Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Psaume à la Lumière de la Vérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ringu Ju-On
Démon Abyssal

Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 30/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Psaume à la Lumière de la Vérité   Jeu 15 Sep - 21:45

Pour Julian:
 


Ringu et Julian viennent de Grotte de Kwane (remise à neuf en plus!) 

Ringu regarda à nouveau son portable puis le rangea finalement, mallette en main, prêt à partir. Leur prochaine direction serait donc Midgar, comme le noble l'avait souligné. Depuis les récents événements entre Junon et Bevelle, il y avait de fortes chances que le conflit gagne en puissance après une petite période d'accalmie. C'est cette période d'accalmie que Ringu voulait mettre à profit pour prendre certaines dispositions concernant les choses qu'il chérissait. Le fait que le noble soit d'accord pour le suivre l'arrangeait donc puisqu'il pourrait faire un petit détour par sa maison de Kalm. 


Un bruit dérangea néanmoins notre homme dans ses pensées. Un simple raclement de gorge venant du noble qui regardait la sortie de cette caverne; laquelle les avait hébergé durant tout ce temps. Était-il pressé de quitter ce lieu? C'est ce que pensa notre protagoniste avant de prendre la route. 


Prenant tout d'abord la route menant à la porte Sud - en prenant soin d'éviter Tréno quand même hein?! Vous imaginez quoi bande de lecteurs avides de sang et de drames?! - le noble mit néanmoins fin à leur progression subitement. Son discours fut pour le moins surprenant. Il venait de changer d'avis et suggéra de se rendre à Alexandrie. Fronçant un sourcil, le détective s'arrêta donc et considéra le blondinet en posant une main sous son menton.


" Ne serait-ce pas nous jeter dans la gueule du loup que de nous rendre dans la capitale de ce royaume maintenant? " Il marqua un arrêt, réfléchissant à ce qui l'importait le plus actuellement, puis haussa les épaules avec un léger sourire. " Enfin, je n'y vois aucun inconvénient pour ma part. Je ne dirai pas non si l'on me propose de récupérer une nouvelle orbe et, peut-être, d'obtenir des informations sur Léviathan. "


Ce petit était décidément bien avisé. Il est vrai qu'obtenir un aéronef après avoir obtenu une potentielle orbe s'avérait avantageux. Il y avait un risque, c'est vrai... Mais si Julian enquêtait en plus sur la Reine et voulait ENFIN s'approcher d'elle, c'était un grand pas en avant et Ringu n'irait pas contre.


" Peut-être trouverons-nous le moyen de dévoiler la vérité sur votre reine? Après tout, rien ne vaut une enquête à la source du problème."


Mais peut-être que Julian voulait que Ringu enquête sur autre chose? Peut-être voulait-il que ce dernier trouve la mystérieuse entité qui lui parlait? Mais ça... C'était impossible pour l'instant. Le détective, si bon soit-il, n'avait actuellement aucune idée de ce que vivait son compagnon de route. Le château était en vue et, malgré l'épaisse brume, Ringu ne voyait plus que lui. C'était sa nouvelle étape. Et plus vite il en aurait fini avec cette orbe, plus vite il pourrait se rendre à Kalm! 

***********************************************


Le voyage à travers la brume fut épuisant. C'est dingue le nombre de choses qui nous arrive quand notre vue est diminuée. Les monstres ne les avaient pas embêté, mais les arbres, les buissons, les ronces au sol ou même les débris d'une vieille calèche qui avait eu un accident sur la route laissèrent leurs marques sur le détective. Julian s'en était peut-être mieux sortit, mais cela ne changeait rien au fait que ce continent portait bien son nom et que cela devait être une plaie d'y vivre...


" Foutu brume..."


Et le premier qui dit que la brume c'est que de l'eau, Ringu lui fera volontiers bouffer son chapeau! Enfin bref! Celle-ci s'arrêtait pour une obscure raison à l'entrée de la grotte donnant accès à la ville. Cela voulait-il dire que cette dernière était magique? 


" Cette brume semble surnaturelle... On a eu de la chance d'avoir pu éviter les monstres... "


Une chance relative en fin de compte car c'est le rapport du détective avec l'eau qui lui avait permis de détecter l'emplacement des créatures dans ce grand manteau blanc...


" Est-elle naturelle seulement? Bien que votre continent porte ce nom, je ne me souviens pas d'une telle situation quand nous étions encore à Tréno... "


Des gardes firent bientôt leur apparition. Ils étaient sur le qui-vive, comme si ce n'était pas des humains mais des monstres qu'ils attendaient. Devant leurs armes, Ringu baissa les siennes et dévoila le contenu de ses poches. On lui demanda d'ouvrir sa mallette alors il s’exécuta... Harpon, chargeurs, corde... Il y avait bien des choses. Il cacha néanmoins la photo de sa fille, mais on ne l'ennuya pas avec ça. Quand vint le moment de regarder son calepin de notes, ce dernier grimaça, mais il fut soulagé quand on le lui rendit. Ils ne l'avaient pas ouvert, heureusement. Apparemment, ils n'étaient pas recherché ici... Le temps avait-il fais son effet? 
On l'informa alors que l'embarcadère était situé sous le château et qu'il fallait passer par là pour rejoindre la ville. Voilà qui risquait de précipiter la rencontre avec la reine. A moins qu'ils n'atterrissent que dans un hall fréquenté ou directement en ville? A vrai dire, il ne connaissait pas l'endroit. 

" Je compte sur vous pour me faire visiter... "


Il parlait à Julian mais préféra taire son prénom pour éviter un quelconque incident. Mais les Brutos risquaient de lui demander son nom. Après tout, cette ville n'était pas gardée pour rien. De plus, la brume semblait avoir fait resurgir quelques tensions...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Quinn
Noble taciturne

Noble taciturne

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 35/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Lun 19 Sep - 14:17

Non loin de la Porte Sud, le duo s’arrêta quelques instants. Il faut dire que la subite proposition du noble eut de quoi rendre perplexe le détective : pourquoi Julian désirait-il soudainement se rendre à Alexandrie ? En réalité, le noble voyait le côté pratique de la manœuvre. Car voyez-vous, s’ils décidaient de se rendre sur un autre continent, pourquoi ne pas profiter d’être sur celui-ci pour récupérer ce qui leur était nécessaire avant de quitter définitivement cet endroit ? Il est vrai que cela ne faisait qu’un mois que l’incident à Tréno s’était produit, mais les tensions se seraient certainement apaisaient et nul ne penserait encore à les chercher à Alexandrie.

« C’est un risque que je suis prêt à courir… Ne pensez-vous pas qu’il serait plus judicieux d’en finir définitivement avec le Continent de la Brume ? Une fois l’orbe récupéré, nous n’aurions plus besoin de remettre les pieds dans cette région. »

Donc, plus besoin de se demander si les autorités sont toujours à leur recherche ou non dans quelques mois. Ringu semblait considérer la chose. A vrai dire, il y trouvait même de quoi se satisfaire, dans l’acquisition de l’orbe et l’obtention d’informations sur Léviathan notamment. Concernant la Chimère de l’Eau, Julian doutait fort que le détective trouve de quoi se mettre sous la dent à Alexandrie. Lors de ses lectures à Daguéréo, le noble avait lu que la puissance de Léviathan avait été scellée dans une statue sur le Continent Extérieur. Les détails s’arrêtaient là. Bref, Ringu lui suggéra qu’ils pourraient aussi confronter la Reine une fois là-bas. C’était une possibilité mais il valait mieux encore attendre de voir comment les choses se dérouleront. L’orbe était le plus important.

« Nous verrons cela une fois sur place. »

Le duo enfin d’accord sur leur nouvelle destination, ils se mirent en marche vers Alexandrie. Pour se faire, ils prirent la navette à la Porte Sud pour descendre dans la plaine. La Brume avait été plus que gênante pour le détective qui n’y était pas vraiment habitué. Le noble avait l’habitude de ce phénomène météorologique puisqu’il y venait souvent chasser du monstre autrefois, alors ce fut sans broncher qu’il arpenta la plaine. Etrangement, aucun monstre ne s’était mis sur leur route mais cette chance ne durerait sûrement pas… Lorsqu’ils arrivèrent à l’entrée de la grotte qui menait sous la ville, le duo aperçut des gardes visiblement agités. Un peu hésitant, Julian s’avança vers eux, se tenant prêt à user de sa rapière pour les neutraliser s’ils venaient à le reconnaître. Heureusement, ce ne fut pas le cas : ils s’attendaient simplement à voir des monstres, à cause de la Brume bien plus épaisse qu’en temps normal. Le noble et le détective montrèrent donc patte blanche en se laissant fouiller puis furent dirigés vers l’embarcadère qui les amènerait sous le château. Parfait !

« Il semblerait que la Brume se propage au travers les racines d’un arbre gigantesque, situé sur le Continent Extérieur, et qui viennent jusque sur celui-ci – d’où son nom. En revanche, la Brume stagne près du sol et ce depuis des siècles. Les Hommes ont donc décidé de construire leurs villes en hauteur. C’est pour cela que Tréno ou encore Alexandrie ne sont pas touchées par la Brume. »

Alors qu’il terminait ses explications historiques et géographiques, Julian amena le détective jusqu’à l’embarcadère. Une soldate se tenait au centre d’une plateforme circulaire et attendait certainement qu’on lui demande de monter au château, ce que Julian fit lorsque lui et Ringu s’étaient avancés suffisamment au centre. L’Amazone actionna donc un levier qui fit glisser la plateforme jusqu’à un ascenseur hydraulique, où une porte en pierre se ferma afin que le niveau de l’eau puisse monter uniquement dans cet espace restreint.

Ils arrivèrent donc à l’étage supérieur, dans la tour est du château précisément. L’Amazone leur indiqua la sortie en la pointant du doigt et Julian la remercia d’un hochement de tête. Ringu comptait apparemment sur Julian pour lui faire visiter les lieux, mais le noble n’y avait mis les pieds que deux ou trois fois lorsqu’il était enfant. Toutefois, quelques souvenirs lui revinrent en mémoire et il put ainsi les diriger aisément vers un autre embarcadère. Cette fois, une Amazone était postée sur une barque, au-dessus d’un lac. Elle faisait la jonction avec le centre-ville, mais ce n’était pas pour cette raison que Julian vint l’aborder.

« - Pardonnez-moi. Nous sommes des voyageurs et avons entendu parler de la Chimère Alexandre en ce lieu. Pouvez-nous nous renseigner ?
- Ah, vous n’êtes pas les seuls, vous savez ? Cet endroit est devenu un vrai lieu de pèlerinage pour les chasseurs d’orbes… Elle lâcha un soupir. Sans doute que la situation ne lui plaisait pas tant que ça, mais Julian n’en avait cure. Quoi qu’il en soit, vous devriez vous rendre au bureau du Lieutenant afin de lui demander une autorisation. »

Une autorisation, hein ? L’endroit où se trouvait la Chimère Alexandre était donc gardé… Voilà qui intriguait Julian mais cela ne le découragea pas pour autant. Il regarda un instant Ringu pour voir ce qu’il en pensait avant de demander le chemin à l’Amazone.

« Entrez dans le château et montez les marches en face de vous. Suivez le chemin qui vous mènera devant un escalier en colimaçon. Ne l’empruntez pas mais continuez d’aller tout droit. Vous arriverez dans un couloir où plusieurs bureaux se trouvent. Celui du Lieutenant devrait être sur votre droite. »

Julian la remercia puis fit signe à Ringu de le suivre. Les choses allaient étonnamment vite, si vite que cela était trop beau pour être vrai. Ils passèrent devant quelques soldats mais l’accès au château était plutôt libre. Du moins, pour les lieux communs, comme le jardin, le hall où les couloirs principaux. Ils montèrent donc les marches puis passèrent devant les escaliers en colimaçon jusqu’à arriver à un couloir en « T ». Là, une autre Amazone était postée et leur demanda cette fois la raison de leur présence ici.

« - Nous souhaiterions nous entretenir avec le Lieutenant. C’est au sujet de la Chimère Alexandre...
- Un instant. »

L’Amazone se dirigea vers le bureau en question, toqua puis entra à l’intérieur. Julian profita de cet instant de solitude pour discuter de choses importantes avec Ringu.

« Nous devrions peut-être donner une fausse identité pour l’occasion. Je doute qu’ils soient tatillons au point d’aller vérifier nos dires, seulement pour nous autoriser l’accès à Alexandre, mais nous devrions éviter d’attirer l’attention sur nous. Après tout, quiconque devrait être en droit de rendre visite à une chimère, n’est-ce pas ? »

La porte du bureau se ferma et l’Amazone ne tarda pas à revenir. Pourvu que les choses se passent sans trop d’imprévus !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ringu Ju-On
Démon Abyssal

Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 30/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Lun 26 Sep - 18:34

Ainsi donc cette brume était le fruit d'un arbre situé sur un autre continent. Fort bien. Cela pourrait être utile d'étudier ça de plus près. Utiliser des racines ou des pousses de cette espèce végétale pour se camoufler lors d'une mission d'infiltration pourraient s’avérer utile. Enfin, Ringu n'était pas botaniste, aussi faire pousser une telle plante n'était peut-être pas dans ses capacités. Mais l'idée restait intéressante. De plus, il associa facilement les habitants de Héra à des personnes habitués à la pénombre et donc aux manœuvres discrètes. Peut-être pas tous, mais une bonne partie surement. Il faudrait faire attention aux voleurs, surtout en ville...


Un peu de temps plus tard, les contrôles passés, le duo put se rendre dans une sorte d'élévateur à l'ancienne. Une femme armée actionna la machine, démarrant l'ascension vers la capitale d'Héra.


" Je pense que nos ascenseurs électriques vous feraient certainement gagner du temps. " Il s'arrêta un moment, perdu dans ses pensées, puis haussa finalement les épaules. " Bien sûr, je comprendrai que ce royaume accepte difficilement la technologie et, implicitement, une culture assez éloignée de la leur... "


Bientôt la plateforme s'arrêta dans ce qui semblait être un bâtiment d'une certaine noblesse. Il fallut cependant quelques instants au détective pour réaliser qu'il était déjà bel et bien dans le château. 
L'endroit était lumineux et plutôt accueillant. De belles tapisseries décoraient des murs de pierres apparentes, l'air y était chaud et on pouvait sentir que les gens étaient rassurés d'être ici. Était-ce la présence de tous ces femmes en armure qui inspirait cette ambiance? Peut-être bien... Ringu ne connaissait pas très bien ce monde archaïque. Il suivait Julian en se contentant d'observer.


Bientôt, le blondinet accosta une des demoiselles. Le discours qu'il lui tînt se révéla étonnamment explicite... Pouvait-on réellement demander à rencontrer la chimère si facilement? Ringu voulut articuler quelques mots, mais il se contenter de tousser avant de se racler la gorge. La réponse blasée de l'Amazone lui indiqua cependant que, contre toute attente, il était aisé d'aborder ce genre de sujet. De plus, il appris que la chimère était gardée. 
Se posant contre un mur en posant sa main sur son menton, il cherchait à comprendre. La chimère était gardée, pourtant, elle devait être apte à se défendre d'elle même. De plus, si l'endroit était devenu un vrai lieu de pèlerinage, pourquoi y renforcer la sécurité? Était-ce par peur de voir débarquer une calamité? Enfin la chimère en elle-même... Si tant de gens s'y rendaient, cela voulait-il dire que son épreuve était aisée? Beaucoup d'interrogations et de points d'ombre subsistaient. Cependant, quelque chose était sûr, il y avait bien un lien entre ce lieu et la chimère. Était-ce la reine? Peut-être bien...


Suivant les indications de l'Amazone, le duo parvint jusqu'au bureau du fameux Lieutenant. La femme s'y engouffra laissant un peu de temps au duo pour échanger quelques paroles utiles.


" Je serai Lek'Olas, un jeune aventurier que j'ai rencontré à la chasse au trésor. Il n'est pas de ce royaume si j'ai bien compris, mais ça ne devrait pas gêner..."


Une minute après, non pas une, mais deux amazones ressortirent pour aller auprès du duo. Elles s'arrêtèrent près d'eux avant de finalement prendre la parole.


" Le lieutenant et d'autres haut-gradés ont actuellement une discussion au sujet du lieu de la chimère. Ils débattent si oui ou non il faut en autoriser l'accès au plus grand nombre. "


" Bien sûr, ça dépendra de la reine, mais... "



" Disons que la sécurité du château est notre priorité. Depuis la récente guerre à Junon, nous préférons prendre quelques précautions. Alexandre se trouve tout de même dans la salle du trône. "


Les amazones continuèrent à parler du choix à faire entre un libre accès ou non à la chimère, mais le détective n'en avait cure. La salle du trône... Bingo! A ses mots, sa bouche s'élargit. Il arborait un sourire carnassier et un regard sombre se dévoila peu à peu. 



" Bref, nous allons devoir prendre certaines informations sur vous. Nous vous conduirons ensuite à la salle du trône une fois que vos armes auront été mises de côtés. "


Nom, prénom, age, nationalité, raisons de la visite et motif d'obtention des cristaux... Si la belle demoiselle nommée Brandgelina avait un petit air aguicheur en croisant ses jambes pendant qu'elle prenait des notes et en tapotant sa plume contre son doigt, elle ne semblait guère intelligente. Peu importait les inepties que pouvait conter l'ancien cobaye, tout passait! Certes, il était bon menteur... Mais tout de même! Et les questions étaient si vagues... Pas de détecteurs de mensonges ou de détecteurs de métaux... Ce monde avait vraiment quelques lacunes...


Jouant néanmoins le jeu, notre homme remis ses armes, le harpon dans sa mallette et ses chargeurs de munitions. Les jeunes femmes allèrent les mettre dans une salle annexe. Il en fut de même pour Julian, bien que notre protagoniste ignorait s'il pouvait cacher encore une lame dans sa poche... 


Cela lui importait peu pour le moment... La seule chose qu'il désirait était l'obtention de l'orbe... Et peut-être autre chose... Quelque chose de pire encore... Son PHS sonna. Il le consulta, fit un petit signe de tête au noble puis le rangea. Il fut interrogé sur cet étrange objet mais on ne lui demanda même pas de dévoiler le contenu du message. Quel blague...


Les deux guerrières accompagnèrent alors le duo vers la salle du trône. De ce qu'elles dirent, il s'agissait uniquement de rentrer pour prendre place auprès de la chimère et de passer son épreuve. 


Une autre amazone arriva alors. Elle était en train de courir et s'arrêta à hauteur du duo avant de baisser la tête pour reprendre son souffle. Les deux autres la regardèrent en soupirant, presque blasée. 



" Décidément, les nouvelles recrues ne sont plus aussi endurantes qu'avant. "


" Dé-désolé! Pfff... Pff... C'est pas facile avec... Toutes ces marches! Pfff... Pfff... "


La demoiselle releva la tête en plongeant ses grands yeux malicieux dans celui du duo. Ses cheveux teintés de rose étaient magnifiques et son teint rosé lui donnait un air des plus innocents... Une magnifique jeune femme... 


" Un peu de tenue, Claymia, nous allons entrer dans la salle du trône! "


Elle se redressa d'un coup, comme un piquet. Avançant exagérément au garde à vous, le spectacle donnait presque envie de rire. Ces deux amies se moquèrent d'ailleurs... Pourtant, Ringu arborait une mine sombre. 


" Tu l'as reconnu n'est-ce pas? " Il soupira. "Veranissa... " 


Et sur ces mots, il pénétra dans la salle du trône...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Quinn
Noble taciturne

Noble taciturne

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 35/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Jeu 13 Oct - 14:38

Il fallait reconnaître que l’accès à la chimère Alexandre était plutôt chose aisée. Julian avait décidé de jouer la carte de l’honnêteté avec les amazones et cela avait plutôt fonctionné. Il était donc inutile de tourner autour du pot avec elles, puisque quiconque pouvait visiblement rendre visite à la Chimère de Lumière. Néanmoins, on les conduisit dans l’aile du château où le bureau d’une Lieutenant se trouvait. C’était elle qui devait certainement donner son aval sur la décision ultime. Lorsqu’une autre amazone alla dans son bureau, Julian en avait profité pour échanger quelques mots avec Ringu concernant leur identité, notamment. Il était inutile de dévoiler leurs véritables noms, surtout après ce qu’il s’était passé à Tréno. Le détective semblait partant pour cette idée et trouva même rapidement sa nouvelle identité. Ainsi, il se ferait appeler Lek’Olas, à l’instar d’un de ses coéquipiers de la Chasse aux Trésors. Julian ne préférait pas prendre exemple sur lui, ses partenaires ayant des prénoms plutôt… particuliers.

« Quant à moi, je serai Matthew. »

C’était le premier prénom qui lui avait traversé l’esprit. De toute manière, ce n’était pas une identité qui leur servirait pendant très longtemps. Quoiqu’il en soit, l’amazone ressortit du bureau du Lieutenant avec une autre de ses compères, et toutes les deux vinrent auprès du duo. Elles leurs firent part de leur volonté de rendre l’accès à la chimère un peu plus limité à l’avenir, surtout après ce qu’il s’était passé à Junon. Ah oui, la bataille contre Spira… Julian n’avait cure de ces tensions géopolitiques mais feinta un intérêt certain à leurs dires. Il leur fallait cependant répondre à quelques questions avant de pouvoir espérer rencontrer la chimère. Ainsi, les deux hommes se rendirent dans un petit bureau et répondirent aux interrogations basiques, telles que décliner leur nom et prénom, leur âge et bien évidemment les raisons d’obtention des cristaux. Sur ce dernier point, n’importe quel mensonge suffisait, du moment qu’il était bienveillant ou encore pacifiste…

Il leur fallut ensuite remettre leurs armes. Ringu était probablement celui qui en avait le plus des deux puisque Julian ne transportait que sa rapière. Cela indiquait donc que l’épreuve d’Alexandre ne consisterait pas en un combat, déjà. Mais si elle consistait en une épreuve d’agilité comme c’était le cas pour Ramuh, Julian n’était pas certain d’apprécier… Bref, les deux amazones leur fit donc signe de les suivre jusqu’à la salle du trône. Mais sur le chemin, Ringu reçut un message sur son PHS. Il regarda le noble avant de le ranger pour ne pas attirer davantage l’attention des amazones sur cet objet qu’elles ne connaissaient pas. Julian ignorait tout du contenu du message mais il lui en parlerait après l’épreuve. C’est alors qu’une troisième soldate fit son apparition. Essoufflée, elle avait du mal à s’exprimer correctement. Ses cheveux roses avaient pourtant quelque chose de familier mais Julian ne parvenait pas à mettre un nom sur son visage. Ringu l’aida alors sur le sujet : il s’agissait de Veranissa. Que faisait-elle ici ? Sa présence n’était certainement pas due au hasard…

Les portes de la salle du trône s’ouvrirent pour laisser place à une immense pièce au plafond extrêmement haut. Au centre, il y avait bien évidemment le trône de Sa Majesté, tandis qu’à gauche comme à droite se trouvaient des petites marches qui donnaient sur une porte. Certainement d’autres parties du château qui leur seraient inaccessibles. Par ailleurs, derrière le trône se trouvait également une autre porte au fond de la pièce, qui donnait sur les quartiers de la Reine. Ce château était bien plus immense qu’il ne le reflétait. Sur le Trône siégeait Grenat Di Alexandros XVII… L’une des Amazones prit la parole, le poing levé sur son torse, au garde à vous.

« Votre Majesté, ces voyageurs souhaiteraient s’entretenir avec Alexandre. »

GrenatSource: Princess Garnet Til Alexandros by dagga19

Grenat se leva de son trône et s’approcha avec douceur et élégance du duo. Quiconque pouvait sentir néanmoins le respect qu’elle imposait, de par son statut mais également ses actes passés. Lorsqu’elle fut suffisamment proche, Julian se courba en avant comme tout noble savait le faire. Elle lui rendit son salut par un simple mouvement de tête et un léger sourire, qu’elle reproduisit à l’intention du détective.

« - Bienvenue à Alexandrie, messieurs.
- C’est un honneur de vous rencontrer, Votre Majesté. Permettez-moi de nous présenter : je me nomme Matthew et voici Lek’Olas. Nous sommes tous deux originaires de Lindblum et après avoir longuement voyagé sur Héméra, la récolte des cristaux s’est imposée d’elle-même… Il posa une main sur son cœur et regarda un instant le détective. Voyez-vous, nous avons été profondément touchés par les actes horribles que ces calamités font sur notre monde pour ces artefacts. Nous sentons qu’un devoir de justice nous incombe et qu’il est de notre devoir de les protéger… »

Julian n’était pas sûr d’avoir été suffisamment convaincant et pourtant, il y avait littéralement mis tout son cœur. Grenat semblait le sonder du regard, mais non d’une manière intrusive et dérangeante.

« Cela est tout à votre honneur, mais ne croyez-vous pas qu’il s’agit d’un lourd fardeau à porter sur vos seules épaules ? »

Elle n’avait pas tort… Dis comme ça, leur souhait, même s’il était monté de toute pièce, relevait plus de l’utopie. Mais pouvait-elle vraiment se permettre de les juger là-dessus ? Après tout, n’avait-elle pas contribué à sauver Héra par le passé en agissant en effectif réduit ?

« - Les actions des Hommes ne se mesurent pas dans leur nombre mais dans la volonté qu’ils y ont mis. N’est-ce pas ? Le visage de Grenat s’apaisa un peu, sans doute se sentait-elle nostalgique.
- Je suppose que vous avez raison, je ne pourrais vous contredire là-dessus. Bien, Alexandre se chargera de juger si vous êtes digne d’obtenir son orbe ou non. »

Elle fit un signe de tête aux trois Amazones – bien que « Claymia » n’en était pas vraiment une – et les deux soldates expérimentées se chargèrent d’emmener le duo vers une petite porte dérobée derrière le trône, différente de celle qui menait aux quartiers de la reine. Qui aurait cru qu’une telle chose se trouvait là ? Les amazones leur ouvrirent la porte mais ne rentrèrent pas à l’intérieur. Seuls les prétendants à l’orbe étaient acceptés dans cette pièce. Julian regarda donc une dernière fois Ringu avant de pénétrer dans la salle et y remarqua la grandeur et la luminosité déconcertante de celle-ci. Elle était vide de premier abord, bien que quelques miroirs se trouvaient en son centre. Le noble supposa qu’il fallait s’en approcher mais restait sur ses gardes. Ou pouvait bien se trouver Alexandre ?

« La présence de Veranissa ne me dit rien qui vaille… Elle pourrait compromettre notre venue ici. Tâchons de garder un œil sur elle à notre sortie de ce lieu. »

Maintenant, il valait mieux se concentrer sur ce qui les attendait…

── ── ── ── ── ── ── ── ── ──

Frost, c'est à toi ! Taré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frost
Modo Givré

Modo Givré

avatar
Niveau : 17
HP : 17/13
MP : 17/13

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Ven 14 Oct - 11:36

Malgré votre arrivée dans une nouvelle pièce, vous pouvez ressentir que vous entriez à nouveau dans un sanctuaire. Vous vous sentiez serein et apaisé, la pièce était lumineuse et la voix qui semblait se dégager de l'endroit s'adressait directement à vous. 



- Bienvenue en ce lieu. Je suis Alexandre, Chimère protectrice de la Lumière. 

Alexandre était plutôt imposant et n'était pas tellement ce à quoi les gens s'attendaient en pensant voir une telle chimère. Pas d'ailes, pas de yeux, pas de bouches. Pas tellement de visage, mais on sentait l'imposante Chimère et sa nature rien qu'en la regardant. 

- Ici, vous ne pourrez pas mentir. Ni sur votre fausse identité, ni même vous mentir sur vous même. Le mensonge est dans le coeur des Hommes mais ces miroirs reflètent la réalité et la sincérité de vos sentiments et de ce que vous êtes au plus profond de vous. 

Un miroir scintillait au sein de la pièce qui se scinda en deux, se plaçant devant chacun de vous. Alexandre énumérait alors ses conditions.

- Je répondrai à vos questions, une fois mon épreuve passée. Beaucoup n'apprécient pas ce qu'ils voient à travers cet outil de contemplation. 

____________________

Epreuve d'Alexandre : 

Si vous acceptez l'épreuve, les miroirs en face de vous vont refléter à tour de rôle votre passé, votre présent et votre futur. 

Epreuve n°1 : 

Vous devez revivre un évènement marquant de votre passé, une véritable terreur de votre vie. Qu'elle remonte à votre plus tendre enfance ou plus tardivement. Cette peur vécue de nouveau ne peut cependant pas être un événement récent. 


Ordre : Ringu - Julian - Alexandre


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ringu Ju-On
Démon Abyssal

Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 30/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Lun 17 Oct - 19:07

La salle du trône s’ouvrit devant lui. La lumière du lieu flotta légèrement sa vision avant qu’il ne distingue finalement la silhouette de la jeune reine. Fine et petite, cette dernière pouvait sembler n’être qu’une brindille que l’on briserait en la serrant trop fort. Pourtant, derrière cette apparence de poupée, son visage trahissait une expérience et un caractère bien trempé. Ses yeux parlaient d’eux même. Elle n’était pas qu’un simple pion politique. Non, elle était bien plus que cela. C’était Grenat di Alexandros, une figure emblématique de ce monde. Un mythe à elle seule. 


L’amazone se chargea de les introduire. Chose inattendue, la reine se leva et se dirigea vers eux pour les saluer. Quelque peu surpris, Ringu ne réalisa que tardivement que le noble venait de la saluer. Devait-il réellement s’incliner lui aussi? Tcl! Son orgueil en prenait un coup, mais quand la reine elle-même s’inclina, il se contenta de l’imiter sans perdre son sourire.


Julian engagea alors la conversation avec la reine. Il fallait bien admettre qu’il soulageait le détective d’un certain poids. Se faire passer pour quelqu’un que nous ne sommes pas peut être difficile en bien des occasions, celle-ci en était le parfait exemple. 


Naturellement, il laissa le blondinet parler. Apparemment, le charme de ses propos fut suffisant pour opérer sur la souveraine. Ringu fut même surpris d’une telle éloquence venant de quelqu’un de si peu enclin à discuter. Preuve que cet enfant avait encore bien des cordes à son arc. Restant silencieux, il préféra ne pas nuire à la prestation de son allié et laissa son jeu d’acteur opérer. Il mit les mains dans ses poches et s’arma de patience le temps d’être seul avec Julian. 


Les portes d’une nouvelle salle s’ouvrirent devant eux. Elle était blanche… Immaculée même. Tout semblait y être vide et même les deux amazones expérimentées n’osèrent y poser un pied. D’ailleurs, Veranissa était restée seule avec la reine… Cela ne présageait rien de bon…


Le noble en avertit d’ailleurs Ringu, lequel relu le message sur son PHS avant de prendre la parole à l’intention de son acolyte.


« Elle m’a envoyé ce qu’elle compte faire. On arrive au milieu d’une opération de Strainshield. »


Il fut coupé dans ses propos. Une grande silhouette venait de sortir de nul part. Une machine de lumière, un colosse d’acier, une montagne de rouages… C’était Alexandre. La première pensée de l’Utaïen fut de se dire qu’il ressemblait beaucoup à celui de Gaïa, bien que quelques détails différaient. La voix de cet être résonna à travers la salle et la fit même trembler. Les poils des bras de Ringu s’hérissèrent quand il entendit cette dernière parler de vérité et de fausses identités. S’il savait et que Grenat était en lien avec lui… Peut-être valait-il mieux ne pas parler?


« Votre Alexandre ressemblait à celui-ci? »


Ringu marqua une courte pause avant de boire quelques gorgées d’eau. La température avait monté et sa soif grandissait. 


« S’il est en lien avec la reine… Peut-être vaut-il mieux changer de moyen de communication… » chuchota-il.


Il sortit son PHS et commença machinalement à rédiger un message. Pendant ce temps, ses yeux se posèrent sur l’étrange miroir en face de lui. Quel était donc cette épreuve?


________________








L’obscurité…
L’obscurité partout.
Il n’y a que ça. Et nul part où aller. Ma lame se plante dans la chair de cet homme. J’étouffe son cri de ma main. Je transmet un signal avec un miroir. J’attends. Un éclat. J’y vais.


Je saute au dessus d’un établi. Je plante ma lame dans l’obscurité. Elle me répond d’un cri étouffé et me récompense avec un silence. Une respiration retentit, un vase tombe. Je tranche le vide de mon katana. La respiration s’arrête. Je prends un couteau et taillade mon bras gauche. Ma punition pour le bruit. Une punition acceptable. 


Je cours. Sans un bruit. Furtif. Quelques gouttes de sang trahissent ma présence. J’égorge l’animal qui me piste. Je continue ma route. Je vois l’objectif. Je monte en haut de la tour de guet. Je frappe encore. 


La lumière de la torche éclaire mes yeux mako. Je l’éteint d’un souffle. Je sors mon miroir. J’attends les ordres. 


Un flash. Les renforts arrivent. La Shinra vient. Utaï va tomber. D’autres miroirs. Les autres ont réussi leur mission. Utaï va tomber. Je tremble. Ma mission est accomplie. Je tremble, j’ai fais le bon choix. Je tremble, comme tous les autres en haut des tours de guet. Je tremble d’excitation. 


Je regarde en bas. Je descends. C’est l’obscurité. L’obscurité totale. Je repars. Je m’arrête. Une lumière brille. Je la connais. Je sais ce que c’est. Je ne l’ai jamais oubliée. Je la regarde un instant. Trop longtemps. Les alarmes retentissent, la ville est attaquée. Le SOLDAT s’infiltre dans la ville et élimine Utaï. Enfin… Enfin Utaï brule. Enfin Utaï paye. 


Je tourne la tête à droite. Je tourne la tête à gauche. Des cris. Des flammes. Autour de moi, rien. L’obscurité. L’obscurité et ma haine. Je regarde ma blessure. Je regarde mon sang. Je regarde ma douleur. Je grince des dents. Tout est de leur faute.


Je monte les marches. Je tremble. J’ai froid. Je bouillonne. 


Un homme passe. Mon katana lui enlève le poids de sa tête abrutie. Un soldat arrive. Un tir dans son visage le réduit à jamais au silence. Je monte vers cette lumière froide. Je bouillonne de rage. Je tremble d’excitation. Un vieil homme passe. Je lui tranche les jambes en continuant ma course. Je brise les genoux d’un enfant sur mon passage. Je sabre les articulations d’une ninja dans mon élan. Un coup de feu, deux coups de feu. Je me fraye un chemin vers cette lumière sombre et sans âme. 


A genoux. Mettez vous tous à genoux. Voyez qui je suis. Voyez ce que je suis devenu. Voyez ce que vous avez fais de moi. 


Une dame me supplie. Elle me reconnaît. C’était ma professeur. Par derrière, une autre essaie de m’assumer avec un vase. Je subis, je me relève, je me venge. Je poursuis la lumière. Je suis l’obscurité. Je suis la haine. LA HAINE!


Mon corps brule. Mes blessures sont légions, mais la rage me transporte. Je ne suis plus cet enfant d’Utaï. Je suis vengeance. Un guerrier m’insulte, me traite. Je le tranche en tous sens. J’attends qu’il reconnaisse ma force. J’attends qu’il me reconnaisse tous. Mais aucun ne le fais. Aucun ne peux le faire. Ils sont trop fiers. Je ne peux briser leur fierté. Je fulmine. Je boue. 


Mon chemin m’amène à la lumière du lampion qui m’a vu naître. Il se renverse quand j’ouvre la porte. Le temps est comme figé quand mes géniteurs me regardent. Le mâle m’observe un instant. Ses yeux s’écarquillent. Je les fends d’un simple geste. Le sang immacule la maison. Ma mère crie. Je ne la reconnaît pas. Elle n’avait jamais crié comme ça après moi. Qu’importe. Qu’importe car l’obscurité va les prendre. Je vais les prendre. Je vais les faire disparaître. 


Je tranche mon père. Il tombe à genoux devant moi. Son buste tombe contre mes genoux. Son sang me recouvre. A genoux. Tel est sa place. Utaï est pourrie. Ce monde est pourri. Tout ça, c’est leur faute. LEUR FAUTE A EUX! Mais ce vieux schnoque me saisit avec son bras restant. Il marmonne quelque chose. Plus fort. Plus fort! Je ne comprends pas! Je ne t’ai jamais compris! Il serre ma jambe et ne veut plus la lâcher. Je le repousse. Je le frappe. Encore. Encore. Encore… Une goutte tombe sur le sol. Ce n’est pas mon sang. 


Encore, encore, encore… Finalement, sa main lache. Je me retourne vers la femelle. Cette chose ignoble qui m’a donné la vie. Mon revolver tire sur son ventre qui explose dans une gerbe de sang. Elle me regarde et ses yeux pleure.


C’est ma VENGEANCE. Elle est PARFAITE. Je vais enfin me débarrasser de ma HAINE. Je vais enfin VIVRE! 


Je viens lui murmurer comme je la hais. Elle s’agrippe difficilement à mon cou et glisse ses mots à mes oreilles… « Je t’aime, mon fils. Pardonne-moi tout. » Elle tombe à la renverse. 


Je reste là. Je ne bouge plus.


Non. Non. NON. NON! Ce n’est pas vrai! Elle ne m’aime pas! Elle ne m’a jamais aimé! Je ne peux pas la pardonner! Pas si facilement! Non! NON! NON! Jamais! Je frappe, je frappe, je frappe. Puis je vois un autel. Des bougies. Ma photo. 


Des prières pour mon retour. Des demandes de pardon. Des lamentations. Je n’en peux plus. Je saisis mon visage. Je me griffe. Je me gratte. 
Mes yeux Mako se perdent dans l’eau. Je me regarde. Je m’effraie. Qui suis-je?


Je tremble. Je tremble et j’ai peur. La lumière s’éteint. C’est l’obscurité. 
L’obscurité.
L’obscurité partout.
Il n’y a que ça. 
Et aucun moyen de s’en échapper.

____________________________



Mon corps tremblait. Je me surpris à cligner des yeux plusieurs fois en réalisant que ce n’était finalement qu’un miroir devant moi. Pourtant… Pourtant j’y étais. Je tremblais encore. J’avais froid et je suais. Je ne comprenais pas. C’était donc ça l’épreuve? Une larme roulait sur ma joue. Cette bille de lumière vint se perdre sur l’abyssal sol blanc. 


J’étais pâle… Plus pâle que je ne l’étais en temps normal. Je me sentais mal. La chimère l’avait-elle vu aussi? La vérité éclaterait-elle? Et Julian?


Je me mis à regarder le message que je lui écrivais. Puis, je finis par appuyer sur envoyer. S’il savait se servir d’un PHS, alors il pourrait surement communiquer avec Ringu sans avertir Alexandre… Sauf si ce dernier lisait effectivement dans les pensées… Auquel cas, il savait déjà ce qu’il allait se passer ici.

«  From : Ringu



Vernissa va s’en prendre à la reine. Elle veut récupérer un médaillon à elle et, si possible, son ADN. Elle nous a demandé de ne pas intervenir, mais je pense qu’on peut en profiter pour tirer notre épingle du jeu et redorer notre blason… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Quinn
Noble taciturne

Noble taciturne

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 35/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Jeu 20 Oct - 12:12

Spoiler:
 

Le duo se tenait là, seul au milieu de cette immense salle immaculée de blanc. Il n’y avait encore aucune trace de la chimère et pourtant, on pouvait sentir sa présence par la lourdeur de l’ambiance. Le fait que Veranissa soit infiltrée dans le château inquiétait quelque peu le noble, essentiellement parce que cela risquait de nuire à leur couverture. Il en avait donc fait part à Ringu et celui-ci relu le contenu de son message sur son PHS. Visiblement, la jeune femme était en pleine opération pour Strainshield, mais aucun autre détail n’avait filtré. C’était étrange, car Alexandrie ne figurait pas dans les quatre lieux qu’avait proposés Veranissa à la Grotte de Kwane… Ce qui voulait dire que cette opération ne nécessitait pas la présence de Ringu et Julian, et possiblement qu’il valait mieux qu’ils n’interfèrent pas dans les plans de Strainshield.

Mais la discussion fut interrompue par l’apparition soudaine d’une gigantesque machine au centre de la pièce. Alexandre, de toute sa grandeur, imposait sa présence au duo qui ne s’était pas attendu de le voir apparaître aussi soudainement. Julian comprenait mieux pourquoi la pièce était aussi grande, mais un détail le chagrinait un peu : cet Alexandre n’avait pas d’ailes. Quoiqu’il en soit, une voix puissante retentit et rappela aux deux hommes que le mensonge importait peu ici, puisque c’était la vérité qui ressortirait de son épreuve. Julian jeta un rapide coup d’œil à Ringu mais celui-ci ne broncha pas, aussi en fit-il de même. Ce n’était probablement pas dans l’intérêt de la chimère que de s’intéresser au mensonge de deux personnes telles que Julian et Ringu après tout. Il y avait des choses tellement plus importantes aux yeux d’une chimère, non ? Le détective demanda alors au noble si Alexandre d’Héra ressemblait à celui-ci.

« Difficile à dire, je ne l’ai jamais vu de mes propres yeux. Mais j’ai ouïe dire qu’il avait de grandes ailes blanches. »

Chose que cette chimère-ci n’avait pas, donc. Ringu suggéra ensuite de communiquer autrement, dans le cas où Alexandre aurait effectivement un lien avec la Reine – et par lien, il entendait certainement connexion. En effet, si elle était capable de communiquer avec lui, il valait mieux ne pas révéler trop de choses qui pourraient compromettre leur présence ici. Mais alors que Ringu pianotait sur son PHS – Julian n’en connaissait pas trop l’usage mais commençait à comprendre comment cela fonctionnait – le miroir au centre de la pièce se scinda en deux et l’épreuve d’Alexandre sembla débuter. Ainsi donc, il suffirait de regarder son reflet pour y revivre des événements de sa vie ? S’il ne s’agissait que de cela, Julian trouvait cette épreuve bien facile comparée aux autres. Mais ce qu’avait vu Ringu semblait l’avoir surpris. De quoi pouvait-il bien s’agir ? Il s’avança donc vers son miroir et arqua un sourcil en ne voyant pas son propre reflet. A l’inverse, une épaisse fumée blanche commençait à matérialiser un décor, un contexte, un souvenir…

────────── ♦️ ──────────

La pluie ne cessait de battre le pavé, formant des flaques d’eau ou de petits ruisseaux par endroits. Blottit contre le mur, à l’abri du déluge sous un simple morceau de carton, Julian se tenait là, seul, attendant inlassablement que quelqu’un vienne le chercher. Où pouvait bien être sa mère ? Son père ? L’escorte ? Le cherchait-il, au moins ? Bien sûr. Ils devaient être fous d’inquiétude. Ca n’en pouvait être autrement. Sa mère se faisait probablement un sang d’encre, implorant quiconque pourrait lui venir en aide pour retrouve son fils, et son père… Son père ordonnerait certainement aux Amazones d’Alexandrie de l’aider à le retrouver. Du moins, c’est ce que le jeune Julian s’imaginait. Et pourtant, l’attente était longue… Très longue. Si longue que le carton était déjà bien imbibé d’eau et se désintégrait par endroits…

Le petit noble décida de se lever et d’aller s’abriter ailleurs. Sur sa chevelure blonde ruisselait la pluie tandis que ses vêtements étaient imprégnés d’eau. A chaque pas, il sentait l’humidité de ses chaussettes lui glacer le sang. Il trouva un petit porche dans une ruelle de la ville mais réalisa qu’il ne faisait que s’enfoncer dans le dédale de rues qui composaient Alexandrie. A cet âge, il n’avait pas eu l’idée de mémoriser le chemin qu’il avait emprunté et ne parviendrait certainement pas à retrouver sa route vers la place centrale. La panique commençait l’envahir et les larmes montaient. Ca y est, il réalisait la situation dans laquelle il était… Parviendrait-il à être retrouvé un jour ? Pourquoi avait-il voulu suivre ce mog et quitter ainsi la surveillance de sa mère ? D’autant que la petite créature avait été plus rapide que lui, et le voilà dorénavant perdu, livré à lui-même sous ce déluge de pluie.

Il n’y avait pas un chat autour de lui. Il décida de sortir de sa cachette et de frapper à quelques portes mais personne ne lui répondit. Il était seul et trempé jusqu’aux os. Sanglotant, il commença à marcher dans la rue en regardant le sol, complètement désespéré. Un pas après l’autre, il s’éloignait sans le savoir du centre-ville et se dirigeait vers l’une des extrémités de la ville. Mais alors qu’il ne faisait pas vraiment attention où il allait, des bruits de pas retentirent derrière lui et un homme bien plus grand passa à côté de lui, le bousculant au passage. Julian tituba sur le côté et se prit les pieds ce qui ressemblait à un muret. En réalité, il s’agissait d’un puits et le petit noble bascula par-dessus. Pris de panique, il parvint à ralentir sa chute en s’agrippant au rebord mais sa force de jeune homme ne suffisait pas. Il lâcha prise et tomba au fond du puits. Par chance, celui-ci n’était pas très profond et, grâce à la pluie, de l’eau s’y trouvait suffisamment pour amortir sa chute.

L’eau était glaciale. A cause de sa petite taille, le niveau lui arrivait au niveau du ventre. Il tenta de reprendre ses esprits mais céda rapidement à la panique en réalisant le pétrin dans lequel il était. Très vite, il se mit à crier pour que quelqu’un vienne à son secours mais avec le bruit de la pluie, personne ne venait. Cependant, il ne désespéra pas et continua à crier, jusqu’à ce qu’un mog l’aperçoive et aille chercher de l’aide. La créature volante n’aurait jamais pu le remonter toute seule. Néanmoins, Julian ne l’avait pas vue et continua à crier, jusqu’à ce que son corps commence sérieusement à trembler. Avec ce froid, il commençait à rentrer en hypothermie. Se tenant les deux bras, il essayait tant bien que mal de remuer pour se réchauffer mais rien n’y faisait. Ses vêtements trempés lui glaçaient le sang. Il s’appuya alors contre la pierre et patienta dans le silence, se concentrant sur sa respiration. Etait-ce la fin ? Qu’est-ce que le concept de mort pouvait représenter pour un jeune homme comme lui ?


« Personne ne viendra te sauver. »

Une voix venait de surgir de nulle part. Le sang de Julian ne fit qu’un tour et il tenta de scruter la pénombre dans laquelle il se trouvait. Y avait-il quelqu’un à côté de lui dans ce puits ? Après tout, la voix était si claire qu’il aurait pu jurer qu’elle venait d’à moins d’un mètre.

« Quand tu en auras vraiment besoin, personne ne te sauvera. Tu seras seul. »

Julian grelotait de froid et de peur, mais tenta tout de même de prononcer quelques mots. Sa voix était plus que tremblante.

« Q-Qui est là ?! »

Personne. Le silence envahissait le puits. Seul le déluge de pluie s’abattant au-dessus de lui retentissait. Il n’y avait même pas un bruit de mouvement d’eau dans le puits, comme si cette personne restait figée sur place.

« - Mais tu n’as pas à t’en faire…
- Qui êtes-vous ??
- …car je suis là pour toi.
- T-Taisez-vous !!
- Tu pourras compter sur moi… Toujours. »

Julian sentit alors comme une pression sur son torse et, ne voyant rien de ce qui l’entourait, il hurla de terreur en tentant de se débattre. Mais très vite, il sentit qu’on lui passait une corde autour de lui et que son propre corps était en train d’être soulevé. Mais il continuait de se débattre, fermant les yeux et refusant de les ouvrir. Il criait toujours autant mais une voix de femme tenta de le rassurer. « C’est bon, petit. Je te tiens. » était ce qu’il venait d’entendre. Julian réalisa alors qu’on était en train de le sortir de l’eau. Il ouvrit les yeux et remarqua qu’il était dans les bras d’une Amazone, tirée par une corde que ses collègues tenaient en haut du puits. Après quelques secondes de remontée difficile, tous les deux mirent pieds à terre. Mary, sous son parapluie, aperçut son fils et se jeta sur lui.

« Oh, Julian ! »

Elle le prit dans ses bras et l’étreignit si fort qu’il pouvait sentir la chaleur de son corps sur le sien encore froid. Ses lèvres étaient bleues et il grelotait tellement qu’il ne réalisait plus vraiment ce qu’il se passait. Avec l’adrénaline qui redescendait, il se sentait sombrer dans l’inconscience. Mais avant cela, son regard balaya les alentours. Il n’y avait que sa mère et quelques soldats d’Alexandrie. Son père n’était pas là.

────────── ♦️ ──────────

La fumée blanche se dissipa et le miroir retrouva une teinte opaque. Ainsi donc, l’épreuve d’Alexandre consistait à revivre des événements douloureux ? Non, ce ne devait pas être ça. Ce n’était pas un souvenir choisi au hasard… Julian restait perplexe car ce qu’il venait de voir, il ne s’en souvenait tout simplement pas. Après un tel traumatisme, son esprit avait certainement dû le bloquer de sa mémoire pour ne pas le perturber lorsqu’il était plus jeune. Mais de voir cela, Julian commençait à se souvenir un peu, de quelques bribes de souvenirs, notamment cette dernière scène où il cherchait son père du regard. Se pouvait-il que la plus grande peur du noble fut celle de l’abandon et de la solitude ? A cette pensée, il se surprit à trembler. Pourquoi… ? Lui qui avait toujours été solitaire, cela le surprenait un peu et pourtant, c’était la seule explication qui faisait sens.

* C’est parce que tu n’as jamais été vraiment seul… J’ai toujours été là pour toi. *

Cette voix, encore ! C’était la même que celle de son souvenir… Qu’est-ce que ça voulait dire ?! L’incompréhension mêlait à l’agacement pouvaient se lire sur son visage, mais le PHS de Julian se mit à vibrer, le sortant de son état incrédule. C’était Ringu qui venait de lui envoyer un message pour éviter d’être entendu par Alexandre. Il lui disait que Veranissa voulait s’en prendre à la reine pour lui subtiliser un objet précieux et, si possible un échantillon d’ADN à des fins certainement scientifiques. Il ne fallait pas intervenir mais Ringu voyait en cette situation la possibilité de se faire bien voir auprès de la Reine. Il n’avait pas tort, cela pourrait peut-être leur servir s’ils tentaient de sauver Grenat ou ne serait-ce que faire semblant. Julian commença à taper lentement sur les touches – il avait compris le fonctionnement mais n’était pas encore totalement à l’aise – et lui répondit, puis reporta toute son attention sur l’épreuve. Même si son esprit était encore perturbé par ce qu’il venait de voir…


« - From : Julian

Bonne idée. Nous pourrions tenter de jouer les sauveurs pour gagner sa confiance. Pensiez-vous à cela ?
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frost
Modo Givré

Modo Givré

avatar
Niveau : 17
HP : 17/13
MP : 17/13

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Jeu 20 Oct - 18:12




Les deux hommes utilisaient leur appareil pour communiquer ensemble mais ils étaient bien sûr inutile pour communiquer avec l'extérieur car ils étaient dans l'antre de la chimère, un endroit à part.

Ringu et Julian semblaient être encore un peu sous le choc de ce qu'ils avaient vu ou plutôt revu de leur passé.

- Revivre de tels moments ne sont jamais agréables pour vous, mais ces souvenirs et sentiments sont en vous et font partie intégrante de ce que vous êtes actuellement.

Le miroir scintillait différemment comme si quelque chose avait changé ici.

- Ce miroir vous montrera des moments plus heureux de votre vie, plus récent aussi, présentement, regardez votre reflet...  


____________________

Epreuve d'Alexandre : 


Epreuve n°2 : vous devez revivre un événement particulièrement heureux de votre passé, cet événement doit cependant être proche du présent. (Quelques semaines tout au plus). 


Ordre : Ringu - Julian - Alexandre


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ringu Ju-On
Démon Abyssal

Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 30/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Ven 28 Oct - 15:12

spoiler:
 





Julian comprenait vite. Il avait saisi l'importance de détenir les informations à l'avance et la façon dont il était le plus profitable de les exploiter. Il avait beau haïr son père, ce dernier lui avait peut-être bien transmis son sens des affaires... Bien que le détective se garderait bien d'une telle remarque. 


Alexandre était toujours là, immobile. Il ne semblait pas avoir réagi à la discussion. Tant mieux, cela soulageait au moins temporairement notre protagoniste. Mais l'épreuve n'était pas finie et Ringu était déjà chamboulé. Risquait-il de découvrir d'autres choses sur son passé? Allait-il revoir ces scènes? Apparemment non. La chimère en avait décidé autrement. Plutôt qu'envoyer un autre message, Ringu cru bon d'attendre de voir ce que lui réservait ces miroirs. 


________________________________


Les rayons du soleil réchauffèrent doucement la peau de Ringu. Il sortait de la forêt autour de la grotte de Kwane. Cette légère chaleur faisait du bien en ce midi. Les mains légèrement tachetées de sang, il ramenait le gibier pour ce midi. Ça ne serait certes pas de la grande gastronomie, mais cela pouvait toujours combler leurs ventres. Puis Julian ferait peut-être des miracles qui sait?


Il allait entrer dans la grotte, quand son PHS sonna. Il mit la main dans sa poche et attrapa maladroitement l'outil de communication en le salissant un peu. Son regard, d'abord neutre, s'adoucit quand la lumière de l'appareil éclaira son visage. C'était un appel venant d'un personne de qualité après tout. Et cela faisait bien longtemps qu'il ne l'avait pas entendue. 


" Allo?... Papa? "
" Bonjour ma puce... "


Un son, un simple son suffit à faire lâcher le gibier au détective. La bête tomba au sol, toujours aussi morte, alors que le sourire de notre protagoniste se fit doux. Sa voix, elle, se fit de miel. Il vint s'asseoir sur un rocher et regarda l'horizon, se perdant dans les paroles de la demoiselle.


" Ca fait trop longtemps que je t'ai pas vu? Tu es en voyage encore longtemps? "
" Malheureusement... Mais ne t'inquiète pas. J'arrive bientôt. "
" Pour de vrai?! "
" Bien sûr... Tu sais que je ne te mentirai pas. "
" Et est-ce que tu vas bien? Tu manges bien au moins? "


Un regard sur sa proie le fit sourire davantage et l'amusa... Il finit même par rire. Oui, lui aussi pouvait se laisser aller à l'humour.


" Ne t'en fais pas. Ton brave père a un super hôtel et un magnifique dîner avec des personnes de confiance qui l'attendent. "


Sarcasme ultime à n'en pas douter! Julian l'avait peut-être entendu, mais il n'en avait cure.


" Et dis-moi... Tout se passe bien à Kalm? "
" Oui! Aujourd'hui à l'école j'ai eu une bonne note! Un 17! Et la semaine dernière j'ai eu un 14! Et le mois dernier on a été dans un parc d'attraction, c'était génial! Y avait tous les copains et la mère de Yannick elle est trop gentille! Puis y a la professeur qui nous a tous offert une glace en plus! "


Elle parlait... Un flot ininterrompu de paroles. Mais chaque moment qu'elle partageait avec lui était un bonheur, chaque mot un réconfort. Et tous ces moments que Ringu avait loupé en étant loin d'elle lui manquait... C'était un fardeau terrible. Etre loin de la seule chose à laquelle on tient plus que nous même, partir à l'aventure - ou au travail, c'est selon - en abandonnant un être si beau et si fragile aussi longtemps pinçait fort son cœur. 


" Tu as de la chance de voyager! Kalm est une petite ville mine de rien! Même si on va parfois à la ferme aux chocobos! "
" Oh mais tu sais, le monde est grand et dangereux. C'est pour ça que tu es encore un peu jeune pour... "
" Je sais! Je sais! Mais je suis plus un bébé tu sais! Haha! "
" Oh mais je n'en doute pas ma très grande fille! Tu sais... Je suis sur Héra en ce moment. Un monde plutôt sauvage et... "


Et qu'il parlait à son tour, se perdant en petits mots, en descriptions, en histoires... De quoi faire naître des étoiles dans les yeux de son enfant. Pas besoin de les voir, il savait bien quel effet cela pouvait créer chez cette dernière. Puis il lui parla d'un rendez-vous avec la reine qui n'allait probablement pas tarder. Bien sûr, elle voulait une photo, ou à défaut un souvenir. Ramuh lui avait refusé, mais peut-être que Grenat pourrait céder... Après tout, Ringu ferait l'impossible pour elle...

________________________________________________________


Le souvenir lui revint en pleine figure. Et indirectement, cela le conforta dans l'idée de protéger la reine. Alexandre avait-il fais exprès de lui dévoiler cela?

" From : Ringu.


Exactement. Mais il va falloir être prudent pour donner à Strainshield ce qu'il veut et nous attirer les faveurs de la reine...
PS : pense à effacer cette conversation une fois l'épreuve finie. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fulgora
Admin Foudroyante

Admin Foudroyante

avatar
Fiches du joueur :
Personnages :
Ace - Agnès Oblige - Azura Lucem - Ruka Kawanomu - Rydia - Sheli Makunochi - Y’Dahlin Shul

Niveau : 100
HP : 9999/9999
MP : 999/999

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Lun 7 Nov - 21:26


Tombola

Peu importe ce qu’il se passe ici, un petit nuage noir commence à se former sur le sol, comme si les ténèbres en personne avaient décidé de vous rendre visite. Pourtant quelques secondes plus tard, c’est un petit Tomberry qui vous fait face, déguisé et très louche … Il fait apparaître une grande roue avec plusieurs boules de couleur qu’il fait tourner jusqu’à obtenir un numéro bien précis. Puis en fouillant dans son panier, il vous tend … un bonbon ?

- La chance vous sourit ! Ou peut-être pas … Joyeux Halloween !

Et il disparaît de la même façon qu’il est venu … Euh ok, depuis quand un Tomberry parle ? Mystère … Mais après le mog de Noël et le mog d’Avril et le génome farceur … on ne devrait plus s’étonner de rien !

================================================

Julian reçoit un Bonbon Jaune Pomme!
Ringu reçoit un Bonbon Azuré!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Quinn
Noble taciturne

Noble taciturne

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 35/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Mer 16 Nov - 16:44

Spoiler:
 

Immobiles, les deux compères se tenaient chacun devant leur miroir, attendant patiemment la suite de l’épreuve. La vision qu’avait perçu Julian fut quelque peu troublante puisqu’il s’agissait d’un événement passé dont il ne se souvenait pas… Se pouvait-il que ce miroir ne montre pas que l’entière vérité ? Pouvait-il percevoir les sentiments de celui qui le regardait pour former des images basées sur ceux-ci uniquement ? Julian en doutait… L’épreuve d’Alexandre avait l’air de ne rien laisser au hasard.

Lorsqu’il eut fini de répondre au message de Ringu, Julian observa l’imposante chimère. Cette dernière prononça quelques mots avant de les inviter à regarder de nouveau le miroir. La fumée tournoyait de plus belle et de nouvelles formes apparurent. Un souvenir, plus récent cette fois, prenait vie…

────────── ♦️ ──────────

Le vent soufflait légèrement aujourd’hui. Assis près du bord, l’épaule droite posée contre la rambarde en bois, Julian observait l’océan. Ses sens étaient à l’affût du moindre son, de la moindre odeur. Le soleil brillait de toute sa splendeur et parait l’océan d’une magnifique couleur cuivrée. Les vagues venaient s’échouer contre la falaise bien plus bas, faisant remonter les embruns marins jusqu’au noble. Quelques oiseaux volaient non loin de lui et venaient parfois se poser à ses côtés. Le belvédère de la Grotte de Kwane offrait vraiment l’un des plus beaux panoramas de la région, se disait-il à cet instant. Il inspira longuement l’air frais environnant puis sortit de la poche intérieure de sa veste courte un petit livre.

« Tribulations », son œuvre favorite. Julian la transportait constamment sur lui et ne se lassait jamais d’en lire quelques pages de temps à autre. Malheureusement, les occasions ne furent point nombreuses pour le faire ces derniers temps. Aussi, tandis que Ringu s’adonnait à la chasse du gibier, Julian s’était octroyé un petit moment de détente, seul, à l’abri des regards indiscrets du détective. La cohabitation avec ce dernier n’était pas des plus déplaisantes mais ils passaient le plus clair de leur temps ensemble dans cette grotte. C’est pourquoi l’un comme l’autre tentait de profiter un maximum de ces instants en solitaire.

Plongé dans la lecture de l’œuvre de Sir Conrad, il en oubliait presque l’heure qui tournait. Le soleil était bien haut dans le ciel et commençait à décliner lentement vers l’horizon. La brise s’accentuait avec la montée de la marée mais ne gênait en rien le noble qui, au contraire, se plaisait à sentir ces vents lui caresser le visage. Doucement, le décor commença à disparaître pour laisser la fumée grisonnante reprendre le dessus de ce souvenir. Au final, il ne restait plus que la blondeur des cheveux de Julian avant que la totalité de cette vision ne disparaisse totalement dans les méandres de la glace. Contrairement à la précédente vision, celle-ci s’était avérée bien plus courte et bien moins intense, mais cela résultait d’une vie monotone pour le jeune noble – à défaut de lui procurer un bonheur quotidien.


────────── ♦️ ──────────

Julian était loin d’être un homme heureux qui croquait la vie à pleines dents. Prisonnier de ses désirs de puissance et de sa folie consumante, il ne connaissait pas le bonheur comme pouvait le vivre le commun des mortels. Ainsi, les seuls instants de la vie où Julian pouvait se forger de véritables souvenirs heureux, c’était dans ce genre de moment, où la solitude lui apportait une certaine plénitude et un repos de l’âme. Triste vie, vous direz-vous ? Encore faudrait-il qu’il en ait conscience pour que votre pitié l’atteigne. Toujours était-il que cette vision dans le miroir ne lui décrocha pas un sourire. Bien sûr, il se rappelait de ce moment puisqu’il n’était pas si éloigné d’aujourd’hui. Hélas, Julian était loin d’être le genre d’individu à se laisser aller au bonheur, tel un enfant innocent. Si c’était ce qu’Alexandre cherchait en lui, il ne le trouverait jamais.

Observant toujours cette fumée grisâtre tournoyer au cœur du miroir, Julian saisit son PHS et répondit au message du détective. Il ignorait si ce qu’il voyait de son côté lui convenait et, à vrai dire, il n’en avait cure. Cependant, le noble ne savais pas si l'épreuve se déroulait en solitaire ou non, auquel cas la réussite de celle-ci dépendrait de ce que voyait les deux hommes. Julian pouvait déjà être sûr que cette seconde vision n’était pas une réussite dans son cas…

C’est alors qu’une masse sombre surgit du sol si clair et lumineux. Cela faisait-il partie de l’épreuve d’Alexandre ? Le noble en doutait, à en juger par l’apparence de la créature. Julian n’avait jamais eu l’occasion d’en croiser de sa vie mais ne fut pas surpris outre-mesure par son apparition. Bien sûr, cela était curieux de voir un tel monstre dans cet accoutrement et en ce lieu, mais s’il était là, c’est que la chimère n’y voyait aucun inconvénient certainement. Le Tomberry leur offrit à tous les deux un bonbon en leur assurant que la chance pourrait leur sourire… ou non. Voilà qui était vague, mais Julian accepta le cadeau de la créature, sans pour autant manger cette curieuse gourmandise. Il valait sans doute mieux attendre la fin de l’épreuve pour se laisser distraire par la dégustation d'une friandise.



« From : Julian.

Entendu, je n’oublierai pas de l’effacer.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frost
Modo Givré

Modo Givré

avatar
Niveau : 17
HP : 17/13
MP : 17/13

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Mer 16 Nov - 17:18




Les deux hommes continuaient de sonder au plus profond de leur être avec comme seule interface ce miroir d'apparence magique pour réussir à leur faire de leurs désirs et de leurs ego, un vrai révélateur de leur moi existentiel. Ici le ça, le moi et le surmoi étaient liés, mélangés, brassés et indissociés.

Cette épreuve n'était jamais facile pour les gens élus et capables de voir Alexandre car souvent ils avaient de lourds secrets. Comme en témoignaient sans doute, ces cachotteries qu'ils se faisaient avec leurs appareils électroniques dont Alexandre ne faisait fi.

- Chaque être a ses propres motivations et son libre arbitre. Mais chaque acte, tel qu'il soit, peut avoir un impact bien plus lourd que ce à quoi il s'attends... 

Le miroir scintillait différemment comme si quelque chose avait changé encore une fois. Mais avant cela, un petit être intervint et troubla la tranquillité de ce lieu.

- Personne ne peut tout contrôler, et si ça se trouve ce Tomberry changera le cours de votre histoire ou n'aura aucun incidence. Rappelez vous juste que vos décisions actuelles peuvent être changés et que chaque embranchement choisis sur le chemin qui est la vie, n'amène pas à la même destination. Regardez où votre vie peut vous mener.


____________________

Epreuve d'Alexandre : 


Epreuve n°3 : cette fois-ci, vous devez imaginer votre mort en suivant la voie que votre personnage a choisi dans son état d'esprit actuel! Elle peut être heureuse ou malheureuse, cela n'a pas d'importance, mais elle doit avoir une conséquence directe avec votre objectif actuel. (Donc en obéissant aux consignes du Dr ***shield (j'oublie le début à chaque fois ^^ )


Ordre : Ringu - Julian - Alexandre


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ringu Ju-On
Démon Abyssal

Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 30/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Mer 16 Nov - 20:10

Cette salle immaculée donnait une impression de vide... De distance. On ne s'y sentait finalement pas si à l'aise qu'on aurait pu le croire. De plus, la présence de cette imposante chimère, surplombant le duo tel un juge, était intimidante. S'il en avait vu d'autres, l'aura même de cette créature couplée aux scènes des miroirs créait une atmosphère dérangeante. On avait l'impression de n'être finalement qu'une fourmi en face de son destin et qu'au final, IL nous jugerait. Mais LA FIN n'arriverait pas aujourd'hui... Et ce n'est pas Alexandre qui lui apporterait. 


Une légère fumée attira l'attention du détective. Son PHS vibra au même moment, effaçant le sourire apporté par cette dernière vision. Il le consulta d'un œil furtif et effaça de suite le message qui s'en était suivi. A première vue, l'épreuve semblait bien se porter pour le noble comme pour lui. Les mots de la chimère était toujours ceux d'un juge, mais pas ceux d'un bourreau. Pourtant, l'apparition d'un Tonberry fit tout de suite réagir notre protagoniste. Il fit un bond en arrière en sortant ses armes et cibla la créature. La seule chose qui l'empêcha de tirer fut... Qu'il n'avait plus ses armes! Maudites Amazones! Il canalisa alors l'eau dans une de ses bouteilles et la fit jaillir jusque dans sa main où elle forma une sphère. Prêt à attaquer, il resta cependant dans cette posture en voyant la créature tendre des bonbons et leur souhaiter... Un "Joyeux Halloween"? 


Hmmm... Encore en décalé hein? Ne perturbant pas sa concentration, il attendit de voir le monstre donner son cadeau à Julian avant de le voir s'avancer vers lui. Il n'avait pas l'air dangereux et son terrible et redouté couteau n'était pas là... Bonbon empoisonné? Possible... Tout était possible avec ces bêtes là. Il prit ce présent et le rangea dans ses poches sans en demander davantage. 
La créature disparue dans un rideau de fumée comme elle était apparue. La dernière fois qu'une telle chose était arrivée, c'était durant l'épreuve de Ramuh... Était-ce lié aux épreuves? Quoique l'histoire du génome et de l'inversion des corps, si elle était liée, contre-disait cette théorie. 


Finalement, Ringu regarda Julian puis fit passer l'eau dans son gosier pour se sustenter. Toutes ces émotions lui avaient donné soif. Mais après avoir vu le passé et le présent, en toute logique, il ne restait que l'avenir. Il avait saisi le principe de cette épreuve : regarder les choses en face et s'accepter. Tester notre résolution et voir si la voie qu'on se trace est celle qu'on désire. Mais Ringu n'avait plus de doutes. Il regarda le miroir une dernière fois en arborant un sourire carnassier. Qu'importe par où il devrait passer ou ce qu'il devrait faire, il accomplirait son objectif. 

____________________________________________________________________


Le froid... Ce fut la première sensation. 
Le sol était froid. Au loin, une lumière disparaissait. Le soleil s'éteignait avant le prochain jour. Les arbres murmuraient au vent. Leur bruissement était transporté dans les plaines alentours. La terre était gelé, tout comme la mer autour. Plus rien ne bougeait. Tout était calme. 


Ringu regardait les nombreuses marches devant lui. De nombreux hommes et femmes, tous en noirs, étaient agenouillés vers le centre de la marche sur laquelle ils étaient. Ils se faisaient tous face, sans bouger, parfaitement immobiles. Le sommet n'était pas visible. 
Quel était cet endroit? Il l'avait déjà vu dans un reportage une fois... Oui... C'était cela. Les Ruines Oméga. L'endroit où tout finit. 


Il avançait. Pas après l'autre, sa démarche se faisait machinalement. Le vent se tût petit à petit, contemplatif. Il n'avait pas soif. Pas faim. Pas sommeil. Le froid ne lui gelait pas les os, il se contentait de resserrer sa tendre étreinte sur son corps. Ses gants, baignés de sang, finirent par lâcher ses armes. Il regarda un instant en arrière. Etait-ce le bon choix? Cela en valait-il la peine?
En bas, il voyait. Il y avait les universités de Dol qui avaient volé jusqu'ici. Les grands vaisseaux étaient à présent frigorifiés au dessus de l'océan mort. De nombreux corps étaient au bas des marches. Aucun n'était complet. Une partie d'eux avait disparu à jamais. Les uniformes de chacun étaient là. Le Seed, Bevelle, la Néo-Shinra et... même Avalanche. Mais face aux dieux, que pouvait la main de l'Homme? Que pouvait-elle en servant un amour oublié et une justice égarée? Rien. Et c'est justement ce qu'il restait. Rien. Une vacuité totale. Une simple contemplation.


L'homme regarda devant lui. Sa vision se floua légèrement. Les lignes ondulaient, les êtres se confondaient. Pourtant, il avançait. Inéluctablement, ses jambes se mouvaient par elle-même. Il ne sentit bientôt plus son corps à mesure qu'il prenait de l'altitude. Le froid grignotait sa peau, se glissant dans chaque interstice de son manteau. Pourtant, il n'avait pas froid. Il n'avait pas peur. Il ne ressentait simplement plus rien. 


Le soleil allait disparaître. L'ultime rayon de lumière frappa l'océan et révéla le sommet de ce lieu. Un plateau de cristaux sombres accueillit l'ancien cobaye. Une fumée noire et envoûtante léchait les marches en descendant. En progressant, l'être perdit ses jambes dans cette masse sombre au sol. Devant lui se tenait ses dieux. 


Une sphère noire se tenait face à lui. Elle ondula, comme si une sorte de liquide la composait. Puis, une chose en sortie. C'était lui. C'était elle. C'était tout. A ses côtés, il reconnu les autres. Strainshield, Veranissa, Varimatras... Tous étaient à genoux devant lui. Devant le vrai dieu. Tous se perdaient dans cette brume. Il en fit de même. 


A genoux, camouflé par les ténèbres de la mort, il leva respectueusement les mains vers la divinité. En leur creux, on devinait le cristal de l'eau. L'ultime cristal. Celui qu'il manquait au dieu pour exaucer son vœu. 


Un portail s'ouvrit. Il était bleu. La seule couleur restante dans ce monde. Le seul espoir aussi. 

" Relève-toi. "


L'homme s’exécuta. Il regarda le Tout-Puissant. C'était lui. C'était la Neutralité. Sur son épaule, perchée en sécurité, trônait la fille. C'était elle. Son enfant, sa protégé, sa motivation, sa bataille, sa réalité, son bonheur. C'était tout. Et il n'était rien. 

" Es-tu sûr de ta décision? "


Il acquiesça. 


A ce moment, Veranissa et Varimatras se redressèrent. L'enfant, elle, sauta des bras du dieu pour serrer une ultime fois son père. Il l'embrassa une ultime fois et grava à jamais son visage dans ses yeux. 

" Tout est prêt."


Strainshield... Il venait de sourire. Toujours aussi dérangeant. Il fit néanmoins un signe à l'assemblée et se jeta dans le portail. Bientôt, Veranissa et Varimatras le rejoignirent, emportant la jeune adolescente. Il ne restait maintenant plus que l'insignifiant et le Tout Puissant. 
La nuit vint. Il n'y avait pas d'étoiles ce soir. Il n'y en aurait plus jamais. La Neutralité qui lui faisait face à présent se montra sous sa plus simple apparence. 

" Ce monde va disparaître. Notre fille va aller dans un nouveau monde où la magie, la guerre et toutes les émotions négatives n'existent pas. Un monde parfait où il n'y a que le bonheur. Veranissa et Varimatras veilleront sur elle. Es-tu sûr de ne pas vouloir les rejoindre? "


Le visage de l'homme se raviva de couleur. Son sang bouillonnait. Il était si facile de foncer, d'avoir la vie heureuse qu'il désirait depuis tant de temps avec elle. De fuir à jamais un passé qui n'existerait plus! Mais... 
Ses yeux se fermèrent et sa bouche esquissa un petit sourire en coin, presque ironique.


" J'ai fais trop de mauvaises choses pour t'apporter ces cristaux. Je désire un monde parfait pour Elle... Et cette perfection, je n'en fais simplement pas parti. "

" ... Elle est triste tu sais... "


" ... Et elle a déjà appris à ne pas le montrer. Ça sera dure, mais elle y survivra et deviendra forte." Il soupira avant d'ajouter. " Et toi? Tu comptes la laisser partir? Sans regret? "

" Hmm, j'attends depuis trop longtemps de retrouver ma tranquillité. "


" C'est la première fois que je te vois sourire sincèrement! Haha! Tu semblerais presque humain! "


" A croire que vous avez déteint sur moi... Enfin, ce n'est pas une si mauvaise chose de temps en temps. "


" Oui, mais tout va se terminer ici n'est-ce pas? "


" ... Il est temps que ce monde raté retourne au néant. "


" Je vois... Je suppose que je vais enfin pouvoir me reposer moi aussi. Pas vrai, T-ckilla? "


" Je vais faire ça vite. "


Une demoiselle venait de sortir de la sphère noire. Elle, c'était LA FIN. 

" Quel honneur! "


" Je te dois bien ça... Prêt? "


" Vas-y. "


Elle le toucha du bout des doigts, caressant sa joue et effleurant quelques mèches de cheveux. Puis elle embrassa Ringu Yume de ses lèvres. Et ce fut la fin de cet univers. 

________________________________________________________


Un sourire carnassier hein? Là, le détective était un peu plus blanc... Enfin, plus que la normale. On ne se voit pas tous les jours mourir me direz-vous, mais là c'était quand même quelque chose... Était-ce là la voie qui l'attendait? Mourir serait son propre choix? Était-ce vraiment parce qu'après avoir poussé son arrivisme à ce point, il aurait pris conscience que l'ultime chose qui empêcherait le bonheur de sa fille, c'était lui? Que voulait dire Alexandre? Pourquoi lui montrer ça? Comment lui montrer ça? Était-ce une épreuve? Un test? Une hallucination créée à partir de son esprit? Il ne savait pas. Il posa sa main sur sa tête avec un mal de crâne. Les idées se bousculaient et s'emmêlaient. Il souffla un long moment et releva la tête vers la chimère. 


Son regard ne pouvait s'attacher qu'à cette chose de toute manière, dans ce grand néant blanc! Il la considéra et attendit. L'épreuve était-elle finit? Il avait certaines questions...




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Quinn
Noble taciturne

Noble taciturne

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 35/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Ven 18 Nov - 18:03

Les yeux rivés sur son PHS, Julian attendait une réponse éventuelle du détective qui ne vint jamais. A vrai dire, son dernier message n’invitait pas qu’on lui répondît, aussi était-il normal qu’il n’ait rien reçu. Il parcourut donc ses fils de discussions – il n’y en avait que deux, l’un de Ringu et l’autre de Veranissa – et supprima le premier comme le lui avait demandé le détective. Une fois cela fait, Alexandre reprit son discours moralisateur sur l’importance des actions de chacun, et l’imprévisibilité de l’avenir qu’ils s’apprêtaient à voir. En effet, la fumée reprit de plus belle ses spirales envoûtantes et plongea le jeune noble dans un souvenir qui n’en était pas encore un…

────────── ♦ ──────────

Ses paupières étaient closes. Allongé sur le sol, il sentait la fraîcheur du cristal contre sa joue mais ne voulait daigner ouvrir ses yeux. L’apaisement qu’il ressentait à cet instant était trop bon pour qu’il décide de se relever et de retrouver cette douleur d’être debout. Il préférait mille fois rester allongé, même si cela le faisait passer pour un lâche et un faible. Après tout, qu’avait-il à gagner à tenir face à son assaillant ? N’avait-il pas eu tout ce qu’il voulait ? Ne lui avait-il point arraché tous ses désirs pour se les approprier ? Non, ses paupières étaient closes et le resteraient pour un temps…

Autour de lui, le silence complet. Le monde de cristal était si pur que rien ne semblait pouvoir ébranler le calme et la sérénité qui régnaient ici. Et pourtant, ce lieu servirait d’épicentre à un bouleversement sur Héméra dans les prochaines minutes. Ce n’était qu’une question de temps avant que cela ne se produise, il n’y avait plus rien qu’il pût faire pour l’en empêcher… Il était tout simplement trop tard.


« Alors ? Tu ne cherches pas à te venger ? »

Dans le noir dû à ses yeux clos, Julian entendait cette voix qu’il avait si souvent entendue par le passé. Elle n’avait jamais parue aussi claire qu’aujourd’hui, mais cela n’était pas sans raison.

« Comptes-tu rester allongé par terre et rater le spectacle ? »

Peut-être. Peut-être que s’il l’ignorait, il s’en irait ? Non. Il n’était plus dans sa tête désormais, cela ne serait plus aussi simple. Le poing de Julian se serra face à son impuissance. Craignant d’affronter la réalité, il se décida à ouvrir un œil, puis l’autre. Les tons orangés de ce Monde de Cristal vinrent illuminer sa rétine et lui procurèrent une étrange sensation de bien-être. Pouvait-il finir ses jours ici ? Il se sentait en sécurité…

« Assez joué… Lève-toi. »

Une douleur vive lui parcourut le torse, à mesure que son corps se soulever de lui-même. A vrai dire, un pic de cristal avait surgi de sous sa poitrine, en diagonale, et l’avait transpercé pour l’aider à se relever. Tenant le bloc de ses deux mains, Julian grimaça de douleur et un filet de sang coula de sa bouche. Il toussa une simple fois, la douleur dans sa poitrine rendant inconcevable l’idée de reproduire ce geste à nouveau. Ses pieds ne touchaient plus le sol et il n’avait d’autre choix que de contempler celui qui était à l’origine de tout ceci, celui qui l’avait berné durant toutes ces années…

« Que… Que comptes-tu faire à… à présent, Phi ? »

La silhouette qui tenait la vie du noble entre ses mains était celle d’un jeune garçon au visage androgyne. La couleur de ses cheveux virait au vert terne tandis qu’un serre-tête couronnait le tout. Il était habillé d’une longue tunique grise dont les motifs ne rappelaient en rien le style vestimentaire d’Héra. A vrai dire, il ressemblait davantage à un génome, si l’on devait le comparer à quelque chose. Phi se mit donc à rire devant l’interrogation de Julian. Il tenait dans sa main droite un cristal, celui qui s’était formé lors de la réunification des huit cristaux, certainement. Sa main gauche était portée vers le noble et maintenait la formation de ce pic cristallin.

« - Le pouvoir que renferme ces cristaux me permettra d'acquérir une puissance incroyable… Je dois te remercier de m’avoir permis d’accomplir mon projet à bien, Julian. Toutes ces années passées à tes côtés furent un véritable bonheur au quotidien.
- Tss…
- Ne te méprends pas : je t’ai toujours apprécié malgré tout. Mais tu n’étais qu’un pion dans mon plan, à défaut d’être un ami. »

Julian gesticula les jambes, tenta de se défaire de l’emprise de ce pic de cristal malgré la douleur qui le prenait violemment au torse. Il s’était fait manipulé durant toutes ces années et avait agi selon la volonté d’un autre pendant tout ce temps, croyant dur comme fer qu’il agissait de son propre chef. Pourquoi n’avait-il rien vu venir ? Pourquoi s’était-il laissé faire ? Peut-être que Phi avait profité de sa faiblesse d’esprit ? Ou bien Julian s’était plu dans les projets du jeune homme… Tout était possible, mais la réponse ne lui sera jamais donnée : pas aujourd’hui, pas un autre jour. Jamais.

Voyant que Julian tentait de se libérer, Phi eut pitié de lui et abaissa son bras gauche, faisant disparaître le pic de cristal. Julian retomba lourdement au sol – n’ayant pas vu le coup venir – et se tint le torse pour colmater la plaie du mieux qu’il pouvait. Il savait qu’il vivait là ses derniers instants et pourtant, il ressentait une once de regret en repensant à tout ce qu’il avait vécu. Cette soif de pouvoir qui l’avait si longtemps animé n’était en réalité pas la sienne, et tous ces meurtres qu’il avait commis ne provenaient pas de sa volonté propre. Regrettait-il la mort de son père ? Il n’en savait rien, ses sentiments étant encore chamboulés. Toujours était-il qu’il ne ressentait plus cette passion dévorante pour le gain du pouvoir. Il se sentait comme libéré d’un poids énorme qui pesait sur sa poitrine. Ce calvaire venait de prendre fin.


« - A quoi tu penses ?
- … Rien de particulier.
- Allons… Tu dois bien avoir des questions, non ? Tu es en train de passer en revue ta vie sous un œil nouveau, c’est cela ?
- Peut-être bien.
- Et que vois-tu ? Un sourire mesquin apparut sur son visage.
- Je vois… Je te vois. Dès que je me regarde, c’est toi que je perçois. Dans mes gestes, dans ma voix, dans mon regard… il n’y a que toi.
- Tu réalises à présent, n’est-ce pas ?
- Oui… Merci. Le sourire de Phi s’effaça.
- Mmh ?
- Merci de m’avoir libéré de ton emprise avant de prendre ma vie. Grâce à toi, j’ai pu être moi l’espace de quelques instants… C’est peu, mais suffisant pour me redonner espoir…
- Quel espoir ? Ta vie ne vaut rien, tout comme celle de ces Hémériens !
- C’est là que tu te trompes. Tu auras beau nous duper, obscurcir notre jugement, tu ne parviendras jamais à répandre tes Ténèbres sur ce monde… Car au fond de chacun d’entre nous réside toujours une faible lumière. Et c’est cela, mon espoir ! »

D’un geste vif – bien que vain –, Julian se saisit de sa rapière et la baigna d’une lumière dense et éclatante. Alors qu’il s’apprêtait à porter un coup d’estoc sur son adversaire, la luminosité de sa lame embrasa tout ce qui l’entourait. La noirceur qu’il percevait tout à l’heure lorsque ses yeux étaient clos fut maintenant remplacée par un blanc aveuglant. Il ne voyait plus Phi, il ne voyait plus le monde de cristal, il ne se voyait plus lui-même. Ses sens se dissipaient peu à peu, la douleur dans sa poitrine s’était envolée, il ne sentait plus la garde de sa rapière dans sa main… Plus aucune odeur, plus aucun son. Le néant reprenait lentement sa place qui lui revenait de droit. Le dernier geste de Julian avait-il atteint sa cible ? Il ne le saura malheureusement jamais. Mais il pouvait partir en paix, satisfait d’avoir pu absoudre ses crimes en se rachetant dans un ultime effort auprès de l’humanité…

────────── ♦ ──────────

La fumée se dissipa totalement. Les yeux écarquillés, Julian ne savait pas comment réagir à ce qu’il venait de voir à l’instant-même. Qu’est-ce que tout cela voulait dire ? Cette voix qui habitait sa tête, était-ce ce jeune homme qu’il venait d’apercevoir ? Etait-il à l’origine de ses motivations de pouvoir ? Comment avait-il pris possession de son esprit et qu’allait-il faire des huit cristaux ? Tant de questions se bousculaient dans sa tête et pour la première fois de sa vie, la peur pouvait se lire dans son regard. La peur de l’inconnu, la peur de lui-même. Tournant la tête vers le détective, il voulut ouvrir la bouche mais aucun son n’en sortit. Alexandre ne tarderait pas à conclure son épreuve et Julian redeviendrait à nouveau prisonnier d’une âme qui n’était pas sienne. Cette lueur dans son regard, c’était le vrai Julian qui sommeillait tout au fond de cette marionnette, l’enfant qui n’avait jamais pu grandir après cette chute dans le puits, le fils d’un noble couturier qui ne connaîtra jamais la vie qu’il avait prévu pour lui. Comme endormi pendant toutes ces années, il parvenait difficilement à se rappeler de tout ce que son autre lui avait fait. Mais le peu dont il se souvenait lui donner envie de vomir.

« Aidez-m… »

Soudain, un violent cri retentit dans sa tête. Posant un genou au sol, puis l’autre, tout en se tenant la tête de ses deux mains, son visage se crispa de douleur tandis qu’aucun autre son ne pouvait lui parvenir. Le blanc de la salle ne l’aidait pas vraiment à se sentir mieux, accentuant encore plus cette atroce migraine. Non, c’était pire que cela. Il avait la sensation qu’une scie tournait juste à côté de ses oreilles. Il n’en pouvait plus de ce son… Agenouillé au sol, il posa son front sur le marbre blanc et froid en implorant que tout cela s’arrête. Les yeux fermés, un visage se matérialisa dans son esprit, celui de ce jeune homme qu’il venait de voir dans ce miroir. Ce regard diabolique ne le quitta pas un seul instant et, alors que le son aigu continuait de lui percer les tympans, le vrai Julian commença peu à peu à se rendormir, oublié dans les limbes de son propre esprit…

Le silence.

Quelques mèches de cheveux tombaient devant le visage du noble à mesure qu’il se relevait. Son regard étonnamment serein contrastait avec celui qui l’avait défiguré un peu plus tôt. Il passa une main dans sa chevelure dorée pour remettre en place ces mèches désordonnées, et ses yeux se posèrent sur la chimère Alexandre, imposante créature au milieu de cette salle d’une blancheur incroyable. Le noble agissait comme si de rien n’était, comme si aucun appel à l’aide n’était sorti de sa bouche, comme si aucun bruit strident n’avait retentit dans son esprit. Il était vide d’émotions, comme une machine que l’on venait de redémarrer, débarrassé des données qui surchargeaient son système. Il n’était plus que la marionnette d’un monstre assoiffé de pouvoir, le Julian que Ringu avait toujours connu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frost
Modo Givré

Modo Givré

avatar
Niveau : 17
HP : 17/13
MP : 17/13

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Sam 19 Nov - 11:33



Le blond semblait avoir beaucoup plus souffert de sa vision qu'il n'y paraissait. Il était dur de voir sa mort, car cela rappelait la vacuité de sa vie mais aussi qu'on ne pouvait y échapper. Alexandre avait su voir des morts bien ridicules mais celles-ci étaient un peu plus inquiétante. Mais à vrai dire, l'avenir et le destin du monde, aussi funeste qu'il puisse l'être, n'intéressait pas Alexandre. Il ne connaissait pas le soucis, il était une Chimère, sans quelconque réelle émotion.


- Aussi funestes que soient les visions que vous ayez vu, elles ne sont qu'une possibilité parmi une infime autre. La mort sera-t-elle l'achèvement de votre vie ou son accomplissement ? Vous seul et vos choix le décideront. Mon épreuve est passée, recevez donc ceci

Les miroirs laissent donc place à deux orbes du blanc le plus pur, chacun arrivant dans une main libre des deux hommes.  

-Dans le monde aux milles péchés, le cristal y a trouvé refuge.   (Modifié par SuperModoEnCarton Cronos, car oubli de sa part !)

Bien sûr, l'énigme était susceptible de changer si le cristal associée changeait de place (ici).

- Faites en bon usage, et n'oubliez pas que plus la lumière est forte, plus la zone d'ombre et de ténèbres associée peut être importante. Je vous laisse donc prendre congé à moins que vous ayez une autre requête, humains...

____________________

Epreuve d'Alexandre : 

Vous avez réussi l'épreuve et obtenue l'orbe de Lumière. Alexandre reste à votre disposition pour toute éventuelle question. Si vous décidez prendre congé de lui, mentionnez le précisément. Je me garde le droit d'intervenir si j'en sens le besoin ou si vous m'en faites part, dans votre plan machiavélique.

Ordre : Ringu - Julian - (Alexandre)


Ringu et Julian obtiennent l'orbe de Lumière


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ringu Ju-On
Démon Abyssal

Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 30/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Dim 20 Nov - 13:25

Ringu regardait fixement Alexandre. Il attendait la fin de l'épreuve. Son esprit était embrumé par certaines questions. Des doutes, des incertitudes, c'est cela que lui provoquait la vue de sa mort. Il était attristé et confus. Comment en être autrement? 
Puis, son attention fut attirée vers Julian. 


Le noble semblait triste. Quand leur regard se croisa, il n'y vit qu'une terreur subite et violente. Un cri de détresse. Il voulut faire un pas en direction de son compagnon de route, mais il se retînt en le voyant s'écrouler au sol. Ce dernier semblait mal en point.

" Que lui as-tu montré Alexandre? "


Son regard portait sur l'énorme monstre mécanique. Sourcils froncés, il montrait clairement une forme d'inquiétude. Oui, à l'instant, il venait de s'en faire pour le blondinet. Mais après tant de temps à vivre un quotidien, tant d'émotions fortes suite à l'épreuve, il lui était naturel d'agir ainsi. 
Il voulut se baisser pour aider l'homme à se relever, mais ce dernier le fit de lui-même, n'arborant qu'un visage parfaitement neutre. Il avait peut-être même un léger sourire. Est-ce que la vue de sa propre mort avait fracturé l'esprit de Julian? 
L'instinct du détective s'était éveillé. Ce comportement n'était pas normal. Apparemment, ses cicatrices étaient encore présentes. Il souffrait. La mort de son père, il n'en avait pas parlé. Il s'était contenté d'éviter le sujet. Il n'avait pas non plus évoqué sa mère. Ni sa ville natale après tout. Mais fuir n'est pas toujours une solution. Parfois, même si c'est difficile, il faut se relever et affronter son passé pour avancer et repartir sur de bonnes bases. La vue de sa mort avait surement fait resurgir bien plus que ça. Peut-être même des craintes inavouables. Et si cela avait affecté sa psyché, alors peut-être avait-il simplement séparé sa personnalité en deux? C'était du moins une hypothèse imaginée par notre protagoniste, bien que les soucis psychologiques n'étaient pas son domaine de prédilection. 
Elle s'appuyait sur les nombreux actes de ce Julian. Il se comportait comme un gentleman, un noble, quand la situation l'imposait, mais en aucun cas quand le pouvoir était en jeu. Mais ce n'était pas qu'un simple arrivisme. Pas après le passage à Tréno.


La chimère sortit l'ancien cobaye de ses interrogations. Ce n'était qu'une possibilité? Un chemin? Peut-être... Mais elle avait peut-être détruis ce chemin en leur montrant cette simple vision. Et peut-être brisé plus encore. 


Les miroirs se changèrent en orbes. Les orbes de la lumière donc. Ringu jeta un rapide coup d’œil à l'énigme puis rangea la sphère. Il aurait tout le temps d'y penser plus tard. Il avait des questions. Il était pressé, aussi ne passerait-il pas par quatre chemins.


" La plupart des chimères voyagent. Ce n'est pas votre cas. Etes-vous ici pour une raison particulière? Comme par exemple, parce que vous souhaitez rester auprès de la reine Grenat? Ou de son collier? "


Il s'arrêta une seconde, regarda derrière lui, puis Julian. Le temps leur était compté. Qui sait ce que Veranissa pouvait bien préparer? Elle était restée seule avec Grenat et une éventuelle garde. Elle aurait très bien pu égorger la reine si elle en avait l'occasion. Cela serait surement la pire chose qui puisse survenir. 


" Ramuh nous a avoué que les cristaux accordaient un vœu, mais que cela nous permettrait de rencontrer quelqu'un ayant besoin d'aide. De qui parlons-nous? Je pense que nous sommes en droit de savoir où cette quête va nous mener. Apportez-nous vos lumières. "


Il considéra son PHS, regardant l'heure défiler, puis commença à mettre son corps de trois quart, prêt à partir aussi vite que possible dès que la chimère aurait parlé. Espérons qu'elle se montre efficace dans son discours...

__________________________________________________


Modération:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Quinn
Noble taciturne

Noble taciturne

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 35/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Jeu 1 Déc - 22:37

Spoiler:
 

Le visage neutre, Julian observait le miroir devant lui, dont la fumée à l’intérieur n’avait de cesse de tournoyer. Il n’avait aucun souvenir de ce qu’il venait de voir dans le reflet de son avenir, ni de ce qu’il s’était passé juste ensuite. Rien. Agissant le plus naturellement possible, il passa une main dans sa chevelure dorée avant de regarder l’imposante chimère, attendant la suite de l’épreuve qui logiquement devait lui présenter son avenir. Mais puisqu’il ignorait qu’il l’avait déjà vu, il fut quelque peu surpris lorsqu’Alexandre s’adressa à eux tout en mettant fin à l’épreuve. Il parlait de mort et de destin funeste, mais Julian ne se souvenait pas d’avoir vu cela dans son miroir. Son visage se durcit quelques instants avant de jeter un rapide coup d’œil à Ringu. Avait-il vu quelque chose de son côté ? Avait-il perçu la vision de sa mort ? Il garda cette interrogation dans un coin de sa tête.

Les deux miroirs se transformèrent en deux orbes de lumière, où une énigme était inscrite à l’intérieur, lisible par quiconque l’avait en sa possession. Elle faisait mention d’un monde aux mille péchés, mais Julian n’avait aucune idée duquel il pouvait bien s’agir. Il en parlerait avec le détective un peu plus tard. Pour l’heure, il se contenta de ranger le précieux objet dans sa petite besace cachée sous sa cape. Vint alors le temps des questions. Alexandre était sur le point de disparaître aussi subitement qu’il était apparu, mais offrait la possibilité à ses deux visiteurs de lui poser quelques questions auparavant. Ringu débuta en mentionnant son attachement pour la Reine Grenat. Le noble se mordit légèrement la lèvre inférieure : comment la chimère allait-elle réagir face à une telle question ? S’en offusquerait-elle ? Difficile à dire, les Chimères ne réagissant pas tout à fait comme les Hommes. Puis le détective mentionna Ramuh et les propos que celui-ci nous avait tenus. Ringu demandait des explications. Non, il les exigeait poliment.

Julian réfléchissait à son tour à la question qu’il pourrait bien poser à Alexandre mais le détective avait déjà fait tout le travail en mentionnant la Reine Grenat, et l’attachement possible de la chimère pour elle. Néanmoins, il était venu ici pour confronter la Reine sur la relation qu’elle entretenait avec Alexandre, et pour savoir si elle en savait plus qu’elle ne le prétendait. C’était du moins ce que Julian avait prétendu vouloir savoir auprès de Ringu. Ce n’était bien sûr qu’un mensonge… En réalité, le noble se fichait éperdument de ce que Grenat pouvait bien savoir ou non. Mais il était nécessaire qu’il aille au bout de sa mascarade pour… et bien disons, pour sauver les meubles. Car Ringu n’était pas dupe, il devait certainement sentir que Julian mentait sur ses réelles motivations. Et même si le blondinet commençait à se moquer de ce que le détective pouvait bien penser, il ne souhaitait pas pour autant lui révéler la vérité de but en blanc. Non, ce serait légèrement humiliant et il passerait pour un idiot.

« Voyez-vous, Alexandre… Je m’inquiète pour l’avenir d’Héra. Par le passé, la folie de la Reine Branet avait meurtri ce monde, et je ne souhaiterai pas que cela se reproduise… Si Sa Majesté Grenat cache des choses sur l’existence des Chimères, je pense que le peuple est en droit de le savoir. Avoir confiance en celui qui gouverne est essentiel, et j’ai bien peur que le doute s’installe dans le cœur de ses sujets… »

Julian s’exprimait en prenant un air timide, comme s’il ne voulait pas importuner la chimère. Après tout, il était en train d’avouer qu’il n’avait pas vraiment confiance en Grenat, mais il essayait tout de même de montrer à Alexandre que s’il posait la question, c’était parce qu’il s’inquiétait pour son royaume, rien de plus. Il n’essayait pas de se faire passer pour l’inquisiteur de la Reine, loin de là. Quoiqu’il en soit, cette intervention n’était pas grand-chose mais il souhaitait prendre part activement à l’échange. Après tout, cela rendrait sûrement les choses plus faciles si un représentant d’Héra prenait la parole, car cela renforçait les propos tenus au cours de cette discussion.

La fin de cette entrevue était proche et le moment de quitter cette salle d’une pureté étonnante allait bientôt approcher. Qu’en était-il de Veranissa de l’autre côté de la porte ? S’en était-elle prise à la Reine ? Pourtant, Alexandre ne semblait pas inquiet… Si un quelconque lien l’unissait à l’Invokeur, celui-ci ne lui indiquait rien d’inquiétant pour le moment. A moins qu’Alexandre ne soit aucunement lié à Grenat et qu’il n’ait aucune idée de ce qu’il pouvait bien se passer dans l’autre pièce… Tout était possible, mais seul le temps donnerait une réponse convenable au noble qui, pour le moment, n’avait d’autre choix que d’attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frost
Modo Givré

Modo Givré

avatar
Niveau : 17
HP : 17/13
MP : 17/13

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Ven 2 Déc - 11:43



On ne ressortait jamais vraiment indemne d'une confrontation avec Odin physiquement mais avec Alexandre, c'était un peu la même chose d'un point de vue mentale. Les épreuves des différentes chimères étaient réellement complémentaires à première vue. Mais comme souvent, la fin d'une épreuve rimait avec l'heure des questions réponses. Alexandre ne dévoilerait pas ce que les aventuriers avaient vu respectivement et son mutisme en disait long sur cette règle. Mais à la question sur Grenat, il répondait alors de son ton neutre et majestueux


- Je suis Alexandre du château d'Alexandrie, j'ai toujours été amené à rester dans ce lieu en tant que gardien. Je suis loyauté et fidélité et la princesse est la dernière personne à avoir mériter de m'appeler. C'est pourquoi, oui, tant qu'elle sera au château, je lui serais en partie dévoué. Mais son règne et ses faits et gestes ne sont pas de mon ressort.

La réponse avait le mérite d'être clair et pourtant, que cela engendrerait si la princesse était en situation de danger, cela restait empreint de mystère. Les chimères se gardent bien d'influencer sur les affaires des être vivants de cette planète, surtout depuis qu'elles ne peuvent plus être invoqués en l'état. Le sujet changea donc pour arriver aux paroles que la chimère de foudre leur avait prononcées.

" Vous vous êtes fourvoyés. Ramuh ne vous a pas parlé d'une personne nécessitant de l'aide. Ils mentionnaient des forces qui nous ont missionnés dans la tâche de protéger les cristaux. Seule l'Humanité nécessite une aide car elle est la seule à ne pas avoir son destin totalement entre ses mains... Peut être est-ce vous surtout qui avez besoin d'aide, vous ne croyez pas ?"




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ringu Ju-On
Démon Abyssal

Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 30/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Ven 2 Déc - 17:30

Le temps semblait comme suspendu dans cette blancheur sans fin. Les limites de la salle se fondaient dans l'espace et même les yeux les plus affûtés auraient le plus grand mal à discerner le fond d'une telle pièce. L'épreuve avait-elle duré une minute? Une heure? Un jour? Tout repère semblait vain et seul les PHS du duo pourraient éventuellement les renseigner sur l'heure. Hors, quand on savait le danger qui planait sur la reine, chaque instant devenait une éternité. L'occasion de laver leur image était trop belle pour ne pas la saisir!


De son côté, Julian n'eut pas le même comportement que Ringu. Il se contenta de justifier les interrogations du détective au sujet de la relation entre le colosse de fer et Grenat di Alexandros. Allait-il mieux? C'est ce que se demandait l'ancien cobaye. Il ne semblait plus aucunement perturbé par l'épreuve en tous cas. Il semblait concentré sur son objectif de toujours, celui qu'il avait avoué au détective il y a longtemps déjà. Ce changement de comportement était étonnant... Et peut-être un peu effrayant. Il n'était pas sûr que son esprit soit totalement sain après une telle épreuve, il n'avait peut-être plus toute sa raison aussi...


Mais tout allait bientôt être réglé. En effet, les yeux de Ringu s'illuminèrent et un sourire carnassier fissura son visage encore sombre. Il avait avoué. La grande chimère Alexandre venait d'avouer la terrible vérité. Une divulgation lourde en conséquences. Tout d'abord, beaucoup d'autres personnes devaient avoir, par curiosité peut-être, questionné le géant sur cet état de fait. Néanmoins, s'il ne s'agissait jusqu'à présent que d'une rumeur, Ringu ne tarderait pas à dévoiler au monde la réalité. Loyauté et Fidélité? Hahaha! ... HAHAHAHAHA! Quelle blague! Il venait de poignarder sa protégée dans le dos! 
Plus important encore, Julian avait une preuve irréfutable maintenant. Il avait une parole quasi-divine du lien entre la reine et "sa" chimère. Il n'incombait qu'à lui, à présent, de savoir en tirer le plus grand profit. Certes, il ne semblait nullement attiré par le trône, mais s'il faisait couler la calife de ses propres mains, pourquoi ne pas prendre sa place? Ringu l'aiderait avec le plus grand plaisir dans cette noble tache, car cela lui procurerait un allié avec un poids politique énorme!


De plus, il se disait en son fort intérieur que cela mettrait un terme à la quête de son allié. Cela lui ferait du bien de penser à autre chose et de ne plus ressasser les événements de Tréno. Il ne savait pas bien sûr que le noble n'avait que faire de ses bonnes intentions, le problème étant qu'il n'était qu'un pantin, mais au moins, Ringu pensait bien agir. De plus, cela l'éloignerait probablement de Strainshield et de sa dangereuse proposition...


Alexandre répondit également à la seconde interrogation, apportant ses lumières sur un point. Ses lumières... C'était peut-être vite dit, mais cela en révélait beaucoup sur lui et les autres chimères. D'un, il parlait de forces les ayant missionnés pour garder les cristaux. Des forces? De quoi parlait-il? Pas quelque chose d'humain, mais alors quoi? Quelque chose de divin? Cela rappela à notre protagoniste la vue de sa propre mort et cela lui fit perdre son sourire. Son visage s'obscurcit alors qu'il toisait toujours la créature. Il disait que l'Humanité avait besoin d'aide n'est-ce pas? Tch... Il ne comprenait rien. Mais après tout, ce n'était qu'un géant incapable de voir plus loin que son monde de blancheur!


" Non. Nos mondes ont connu le chaos, mais ils se sont tous relevés. C'est depuis la formation d'Héméra que nos problèmes sont revenus nous hanter. Nous n'avions pas besoin d'aide, et aujourd'hui encore, nous évoluons pour réparer votre stupide fantaisie. "


Il faisait référence à la formation d'Héméra bien sûr. Sephiroth avait été vaincu et le Météore stoppé. Le monde était dans un triste état, mais au moins ne pouvait-il que renaître de ses cendres. Même la terrible Shinra n'était plus. Il n'y avait plus que l'Humanité et la Planète réconciliés. Hors, ce n'était plus le cas grâce à ces cristaux, ces chimères, ces épreuves. L'Humanité avait besoin d'aide? Elle en a besoin aujourd'hui, mais pour une seule chose : se débarrasser des entités qui l’enchaînent. 
Un peu d'hypocrisie? Surement. L'homme aux yeux de sang désirait aussi les cristaux pour créer un monde parfait pour sa fille. Il choisissait la voie de la facilité plutôt que de changer son propre monde de ses propres mains. La grande différence avec ce monstre, c'est qu'il en avait conscience. La vision de son futur? Il allait peut-être l'accepter à bras ouverts... Surtout si cela permettait à toutes les chimères de disparaître. Elles, "leurs forces" et tout ce qui leur est lié. 


" Julian, hâtons-nous. Cette épreuve nous a pris trop de temps. Sauvons votre reine si vous désirez toujours justice. "


Il rangea son orbe de la Lumière et s'enquit de presser le pas vers la sortie. Il n'avait plus rien à faire ici. 

***************************************************
Ringu sort de la salle.
***************************************************


Quand Ringu sortit de l'antre de la chimère, l'ambiance dans la salle était clairement différente. Il était dans ce couloir, non loin des quartiers de Grenat, et il perçut un bruit de métal. Il tourna la tête vers la salle du trône, mais de par sa position, il ne distinguait pas trop ce qu'il se passait. Il y avait des personnes en armure dans la salle qui semblaient se... Se battre? 


Un regard en arrière pour vérifier que le blondinet était sorti et, déjà, il s'élançait vers la grande salle aux belles tapisseries tachées de rouge. Des murs entaillés, des piliers endommagés, un tapis déchiré... Et dans ce décor nouveau, un balai d'armes dansant frénétiquement les unes contre les autres. 
L'instinct parla de lui même. Un œil vers le trône, un œil vers la sortie, analyse rapide des informations et, surtout, le constat le plus élémentaire : ils n'avaient plus leurs armes. Au fond, la reine était debout, les mains dans le dos. Sous sa gorge, on voyait aisément une lame. Un agresseur? Qui ça? Claymia évidement. Elle tenait d'une main les poignets de la demoiselle et la menaçait avec son arme de l'autre. De plus, dans une telle configuration, il était impossible d'attaquer à distance sans toucher la dirigeante de ce pays. Bien sûr, Grenat était certainement habile pour se sortir de ce genre de situation, mais peut-être que la présence des hommes devant le trône l'en dissuadait?


" Brutos! Que faites-vous?! "


Devant l'entrée, avec de nombreuses égratignures prouvant qu'elles avaient lutté, on voyait les deux Amazones qui avaient accompagnées le duo jusqu'à Alexandre. Brandgelina et Béatrice faisaient face à des hommes en armure, les mêmes hommes que l'on trouvait dans le château et qui, visiblement, devaient être du côté de la reine. Pourtant, ils prenaient les armes contre elle. Le problème, c'est qu'ils étaient nombreux et que Veranissa - ou Claymia pour ceux qui reste bloqués sur ce genre de détail - semblait les avoir dans la poche. Cette succube utilisait-elle un sort de manipulation? Vis à vis de sa nature même, une telle chose n'était pas étonnante. Cela expliquait aussi pourquoi seul les femmes semblaient épargnées. De plus, outre la menace sur sa propre vie, Grenat devait avoir peur de blesser ses propres hommes.


Jetant un nouveau regard sur Julian, Ringu s'empressa de se mettre aux côtés des Amazones. Certes, il n'avait pas ses armes, mais il pouvait toujours se battre avec ses propres pouvoirs pour repousser les Brutos et créer une brèche jusqu'à la démone.


" Béatrice, Brandgelina! Nous avons réussi l'épreuve. On vient vous appuyer! "


Il se mit en garde avec ses poings et regarda directement Veranissa. Feignant l'ignorance, il parla à l'attention des femmes en armures.


" Vous savez ce qu'ils leur arrivent? "
- " Aucune idée! Ils sont rentrés dans la salle au moment où cette traînée a pris notre reine en otage! Ils nous gênent! "
- " Je vois. Dans ce cas, créons un passage jusqu'à elle, on avisera ensuite! Matthew, peut-être faudrait-il que l'un de nous aille chercher nos armes ou au moins prévenir les autres gardes du château! "


Il n'avait pas oublié son rôle. Après tout, tout ceci n'était que le début d'une immense comédie. Les trois coups avaient retenti. Les acteurs étaient en place. A présent, que les témoins prennent acte!

_____________________________________________________


Pour Julian-sama, la modé et tous les petits curieux! ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Quinn
Noble taciturne

Noble taciturne

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 35/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Lun 5 Déc - 17:22

La question concernant la présence de la chimère en ces lieux trouva une réponse toute simple : il était lié à ce château. Cela allait plutôt de soi, puisque la ville portait son nom. Mais il ajouta également qu’il était dévoué à la Reine Grenat et cette information était bien plus capitale qu’elle n’y paraissait. S’il niait avoir une quelconque implication dans les faits et gestes de la reine, il affirmait néanmoins lui être en partie loyal et fidèle. Que voulait-il dire par là ? Si Grenat quémandait sa puissance, lui accorderait-il ? Si elle était en danger, lui apporterait-il son aide ? Qu’importe, l’essentiel était là : Alexandre était lié à Grenat, là où aucune autre chimère d’Héméra ne semblait se préoccuper des affaires des Hommes.

Une information comme celle-ci pouvait remettre en doute la parole de la souveraine sur le plan politique : était-elle vraiment digne de confiance ? Certes, c’était elle qui avait annoncé l’existence des chimères sur Héméra et elle ne s’en était jamais cachée. Mais elle n’avait pas eu cette information par un heureux hasard, en posant innocemment une question à la fin d’une épreuve, non. Elle l’avait obtenue par Alexandre qui lui était encore et toujours dévoué ! Bien évidemment, divulguer une information de la sorte causerait du remue-ménage dans la sphère géopolitique internationale, mais Julian n’était pas persuadé que cela suffirait à nuire grandement à Grenat au point de la faire tomber du trône, non… C’était une information capitale, certes, mais qui nécessitait d’être approfondie, enrichie par d’autres éléments. Par exemple, est-ce que d’autres chimères lui étaient aussi fidèles ? Le mystère restait entier et le noble se contenta de la garder précieusement dans un coin de sa mémoire.

Concernant la seconde interrogation de Ringu, Julian se souvenait bien des paroles de Ramuh, lorsqu’ils avaient rencontré la chimère de foudre au Mont Corel. Elle leur avait sous-entendu que les chimères avaient accepté de venir en aide à des personnes, mais que celles-ci n’étaient pas forcément « humaines »… Mais une fois encore, la réponse d’Alexandre se voulut évasive, comme s’il ne désirait pas dévoiler la vérité à deux mortels comme eux. Déception… Qui étaient ces « forces » qui semblaient supérieures – ou au moins égales – aux chimères ? Si Alexandre lui-même ne souhaitait pas en parler, Julian commençait à se demander quelle chimère voudra bien leur en dire un peu plus… Cela risquait d’être difficile d’en apprendre plus sur le sujet, à moins bien sûr de récupérer les huit cristaux.

Quoiqu’il en soit, l’échange entre le détective et le colosse devenait un peu plus intense, du moins du côté de Ringu. En effet, son argumentation se termina par un reproche directement adressé aux chimères et à l’apparition des cristaux. Sans cela – et sans la Fusion des mondes –, l’Humanité serait actuellement en paix, sans quémander de l’aide. Il semblait quelque peu irrité mais lorsqu’il s’adressa directement à Julian, ce dernier ne le releva pas et acquiesça tout bonnement de la tête, avant de lui emboîter le pas.

===============
Julian sort de la salle.
===============


A peine eurent-ils mis les pieds dans le couloir qui menait aux appartements de la Reine que des bruits métalliques attirèrent leur attention. Le vacarme provenait de la salle du trône et Ringu se précipita vers cette direction sans attendre. La situation qui les attendait là-bas était surprenante : la Reine Grenat était prise en otage sous la lame de Veranissa – ou Claymia, si l’on devait l’appeler par son nom d’emprunt –, tandis que les Brutos, corps masculin de l’armée d’Alexandrie, semblait sous l’emprise de cette dernière. Ils tenaient tête aux Amazones qui tentaient de protéger leur souveraine car ces femmes n’étaient pas sujettes à l’envoûtement du succube. Julian n’arborait pas vraiment un visage surpris puisqu’il savait que Veranissa était venue à Alexandrie pour quelque chose. En revanche, il ignorait jusqu’où elle irait pour mener à bien sa mission.

Le problème était que Julian et Ringu étaient venus à Alexandrie sous des pseudonymes, afin justement de ne pas attirer l’attention sur eux vis-à-vis des événements du mois dernier à Tréno. Ils ne pouvaient donc pas vraiment s’adresser à Veranissa comme s’ils la connaissaient, cela compromettrait fortement leur couverture. En revanche, la situation pouvait être profitable pour tomber dans les bonnes grâces de la Reine, et cela ne serait que plus profitable pour Julian qui avait brodé une histoire auprès du détective sur sa « loyauté » envers sa reine. Après tout, ne lui avait-il pas dit qu’il confronterait sa Reine s’il venait à découvrir des choses sur les Chimères ? Des choses qui l’incriminaient ? Même si au fond de lui Julian s’en fichait, il fallait qu’il reste dans la peau de son personnage. Ringu ne croyait peut-être plus à cette supercherie après les nombreux événements qui s’étaient déroulés dans leur voyage – et notamment les plus récents –, mais Julian préférait encore assumer son mensonge jusqu’au bout plutôt que d’avouer avoir menti. Cela serait tellement humiliant…

« Votre Majesté… ! »

Il feignit l’inquiétude en avançant dans la salle du trône. Les Brutos arrêtèrent sa progression et il se positionna aux côtés de Ringu, alors en train d’engager la conversation auprès des deux Amazones présentes ici : Béatrice et Brandgelina. Il s’agissait des deux femmes qui les avaient interrogés à leur arrivée au château. C’étaient aussi elles qui avaient confisqué leurs armes, ce qui rendait la situation un peu plus délicate : comment allaient-ils procéder pour sauver la Reine ? Une fois que la situation leur fut expliquée, Ringu proposa à Julian – ou Matthew, sa fausse identité – que l’un d’entre eux aille récupérer leurs armes. Il est vrai que cela allait être compliqué d’agir sans. Mais le noble prit quelques instants pour réfléchir non pas à cette question mais à la situation en elle-même. S’il voulait se montrer crédible jusqu’au bout, il fallait qu’il s’adresse à Grenat, qu’il la confronte sur ce qu’ils venaient d’apprendre de la bouche d’Alexandre… Il n’aimait pas vraiment l’idée qui venait de lui parcourir l’esprit à cet instant, mais c’était peut-être la seule issue…

« Très bien Lek’Olas, laissez-moi y aller ! »

Il regarda une dernière fois Grenat avant de demander le chemin à Brandgelina. Cette dernière lui indiqua schématiquement où les armes se trouvaient puis Julian prit la route vers sa nouvelle destination. Il fallait qu’il se dépêche s’il ne voulait pas manquer le spectacle.

« Lek’Olas, c’est ça ? Vous savez vous battre ? Désolée de vous mettre dans cette position… Même si les Brutos sont des idiots, ils sont avant tout loyaux envers Sa Majesté, cela ne leur ressemble pas. Tentons de les neutraliser ! »

Sans les tuer, cela allait de soi. L’Amazone sortit son glaive de son petit bouclier et commença à charger vers les Brutos. Elle en prit un pour cible et lui asséna un coup d’estoc. Le soldat recula sous le choc mais chargea à son tour. Son épée vint se fracasser sur le bouclier de Brandgelina, plutôt surprise par la force de son adversaire. Sans doute pensait-elle qu’il aurait retenu un peu ses coups, mais l’envoûtement semblait vraiment l’avoir rendu fou au point de donner tout ce qu’il avait.

« Faites attention, ils n’ont pas l’air de jouer ! »

Elle repoussa son assaillant d’un coup de bouclier avant de le taillader au niveau du flanc, puis recula un peu, de peur d’être prise pour cible par les autres Brutos. En effet, si certains restaient immobiles, d’autres étaient tournés vers eux trois et avançaient très lentement. Finalement, l’un s’élança vers elle et échangea quelques coups d’épées. Les étincelles jaillissaient des fers qui rentraient en contact l’un contre l’autre. Il parvint finalement à lui toucher l’avant-bras, quelques gouttes de sang tombèrent sur le sol. Pourvu que Julian revienne vite, ils avaient besoin d’aide rapidement !

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ringu Ju-On
Démon Abyssal

Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 30/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Lun 5 Déc - 18:35

Spoiler:
 



Le premier acte débuta. 


Julian - dans le rôle de Matthew - fila en coulisses pour chercher les armes. Il lui faudrait du temps, aussi manquerait-il la première scène. Néanmoins, le but était de s'assurer de remporter la victoire, même si cela signifiait réduire plus encore leur faiblesse numérique. Avec un peu de chance, il tombera sur des renforts.


Il restait donc sur scène les deux serviteurs, les sbires, l'ami du héros, le dragon et la princesse. Tch, la situation n'était pas vraiment réjouissante. D'ailleurs, Brandgelina s'excusa par avance de les impliquer dans une telle situation, mais elle n'allait certainement pas cracher sur un peu d'aide. A la question sur ses talents au combat, Ringu ne put réprimer un sourire. Certes, il aurait été plus à l'aise avec ses deux joujoux et son katana, mais ses facultés au combat à mains nues n'étaient pas mauvaises, loin de là!
L'Amazone, voulant surement joindre l'acte à la parole, usa de son arme pour s'en prendre aux Brutos. Malheureusement, leurs ennemis savaient tout aussi bien se battre qu'elles et, à deux contre un, ils réussirent à l'atteindre! 


Dans un élan de solidarité, Béatrice s'élança à son tour. Elle frappa à grands coups d'épées pour dissuader les hommes d'avancer. Mais, poussés par une magie inconnue, ils bravèrent la lame de la demoiselle pour lui flanquer un super double coup qui la repoussa violemment en arrière. Elle heurta un pilier et posa un genou au sol. Elles étaient peut-être fortes, mais en sous nombre. Le sang qui coulait depuis sa lèvre en disant long. 


" Tch! Et vous vous dites loyaux à la Reine! "


Mais ses paroles n'eurent aucun écho...


Quand l'ultime Brutos s'avança vers Ringu, ce dernier se déplaça d'un pas de côté pour esquiver l'épée. Il saisit le poignet de son assaillant dans son élan et effectua un balayage avec son pied. Bien que lent, le fait de ne pas porter d'armure lui conférait un avantage ici. Il pouvait profiter de son corps élancé pour esquiver les attaques! Le pauvre ennemi se retrouva bien vite au sol, s'écrasant sur la tête. Si un être normal aurait surement été sonné, il retourna bien vite la tête vers l'ancien cobaye qui n'eut d'autre choix que de lui donner un coup de pied dans le visage pour le repousser. Mais, déjà, l'homme se relevait et les autres Brutos approchaient. Ils semblaient presque zombifiés... 


De l'autre côté de la scène, un autre groupe de Brutos servait de rempart à Veranissa et la reine. Les deux femmes ne bougeaient presque pas. Seules les lèvres de la succube murmuraient des paroles inaudibles à l'oreille de la demoiselle. Elle semblait essayer de ne pas les écouter, bien qu'elle ne dise mot. Des perles de sueurs pouvaient se voir sur son visage. Que lui arrivait-il? 


Par l'une des fenêtre donnant sur l'extérieur, on pouvait aussi voir une étrange lumière se propager dans le ciel. Une lumière assurément magique. Julian la verrait peut-être à l'extérieur. Il fallait juste espérer que cela ne le retarde pas dans sa course. 


Le détective n'y faisait pas attention lui... Il était bien trop occupé avec ses didascalies d'actions pour réaliser l'étendue de la machination de Strainshield. 

_______________________________________________________________________




Pour Julian-sama, la modé et tous les petits curieux! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Quinn
Noble taciturne

Noble taciturne

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 35/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Jeu 8 Déc - 19:05

Les pas du noble résonnaient dans le couloir du château. Le bruit des épées qui s’entrechoquaient retentissaient au loin et s’éloignaient à mesure que Julian progressait dans sa course. Alors qu’il tentait de se repérer en suivant les indications données par l’Amazone pour retourner à son bureau, Julian ne put s’empêcher de penser que cela était étrange qu’un château aussi important que celui-ci n’ait pas une armée plus importante. C’est vrai, il ne croisa personne sur son chemin, à croire que les Brutos qui se trouvaient ensorcelés dans la salle du trône étaient à leur nombre complet. En réalité, les Amazones étaient certainement le corps de l’armée en plus grand nombre à Alexandrie mais étrangement, aucune ne se trouvait dans cette partie du château, à cet instant présent.

Julian n’en tint pas rigueur et continua sa course pour arriver finalement à l’endroit mentionné par Brandgelina. Il s’agissait du bureau dans lequel ils avaient répondu à quelques questions à leur arrivée. Puisqu’il était tout seul, il en profita pour fouiller un peu l’endroit, en prenant bien soin de ne pas déplacer quoi que ce soit qui pourrait trahir sa présence ici. Il devait faire vite néanmoins, car les Amazones connaissaient les lieux par cœur et savaient le temps qu’il fallait pour aller d’un point A à un point B. S’il mettait trop de temps à revenir, elles se douteraient que quelque chose ne va pas. Il regarda donc dans les tiroirs du bureau mais certains étaient fermés à clefs. Il ne put en ouvrir que deux et, malheureusement, il n’en tira rien d’intéressant. Seul un papier se trouvait sur le bureau, écrit à la main, sans doute une missive. Julian ne put lire que l’objet du courrier : « URGENT : Village de Dali détruit ». Cela attira sa curiosité mais hélas, il n’avait vraiment plus de temps à perdre.

Il ouvrit un petit placard à côté du bureau et y récupéra sa rapière – qu’il plaça au niveau de sa ceinture – et les biens de Ringu. Cela allait grandement leur faciliter le combat, très certainement. Le blondinet sortit donc du bureau de l’Amazone et reprit le chemin inverse en direction de la salle du trône. Sur la route, il aperçut par la fenêtre un changement de couleur étrange dans le ciel. Il s’arrêta un instant pour observer le phénomène mais il ignorait ce dont il s’agissait… Etait-ce un coup de Veranissa encore ? Ou de Varimatras peut-être ? Où était-il, d’ailleurs ? Pas le temps, il reprit sa course et arriva aux côtés de ses coéquipiers.

« - Tenez, Lek’Olas. Il donna les affaires de Ringu au détective en le regardant droit dans les yeux, comme pour l’interroger sans dire un mot. Puis il regarda Brandgelina. Quelle est la situation ?
- Je ne reconnais plus ces Brutos… On dirait qu’ils sont comme envoûtés par quelque chose ! »

Oui, ils ressemblaient à des zombies dans leur manière de se déplacer. Veranissa était derrière tout ça, bien sûr. Mais il fallait continuer de jouer le jeu et de prétendre de ne pas la connaître. Si elle était en mission à Alexandrie, il ne valait mieux pas interférer dans ses projets car cela voulait aussi dire que Strainshield était derrière tout ça…

« - Que se passe-t-il ? On dirait que Sa Majesté ne va pas bien.
- Bon sang, elle ne perd rien pour attendre, celle-là ! »

Bien décidé à percer les rangs que former les Brutos, Brandgelina s’élança à nouveau dans la bataille en prenant pour cible ceux qui s’en était pris à elle tout à l’heure. Cette fois, elle était décidée à ne pas se restreindre dans ses coups et à donner tout ce qu’elle avait. Aussi, grâce à des attaques précises, elle parvint à traverser les défenses des deux soldats de la même manière que sa partenaire tout à l’heure. Mais il en fallait plus pour arrêter les soldats, aussi profitèrent-ils de ce moment pour riposter à leur tour et taillader de part et d’autres Brandgelina, qui revint aux côtés de Julian, l’air inquiète.

« Ils semblent insensibles à la douleur… ! »

C’était compromettant, en effet, mais cela n’allait pas arrêter Julian qui s’apprêtait à réaliser une attaque de groupe. C’était un bon moyen d’accélérer les choses et de prouver à tous qu’il était pressé de sauver sa reine. Après tout, n’était-ce pas là le but principal de cette mission de sauvetage ? Ainsi donc, il saisit sa rapière et la chargea d’une énergie blanche qui illumina la lame toute entière. Puis prenant appui sur sa jambe droite qui était un peu plus avancée que la gauche, il effectua un coup rotatif devant lui pour libérer cette énergie qui vint lacérer les trois Brutos devant lui. Il n’avait pas réussi à atteindre les deux autres à cause de l’angle mais ce n’était pas grave. Brandgelina semblait plutôt étonnée par ce qu’elle venait de voir.

« Et bien, vous m’avez l’air d’être un très bon guerrier, Matthew ! »

Si seulement… Il souffrait encore d’un manque de puissance qu’il comptait bien palier un jour. Mais pour l’heure, il n’avait d’autre choix que de se contenter de ce que son corps pouvait lui permettre.

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ringu Ju-On
Démon Abyssal

Démon Abyssal

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 30/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Jeu 8 Déc - 22:24

Acte un, scène deux : l'arrivée du héros... Enfin, si on pouvait qualifier Julian de héros! Mais bon, le détective ne ferait pas de remarques sur le temps qu'il avait mis à revenir sans trouver de renforts. Il avait fais ce qu'il avait à faire et ce groupe avait à présent une chance. L'ennemi était beaucoup plus nombreux, mais ils avaient leurs armes à présent... Ainsi que le pouvoir des gemmes!


" Merci Matthew. Ca devient critique ici. "


En arrivant, le blondinet regarda intensément Ringu. Ce dernier devina une forme d'interrogation dans son regard. Il sourit machinalement en prenant ses armes. Il ne savait pas ce que le noble avait en tête, mais une chose était sure, ils s'étaient impliqués dans quelque chose qui les dépassait. Qu'importe cependant. Brandgelina briefa rapidement Julian sur la situation. Des Brutos ensorcelés, une reine dans un état peu désirable... D'ailleurs, cela ne manqua pas d'enrager davantage l'autre amazone.


" Majesté! On arrive pour vous aider! On va s'occuper d'eux et vous libérez, vous entendez?! "


Bien sûr, le silence fut sa seule réponse, Grenat ne pouvant ouvrir la bouche sous la menace de l'arme qui la menaçait. A moins que ce ne soit autre chose? 
L'Amazone voulut s'élancer vers elle, mais la vision de son amie repoussée sans ménagement la calma quelque peu. Pourtant, un feu bouillait en elle. Une rage enfouie qui ne demandait qu'à s'éveiller. L'attaque de Julian passa alors entre elle et les Brutos. Elle admira la violence du vent lacérant ces infâmes traîtres. Pourtant, cela réveilla quelque chose en elle. Une sorte de malaise. 
Le noble venait d'être complimenté par son alliée. Pour elle, ce fut comme se prendre une vague en plein visage. Béatrice réalisait sa propre faiblesse, sa propre médiocrité, sa propre incapacité à protéger la reine. Et, bien loin de la décourager, elle sentit cette chaleur qui l'animait s'intensifier. 


Elle s'élança jusqu'aux deux Brutos que l'attaque avait épargnée et leur enseigna la signification de la loyauté à l'aide de sa fidèle épée. Un sourire parcourait son visage, ses yeux grossirent. C'était comme si elle se sentait devenir plus forte encore. Elle allait les écraser! Oui, elle allait tous les écraser jusqu'au dernier!


Pourtant, elle réalisa bien vite son erreur. Les guerriers qu'elle pensait avoir affaibli ignoraient la douleur et s'apprêtaient à lui rendre la monnaie de sa pièce. Un premier coup heurta son bouclier qu'elle avait par chance mis devant elle. Ses dents claquèrent sous la force du choc. A peine eut-elle le temps d'ouvrir les yeux que la seconde attaque venait par le dessus. Elle n'avait pas le temps de lever son bouclier. Serrant les dents avant de recevoir le coup, elle savait qu'elle en mourrait peut-être. Sa rage se décupla et elle voulut crier une ultime fois, mais quand sa bouche s'ouvra, un son étouffé en sortit.


Elle venait de se faire repousser en arrière par un violent coup de pied au ventre de la part de Ringu. La lame du Brutos était dans la main de l'homme qui la maintenait au dessus de lui. Quelques gouttes de sang perlèrent et commencèrent à couler de son gant blanc. 


" Tch... Réfléchis avant d'agir. Si tu meurs, qui protégera la reine? "


Des propos blessants qui, s'ils étaient vrais, enragèrent davantage Béatrice. Mais elle n'eut pas le temps de lui répondre, impressionnée par ce qu'elle observa. La lame traversa la main de Ringu... littéralement. Mais au même moment, la main de l'ancien cobaye s'était changée en eau. Elle se reconstitua une fois la lame ennemie figé dans le sol et l'homme dégaina son katana à une vitesse terrifiante, mettant l'un des Brutos au sol alors que des gouttes glissaient le long de Abisu no satsugai-sha. 


Une chose étonnante arriva alors. L'homme vaincu, comme s'il venait de se réveiller d'un long sommeil après avoir reçu un seau d'eau sur la figure, se releva et regarda les alentours s'il était perdu. 


" Où suis-je?! Où est cette sorcière?! "


Se relevant à l'aide de son épée, titubant, Béatrice le regarda avec des yeux bien durs pour un visage si angélique que le sien. 


" Tu es en train de trahir ta reine. "


Au même moment, un second homme se secoua le visage. Paniqué, il observa les alentours puis prit la parole.


" Cette sorcière nous a manipulée avec ses pouvoirs! C'est cette sphère noire! "


Il regarda son corps et, constatant son état, se contenta de porter sur son dos son autre compagnon revenu à lui. 


" On peut plus se battre dans cet état. On descend chercher des soutiens! Tenez bon jusque là! On va faire le plus vite possible"


Il ne regarda pas en arrière. La vue de sa reine en danger lui ferait surement trop mal. Ringu les laissa passer et l'Amazone en fit de même. Ils étaient de toute manière bien trop accaparé par le combat en cours. 


" Donc ils peuvent reprendre leurs esprits. Essayons de tourner ça à notre avantage. "


Tout le monde avait surement compris la même chose, mais le détective préférait s'en assurer. Une sphère noire permettant de contrôler les hommes? Était-ce aussi simple? De plus, il y avait toujours cette étrange lumière dehors. Cette fois, même Ringu la remarqua, mais il n'avait pas le loisir de s'interroger sur cette dernière. Il reprit un peu de distance par rapport à leurs assaillants et se mit en position de combat. Tout serait si simple s'ils pouvaient se contenter de les abattre... Mais il fallait jouer le jeu jusqu'au bout n'est-ce pas? 

____________________________________________________________



Pour Julian-sama, la modé et tous les petits curieux! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frost
Modo Givré

Modo Givré

avatar
Niveau : 17
HP : 17/13
MP : 17/13

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Sam 24 Déc - 10:35



Qu’importe ce qu’il se passait par ici, le temps semblait s’être figé, seuls vous pouvez encore bouger et tout à coup, un petit mog déguisé dans une tenue de Noël apparaît devant vous avec un grand sac. Il se précipite et met sa patte dedans pour sortir deux objets qu’ils vous offrent et puis …

« Oh mince, j’ai mélangé mes cadeaux, coubo ! Tant pis, vous ne pouvez pas en avoir d’autres, Joyeux Noël, coubo ! »

Et il disparut dans un petit nuage de fumée, alors que le temps reprenait son cours normalement … Mais le bonnet du Mog de Noël tombait sur la tête de Veranissa !

=========================================================

Le Mog de Noël vous offre un cadeau !

Julian reçoit un synthétiseur de pensées (appareil permettant probablement de noter automatiquement ce à quoi on pense)
Ringu reçoit un kit pour faire briller son arme et son armure ! (ne pas boire)

Joyeux Noël !!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Quinn
Noble taciturne

Noble taciturne

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 11
HP : 400/2000
MP : 35/60
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Psaume à la Lumière de la Vérité   Mer 4 Jan - 11:16

La situation était bien trop surnaturelle pour les Brutos comme les Amazones. Jamais dans l’histoire d’Alexandrie ils n’avaient connu une telle chose. De la possession ? Cette forme de magie noire n’avait jamais été exploitée par le passé, et Brandgelina en était plutôt déroutée. Que devait-elle faire ? Tuer ses frères d’armes – même si elle ne les portait pas nécessairement dans son cœur – ou tenter de les sauver ? Elle avait juré de protéger la reine en rentrant dans le corps militaire, et cette priorité passait avant tout. Cela ne lui plaisait pas mais elle n’allait pas avoir le choix… La main crispée sur son glaive, elle s’apprêta à s’élancer vers ses assaillants lorsque soudainement, deux d’entres eux reprirent conscience. La jeune femme lâcha un soupir de soulagement tout en les regardant fuir pour chercher de l’aide. Elle était dorénavant rassurée de voir qu’il n’était pas nécessaire de les tuer mais simplement de les mettre à terre ! C’est sur cette nouvelle qu’elle fut prise d’un élan de détermination et s’élança vers les soldats restants.

Julian l’observait. Il avait été en mesure de voir le regard de cette femme s’emplir d’espoir et de courage, et une drôle de chaleur envahit son cœur. Etait-ce de la compassion ? De la jalousie ? La vitesse de son organe ne cessait de croître en lui et lui donnait l’impression que son corps trahissait ses pensées. Or, il ne parvenait pas à déchiffrer ce que cela voulait dire… C’était comme si ses émotions ne lui étaient pas vraiment accessibles, du moins pas en totalité. Il voulut s’interroger plus longuement sur la chose mais un soldat s’approcha de lui, épée en main. Il ne s’en rendit compte que de justesse et parvint à éviter l’attaque de peu. Grâce à ses talents d’épéiste, il riposta presque aussitôt et planta sa lame dans le corps qui ne ressentait aucune douleur du Brutos. Au même instant, l’un d’entre eux chargea une sombre aura noire dans la lame de son épée.

« Attention ! »

Julian s’élança vers Brandgelina qui n’avait pas remarqué l’attaque de son adversaire. Le Brutos lâcha l’aura qui se propagea dans toute la pièce, attaquant les quatre pauvres guerriers qui tentaient de repousser l’assaut des Brutos. Julian tenait la jeune femme dans ses bras mais les ténèbres étaient parvenues à la toucher aussi. Il sentait une douleur lui prendre le bras et lorsqu’il le regarda, il vit une fumée noire se former autour de lui. D’un geste vif, il secoua son bras et la fumée disparut.

« - Une magie de Ténèbres, hein ? Leur serait-elle prodiguée par cette sphère noire dont parlaient les deux Brutos, plus tôt ?
- Possible… Merci de m’avoir secourue. »

Julian acquiesça du regard tout en l’aidant à se relever, mais le regard de Brandgelina cherchait celui de Béatrice. Lorsqu’elle l’aperçut, elle s’approcha d’elle.

« Béatrice, tu vas bien ? Essaie de ne pas faire de folie, veux-tu ? Notre nombre est déjà réduit face à ces pantins, inutile de le diminuer davantage en cédant à tes pulsions. »

Elle se montrait un peu dure dans ses propos mais le ton de sa voix trahissait son inquiétude quant à la survie de sa collègue et amie. Julian jeta un rapide coup d’œil vers le détective pour voir que ses gants blancs étaient tachetés de rouge. Comment se portait-il ? Il n’eut pas le temps de poser la question que le temps sembla s’arrêter comme par enchantement. Le son de grelots retentit au loin et un mog apparut dans une multitude de flocons de neige. Il ne fallut que quelques instants à Julian pour reconnaître le mog qui était déjà venu les voir l’an passé au Mont Corel. Il semblait vouloir leur apporter des cadeaux encore une fois, sauf que cette fois-ci, il ne retrouvait pas les bons dans son grand sac. Tant pis, il leur donna à Ringu et Julian un cadeau quand même, même si ce n’était pas vraiment adapté pour eux ! Le noble observa le sien : c’était un appareil électronique qui, lorsqu’il s’alluma, nota un texte sur son écran digital : « Qu’est-ce que c’est que ce truc ? ». Le texte semblait se modifier tout seul. « Hein ? ». Julian ne tarda pas à comprendre : l’objet semblait retranscrire les pensées de celui qui le tenait dans ses mains ! Il valait mieux ranger cela au plus vite s’il ne voulait pas que quelqu’un lise ses pensées qui pouvaient le trahir. Quoi qu’il en soit, le mog disparut comme il était venu, sauf que son bonnet vola jusque sur la tête de Claymia !

Récapitulatif du combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Psaume à la Lumière de la Vérité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [extrait de WoW RPG & autres sources] La Lumière.
» 4.0.1 et tangibilité de la Lumière
» Le pouvoir et la lumière sont en toi(Libre)
» [Software] Jeux Bonus d'après BIONICLE 1, le Mask de Lumière. (y compris un test de "Toa" )
» A la recherche de la vérité ! [PV : Trok Zaz']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Héra :: Continent de la Brume :: Alexandrie-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives