même que je n’apprécie pas cette ville et sait aussi pourquoi, donc je préfère m’abstenir. Et peut-être que si je n’y pense pas moi-même, j’oublierai qu’il s’agit de cette ville et le voyage se passera de façon moins anxieuse… Autant dire que je croise les doigts pour ne pas croiser ma mère.

Petit déjeuner fini, je commence à nettoyer et tout ranger quand Miyu s’informe à savoir si elle doit préparer un sac. Je ne sais pas vraiment mais il serait plus prudent en effet d’avoir quelques effets et puisque je ne sais pas si nous allons revenir ici, autant emmener des effets personnels également. « Il vaut mieux que tu t’en prépares un, si tu veux emmener quelques affaires, puisqu’on ne sait pas quand on pourra revenir… » Je sais que je vais emmener mon appareil photo, ça c’est sûr. Mais il ne faut pas non plus que ce soit trop chargé car sinon la marche sera pénible. « Je vais m’en préparer un aussi. » Sur quoi je me dirige à l’étage, dans ma chambre. Comme je sais qu’elle n’aura pas grand-chose à emmener, je me rectifie en grimpant les marches. « Tu mettras tes choses dans le mien, on économisera de la place comme ça. »

Une fois dans ma chambre, je sors un sac en tissu et commence à y déposer quelques effets même si j’essai de rester dans le léger. Je ne veux pas non plus m’imposer trop de poids sur les épaules… Je prends donc mon appareil photo que je prend soin de mettre entre deux vêtements pour le garder en sécurité et un journal dans lequel j’apprécie écrire, de temps en temps, pour me vider l’esprit. Alors que je m’apprête à sortir de la chambre, je tombe nez à nez avec une vieille peluche effondrée sur ma commode. C’est une sorte de tigre dont la couleur s’est ternit avec le temps. Il est tout mou, il s’écrase sur lui-même et doit bien avoir plus de trente ans - sans déconner. Il appartenait à ma mère, mais elle me l’a donné lorsque j’étais bébé. J’essai de me convaincre de sortir de la pièce mais j’ai le cœur gros, et décide finalement de le prendre et de l’enfouir dans mon sac. Une partie de moi a sans doute toujours voulu l’amour d’une mère… et cette peluche est tout ce qu’il me reste.

« As-tu tout ce qu’il te faut ? » demandé-je à Miyu en arrivant dans le couloir, prête à prendre ses affaires pour les mettre dans mon sac et, ensuite, à partir si tout est prêt pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Mar 5 Mar - 14:40

Le chemin qu’on allait devoir prendre contraindrait Trisha à passer par Junon et elle ne souhaitait pas y repasser de peur de croiser sa mère. Même si elle ne me le dit pas, elle n’en pensait pas moins et rien qu’avec l’expression de son visage, j’aurais largement pu deviner sans la connaître qu’il y avait un problème dans ce qu’elle s’apprêtait à me dire : on allait devoir voyager à pied jusqu’à rejoindre la ville où nous pourrions prendre le bateau. Cette ville était Junon et même si elle ne me le dit pas, je le devinai. Quoi qu’il en était, elle me dit qu’il vaudrait mieux que je prépare un sac et je réfléchis sans plus attendre à ce que je pourrais prendre sur moi pour ne pas m’encombrer de trop non plus. On ne saurait pas quand on pourra revenir donc autant prendre tout ce qui compte le plus pour nous ?

De son côté, elle allait s’en préparer un aussi et on alla donc toutes les deux à l’étage pour aller sans nos chambres respectives et préparer nos affaires. Lorsque j’arrivai dans ma chambre, elle m’annonça cependant que je n’aurais qu’à mettre toutes mes choses dans son sac pour économiser de la place. Ca serait plus lourd à porter pour elle alors ? En même temps, je me connaissais assez pour savoir que je n’aurais pas réussi à porter un sac tout le long de la route. « D’accord. » dis-je en m’enfonçant dans ma chambre.

Dans le placard, je pris deux changes seulement autant en sous vêtements qu’en terme de robe. L’une était argentée et l’autre était d’un bleu assez pâle, que des couleurs claires puisque le noir n’apportait que du noir d’après Trisha. Pourtant, on pourrait lui renvoyer tel un boomerang ce commentaire avec sa manière de s’habiller. Je ne disais rien seulement parce que je savais qu’elle avait raison mais elle devait avoir ses raisons pour ne pas appliquer ses propres conseils. Enfin, je fis le tour de ma chambre une fois, deux fois, trois fois… Je ne voyais plus quoi prendre… J’allais sortir lorsque je fus surprise par une Trisha qui se pointa devant ma porte, juste devant moi. Je sentis mon cœur faire un bond mais mon corps ne réagit même pas. Pas même un mouvement du sourcil, elle me demandait si j’étais prête.

D’un signe de tête, je lui mentionnai que oui et je lui pointai les affaires sur le lit pour lui montrer ce que je prenais, elle me dirait peut être quoi prendre d’autre mais elle n’avait peut être pas beaucoup de place dans son sac non plus, et je ne voulais pas que ça soit trop lourd… « Tu auras encore un peu de place ? » Pourquoi une telle question ? J’allai vers mon lit pour le faire et en retirer une petite peluche de chat, un chat tout blanc avec de grands yeux verts et une matière qui semblait presque rappeler celle des chats. Il s’agissait d’une peluche qu’elle m’avait acheté une dizaine de jours après que je sois arrivée chez elle et je dormais toujours avec depuis… Quand je ne finissais pas simplement dans le même lit que Trisha en fait.

En lui montrant la peluche, je savais qu’elle comprendrait ce que je voulais lui demander ensuite et elle pourrait me dire si oui ou non, on pourrait la prendre. Ensuite, nous n’aurons alors plus qu’à quitter la maison, puis la ville et tenter de nous rendre jusqu’à cet endroit qu’elle n’avait pas encore nommé. Mais je n’étais pas dupe et je me renseignerais tout de même sur le lieu où elle voulait prendre le bateau dont elle m’avait parlé. « La ville qu’on va rejoindre, c’est Junon non ? » et si c’était le cas, je me doutais qu’on ne ferait pas le voyage en une seule fois au vu de la route qu’il y avait à faire. Mais je refusais de m’arrêter dans un endroit comme la ferme des chocobos ou le fort condor… peut être qu’on se reposerait dans la grotte de Mythril alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Ven 8 Mar - 14:29

Mon sac terminé, je me dirige vers la chambre de Miyu pour m’apercevoir de ce qu’elle fait. Peut-être a-t-elle déjà fini de rassembler les quelques affaires qu’elle compte prendre… Je remarque qu’elle a mit quelques vêtements sur son lit, prêt à être mis dans le sac. Juste quelques dessous et deux robes de rechanges qui sont pratiquement identiques à celle qu’elle a déjà, si ce n’est que les couleurs diffèrent un peu. Je m’approche donc pour déposer le sac sur le lit et commencer à y ranger les vêtements en faisant attention à ne pas non plus les chiffonner, je les laisse bien pliés. Tandis que je teste la pesanteur de mon bagage, Miyu revient dans ma direction pour me demander s’il me reste encore un peu de place. Je tourne la tête pour voir qu’elle me tend une peluche blanche, un chat, que je lui ai acheté il y a quelques mois de cela. Je devine facilement qu’elle souhaite l’emmener avec nous et au vu de ce que je viens de faire avec le tigre en peluche de ma chambre, je ne peux pas désapprouver. « Bien sûr, il y a toujours de la place pour ce genre de choses. » Je souris en prenant l’animal en peluche et creuse un peu dans le sac pour lui faire une place.

J’ai peut-être vingt ans, mais je comprends la signification sentimentale des objets. Je sais que malgré mon âge adulte, une peluche peut être très réconfortante. Je n’aurais pas eu le cœur de refuser ça à Miyu même si j’aurais dû me défaire du tigre que j’ai mis pour moi. Contente de trouver de la place, je fermer le sac et le hisse dans mon dos. Je prends au passage des petites nécessités dans la salle de bains comme un peigne, brosses à dent et médicaments… hum. Je préfère prendre mes somnifères au cas où j’en aurais besoin, bien que ces temps-ci, je tente au maximum de ne pas succomber à la tentation de les prendre lorsque je tourne et tourne depuis plus de trois heures dans mon lit avec les yeux aussi ouvert que si j’avais bus dix tasses de café noir…

Une fois que j’ai tout rangé, je fais un tour dans la pièce aux tatamis, où je me dirige vers l’autel de Léviathan. Il s’agit là d’un souvenir de ma patrie de Wutai. Mon grand-père me l’a offert, il est très traditionnel et apprécie l’idée d’être protégé par le serpent de mer chimérique. Je ne sais pas ce que j’en pense, j’ai toujours conservé cet autel par respect pour lui. Je me surprend pourtant à lever mon index et mon majeur au niveau de mon visage et à m’incliner devant l’autel en priant Léviathan pour un bon voyage, avant de m’approcher pour tendre les mains au dessus de la statue du serpent ; apposé cérémonieusement sur un support de métal se trouve mon épée, Arkhana. Il s’agit d’une longue épée qui possède une lame noire. Je ne m’en suis pas servi depuis quelques temps déjà et la toucher me remplit d’une note de nostalgie… Au vu de sa longueur, impossible de la mettre à ma ceinture, aussi je la glisse entre le sac et mon dos où elle s’accroche grâce à une ceinture passant en diagonale de mon épaule à ma taille. Parée, je retourne dans le couloir chercher Miyu.

« Voilà. Nous pouvons partir, si tu es prête. » Je lui souris tandis qu’elle me rejoint dans l’entrée, prête à partir effectivement. Je réajuste plus convenablement le sac sur mes épaules avant de pivoter sur mes talons et de me diriger vers la porte. Clefs en main, je m’assure de bien la verrouiller. Mais tandis que je me prépare à partir, Miyu me demande si c’est vers Junon que nous allons. Décidément, pas moyen de la duper… Elle l’a deviné tout de suite. Je souris, l’air à la fois navrée et mélancolique. « Oui, Junon. Juste pour prendre le bateau. » J’émet la précision pour qu’elle ne pense pas que je compte retrouver ma mère. C’est hors de question. Aussi, je ne continue pas sur cette conversation et sort en laissant Miyu me suivre avant de fermer et verrouiller ma maison. Au revoir, jolie demeure. Je range les clefs dans ma poche et soupire avant de m’éloigner en entrainant Miyu avec moi. Une nouvelle aventure s’annonce… J’espère juste que ce ne sera pas trop périlleux.

Direction : Plaines de Midgar
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Jeu 9 Mai - 19:46



Le dilemme de Trisha n’était du que par ma volonté à ne pas vouloir ni utiliser de Chocobo, ni à camper chez un type que je ne connaissais pas. Je ne désirais pas le rencontrer, ni ne voulait pas même le voir pour dire. Mais j’étais consciente que je ne pourrais pas non plus camper sur place au risque qu’on se fasse bouffer par des monstres mais j’imposais mes choix sans chercher de solutions malgré que, oui, j’avais bien pensé à retourner chez Trisha pour me reposer. Cette dernière me demanda d’ailleurs si je voulais revenir à la maison et qu’on continue à s’entraîner demain. D’un oui de la tête, je lui laissai comprendre que c’était ce que je voulais. Même si ça nous ralentirait, je savais que ça nous permettrait de ne pas se prendre la tête avec des broutilles. On pourrait tout aussi bien rester encore un peu de temps à Kalm si on voulait juste s’entraîner un peu en tuant des monstres, non ?

Malgré que je lui avais répondu d’un oui de la tête pour qu’elle reparte vers Kalm, elle avait encore l’air de réfléchir à tout ça. Peut être avait-elle une idée de ce qu’on pourrait faire dans tous les cas ? Il faudrait assurément se reposer pour le moment, il faudrait assurément reprendre du mieux et repartir demain mais il faudrait certainement plutôt avoir de quoi se restaurer en fait. Bien que j’aurais pu lui proposer d’acheter des potions, je ne voulais rien lui imposer et je lui laisserais le choix de faire ce qu’elle souhaitait.

Prenant donc de nouveau ma main, elle m’entraîna vers la ville en me disant de venir. Un sourire illumina mon visage sans que je ne le veuille mais je pus au moins suivre en lui démontrant que j’étais contente de cette décision. Le chemin du retour ne fut accompagné que des bruits de nos pas alors que le soleil laissait entendre qu’il devait être non loin de l’heure du midi. Les cadavres des créatures qu’on avait tuées ne nous dérangeraient plus désormais mais je me permettais encore de les regarder sur le passage en me disant que si jamais j’en rencontrais demain, je me ferais une joie de dégommer tout un groupe d’un coup de cette tornade…

La question qui orientait mon esprit maintenant était surtout de savoir combien de temps on devrait s’entraîner pour pouvoir vaincre le Zolom si bien que lui demandai alors quelque chose pour le savoir. « Le gardien du marais est si fort que ça ? » Si on s’équipait correctement, on pourrait peut être le vaincre efficacement. Je pourrais peut être tenter de le manipuler. Peut être qu’on pourrait se renseigner… Pardon, peut être que Trisha pourrait se renseigner sur les éventuelles faiblesses à travailler pour qu’on puisse le tuer et je lui exprimai cette idée. « Si nous réussissons à gagner suffisamment d’argent, nous pourrons apprendre des techniques utiles pour l’altérer d’état dont il ne peut se défendre. Il doit bien y avoir certaines personnes qui savent comment le vaincre facilement ici, non ? » Dis-je alors que nous entrions en ville. Ma voix s’éteignit alors puisque, ici, je ne risquais plus de dire grand-chose jusqu’à ce qu’on soit à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Jeu 9 Mai - 20:00

Notre retour à la maison est finalement marqué par un sourire de la part de Miyu, ce qui est assez rare. Je me permet également de sourire en la voyant ainsi rayonnante - à mes yeux du moins, il est si rare de la voir sourire que je la considère comme rayonnante dès qu’elle ose laisser ses lèvres s’étirer un peu. Visiblement, c’était vraiment ce qu’elle voulait… Je pense qu’elle aura du mal à vivre dans les auberges et les hôtels, il est évident que nous devrons nous arrêter souvent en chemin avant d’atteindre la destination. Wutai n’est pas à côté après tout. Mais j’avoue que l’idée de repousser l’arrivée à Junon me rassure également… Après tout… Ma mère est peut-être encore là-bas et je n’ai pas réellement envie de la croiser. Ça fait des années que j’ai fuguée, mais je pense que si elle me voit, elle saura me reconnaitre. Je n’ai pas changé tant que ça, je crois…

Avant de pénétrer dans la ville, Miyu me questionne au sujet du Zolom. Elle me demande s’il est si redoutable que cela, comme si elle doutait de l’utilité de notre entrainement. Je souris légèrement en haussant les épaules. « Il est dit qu’il est vraiment puissant oui, surtout pour les novices en fait. Il vaut mieux être trop préparé que pas suffisamment. » Je préfère encore perdre mon temps à m’entrainer plutôt qu’à me faire embrocher par les canines de cet énorme serpent. Je ne pense pas que Miyu le voit ainsi, elle ne connait pas cette créature après tout, moi non plus finalement… Peut-être que demain, nous pourrons penser essayer de l’esquiver en traversant le marais rapidement.

Miyu suggère d’acheter des objets qui nous permettrait de développer des méthodes d’attaque contre le Zolom, mais nous n’avons malheureusement que peu d’argent. Toutes mes économies sont passées dans l’achat de cette maison et les rares paies de mes photographies restent en général dans un coin précieux en cas d’ultime urgence - et ça n’en est pas une, pas à mes yeux. « Je pense que le mieux serait tenté de passer sans se faire remarquer. Traverser le marais incognito. » Je ne sais pas si ce sera possible, après tout nous serons ralentit par la boue et l’aspect marécageux de l’eau, mais qui ne tente rien n’a rien. Nos pas nous mènent naturellement vers la maison et Miyu cesse de parler une fois en ville. Dès qu’il y a des gens autour, ses lèvres deviennent une véritable boite à secrets… impossible à ouvrir.

« On va déjà rentrer, manger un bon repas et se reposer. On avisera demain. » De toute façon, ça ne sert à rien pour le moment de s’embêter avec ça. Il n’est pas encore très tard, c’est le milieu de l’après-midi je dirais, mais on pourra toujours manger quelque chose, relaxer devant la télévision ensemble, prendre une bonne douche et ensuite aller dormir un peu. C’est bête de retourner à la case départ mais ainsi soit-il. Une fois à la maison, je dépose le sac au sol et retire mes bottes. « Bon… Tu veux m’aider à préparer quelque chose à manger ? » Lui demandé-je en bifurquant dans la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Jeu 9 Mai - 20:38

De retour à la case départ, ce n’était pas ce qui me dérangeait au final : j’aimais mes habitudes et j’avais du mal à me les changer. Partir de ce fait était une chose qui était difficile pour moi mais je savais que je ne pourrais pas éternellement retarder l’échéance. C’était bien la raison pour laquelle Trisha me dit maintenant que demain, on tenterait de passer quand même rapidement dans le marais pour qu’on puisse aller de l’autre côté et ne pas simplement se retrouver coincer par ce gros truc qui nous bloquerait le passage. J’étais on ne pourrais plus d’accord mais elle aurait une technique pour le faire ? Il faudrait peut être augmenter notre vitesse pour le faire ou, au mieux ralentir celle du serpent si ce n’était les deux non ?

Une bonne tornade et je savais que je pourrais envoyer tout le monde dans le décor et ce serpent ne devrait pas une exception, je ne voyais juste pas qu’il devait facilement faire une bonne dizaine de fois ma taille si ce n’était même plus d’ailleurs ! Il était impressionnant et Trisha ne manquerait pas de me le dire. Il faudrait être particulièrement bien préparé puisque des personnes novices ne pourraient pas efficacement s’en tirer pour autant. Pour le cas présent, le mieux serait de voir quoi faire le lendemain conclut-elle avant de me proposer de manger un morceau et de se reposer jusque là. J’acquiesçai donc d’un signe de tête et je me joignis à elle dans la cuisine pour chercher un truc qu’on pourrait se faire.

Comme le départ était tout de même assez proche, on n’avait presque plus rien mais il restait du pain et du fromage si bien que ce que je lui proposai fut assez radical pour elle de voir ce que je demandais : pain, beurre, fromage. Je sortis même un couteau et je me mis à tartiner les premières tartines pendant que Trisha s’occuperait de faire cuire le tout afin que nous puissions manger. Ca mettrait ainsi un terme à ce pain de mie et ne laisserait certainement plus assez de beurre pour déjeuner le lendemain. Mais cette fois, on aurait au moins du lait vu qu’on était allé en chercher ce matin.

Lorsqu’on fut à table je me régalai mais je savais que ce n’était que pour terminer la journée et ensuite se reposer donc je me disais déjà que j’irais certainement prendre une douche après ce repas pour me préparer à passer la nuit. Toujours silencieuse à la recherche d’une réponse à ce que Trisha avait proposé. Je ne lui avais pas répondu mais je le fis seulement maintenant prouvant quand même que ce qu’elle avait précédemment dit n’était pas passé dans l’oreille d’un sourd. « On pourra y arriver. Si le serpent nous voit, ça ne devrait pas êter trop difficile de le ralentir pendant qu’on continue d’avancer non ? »

Peut être que je devrais prendre quelque chose pour me défendre au corps à corps cependant… Vu que je n’avais pas la moindre force, je ne pouvais pas soulever une épée mais je savais que si j’avais au moins un couteau, je pourrais faire des oreilles en dentelles des monstres qui seraient trop proches de moi… Mais je ne ferais pas la demande à Trisha puisque je détestais tout ce qui pouvait être des armes après tout. Je préférais de loin me battre sans ce genre de choses et me contenter de faire part de ma très grande puissance magique pour détruire tout ce qui pourrait s’opposer à moi.

Une fois le repas terminé, je me levai d’un bond pour lui mentionner que j’avais terminé. « Fini. » Je regardai alors Trisha en attendant qu’elle croise mon regard et ne comprenne ce que j’allais faire avant que je ne le dise. « Je vais aller me laver. » Dis-je en attendant de voir si elle ne désirait pas y aller avant moi quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Jeu 9 Mai - 20:55

Comme d’habitude, je laisse Miyu sortir les ingrédients qu’elle souhaite utiliser dans le repas. C’est toujours comme ça avec elle ; elle ne fait pas le repas, elle choisit ce que nous allons manger et finalement je prépare. C’est mieux comme ça, je suis tellement indécise que je ne saurais même pas quoi préparer si elle ne me l’imposait pas. Je m’affaire donc à utiliser pain de mie, beurre et tranches de fromage pour faire un petit repas tranquille et pas trop compliqué. Miyu m’aide quand même à étendre du beurre sur les tartines et lorsque le repas est prêt, nous nous installons sur le comptoir - l’absence de table chez moi est notable oui. Il y a deux tabourets derrière le comptoir et c’est là que nous mangeons tous les jours.

Pendant que nous dégustons le repas, Miyu me fait remarquer que c’est sûrement possible de traverser le marais sans que le Zolom ne nous voit. Et même s’il nous voit, pourquoi ne pas simplement le ralentir ? Je ne sais pas, ça ne doit pas être aussi simple… et ce serait beaucoup plus facile de simplement passer incognito. Peut-être qu’en longeant une section du marais. En restant contre les parois montagneuses tout en avançant rapidement. « Je sais vraiment pas, sincèrement… » Je n’ai jamais essayé de traverser ce marais. Je ne sais pas quels sont les risques à vrai dire, outre un combat assuré contre le Zolom.

Miyu termine de manger avant moi. Elle m’annonce avoir fini après être descendu de son tabouret avant de me faire remarquer qu’elle va se laver. J’acquiesce dans un sourire passager avant de la regarder s’éloigner. Après avoir rangé les plats et fait la vaisselle, un coup de déprime me gagne sans aucune raison particulière. Je devrais prendre des médicaments pour ça, mais j’essai d’éviter, c’est déjà difficile de dormir, si en plus je dois devenir accro à ces médocs, ça n’en finira plus. Je me contente donc d’attendre que Miyu ait fini pour prendre une douche derrière elle et me changer. Une fois en pyjama et en chaussons, je me sens déjà mieux.

« Bon. Soirée télé, d’accord ? Je crois que c’est les infos à cette heure. » Je n’aime pas regarder les informations en général, mais j’ouvre quand même la télévision en m’installant sur le canapé. Lorsque Miyu s’installe à côté de moi, je n’hésite pas à la rapprocher en l’enlaçant et en déposant un baiser sur le dessus de sa tête, dont les cheveux respire une douce odeur de vanille maintenant. Et aux informations, une reporter parle d’une certaine chimère qui se situerait au Canyon Cosmos… mais également du retour de Sephiroth qui serait confirmé. Toutes ces histoires me prennent rapidement la tête et même si j’écoute, c’est juste d’une oreille. Lorsque cette Maeva Williams termine son reportage, un téléfilm est annoncé.

Bon… Ce sera l’idéal pour relaxer avant d’aller dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Jeu 9 Mai - 21:34

Jamais elle n’avait fait face à ce monstre au final et elle n’avait jamais non plus tenté de passer devant si bien qu’elle ne pourrait pas réellement me renseigner sur le fait qu’il soit facile ou non de le ralentir. Si déjà elle m’avait dit la taille qu’il faisait, je pense que je lui aurais rapidement dit qu’avec une taille aussi impressionnante, on aurait eu du mal à le rater et on aurait pu facilement se rendre jusqu’à la grotte que nous viserions en passant dans ce marais. Au final, le plus casse pied serait surtout de se salir pour passer…

Le repas passa rapidement en discussions, même si les quelques mots que je pouvais dire faisaient surtout beaucoup parler Trisha, je n’étais pas très bavarde en temps normal après tout et donc ne tentez pas de me faire parler devant un inconnu pour moi et ce même s’il aurait s’agit de la mère ou de la grand-mère de Trisha. D’ailleurs, ne comptait-elle pas l’appeler? Elle ne m’en avait pas parlé, ce n’était pas comme si je pourrais savoir ce qu’elle avait pensé sans avoir fouillé dans son esprit, ce n’était pas une chose que je faisais quotidiennement après tout.

Suite à ce repas, on alla chacune notre tour se laver et même si je fus plus longue qu’elle à cause de mes cheveux, je fus tout de même rapidement sortit pour une tignasse comme la mienne. J’allai voir devant la télévision le temps que Trisha ne fasse de même que ce que je venais de faire. Elle arriva ensuite pour me proposer une soirée télévision. Il n’y aurait pas grand-chose à faire autre que ça après tout et je me ravissais déjà de pouvoir passer la soirée accrochée à Trisha surtout que de voir ce qui pourrait passer devant l’écran. Les nouvelles, je n’en avais rien à faire mais il semblerait que l’entre d’une chimère venait d’être localisée. Mes yeux furent tout de suite attirés par l’écran et mes oreilles écoutèrent alors ce qui se passait sans me faire défaut. Lorsque l’émission suivante fut proposée, je ne manquai pas de faire part de mes réflexion à Trisha pour autant.

« On pourrait aller voir dans le canyon ? » Elle comprendrait facilement pourquoi je voudrais y aller mais peut être qu’elle ne chercherait qu’à se rendre à Wutai tout de même afin de justement éviter qu’on ne doive aller voir pour récupérer un cristal. Enfin, je savais que je ne pourrais pas la pousser à faire un détour d’autant plus que je ne connaissais pas le monde assez bien pour me rendre compte du chemin qu’il faudrait qu’on prenne. Toujours était-il que la soirée fut agréable même si j’avais passé la majorité de celle-ci les yeux fermés, la tête sur les cuisses de Trisha et que j’avais fini par m’y endormir sans m’en rendre compte. Je n’avais donc pas capté qu’elle me ramènerait certainement à ma chambre pour que je puisse y dormir mais ce n’était que le dernier de mes soucis. J’étais de toutes façons déjà dans une sorte de pyjama avec ma tenue normale qui ne comptait rien de plus que la robe et une culotte après tout, elle n’aurait juste à retirer mes chaussures dans tout ça…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Jeu 9 Mai - 22:22

En voyant les informations, alors qu’habituellement elle n’y voyait aucun intérêt, Miyu me demande si nous ne pourrions pas aller faire un tour au canyon… Je sais très bien pourquoi elle me demande une telle chose, toujours aussi intéressée à récupérer ces cristaux qui dit-on peuvent exaucer des vœux. Je ne sais pas si je veux y aller, je ne sais pas non plus si je souhaite la contredire. Je pourrais toujours faire mine de m’y rendre pour tenter de l’empêcher d’atteindre les cristaux en m’en emparant moi-même, je ne sais pas… Je n’ai pas encore trop réfléchi à la question. Ce n’est pas tellement sur notre chemin non plus, ça nous rallongerait considérablement. « Le Canyon Cosmo… C’est pas vraiment sur notre route… » Mais, mais, mais. Le ton de ma voix laisse suspendre un mais.

Je ne veux pas tellement la décevoir et je sais qu’elle ne me demande que trop rarement des trucs pour que je lui dise non. Alors finalement, je soupire et fini par acquiescer en estimant que ce sera de toute façon sans aucun doute une bonne expérience et une première visite dans un lieu tout nouveau pour moi. « D’accord. On fera le détour. » Je sais de toute façon que ça suffira à lui faire plaisir et pour preuve, elle ne continue pas sur cette lancée, se contentant de poser la tête sur mes cuisses en regardant vaguement la télévision. Je sais que ça ne l’intéresse pas mais j’aime bien les téléfilms le soir.

Machinalement, je lui caresse le bras ou les cheveux tandis que je suis totalement absorbée par ce film où une histoire d’amour à deux gils est affiché. Ce n’est pas le genre de choses auxquelles je crois sincèrement, les histoires d’amour à l’eau de rose, mais j’aime bien voir ce qui se passe dans les films. Une fois fini, je ferme la télévision et m’aperçoit que Miyu s’est endormi. Un vrai petit ange comme ça… Je m’affaire donc à la soulever délicatement pour grimper les escaliers et me rendre dans sa chambre. En la gardant contre moi comme une enfant, ce que je vois en elle finalement, je tire sur la couette et l’étend doucement sur le matelas. Après avoir enlevé ses ballerines, je rabat la couverture sur elle.

« Bonne nuit. Fait de beaux rêves. » Elle ne m’entend sûrement pas, profondément endormie, mais j’ai murmuré quand même au risque de la déranger. Lorsqu’elle est bordée, je me penche sur elle pour l’embrasser sur le front en dégageant tendrement quelques mèches avant de m’éloigner en laissant une veilleuse ouverte qui plonge la pièce dans une lueur rouge-orange réconfortante. Je n’ai aucune envie d’aller me coucher… Mais puisqu’il le faut pour être bien reposé demain, pour une fois, je daigne prendre des somnifères. La fatigue me gagne dans la prochaine heure et je ne perd pas une seconde pour m’étendre dans mon lit en laissant délibérément la lumière ouverte… J’ai vraiment horreur du noir…

    Trisha se repose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Ven 10 Mai - 16:36

Réfléchissant à ce que je viens de lui demander, Trisha finit par me dire que ça nous fera faire un détour. Pour aller chez ses grands parents ? A la base, on ne devait pas aller chercher les cristaux ? Ne serait-ce donc pas ses grands parents qui nous feraient faire un détour ? Je ne dis rien pourtant, si elle ne veut pas, je ne vais pas insister non plus. Mais il est vrai que je préfère aller dire bonjour à un cristal plutôt qu’à une personne même si c’était ses grands parents. Finalement, elle me dit qu’elle accepte de faire le détour ce qui laisse l’once d’un sourire sur mon visage avant que je ne m’étende sur elle. Le téléfilm, je ne sus même pas de quoi il parlait puisque je fermai les yeux en sentant les mains de Trisha dans mes cheveux et je m’endormis en moins de dix minutes.

Le temps fila et je ne sentis pas mon lit arriver sous mon corps, je ne réalisais pas que Trisha m’avait posé dans ma chambre et ma nuit continua comme elle avait commencée. Je dormis parfaitement bien pendant un bon moment jusqu’à ce que je fasse encore un rêve étrange qui me tira de mon sommeil. Cette fois, je longeais des murs où je voyais des souvenirs de mon passé, des souvenirs que j’éradiquais d’un geste de la main jusqu’à ce que je me fasse écraser par le poids d’une poutre. La maison venait de s’écrouler et je me réveillai en prenant une grande respiration. Il faisait tout aussi noir que dans mon rêve, j’avais eu chaud visiblement puisque j’étais trempée… A moins que ça n’ai été des larmes ? Je ne pense pas avoir des larmes dans le dos pour autant.

Après avoir repoussé la couverture, je descendis de mon lit le cœur encore battant. Ressentant encore parfaitement cette poutre qui m’était tombée dessus - comme le reste de la maison puisque j’avais pu voir la plaque supérieure. Je remis mes ballerine, je me glissai hors de ma chambre et je me dirigeai vers la chambre de Trisha. La lumière était allumée et je me disais qu’il devait être encore assez tôt dans la soirée… Peut être qu’elle lisait. J’enclenchai sa porte sans même me poser de question. Elle serait en train de se faire du bien que ça ferait la même chose au final mais non. Elle était endormie profondément avec la lumière allumée. Je restai un moment à la regarder, enviant sa chance de pouvoir dormir pour une fois alors qu’elle avait pourtant énormément de mal à trouver le sommeil.

Sans fermer la porte, ne faisant que de la repousser jusqu’à ce qu’elle soit entrouverte, je fermai alors la lumière et j’allai vers le lit. Comme j’étais toujours trempée, je retirai la robe que je portais pour ne garder que la culotte. La robe arriva sur le dossier de sa chaise de bureau après que je m’en sois servis pour retirer les gouttes que j’avais sur le visage aussi. Je me glissai ensuite dans son lit et je me blottis contre elle sans la moindre gène, sans la moindre pudeur non plus. Qui aurait de la pudeur en ayant vécu ce que j’avais pu vivre dans le fond ? Ce n’est que la tête une fois posée contre sa poitrine que je pus m’endormir, surprise même de ne pas l’avoir réveillée mais je ne pouvais savoir qu’elle avait pris du somnifère pour passer la nuit. Elle se réveillerait certainement avant moi mais ce n’était plus surprenant pour elle de me retrouver dans son lit en se réveillant. Elle risquait de me réveiller lorsqu’elle se réveillerait mais au moins, je serais alerte lorsqu’elle ira déjeuner pour que je le prenne en même temps qu’elle et qu’on retente une fois encore de partir vers Junon pour le début de la route. J’étais bien motivée pour aller jusqu’au Canyon là et donc demain, on tenterait certainement de passer le marais…

    Miyu se repose
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Dim 12 Mai - 11:50

Pour une fois, oui, pour une fois je dors. C’est surtout de la triche, autant être franc. Je m’étais promis de ne pas prendre ces médicaments, je n’aime pas l’idée de dormir grâce à des somnifères, c’est comme un faux sommeil. Mais au moins, je l’espère, ça me reposera. Pendant que je dors, puisque je dors forcément profondément à cause de ces petits comprimés magiques, je ne me rend pas compte que Miyu me rejoint à cause d’un énième cauchemar. Décidément de ce côté-là, nous sommes vraiment similaires, à cauchemarder souvent. C’est dommage mine de rien, elle n’a vraiment pas besoin de ça… Mais au moins je suis là pour la réconforter lorsque c’est nécessaire. Je me sens utile comme ça… C’est réconfortant au moins…

Je me réveille donc le lendemain matin avec la tête un peu groggy. Il faut dire que ces médicaments assomment vraiment, ça mettrait un éléphant dans un état de léthargie complet, j’en suis persuadée. Avec beaucoup de mal à me repérer, je réalise que j’ai Miyu blottie contre moi, profondément endormie. Ça ne me surprend pas puisque c’est arrivé souvent qu’elle se réveiller pendant la nuit et qu’elle vienne me voir pour dormir avec moi, et je ne me demande même pas pourquoi elle n’a plus sa robe sur elle, peut-être a-t-elle eu chaud, qu’en sais-je, ce n’est pas grave ni important. Je souris doucement en la voyant, touchée comme toujours qu’elle soit venue vers moi pour du réconfort.

« Miyu ? Allez, il faut se lever. » J’attend qu’elle émerge de son sommeil et qu’elle prenne le temps de réaliser où elle est et que c’est le matin avant de reprendre la parole en repoussant quelques mèches blanches derrière son oreille. « Je vais descendre préparer le petit déjeuner. Tu me rejoindras. » Qu’elle se rendorme si elle veut, ce n’est pas grave. De toute façon, nous ne sommes pas vraiment pressées… Je me lève donc, laissant Miyu seule, pour sortir de la chambre et me diriger dans la cuisine. J’ai la bouche bien pâteuse… Ces somnifères sont vraiment désagréables.

J’ouvre la télévision juste pour avoir un bruit de fond et commence à préparer de quoi nous sustenter avant le départ. Et cette fois, on ne reviendra pas. Je pense que le mieux serait vraiment d’essayer d’esquiver le Zolom… Les chances seront probablement minces mais il faut tenter le coup quand même. Comme tous les matins, pour Miyu, je prépare un chocolat. Je le dépose sur le comptoir, prêt à être servi et mangé. Personnellement, je me fais mon traditionnel bol de céréales et installe tout avant d’attendre que Miyu ne descende, afin d’au moins manger en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Lun 13 Mai - 5:14

Au final, la nuit se déroula bien mieux que je n’aurais pu l’espérer. Je ne sentis pas Trisha se réveiller mais comme elle tenta de me réveiller, je pus sentir une main sur mon épaule alors qu’elle me parlait doucement. J’ouvris les yeux pour la voir dans la noirceur en train de me regarder et avec un sourire sur les lèvres comme pour me dire qu’il était temps que je me réveille. Elle souriait et donc ça me prouvait qu’elle allait bien. Je lui répondis en la voyant. On ne pourrait pas imaginer meilleur réveil que de voir le visage souriant de la personne qu’on aimait le plus au monde. C’était toujours bien mieux que de voir un toit nous tomber sur la tête ou quoi que ce soit qui tenterait de nous tirer une balle dans le visage ou encore de nous transpercer d’une épée.

Sans rien dire de mon côté, je l’écoutai me dire qu’elle allait préparer le petit déjeuner et qu’elle m’attendrait en bas. Je lui fis un signe de tête pour confirmer ce que j’avais entendu et alors qu’elle se levait pour partir de la chambre, je repoussai la couverture pour ne pas me rendormir. J’écartai les bras pour m’étendre sur tout le lit, j’adorais faire ce genre de truc en même temps, et je refermai les yeux sans capter que c’était une grave erreur de le faire. La porte était restée ouverte et je pouvais entendre le son de la télévision. Ce fut néanmoins la température plutôt fraiche du reste de la maison qui me donna la chair de poule et qui me fit ouvrir les yeux une petite demie heure plus tard. Oh zut !

Dans un bond, je me levai pour poser mes deux pieds sur le sol en même temps. Je pris ma robe pour l’enfiler sans attendre et je sortis de la chambre en étant à la limite de courir pour simplement retourner dans la mienne, mettre mes petites chaussures et ressortir en marchant rapidement cette fois. Je trottinai jusqu’aux escaliers pour les descendre et finir finalement à côté de Trisha, sur le comptoir, face à la télévision et avec un bol de chocolat à boire. Comme pour la remercier, préférant les actes à la parole, j’allai lui faire un bisou sur la joue et je me préparai à le boire. Il était encore chaud, ni trop chaud, ni passé sous le stade de tiède si bien que c’était parfait pour moi.

Je le mélangeai un peu avec la cuillère que Trisha avait mise dedans et je le bus d’une traite. Je me relevai ensuite pour le déposer dans l’évier et le laver moi-même - mettre de l’eau dedans surtout puisque je ne lavais jamais rien de mes affaires - puis je me retournai pour pouvoir aller dans le salon. Cependant, une fois de l’autre côté du comptoir, je m’arrêtai dans mon empressement pour savoir ce qu’on ferait aujourd’hui. On allait certainement partir dès que Trisha serait prête et je me disais que je ne me changerais pas malgré l’odeur de sueur que laissait ma robe à cause de ma nuit puisqu’on passerait dans ce marais. Mais pour ne pas me faire avoir, j’allais prendre la parole pour le lui demander. Dans ce cas, je pourrais peut être vérifier toutes mes affaires avant de partir.

« Allons nous partir ce matin ? » Demandai-je en me disant qu’elle pourrait même me dire si on partirait après qu’elle ait terminé son petit déjeuner justement. Elle ne tarderait certainement pas à le terminer vu qu’elle l’avait commencé en même temps que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Lun 13 Mai - 8:30

=============================

Miyu et Trisha passent au niveau 3

=============================



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Résidence de Trisha   Mar 14 Mai - 20:07

Lorsque j’ai fini de préparer le chocolat de Miyu, je m’installe au comptoir et l’attend simplement. Cependant, elle met beaucoup de temps avant de descendre… En fait, je soupçonne qu’elle s’est rendormie… Je souris avec amusement en me disant que de toute façon ce n’est pas si grave ; si elle dort encore c’est qu’elle en a besoin. Ça ne lui fera pas de mal compte-tenu du chemin que nous avons à faire et des monstres qui nous attendent. Cette fois, il n’y aura pas de demi-tour, il va falloir directement nous rendre jusqu’au marais et croiser les doigts pour le traverser rapidement. Au pire, nous pouvons toujours prendre un chocobo mais décidément Miyu ne voudra jamais. Je vais quand même tenter de la convaincre… D’ailleurs, je ne tarde pas à l’entendre sortir de ma chambre en quatrième vitesse et courir à petits pas vers la sienne pour se changer, sûrement, je sais pas, et ensuite descendre les marches avec empressement.

« Tu t’es rendormi ? » Demandé-je avec un sourire amusé. Non pas que ça me dérange de toute façon. Sachant très bien que c’est le cas, je la laisse prendre son petit déjeuner, heureusement son chocolat n’est pas encore trop froid. Elle l’apprécie ni trop chaud ni trop tiède de toute façon donc ça devrait aller à vu de nez. Lorsqu’elle a fini, Miyu emmène son bol dans l’évier pour le rincer avant de contourner le comptoir et de me demander si nous partirons aujourd’hui. J’acquiesce tandis que je dépose mon bol de céréales dans l’évier aussi pour le rincer mais, aussi, le laver. Je ne veux pas laisser de vaisselle sale. « Oui. Autant s’y prendre tôt. Avec un peu de chance, le Zolom pioncera encore. » Même si j’ai un léger doute sur le fait qu’un Zolom, ça dorme…

Maintenant que nous sommes véritablement prêtes, je remet mes bottes après m’être rhabillée et retourne saluer la statue du Léviathan qui se situe dans la salle d’entrainement. Mon premier salut n’aura servit à rien pour hier mais tant pis hein ? Je ne crois pas vraiment à ces trucs-là, c’est surtout mon grand-père qui était de ce genre. A demander sur les dieux de veiller sur lui avant un voyage. Je le fais surtout pour lui faire plaisir même si… c’est un peu bête de faire ça étant donné qu’il ne me voit pas vraiment et ne pourra donc pas le savoir. Peu importe… Je récupère le sac déjà prêt pour notre voyage avant de rejoindre Miyu à l’entrée.

« Bon, cette fois c’est le vrai départ. Canyon Cosmo alors hein ? » Car visiblement la miss souhaite y aller pour s’informer sur ces cristaux. Je n’aime pas cette idée mais je préfère être avec elle plutôt qu’elle n’y aille seule - elle en serait capable j’en suis persuadée. Elle est assez têtue et courageuse pour ça. Elle n’a pas besoin de moi finalement, elle a vécue longtemps toute seule… A moins que ce n’est que ce que je pense. Elle ne m’a jamais vraiment fait comprendre que j’étais indispensable pour elle mais moi je sais que sa compagnie me plait énormément. Je me sens moins seule. Et pendant ce voyage, je sais qu’elle restera avec moi, et c’est tout ce qui compte.

Direction : Carte du Monde
Revenir en haut Aller en bas
 
Résidence de Trisha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trisha Nobuhiro
» [L]es [T]rois [L]ettres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Archives :: RP-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives