Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Elémentaire, mon cher Watson !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Jeu 5 Mai - 10:10

GrenatSource: Princess Garnet Til Alexandros by dagga19

D'une nature confiante et douce, Grenat écoutait avec attention les deux jeunes gens, ignorant qu'ils avaient justement été victime de ce drôle de génome qui avait attaqué bien des personnes importantes sur tout Héméra.

La femme parla la première, mais il flottait dans l'air une sorte d'embarras, malgré tout, la reine n'était pas toujours assez observatrice pour relever ce genre de détails, une pointe de naïveté surement, et elle se contenta d'écouter les demandes des deux jeunes gens. Elle s'approcha lorsque la femme lui montra un drôle d'appareil qu'elle avait  vu plusieurs fois lorsqu'elle avait été sur d'autres mondes, bien qu'elle en ignorait encore l'utilité réelle. Elle n'eut pas de mal à reconnaître le premier enfant, et le nom du second.

Elle sourit, signe qu'elle les connaissait vraiment, sauf que l'homme parla, et ce qu'il dit lui fit froncer les sourcils... là par contre, elle n'était pas idiote, et elle pencha légèrement l'oreille sur le côté, signe qu'elle paraissait entendre qu'on lui murmurait quelque chose à l'oreille qui confirmait ses soupçons.

«Je vois... vos intentions auprès de ces enfants sont mauvaises, n'est-ce pas? Vous les recherchez pour récupérer ce qu'ils ont eu tant de mal à obtenir!» elle se tourna vers les gardes qui s'approchèrent, signe qu'elle se sentait finalement elle-même en danger... dommage, les paroles de la femme auraient pu la convaincre si l'homme n'avait pas précisé leurs intentions réelles, mais là... «je sais très bien quel objet vous convoitez! Et ce n'est pas lui qui les mettra en danger. Toute personne possédant un orbe n'est pas plus en danger que s'il possédait une carte au trésor codée, encore faut-il savoir qu'ils l'ont en leur possession. Ils se sont donnés beaucoup de mal pour avoir cet orbe et je ne vous laisserai pas le leur voler!!»

Les gars se rassemblèrent alors autour d'Alvin et Lily, sachant que leurs armes leur avaient été confisquées avant d'entrer dans la salle du trône, ils n'avaient que peu de chance de s'en sortir. La reine afficha un air déterminé malgré tout
«Je vais plutôt m'arranger pour qu'ils sachent que des gens comme vous les cherchent pour les voler. Soyez rassurés, ils ne risquent rien! Mais vous, vous allez devoir passer un peu de temps dans les cachots le temps que je m'assure qu'ils ne risquent plus rien!» d'autant qu'elle savait où était Clémence, elle avait été vue à Lindblum, et elle savait aussi où était Noah. Mais pour le moment, ces deux là avaient laissé passer leur chance d'obtenir l'orbe de la lumière d'une autre manière, Alexandre n'aime pas du tout les voleurs, il ne les aurait pas trouvé digne ainsi de passer son épreuve!


=======================

Alvin et Lily sont conduits dans les cachots du château! Armes confisquées, ils seront tous les deux dans la même cage suspendue le temps que Grenat sache quoi faire d'eux!



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Jeu 5 Mai - 19:32

Alvin
Bon, et bien, dans un premier temps, ca s’était plutôt bien passé … A la mention des enfants, Grenat avait souri, elle les avait reconnus et semblait, pour l’instant, accorder sa confiance aux deux agents. Mais lorsque Lily – dans le corps d’Alvin – expliqua qu’ils avaient un objet qui pourrait les mettre en danger, Alvin ne manqua pas de relever le fait que Grenat penchait la tête de façon louche. Mais surtout, elle se braqua en les prenant tout de suite pour des voleurs qui en avaient après la vie des deux enfants. En tout cas, Grenat confirma elle-même ce dont Alvin soupçonnait : elle savait qu’ils avaient les Orbes de la Lumière, et donc elle avait un contact avec une Chimère ! Sûrement Alexandre, vu qu’ils avaient appris la veille que c’était la Chimère gardienne d’Alexandrie. Grenat se mit sur la défensive et fit comprendre à ses gardes de les arrêter, mais Alvin protesta.

- Mais attendez !!! Vous nous jugez sans même nous laisser le temps de vous expliquer toute l’histoire !! C’est comme ca que vous traitez toutes les personnes qui se présentent à vous, sans même penser que vous faites peut-être fausse route !? C’est justement parce que … HEY MAIS !

Même pas le temps de finir, les gardes les avaient poussés hors de la salle du trône pour les conduire aux cachots. Alvin et Lily n’avaient déjà plus leurs armes puisque le lieutenant leur avait déjà confisqué par mesure de sécurité, et avec ca, elle aurait la satisfaction de penser qu’elle avait raison de se méfier. De toute manière, Alvin ne broncha plus et ne chercha pas à se rebeller, il se laissait faire en espérant que la souveraine ait la décence de réfléchir à sa décision si hâtive. Elle n’avait même pas laissé le temps aux deux agents de raconter la totalité de l’histoire ! Et sa Chimère !? N’avait-elle pas pu lire en eux !? Ils n’avaient nullement l’envie de faire du mal à ces gosses ! C’est justement pour ca qu’Alvin espérait que Grenat fasse comprendre qu’elle connaissait une Chimère ! Mais peut-être qu’il ne fallait pas exagérer et surestimer le pouvoir des Chimères non plus …

Résultat, les deux compères se retrouvaient en cage, littéralement. Suspendus. S’échapper ne serait pas une mince affaire, et de toute manière, Alvin n’avait pas envie de le faire, ca ne ferait que donner de nouvelles raisons à Grenat de se méfier d’eux. A la place, il pesta un instant et donna même un coup de pied dans la cage pour se défouler … Ce qui fit un bruit sourd qui résonna dans la grande salle, et en prime il se fit mal au pied. Enfin, au pied de Lily. Mais il se calma et se retourna en serrant les dents.

- Maudite souveraine !! Comment veut-elle qu’on s’explique si elle nous jette dans les cachots avant même qu’on puisse ouvrir la bouche pour lui raconter calmement tous les faits ! Bon sang ! Se faire passer pour des truands qui veulent s’en prendre à des gosses, mais pour qui elle nous prend !???

Il soupira, maintenant qu’il avait râlé un coup, il se calma. Il leva les yeux vers sa collègue, toujours un peu perturbé à l’idée de se regarder soi-même, mais elle semblait un peu songeuse. La connaissant, elle allait peut-être culpabiliser ou s’en vouloir de ne pas avoir assuré. Des conneries du genre. Aussi Alvin se rapprocha pour mettre sa main sur son épaule.

- Hey … Ne t’en fais pas hein ? J’imagine que n’importe qui se serait braqué à la place de la reine, et aurait tout de suite pensé à de mauvaises intentions. La seule chose que je trouve injuste, c’est qu’elle ne nous ait pas laissés le temps de nous expliquer. Je suis sûr que si on avait pu lui expliquer tout de suite nos véritables intentions, on ne serait pas ici …

Il leva la tête pour regarder le « toit » de la cage. Qu’est-ce qu’ils pouvaient bien faire ? Et combien de temps allaient-ils rester ici ?

- Cette reine est vachement jeune, elle manque cruellement d’expérience … J’ai peut-être été brutal à la sortie, mais je n’avais pas trop de temps. Mais j’espère lui avoir fait réaliser qu’elle devait nous écouter avant de décider réellement de notre sort.

Il fallait attendre … il n’y avait que ca à faire …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Mer 11 Mai - 14:12

Lily
Je n’aimais vraiment pas ça… Si la situation dans laquelle Alvin et moi étions avait déjà de quoi me perturber, c’était sans compter le fait que je ne savais plus comment tourner mes mots pour expliquer la raison de notre venue à Grenat. Alvin avait ouvert la voie en montrant les photos des deux enfants, ce qui avait fait sourire la reine, mais lorsque j’en vins à mentionner l’objet dangereux qu’ils possédaient, elle se referma tout de suite et nous jugea à la hâte. Nos intentions étaient mauvaises ?

« Non, je… »

Mais je n’eus pas le temps d’essayer de me justifier que des gardes s’approchèrent d’Alvin et moi. Lui, il tenta de se débattre et d’expliquer les choses à Grenat, qu’elle faisait certainement une erreur de jugement. Mais moi, impossible de dire quoi que ce soit… J’avais comme la gorge nouée par les événements si soudains. D’un côté, je ne m’étais pas attendu à ce que tout ceci prenne une telle tournure. En avais-je trop dit ? Ou pas assez, justement ? D’un autre, je me sentais comme blessée par les propos de la reine. « Vos intentions sont mauvaises », « des gens comme vous »… Pour qui nous prenait-elle ? Qu’avions-nous fait de mal, jusqu’à présent, si ce n’est vouloir protéger ces enfants justement ? Elle nous prenait certainement pour des voleurs. Dans le fond, c’était peut-être ce que nous étions… Après tout, nous contions effectivement demander l’orbe à Clémence et Noah. Mais je préférais encore l’alternative de rencontrer la chimère Alexandre et de passer nous-mêmes l’épreuve. Pour le coup, je comprenais pourquoi Grenat avait du mal à nous faire confiance, et certainement que la chimère refuserait de nous aider aussi.

Nous nous retrouvâmes enfermés dans une cage suspendue à plusieurs mètres du sol. Désormais seuls, Alvin proféra quelques injures sous l’énervement, allant même jusqu’à se faire mal au pied en donnant un coup dans la cage. Dans d’autres circonstances, je lui aurais certainement remonté les brettelles pour avoir amoché mon pied, mais j’avais la tête ailleurs. Et il ne manqua pas de le remarquer d’ailleurs. Il se calma un peu et vint poser sa main sur mon épaule – ou l’inverse. Ses mots étaient peut-être banals mais le fait qu’il essaie de me remonter le moral parvenait à me réconforter un peu. Je tournai un peu la tête vers lui mais continuai de fixer le sol.

« Quoi qu’on fasse, les gens nous voient toujours d’un mauvais œil… »

A quoi bon ? Voilà ce qui me traversait l’esprit. Lorsque j’avais intégré la ShinRa pour la première fois, j’avais en tête de venir en aide aux plus démunis, de faire le bien autour de moi et de mettre à profit mes compétences en combat pour protéger les plus faibles. En somme, je voulais faire respecter la justice et venger la mort de mon père en traquant AVALANCHE. Mais aujourd’hui, je ne suis bonne qu’à respecter les ordres qu’on me donne et cette routine m’aveugle toujours un peu plus sur les réelles intentions de la Néo-ShinRa.

« Peut-on vraiment la blâmer ? »

Je m’assis et m’adossai contre la grille de la cage, tandis qu’Alvin regardait autour de lui. Oui, elle était jeune, mais peut-être était-elle moins naïve que moi. Avoir de l’expérience ne faisait pas toujours tout. La preuve, c’est que mon jugement était toujours autant faussé. J’écoutais Alvin parler tout en observant mes mains, sans vraiment prêter attention à ces doigts d’homme en réalité.

« Notre sort est dorénavant entre ses mains… »

Nos voix résonnaient beaucoup dans ce sous-sol, mais il suffisait de se taire pour qu’un silence pesant ne prenne le relai. Difficile de déterminer quand la reine viendrait nous rechercher, d’autant plus qu’elle nous avait dit qu’elle nous laisserait ici le temps de s’assurer que les deux enfants soient en sécurité. Cela pouvait donc durer des jours… En avait-elle seulement le droit ? Je veux dire, avec la fusion d’Héméra, des coalitions ont dû se former entre les différents peuples. A-t-elle donc le droit de nous garder ainsi enfermés vis-à-vis des autorités de Gaïa ? Je passai mes deux mains sur mon front puis dans mes cheveux pour aller les mettre sur ma nuque.

« Fiou… J’ai vraiment besoin de vacances. »

Alvin aussi, je suppose. Bon, l’attente allait être longue, oui…
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Mer 11 Mai - 15:45

EdéaSource: Edea Lee by Zolaida

C'est fou ce que les récents événements ont pu changer l'ambiance générale dans le château. Depuis que ce génome avait fait son apparition un peu partout en échangeant les corps de certaines personnalités d'Héméra, tout le monde était sur les dents! Les brutos, comme les amazones!

Certes, ça c'était bien calmé lorsqu'ils avaient appris que Kuja était bien enfermé dans une prison quelque part dans l'espace - la bonne blague! - mais maintenant, à croire que le monde devenait fou petit à petit. En tout cas, la reine avait du mal à se débarrasser de ses gardes du corps, mais la jeune amazone qui descendait actuellement dans les cachots ne s'en inquiétait pas! Le jour où elle voudrait prendre la poudre d'escampette, la reine Grenat y parviendrait! Elles se connaissaient depuis toutes petites, et même si Édéa n'irait pas dire qu'elles étaient amies puisque leurs rangs respectifs ne le permettaient pas, elles se connaissaient suffisamment pour que ce soit presque le cas.

M'enfin bref... peut être pour ça justement que la Reine avait demandé à Édéa d'aller interroger les deux énergumènes enfermés dans les cachots. Leurs propos ne lui avaient pas plu, c'est sur, mais ils avaient quand même tenté de se défendre, et dans sa grande générosité, elle avait demandé à l'amazone d'obtenir davantage de renseignements sur leurs intentions réelles.

Pour le moment, les deux prisonniers paraissaient calmes, bien qu'un bruit sourd de quelqu'un frappant les barreaux s'était fait entendre juste avant...

«Salut! Édéa Lee, amazone de la Reine. Alors comme ça, on a réussi à mettre la reine en colère? Z'êtes fortiches quand même, c'est pas le genre à mettre des gens en prison d'habitude...» elle tenait une boîte contenant une bonne quantité des célèbres mogarons d'Alexandrie, de toutes les couleurs et donc à tous les parfums, elle avait un peu de sucre au coin de la bouche, signe qu'elle en avait déjà englouti une bonne partie, et elle ne montrait pas vraiment de signe comme quoi elle allait en proposer aux prisonniers! «mais bon, faut croire quand même qu'elle vous accorde le bénéfice du doute. Elle a cru comprendre que vous vouliez vous expliquer quant à l'idée de mettre la main sur le trésor des deux gamins, j'aimerais bien savoir quels sont vos arguments aussi d'ailleurs, car faut vraiment être vache pour prendre quelque chose à des enfants...»

Hop, elle mangea un nouveau mogaron tout en les regardant, une main sur la hanche, l'autre tenant la boîte de gâteaux... bon, elle n'avait pas toute la journée hein?



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Jeu 12 Mai - 21:14

Alvin
Se retrouver enfermés dans une cage … Alvin n’était même pas sûr que la Néo-Shinra interviendrait pour deux agents de leur trempe … C’était triste à dire, mais ils n’étaient pas non plus les personnes les plus importantes aux yeux de l’organisation. Alvin voyait bien que Lily était affectée … Enfin, ca restait étrange de voir qu’elle était affectée tout en usant les traits d’Alvin. Lui, baissa les yeux aux propos de la jeune femme.

- Et encore, ils ne savent pas pour qui nous travaillons. Ils nous jugent nous-deux, en tant que personnes, là …

Et l’idée qu’on les prenne pour deux vulgaires voleurs, Alvin ne pouvait que trop comprendre ce que Lily pouvait ressentir. Aux yeux d’Alvin, la souveraine manquait cruellement d’expérience. Quant à Lily, elle n’était pas sûre qu’ils puissent blâmer tous les deux la reine pour sa réaction. Non certes. A bien y réfléchir, que ce soit Grenat ou un autre dirigeant, qui aurait bien pris leurs propos ? Mais dans tous les cas, ils n’avaient pas pu aller au bout de leurs explications, elle n’avait pas toutes les cartes dans les mains.
Les deux mercenaires n’avaient plus à attendre … Le silence se faisait rapidement pesant, bien que brisé par un commentaire de Lily qui désirait des vacances.

- Je t’assure que lorsqu’on sortira d’ici et qu’on ira au QG, je pose mes congés direct. Je refuse d’enchaîner sur une nouvelle mission si c’est pour subir un traitement similaire.

Oui. Lorsqu’ils sortiront d’ici. Qu’ils les libèrent ou non, Alvin ne comptait pas finir ses jours dans une cage à cause d’une histoire qu’il n’avait pas pu expliquer dans sa totalité. Pour l’heure, il préférait attendre, on ne sait jamais. A quoi bon s’agiter alors que la reine devait être en train de réfléchir à ce qu’il s’était passé dans la salle du trône.
Nouveau long silence, c’était difficile de prendre son mal en patience … Mais un bruit de pas retentit et une jeune femme se présenta à eux. Probablement d’un âge plus proche de Lily que celui d’Alvin. Une Amazone d’Alexandrie qui avait l’air assez dynamique rien qu’à sa façon de parler. Edéa Lee … Un prénom qu’elle partageait avec une sorcière sur Dol dont Alvin avait entendu parler, comme quoi, c’était peut-être un nom répandu ? Ou une simple coïncidence.

Alors Grenat leur laissait quand même le bénéfice du doute ? Mais forcément, elle n’allait pas se déplacer en personne jusqu’aux cachots … Edéa allait donc se charger de les interroger et soutirer des informations pour faire un rapport … Ils avaient intérêt à faire attention à leurs tournures de phrases s’ils ne voulaient pas aggraver leur cas, et pourtant, Alvin ne comptait pas mentir sur ce qu’ils comptaient faire à propos des enfants.

- Au moins, votre souveraine, vous et nous, sommes bien d’accords sur ce point.

Répondit-il lorsqu’Edéa fit remarquer que c’était « vache » de vouloir piquer des biens à des enfants. Alvin avait croisé les bras et restait adossé contre les barreaux. Ce n’était pas très agréable mais au moins il avait un appui sur quelque chose. Enfin, du point de vue d’Edéa, c’était la « femme » qui parlait. Il leva les yeux vers Edéa, l’air confiant et sûr de lui quant à ce qu’il allait dire.

- Votre reine a raison, il a bien des personnes qui souhaitent mettre la main sur le butin de ses enfants. Mon collègue et moi sommes des soldats, nous nous devons d’obéir aux ordres. Vous êtes vous-même un soldat dans les rangs d’Alexandrie, vous savez ce que c’est, n’est-ce pas ?

D’une certaine manière, il venait de confirmer les soupçons de la reine. C’était volontaire pour amener la suite, il espérait que Lily lui ferait confiance là-dessus … et lui, espérait que cette Edéa l’écouterait et les comprendrait jusqu’au bout. De soldat à soldat, ils pouvaient se comprendre non ?

- Mais obéir aux ordres ne fait pas de nous des objets qui exécutent des actions sans réfléchir, nous sommes humains, et avons des principes aussi. J’ai besoin de mon travail pour subvenir à mes besoins mais il est hors de question que je touche à des gosses.

Il disait « je » mais libre à Lily de confirmer aussi, après tout, ils pensaient pareil tous les deux sur ce point. Soupirant, il se gratta l’arrière de la tête … ca faisait bizarre, ce n’était pas ses cheveux mais c’était une habitude de faire ce geste quand un truc le dérangeait.

- Je vais être honnête, j’avais des soupçons vis-à-vis de la présence d’Alexandre dans ce château. Nous savions que ces gamins avaient l’Orbe de la Lumière et qu’ils avaient été aperçus ici. De fil en aiguille, j’ai compris. La reine Grenat a confirmé la présence de la Chimère Alexandre dans ce château. Je vais paraître encore plus vache et déplacé, mais nous espérions pouvoir passer par Alexandre pour obtenir l’Orbe de la Lumière.

Il laissait la suite à Lily, histoire de bien prouver qu’ils partageaient tous les deux le même point de vue. Si l’Orbe de la Lumière était l’objet que la Néo-Shinra convoitait, s’ils l’obtenaient par leurs propres moyens et le ramener au QG, l’organisation n’aurait plus de raison de traquer les gosses, et eux non plus. Certes, l’avis de recherche stipulait de ramener les gamins, mais ce point-là, Alvin s’en moquait et il se fichait bien de se prendre la tête avec ses supérieurs à ce sujet. C’était un soldat, il devait obéir aux ordres, certes, mais aller contre un tel principe que celui de s’en prendre à des enfants, non merci, il préférait passer pour le coup. Tant pis s’il obtient que la moitié de la prime, ou aucune prime du tout d’ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Mar 17 Mai - 16:31

Lily
Pensive, accablée par le remord, j’étais assise dans la cage à regarder le sol au niveau de mes pieds. Alvin ne disait pas plus de mots que moi mais je me doutais bien qu’il devait s’impatienter intérieurement. Malheureusement, cela ne servait à rien de nous indigner davantage. Il fallait que l’on prenne notre mal en patience… C’était bien difficile pourtant. De mon côté, j’avais quinze mille choses qui me trottaient en tête et c’est pourquoi j’avais lâché dans un soupir que j’avais bien besoin de vacances. Alvin semblait être déterminé lui aussi à se retirer un peu de tout ceci le temps de quelques jours. Je me demandai s’il comptait prendre des congés en solitaire ou pas ? Oh, nous aurions tout le temps d’en reparler plus tard. Juste que ce n’était pas le moment maintenant.

Des bruits de pas résonnèrent dans le cachot et instinctivement, je tournai la tête dans leur direction. Lorsqu’elle arriva à notre hauteur, je pris la peine de me relever quand même – pour faire bonne figure, on va dire – et l’écoutai se présenter. Son nom était Edéa et elle était une amazone d’Alexandrie. Visiblement, elle était aussi chargée de nous interroger en place de la Reine Grenat. Bon, avoir un œil extérieur ne pouvait pas être plus mal, après tout. Elle tenait dans une main une boîte de sucreries, ce qui me laissait penser que cette femme avait un sens particulier du devoir. C’était étonnant de voir une de ces amazones prenant autant de liberté dans ses fonctions. Etait-elle une simple soldate ou dirigeait-elle une quelconque faction ? Je penchais plus pour la seconde option, et cela expliquait ce comportement.

Bref, elle nous laissa sous-entendre que Grenat nous accordait le bénéfice du doute mais qu’elle voulait entendre nos arguments sur tout ça. Alvin – dans mon corps – prit en charge le début de l’interrogatoire. Il tenta de jouer la carte du « copain-copain » en pointant du doigt qu’elle était un soldat, tout comme nous, et qu’elle pouvait comprendre le besoin d’obéir à un ordre. Finalement, il parvint à trouver les mots justes pour expliquer que nos convictions pouvaient rentrer en conflit avec ces ordres et qu’il ne voulait pas mettre la main sur des enfants. J’acquiesçai d’un vif hochement de tête à ses propos pour confirmer qu’il en était de même pour moi. Puis, il joua la carte de l’honnêteté et précisa la véritable raison de notre présence à Alexandrie.

« Ce que les personnes pour qui nous travaillons convoitent avant tout, c’est cette orbe. Il m’est inconcevable de lever la main sur un enfant. Je ne pourrais plus me regarder dans un miroir si je le faisais… Je croisai les bras. Rencontrer Alexandre nous permettrait donc de satisfaire tous les partis, oui… en satisfaisant la demande de nos employeurs et en préservant la sûreté de ces enfants. »

Je regardai Alvin, en espérant cette fois que je n’en avais pas trop dit. C’est difficile de paraître honnête lorsqu’on essaie de se défendre, car l’interlocuteur peut penser qu’on en fait trop ou qu’on tente de lui faire gober notre bonne foi. Du coup, c’est vrai que j’hésitais un peu à en rajouter, de peur que cette Edéa pense que j’essayais de lui raconter des mensonges. Honnêtement, j’espérais qu’elle puisse lire sur nos visages qu’on lui racontait la stricte vérité. Ce serait tellement plus facile…

« Ce n’est vraiment pas notre intention de vouloir du mal à ces enfants… En fait, si on pouvait récupérer l’Orbe de Lumière par nos propres moyens, tout serait tellement plus simple… »

J’étais vraiment soucieuse de toute cette histoire, mais je ne me rendais pas compte que cela ne coïncidait pas vraiment avec l’apparence plutôt virile d’Alvin. Toujours est-il que lui se débrouillait plutôt bien dans mon corps, mais aussi dans cet échange. Il ne fallait plus qu’espérer que son discours et le mien aient fait mouche auprès de cette amazone… On ne pouvait pas être plus honnête, pour le coup.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Mar 17 Mai - 20:53

EdéaSource: Edea Lee by Zolaida

Et hop, un autre mogcaron, histoire de voir un peu si ces deux zozios avaient quelque chose d'intéressant à dire. Ce fut la fille qui parla la première, ce qui surprit quelque peu Édéa qui aurait plutôt vu le gars s'imposer... les mecs ont toujours tendance à vouloir l'ouvrir rapidement histoire de montrer qu'ils sont les "mâaales" dominants. Mine de rien, sans le savoir, ces deux là marquaient un bon point... si elle avait su qui était vraiment qui!

Bref... elle prit une profonde inspiration et fronça du nez lorsqu'elle parla de soldat à soldat, là, bizarrement, elle avait davantage l'impression d'entendre un de ces stupides brutos qui ne pense pas plus loin que le bout de son nez!

«Mouais.. être soldat n'empêche pas d'avoir son libre arbitre, chez les amazones du moins. C'est plus le truc des brutos que d'obéir aux ordres sans réfléchir!» bon, on ne dira pas que la Générale Beate a commis quelques atrocités de son côté en obéissant aveuglément à la reine, mais chut! Pour Édéa, c'était une autre histoire, mais elle écouta tout de même ce qu'elle avait encore à dire, rapidement épaulée par le mec qui en rajouta une couche sur le fait qu'ils préféraient passer l'épreuve d'Alexandre et obtenir l'orbe plutôt que le piquer aux enfants..

Sur le coup, elle manqua d'avaler de travers, se mettant à moitié à rire face à ce qu'elle trouvait être une belle connerie!

«Mouarf!! Vous êtes des petits futés vous! Mais j'ai pas l'impression que vous en ayez beaucoup dans le crâne... de braves petits soldats!» elle avala le dernier mogcaron puis posa la boîte, s'essuyant rapidement les mains en les époussetant l'une contre l'autre. Lorsqu'elle eut fini sa bouchée, elle se tourna vers eux en mettant une main sur une hanche «mais dites moi un peu, gros malins.. si ces gosses avaient plus d'un orbe? Et que vous ramenez seulement celui de la lumière à vos chefs? Vous croyez pas qu'ils vont piger que vous avez essayé de les entuber et que vous n'avez pas retrouvé les ptits?»

Elle haussa les sourcils et se pencha légèrement en avant, comme pour mieux les regarder, les fesses en arrière avec un air plutôt moqueur!
«On vous a ptêt dit à vous qu'ils n'en avaient qu'un, mais qui vous dit qu'ils n'en ont pas plusieurs? Vos chefs s'embêtent vraiment à envoyer deux gaillards comme vous juste pour UN orbe et deux pauvres gosses?»

Évidemment, Édéa n'avait pas la moindre idée de si les enfants avaient d'autres orbes ou quoi, mais c'était histoire de voir s'ils avaient bien calculé leur coup quoi! Car là franchement, elle les trouvait un peu cons cons les deux là.. et bizarrement, surtout la fille, elle savait pas pourquoi!

Spoiler:
 



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Dim 22 Mai - 14:49

Alvin
Ca faisait deux minutes que cette blonde était dans la pièce, et Alvin ne la supportait déjà plus. Il n’aimait pas spécialement qu’on le traite ouvertement d’idiot mais bon. Si les rôles avaient été inversés, peut-être qu’Alvin et Lily auraient bien ri aussi de la position d’Edéa dans sa cage. Au fond, il n’était pas sûr de lui en vouloir, et finalement même en jouant sur la carte de l’honnêteté, c’était difficile de la convaincre. Surtout que oui, c’était gonflé d’expliquer qu’ils étaient là surtout pour Alexandre. Alvin tourna la tête vers Lily, se doutant qu’elle allait finir par être désespérée de la situation, mais il se refusait à craquer devant la gamine. Les bras toujours croisés, il accorda toute son attention à Edéa lorsqu’elle commença à faire des hypothèses farfelues sur le fait que les gosses avaient peut-être plusieurs Orbes et que la Néo-Shinra ne l’ait pas indiqué. C’était possible, connaissant les pourris à l’intérieur, mais ce serait tiré par les cheveux également, quelque part.

- C’est possible. Tout comme il est possible que depuis le temps qu’ils sont tous les deux en vadrouille, ils aient peut-être récupéré d’autres Orbes et nos supérieurs l’ignorent. Et même s’ils se montrent aussi farfelus, qu’est-ce que ca peut bien vous faire ?

Alvin parlait d’un ton calme et posé, son regard était braqué sur Edéa. Il ne cherchait pas à la provoquer ou quoi pour l’énerver, il énonçait juste les faits. Et dans les faits, il ne voyait pas pourquoi Edéa s’en « inquiétait » puisque pour la suite, il n’en allait pas de la responsabilité d’Alexandrie, mais de celle de Lily et d’Alvin.

- Il en va de notre responsabilité et non de la vôtre. Et si vous avez raison ? Si vous nous libérez, qu’on obtient l’Orbe de la Lumière, qu’on le ramène à nos boss et qu’on se fait passer un savon, voire renvoyer de notre travail ? Ce n’est pas à vous de vous en soucier. Ca, c’est notre problème.

Il semblait étrangement confiant. N’importe qui dans sa position s’inquiéterait de tas de choses. Cette cage, ce qu’il allait devenir, ce qui pouvait se passer si la Néo-Shinra lui tomberait dessus, etc. Alvin avait toujours été confiant dans ses manœuvres, il s’était toujours sorti des pires situations. Au final, peu importe si Edéa les ferait sortir ou non : il ne resterait pas enfermé éternellement là-dedans. Mais bon. Dans l’idéal, autant y aller par la voie la plus « diplomatique » et pacifique, n’est-ce pas ?

Il préférait taire – vu ce qu’elle avait dit – qu’ils n’étaient sûrement pas les seuls à chercher Clémence et Noah. Eux prenaient des risques en cherchant un autre moyen de satisfaire la Néo-Shinra … et Alvin était prêt à se battre et à se chamailler avec ses supérieurs pour se faire entendre. Mais il y avait d’autres personnes qui, elles, ne s’embêteraient pas avec les principes : elles seront prêtes à faire du mal, même à des enfants, pour toucher la prime. M’enfin. Tant que les téléphones de Lily et Alvin ne sonnaient pas pour signaler que l’avis de recherche était annulé, ca signifiait que personne ne les avait encore ramenés au QG, les gosses.

Alvin tourna les yeux vers Lily, toujours dans son corps. Son petit doigt lui disait qu’ils n’étaient pas sortis de l’auberge avec une Amazone aussi téméraire …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Mer 25 Mai - 12:26

Lily
Plus ça allait, et plus je désespérais de la tournure qu’allait prendre cette discussion… Quoi que nous disions, cette femme semblait déterminée à nous rembarrer, comme si nous étions de vrais criminels… Comment en étions-nous arrivés là ? A bien y réfléchir, tout ça s’était passé si vite que je n’avais pas vraiment eu le temps de réaliser l’ampleur de la situation. Si cet entretien ne se déroulait pas comme cette Edéa le souhaitait, elle pouvait très bien faire le choix de nous laisser moisir ici le temps qu’elle voulait. Quelque part, je détestais ces rapports de force où l’un vante son pouvoir sur l’autre. C’était exactement ce que faisait cette femme dans sa manière de nous parler et, même si j’étais minée par toute la situation, une part de moi-même commençait à bouillir. Mais il fallait que je me contienne : il était hors de question de tout faire foirer par un accès de colère. Ce n’était clairement pas conseillé !

Mais cette soldate faisait vraiment tout pour m’énerver, on dirait. Lorsque je lui avais dit qu’on préférait passer l’épreuve d’Alexandre plutôt que de voler l’orbe aux deux gamins, elle manqua de s’étouffer avec sa pâtisserie et nous rabaissa explicitement. Mon visage légèrement attristé pris un air plus dur à mesure que je contenais la colère qui me montait tout doucement. Non mais pour qui elle se prenait à nous parler comme ça, celle-là ?! Une chance pour elle qu’il y ait une cage entre nous deux, où je lui aurais fait bouffer sa boîte de pâtisseries ! Bon, dommage, elle avait tout mangé… Mais quand même ! Elle souleva un point intéressant néanmoins sur la possibilité que les enfants possèdent plusieurs orbes et que la Néo-ShinRa souhaite en réalité tous les récupérer. Heureusement, Alvin géra plutôt bien la situation en répondant que ce qui nous arriverait si on ne rapporte qu’un seul orbe relèverait de notre entière responsabilité.

Je paraissais bien muette à côté de lui – enfin, de moi-même – mais c’est parce qu’il semblait confiant dans ce qu’il disait. Je ne voulais pas vraiment foirer tout ça comme j’avais pu le faire tout à l’heure avec la Reine Grenat… Je me contentais donc de croiser les bras et d’observer l’amazone dans l’attente d’une quelconque réponse de sa part. Je n’arrivais pas à la cerner, celle-là… Du coup, j’appréhendais pas mal sa réaction et ce qu’elle pourrait dire ou nous reprocher davantage. J’espérais juste qu’elle calme un peu son jeu de supériorité ridicule ou sinon, je ne resterai pas muette bien longtemps !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Jeu 26 Mai - 10:10

EdéaSource: Edea Lee by Zolaida

C'est qu'elle a le sang chaud cette petite! Édéa avait fini ses mogcarons - donc inutile de dire qu'elle risquait d'être d'un peu plus de mauvais poil - et écoutait donc les arguments d'Alvin dans le corps de Lily avec attention. Les bras croisés, tapotant doucement du pied, elle jetait de temps en temps un coup d'œil au mec pour voir s'il comptait dire un truc intelligent ou non. Mais il ne dit rien du tout. Mouarf.

La fille se rebiffait, envoyant plus ou moins Édéa sur les roses, mais elle marquait un point... ça ne la concernait pas. Mais s'ils étaient vraiment prêts à assumer les conséquences de leur "subterfuge" auprès de leur boss, alors il n'y avait plus trop de raison de les empêcher de rencontrer Alexandre.


«Ok, ok... bon, si vous voulez seulement l'orbe de la lumière, je peux vous conduire à la salle du trône. La reine est partie pour Lindblum, mais elle m'a dit que si vous arriviez à me convaincre, je pouvais vous y emmener. Par contre, ce sera pour demain matin, là il se fait tard...» les pauvres avaient passé la journée ici, elle s'approcha d'un levier et l'actionna, la cage se mit à descendre jusqu'à atteindre le sol. Il fallut plusieurs minutes à l'amazone pour les rejoindre via l'escalier, de là, elle sortit une grosse clé en fer, elle ne semblait pas avoir peur d'eux, preuve qu'elle devait être bien plus forte qu'elle n'en avait l'air, et de toute manière, eux n'étaient pas armés.

«Venez par là...» elle ouvrit la cage et les conduisit dans un couloir assez sombre dans un premier temps, elle les laissait passer devant jusqu'à ce qu'ils arrivent devant plusieurs portes, elle leur désigna la première à droite «Entrez là dedans...» ils se retrouvèrent dans une pièce qui pouvait rappeler vaguement une chambre. Deux lits simples, chacun avec une table de nuit et une lampe, mais pas de fenêtre - normal, ils étaient encore en sous-sol - une table, deux chaises, et une autre porte plus loin - «les toilettes sont là bas... pas de salle de bain par contre! Mais c'est que pour cette nuit.» - ils devaient donc comprendre que c'était leur nouvelle cellule, plus confortable tout de même que la cage où ils étaient jusque là «je vous fais porter à manger. Vous verrez Alexandre demain matin à la première heure, donc faites pas les marmottes! Et ensuite, vous dégagez du château vite fait!»

Elle leur fit quand même un petit clin d'œil puis ferma la lourde porte en fer derrière elle, un bruit de clé se fit entendre, puis des bruits de pas. Ils étaient de nouveau seul.

Spoiler:
 



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Ven 27 Mai - 14:51

Alvin
Finalement, Alvin avait réussi à gagner. Il n’était pas sûr qu’Edéa leur fasse confiance pour autant mais elle semblait admettre qu’il avait raison : elle n’avait pas à se soucier de ce qu’il adviendrait d’eux par la suite. Ils étaient juste là pour le travail, ce n’est pas comme s’il s’agissait de criminels qui cherchaient à nuire au royaume d’Alexandrie. Lily n’avait rien ajouté de son côté, et pour le coup, c’était peut-être mieux ainsi. Edéa ramena la cage et l’ouvrit pour faire sortir les deux prisonniers, mais au vu de l’heure, et en l’absence de la reine, ils ne seraient amenés devant Alexandre que le lendemain matin. Pas de quoi discuter les ordres, Alvin, dans le corps de Lily toujours, hocha simplement la tête d’un air entendu. Il ne disait rien mais d’un simple échange de regard avec l’Amazone, elle pourrait peut-être y lire un semblant de reconnaissance au travers ses yeux.

La jeune femme les conduit dans leur nouvelle cellule, plus spacieuse tout de même, mais surtout plus confortable. Bon pas le grand luxe pour autant – en prime la douche était à oublier pour ce soir – mais au moins ils avaient de quoi s’asseoir et s’allonger, cette fois. Edéa les laissa seuls en leur conseillant de ne pas faire les marmottes, mais de toute manière, Alvin doutait bien dormir là-dedans ! Ca puait l’humidité et ca sentait le renfermé.
Edéa était partie, Alvin tendait l’oreille pour s’assurer ne plus entendre ses pas et qu’elle était loin et il se mit à pousser un long soupir avant de se tourner vers Lily.

- Bon. Je peux déjà retirer Alexandrie de ma liste de futures destinations de vacances ! Il jeta un coup d’œil à la porte des toilettes avant de reprendre. - Par contre j’espère que t’as pas la vessie fragile, je refuse d’aller aux toilettes en étant dans ton corps !

La réplique qui visait surtout à détendre un peu l’atmosphère … et à se détendre lui-même quelque part, c’était quand même une situation sous tension dont ils venaient de sortir ! M’enfin. Il alla s’asseoir sur l’un des lits et regarda devant lui.

- Comment tu te sens ? Soulagée qu’on réussisse quand même à obtenir ce qu’on souhaite ?

Il se doutait que oui, mais quelque part, tous les deux auraient préféré que ca se déroule dans d’autres circonstances … et il fallait comme par hasard qu’ils échangent de corps ce jour-là ! Maudit génome !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Mar 7 Juin - 1:53

Lily
J’avais décidé de ne rien dire de plus, premièrement parce qu’Alvin se débrouillait plutôt bien de son côté, et deuxièmement parce que j’avais l’impression que tout ce que je disais nous mettait toujours dans l’embarras ! Cette fois, je refusais de passer un jour de plus dans cette cage et, même si cette Edea me tapait sur le système, je comptais bien me taire et prendre sur moi pour maximiser nos chances de sortir. Visiblement, le discours d’Alvin parvint à convaincre l’Amazone qui décida de nous libérer puisqu’après tout, ce qu’il reviendrait de nous face à nos patrons ne regardait que nous ! Elle n’avait donc plus aucune raison valable de nous empêcher de voir Alexandre…

La cage descendit au sol et après quelques minutes, Edea vint nous libérer. J’avais perdu la notion du temps dans ce cachot si bien que lorsqu’elle nous annonça qu’il allait falloir attendre le lendemain pour rencontrer la Chimère parce qu’il était tard, je tombai des nues. Vraiment ? Le temps était passé si vite que ça ? Remarque, j’avais la tête ailleurs tout le temps de notre captivité, c’était peut-être pour ça que je n’avais pas fait attention. Quoi qu’il en soit, nous pénétrâmes dans une petite chambre de fortune où deux lits simples étaient placés, avec chacun leur table de nuit. Nous avions tout de même le droit à des toilettes, mais pas de douche ! Bon quelque part, je ne comptais utiliser ni l’un ni l’autre tant que j’étais dans le corps d’Alvin ! Vous vous imaginez, moi, devoir vider la vessie d’un homme… Et encore plus d’Alvin ! Ah non non non, c’était hors de question !

Alvin soupira longuement avant de me dire qu’il ne mettrait plus jamais les pieds ici. Moi non plus, tiens ! Et apparemment, on avait pensé à la même chose concernant les toilettes.

« Et moi donc ! »

En disant ça, j’avais l’air outrée dans ma voix. C’était le cas, faut dire ! Une véritable invasion de la vie prisée, ce sort… Vivement qu’il se termine. Alvin alla s’asseoir sur un des lits et me demanda comment j’allais. Oui, au fond, j’étais soulagée que toute la situation soit arrangée…

« J’aurais quand même préféré que ça se passe autrement… Mais le principal, c’est qu’on obtienne ce pourquoi on s’est donné tout ce mal, n’est-ce pas ? »

J’allais m’asseoir en face de lui, sur le lit d’à côté. Mine de rien, c’était agréable d’être sur quelque chose de confortable. J’avais passé quasiment la journée assise sur le sol de la cage et ça n’avait rien de reposant, dirons-nous. J’entendis soudainement des pas se rapprochait de notre cellule – n’ayons pas peur des mots – et quelqu’un tourna la clef dans la serrure. C’était un soldat à en juger par sa tenue, qui nous apportait le repas du soir.

« Bayroyd des Brutos, à votre service. Je vous apporte votre repas. Cet homme n’avait pas l’air à l’aise. Il déposa nos repas sur la petite table de fortune avant de faire le salut militaire. Mmh, bon appétit... »

Et il quitta la pièce. Etrange comme comportement. Bien sûr, j’étais loin de savoir que les Brutos avaient pour habitude d’être ridiculisés par les Amazones, et qu’Edea venait d’ordonner à ce Bayroyd d’apporter notre repas tel le larbin de service. Si j’avais su tout ça, j’aurais de suite compatit avec ce pauvre bonhomme ! Pourquoi se laissaient-ils faire ainsi, ces Brutos ? Qu’importe. En voyant la soupe et le bout de pain qui l’accompagnait, mon ventre cria famine. Je regardai Alvin avant de jeter littéralement sur la nourriture. Ce n’était pas grand-chose mais c’était largement suffisant ! Alors que je mordais dans le bout de pain, je pouvais sentir que mon corps retrouvait un peu de force. C’était sans doute mon imagination mais c’était l’effet que ça me faisait. J’avais tellement faim que je ne pipai mot durant le repas puis, une fois que j’eus finis, je lâchai :

« Bon, c’était pas fameux mais ça fait du bien quand même ! »

Le problème avec la soupe, c’est qu’on allait certainement avoir envie d’aller aux toilettes durant la nuit ! C’était pas bon du tout, ça… Je me levai de table et m’approcha des lits.

« Je propose qu’on ne tarde pas trop à se coucher… J’espère que ce sortilège est temporaire et qu’on se réveillera de ce cauchemar demain matin ! Dans tous les cas, plus vite je serais endormie et plus vite je ne sentirai pas l’envie d’aller aux toilettes. »

Oui, encore cette histoire de toilettes. Mais hey, ça me tracassait vraiment ! Sans attendre l’avis d’Alvin, je commençai à retirer mon manteau puis me glissai avec le reste de mes vêtements sous le drap un peu humide du lit. Ca restait agréable malgré tout de pouvoir s’allonger sur un matelas. J’espérais vraiment que la journée de demain se passerait beaucoup mieux que celle-ci… !

=========
Lily dort.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Dim 12 Juin - 14:18

Spoiler:
 

AlvinCe fut un soulagement que la situation « s’arrange » quelque part … Mais ca aurait été tellement mieux que ca se passe autrement ! Les choses étaient ainsi et dans le fond, Alvin n’était pas sûr d’en vouloir autant que ca à la souveraine d’Alexandrie. C’était les risques du métier aussi, et ce qui faisait un bon mercenaire, c’était de savoir se tirer des pires situations, même lorsqu’elles étaient inattendues. Ils aviseraient ensuite après la rencontre avec Alexandre. Bref, tandis qu’ils discutaient – une discussion certes brève – ils furent interrompus par un Brutos qui venait servir le repas. Un maigre repas certes, mais ils n’avaient rien avalé depuis des lustres ! C’était la sensation qu’avait Alvin du moins.

Dès que le soldat, un peu étrange d’ailleurs, quitta la cellule et s’éloigna, Alvin et Lily échangèrent un bref regard avant qu’ils ne se jettent tous les deux comme des morfales sur le repas ! C’en était presque surprenant qu’avec leur entrain, ils ne foutent pas de la soupe partout dans la prison ! Et chacun soupira de bien-être une fois l’estomac à peu près rempli …

- Fiouuuu tu m’étonnes ! Avec tout ca, je ne me rappelle même pas si on a pris le temps de déjeuner ce matin en plus !

Sur ces mots, Lily, toujours dans le corps d’Alvin, alla se coucher soi-disant que plus vite elle s’endormirait, plus vite elle oublierait que sa vessie – enfin celle d’Alvin – se remplissait de minute en minute. Bonne idée tiens ! Alvin se leva à son tour pour aller s’allonger mais lui garda absolument toutes les affaires de Lily sur lui, il trouvait qu’il faisait un peu froid dans les sous-sols. Bon bah, bonne nuit ?

*^*^*^*^*^*^*^*^*^*^*^*^*^*^*^

Difficile de bien s’endormir après avoir passé une journée infernale et en plus de ne pas savoir si le lendemain, vous serez encore dans le corps de votre collègue féminine ! Mais le sommeil avait finalement eu raison d’Alvin et lorsqu’il rouvrit les yeux, il n’était plus sur le même lit que la veille … Il avait un peu froid à cause de l’humidité et de la faible température des lieux ! Il sentait de nouveaux changements physiques aussi, mais des changements plus familiers … familiers mais perturbants lorsqu’on avait eu tout juste le temps de s’habituer à un autre corps pendant une journée ! Il se redressa et passa sa main derrière sa tête et … oh ? C’était ses cheveux ca ?? Il mit ses mains devant lui, ce n’était plus les petites mains féminines de Lily ! Ah bah la voilà elle justement ! En train de dormir dans le lit d’en face.

Malgré la faible luminosité des lieux, il y avait quand même des torches pour l’éclairage alors Alvin prit son glaive pour se servir de la lame comme miroir et y voir son propre reflet ! Yeeees !! Mais avant de crier de joie, ce fut sa vessie qui le rappela à l’ordre et … oho, oui non, passage aux toilettes express avant !!
Ce ne fut que lorsqu’il eut réglé ses « petits problèmes techniques » qu’il put aller secouer un peu sa camarade, en lui attrapant doucement l’épaule pour l’extirper de son sommeil.

- Lily ? Lily réveille-toi, bonne nouvelle ! Tu n’entends pas cette sublime voix qui te parle ?

Ahem … En fait c’était une manière de lui dire « yo tu comprends pas que je parle avec ma voix normale et que j’ai récupéré mon corps ? ». Attendant qu’elle émerge, il se redressa et croisa les bras avec un sourire amusé : il y avait autre chose sur le lit.

- Ah oui et tu ferais mieux de te dépêcher, tu as de la visite dans ton lit.

Une jolie souris qui lui faisait face. Il éclata de rire, bon certes, ils étaient toujours en cellule mais au moins, la journée commençait bien : ils étaient à nouveau dans leur état normal !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Mar 28 Juin - 11:44

Spoiler:
 

LilyLa nuit fut longue et agitée… En même temps, j’étais anxieuse de me réveiller en étant toujours dans le corps d’Alvin. C’était une situation bien plus qu’inconfortable ! Et qui plus est, j’avais vraiment envie d’aller aux toilettes, après ne pas y avoir été depuis près d’une journée… Fort heureusement, le matin pointa plus vite le bout de son nez que je ne l’aurais cru, et ce fut la voix irritante d’Alvin qui me réveilla.

« - Lily ? Lily réveille-toi, bonne nouvelle ! Tu n’entends pas cette sublime voix qui te parle ?
- Mmngh… « Sublime »… Dès le matin, tu parles ! »

Je mis quelques secondes, le temps de me réveiller correctement, pour réaliser que chacun était retourné dans son corps durant la nuit ! Je comprenais soudainement mieux l’enthousiasme d’Alvin et je ne pouvais que compatir en me touchant la gorge au moment de parler. Que cela était rassurant d’entendre sa propre voix sortir de sa propre bouche ! Et mes cheveux longs étaient de nouveau sur ma tête… Tout allait pour le mieux ! Enfin, pas vraiment. Apparemment, j’avais de la visite dans mon lit ! Lorsque mes yeux se posèrent sur la souris grise qui me fixait du regard sur ma couette, je ne pus m’empêcher de pousser un cri bien plus féminin sortant de ma bouche que de celle d’Alvin !

« GNIIIIIIIIIIH !! »

Je bondis hors de mon lit en manquant de me casser la figure en me prenant les pieds dans la couette. Du coup, à cause du mouvement du drap, la souris fut légèrement propulsée plus loin dans la pièce ! Mais elle alla se faufiler derrière un meuble pour rentrer dans la plinthe. C’est que c’était résistant, ces bestioles ! Je voulus jeter un regard noir à Alvin mais il n’était pour rien, cette fois. Bah, je ne pouvais pas lui faire porter le chapeau pour tous les maux de ce monde, quand même. Je pris quelques instants pour me remettre de mes émotions et surtout pour remettre la couette sur le lit, puis je m’étirai avant de sentir que j’avais grandement besoin d’aller au petit coin. Alvin devait bien le comprendre, il avait dû être dans la même situation que moi. Je m’absentai donc quelques minutes puis revint auprès de lui, délivrée et rafraîchie au passage.

« Je suis vraiment rassurée que les choses se soient arrangées ! Cela aurait été embêtant si nous étions restés dans cette situation face à Alexandre… Déjà que la garde royale a eu du mal à nous croire, alors une chimère… impossible qu’elle nous croit dans cet état ! »

Mais bon, tout était rentré dans l’ordre et il ne manquait plus que quelqu’un vienne nous chercher pour nous emmener voir Alexandre. Plus vite nous passerions cette épreuve et plus vite nous récupérerions l’orbe de la lumière pour la ramener au QG. C’est que je commençais à me lasser de cette chasse à l’homme comme mission… J’étais prête à rentrer bredouille s’il le fallait, rien que pour ne plus avoir à me poser tout un tas de questions ! Mais rien que de penser à ça me rendait pensive et douteuse… Je sentais au fond de moi qu’il allait falloir que je confronte nos supérieurs à quelques interrogations, car je ne pouvais plus continuer de faire mon travail en me remettant sans cesse en question.

« Bon, tu as bien dormi ? Prêt pour notre rencontre avec Alexandre ? Je t’avoue que je suis un peu stressée, c’est la première fois que je vais voir une chimère pour de vrai… Tu crois que ça va bien se passer ? »

En fait, ça se voyait sans doute que j’avais besoin d’être rassurée un peu… Mais très vite, un bruit de clef dans la serrure de notre porte retentit, laissant sous-entendre qu’Edea revenait nous chercher. J’époussetai rapidement mes vêtements pour paraître prête, tout en passant une main dans les cheveux pour les recoiffer. Voilà, j’étais fin prête !
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Mar 28 Juin - 16:10

EdéaSource: Edea Lee by Zolaida

Est-ce qu'une bonne nuit de sommeil avait remis les idées en place à ces deux là? Honnêtement, Édéa s'en fichait un peu. Elle déboula avec une amazone à côté d'elle qui tenait un plateau avec deux tasses de kafé - presque froid avec le trajet - et un petit paquet de viennoiseries dont les miettes laissaient à penser que quelqu'un s'était un peu servi... ce même quelqu'un qui avait encore des miettes sur le menton mais passons.

Elle tapa sur les barreaux, ne comprenant pas trop leur agitation, l'un des lits était sans dessus dessous comme si la personne s'était levée en trombes, mais ce n'était pas trop son problème

«Hey les amoureux! P'tit déj! Vous mangerez en route, la reine a accepté que vous rencontriez Alexandre, mais on n'a pas toute la journée.»

Elle ouvrit la cage, ils n'avaient toujours pas récupéré leurs armes, et ils ne les récupèreraient pas tant qu'ils n'auront pas quitté le château. Ils durent se taper tous les escaliers pour remonter jusqu'à la salle du trône, buvant leur kafé froid et mangeant ce qu'il restait des viennoiseries. Elle jeta un coup d'œil à leurs vêtements froissés, mais d'un autre côté, ils n'avaient pas eu le temps de prendre une douche.

«Heureusement que vous n'allez pas rencontrer la reine dans votre état... m'enfin bref!» elle savait bien que c'était pas leur faute, mais quand même! Ils arrivèrent enfin au niveau de la salle du trône, les gardes les regardaient aussi d'un drôle d'air, mais vu qu'Édéa était à leur tête, ils les laissèrent passer. La salle était vide, la reine absente était soit partie pour Lindblum, soit affairée ailleurs dans le palais.

Elle leur fit signe de la suivre, un petit sourire en coin en voyant leur tête, pour sûr qu'ils s'attendaient probablement pas de revenir ici après le traitement qu'on leur avait fait subir hier! Elle passa derrière la salle du trône, et une porte dérobée s'ouvrit


«Désolée, j'ai pas le droit d'aller plus loin moi! Amusez vous bien!» elle se mit à rire, puis elle referma la porte derrière eux. Il s'agissait d'une immense salle avec des miroirs partout, bien qu'au centre, il y en avait deux, parfaitement droit qui n'attendaient qu'eux. Une voix surgit alors de nulle part.


«Avancez jusqu'aux miroirs...»


Il attendit qu'ils s'exécutent, puis dès lors où ils auraient pu voir leur reflet, ils ne virent qu'une brume épaisse dans le miroir


«Je suis Alexandre, chimère de la lumière. Vous pouvez vous estimer chanceux que j'ai la reine Grenat en affection. Je n'apprécie guère qu'on traque ceux qui ont passé mon épreuve par eux-mêmes. J'espère que vous êtes prêts à assumer les conséquences de la quête dans laquelle vous vous êtes lancés.»


Peu importe qu'ils aient ou non réellement l'intention de mettre la main sur Clémence et Noah, Alexandre n'appréciait pas la démarche. Sans même leur demander leur avis, les miroirs commencèrent à changer, des images apparurent. Qu'ils le veuillent ou non, ils allaient passer son épreuve!


============================

Alexandre est de mauvaise humeur et vous oblige à passer son épreuve! Vous voilà paralysé devant les miroirs qui vous feront voir des événements passés, présents et futurs!

Épreuve n°1: vous devez revivre un événement qui vous a causé une véritable terreur dans votre passé.



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Mer 6 Juil - 14:56

Spoiler:
 

AlvinC’est ce qui s’appelle un réveil en fanfare ! Sitôt Lily eut-elle aperçu la petite souris qui lui faisait face, qu’elle dégringolait de son lit en hurlant. Alvin éclata de rire, déjà d’assister à une scène pareille, mais aussi quelque part, le soulagement d’être retourné chacun dans son corps.

- Relax. T’as pas perdu une dent ? Peut-être qu’elle t’amenait une pièce.

Ou pas ! Enfin bon. Lily s’éclipsa le temps de gérer ses petites affaires et ils se préparèrent, attendant leur escorte pour aller voir Alexandre. Ils étaient tous deux d’accord sur un point : cela faisait du bien de retrouver son corps !

- C’est clair. Et puis bon, même pour nous c’est mieux. Je ne pensais pas que ca pouvait être si perturbant de changer de corps. Une taille différente, une masse différente …

Des formes différentes aussi, tiens ! Bref, ils attendirent mais Lily finit par manifester un certain stress à l’idée de rencontrer sa première Chimère. C’est sûr qu’ils n’allaient pas rencontrer Alexandre dans des circonstances super favorables mais bon … Alvin voyait bien que sa collègue avait besoin d’être rassurée un peu, mais que devait-il lui dire ?

- C’est la première Chimère que je rencontre aussi tu sais ? Mais je doute qu’elles soient sur Héméra, les Chimères, pour faire du mal aux Hommes. Elles les testent, c’est tout. Je pense. Et puis bon, que devons-nous craindre ? Au pire, Alexandre risque juste de nous sermonner sur nos actes, chose que l’on sait déjà, il ne nous apprendra rien de bien nouveau sur notre travail, ni sur nous, et encore moins sur notre organisation. Je ne sais pas en quoi consiste son épreuve, si elle sera agréable ou non, mais dans tous les cas, nous devons la passer. Nous la passerons, comme il se doit, et nous quitterons Alexandrie. Ni plus ni moins.

Etait-ce seulement suffisant de raconter ca ? De toute façon, des bruits de pas se firent entendre et Alvin la boucla et tourna la tête vers la grille de la prison pour voir bientôt Edéa apparaître. Il était l’heure de partir et elle avait pris soin d’apporter un petit-déjeuner avec elle … quoiqu’elle avait déjà tapé dedans. Bref, ils quittèrent la cellule mais Alvin ne fit pas attention à la façon dont l’Amazone les avait appelés, et ne toucha pas à son kafé. Il était froid, et pour lui, c’était imbuvable, cette boisson était faite pour être bue chaude. Le mercenaire n’ouvrit sa bouche que lorsqu’Edéa remarqua l’état de leurs vêtements.

- Vous êtes bien placée pour savoir qu’on ne laisse pas le privilège d’un bain ou d’une douche à des prisonniers.

Répondit-il avec un petit sourire en coin, même si ca devait lui faire bizarre que ce soit Alvin tout à coup qui se décide à parler. La veille il était dans le corps de Lily et Lily dans le sien, et elle s’était montrée être la plus silencieuse des deux.
La jeune femme les ramena jusqu’à la salle du trône, si Alvin restait de marbre, il se doutait que les regards louches braqués sur eux risqueraient de déranger Lily. Heureusement qu’ils ne prévoyaient pas de rester à Alexandrie après ca, et de toute manière, il doutait sincèrement que les dirigeants de ce royaume leur permettent de rester après toutes ces histoires.

Edéa révéla une porte secrète dans la salle du trône, et laissa le duo entrer seul … Ce n’est qu’à partir de ce moment qu’Alvin commença à se mettre réellement sur la défensive. Il se voulait être fort et prêt à affronter toutes les épreuves, mais en réalité, il était perturbé de ne pas savoir ce qui l’attendait réellement. Une voix leur demanda d’avancer, elle semblait venir du plafond, aussi, machinalement, le jeune homme leva la tête vers le « ciel » mais ne vit rien. Une Chimère invisible, qu’on aurait pu croire, s’il n’avait pas appris qu’Alexandre faisait partie même du château autrefois, sur Héra.
En passant devant les miroirs, Alvin constatait qu’il ne voyait pas son reflet, ni même celui de Lily pourtant à côté de lui. Etrange sale … Etrange, mystérieuse, intrigante, mais aussi inquiétante.

Comme prévu, Alexandre ne se fit pas prier pour leur faire la morale. Si Alvin n’avait pas eu de respect pour ces entités, il aurait sûrement sorti quelque chose du genre « allez dire ca à nos supérieurs ». Car bon, Alvin et Lily ne voulaient pas les Orbes pour eux, c’était la Néo-Shinra qui les voulait en jouant les gros fainéants qui préfèrent traquer ceux qui ont fait des efforts pour mériter la récompense. Ah … Dis comme ca, on dirait qu’on parle d’animaux. De toute façon, Alexandre ne leur laissait pas le choix que de passer son épreuve – ils étaient venus pour ca, cela dit – et Alvin échangea un bref regard avec la miss à côté de lui avant de choisir de s’avancer devant le miroir posté devant lui. La brume bougea, et bientôt, des images apparurent. Mais ce n’était guère le reflet d’Alvin que l’on y vit, plutôt une scène, qu’il reconnaissait que trop bien.

Junon.
En proie aux explosions, aux tirs d’armes à feu, venant de tous les Hauts Quartiers. Du sang, des cris, des bruits de métaux qui percutent sol ou mur. Des hommes ou des clones qui mourraient. Ou des machines de guerre qui volaient en éclat. Des clones oui. Genesis attaquait la ville à l’époque, pour récupérer le Dr Hollander, lié aux expériences sur sa personne. La Shinra le détenait à ce moment-là et se battait pour repousser l’ennemi, mais aussi pour empêcher au scientifique de s’échapper.

Le pire échec d’Alvin eut lieu ce jour-là.

- Un rapport sur la situation ? Demanda-t-il à un collègue, dans son uniforme de Turk à l’époque.
- Catastrophique. Les clones de Genesis et les armes qu’il a volées font un véritable massacre auprès des unités d’infanterie. On a demandé aux civils de rester chez eux, voire d’évacuer pour ceux qui habitent trop près des zones de combat. On a dû appeler le SOLDAT en renfort, Zack Fair est sur place.
- Mpff, je parie que Tseng et les autres le surveillent de près.
- T’as tout compris …


Mais ce qu’Alvin ignorait à l’époque, c’est que Zack était surveillé car il était l’un des rares membres du SOLDAT à avoir découvert la vérité sur Genesis et les expériences. Les Turks s’assuraient qu’il ne fasse pas faux bond … Même Alvin, qui avait pourtant les clones sous les yeux, ne savait pas de quoi il en retournait exactement.
Il était l’heure, ils se lancèrent au cœur de la bataille, avec des ennemis à tous les coins de rue, et lorsqu’il y eut un bref moment de calme, c’est là qu’il l’entendit …

- Alvin !

Le jeune homme se figea sur place en reconnaissant cette voix. Il hallucinait ? Non … Il se retourna, elle était bien là, les yeux larmoyants. Mais était-ce de la peine ou de la colère ? Les deux, probablement, il ne le saurait jamais … Son collègue était prêt à intervenir : elle n’avait rien à faire ici après tout … Presa … Mais Alvin le bloqua, et lui demanda de le couvrir : c’était à lui de gérer ca.

- Presa, tu n’as rien à faire ici, je t’en prie, va te mettre à l’abri ! Sa voix trahissait l’inconfort, il ne s’attendait pas à ce qu’elle découvre son mensonge maintenant.
- Je n’irai nulle part avant de t’avoir parlé et avoir réglé ton compte !!! Comment as-tu pu me cacher une chose pareille !? Comment as-tu pu me regarder droit dans les yeux pendant tout ce temps alors que tu savais que je haïssais la Shinra ! Comment as-tu pu te rapprocher de moi alors que tu savais que j’avais perdu Corel et toute ma famille à cause d’eux !? Alors que tu travailles pour eux depuis le début ! Tu es du même côté que ces assassins ! Tu es un assassin !
- Presa attends ! Je …


Je t’aime. Je t’ai menti parce que je ne voulais pas te perdre. Je suis désolé. Je voulais qu’on vive ensemble.
Tant de choses qu’il aurait voulu dire d’un seul coup. Mais l’espace d’une seconde, ils avaient oublié qu’ils étaient en plein milieu d’un conflit. Et cette seconde fut fatale. En une seconde, une épée venait de transpercer la poitrine de la jeune femme, emportant sa vie. Alvin fut sous le choc. Sa bien-aimée à qui il avait encore tant de choses à dire, venait de lui échapper à tout jamais. Le sentiment qu’il avait ressenti à cet instant était indescriptible. Il savait juste qu’il n’arrivait plus à bouger. Et le clone se dirigeait vers lui maintenant …

- Alvin, BOUGE TOI BON SANG !!

Non, son collègue avait dû intervenir pour mettre fin aux jours de l’ennemi. Mais il vit le cadavre de la jeune femme au sol et leva les yeux vers notre actuel mercenaire, dont le regard était dans le vide, mais pourtant rivé sur le corps inerte de la magicienne.

- Je suis désolé mon vieux … On fera une cérémonie pour elle, je te le promets. Pour l’instant il faut mettre fin au conflit. Ses poings se serrèrent.
- Le conflit s’arrête là pour moi.

Ce fut à partir de ce jour qu’il prit les mesures pour démissionner de la Shinra. Perdre la personne qu’il avait aimé plus que tout au monde, fut l’élément déclencheur. Il se doutait que la Shinra n’était pas blanche comme neige, son travail à lui seul le disait. Mais là, ca faisait trop. Il avait perdu Presa, pour une histoire dont il ne connaissait absolument aucun détail. Trop de cachotteries, trop de conflits … trop de pertes …
Cela datait de plusieurs années, mais dans le fond, Alvin ne s’en était jamais vraiment remis. Il n’avait plus jamais aimé une femme comme il avait aimé Presa par la suite. Et même là, devant ce miroir, il sentait sa poitrine se serrer et les larmes lui montaient. Oh mais il ne comptait pas pleurer, mais il regrettait. Il regrettait de n’avoir jamais dit la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Ven 15 Juil - 1:58

Spoiler:
 

LilyCe n’était que l’Amazone de la veille qui apparut dans l’entrebâillement de la porte. Il y avait quelqu’un à côté d’elle mais je n’y prêtai pas vraiment attention, toujours attentive au comportement de cette Edea. C’est que j’avais dû mal à la cerner, celle-là ! Bref, elle nous proposa quelques viennoiseries en guise de petit-déjeuner mais je n’avais pas faim étrangement. Mon estomac était plutôt noué et cela était certainement lié à notre future rencontre avec Alexandre. Alvin avait tenté de me rassurer tout à l’heure en me disant qu’Alexandre allait simplement nous tester et qu’il ne nous ferait pas de mal. Il avait peut-être raison mais j’appréhendais tout de même un peu la rencontre. Du coup, lorsqu’Edea nous invita à la suivre à travers tout le château, je sentais le stress grandir en moi, comme une gamine qui s’apprêtait à passer un examen super important.

Sur notre chemin, nous croisâmes la route de nombreux gardes qui nous regardaient d’une drôle de façon. Ca ne m’aidait pas vraiment à me sentir mieux mais j’essayais d’en faire abstraction pour me concentrer sur ce qui nous attendait : l’épreuve. Edea nous fit rentrer dans la salle du trône qui était vide puis nous amena jusqu’à une porte secrète derrière le trône. Apparemment, elle n’avait pas le droit d’aller plus loin mais nous invita à y rentrer. Je regardai Alvin puis m’exécutai. Alors que la porte se referma derrière nous, j’observai l’immense salle qui s’offrait à nous. Elle était d’une clarté étonnante mais ce qui m’intrigua le plus était ces deux miroirs posés en son centre. Une voix retentit d’ailleurs de nulle part et nous somma d’avancer jusqu’à leur faire face. Je pris mon courage à deux mains et suivis Alvin. La voix retentit alors à nouveau et se présenta comme étant Alexandre. Une chimère invisible, hein ? Voilà qui était curieux. Quoi qu’il en soit, il ne semblait pas ravi de nous voir et nous força à réaliser son épreuve. Bon, on était là de notre plein gré donc on n’allait certainement pas faire demi-tour maintenant ! Alvin me regarda un instant puis s’avança vers le miroir en face de lui.

C’était étrange car je ne voyais qu’un épais brouillard dans le reflet. Pourtant, à en juger par ses réactions, je sentais qu’il voyait quelque chose dans ce miroir. Qu’est-ce que cela pouvait bien être ? La glace qui était en face de moi commença elle aussi à former une sorte de brouillard, ce qui m’invita à me placer devant elle à mon tour, n’attendant pas qu’Alvin ait fini d’être le spectateur de ce qu’il voyait. De toute manière, il valait mieux faire l’épreuve en simultané, ne sachant trop combien de temps cela nous prendrait. Quoi qu’il en soit, j’étais maintenant suffisamment proche du miroir pour voir que la fumée prenait différentes teintes avant de former un véritable décor. Il me fallut quelques secondes pour réaliser qu’il s’agissait d’un lieu, et que la scène qui allait s’offrir à moi provenait de mes souvenirs…

Je montais les marches du quai de la gare des taudis du secteur 5. Mon billet en main, je comptais me rendre au-dessus de la plaque pour tenter ma chance et vivre d’autre chose que du simple métier de barmaid. Pourtant, alors que j’allais monter à bord du train, une violente explosion retentit au loin. Cherchant d’un regard paniqué d’où cela pouvait bien provenir, je finis par apercevoir à mon grand désarroi un morceau de la plaque supérieure tomber littéralement sur les taudis qui se trouvaient en dessous, au loin. L’énorme fracas me paralysait de peur. J’observais la scène tout en ayant le souffle coupé puis, instinctivement, je regardais au-dessus de ma tête de peur qu’il ne m’arrive la même chose là où j’étais. Rien ne se produisit mais les bruits de taules écrasées sous le poids de la plaque métallique me rappelèrent durement à la réalité. Soudain, je vins à me demander de quel secteur il s’agissait et la panique s’empara de moi. Il fallait que je rentre à la maison.

Je sentais mes jambes trembler alors que je courrais machinalement vers les taudis du secteur 5. Je croisais sur mon chemin quelques personnes aussi étonnées et apeurées que moi mais je ne freinais pas ma course pour autant. Il fallait que j’en ai le cœur net et que je rentre le plus vite possible chez moi. Lorsque je passais la porte d’entrée de notre très modeste maison, j’apercevais ma mère et ma sœur assises à table. L’inquiétude pouvait se lire sur leur visage.

« - Où est papa ?
- Il n’est pas encore rentré du boulot… J’irais bien au Wall Market pour vérifier, mais…
»

Ma mère me montra ma petite sœur avec ses yeux. Celle-ci était plus paniquée que je ne l’étais et son regard était perdue dans ses pensées. Elle avait certainement été choquée de ce qu’elle a vu, ce qui lui a causé cet état stoïque. Je me rapprochai d’elle pour lui caresser les cheveux puis fit signe à ma mère qu’elle pouvait compter sur moi avant de m’élancer vers le Wall Market. Avec de la chance, celui-ci n’aurait pas été touché par la chute de la plaque. Mais en passant devant la porte du Secteur 7, près du parc, je pouvais difficilement manquer de voir l’amas de débris en tout genre. Certaines personnes pleuraient et je sentais moi-même les larmes monter mais je ne pouvais pas me laisser emporter par la peur. Je courus donc plus vite encore jusqu’au bar où travaillait mon père. Son collègue que je connaissais bien était seul.

« - John !!
- Lily ? Je…
- Tu as vu papa ?! Où est-il passé ?
- Ton père…
- C’est la panique dehors, le secteur 7 est complètement dé--
- Ton père était parti au secteur 7, au moment de l’incident…
»

J’eus comme l’impression que mon cœur manqua un battement. Mon corps se figea, mes muscles se raidirent tandis que l’appréhension se transforma en véritable peur. Je ne pouvais le croire, c’était impossible. Et pourtant, sans que je ne bouge, j’entendais John s’excuser auprès de moi, me dire que mon père était parti récupérer une commande pour le bar au secteur 7, et que tout ceci s’était déroulé au même moment où la plaque s’était effondrée. Je finis par ne plus l’entendre, le battement de mon cœur prenant le dessus sur les sons extérieurs. Ma respiration se fit haletante, les larmes montaient au bord de mes paupières et des frissons me parcouraient l’échine. J’avais l’impression qu’une partie de moi-même m’avait quitté à cet instant. Même si je me refusais de le croire vraiment, une partie de moi comprenait qu’il ne pouvait en être autrement. John ne me mentait pas. Quel intérêt aurait-il eu à me faire une telle blague ? Alors que je tournais les talons et m’éloignais du Wall Market, mes pensées oscillaient entre mes derniers moments avec mon père et l’annonce de sa mort que j’allais devoir apporter à ma mère et ma sœur. Quoi leur dire alors que moi-même je ne parvenais pas à mettre les mots sur tout ceci… ? Devant la porte du secteur 7, je ne pus contenir davantage mes larmes et m’effondra à genoux au sol, sanglotant sans pouvoir m’arrêter…

Mon regard était plongé dans le miroir et tout en voyant la scène, je sentais mes poings se serrer. Je me rappelais exactement de ce moment comme si c’était hier. Malheureusement, les émotions que j’avais ressenties à cet instant étaient également intactes et je ressentais encore cette peine intense qui pesait lourd dans mon cœur. Aujourd’hui, je n’étais toujours pas parvenue à faire complètement le deuil, du moins, pas tant que mon but de me venger d’AVALANCHE n’avait pas été atteint… La scène que je voyais dans le miroir commença à disparaître dans un épais brouillard grisonnant et je sentis une larme perler sur ma joue. Sans prendre la peine de regarder Alvin, je baissais un peu la tête avant d’essuyer ma joue d’un revers de manche. Non, je ne pourrais jamais me remettre de ce jour-là… Si c'était une manière pour Alexandre de nous faire passer un message, je devais avouer que je trouvais la démarche plutôt mesquine...
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Ven 15 Juil - 9:41

La brume envahissait de nouveau les miroirs, la voix d'Alexandre s'élevait alors, on entendait encore son ton contrarié, mais juste

«Le passé est ce qui forge le présent d'aujourd'hui. Malgré les douleurs traversées, n'oubliez pas que sans ça, vous ne seriez pas ce que vous êtes aujourd'hui.»

Les miroirs commencèrent à bouger de nouveau, leur reflet allait bientôt réapparaître, mais avec l'apparence qu'ils ont aujourd'hui...

«Et sans ces événements passés, vous n'auriez peut être pas vécu ça.»

Une nouvelle vision allait apparaître...

============================


Épreuve n°2:  vous devez revivre un événement particulièrement heureux de votre passé, cet événement doit cependant être proche du présent (quelques semaines tout au plus)



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Sam 23 Juil - 14:41

Spoiler:
 

AlvinAlvin se doutait qu’il s’agissait là de l’épreuve d’Alexandre et pas d’une qu’il avait inventé sur  commande pour les punir, Lily et lui. Et quand bien même, la première vision dans le miroir semblait sonner comme une vengeance amère de la part de la Chimère. S’il devait voir uniquement ce genre de genre de visions tout au long de l’épreuve, Alvin ne savait pas s’il allait vraiment le supporter. Mais bon. Après, il n’avait pas souvenir d’avoir vécu un pire jour, que ce jour-là, où Presa y avait laissé sa vie. La vision avait heureusement cessé, et Alexandre souligna le fait que c’était le passé, avec ses bons comme mauvais souvenirs, qui forgeait les êtres que Lily et lui étaient aujourd’hui. Certes. Mais Alvin n’était pas sûr de pouvoir dire si dans le fond, il aimait vraiment ce qu’il était aujourd’hui. Un homme dont derrière le masque, se trouvait le visage d’une personne qui fuyait et regrettait amèrement son passé. Bref. Là n’était qu’une transition de la Chimère pour les amener à la vision suivante.

Les miroirs se brouillèrent une nouvelle fois, cette nouvelle vision se produisait à Junon, une nouvelle fois. Mais dans une Junon beaucoup plus calme et bien moins chaotique que dans le premier souvenir. Une journée relativement belle, le soleil était de sortie, et à en jugeant quelques structures en ville, refaites à neuf, Alvin en faisait la conclusion qu’il s’agissait d’un événement qui s’était déroulé après la fusion des mondes, lorsque Reeve Tuesti avait été nommé comme étant le bras droit qui assistait Nanaki, en représentant le monde de Gaia.

Sur cette vision, il rentrait chez lui, fatigué. Ah oui, il ne rentrait pas d’une mission après avoir accompli un contrat de chasse ? Il était encore mercenaire après la fusion des mondes, il était devenu agent de la Néo-Shinra que plus tard. C’était encore l’époque où Balan n’avait pas été appelé à Deling City non plus. Les clés tournèrent dans la serrure de la porte de l’appartement et …

- JOYEUX ANNIVERSAIIIIIIIRE !!!!!!!!!!!!!

Plusieurs voix qui retentirent dans une synchronisation parfaite lorsqu’il franchit le seuil de la porte. Il avait prévenu Balan qu’il revenait aujourd’hui. Il ne comptait plus les journées depuis un moment maintenant, et depuis la mort de Presa et tous les événements qui avaient suivi les années suivantes avec la Shinra et Sephiroth, Alvin avait oublié jusqu’à l’existence du mot « amusement ». Et il avait oublié que c’était son anniversaire aussi. Mais Balan, lui, n’avait pas oublié et avait pris les devants. Son cousin, et trois autres personnes étaient là. Alvin avait mis quelques secondes avant de se souvenir des visages de ces personnes qu’il avait rencontré pendant les congés qu’il s’était permis au Gold Saucer. Balan les avait retrouvés apparemment et les avait invités … Sacré Balan.

Alvin n’avait même pas su comment réagir sur le moment, mais toute la fatigue de la journée semblait s’évaporer par la suite pour ne laisser place qu’à une immense joie de passer un bon moment. Le restant de la journée s’était résumée à des sorties et activités entre potes autour de bonnes bières et de déconnades en tout genre. Il n’était pas très frais le soir même je peux vous le garantir, mais il n’avait pas souvenir d’avoir vécu une journée aussi bonne depuis des années, le cœur léger, avec cette sensation que les problèmes et mauvais souvenirs étaient bien loin derrière lui.

Ah Balan … Alvin s’était longtemps senti écrasé en mille morceaux et parfois même, il lui arrivait de le penser encore. Mais cette vision venait de lui rappeler que même dans les mauvais moments, ou dans le quotidien qui pouvait se montrer parfois trop pesant, il y avait toujours ces personnes sur qui on pouvait compter pour nous remonter vers le haut … Derrière le miroir, la tristesse avait finalement été remplacée par un sourire rempli de nostalgie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Ven 29 Juil - 13:45

Lily
J’avais le cœur lourd après ce que je venais de voir dans le miroir. Je prenais mon bras droit dans ma main, l’air triste, mais regardais vers le sol pour fuir le possible regard d’Alvin. Je suppose qu’il avait dû voir une chose vraiment triste lui aussi et, à vrai dire, j’avais du mal à imaginer ce que cela pouvait être. En fait, je ne connaissais rien de son passé… Nous n’étions peut-être que de simples collègues finalement ? Non. Ce n’était pas comme ça que je le voyais… Quoi qu’il en soit, j’étais bien trop occupée à contenir mes émotions plutôt qu’à vérifier ce qu’il se passait du côté d’Alvin. La voix d’Alexandre retentit à nouveau et après un petit discours moralisateur, la brume du miroir en face de moi bougea une nouvelle fois, jusqu’à ce que de nouvelles formes apparaissent. J’appréhendais vraiment ce que j’allais y voir mais je n’avais pas le choix que de regarder pour obtenir l’Orbe… Nous n’avions pas enduré tout ça pour rien.

C’était justement là toute la philosophie de cette épreuve. Les événements les plus terribles de notre passé ont forgé la personne que nous sommes aujourd’hui. Et sans la mort de mon père, ma sœur et moi n’aurions peut-être pas pris la décision de quitter Midgar après la fusion des mondes pour nous rendre à Deling City. C’était donc ce décor que je voyais se matérialiser sous mes yeux. La nuit noire de Deling, sa verdure, ses rues animées… Je me voyais sur le trottoir de l’avenue principale en compagnie de ma sœur. On s’en allait vers le centre-ville. Je crois me souvenir de cette soirée, c’était juste avant que je ne fasse équipe avec Alvin. Amy avait un petit concert à donner dans un bar et elle était anxieuse car elle avait entendu dire qu’un producteur pourrait être dans la foule pour faire du repérage de jeune talent. Pour l’avoir entendu chanter quasiment toute ma jeunesse, j’avais confiance en ses capacités. Elle savait chanter et ça m’étonnait toujours de la voir douter encore d’elle. Ca m’exaspérait, même !

Mais ce soir-là, je n’avais pas la tête à engueuler ma sœur, à lui dire que tout irait bien. En fait, c’était plutôt l’inverse qui allait se passer ! Nous venions de rentrer dans le petit bar cosy où Amy allait jouer plus tard au cours de la soirée. Nous nous étions assises à une table ronde et après la journée que je venais de passer, j’avais besoin d’un bon remontant. J’avais donc commandé un verre d’alcool fort et Amy un sirop à la violette – c’est dire à quel point elle était la sœur la plus girly de nous deux. Elle voyait bien que j’étais agacée et me tanna toute la soirée pour que je lui dise la raison de mon humeur désastreuse. Vous vous imaginez bien que lorsque je lui annonçai que j’allais travailler avec un coéquipier « mâle », Amy se jeta sur l’occasion pour se moquer de moi !

« - Ouuuh ! Enfin un homme dans ta vie !
- Arrête un peu !
- Hihi ! Il a un nom au moins ?
- Ouais, « Alvin » si je me rappelle bien.
- Oh, Alviiiin… Elle regarda en l’air, s’imaginant sans doute tout plein de choses. Son prénom en dit long, tu ne crois pas ?
- J’en sais rien et j’m’en tape, pour tout te dire ! Ce type est un beau parleur de première… Je bus le restant de mon verre d’une traite, agacée rien qu’à repenser à la tronche de ce type.
- Rooh, t’es chiante aussi comme fille, faut l’avouer !
- COMMENT ?! Je fis semblant de vouloir la frapper alors qu’elle recula en pouffant de rire. Non mais j’te jure, t’en loupes pas une, toi !
- Allez, détends-toi quoi ! Et alors si c’est un frimeur ? Est-ce qu’il est beau au moins ?
- … Je dirais pas qu’il est beau mais il est pas laid, non.
- Et est-ce qu’il sait se servir de son… épée ?
- Bah, il a bonne réputation, ouais. Il était mercenaire avant, donc ça forge l’expérience, j’imagine.
- Lily, Lily, Lily… Toujours à penser boulot…
- Ben tu pensais à quoi d’autre ? … OH ! AMY !! »

Je compris alors son sous-entendu dans sa question et devins toute rouge ! Ma petite sœur, tenant de tels propos !! En voyant ma tête, elle explosa de rire alors que je regardais tout autour de moi, gênée. Mais en même temps, la voir s’amuser autant me fit oublier un peu les possibles regards sur nous. Finalement, je me laissais aller aussi et nous partîmes toutes les deux en fou rire, comme je ne le faisais jamais avec quelqu’un d’autre. Amy avait tant grandi depuis son arrivée à Deling City… Peut-être que je ne devais plus me faire de souci pour elle ? Elle me prouvait qu’elle avait tout d’une grande maintenant, et connaissant son tempérament, elle ne se laisserait jamais marcher sur les pieds. Quelques minutes après notre fou rire, son tour arriva et je la regardais se diriger vers la scène, confiante. Sa nervosité était partie et, alors qu’elle chantait dans le micro, sa voix mélodieuse illuminait la pièce. A cet instant, je pouvais le dire : j’étais fière de ma petite sœur, fière de ce qu’elle était devenue. Son avenir était encore devant elle mais j’avais confiance. Moi aussi je devais aller de l’avant, et peut-être me montrer moins butée sur mes idées reçue… ?

Le brouillard s’estompa à nouveau dans le miroir. J’arborai un léger sourire sincère après avoir revu cette scène. Finalement, je me rendais compte à quel point l’on pouvait avoir un mauvais jugement vis-à-vis d’une personne sans même la connaître. Je regardai discrètement Alvin en me sentant un peu bête au fond. Mais, quelque part, cette vision m’avait permis de me rappeler que rien n’était décidé d’avance. L’avenir était imprédictible, mystérieux, surprenant. Mais surtout, c’était à nous que revenait la charge de le façonner comme on l’entendait…
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Ven 29 Juil - 14:39

Un anniversaire en famille, des conversations tendancieuses, les relations entre les hommes avaient de quoi surprendre parfois. Pourtant, il semblait à Alexandre que le soldat avait eu que trop peu de bons moments ces derniers temps, en général, ceux qui passaient ces épreuves avaient des souvenirs assez récents, quelques jours à peine, hors pour ces deux là, leur meilleur souvenir semblait dater d'avant leur rencontre.

C'était presque triste.

«Les bons moments sont des instants précieux qu'il convient de garder en son cœur. Mais il faut aussi faire en sorte d'en créer chaque jour de nouveaux si l'on ne veut pas avoir de regrets.»

La brume dans les miroirs recommençait à changer, une nouvelle vision allait se présenter à eux, mais cette fois, quelque chose qu'ils n'avaient jamais vu.

«Si vous poursuivez dans la voie que vous vous êtes choisie aujourd'hui, voyez ce qu'il vous attend.»

De ce qu'il voyait pour le moment, peu de chance que ces deux là fassent long feu. Il fallait espérer que cette vision de leur avenir allait les inciter à changer les choses.

===============================

Épreuve n°3: cette fois-ci, vous devez imaginer votre mort en suivant la voie que votre personnage a choisi dans son état d'esprit actuel! Elle peut être heureuse ou malheureuse, cela n'a pas d'importance, mais elle doit avoir une conséquence directe avec votre objectif actuel



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Dim 31 Juil - 18:11

Alvin
Toujours, Alvin ignorait ce que Lily avait vu de son côté, et inversement … Mais Alexandre, lui, suivait tout de près et commentait avec sagesse. Il semblait avoir compris pour Alvin que les bons moments se faisaient bien trop rares dans sa vie, et c’est ce qui les rendait précieux … mais allez savoir si ce qu’il disait ne valait pas aussi beaucoup pour Lily ! La dernière étape de son épreuve arrivait, cette fois, c’était une vision du futur … Une scène dont Alvin n’avait aucun souvenir, mais dont il allait fortement garder le souvenir après l’avoir vue …

Dans les rues de Deling City, pris en chasse par deux hommes armés. Les ruelles sombres et peu fréquentées par la grande population. Activant un piège, Alvin se débarrassa d’un des hommes mais le deuxième tenait bon ! Ce ne fut qu’en arrivant dans un cul-de-sac qu’Alvin freina sa course et se retourna pour faire face à l’un des meilleurs agents de la Néo-Shinra, dont le canon du revolver était pointé sur lui.

- Allez, c’est fini Alvin. T’en as pas marre de courir ?
- Je pourrais faire ca toute la nuit si je le voulais, et toi et moi on sait très bien qu’elle est éternelle, ici.
Petit clin d’œil, et si son adversaire lâcha un bref rire, ce n’était pas par amitié.
- Toujours aussi arrogant. Ca me fait de la peine tu sais ? Tu étais l’un des meilleurs agents, si seulement tu t’étais contenté d’obéir aux ordres comme un brave soldat plutôt que de vouloir défier la Néo-Shinra. Tu as bien joué ton jeu.
- C’est ce qui nous différencie. Le brave soldat est celui qui obéit aux ordres comme un chien obéit à son maître. Un bon agent, c’est celui qui joue son jeu sans se faire prendre tout de suite. Un excellent agent, c’est celui qui ne se fait jamais prendre. Tu arrives à te placer dans la bonne catégorie parmi tout ca ou je dois t’aider ?


L’homme fronça les sourcils, oui oui, Alvin disait bien que c’était lui le petit chien de la Néo-Shinra. Mais refusant de se vexer et d’entrer dans le jeu de notre mercenaire, il répliqua plutôt :

- Tu n’es pas un excellent agent non plus, alors.
- Je n’ai jamais prétendu être dans cette catégorie. Quand est-ce que j’ai dit ca ?


Le sourire provocateur d’Alvin, fidèle à lui-même. Cette fois, le type était agacé et le pire, c’est que même dans sa vision, Alvin n’arrivait pas à voir son visage. Alors, il s’efforçait – le vrai Alvin – de mémoriser la voix de ce type pour pouvoir la reconnaître, un jour.

- Bon ca suffit, désolé Alvin, t’as été un bon collègue et je sais que la mort de ton ancienne partenaire t’a beaucoup pesé … Si tu reviens, je suis sûr qu’on pourra te pardonner, sinon, tu ne me laisses pas le choix. Cette fois, le visage d’Alvin se ferma et devint trop sombre.
- Ne me prends pas pour un abruti, on sait tous les deux quel traitement je vais recevoir si j’y retourne. T’as pas vu ce qu’ils ont fait à Balan ou quoi ? Je suis fatigué. La Shinra m’a pris Presa … La Néo-Shinra m’a pris Lily … Tue-moi si tu veux. Oh et dépêche-toi de te décider, j’ai placé des explosifs sur des points sensibles des locaux de la Néo-Shinra … Ca devrait sauter dans quoi … cinq minutes ?

Et il avait fait exprès de l'attirer le plus loin possible. Pris de court, l’homme releva son canon, en même temps qu’Alvin, ils se visaient mutuellement, et en une fraction de secondes, les tirs se croisèrent. Les deux s’écroulèrent ... Inutile de vous dire que la vision choqua Alvin sous de nombreux points et suscita de nombreuses questions dans son esprit … De toute évidence, comme pour la Shinra, il avait fini par se rebeller contre la Néo-Shinra et cette fois, elle n’avait pas apprécié. Sa tête avait été mise à prix. Qu’avait-il fait pour en venir là ? Lily était morte, c’était ce qui l’avait motivé ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Dim 11 Sep - 15:44

Lily
Les propos d’Alexandre faisaient preuve d’une certaine sagesse que nul ne pouvait nier. Les bons souvenirs devaient se forger chaque jour et peut-être que je ne prenais pas assez le temps de les créer ces temps-ci ? C’était fort possible… Même si tout se passait bien avec Alvin, cette mission me minait le moral et je n’étais pas aussi heureuse que j’aurais pu l’être par le passé… Il fallait peut-être que je prenne un peu de temps pour moi afin d’y remédier, justement ? On en avait déjà parlé avec Alvin, de prendre des vacances. C’était sans doute la meilleure chose à faire, oui…

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

La fumée dans le miroir se mit à onduler avant de prendre l’apparence d’un nouveau décor, qui prenait place dans un futur plus ou moins proche. C’était difficile à dire, je ne voyais pas beaucoup de détails temporels… Je me trouvais dans ce qui s’apparentait à un bureau, assise sur une chaise, la jambe droite tremblant frénétiquement à cause du stress. Quelqu’un était assis de l’autre côté du bureau, le visage dans l’ombre, tandis qu’une autre personne faisait les cent pas derrière moi. Même si je ne voyais pas les expressions de ces inconnus, je pouvais ressentir une certaine tension dans la pièce. Rien qu’en observant mon visage inquiet, il était facile de remarquer que je n’étais pas dans une très bonne posture. Aussi, je n’étais pas plus vieille que je ne l’étais aujourd’hui… Une mort proche ? L’homme derrière le bureau pris la parole.

« - Arrête de tourner en rond, John… Calme-toi.
- Que je me calme ? BON SANG ! Je sursautai, fermant subitement les yeux.
- T’énerver n’arrangera pas la situation. On a besoin de garder la tête froide pour gérer tout ça… Je ne le voyais pas mais sentais son regard sur moi. J’étais la source du problème.
- Fallait y penser avant ! Cette… idiote nous a mis dans la merde !
- J’ai pensé que ça nous aiderait…
- « Pensé » ? Tu as « pensé », toi ?! Tout ce que tu as fait c’est nous foutre dans la merde jusqu’au cou !
- John…
- Oui, je pensais pouvoir prouver que la Néo-ShinRa était responsable de tout ça !
- Sauf que t’as pas réfléchi une seule seconde que tu t’attaquais à bien plus gros que toi ! Maintenant, elle va chercher à éliminer tous ceux qui sont suspicieux à leurs yeux, nous trois compris ! »

J’allais rétorquer mais rien ne me venait. Je n'avais pas d'argument pour le contrer, tout simplement parce qu'il avait raison dans cette histoire et que j'étais la seule à avoir tort...

« - Alors quoi ? Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? John s’arrêta, m’observa, puis se mit à rire doucement avant de passer pour un cinglé.
- Maintenant, on prie pour que notre mort soit rapide et sans douleur !
- Je ne crois pas qu’il soit nécessaire de porter de telles conclusions hâtives. Mettons-nous d’accord sur un plan pour disperser les doutes qui peuvent planer sur nous.
- Sans vouloir t’offenser, Liam, la Néo-ShinRa va certainement retrouver la trace de Lily, et ce ne sera plus qu’une question de minutes avant qu’elle ne fasse le rapprochement avec nous deux ! Non, le seul moyen serait que Lily se dénonce et prenne la totale responsabilité de cette action.
- T’es pas sérieux, là ?! On était tous les trois d’accord pour…
- On t’a jamais demandé d’aller publier ces articles dans notre dos ! Et depuis ton pc en plus !! »

Encore une fois, il réussit à me fermer le clapet. J’essayais de me défendre mais il n’avait pas tort : c’était moi la seule et unique responsable de la situation dans laquelle nous étions. Même si nous avions mené notre enquête tous les trois, en ayant conscience qu’on enfreignait les règles de confidentialité de notre contrat, j’avais choisi seule de publier ces articles à la vue du monde entier. Je n’avais pas réfléchi… La Néo-ShinRa parviendrait certainement à étouffer l’affaire dans les médias, mais aussi en interne… Et en disant « étouffer », je n’avais jamais été aussi précise dans l’emploi du terme.

On toqua à la porte. Je sentis mon cœur battre plus fort, John était tout aussi stressé que moi, quoi qu’il souriait comme un psychopathe. Ce fut Liam qui invita la personne derrière la porte à entrer. Le visage de cet inconnu était lui aussi dans la pénombre mais je remarquais simplement son long manteau noir. Visiblement, nous le connaissions tous les trois.

« - Oh, c’est toi ! Qu’est-ce que tu viens faire là ?
- John, Liam, on vous demande en salle de réunion. John regarda Liam.
- Parfait ! Il me jeta alors un regard noir et je pus enfin distinguer les traits de son visage. Il était blond, les yeux verts, un visage fin mais une mâchoire plutôt avancée. Il passa une main dans ses cheveux courts puis commença à sortir. C’est parfait ! »

Liam se leva de sa chaise, me regarda à son tour – bien que lui je ne pouvais pas voir son visage – d’une manière qui se voulait rassurante, comme s’il gérait la situation. Etrangement, je sentais comme un poids quitter ma poitrine. Son simple regard avait suffit à me rassurer. Je savais que tout irait bien… Il quitta la pièce à son tour, mais l’inconnu ne quitta pas le bureau. Non, il ferma la porte derrière Liam et j’entendis la clef verrouiller la serrure à double tour. Je me levai instantanément de ma chaise, les battements de mon cœur ayant repris une vitesse anormalement rapide. J’entendais Liam derrière la porte. Ma main tâtonnait ma ceinture pour y trouver mon sabre mais j’avais oublié que je l’avais laissé sur mon propre bureau. Je mis alors la chaise entre lui et moi, en guise d’obstacle, sans le quitter du regard. Il s’approcha et se positionna sous la faible lumière du plafonnier, ce qui dévoila son visage… En réalité, il portait un masque blanc qui lui recouvrait l’intégralité du visage, avec un grand sourire de dessiné et une sorte de tatouage en forme d’éclair au niveau de l’œil droit.

« - Ça n’a rien de personnel, Lily. Tu devais bien te douter qu’on parviendrait à remonter jusqu’à toi, n’est-ce pas ?
- Lily ! Ouvre la porte !
- J’aurais espéré ne pas avoir à en venir là…
- Ouvre !!
- Il n’est pas encore trop tard ! Personne ne t’y oblige, tu sais ? Ma voix était tremblante, je crois que j’avais vraiment peur. Il sortit un couteau à double lames épaisses.
- Les ordres sont les ordres. »

« Les ordres sont les ordres ». Combien de fois avais-je entendu cette phrase depuis que je m’étais engagée dans la Néo-ShinRa ? J’avais toujours pensé qu’il s’agissait d’une réplique d’hypocrites, utilisée pour ne pas avoir à répondre aux questions qui dérangent, lorsqu’on conteste la décision de nos supérieurs. J’en avais assez de l’entendre, que l’on me prenne pour une idiote écervelée. Les ordres ne sont pas les ordres. Si l’ordre est dénué de sens, de moralité, alors je refuse de m’y soumettre. L’époque où je suis le troupeau sans poser de questions est terminée. Littéralement… et pour toujours, alors que le son du couteau pénétrant la chair de mon abdomen retentit à mes oreilles.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Le brouillard se dissipa dans le miroir, me laissant seule avec mes interrogations. Je ne connaissais encore aucun de ces soldats de la Néo-ShinRa. Difficile à dire dans quelles circonstances je les avais rencontré, d’autant qu’il me semblait qu’Alvin n’était pas vraiment impliqué dans toute cette histoire… Etait-il possible que notre équipe ait été dissoute ? Cela pourrait expliquer la présence de ce John et de ce Liam. Peut-être étaient-ils mes nouveaux partenaires ? Qui sait… Et qu’en était-il de mon assassin ? Ce masque… Je crois que je ne pourrais jamais l’oublier. Il vaudrait mieux que je reste sur mes gardes une fois que l’on rentrera au QG… Je regardai alors Alvin, un goût amer en bouche. Je n’aimais pas cet avenir funeste que je venais de voir. J’espérais que le sien ait été un peu plus « normal »… Pour une mort, quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Lun 12 Sep - 11:07

Décidément, ces deux jeunes gens n'avaient vraiment pas choisi la meilleure vie qui soient. Mais Alexandre n'était pas là pour les juger, juste pour leur montrer ce que la vie leur avait réservé, et ce qu'elle leur réserverait plus tard s'ils continuaient dans la voie qu'ils avaient choisie.

«Ceci n'est qu'une voie parmi tant d'autres. Il ne tient qu'à vous d'en choisir une autre... malgré tout, vous avez réussi mes épreuves, félicitations.»

D'un autre côté, était-il seulement possible d'échouer? Peut être en refusant de voir ces images... mais ce n'était jamais arrivé.

Deux socles apparurent devant eux, chacun portant un petit orbe de lumière, à l'intérieur, une petite phrase brillait

« Là où la brume n'est pas revenue partout, des poupées cherchent un peu de tranquillité »

Un silence s'installait, le temps de laisser à ces jeunes gens le fait d'encaisser un peu tout ça

«Les épreuves des chimères ne sont pas à prendre à la légère. Notre rôle n'est pas de nous assurer que les bonnes personnes mettent la main sur les cristaux, mais seulement de s'assurer qu'elles en sont capables. En prenant un orbe à une personne innocente, vous risquez de vous attirer la colère des dieux, ne l'oubliez pas.»

Et si leurs supérieurs ne souhaitaient pas prendre ses mises en garde au sérieux, ce n'était pas vraiment son problème...

«Partez maintenant.»

Honnêtement, même pas dit qu'il accepte de répondre à la moindre question.

===============================

Alvin et Lily obtiennent l'orbe de la lumière.
Bilan

Alvin passe au niveau 6, Lily passe au niveau 7

Gains: + 650 gils [Chacun]

Limite de niveau 1 à définir pour chacun

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Elémentaire, mon cher Watson !   Jeu 15 Sep - 14:35

Alvin
Alvin ignorait ce que sa collègue pouvait bien voir de son côté, mais le concernant, il pensait en avoir suffisamment vu. Il n’avait pas besoin d’une quelconque épreuve de Chimère pour lui prouver que la voie qu’il avait choisie n’était pas la meilleure. Mais il l’avait choisie. Ni les Chimères, ni les Dieux, ni quiconque, n’avaient à juger ses choix. Ce n’était pas dans les intentions d’Alexandre, heureusement. La Chimère se contenta juste de conclure son épreuve en rappelant que s’ils souhaitaient tous les deux éviter l’avenir qu’ils venaient de voir, ca n’en tenait qu’à eux, et eux uniquement, de choisir une autre voie avant qu’il ne soit trop tard. Un avenir proche selon lui, il n’avait pas eu l’air plus âgé que maintenant, d’après la vision.

Deux Orbes de Lumière venaient d’apparaître devant eux. Le mercenaire jeta un bref regard à Lily avant d’attraper celui qui était désormais sien, il l’observa un court instant avant de le ranger, puisqu’Alexandre les mit en garde sur ce qu’il pourrait se passer s’ils en venaient à piller des Orbes à des personnes innocentes, sans les avoir mérités. La colère des dieux, hein ? Il comprenait. Et si ca n’en tenait qu’à lui, il n’agirait pas de la sorte. Mais si lui comprenait, est-ce que la Néo-Shinra, elle, comprendrait ? La Shinra avait déjà défié la planète elle-même en se foutant des conséquences, et ils ne semblaient pas avoir vraiment retenu la leçon même après que la ville où elle siégeait se soit pris un météore dans les dents.

Alexandre leur demanda ensuite de quitter son antre. Alvin n’avait aucune question à lui poser de toute manière, pas dans le contexte actuel, mais il mit ses mains dans ses poches, prenant peut-être un air trop décontracté, mais il leva les yeux vers le plafond comme pour chercher à apercevoir la Chimère. Il n’avait peut-être pas de question, mais ca ne voulait pas dire qu’il n’avait rien à dire pour autant.

- Merci quand même, Alexandre. Il était peut-être un peu familier, mais on parle d’Alvin là, hein ? - Votre sagesse est exemplaire, mais je crois que même la Chimère la plus sage ne pourrait pas tout comprendre d’un être humain, de la même façon qu’un être humain ne pourra jamais comprendre entièrement une Chimère. Nous avons toujours le choix, sur le papier, mais certains choix sont difficiles et c’est à nous de les assumer jusqu’au bout, même en ayant  conscience que ce n’est pas le bon.

Après tout, il avait eu le choix entre rejoindre la Néo-Shinra ou ne pas la rejoindre alors qu’il avait un lourd passé avec, et il avait eu ses raisons d’accepter son contrat en sachant pertinemment les risques qu’il prenait. Il mit tout de même une main sur son cœur pour s’incliner, peu importe où se trouvait réellement Alexandre, et il se tourna pour faire demi-tour. Il avait jeté un regard à Lily, ne sachant pas si elle avait autre chose à ajouter et ils quittèrent ensuite les lieux, comme l’avait demandé la Chimère. Une fois dehors, ils retrouvèrent Edéa et Alvin s’arrêta devant elle.

- Si Lily et moi pouvions retrouver nos armes et nos biens … Nous quittons ce château. Et ce royaume tout court, en fait. Soyez sans crainte … nous ne remettrons plus jamais les pieds ici.

Ou du moins, ils n’y remettraient pas les pieds tant qu’ils n’auraient rien à y faire, selon Alvin. Mais pour sûr qu’après une expérience pareille, loin de lui l’envie de venir passer ses vacances en ces lieux. Il doutait même qu’ils y soient encore les bienvenus, en réalité.
Revenir en haut Aller en bas
 
Elémentaire, mon cher Watson !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Elémentaire mon cher Watson !
» Cherche serpe
» Gagne le trophée "Élémentaire, mon cher Sackson!"
» Niøs - Chaman Elémentaire / Restauration 80
» Notre cher et tendre Kyo !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Héra :: Continent de la Brume :: Alexandrie-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives