Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Retour aux origines d'une kunoichi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Retour aux origines d'une kunoichi   Mar 24 Nov - 9:45

Axel et Ruka viennent de L'Océan !


AxelCombien de temps avons-nous marché tous les deux dans le silence après les derniers mots de Ruka ?
Aucune idée.

Toujours est-il que nous nous trouvons à présent devant d'étranges édifices à la couleur rougeâtre. Trois grand piliers -le plus gros posé sur les deux autres qui sont fermement ancrés dans le sol- font office d'entrée dans la ville.
Au loin, une immense tour, une sorte de temple... ou peut-être simplement un bâtiment typique de l'architecture de la ville natale de Ruka.

Les autres édifices beaucoup plus petits possèdent les mêmes caractéristiques, créant une uniformité très agréable à observer. Des tuiles grises pour former le toit, du bois rouge pour les fondations et la structure principale. Du bel ouvrage, bien que je trouve la couleur trop voyante et absolument pas adaptée pour éviter d'attirer l'attention...

Une rivière parcourt la ville et la coupe en plusieurs endroits. L'eau y est claire et les nénuphars resplendissent, en particulier grâce aux fleurs de lotus écloses en cette saison de grande chaleur.

J'arrête là ma description de Wutaï. J'aurais aimé continuer, mais la réalité me frappe soudainement lorsque nous croisons les premiers habitants, vêtus en tenue traditionnelle eux aussi. D'ailleurs, je me sens mal à l'aise avec ce kimono. Porter uniquement un caleçon en dessous est tout sauf agréable... on se sent... vulnérable. Heureusement que Ruka m'a aidé à l'attacher correctement.

Les premiers regards se posent sur nous. De la surprise, des chuchotements, de la méfiance... voilà des choses qui ne m'avaient pas manquées. Ruka semble être la cible de la plupart de leurs messes basses, à en juger par la façon dont ils la regardent, mais malheureusement cela ne suffit pas à me faire oublier.
Certains ont l'air d'hésiter à intervenir, mais ils s'abstiennent sans pour autant nous quitter des yeux. Une vieille femme finit tout de même par se présenter face à nous.

- Jeune fille, cela fait bien longtemps que je ne t'avais pas vu. Tu as fini par revenir à la raison... mais ne t'imagine pas que ta tante sera tendre avec toi.

Ses yeux se plissent en m'observant et sa voix jusque-là calme et posée trahit une certaine animosité.

- Il n'est pas le bienvenu. Il a de la chance d'avoir encore sa tête sur ses épaules... Dois-je te rappeler ce que ces monstres nous ont fait ? Ces yeux mauvais mériteraient d'être crevés. Je n'aime pas la façon dont il me regarde.. dont il nous regarde. Il doit partir.

La dureté des mots de la vieille femme ne m'atteint pas. Rien ne peut m'atteindre pour le moment. Je suis loin, très loin, caché au sein de mon propre corps. Je ne suis qu'une façade, qu'une tentative désespérée de paraître normale. Une coquille pratiquement vide. Conscient qu'elle n'accordera aucun crédit à mes propos, je me tourne vers Ruka, lui lance un sourire gêné avant de regarder le sol pour ne pas irriter encore plus notre interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Mar 24 Nov - 14:08

Spoiler:
 

Nous y voilà. Wutai. En quatre ans, rien n’avait changé. Il était toujours aussi beau, calme, paisible. La rivière créait un bruit de ruisseau qui apaisait immédiatement les esprits. Un apaisement toutefois de courte durée. Je n’avais que faire des regards qui se posaient sur nous, jusqu’à ce qu’une femme nous interpelle tous les deux pour débiter des propos peu rassurants. Ah, je la reconnaissais. Elle avait un caractère dur elle aussi, et j’étais étonnée qu’après quatre ans d’absence, elle se souvienne encore de moi. La fille Kawanomu qui fugue … Quoique, je suppose que ca a dû faire un peu de bruit. Toutefois lorsqu’elle cracha sur Axel, je vis une autre femme en tenue traditionnelle passer à côté de nous et son regard m’intrigua au plus haut point. Je tournais les yeux vers la vieille en prenant un ton dur.

- C’est pour cela que vous avez accepté à Wutai une femme aux yeux Mako. Vos propos sont contradictoires. Au revoir.

J’attrapais la main d’Axel pour l’emmener avec moi sur les traces de cette femme, ignorant royalement celle qui venait de nous cracher dessus. J’allais interpeler la passante, elle avait un panier rempli de produits frais sous le bras. Elle se tourna vers moi, elle était un peu âgée à en juger les quelques rides sous ses yeux, mais elle avait de magnifiques cheveux marrons et surtout … un regard captivant. Elle fronça un peu les sourcils en me voyant, mais ce n’était pas du mépris à mon égard, ni même à l’égard d’Axel. Juste une femme qui semblait agacée de la façon dont on venait de l’arrêter.

- Euh, bonjour. Excusez-moi de vous arrêter comme ca mais … Qui êtes-vous ? Je ne vous ai jamais vue par ici par le passé et … vos yeux … j’ai du mal à croire que les habitants ont accepté une femme avec de tels yeux dans le village.
- En voilà de sacrées manières. Et vous ? Qui êtes-vous pour venir me déranger de la sorte ?
Un « tsk » d’agacement grinça entre mes dents. C’est vrai, je n’avais pas été très polie sur le moment… Et j’étais bien placée pour savoir qu’ici, sans un minimum de respect et de politesse, c’était peine perdue pour avoir des infos.
- Excusez-moi. Je lâchais la main d’Axel pour m’incliner légèrement. - Je m’appelle Ruka Kawanomu, je suis née ici.
- Kawa…nomu… Oh, vous avez un lien de parenté avec Yuki ?
Cela trahissait qu’elle ne me connaissait pas … Ca me conforte dans l’idée que cette femme est louche.
- Je suis sa nièce. Je suis étonnée qu’elle ne vous ait pas parlé de moi mais ca me confirme que vous n’êtes pas d’ici, n’est-ce pas ? Vos yeux … Ils sont signes de malheur normalement ici. Si vous n’avez aucun lien avec la Shinra, vous venez forcément d’un autre monde. Je répète ma question : qui êtes-vous ?

Finalement, elle semble se détendre, ses yeux trahissent une légère surprise face à tant de déductions de ma part, mais il ne faut pas être un génie pour deviner tout cela. Elle regardait Axel et moi-même à tour de rôle. Bien sûr quand je parlais d’un « autre monde » j’entendais Spira ou Héra. Sur Dol, j’étais restée suffisamment longtemps pour savoir que ca n’existait pas les yeux Mako. Héra, je n’y ai jamais été … et Spira, nous ne sommes pas restés assez longtemps pour le savoir mais des gens croisés à Bevelle, je n’ai pas vu cette particularité. Enfin bon. Si j’envisageais Héra ou Spira, cette femme avait pris mes mots à la lettre et sa réponse allait vraiment me surprendre.

- Et bien, je n’aime pas trop votre ton jeune fille, mais vous avez raison. Je m’appelle Hinata Makunochi, je suis arrivée dans ce village il y a peu de temps. Je suis arrivée de Cocoon, votre village est le seul que j’ai vu qui ressemble à l’endroit d’où je viens. Je haussais un sourcil. Cocoon ? Mais, aucun monde ne s’appelle comme ca sur Héméra !! Cette femme est folle sûrement … Non … Pourquoi mentirait-elle … et son nom …
- Makunochi … Euh … La fille du tournoi ne s’appelait pas comme ca ? Je me tournais vers Axel à ce moment, vu qu’il a vu la finale du tournoi dans le même bar que moi. Puis mon attention retournait vers cette Hinata. - Vous êtes la mère de Sheli ?
- Sa belle-mère. Elle est mariée à mon fils Yusuke.


Ah oui, l’homme qui était avec elle contre Ultimécia je suppose … mais les choses allaient trop vite à ce moment-là, surtout à la télé avec les caméras, pour que je remarque la ressemblance entre Hinata et Yusuke. Bref. Surprise par ce que je venais d’apprendre, je décidais de la laisser tranquille. Même si elle répondait à mes questions, je sentais à sa voix que je lui faisais un peu perdre son temps dans ses projets. J’ignorais qu’il y avait encore d’autres mondes qui n’étaient pas reliés à Héméra … Mais de toute évidence, le célèbre couple Makunochi n’était pas d’ici. Je suis étonnée que les habitants de Wutai ont accepté cette femme parmi eux, mais je suppose que si elle a expliqué sa situation, ils ont fini par la croire et lui faire confiance pour l’accepter. Bref. Nous nous retrouvions à nouveau seuls.

- Ca y va les surprises en ce moment … Enfin viens. Ma tante vit un peu plus loin.

Sauf qu’une fois devant la pagode, je prenais une profonde inspiration en m’apprêtant à frapper à la porte, mais un homme venait déjà nous interpeler – non sans lancer un regard méprisant à Axel au passage.

- Yuki n’est pas là. Elle est devant la grande pagode pour entraîner ses deux apprentis.

Entraîner … Donc après mon départ, elle est vraiment devenue un professeur à part entière … Je baissais un peu la tête, ce n’était pas très loin. Mais le stress m’envahissait, je tremblais même un peu. Je fuyais même le regard d’Axel alors qu’il n’y était pour rien dans tout ca. Je prenais une nouvelle inspiration pour me donner du courage et relevais la tête pour prendre la route de la tour. Oui, elle était là. Même de dos, je la reconnaissais déjà. Les cheveux courts ébènes, en tenue blanche et rouge, traditionnelle des kunoichis. Elle ne nous voyait pas, mais elle était en train d’entraîner deux jeunes adolescents, plus jeunes encore qu’Axel.

- Ne jamais montrer votre faiblesse à votre adversaire. La faiblesse, c’est donner une ouverture pour vous donner le coup de grâce … Utilisez cette notion pour vous donner une chance. Feintez votre adversaire. Faites-lui croire que vous avez un point faible pour lui laisser penser qu’il a une ouverture …
- Dès qu’il mord à l’hameçon, vous l’achevez. Leurrer un ennemi n’est pas de la lâcheté, juste une preuve qu’on est plus intelligents que lui.


Je connais cette leçon, elle me l’avait déjà dit … Mais surprise d’entendre une voix la coupait, elle se retournait et ses yeux passèrent du sérieux à la surprise. Si je n’avais pas dit à Axel qu’il s’agissait de ma tante, il aurait pu croire aisément qu’il s’agissait de ma mère. Ou même d’une sœur aînée. Elle me ressemblait beaucoup, en plus d’avoir les yeux aussi écarlates que les miens.

- Ruka ?

Inévitablement, son regard alterne entre Axel et moi. Elle finissait par avoir son attention captivée par mon cher partenaire et je la vis froncer des sourcils un instant avant de se tourner vers ses deux élèves pour leur signaler qu’ils reprendraient leurs exercices demain. Les deux jeunes s’inclinèrent et s’éclipsèrent, sûrement pour retourner chez eux. Je ne la lâchais pas des yeux pour ma part. Je le sentais venir gros comme une maison. Elle va me rentrer dans le lard … Yuki se mit de profil et me fixa un instant.

A ce moment-là, j’ai l’impression de voir plein de doutes dans ses yeux. Elle ne savait pas si elle devait être heureuse de me revoir ou si elle était en colère. Je sais que la balance va pencher pour la seconde option, surtout avec Axel à mes côtés … et ca ne loupa pas. Elle ne dit pas un seul mot, mais elle s’approcha de moi, et il y eut à peine un sifflement discret qui retentit, lorsqu’elle s’arrêta devant moi. Ma tête avait tourné sur le côté. Ah cette gifle … Je l’avais attendue. Mais malgré tout, je me braquais tout de suite dès que je croisais à nouveau son regard.

- Non mais j’y crois pas !! J’ai même pas prononcé le moindre mot que je m’en prends déjà une !!! T’as vraiment pas changé en quatre ans !!! Qu’est-ce que j’ai fait pour m’en prendre une alors que j’ai rien dit rien fait !????
- Tu oses me poser la question ? Tu le sais très bien.
Oui je le sais … Mais tu m’as énervée ! Et je sais que ca ne s’arrêterait pas là. Elle ne va pas y aller avec le dos de la cuillère … Mais avant ca, je la sentais trop intriguée par la présence d’Axel. - Bien. Avant que je ne m’occupe du cas de ma décevante traînée de nièce … Ah bah si ca y est ca commence. - Puis-je savoir qui tu es, toi ? Tu as bien du courage de mettre les pieds dans un endroit où tu dois savoir ne pas être le bienvenu.

Je pense qu’à cet instant, elle se retenait de me dire que j’avais encore plus de courage de l’avoir amené ici alors que cela ne ferait qu’aggraver mon cas. Son regard se plongeait dans celui d’Axel avec un air insistant, comme si elle lisait à travers son esprit d’un simple coup d’œil.

- Ton regard est vide, mais si l’on regarde bien, une petite flamme brille à l’intérieur. Que fais-tu ici ?

Elle n’est pas sotte … Elle sait qu’on est venus chercher quelque chose …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Lun 30 Nov - 14:58

AxelFidèle à elle-même, la réponse de Ruka avait été aussi efficace qu'expéditive. Bouchée bée, la vieille dame en reste sans voix tandis que ma partenaire m'entraine avec elle plus profondément dans la ville.
Elle entame la conversation avec une dame, dont les yeux possèdent une couleur très proche des miens, ce qui m'amène à me demander pourquoi elle avait eu droit à un traitement de faveur, puisqu'elle semble parfaitement intégrée ici. Apparemment, elle viendrait d'un autre monde... et donc, n'a aucun lien avec la mako ou les soldats...

Peut-être que moi aussi, je pourrais prétexter ça pour la prochaine fois ? Qui sait, avec mon amnésie, tout est possible.

Makunochi... honnêtement, je ne m'étais pas du tout attardé sur le nom des candidats. Je hausse les épaules quand Ruka se tourne vers moi, lui faisant comprendre que je ne peux pas lui être d'une grande utilité.

La conversation continue encore un peu et une fois la curiosité de Ruka satisfaite, nous reprenons la route en direction de la "grande pagode", après avoir écouté les indications d'un des habitants.

- J'ai clairement la côte ici. Je devrais peut-être m'installer quelques temps. Je me demande au bout de combien de jours je me ferai égorger dans mon sommeil.

Difficile de discerner même pour moi si je dis cela avec une pointe d'humour ou avec une neutralité totale, étant donné que je ne me sens absolument pas en sécurité.

Finalement, l'événement tant redouté nous fait face. La tante de Ruka. Lorsqu'elle se retourne en entendant la voix de sa nièce, toute mes appréhensions s'envolent quasi instantanément, bien qu'elles soient clairement atténuées par mon état. J'ai l'impression d'être comme dans un rêve, d'être extérieur à ce qui arrive à mon corps. Comme si j'étais en retrait par rapport à moi-même. Étrange.
Je m'attendais à une femme âgée, avec un visage marqué par le temps, par la rancœur et aussi avec une expression dure. Une vieille antagoniste de conte de fées pour faire simple.

Mais au final... Cette femme est jeune, très jeune. D'apparence du moins. Je l'observe elle ainsi que Ruka, guettant leurs moindres faits et gestes. Une sorte de silence pensant s'installe pendant quelques secondes avant que Yuki n'approche sa nièce... avant de lui mettre une claque aussi violente que surprenante.

Malgré mon état second, je sens mon corps se tendre pour se préparer à intervenir si jamais la situation dégénère. Ruka ne semble pourtant pas spécialement surprise et se met à hausser le ton avec sa tante, qui ne se laisse pas déstabiliser une seule seconde.
En entendant le terme de "traînée" pour désigner Ruka, je me retiens de lui coller mon poing sur son visage. Femme ou non, tante ou non, je n'en ai rien à faire.
Lorsqu'elle me parle, je réalise à quel point elle ne cherche aucunement à être affable à mon égard.

- Je ne suis pas du tout au courant de ce qui se fait ou ne se fait pas dans votre culture, aussi j'espère que vous m'excuserez certains écarts. Je ne sais même pas comment vous appeler, c'est dire. Dame Yuki, Madame ? Peu importe.

Je prends une longue inspiration et tâche d'économiser un maximum ma salive pour m'exprimer aussi clairement et brièvement que possible.

- Je m'appelle Axel et je voyage aux côtés de votre nièce depuis quelques temps. Vous avez certainement vos préjugés et vos certitudes me concernant, mais sachez que je suis amnésique et que par conséquent, je ne peux en aucun cas vous assurer de ce que j'ai pu être ou de ce que je suis. Mes yeux attirent la haine et ici plus qu'ailleurs, je ressens à quel point cette simple caractéristique vous dégoute.
Je vais donc aller droit au but. Je ne suis pas ici pour me faire des amis et encore moins pour voir mon amie se faire insulter par sa tante. Je ne connais pas les détails et je me fiche de les connaître. Je sais juste que je tiens à elle et que je ne tolèrerai pas longtemps que vous lui parliez de la sorte.


Après une brève expiration, je réponds à sa dernière question.

- Je recherche le pouvoir. Non pas pour conquérir le monde, pour tuer des innocents ou d'autres objectifs aussi stupides qu'horribles. Je veux venger la mort de mon père. L'homme qui l'a assassiné paiera quoi qu'il arrive. Ruka m'a dit que vous pourriez peut-être m'entrainer... est-ce une possibilité ?
Revenir en haut Aller en bas
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Lun 30 Nov - 22:20

Voilà la rencontre tant attendue, et qui commençait fort, même si ce n’était rien comparé à ce dont je m’attendais. Yuki allait m’en mettre plein la figure lorsqu’on discutera toutes les deux, ca, j’en suis sûre et certaine. Mais pour l’heure, elle se penchait surtout sur le cas d’Axel et attendait sa réponse à ses questions. Je n’avais pas vu qu’il s’était un peu crispé lorsqu’elle m’avait insultée mais à sa place, je n’essayerai même pas de la frapper s’il ne voulait pas avoir un bras en moins. Bref. Pendant tout le temps où Axel parlait, Yuki ne l’avait pas lâché des yeux un seul instant. Son regard de braise, intense et vif, ne se laisse nullement déstabilisé par tout ce qu’il peut dire. De mon côté, mes yeux ne cessèrent de jongler entre les deux. Ni Yuki, ni Axel, ne se lâchaient des yeux. Une certaine tension était palpable dans l’air sans pour autant que les choses deviennent violentes et agressives. En revanche, je craignais que ma tante ne prenne cette histoire d’amnésie pour un mensonge mais je me trompais lourdement …

- Avant toute chose, je me fiche éperdument que tu n’approuves pas la façon dont je traite ma nièce. C’est moi qui ai fait et continuerai de faire son éducation, peu importe l’âge qu’elle a. Si tu n’es pas content, tu peux faire demi-tour tout de suite. J’avais détourné le regard vers le mont Da-Chao à ces mots, le regard rempli d’un certain dégoût. On devine aisément d’où je tiens mon sale caractère. - Et pour ta gouverne, je ne prends pas d’étrangers pour élèves.
- Quoi c’est tout ? Finalement tu t’es un peu adoucie, je pensais que tu allais lui cracher un paquet de venin à la tronche pour cette histoire d’amnésie.
Je ne l’avais même pas regardé dans les yeux en disant et pourtant, je sentais son regard me fusillait, ses yeux me transperceraient de toute part si elle le pouvait.
- Il ne ment pas. Je le vois dans ses yeux, je n’ai rien à relever à ce sujet.

Bon, j’imagine que c’est déjà ca de pris … Mais elle ne semblait pas décidée à le prendre comme apprenti. C’est là que j’avais mon rôle à jouer …

- On peut aller à la maison ? Plutôt que discuter au milieu du public … Yuki échange un regard avec moi avant de regarder autour de nous, mais à peine commence-t-elle à faire un pas en avant que je rajoutais : - Tous les trois.
- … Après notre entretien, je veux qu’il sorte.
- Tu ne veux pas qu’on se tape dessus devant lui ?
- Je ne veux pas avoir à lui briser le bras s’il cherche à m’attaquer quand je m’occuperai de ton cas.


Ah, elle l’avait remarquée, elle … Je soupirais alors qu’elle se mettait en route pour rentrer chez elle. Je me tournais vers Axel pour lui faire signe de la suivre, mais en chemin je ne pouvais m’empêcher de lui murmurer quelques mots pas vraiment rassurants …

- Finalement, je ne sais pas si je dois te remercier ou maudire le fait qu’on retarde mon jugement dernier. Ah oui et au fait … Appelle-la juste Yuki pour le moment, tant pis si ca lui plait pas.

Au final, c’était repoussé l’inévitable, et je ne serai pas étonnée de développer un ulcère après tout le stress accumulé à cet instant. C’est fou. J’ai tellement un caractère de merde que je sais tenir tête à Yuki, mais une part de moi la craignait un peu. C’était une femme forte et dure, et son autorité était d’une si grande taille qu’elle inspirait naturellement le respect … et on n’avait pas spécialement envie de la faire chier en temps normal.
Nous arrivions devant la même pagode qu’un peu plus tôt, sauf que cette fois, nous pouvions rentrer. L’architecture des lieux serait peut-être étonnante pour Axel. Outre les murs extérieurs, ceux à l’intérieur n’étaient que du papier. L’entrée donnait directement sur le salon et sa table basse. Rien n’avait changé depuis mon départ. Je regardais dans le coin à gauche au fond de la pièce, il y avait toujours des armes déposées. Katanas, shurikens, dagues … Mais pas la Dague du Léviathan. De l’autre côté de la pièce, c’était l’inverse, il y avait quelques plantes. Paradoxal. Quoiqu’il en soit, d’ordinaire, on nous aurait demandés de nous asseoir pendant que ma tante apporterait le thé mais … au vu des circonstances, vous vous doutez qu’elle n’allait pas le faire.

- Je t’écoute.
- Pourquoi tu ne veux pas l’entraîner ? Pas même si je suis le même entraînement ? Je suis d’ici, je ne vois pas en quoi c’est un problème.
- Ah c’est donc ca … Tu t’absentes pendant quatre ans sans prévenir, sans donner la moindre nouvelle, et tu reviens comme une fleur pour me demander non seulement de reprendre ton entraînement, mais de le faire avec un type pareil ?
Je SAVAIS qu’elle allait dire ca MOT POUR MOT ! Mais la fin de sa phrase me crispa et je venais de serrer les poings.
- Il t’a dit qu’il s’appelait Axel !! Et si ma vie n’en dépendait pas non plus, je ne serai JAMAIS revenue ici !!!!!!! T’es vraiment bornée, stupide, égoïste, et ta fierté me dégoûte toujours autant !!

J’ai conscience que je risque de me faire défoncer pour ce que je viens de dire, et ce que je risquais de dire par la suite. Mais là, je ne tenais plus. J’en avais marre d’attendre de me faire tuer, je préférais exploser un bon coup et lui envoyer tout dans la tronche. Evidemment puisque j’avais fait nuit blanche, la fatigue ne m’aidait pas à me contrôler non plus, ni à me montrer patiente.

- Ne me dis pas qu’en quatre ans tu ne t’es JAMAIS doutée de la raison pour laquelle je suis partie ! T’étais étouffante ! Tu dis que tu joues le rôle de ma mère, mais ma mère est MORTE, ta sœur est MORTE, et tu ne joueras JAMAIS son rôle !!! La seconde gifle avait failli m’atteindre, mais cette fois je lui avais attrapé le poignet et elle fut la première surprise. - Tu ne m’auras pas deux fois !! Tu ne me corrigeras pas tant que je n’aurai pas fini !! Je ne suis pas un objet ! Je ne suis pas l’élève qui suit son modèle à la perfection pour devenir pareil ! Tu ne t’es jamais faite à l’idée que j’avais envie de choisir une voie différente de la tienne ! Toujours persuadée que ce que tu faisais c’était pour mon bien alors que tu me faisais plus de mal qu’autre chose ! Je te déteste oui !! Je t’ai toujours détestée pour la manière dont tu me traitais ! La colère est de taille, les larmes m’étaient montées aux yeux mais c’était un mélange de haine et de tristesse. - Et pourtant je suis là aujourd’hui. Parce que je sais que tu es la seule personne sur qui je peux compter pour non pas m’aider, mais nous aider. T’as pas été la tante parfaite, mais je n’ai pas été la nièce parfaite non plus. Je n’ai pas voulu t’écouter, et je n’ai réalisé que récemment combien j’étais impuissante.

Pour lui prouver, je commençais à me déshabiller. Sans la moindre gêne, j’avais écarté le kimono pour révéler mon abdomen. Peu importe qu’Axel soit là, c’est bon hein, on s’est envoyés en l’air, donc qu’il me dise pas qu’il est gêné de me voir en sous-vêtements maintenant. Bref. Ce n’est qu’en voyant la blessure, assez grave et dont le bandage était dans un sale état - puisque je ne m'en étais pas occupée sur le bateau - que le regard de Yuki changea. Comme si elle était touchée par ce qu’elle voyait, mais en regardant à nouveau Axel, ce fut comme si elle fut prise d’une certaine furie, ou qu’elle cherchait un coupable à mon état. Elle l’attrapait par le col pour le tirer vers elle avec des yeux presque enflammés.

- Toi ! C’est toi ! Qu’est-ce que tu lui as fait !??? Qu’est-ce qu’il lui est arrivé ??? Peu importe la déception qu’elle m’apporte, je ne tolère pas moi non plus qu’on touche au sang de ma famille !! QUI A FAIT CA ?

Je prie pour qu’Axel n’essaie pas de lui en coller une, car là, c’était VRAIMENT pas le moment de chercher à l’agresser. Son comportement risquait de le surprendre mais pour moi, ca n'avait rien de vraiment étrange. Beaucoup de familles ont des principes plutôt bizarres ... Dans certaines familles, toucher un membre qui a déçu, et vous ne faites plus partie du cercle familial et on se fiche de ce qu'il vous arrive. Dans d'autres, peu importe ce qu'il arrive, si on touche un cheveu à l'un des membres, c'est presque si une vendetta n'était pas annoncée. Nous faisions partie de cette seconde partie ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Dim 6 Déc - 2:15

AxelQuelle... garce. Je crois qu'elle se surestime un peu trop la tante ninja. Depuis quand on répond comme ça quand on est une personne adulte et mature ? On dirait une enfant trop fière de montrer qu'elle a l'ascendant sur les autres. Insupportable.

Le seul point positif de ses interventions crispantes, c'est qu'elles éveillent en moi quelque chose que je pensais ne pouvoir récupérer que dans bien longtemps, à savoir mon esprit combattif.
"Je le vois dans ses yeux", "Je ne veux pas avoir à lui briser le bras"... Sérieusement ? Non seulement elle se la joue, mais elle doit avoir un égo surdimensionné.

Ruka avait heureusement pris le relai de notre conversation puisqu'à part des insanités et des noms d'oiseau, rien ne me venait à l'esprit.

Nous nous dirigeons chez "Yuki", comme Ruka m'a suggéré de l'appeler mais très honnêtement, je préfèrerais encore l'attendre dehors que d'entendre de nouveau la voix irritante de cette... femme.
Néanmoins, si elle est aussi forte qu'elle le prétend, elle m'est indispensable pour le moment.

Une fois dans l'étrange maison de sa tante, parce que la pierre a été remplacée par le papier en guise de murs.. ce qui me parait totalement absurde, nous nous asseyons et restons dans le silence le plus complet jusqu'à ce que Yuki se décide à parler.
Voir des armes à proximité me donne un tas d'idées aussi jouissives que sordides sur le destin de cette chère dame. Si bien que j'ai perdu un peu le fil de leur confrontation qui ne m'incluait pas dès le départ de toute façon, même si elles parlaient et parlent encore effectivement de mon cas.

C'est un peu comme si j'étais invisible. Je ne m'en porte pas plus mal, je ne trouve même pas cela vexant. Au final, ne pas ouvrir la bouche n'a jamais été aussi reposant vu le ton de leurs voix respectives.
Pour appuyer son besoin de gagner en puissance et d'être son élève, Ruka va jusqu'à lui montrer sa blessure sans aucune gêne. La voir ravive ma propre douleur à l'épaule, pourtant en bon état depuis les derniers soins.

L'argument de Ruka est un peu extrême, mais la réaction de Yuki l'est tout au plus, en particulier lorsqu'elle fonce sur moi pour me relever en me tenant par le col de mon kimono.
Sa poigne et sa force ne sont effectivement pas celles d'une femme ordinaire... ni d'une femme tout court.

- Lâchez-moi tout de suite.

Ma voix laisse bien entendre que je ne vais pas encore supporter bien longtemps sa façon de se comporter à mon égard. J'ai déjà fait suffisamment d'efforts pour arriver jusqu'ici.
Pourtant, sa poigne s'accentue et son regard dégage une telle agressivité que je me vois obligé de réagir.

Mes cheveux se hérissent rapidement tandis qu'une légère couche d'électricité se met en place autour de mon corps et de mes vêtements. La poigne d'abord ferme et puissante de Yuki s'atténue tandis que j'augmente la puissance du courant. Elle me lâche finalement, ce qui suffit à me faire arrêter mon système de défense improvisé.

- Ruka... je te laisse lui expliquer. Je t'attends dehors. Tant pis si ta tante ne me veut pas comme élève. Je me débrouillerai. Désolé pour le kimono...


Sans plus attendre, je quitte la pièce et vais m'assoir à l'extérieur, sur les marches menant à la bâtisse  de la famille de Ruka. Bien que ça soit stupide et vain, j'essaye de faire partir les quelques marques noires sur ma tenue, dues au tissu grillé par l'électricité.

- Dommage, il était plutôt joli... l'une des seules choses que j'aime à Wutaï.
Revenir en haut Aller en bas
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Dim 6 Déc - 21:18

Spoiler:
 

Combien de temps ca allait durer ? J’étais si fatiguée, la journée de la veille m’avait épuisée psychologiquement parlant, et je n’avais pas dormi de la nuit, me rendant aussi fatiguée physiquement. Je me doute que ma tante a dû s’en rendre compte depuis longtemps de par ma mauvaise mine, je n’avais pas les nerfs pour tenir une conversation compliquée, et pourtant … c’était moi qui venais de jeter de l’huile sur le feu en craquant complètement. En révélant ma blessure et en admettant avoir besoin de son aide, je venais de rendre Yuki presque folle furieuse. J’ai beau l’avoir déçue, je reste sa famille, elle reste la mienne. Et la famille on n’y touche pas.

Vu l’état dans lequel Axel était ces derniers temps, je craignais qu’il fasse quelque chose de stupide. Je m’attendais un peu à tout, sauf à ce qu’il se protège à l’aide d’une espèce … d’armure électrique. Dommage, ma tante savait résister à la douleur, même si je voyais sa poigne s’atténuait, jusqu’à ce qu’elle le lâche complètement. J’avais haussé un sourcil. D’ordinaire, elle ne l’aurait pas lâché, elle l’aurait attaqué pour calmer tout de suite ses ardeurs. Quelque chose avait dû l’intriguer … Quoi ? Je ne sais pas. Et je n’avais pas envie de le demander sitôt que je voyais Axel s’éclipser de la pièce. Mais je me sentais si faible et à deux doigts de la rupture que je n’avais même pas envie de le rattraper pour lui parler.

Et de toute manière, je n’en avais pas le temps. Yuki avait regardé sa main un instant, sans rien dire, puis elle me demanda de la suivre jusque dans la salle de bain. Une longue conversation en avait suivi alors qu’elle m’avait demandé de me déshabiller pour s’occuper personnellement de ma blessure, et se remette un peu de ce qu’Axel venait de lui faire subir. J’en étais, à vrai dire, moi-même surprise. Elle voulait tout savoir, et quand je dis tout, c’est tout. Depuis que j’étais partie. Jusque maintenant. Je ne sais pas pourquoi, mais bon. Malgré qu’elle ne me gueule pas dessus en me traitant de tous les noms d’oiseaux possibles, je sentais à l’intonation de sa voix qu’elle était tout de même bien remontée. Elle ne me pardonnera pas de sitôt, même si elle devenait un poil moins agressive et qu’elle puisse envisager ne serait-ce que deux secondes que de nous prendre sous son aile. Peu importe. Elle ne me pardonnera pas maintenant.

A sa volonté, j’avais tout dit. Ma fugue, ma vie à Costa Del Sol, combien je m’étais battue au quotidien pour avoir une place correcte dans la société et être finalement un poil heureuse. Le voyage que j’avais commencé, même mes intentions, ma rencontre avec Axel, qui il était contrairement à ce qu’elle pensait, et comment les choses avaient basculé depuis quelques jours, depuis l’arrivée de son frère. Ce frère qui venait de m’infliger une blessure dont la cicatrice me resterait à vie, même Yuki pouvait me l’affirmer.

Combien de temps s’était écoulé depuis le début de la conversation ? Honnêtement, je n’ai même pas compté, mais aucune minute ne passait sans que je n’aie l’envie d’aller dehors pour aller chercher Axel. Mais une autre part de moi se disait qu’il fallait avoir cette conversation en privé avec ma tante. Elle était dure et méprisante, j’étais la première à le savoir … mais elle avait bon fond, je le savais. La fin de la conversation concernait beaucoup Axel, et cette fois, je préfère vraiment taire ce qu’il s’est dit. Il régnait toujours une certaine tension dans l’air, mais Yuki s’était apaisée et je la sentais déjà plus apte à écouter ce qu’on avait à dire plutôt que nous envoyer voir ailleurs. Moi, j’étais juste crevée et j’avais le moral dans les chaussettes après tout ca. Midi était passé, et j’avais déjà envie d’aller me coucher, malgré la faim qui m’envahissait depuis ce matin.

- Bon, il faut vraiment que j’aille le voir maintenant, si ca se trouve il est même déjà parti.
- Attends. Ruka, tu tiens vraiment à lui ? Même après tout ca ?


Sur le moment, je m’étais arrêtée alors que j’étais prête à quitter les lieux pour sortir … Tout se bousculait dans ma tête avec une seule question, pourtant très simple. L’espace d’un instant, je me remémorais ce moment sur le bateau où j’étais tellement au bord de la crise de nerfs, que si j’avais pu, je me serai enfuie pour repartir chez moi. Mais l’aurais-je vraiment fait sans une once de remords ? C’était ces dits remords qui m’avaient apporté la réponse …

- Oui.
- Fais-le rentrer. Je veux lui parler.


Je haussais un sourcil un instant, mais je pense comprendre ce qu’elle attend de lui. Je prenais une profonde inspiration afin d’ouvrir la porte et aller chercher Axel, peu importe où il se trouve, et de mon point de vue, c’était presque un miracle qu’il n’avait pas pris le premier bateau pour repartir. Je ne lui aurai pas pardonné. Je me doutais qu’il n’allait pas bien de son côté … mais moi non plus du mien et ca se voyait. Je crois que je n’avais jamais eu le visage aussi déformé de ma vie. Le regard vide alors qu’il était toujours pétillant avec cette petite flamme qui ne s’éteignait jamais. Un sourire toujours présent, qu’il soit sincère, espiègle, moqueur, joueur … et il était maintenant inexistant. Oui, je veux bien croire que j’ai une sale gueule à cet instant.

- Désolée d’avoir mis autant de temps. Il y avait trop de choses à mettre sur la table. Et désolée pour tout ce cirque et aussi de ne pas avoir été plus là pour toi … Je suis juste … épuisée. Je baissais les yeux en soupirant légèrement, avant de reprendre. - Viens. Elle veut te parler … Je doute que tu en aies envie, et qu’elle ne s’excusera jamais de son comportement à ton égard … Mais je crois qu’elle est à deux doigts de nous laisser une chance alors … Saisissons-la, ok ? Fais-le pour moi s’il te plaît, et pas par fierté.

On en avait besoin de cet entraînement, avec un vrai professeur qui s’y connaissait. Alors même s’il ne l’aimait pas, et qu’elle ne l’aimait pas non plus, je demandais un effort à chacun. D’un côté j’ai Axel qui déprime depuis la mort de son père. De l’autre j’ai ma tante dont les retrouvailles ne se sont pas spécialement bien passées, mais dont je sais que si elle laisse une ouverture, il faut la prendre … Donc s’il refuse, je dois tout recommencer, et je devrais me rebattre sur deux fronts. Et là, non, je n’en ai juste pas la force, et pour le coup, j’aimerai bien qu’on pense à moi deux minutes car je ne pourrais pas continuer comme ca. Je ne suis pas un objet, je ne suis pas une machine, je suis un être humain, merde. J’emmenais Axel avec moi pour qu’on retourne à l’intérieur de la pagode. Yuki était dans la cuisine et lorsque nous nous arrêtions devant elle, elle fixa un instant Axel avant de me regarder et me faire un signe de tête tout en me disant de partir.

- Va te reposer. A mon regard, elle doit bien sentir que l’idée de les laisser seuls tous les deux ne m’enchantait pas des masses. Mais elle insistait. - Ne me force pas à me répéter. Tu ressembles à un cadavre.

Soupirant, je jetais un dernier regard à Axel en me retournant avant de le laisser seul avec elle. Je savais bien sûr où se trouvait mon ancienne chambre – qu’elle semblait avoir transformé en chambre d’amis, je ne peux pas lui en vouloir après quatre ans. Ni une, ni deux, je m’allongeais sur un futon, bien moins agréable qu’un lit bien moelleux … je pensais que l’appréhension me boufferait encore le sommeil, mais en fait, je m’étais écrasée comme une masse. En deux minutes, j’étais endormie. C’est que j’en avais besoin, dis donc.

Du côté de Yuki, elle était appuyée sur son plan de travail, les yeux plongés dans ceux d’Axel. Il ne fallait pas rêver, elle n’allait pas les baisser pour lui ni faire profil bas.

- Ruka m’a tout raconté. Mais avant de prendre une quelconque décision, j’aimerai que tu répondes à mes questions. Tu pourras la rejoindre après, si tu le souhaites …

Qu’Axel y réponde gentiment ou non, elle s’en moquait bien. Il pouvait l’apprécier, ou la détester, elle n’en avait que faire. Elle voulait juste quelques éléments supplémentaires pour réfléchir …

- Est-ce que tu tiens vraiment à Ruka ?

Oui, elle lui avait posé la même question qu’à moi. C’était volontaire. Ca pouvait passer pour de la curiosité … et ca en était en partie. Mais c’était une perche tendue aussi. Pourquoi vouloir entraîner quelqu’un qui délaisserait complètement sa partenaire pour nourrir ses propres ambitions ?

- Que je mette les choses au clair tout de suite. Je n’ai pas vu Ruka depuis quatre ans, et maintenant que je la retrouve, je la vois dans un état que je n’ai jamais vu chez elle. Et après ce qu’elle m’a raconté, j’ai pu remarquer que c’est depuis qu’elle t’a rencontré. Par conséquent, je ne te fais pas confiance. Oui, c’était dur, même méchant, en fait. Mais les choses étaient tirées au clair tout de suite au moins. - Il y a quatre ans, elle m’a prouvé que lorsqu’on commençait à la détruire, elle pouvait partir et disparaître de la vie de quelqu’un. Et je la sais trop libre maintenant pour se fourrer dans les problèmes des autres. Si elle reste avec toi, c’est qu’elle tient à toi. Elle m’a déçue, énervée, elle est signe de déshonneur pour moi, mais elle reste ma nièce. Si elle est avec toi, c’est qu’il y a une raison, et si je ne te fais pas confiance, en revanche, je lui fais confiance à elle.

Vous sentez le gros sous-entendu derrière qui dit « si tu lui fais quoique ce soit, tu auras de mes nouvelles » ? Déjà que le début de ses propos n’étaient pas très rassurants, c’était presque comme si elle l’accusait qu’il me faisait plus souffrir qu’autre chose. Finalement j’étais bien contente de ne pas assister à la conversation.

- Par conséquent, je peux bien essayer de faire une exception pour toi. Et pour Ruka. Je ne tiens pas à savoir qu’elle se sera prise une autre blessure similaire à celle qu’elle a actuellement si je la revois à l’avenir. La vengeance est le but qui te permet d’avancer pour le moment. Réponds juste à cette question : que feras-tu, si tu réussis à ôter la vie de celui qui a pris celle de ton père, et qui veut prendre celle de ma nièce ? Que feras-tu quand tu auras réussi ? Penses-tu pouvoir reprendre une vie normale après avoir eu soif de vengeance ?

Ca rejoignait presque ce que je lui avais dit avant qu’on entre à Wutai … Je ne voulais pas que les choses changent, qu’il soit toujours le même comme lorsque je l’ai connu, que je reste la même comme je l’ai toujours été. Car pour l’instant, la situation n’allait pas vraiment dans ce sens et ca m’inquiétait aussi … Bref. Une fois qu’elle aurait les réponses, il pourrait me rejoindre pour se reposer s’il le souhaitait … Un peu d’hospitalité de la part de Yuki, il n’ose pas imaginer comme c’est presque un miracle dans sa condition actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Lun 7 Déc - 15:55

AxelConscient des risques inutiles que je suis en train de prendre, j'erre dans la ville sans but précis. Des membres qui se crispent, des regards assassins, des gens qui se retournent après m'avoir croisé... Voilà de quoi en décourager plus d'un.
Pourtant, mon indifférence et ma lassitude atteignent des sommets que personne ne peut rejoindre.

Un chat de gouttière attire mon attention quelques instants, ce qui suffit pour qu'un enfant me percute et s'écroule juste à côté de moi, face contre terre.

- Aieuh....

Spontanément, je l'aide à se redresser avant de m'accroupir pour me mettre à sa hauteur.

- Tout va bien ?

Son regard légèrement larmoyant se plante rapidement dans le mien et aucun sanglot ne sort. Il me fixe durant de longues secondes.

- Papa et maman... ils disent que les yeux comme les tiens sont dangereux ! C'est vrai ?


- Tu les trouves dangereux toi ?

- Euh... non pas vraiment. Mais ils disent que c'est des gens comme toi qui sont responsables de la guerre et de l'invasion de Wutaï...

- Et si ces "gens" avaient des yeux comme les tiens... cela voudrait dire que toi aussi, tu serais considéré comme dangereux ?

- Laissez cet enfant tranquille ! Kai, viens ici tout de suite, on rentre à la maison ! Quant à vous, ne vous avisez plus jamais de nous adresser la parole.

La jeune mère et son fils s'éloignent rapidement, non sans quelques coups d’œil en arrière pour vérifier que je ne les suis pas. Des bruits de pas derrière moi me font me retourner.
Ruka. A bien la regarder de face, elle a l'air si fatiguée, soudainement si faible comparé à ce à quoi je m'étais habitué.

- … Mais je crois qu’elle est à deux doigts de nous laisser une chance alors … Saisissons-la, ok ? Fais-le pour moi s’il te plaît, et pas par fierté.

La possibilité qu'elle m'accepte comme élève ravive en moi l'espoir de venger la mort de Zéphyr. J'ai beau la détester, si elle peut m'apporter la force que je recherche, je ferai mon possible pour supporter son caractère. De plus, Ruka a l'air de véritablement tenir aussi à cet entrainement... alors autant faire un pierre deux coups et ne pas avoir à changer nos plans.

- Je te suis.

Je vais continuer de croire en toi et à ton jugement, Ruka.

Nous retournons chez Yuki, dans sa cuisine plus spécifiquement et Ruka se voit forcé d'aller se coucher, suite au conseil un peu trop autoritaire de sa tante tyrannique.

Nous voilà à présent seuls tous les deux. Elle découpe avec une rapidité déconcertante tout un tas de légumes avant de les mettre de côté. Du moment, qu'elle ne se sert de son couteau que comme ustensile de cuisine, pas de raison de s'inquiéter.
Ruka lui a résumé notre situation, ce qui va peut-être faciliter les choses.

- Je vous écoute.

- Est-ce que tu tiens vraiment à Ruka ?

- Cela ne vous regarde pas.

Un léger soupir me montre clairement qu'elle s'attendait à une réponse de ce genre. En même temps, elle espérait quoi? Que je déballe ma vie comme ça, dans une cuisine devant des légumes et une femme aigrie pour témoins ?
Ce qu'elle dit ensuite sonne à la fois comme une menace, un aveu et une confession de son amour pour sa nièce, en dépit de ses propos agressifs et durs.

Je ne rétorque rien, préférant patienter et la laisser terminer. Ses dernières questions, pleines de sens ne me font pas vraiment réfléchir. Moi-même je suis conscient que tuer cet homme ne ramènera pas mon père.

- Je vais être honnête avec vous. Je vous déteste et je ne vous fais pas confiance non plus. Vous êtes sans doute très forte pour soumettre vos élèves et vos proches, mais sachez que je ne serai certainement pas docile et agréable avec vous, de même que vous ne l'êtes pas avec moi. J'ai bien compris ce que vous avez insinué et sachez que la peur et l'intimidation ne fonctionnent pas avec moi. Je trouve même puéril que vous en veniez à menacer une personne que vous ne connaissez pas.

Je reprends mon souffle avant de reprendre avec une voix aussi posée que précédemment.

- Une fois cet homme mort, je continuerai de protéger votre nièce, comme je m'efforce déjà de le faire. Les dangers ne manquent pas et je lui suis encore extrêmement reconnaissant de ce qu'elle a fait pour moi. Elle a eu l'ouverture d'esprit que vous ne possédez pas. Celle de croire en moi.

Néanmoins, avant de mourir, il devra me donner des réponses. Sur moi... et sur mon histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Lun 7 Déc - 18:42

Au moins, les choses étaient dites. L’un n’appréciait pas l’autre. Après avoir débité des propos de toutes sortes, ce fut au tour d’Axel d’avoir la franchise de dire le fond de sa pensée à Yuki. Honnêtement, s’il m’avait dit ce qu’il était en train de dire à ma tante, je l’aurai déjà assommé. Ce n’était pas l’envie qui manquait d’ailleurs, mais bon, en réalité, ca la faisait sourire doucement. La fin des explications d’Axel, me concernant en grande partie, avait de quoi lui faire échapper un léger rire étouffé.

- De l’ouverture d’esprit hein ? Elle l’a dit elle-même, je ne suis pas sa mère. Elle l’a hérité de Sanae. Pas très difficile d’en déduire que Sanae était la sœur de Yuki, et ma mère. - Sa mère était ouverte et voyait le bien dans le cœur des gens au point de donner sa confiance. Trop facilement à mon goût. C’est cette particularité qui a donné naissance à Ruka. Et cette même particularité qui l’a amenée à sa mort.

De quoi bien casser l’ambiance, même si c’était la vérité … Au final, je n’ai jamais su moi-même exactement comment ma mère est morte. Mais Yuki, oui. Le sujet ne lui plaisait pas, cela lui rappelait cet homme dont ma mère s’était éprise, cet homme avec qui elle avait eu une fille. Aujourd’hui encore, Yuki était persuadée que si ma mère n’avait jamais rencontré ce jeune SOLDAT, elle ne serait pas morte. Mais je ne serai pas née non plus. Et si elle ne le disait pas directement à Axel, elle craignait que le schéma se reproduise avec moi.

* Lui aussi, il avait dit qu’il la protégerait à l’époque. *

Pensa-t-elle un instant. Elle se concentra un instant sur la cuisine, ne laissant rien transparaître, pour conclure :

- Tu as du caractère. Et du potentiel. Ca me plaît. Elle tourna un bref instant la tête pour lui désigner une direction du menton. - La chambre est au fond là-bas. Va la rejoindre.

Elle n’avait rien de plus à savoir de lui pour le moment. Et elle devait préparer le repas. Donc Axel n’avait plus qu’à me rejoindre, même si moi pour le moment, j’étais dans les bras de Morphée. Mais c’était le genre de repos étrange, un sommeil sans rêve particulier. Pourtant lorsqu’Axel venait de rejoindre, le bruit de la porte qui glissait m’extirpa aussitôt de ma torpeur. C’était donc un sommeil léger. J’avais l’impression d’avoir dormi depuis des heures alors que ca ne faisait pas très longtemps. L’esprit bien embrumé, je me redressais avec difficulté pour apercevoir Axel. Je me mettais assise et ramenais mes jambes contre moi. Sur le moment, je me contentais de le regarder sans rien dire, je réagissais vraiment au ralenti.

- Hey … Ca s’est bien passé ? Elle n’a pas été trop dure avec toi ?

Me décidais-je à demander au bout de plusieurs longues secondes. Bien que je me doutais de la réponse, je préférais demander. Je passais ma main derrière ma tête en riant nerveusement.

- Je t’avais prévenu que c’était une teigne … Dis-toi que j’ai dû la supporter pendant seize ans ! Lui avait fait fort dès le départ, je me rappelais ce qu’il s’était passé avant qu’il ne quitte la pagode. - Qu’est-ce qu’il s’est passé tout à l’heure ? C’était la première fois depuis que je te connais que tu grésillais autant …

Honnêtement, c’est le genre de moment où tu te dis qu’il ne vaut mieux pas s’énerver avec lui … Pas trop envie de me faire griller sur place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Mar 22 Déc - 14:15

Axel- Comme je l'ai déjà dit, je me fiche du passé et des drames liés à votre famille. Ce qui m'importe actuellement, c'est uniquement le présent. Le reste, c'est vos oignons, pas les miens.

Un léger silence s'installa, je pensais que Yuki réagirait au quart de tour mais finalement, elle se contente de me complimenter avant de m'indiquer l'endroit où est allée Ruka.

- Merci. A tout à l'heure... je suppose.


D'un pas lent, je me dirige vers la chambre. Ruka m'y attend depuis un moment maintenant. Lorsque j'entre, elle qui était jusqu'à présent allongée se redresse et me fait face. Elle se recroqueville sur elle-même, comme elle l'avait déjà fait sur le bateau plus tôt dans la journée.

- Très honnêtement... ça aurait pu être pire. Mais je l'aurais déjà étouffée dans son sommeil si j'avais dû la supporter aussi longtemps que toi.

Cela a au moins le mérite de la faire sourire, même si elle semble un peu gênée.

- Tu mérites une médaille pour un exploit pareil. Vraiment.

Ruka marque une légère pause avant de me parler du moment où j'ai "grésillé". Sans doute au moment de l'altercation que nous avions eu Yuki et moi.

- Un réflexe je crois. Je ne voulais vraiment pas frapper ta tante et sur le moment, je me suis dit que c'était la seule solution pour qu'elle me lâche... Elle a pas l'air de l'avoir trop mal pris heureusement.

Je m'approche du lit et demande poliment à Ruka si je peux m'assoir, bien que je sache pertinemment sa réponse. Je m'assois donc au bord du lit et je joins mes mains, pour mieux réfléchir et chercher mes mots.

- Tu sais... j'ai réfléchi à ce que tu m'as dit ce matin. Je ne pense pas que cet entrainement changera quoi que ce soit entre nous. Effectivement, comme tu peux t'en douter, je ne trouverai la paix qu'en tuant cet homme. Mais ne crois pas que cela m'éloignera de toi d'une quelconque façon. Il faudra que l'on se sépare un temps, mais ce n'est qu'un éloignement géographique. Mes sentiments resteront les mêmes quoi qu'il arrive.

Je garde le silence quelques instants avant de reprendre, sur un ton un peu plus interrogateur et intrigué.

- Je crois aussi que tu m'as parlé du fait qu'une part de toi te manque beaucoup. Tu parlais de quoi exactement ?

Centré sur moi-même, j'en oublie parfois que je dois m'intéresser un peu plus à elle et que je suis bien loin de la connaître sur le bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Mar 22 Déc - 18:21

Mériter une médaille pour avoir supporté pendant seize ans ma tante ? J’avais beau être un peu gênée, et encore un peu embrumée par ma micro sieste, cette remarque me fit pouffer de rire. Mais je revenais bien vite sur ce qu’il s’était passé plus tôt, lorsqu’il avait un peu électrisé Yuki pour qu’elle lâche prise sur lui. Un réflexe hein … De jour en jour, l’électricité et la foudre ont l’air de devenir les meilleurs alliés d’Axel.

Bref. Il finissait par s’approcher pour s’asseoir à côté de moi. Un simple signe de tête de ma part suffit à lui en donner l’autorisation, je n’ai pas vraiment de raison de l’envoyer voir ailleurs après tout. Il revenait sur ce que j’avais dit plus tôt dans la journée, à ce moment où j’avais exprimé le souhait que rien de tout ce qu’il se passerait ici, changerait quoi que ce soit dans notre … « amitié ». Pouvait-on vraiment parler d’une amitié quand celle-ci est remplie d’ambiguïtés ?

Quoiqu’il en soit, au fur et à mesure qu’il parlait, j’avais levé les yeux vers lui pour ne pas le lâcher des yeux une seconde pendant qu’il s'exprimait. Je devais avoir l’air beaucoup trop sérieuse … Aussi finissais-je par sourire à la fin de ses propos. Oh, en soit, ca ne me plaisait pas des masses qu’il garde ce désir de vengeance un peu trop ancré en lui, mais bon. Le plus essentiel était là : pour lui non plus, rien ne devait changer. Malgré tout, quelque chose m’amusa et ma tête s’était retrouvée à, à peine quelques centimètres de la sienne alors que mes lèvres dessinaient un sourire rempli de malices.

- Ah ? Et quel genre de sentiments exactement ?

Evidemment, je cherchais là une réponse à une question dont j’avais déjà les éléments, si je puis dire. Mais d’un autre côté, rien n’avait jamais été très clair non plus. Toujours est-il que le but premier de ma question était juste de l’embêter et tenter de le perturber comme je savais si bien le faire d’ordinaire. A vrai dire, j’ai l’impression que ca faisait une éternité que je ne l’avais pas fait. Pourtant, on ne peut pas dire que la situation soit à l’amusement hein ? On est là à discuter, on est à Wutai, on vient de passer un sale moment avec ma tante, tout est bon pour faire déprimer n’importe qui dans ma situation et qui a connu mon histoire.
Toujours est-il qu’il revenait plutôt à ce que moi je pensais. Ah, ca non plus, il ne l’avait pas oublié. Je reculais un peu et me tournais pour reprendre ma position initiale, les jambes ramenées contre moi, à fixer le mur en face.

- Hum … Comment dire … Voilà, qu’est-ce que je vous disais ? L’art de passer d’un état d’âme à l’autre, la situation peut basculer avec un rien, parfois. - Cette idée m’est venue en tête la première fois alors que j’étais fatiguée, à moitié énervée, et à moitié triste et envahie par la culpabilité. Mais je crois qu’il y a du vrai dans tout ca … Les choses ont été vraiment … très vite.

Je peine à trouver mes mots. En soit, je sais ce que je veux dire, mais cash comme je suis, j’ai peur qu’il l’interprète trop mal. Je prenais une petite inspiration afin de me donner le courage de le fixer à nouveau dans les yeux.

- Disons qu’il y a deux semaines encore, j’étais un électron libre. Si on m’avait dit que j’allais retourner ici pour revoir ma tante, m’entraîner pour devenir plus forte, et surtout que je changerai tous mes projets, j’aurai bien rigolé. A l’origine, c’était toi qui me suivais, maintenant j’ai plutôt l’impression que ca devient l’inverse.

Ah ouais, bah pour parler sans que les choses soient dites de travers, on repassera, hein ? Bon merde, je suis lancée, je continue !

- Euh, enfin, ne va pas croire que tout est de ta faute hein ? C’est juste qu’avec les événements récents, j’ai l’impression d’avoir gagné 20 ans de maturité d’un seul coup ! J’ai la sensation que je ne m’amuserai plus jamais de ma vie alors que bon … C’est pas comme ca que je vivais avant, j’étais pas aussi « sérieuse » et je n’ai pas envie de trop le devenir. Ca va me gâcher la vie sinon.

Je baissais un peu les yeux. Je n’avais pas le courage de lui dire que j’avais même songé à fuir pour retourner chez moi. D’une, car j’étais sous l’influence des émotions en pensant à une chose pareille, de deux, parce que je ne voulais pas le faire culpabiliser, et de trois, parce que je l’aurai regretté si je l’avais fait.

- Voilà. C’est ce côté « liberté » et « je fais ce que je veux » qui me manque. Tu me diras, personne ne m’a obligée à quoi que ce soit. Peu importe le choix que je ferai, il y aura toujours quelque chose que je regretterai. Mais bon, entre tout plaquer pour redevenir l’ancienne Ruka et perdre un ami, ou garder l’ami et faire quelques sacrifices, le choix est vite fait !

Conclus-je avec un léger sourire. Toujours rester un minimum optimiste, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Ven 25 Déc - 11:50



Au beau milieu de la conversation, se moquant bien de qui disait quoi ou qui faisait quoi, un petit mog apparut de nulle part et se précipita devant Ruka et Axel... le temps semblait s'être arrêté, les gens autour d'eux se retrouvaient figés et ne semblaient pas se rendre compte de ce qu'il se passait et le petit mog tendit alors deux petits cadeaux aux jeunes gens

«Joyeux Noël! Coubo!»

Il leur remit les cadeaux et pouf! Il disparut! Le temps reprenait son cours, mais qu'est-ce que c'était que ça?

===================

Le Mog de Noël vous offre un petit cadeau!

Axel reçoit un super téléphone dernier cri pour que Ruka puisse le harceler de SMS lorsqu'ils seront séparés (cadeau de Ruka)
Ruka reçoit une sphère luminescente qui brille dans le noir et change de couleur selon son humeur, pour qu'Axel sache à l'avance à quoi s'en tenir! (cadeau d'Axel)

Joyeux Noël!



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Mar 5 Jan - 15:46

AxelHabitué aux remarques taquines de Ruka, je ne relève pas sa question sur mes sentiments pour ne pas prendre le risque de jouer son jeu et de me retrouver dos au mur... façon de parler.
Après quelques hésitations et instants de réflexion, elle m'explique peu à peu ce qu'elle avait voulu dire plus tôt dans la journée.
J'acquiesce plusieurs fois en l’écoutant attentivement avant de prendre finalement la parole.

- Je vois. Finalement, ce n'est peut-être pas plus mal que l'on se sépare quelques temps après notre "entrainement". A la fois pour se faire oublier par "tu-sais-qui" et pour remettre de l'ordre dans nos esprits.

Cela ne m'enchante vraiment pas et je pourrais peut-être regretter très vite ce choix, mais pour le moment je préfère que l'on s'y tienne.
Alors qu'un léger silence s'installe dans la pièce, une nouvelle peluche vivante fait son apparition dans la pièce... elle ressemble étrangement à celle que nous avons croisé sur le navire à destination de Dol...

Instantanément, je cherche mes armes pour menacer la créature. Je me souviens parfaitement de ce qu'elle m'a fait la dernière fois et je ne l'oublierai jamais.

- Touche-moi encore une fois avec ton bâton et je te promets que tu vas perdre quelques centimètres très rapidement.

- Non non non non ! Ne me tue pas, Kupo ! Je viens pour vous offrir vos cadeaux de Noël !

- Nos... quoi ? C'est une blague ?

Je regarde ma partenaire pour voir si elle sait quelque chose mais en voyant sa tête, je comprends vite qu'elle n'est pas plus avancée que moi.

- Tu m'as jeté un sort il y'a quelques jours. Tu m'as transformé en gamin et je suis resté coincé comme ça toute une journée ! Maintenant tu veux nous offrir des cadeaux pour te faire pardonner ? C'est pour ça que tu fêtes Noël en avance ?

- Je comprends rien à ce que tu dis, Kupo ! Tenez ! Je dois continuer ma tournée ! Si je m'occupe de la prochaine, t'auras pas de cadeau toi !

Une seconde suffit au petit animal pour se volatiliser et nous ramener à la réalité. Pendant quelques instants, j'ai bien cru être en plein rêve.

- Bon... Je suppose que... on devrait les ouvrir ?

Sans plus attendre, je retire l'emballage et je trouve dans une boite ce qui semble être le dernier modèle de téléphone du moment, à en juger par ce qui est écrit.

- Oh... Je n'ai jamais eu de téléphone. Ruka tu en as un il me semble, tu pourras me montrer comment ça fonctionne ? Je me demande bien comment on s'en sert et ce qu'il peut faire... Il est pas si méchant que ça ce mog finalement !

Trop préoccupé par mon propre cadeau, je n'avais pas vu que Ruka avait elle aussi ouvert le sien et en voyant ce qu'il contient, je ne peux m'empêcher de sursauter de surprise.

- Comment il a pu penser à ça... C'était un projet que je n'avais pas encore commencé. Je voulais faire exactement la même chose ! C'est une sphère luminescente qui... théoriquement et si elle marche, change de couleur selon ton humeur en se basant sur plein de critères... que j'ai toujours du mal à identifier. Il a réussi à faire ça.

Je reste sous le choc quelques instants avant de reprendre la parole.

- Bon bah... Joyeux Noël du coup ?
Revenir en haut Aller en bas
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Mar 5 Jan - 22:33

Après la réponse d’Axel à mes propos, un petit silence s’était installé. Dans le fond, c’est évident qu’aucun de nous deux n’approuve cette décision, même si on sait quelque part que ce n’est pas pour nous faire du mal. Je me mettais à sourire doucement. Remettre de l’ordre dans nos esprits hein ? Dans ce cas, oui, je préfère qu’on se quitte si c’est pour mieux se retrouver … Sauf que si j’imaginais que c’était une courte séparation, en réalité, elle allait durer des mois. Bref. Je n’avais rien ajouté de plus et de toute façon, je n’en avais pas le temps. Un mog vêtu d’une tenue de Noël venait d’apparaître dans la pièce. Tout comme Axel, mon premier réflexe fut de chercher mon couteau pour me tenir prête à lui balancer dans la tête. Je me souvenais très bien du premier mog qui était apparu de cette façon et il nous a fait vivre un enfer en transformant Axel en gamin ! Ca a quand même suffit à me convaincre que je ne voulais pas de gosses - pour le moment ! Mais la bestiole affirmait qu’elle n’était là que pour nous distribuer nos cadeaux de Noël. Je haussais un sourcil, ne comprenant rien à ce qu’il disait, puis ca finissait par m’énerver.

- Te fous pas de nous. On est loin d’être à Noël, on est qu’au printemps ! Alors soit t’es vachement en retard, soit t’es beaucoup trop en avance !

Quant à Axel, il tentait de rafraîchir la mémoire du mog en lui rappelant ce qu’il lui avait infligé, mais la bestiole ne semblait pas s’en souvenir … En même temps s’il a fait des blagues à plusieurs personnes sur Héméra, j’imagine qu’il ne se souvient pas de tout le monde ! Mais bref. Le mog avait fini par disparaître en nous laissant un paquet cadeau chacun. Je le fixais un instant, restant sur la défensive pendant de longues secondes avant de me décider à relâcher mon attention. C’est un piège ? Ou c’est vraiment un cadeau ? C’est juste … trop bizarre. Les mogs sont des créatures étranges. Ils apparaissent comme ca pour vous jouer un tour, et vous ne savez pas si c’est un bon ou un mauvais … Enfin j’ignorais que les mogs n’étaient pas vraiment comme ca d’ordinaire, juste certains qui ont un pet dans le casque, mais bon hein. Deux fois qu’on rencontre un mog avec Axel, et deux fois on se retrouve dans une situation inexplicable, comprenez mon point de vue !

Je ne touchais pas à mon cadeau pour le moment, je regardais Axel déballer le sien avec prudence … mais ca n’avait rien de dangereux, et ca ne semblait pas être une mauvaise blague. Il venait d’avoir un téléphone encore plus génial que le mien ! Je battais des cils un instant en fixant la boite de l’appareil avant de tourner les yeux vers Axel qui voulait que je lui apprenne à s’en servir.

- Euh, oui.

Il n’allait peut-être pas comprendre ma surprise, ou alors il va se dire que je ne m’attendais pas à ca moi non plus … Mais quelque chose me troublait quand même. J’en parlerai après. Du coup ca avait éveillé ma curiosité concernant mon propre cadeau. Pendant qu’Axel regardait la boîte sous toutes les coutures, je déballais le mien afin de voir ce qu’il contenait. Une sphère … ? Sur le coup je ne comprenais pas ce que c’était, jusqu’à ce que mon cher camarade se retrouve lui-même surpris et m’expliqua que c’était un projet qu’il avait en tête pour … décrypter mes émotions et mon humeur !???????????? Sérieusement !??? Mais plus troublant …

- Joyeux Noël à toi aussi … mais … tu veux dire que ca, cette sphère-là, tu comptais vraiment m’en faire une et ce mog t’a pris de vitesse ? Je baissais les yeux vers son téléphone. - Ton portable. J’avais songé à t’en offrir un avant qu’on se sépare … De sorte à ce qu’on garde quand même un minimum de contact.

Ce mog vient du futur ou quoi !? C’était … déroutant. Mais dans le fond ca m’arrangeait du coup. Soyons honnêtes … Je prenais à nouveau la sphère dans mes mains. Une couleur précise pour chacune de mes humeurs, afin qu’Axel sache à quoi s’en tenir ? C’est un cadeau qui lui est surtout utile à lui en fait !! Il y avait un petit papier dans la boîte où était enfermé mon cadeau, je le prenais afin de le lire. Oui c’est bien ce qui est marqué, c’est exactement ce qu’il a décrit … Je ne savais vraiment pas comment le prendre sur le coup. J’avais envie de plaisanter et de le taquiner sur le fait qu’il voulait vraiment que je n’aie aucun secret pour lui, mais, je ne comprenais pas.

- Pourquoi tu voulais m’offrir ca ? Tu veux vraiment comprendre à ce point comment je fonctionne et ce que je peux cacher ?

Vous savez ce que ca veut dire ? Vous voulez un exemple ? D’ordinaire si je suis triste à cause de quelque chose, je me tais et je préfère sourire, dire des conneries, pour finalement penser à autre chose et laisser croire à mes interlocuteurs que tout va bien. Et bah avec ca, ce ne sera plus le cas ! Je ne pourrais plus me cacher derrière des beaux sourires - sauf si je planque bien la sphère ? Je ne savais pas trop comment réagir non. Je ne trouvais pas que c’était un mauvais cadeau, mais je crois que je trouve ca touchant dans le fond. C’est comme vouloir entrer dans ma bulle, et ca, il y a très peu de gens qui ont voulu s’y aventurer. Ou alors ils ont essayé mais je ne les ai pas laissé entrer. Je crois qu’il n’y a que ma meilleure amie qui me connait par cœur. Après j’étais peut-être à côté de la plaque et c’était pour ca que je préférais lui demander quand même, pour savoir à quoi m’en tenir tout de même.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Mer 6 Jan - 19:33

Axel- Disons que je pensais éventuellement en fabriquer une oui... mais avec les derniers événements... bref. Je trouve ça dingue que ce... truc ait pensé exactement à la même chose que moi...

Je ne sais pas quand m'est venu l'idée exactement. Après tout, ce n'est pas comme si cela faisait des années que je connaissais Ruka... Mais elle a parfois l'air si mystérieuse et si fermée que... je me suis mis à imaginer quelque chose qui pourrait me permettre de mieux la comprendre.

- Ah oui ? C'est vrai que c'était une bonne idée pour le téléphone... vu comme tu n'aimes pas dépenser tes sous, on peut dire que t'as de la veine ! J'ai eu le cadeau que tu voulais et t'as pas déboursé un centime !

Malgré tout ce qu'il était advenu ces derniers temps, je ne pus m'empêcher de sourire en fixant mon cadeau. Le premier que l'on m'offre depuis... les armes de mon père. C'est étrange comme sentiment... je ne peux m'empêcher d'être heureux, de jouer avec et de le regarder sous toutes ses coutures.

- Merci beaucoup, vraiment. Si cette petite bestiole s'est basée sur la chose que l'un voulait le plus offrir à l'autre, tu as vraiment eu une idée géniale.


Ruka observe un peu mieux son cadeau et la petite fiche en carton qui décrit avec exactitude ce qu'est cette petite sphère, ainsi que les associations entre les couleurs et les émotions. Si la peluche farceuse a pensé exactement comme moi, le bleu sera lié à la tristesse, le noir à la colère, le vert au doute et le rouge à... l'amour ou la passion, je crois. Le reste, je ne suis toujours pas sûr de mes propres choix, alors ça peut être tout et n'importe quoi...

- Pourquoi tu voulais m’offrir ca ? Tu veux vraiment comprendre à ce point comment je fonctionne et ce que je peux cacher ?

- Hein, quoi ? Non ! Enfin si... mais c'est pas malsain hein...?  Je veux juste mieux te cerner et comprendre plus facilement ce que tu ressens vraiment. Mais si ça te gêne ou que tu préfères tout garder pour toi bah... fais en ce que tu veux.

J'espère quand même qu'elle va la garder et s'en servir de temps à autre...

- A table !

La voix de la tante de Ruka résonne dans toute la bâtisse. En me concentrant un peu, je peux sentir la bonne odeur d'un plat mijoté, sans vraiment savoir ce que ça peut être. Une spécialité locale peut-être ?

- On devrait y aller. Déjà qu'elle peut pas me voir en peinture, faudrait pas qu'on la fasse attendre. Tu oublies pas de me montrer comment marche le téléphone après hein ?

La journée avait commencé du mauvais pied. Les jours précédents n'ont pas non plus été évidents mais je commence à la voir de nouveau. La petite étincelle de vie faisant surface dans l'obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Jeu 7 Jan - 17:27

Oui, recevoir un cadeau, quel qu’il soit, faisait toujours plaisir. J’étais plutôt contente de voir Axel sourire à chaque fois qu’il regardait la boîte où était enfermé son téléphone et oui, comme il le disait, en plus, je n’avais pas eu besoin de débourser le moindre gil pour le coup ! Toutefois, j’étais vraiment intriguée par la sphère qu’il voulait me faire, et que je venais de recevoir. A mes interrogations, Axel semblait gêné à l’idée que je prenne cela pour une idée malsaine, mais au fur-et-à-mesure qu’il parlait, je me mettais à sourire de plus en plus. Oh, pas ce genre de sourire louche et espiègle qui annonce une future connerie … Plutôt un sourire qui semblait dire que j’étais touchée. Je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’il songe un jour à vouloir faire un objet, dans l’unique but de mieux me comprendre.

La voix si agréable de ma tante – ahem – retentit à travers toute la maison pour nous signaler qu’il était temps de ramener nos fesses à table. Mais avant de quitter la chambre, Axel insistait sur le fait que je devais lui apprendre à utiliser son portable. Je devais paraître bizarre, ou débile, depuis tout à l’heure. Depuis qu’il m’avait répondu, je m’étais juste contentée de sourire comme une idiote en le regardant. Je n’avais même pas les mots pour lui dire merci … ou peut-être étais-je simplement trop fière – ou gênée ? Moi ? – pour lui dire que ca me touchait vraiment. Je me contentais de hocher la tête pour lui répondre, puis je me décidais finalement à me pencher pour lui déposer un baiser sur la joue. Tout simplement. Parfois un geste vaut mieux que mille mots, n’est-ce pas ? Je me reculais et prenais appui pour me relever, inutile de faire attendre Yuki plus longtemps.

- Allez viens !

Je laissais la sphère à côté de mes affaires et quittais la chambre avec Axel pour rejoindre la petite salle à manger. Table basse, il allait vite comprendre qu’on mangeait à genoux par terre, une autre tradition particulièrement chiante de Wutai. Autre point, il allait falloir manger avec les baguettes et ca, j’étais assurée qu’Axel ne saurait pas comment faire. Bref, l’odeur de la nourriture m’ouvrait l’appétit, Yuki n’avait pas vraiment fait un plat « très » traditionnel, seulement de la viande bien mijotée avec des légumes taillés de façon régulière. La sauce dans laquelle avaient mijoté tous ces ingrédients était un peu sucrée, donc j’espérais que ca ne dérangerait pas Axel de manger du sucré-salé. En revanche à peine approchions-nous de la table que quelqu’un était à la porte, forçant Yuki à nous quitter pour le moment pour aller s’entretenir avec un autre maître du village.

- Ca, c’est un des maîtres de la Grande Pagode. ‘fin si ca n’a pas changé depuis quatre ans. Bon, viens par-là que je te montre !

Je l’invitais à s’asseoir et je passais derrière lui après avoir pris mes baguettes pour lui montrer comment les tenir. Il devait utiliser ca comme une pince et je savais que pour beaucoup de personnes, le geste ne venait pas naturellement. Dans la cuisine de Wutai en général, on taillait et coupait tous les ingrédients de sorte à ne plus avoir qu’à les attraper avec les baguettes. Même la viande-là était coupée en fines lamelles pour qu’on n’ait plus qu’à la saisir.

- Quand t’attrapes un truc, essaie de bien maintenir tes baguettes telles qu’elles le sont d’accords ? Je sais que quand j’étais petite, et c’est le défaut de beaucoup de personnes, j’avais tendance à resserrer les baguettes quand je tenais quelque chose en pensant que ca empêcherait mes prises de tomber … Bah ca fait l’inverse en fait, ca foire tout !

Au pire s’il n’y arrive vraiment pas, on ira lui chercher des couverts normaux … Je sais que Yuki n’en avait pas mais dans les restaurants à côté oui, car pareil, bon nombre de touristes n’avaient pas le geste.
J’allais me mettre à ma place, à côté d’Axel, mais je jetais un coup d’œil en direction de ma tante pour voir qu’elle revenait. Pas la moindre idée de quoi ils avaient parlé mais moi j’avais autre chose à lui demander.

- Dis ? Je peux te poser une question ?
- Oui ?
- Je pensais que … quitte à reprendre l’entraînement, il vaudrait mieux que j’ai une arme plus adéquate. Et …
- Si tu veux la Dague de Léviathan, tu l’auras.
Je haussais un sourcil, elle a deviné comme ca ? Plus louche … Si elle me dit ca, c’est qu’il y a une condition. - A une condition. Bingo … - Tu achèves ce que tu as commencé avant de partir.
- C’est pour ca que je suis là ! Mais … Je ne veux pas d’une formation qui dure quatre ans …
- Vu ce que tu m’as raconté, je m’en doute. C’est pour ca que je compte vous entraîner plus durement, et tous les jours, toute la journée. Ce sera difficile, fatigant, mais si vous êtes déterminés, ca ne vous posera aucun soucis, n’est-ce pas ?


Si on bosse plus dur tous les jours, une formation de plusieurs années pourrait revenir à quelques mois … Euh attendez. Elle a dit « vous entraîner » ? Donc elle a vraiment accepté Axel !? Je m’apprêtais à sourire jusqu’à ce qu’elle le désigne justement avec ses baguettes.

- En revanche, toi, ta formation durera un mois. Puis elle me pointa. - Toi, trois mois. Minimum.

Vous voyez mon visage se décomposer là ? Axel ne va pas rester deux mois à Wutai sans rien faire ! Je suppose qu’il profiterait justement de ce délai pour la séparation que nous avions prévu … Mais deux mois ca fait beaucoup ! Et elle a dit « minimum » ! Ca veut dire que ca peut durer plus longtemps … Mais suis-je en mesure de protester ? J’ai vraiment besoin de cet entraînement, je ne veux plus être une poupée de chiffon à la merci du frère d’Axel … Ni être un vulgaire obstacle, déchet, aux yeux de n’importe qui ou quoi qui chercherait à me nuire.

- Mais pourquoi Axel doit s’entraîner moins au fait ?
- Parce que je ne compte lui apprendre que ce dont il estime avoir besoin. Toi il s’agit d’une formation complète que tu as commencée il y a des années et que tu as laissé inachevée.


Je me tournais vers Axel, avant que Yuki ne reprenne.

- J’ai des choses à faire cet après-midi. Vous avez toute l’après-midi et la soirée devant vous, tâchez d’utiliser votre temps pour vous reposer car vous commencez dès demain. Ah oui, et Ruka si tu veux t’entraîner directement avec la bonne dague, prends le temps de passer à la Grande Pagode pour la récupérer. Tu as mon accord.
- Merci beaucoup !! J’irai tout à l’heure !!
- Je compte sur toi pour ne pas me décevoir en échange.
Oui c’est vrai … Je lui dois bien ca, je suppose … - Ca vous va ? Axel, des objections ?

Bizarrement, je sentais quand même qu’il y avait une certaine tension, il n’y avait rien à faire, jusqu’au bout elle ne lui ferait pas confiance à cent pourcent … Mais je suppose qu’elle fait d’énormes efforts si elle va même jusqu’à lui demander son avis, autant prendre ca pour un bon signe. Bon, en tout cas, finissons de manger, et après … Hum, on verra, on commence par le téléphone ou la pagode ? J’avoue que j’étais assez impatiente à l’idée de voir à quoi ressemblait la dague, et me dire qu’elle avait appartenu à ma mère avant moi, c’était comme si j’allais avoir un souvenir d’elle … Non. Ce serait comme si je l’avais près de moi …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fulgora
Admin Foudroyante

Admin Foudroyante

avatar
Fiches du joueur :
Personnages :
Ace - Agnès Oblige - Azura Lucem - Ruka Kawanomu - Rydia - Sheli Makunochi - Y’Dahlin Shul

Niveau : 100
HP : 9999/9999
MP : 999/999

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Jeu 7 Jan - 20:22

Mog Mog Mog

Ruka passe au niveau 15 !

Mog Mog Mog

Axel et Ruka gagnent 350 gils chacun !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Jeu 14 Jan - 17:56

AxelAprès avoir laissé nos cadeaux respectifs dans la chambre, je suis Ruka en direction de ce qui semble être une salle à manger, bien qu'elle ait plus des allures de salon... au style rudimentaire.
Un tatamis, une table, des sortes de coussins très fins pour s'assoir je suppose ? Décidément, ils n'apprécient pas faire comme tout le monde.
Rapidement, Ruka désigne de la tête la personne responsable de l'absence momentanée de sa tante, ce qui en soi, ne me dérange pas plus que ça, bien au contraire.

Par réflexe, je m'assois en tailleur sur l'un des coussins, avant de me faire reprendre par Ruka qui me signale bien qu'il vaut mieux manger genoux au sol, par respect pour la maîtresse de maison ou un truc du genre.

- C'est super inconfortable ! Je suis censé manger comme ça pendant tout le repas ?

En plus, ils ne mangent même pas avec des couverts mais avec des baguettes en bois... L'entrainement de Yuki aurait donc déjà commencé ? Je ne vois que ça pour s'infliger de telles contraintes..
Avec la plus grande des maladresses, je m'efforce de tenir ces outils de torture culinaire de la bonne façon afin de pouvoir enfin manger ce festin, qui avouons-le, est depuis le restaurant de Balamb ce que j'ai pu voir de mieux.

- Si tu arrives à manger avec ça, il n'y a aucune raison pour que je n'y arrive pas ! Ca doit pas être si compliqué une fois q'on a pris le coup.

L'entretien de Yuki avec l'un des maîtres de la Grande Pagode à présent terminé, elle nous rejoint à table et modifie totalement l'ambiance qui était jusqu'à présent plutôt agréable. Elle et Ruka se lancent dans une discussion à propos d'une dague jusqu'à ce que je me retrouve désigné du bout des baguettes par Yuki.

- En revanche, toi, ta formation durera un mois.


Avant d'annoncer à Ruka que sa formation en durerait trois. Bien que je trouve cela injuste, je peux comprendre qu'elle ne souhaite pas m'enseigner certaines choses, qui doivent se transmettre dans la famille ou seulement à ceux originaires de Wutaï. Très honnêtement, ce n'est pas ce qui me préoccupe le plus actuellement. Je commence à n'en plus pouvoir...

La discussion entre les deux femmes continue et je peine de plus en plus à me retenir, jusqu'à cette ultime demande de Yuki.

- Axel, des objections ?

A cet instant, ni une ni deux, je me lève brusquement de table avant de me masser les genoux et l'arrière des jambes, avant de finir par m'assoir en tailleur et poser mes baguettes sur la table.

- Cela vous dérange si je reste assis comme ça désormais ? Et... vous pourriez me donner des couverts ? De "vrais" couverts ? Je vais finir par mourir avant même que vous m'entrainiez...

Je guette la réaction de Ruka et de sa tante, en espérant qu'elles auront au moins un peu pitié de moi et de mes membres endolories.
Revenir en haut Aller en bas
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Jeu 14 Jan - 23:19

J’étais vraiment contente de savoir que je pouvais finalement récupérer la dague maintenant, par contre je ne me rendais pas compte en attendant quel calvaire était en train de vivre Axel à côté de moi ! Il faut dire que j’avais le nez sur mon assiette par la suite, j’avais très faim et s’il y a bien une chose – et la seule en fait – qui m’avait manquée à Wutai, c’était sa cuisine ! Yuki avait surtout demandé si on avait des questions par rapport à ses décisions au sujet de l’entraînement, et la seule réponse qu’elle obtint d’Axel, ce fut de le voir se lever brusquement pour se masser les genoux et prendre une posture plus agréable. Elle soupira longuement en le fixant là où j’affichais un sourire amusé, j’avais envie de rire : ca ne m’étonnait pas vraiment.

- Ce sont de « vrais couverts ».
- Aha, ici oui, mais pas ailleurs ! Et prends tes aises, les hommes sont rois ici. Je reviens.


Je sentais ma tante me jeter un regard noir à ces mots, bien qu’elle ne répondit rien à mes propos. Il faut dire qu’elle savait que j’avais raison, c’est juste qu’elle avait du mal à encadrer Axel à cause de son physique particulier. Bref. De mon côté je m’éclipsais à peine quelques petites minutes le temps d’aller dans le restaurant le plus proche pour demander des couverts « normaux ». L’une des dames – la plus âgée – dans les cuisines m’avait reconnue mais puisque j’étais pressée, elle ne fit pas la conversation avec moi. Je revenais aussi vite chez moi pour donner les couverts à Axel en priant pour qu’ils ne se soient pas étripés tous les deux pendant ma courte absence – on ne sait jamais ! Mais non, à la place, Yuki avait surtout fini son assiette et comme promis, elle devait s’absenter.

- Je compte sur toi pour ne pas mettre le désordre ici.
- Oui c’est ca, je te dis à plus tard aussi !


Soupirant à nouveau, elle quitta les lieux, et l’atmosphère changea presque tout de suite. Je me tournais vers Axel en affichant un sourire amusé.

- C’est marrant, dès qu’elle n’est plus dans la pièce, ca va beaucoup mieux ! Nous pouvions continuer de manger, et nous resservir si on le souhaitait, dans une ambiance bien plus légère ! - Ca te dérange si on passe à la pagode en premier ? Comme ca on peut revenir ici après et on sera tranquille pour le restant de la journée ! Juste tous les deux dans une grande maison, ca me donne presque des idées.

Oups ? Désolée le sous-entendu m’a échappé ! Je lançais un sourire taquin à Axel avant de rire, je crois que j’essaie surtout de me détendre moi-même. Je me rappelais ce que Yuki avait dit, je devais rester ici au moins trois mois … Je n’avais pas trop envie de demander tout de suite à Axel s’il allait en profiter pour s’en aller de son côté. Je n’avais pas envie d’y penser maintenant. Aussi, nous finissions notre repas et je me levais pour débarrasser, puis j’allais m’occuper de la vaisselle. Autant reprendre les habitudes dès maintenant si je ne voulais pas passer de mauvais quarts d’heure ce soir. Axel était libre de faire ce qu’il voulait en attendant, il pouvait même se changer puisque son kimono avait pris cher plus tôt.

Chose faite, et les lieux rangés, j’attrapais Axel par le bras pour qu’on sorte dehors. Je me fichais bien du regard des autres, je restais focalisée sur la grande tour visible au loin dans le village jusqu’à ce qu’on arrive devant les portes. De là je m’arrêtais pour me tourner vers Axel.

- Wah … Peu de gens mettent les pieds là-dedans. Je pense que tu pourras rentrer mais tu ne pourras pas monter jusqu’en haut. Viens.

Enfin. Sauf ce qui voulait défier les maitres au quotidien. J’attrapais sa main, et je prenais une profonde inspiration avant d’entrer … Sauf que la surprise allait être au rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Ven 15 Jan - 9:07

Il y avait pas mal de monde qui venait régulièrement dans cette pagode. Pourtant aujourd'hui, quelque chose de particulier se passait. La femme au comptoir qui accueillait d'ordinaire les combattants ne vit même pas le duo entrer, elle ne se rendait pas compte que la pagode toute entière était devenue un nouveau terrain de jeu pour une chimère que l'on prenait autrefois pour un dieu!


Léviathan

Au moment où Ruka et Axel passent la porte, ils ont l'impression de traverser un mur d'eau. De l'autre côté, le décor est exactement le même que celui auquel ils s'attendaient, en dehors du fait qu'il n'y a absolument personne et qu'ils ont probablement un léger bourdonnement dans les oreilles comme s'ils étaient sous pression. La chimère se dresse là, devant eux, paisible et calme.

«Et bien et bien... il était temps que quelqu'un ait l'ouverture d'esprit suffisante pour entrer dans mon repère...»

Était-ce donc cela? Est-ce que n'importe qui ne pouvait entrer dans l'antre d'une chimère? Plutôt étrange en soit, pourtant Léviathan paraissait serein et ne manifestait nulle impatience. D'ailleurs, il regardait Ruka avec une certaine insistance, comme si c'était surtout elle qu'il attendait? Allez savoir pourquoi...


«Je suis Léviathan, gardien de l'orbe de l'eau... j'ai perdu mes écailles dans cette grande pagode, acceptez-vous de les retrouver pour moi?»

Il allait sans dire qu'il y aurait une récompense à la clé, mais déjà, à voir s'ils accepteraient sans la carotte de la récompense, ou s'ils voudraient savoir avant!

==========================

L'épreuve de Léviathan: cinq écailles d'argent ont été perdues dans la grande pagode, il vous faut les retrouver. La seule contrainte est que vous ne pouvez trouver qu'une seule écaille par poste. Libre à vous de les trouver à chacun de vos postes ou de galérer un peu. Échec impossible sauf si vous refusez l'épreuve.

Accepter?



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Lun 18 Jan - 18:08

AxelLes hommes sont rois... Très étrange point de vue. Je doute que Ruka le partage d'ailleurs. Enfin bon, si mon statut de "mâle" me permet d'éviter la torture des genoux et des baguettes, je ne vais pas faire de remarques ou chercher à discuter sur le sujet.

Apparemment, pas de fourchettes ou de couteaux chez Yuki... Ruka est forcée de s’absenter pour aller m'en chercher ailleurs. Je me sens un peu gêné à l'idée de lui faire faire ça... Mais d'un autre côté, je me sentirais encore plus gêné pour mon estomac si je devais me priver de ce délicieux repas.

A présent seul avec la tante de Ruka, je ne peux m'empêcher de ressentir un grand malaise m'envahir. Elle me fixe sans arrêt, ce qui fait que je la fixe à mon tour avant de détourner les yeux au bout d'un moment... et ce plusieurs fois d'affilée. Impossible d'entamer la conversation sans redouter les remarques acerbes de cette femme...

Par chance, Ruka revient très vite et dès qu'elle me tend de quoi manger correctement, je la remercie avant de m'attaquer avec ardeur à mon assiette, ce qui ne manque pas de faire hausser un sourcil à Yuki. Elle se lève finalement avant de partir tout en adressant une remarque qui pourrait viser Ruka comme moi... peut-être les deux en fait.

- Ta tante est vraiment un sacré phénomène... Elle a bien failli me couper l'appétit. Ses yeux me lançaient limite des éclairs et crois-moi, j'en connais un rayon sur le sujet.

Avec tout ce qui s'est passé dernièrement, je pense pouvoir me réjouir d'avoir de nouveau de l'appétit et d'accepter progressivement tout ce qui a pu nous arriver. C'est toujours immensément dur d'y repenser, alors j'essaye de faire abstraction pour ne pas me recroqueviller sur moi-même en attendant d'aller mieux.

- Une visite de la pagode me convient parfaitement ! Et je peux t'assurer qu'il ne se passera rien entre nous dans cette maison avec ta tante dans les parages ! Je tiens encore un minimum à la vie !

Le repas terminé, j'aide un peu Ruka à débarrasser mais elle préfère apparemment s'occuper de la vaisselle toute seule, ce qui dans l'absolu ne me dérange pas le moins du monde.

- Tu crois que je peux mettre de côté le kimono pour le moment ? Il sent un peu le grillé et il est pas dans le meilleur état qui soit alors bon...


Après confirmation de la part de Ruka, je vais rapidement dans la chambre me changer. A peine sorti, je me retrouve encore une fois entrainé par ma partenaire pour entamer notre visite.
Quelques minutes de marche suffisent pour que l'on arrive devant la grande pagode de Wutai, avec une pancarte "interdit d'accès aux touristes" en guise de bienvenue.

- C'est déjà beau si je peux rentrer, alors le sommet de la pagode, je pourrais m'en passer ne t'en fais pas.

A peine avons-nous franchi les portes gigantesques de la pagode qu'une étrange sensation m'envahit. Une sensation semblable à celle du moment où l'on entre en contact avec de l'eau mais qu'elle semble légèrement plus solide, presque comme de la gelée. Heureusement, cela ne dure qu'un instant.

- Ruka, la créature droit devant, elle a toujours été là ?

Le décor en lui-même est déjà à couper le souffle, mais il est très vite éclipsé par la présence d'une sorte de dragon floattant dans les airs avec aisance, comme s'il ne pesait que quelques grammes.
Le plus perturbant reste quand même le fait qu'il soit doué de parole. Lorsqu'il s'adresse à nous, je ne peux m'empêcher de sursauter de surprise.

- Oh mais c'est ça une chimère du coup ! Et donc avec l'orbe on peut choper le cristal ?


Par contre, je dois avouer que le coup des écailles, je trouve que ça sonne presque comme un piège.

- Personnellement je n'ai rien contre le fait de retrouver vos écailles... Mais bon vous êtes une chimère, vous avez des pouvoirs non ? C'est étrange que vous ayez du mal à faire quelque chose d'aussi simple...

Je ne devrais peut-être pas être aussi suspicieux... Elle ne dégage rien de maléfique et je vois mal pourquoi elle nous tendrait un piège. Mais bon, soyons tout de même prudents.

- Je pense pouvoir dire qu'on accepte l'épreuve ! Pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Lun 18 Jan - 19:25

Evidemment, je taquinais – à moitié – Axel en disant qu’avoir la maison pour nous deux me donnait des idées. Dans le fond, je ne voulais pas penser à tout ce qui pourrait me ruiner le moral, et surtout tant que l’entraînement n’avait pas débuté, je préférais qu’on en profite.

- Toi qui voulais tester tes capacités sur un Béhémoth il n’y a pas si longtemps, tu viens me dire maintenant que tu n’aimes pas jouer avec le feu ?

Parce que faire des conneries sous le nez de ma tante … En fait non, dire qu’on « joue avec le feu » c’est même un euphémisme ! Quoiqu’il en soit, la vaisselle étant faite, Axel étant changé, nous nous étions dirigés vers la Grande Pagode. Je n’étais jamais montée là-dedans mais une chose est sûre, ce qui se produisait dès qu’on franchissait l’entrée était anormal. Mes oreilles se bouchèrent comme si j’étais à plusieurs mètres de profondeurs dans la mer, j’avais eu cette sensation de franchir un mur d’eau sans pour autant être trempée. Et là, il y avait cette immense dragon dont l’apparence rappelait vaguement celle d’un serpent … Axel m’interrogeait à ce sujet, mais j’étais tellement … surprise … que je ne lui répondais pas. J’avais vu suffisamment de représentations de Léviathan pour pouvoir le reconnaître d’un seul coup d’œil.

Je n’en revenais pas … Une Chimère ! Une Chimère vous dis-je ! Nous en avions enfin trouvé une ! Et pas des moindres, Léviathan était la première Chimère que nous rencontrions, que je rencontrais aussi, et il fallait que ca tombe sur celle qui était considérée comme un dieu aux yeux de mes ancêtres. Celui dont le nom avait été donné à la dague de ma famille. J’étais vraiment troublée et bouche bée alors que Léviathan nous parlait, nous demandant de chercher ses écailles dans la pagode. Je revenais un peu à moi à cet instant. Axel a parlé des Chimères, des Orbes, des Cristaux … Ah oui !! Les Orbes ! Je ne savais pas encore exactement ce que c’était, mais avec le peu d’informations que Lyte m’avait donné, j’avais réussi à faire des hypothèses qui tenaient la route, notamment que les Orbes étaient les clés menant aux Cristaux. Aussi, lorsque mon compagnon qualifia cette demande de « piège » - du moins il le soupçonnait tellement que le sous-entendu me paraissait énorme - je fronçais les sourcils pour lui répondre, sans pour autant détourner mon regard de la Chimère de l’Eau.

- Ce n’est pas un piège Axel. C’est un test. Cette fois, je m’adressais à la Chimère. - Est-ce vraiment un hasard que la Chimère de l’Eau, considérée comme une divinité ici, se trouve dans la Grande Pagode de Wutai ? Vous voulez savoir si nous sommes dignes d’obtenir l’Orbe que vous avez à offrir, c’est ca ?

Je prenais une profonde inspiration.

- Enfin peu importe, j’accepte. Puis je me tournais vers Axel en souriant plus franchement, et pleine d’assurance. - On est une équipe de choc, on va les trouver en moins de deux !

J’espère … Mais avant qu’on ne commence, je levais à nouveau les yeux vers la Chimère.

- Mais a-t-on un temps limité pour trouver les écailles ? Et on ne les trouvera qu’ici, hein ? Il y en a combien ?

De toute façon, je ne suis pas sûre qu’on puisse sortir d’ici maintenant que nous avons accepté …

Ruka et Axel acceptent l'épreuve !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crystal
Admin Gardienne

Admin Gardienne

avatar
Niveau : 99
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Mar 19 Jan - 12:44


Léviathan

Le petit bonhomme était amusant. Malgré tout, Léviathan garda le silence face à sa remarque, d'autant que la jeune femme semblait un peu plus subtile et comprenait davantage le but de la manœuvre![/i]

«Je suis désolé, je ne peux répondre à aucune de vos questions. Je vous propose simplement de retrouver mes écailles, il y en a 5 à trouver, sans réel temps imparti, si cette tâche vous semble ingrate, vous pouvez vous retourner et franchir la porte. En revenant, vous ne me trouverez plus.»

Autrement dit, il ne fallait pas sortir de la pagode pour trouver les écailles! Et donc, il valait mieux les trouver avant qu'ils ne meurent de faim ou de soif! Et il ne comptait pas encore répondre à Ruka au sujet de sa présence ici. Si elle voulait savoir, il faudrait qu'elle accomplisse cette tâche. Tâche qui ne semblait pas trop plaire à son compagnon.

la chimère disparut dans une nuée de bulles, pourtant, la pagode paraissait toujours terriblement vide, comme s'ils étaient dans une autre dimension. Trouver les écailles serait surement simple, mais il y avait beaucoup de recoins tordus dans ce genre de pagodes, beaucoup de poutres, de meubles, les écailles pouvaient se faufiler n'importe où...


=====================

Léviathan réapparaîtra lorsque vous aurez trouvé les cinq écailles!



Images dessinées par la plus belle des étoiles: sa galerie
Kit by Nephilim

Merci à vous deux! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://finalfantasy-rebirth.forumactif.org
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Jeu 21 Jan - 22:29

Axel- Bon bah c'est parti pour la chasse aux écailles. Je te proposerai bien que l'on se sépare pour couvrir plus de surface, mais je n'ai pas envie que tu aies à me retrouver en plus des écailles de la chimère.

Ce qui au final signifie qu'une fois de plus, je me retrouve derrière Ruka à la suivre à la trace. Nous nous éloignons de là où se trouvait Léviathan, parce que soyons honnêtes, il y'a peu de chance que l'on trouve quelque chose juste à côté de lui. Ou alors il faudra noter dans les archives que les chimères ont de sérieux problèmes de vue.

- Elle était pas très bavarde en tout cas. D'ailleurs je dis "elle", mais au final, je ne sais même pas si c'est un mâle ou une femelle... Tu dois savoir pas mal de choses sur Léviathan si vous le vénérez comme tu l'as dit ?


Vouer un culte à un dragon serpent qui disparait en faisant des bulles quand même... on peut pas dire qu'ils aient pioché le bon numéro.
Pendant que Ruka me renseigne du mieux qu'elle peut sur cette fameuse divinité, je tâche au mieux de me concentrer pour repérer tout ce qui pourrait ressembler de près comme de loin à une écaille. Vu la taille de Léviathan, on peut dire qu'une écaille doit mesurer facilement vingt bons centimètres, si ce n'est plus.

- Maintenant que j'y pense, la dague que tu cherches, elle a quoi comme lien avec Léviathan concrètement ? Je doute fortement que lui-même s'en soit servi, alors je me dis qu'elle doit être fait dans un matériau spécifique, je me trompe ?

Y'a pas à dire, ne pas avoir de bras ou quelque chose de semblable, ça ne doit pas être pratique du tout au quotidien... Mais je doute que les chimères se préoccupent de ce genre de détails.
Alors que nous approchons d'une sorte de petit ruisseau dont la surface est un peu vaseuse, je me souviens de notre petit séjour au village Shumi.

- Ça serait drôle qu'une écaille se trouve là-dedans... Un peu comme quand la face de poulpe m'avait fait barboter trouver sa maquette.

Plus je prononce cette phrase dans ma tête et moins je me dis que cette idée est stupide.

- Bon allez on jette un coup d’œil quand même. Après tout, si une écaille se trouve dedans, on devrait la voir briller ou ressortir un peu. Peut-être même que ça flotte ?


A notre plus grande surprise mais aussi pour notre plus grand plaisir, cette hypothèse se vérifia un peu après le début de nos recherches. Elle ne flottait pas non, mais on la voyait clairement briller de mille feux au fond du ruisseau.

- Ah cette fois-ci compte pas sur moi ! J'ai déjà fait trempette l'autre jour ! Puis avec vos coutumes, je suis à peu près sûr que si je mets un doigt dans l'eau, on va vouloir me mettre sur un bûcher ou me jeter dehors dans le meilleur des cas.



Axel et Ruka trouvent la première écaille !
Revenir en haut Aller en bas
Ruka Kawanomu
Musicienne Déjantée

Musicienne Déjantée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 33
HP : 4502/7500
MP : 66/209
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Ven 22 Jan - 12:28

Spoiler:
 

Bon, Léviathan m’avait donné l’élément principal de ma question : il fallait trouver cinq écailles. Nous avions tout le temps que nous souhaitions pour les trouver, et c’est là que je nous bénissais quand même d’avoir mangé juste avant. Nous étions ainsi assurés que la faim et la soif ne seraient pas dans l’immédiat, deux éléments qui nous ralentiraient dans cette épreuve. Axel préférait qu’on ne se sépare pas pour ne pas avoir à perdre du temps à se chercher par la suite et je me tournais vers lui en haussant un sourcil.

- Franchement il faut avoir un sens de l’orientation moisi pour se perdre là-dedans. Tu as entendu, il a perdu ses écailles dans cette pagode, ca veut dire qu’on ne doit pas sortir. Dis plutôt que tu n’as pas envie de te retrouver seul !

Oui, j’ai pris un ton moqueur sur la fin, et je l’assume complètement ! Même si l’heure n’était pas à la rigolade, il fallait qu’on se concentre pour trouver ces fameuses écailles et mon petit doigt me dit que ces choses-là peuvent se faufiler n’importe où. Si la pagode n’était pas un labyrinthe, elle n’en était pas moins vaste avec des décorations en tout genre. Il fallait donc qu’on explore absolument tout dans les moindres recoins ! Nous nous éloignions petit à petit de l’endroit où se trouvait Léviathan pour commencer les recherches. Et tandis que je jetais des coups d’œil un peu partout pour guetter le moindre élément suspect, Axel m’interrogeait sur Léviathan.

- A ma connaissance, on a toujours parlé de lui au masculin. Il a toujours été désigné comme étant le protecteur de Wutai, tu remarqueras d’ailleurs qu’il apparaît sur notre drapeau. Je ne peux pas te dire exactement sur quoi Wutai s’est basé pour vénérer Léviathan, ca remonte à des siècles, probablement. C’est sûrement lié au mont Da-Chao. L’accès à la caverne est protégé par des flammes puissantes et immuables, on ne peut les éteindre par nos propres moyens. Seule une Ecaille de Léviathan est capable de les calmer, je suppose que c’est cette découverte qui a poussé les gens à croire en Léviathan comme étant un protecteur et un gardien de Wutai … Je n’ai jamais pu entrer dans la caverne car je n’avais pas d’écailles, elles sont trèèèès rares. J’ignore ce qu’il y a à l’intérieur, comme beaucoup de personnes, mais ca doit être quelque chose de vraiment précieux si c’est là depuis la nuit des temps …

Il y avait aussi la matéria d’invocation de Léviathan … En fait, je n’en sais vraiment trop rien, et j’avoue que ce n’était pas spécialement le moment d’y réfléchir … Mais bon, mon côté curieuse avait envie de percer ce mystère tiens, j’aurai dû être plus attentive aux enseignements !! Peut-être que Léviathan était vraiment une créature vivant autrefois ici avant d’être emprisonnée dans des matérias … J’avoue que je n’avais jamais saisi d’où venaient les invocations. Mais les matérias naturelles étant issues de la Rivière de la Vie, et la Rivière de la Vie sachant se créer des gardiens … Peut-être que les invocations étaient des gardiens de la planète ? Rah, ca ne tient qu’à moitié debout cette histoire !! Je ne comprends rien et je me pose trois cents questions tout à coup !
Heureusement, de nouvelles interrogations de la part de mon cher camarade me tirèrent immédiatement de ma réflexion tordue. Merci Axel !

- Je te l’ai dit à Bevelle, je n’ai jamais vu cette dague de mes propres yeux. Je ne peux pas te dire de quoi elle est faite, mais d’après ce qu’on m’en a raconté, elle a été bénie par Léviathan lui-même lorsque mes ancêtres l’ont obtenue. L’histoire a été racontée de génération en génération, avec le temps, trop de détails ont disparu. Yuki m’a dit qu’elle avait été confiée à l’un de mes ancêtres en temps de guerre. Si cette dague a des pouvoirs, ou des particularités, je pense que je le découvrirai bien vite, non ? Je soupirais un instant, et après un rapide regard dans la pièce, je reprenais : - Peu m’importe de toute manière. Je me fiche de l’histoire. C’est juste que cette dague a été entre les mains de ma mère avant qu’elle ne meure. Je la veux d’une part pour me débarrasser du vieux couteau que j’ai sur moi, mais d’autre part, parce que … Ca me tient à cœur … D’avoir un souvenir de ma mère que j’aurai toujours sur moi.

J’avais baissé les yeux un instant mais … Rah non, ressaisis-toi Ruka. Nous ne sommes pas là pour discuter souvenirs et états d’âme, nous étions là pour réussir l’épreuve de Léviathan !

- Peu importe, on en reparlera plus tard ok ? Priorité aux écailles !

Je reprenais un sourire sincère. Nous explorions tout le rez-de-chaussée de la Grande Pagode … Mine de rien, un étage était vraiment immense avec plusieurs salles et il y en avait justement plusieurs, des étages. Ca allait nous prendre un temps fou, il faut vraiment qu’on soit attentifs à tous les détails. Peut-être qu’il y aurait en moyenne une écaille par étage … Ou alors il y aurait des étages vides et plusieurs écailles dans d’autres ! Tout était possible et nous ne savions pas jusqu’où Léviathan pouvait être tordu ! Cette épreuve pouvait passer pour banale si elle ne consistait qu’à trouver des écailles. Je trouve que c’est plus que ca. Il faut vraiment avoir le sens de l’observation et une grande attention pour les trouver, peut-être même de la logique pour se faire une idée des endroits où elles auraient pu glisser.

Dernière pièce du rez-de-chaussée, il y avait un petit ruisseau qui passait dedans, mais l’eau trahissait un manque d’entretien … Un ruisseau n’était pas bien profond mais rien qu’à voir la vase, ca ne donne pas spécialement envie de mettre la main dedans … Axel repensait à notre séjour loin d’être plaisant au village Shumi, et je le regardais avec un air blasé. Axel … Ton idée est loin d’être bête, de trouver une écaille là-dedans … ALORS POURQUOI TU METS CINQ MINUTES A LE REALISER !?????? Je me tapais le front lorsqu’il le réalisa enfin et je soupirais avant qu’on ne se mette à longer le ruisseau. Vu la taille de la bête, une seule de ses écailles doit être trop lourde pour flotter à la surface de l’eau. Mais grâce à la lumière, il y eut un tout petit reflet dans l’eau qui nous arrêta net. Là ! C’en était forcément une ! Mais Axel refusait de mettre la main là-dedans sous prétexte qu’il ne voulait pas être jeté dehors. Je plissais les yeux et lui mettais une tape derrière la tête histoire de lui remettre les idées en place.

- Ta lenteur d’esprit m’impressionne pour le coup ! Au cas où tu ne l’aurais pas encore remarqué, on est dans une autre dimension sûrement créée par Léviathan ! Il n’y a personne ici à part nous deux. Je ne vois pas qui pourrait te jeter dehors ! Je suis sûre que tu pourrais même péter les meubles et les décorations qu’il ne se passerait rien. Et puis ca c’est un ruisseau, t’as pas besoin de foutre les pieds dedans, juste de plonger ta main ! Il doit même pas y avoir vingt centimètres de profondeurs … Je regardais à nouveau l’état de l’eau, la vase la rendait poisseuse … - Euh … Ouais en fait je comprends mieux pourquoi t’as pas envie de mettre ta main là-dedans …

Non ? Tu ne veux toujours pas ? S’il te plaît ? Même avec les yeux doux ? Groumph. Je prenais une profonde inspiration. Allez Ruka, t’as connu pire ! … Je plongeais ma main là où nous avions repéré l’écaille, je tâchais d’aller droit au but et de faire le plus vite possible pour ne pas avoir à supporter cette sensation dégueulasse trop longtemps. Je ressortais l’écaille, elle était vraiment grosse et faisait son poids, l’air de rien. Je la nettoyais avec mon autre main pour la débarrasser des saletés puis je venais frotter la joue d’Axel avec amusement.

- Voilàààà t’es content !? Regarde, y a pas de raison que t’en prennes pas pour ton grade !

Je me doute qu’il va reculer pour pas que je le touche mais je me mettais à rire. Pourquoi on ne s’amuserait pas un peu hein ?
Beurk, allez, trêve de plaisanteries. Je me frottais les mains sur mon kimono, ca allait le salir mais tant pis, je ne vais pas rester les mains sales et poisseuses jusqu’à ce qu’on rentre à la maison.

- Bon allez, je pense qu’on a fait le tour du rez-de-chaussée. On monte au premier ?

Je gardais l’écaille en main – je n’avais rien pour la ranger … Même pas sûre que je puisse la planquer dans mon soutif, ca ferait mal ! Elles n'étaient pas aussi grandes qu'on se l'imaginait, mais suffisamment pour que ca ne rentre pas dans une poche. Je grimpais les escaliers pour accéder au premier étage. Aucune chance de trouver un ruisseau ici par contre hein ? Donc si une écaille était là, elle serait bien moins facile à trouver. Car là … La Chimère de l’Eau qui perd son écaille dans l’eau, c’était presque une évidence. Je regardais les décorations dans la première grande salle – là où avait lieu le premier combat – il y avait une porte au fond de la salle. Elle menait dans une autre pièce, et à l’opposé de notre position, il y avait l’autre escalier qui nous permettrait de grimper encore.

- Cette salle est celle où les guerriers affrontent le premier maître. Il n’y a donc pas grand-chose à voir … Il n’y a même pas de meubles. On va voir dans l’autre salle ?

Je m’approchais de la porte pour la glisser et l’ouvrir, là en revanche, il y avait toute une pièce aménagée. Mon premier réflexe fut de m’avancer devant le meuble le plus gros avec quelques tiroirs pour tout ouvrir et regarder, mais à part des babioles en tout genre, je ne trouvais rien. Il y avait un vase rouge et beige où étaient écrits des kanjis en noir, j’avais mis ma main dedans sans hésitation pour voir si une écaille était à l’intérieur, mais toujours pas.

- Rien par ici … Tu trouves quelque chose de ton côté ?

Il y avait même un futon, les maîtres se reposaient donc ici ? J’allais le soulever pour regarder en-dessous … Non, toujours pas. Je fouillais dessus, nan …

- Bon …

Je sortais pour revenir dans la salle de combat pour jeter faire un tour d’horizon du regard. J’ai loupé quelque chose … ? Lentement, mes yeux scrutaient la pièce de part et d’autre. De gauche à droite … de droite à gauche … et même de haut en bas. Purée vous imaginez si une écaille est accrochée au plafond ? Mais je ne voyais rien. Jusqu’à ce qu’une petite pointe attire mon regard sur le sol. Elle n’était pas loin du tapis, coincée entre deux planches de bois. Forcément, le sol était épais et solide, surtout les planches ici pour supporter les batailles. Le bois était très lourd. Je me tapais le front à nouveau.

- Bordel, comment il s’y est pris Léviathan ?

Je m’approchais et m’accroupissais devant avant de regarder l’écaille que j’avais en main. Pas de doute. C’était la pointe d’une écaille. Mais pour la décoincer sans la casser, il valait mieux soulever la planche.

- Axel ? T’as plus de force que moi, tu peux soulever cette planche ?

S’il te plaît ?

Le duo trouve la deuxième écaille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Retour aux origines d'une kunoichi   Lun 1 Fév - 19:38

AxelRésignée, Ruka se saisit de notre première écaille qu'elle astique avec sa main avant de l'approcher de mon visage. Par réflexe et parce que je n'ai certainement pas envie qu'elle me touche, je m'écarte vivement d'un bond en arrière.

- Hahaha. Vraiment très drôle. La prochaine fois c'est ta tête que je mets dans l'eau !

Nous continuons notre recherche des écailles et nous décidons de monter voir au première étage si Léviathan n'aurait pas eu la bonne idée d'y planquer un bout de lui.

- Rien de mon côté... Pourtant c'est gros quand même, on devrait pas autant galérer !


Je commence à perdre patience mais lorsque j'entends Ruka m'appeler, je me précipite pour la rejoindre.

- Non mais il est sérieux ? T'es vraiment sûre qu'il les perd ? On dirait qu'il l'a planté dans le sol... A croire que ce n'est pas si rare que ça d'en trouver une.


D'abord à une main, puis à deux, je tente de soulever la planche et lorsque je la vois enfin céder, je donne le feu vert à Ruka pour qu'elle retire la seconde écaille.

- Bon allez, suivante !

Les recherches continuent et le rythme s'accélère. Les tatamis, les armures, les décorations murales et j'en passe.

- Si on les trouve toutes, on pourrait peut-être demander à Léviathan de nous en donner une pour qu'on aille dans la grotte, tu ne penses pas ? J'ai de plus en plus envie de savoir ce qui peut s'y trouver.


En parlant d'écaille, j'aperçois sur un des très nombreux tatamis du lieu une légère bosse, comme si il avait été mal installé. Le genre de bosse qu'on a envie d'écraser du pied pour que tout redevienne plat et uniforme.

- Ruka, mets-toi de l'autre côté, on va le soulever !


Si ça continue, la pagode va vite se transformer en véritable chantier.

- Et de 3 ! Comme quoi on va plus vite que ce je pensais !
Axel et Ruka trouvent la 3ème écaille !
Revenir en haut Aller en bas
 
Retour aux origines d'une kunoichi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Retour aux origines d'une kunoichi
» Schafts, retour aux origines
» G. Melvin ¤ Retour aux origines...
» [Vds] Carte retour de force Atomiswave + Maximum Speed/FTS
» Retour du magazine Casus Belli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Gaïa :: Îles :: Wutaï-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives