Forum rpg basé sur les univers des FF VII, VIII, IX et X.
 

Partagez | 
 

 Les devoirs de l'Ordre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Les devoirs de l'Ordre   Dim 13 Sep - 13:44

Les rues de Bevelle étaient bien calmes en ce début d’après-midi, les pieux citoyens de capitale de Spira contribuant tous à ce que leur cité resplendisse d’ordre et de sérénité.

Parmi ses habitants parcourant les nombreuses avenues et autres ruelles se distinguaient les civils des membres du clergé et de sa garde. Les moines et prêtres, arborant respectivement leurs uniformes et soutanes, dispensaient mises en gardes et bénédictions à la populace pour maintenir cette paix si chère à leur ordre.

Au milieu de cette foule, une troupe d’hommes et de femmes armés occupait une avenue menant vers les abords du temple de Bevelle. Les vêtements que portaient deux d’entre eux et l’attitude dont ils faisaient preuve laissaient sous-entendre qu’il pouvait s’agir d’un groupe de mercenaire, mais le groupe de moines qui les encadrait ainsi que les insignes de Yevon qu’ils affichaient sur certaines parties de leur tenue marquaient leur appartenance à l’église. Derrière eux se trouvaient un homme écroulé à terre, le visage en sang, et une femme, tous deux enchaînés les mains dans le dos et les pieds reliés par d’autres fers. Ils étaient couverts de blessures et de poussières, et bien que dans une position extrêmement défavorable, ils maintenaient une attitude particulièrement vindicative à l’adresse de leurs geôliers, leurs cris de contestation ne manquant pas d’attirer davantage l’attention des passants arrivant dans le quartier.

Non loin d’eux, une partie de la foule entourait un groupe d’enfants de tous âges, possédant pour la plupart un bâton ou une planche en bois dans leurs mains. Deux d’entre eux se démarquaient du reste, une petite fille en pleurs avec un animal en peluche dans les bras et un jeune garçon à peine plus âgé tentant de la réconforter.

Quelques instants plus tôt, l’homme à présent à terre n’avait pas apprécié les regards fixes un peu trop insistants que lui lançait la gamine et avait décidé de répliquer par une grimace menaçante. Cela amena bien évidemment l’enfant à se mettre à trembler sous le coup de la peur, des larmes commençant à perler aux coins de ses yeux. Ce ne fut apparemment pas du goût du garçon un peu plus âgé l’accompagnant, qui décida de faire payer le convict très cher ce qu’il venait de faire en lui lançant à la figure la planche de bois qu’il avait en main. Le coup fut bien évidemment évité par le prisonnier, qui l’avait vu venir suffisamment à l’avance. Ce ne fut cependant pas le cas de la jeune femme habillée en noir et rouge sombre doublée d’un cache-œil sur le côté gauche du visage qui le retenait enchaîné juste derrière lui, qui se la prit de plein fouet sur l’arrière du crâne.

Lorsqu’elle se retourna, un léger filet de sang ayant déjà commencé à s’écouler le long de la nuque à l’intérieur de son foulard rouge vif, elle ne mit pas deux secondes à faire le lien en voyant le sourire narquois de l’homme qu’elle escortait ainsi que le vieux bout de bois traînant à ses pieds et les deux enfants non loin se demandant pourquoi tous les adultes autour d’eux les regardaient comme s’ils venaient de voir Sin débarquer. Elle décocha un puissant coup de poing au visage du détenu dans un premier temps, l’envoyant s’écrouler lourdement sur le pavé, puis continua sur sa lancée en décrochant le fouet rangé à sa ceinture, qu’elle déroula d’un seul geste tout en armant son bras derrière elle.

Son collègue, un grand gaillard à la chevelure brunâtre désordonnée, baraqué comme on en voit rarement et à la tenue d’un blanc nacré aux nuances marron et or, commença à s’avancer vers elle pour l’empêcher de faire n’importe quoi, plaçant une main sur son épaule pour la retenir.


« Oy ! Dalma ! s’exclama–t-il ensuite comme pour l’inciter à se calmer.
-La ferme, Talak ! répliqua-t-elle en dégageant son épaule d’un seul geste. Ces sales morveux ont besoin qu’on leur apprenne le respect ! Ils vont voir ce qu’il en coûte de se moquer des gens comme nous ! L’église ne laisse pas impunis les affronts qui lui sont faits ! »

Elle s’approcha alors des deux garnements et se prépara à frapper d’un coup sec pour bien leur faire comprendre leur erreur. Mais fort heureusement pour eux, le coup ne partit jamais, retenu au dernier moment par l’intervention d’une chaîne de métal venue immobiliser fermement le bras de la jeune femme au cache-œil, qui tourna la tête quelques instants après pour savoir qui avait bien pu l’empêcher de délivrer rétribution.

« Je vois qu’on ne peut pas vous laisser sans surveillance sans que vous ne provoquiez la panique, tous les deux. Rien de bien étonnant de la part de ceux qui ont un parcours tel que les vôtres.

La figure d’une jeune femme aux longs cheveux argentés habillée d’une tunique très éloignée des standards de Spira se présenta devant elle et ses confrères, un sourire se voulant chaleureux se dessinant sur son visage tandis qu’elle maintenait en place le membre de la jeune femme en noir à l’aide de la chaîne ressortant d’une des manches de sa tenue.

« Tsch ! Qu’est-ce qu’elle vient fiche ici, celle-là… marmonna la dénommée Dalma en essayant de se dégager.
-Oh ! Mélina. C’est rare de te voir en dehors du temple.
-Vous n’avez pas mieux à faire que de déranger les habitants du quartier avec vos bêtises, vous deux ? Talak, tu ne devais pas faire en sorte que Dalma ne cause pas de problème ?
-Bah ! Autant qu’elle se défoule un peu si ça l’aide à se calmer. On est tous épuisé par le voyage, c’est normal d’être un peu sur les nerfs. »

Mélina continua de s’avancer jusqu’à arriver à la hauteur du colosse et agrippa fermement le visage de l’homme d’un mouvement précis mais puissant, s’efforçant de conserver une certaine grâce tout au long de son action. Sans hausser la voix, elle prit une expression pourtant bien représentative de son agacement pour lui répondre :
« Ne mêlez plus la population innocente à vos petits jeux de tortionnaires. Vous n’avez pas été acceptés en tant qu’Inquisiteurs pour abuser de vos privilèges et vous en prendre à plus faible que vous. Vous n’avez qu’un seul devoir : appréhender les criminels qui vous ont été assignés et les enfermer en attendant leur sanction. Vous n’êtes ni juges, ni bourreaux. Me suis-je bien fait comprendre ? » demanda-t-elle en tournant la tête vers la jeune femme dont elle retenait toujours le bras à l’aide de sa chaîne.

Elle n’eut pour toute réponse qu’un sifflement agacé de Dalma, qui laissa retomber son membre enchaîné, tandis que Talak afficha un léger sourire en coin, déformé par la prise de la jeune femme aux cheveux argent sur sa mâchoire. Cela parut suffire à Mélina, qui relâcha sa prise sur le géant et libéra de ses fers la jeune femme au fouet, la chaîne dont elle s’était servi disparaissant dans la manche d’où elle était sorti.


« Bien ! Maintenant que nous sommes d’accord, nous allons tous pouvoir reprendre notre route et faire comme si rien n’était arrivé. N’est-ce pas, messieurs ?
-B… Bien sûr. répondit l’un des moines, un frisson lui ayant parcouru l’échine au moment où Mélina s’était tourné vers lui. Tout ceci restera entre nous. »

Le cortège reprit alors sa route dans le calme, les deux prisonniers gardant le silence après avoir remarqué que celle qui était intervenu pour désamorcer la situation leur intimait de ne pas faire de vagues en ayant placé un doigt devant ses lèvres tout en affichant de nouveau un grand sourire.

Mélina regarda le petit groupe s’éloigner en direction du temple de Bevelle, ne manquant pas de repérer Dalma en train de se plaindre à son équipier du traitement qu’elle venait de subir.

Lorsqu’ils furent à distance satisfaisante, la jeune femme se retourna vers les spectateurs qui s’étaient rassemblée pour observer les événements, arborant une expression lourde de sens à leur égard. Cela s’avéra très efficace, la foule se dispersant en à peine quelques secondes pour reprendre leurs activités. Elle intima cependant aux deux enfants à l’origine de l’incident de s’approcher, reprenant une expression se voulant rassurante pour les encourager à venir lui parler.

Elle leur demanda d’où ils venaient et ce qu’il s’était passé. Le jeune garçon qui avait lancé le morceau de bois lui répondit qu’ils étaient un groupe appartenant à un orphelinat du quartier administré par l’église, qui accueillait ceux ayant perdus leur famille à cause de Sin et de ses rejetons lors des dernières périodes sombres de Spira. La petite fille avec la peluche était sa sœur, aussi s’était-il dit qu’il fallait la défendre contre ceux qui lui faisaient du mal. Mélina comprenait très bien les sentiments du garçon, mais lui rappela, à lui et ses camarades, qu’ils n’avaient pas à approcher les prisonniers de l’église qu’ils voyaient passer dans la rue. S’ils étaient attachés, c’était pour une bonne raison.

Les enfants acquiescèrent et promirent qu’ils suivraient ses conseils à l’avenir, avant que Mélina ne les renvoie reprendre leurs activités.

Tout en se redressant, elle remarqua du coin de l’œil la figure d’un homme qui l’observait depuis qu’elle était arrivée sur les lieux. Cheveux blonds, accessoires ostentatoires au possible, vêtements amples mais noir comme la nuit et une impressionnante faux dans le dos. Un portrait atypique, compte tenu de l’endroit où il se trouvait.

La jeune femme n’attendit pas que l’individu se décide à prendre la fuite ou, à l’inverse, de l’aborder le premier, et s’en approcha, curieuse de savoir ce qu’il avait à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Dim 13 Sep - 15:58

Zehel

Bevelle, cette ville gigantesque où la foi envers Yevon était surement la plus grande à l'époque, sans hésitation. De nos jours, il y a bien moins de croyances et le clergé a clairement changé certaines de ses règles, c'est surement mieux ainsi après tout, au vu des événements suivants la victoire de Dame Yuna sur Sin. Notre fidèle "héros" n'a pourtant pas tourné son dos à l’Église malgré ses périodes de crise qui ont suivies, il n'a pas souhaité non plus se montrer comme un membre du clergé qui recherche des personnes à convaincre pour autant. Il a profité qu'on l'envoie dans les autres mondes en "enquêtes" pour découvrir énormément de choses, gagner en maturité et revenir comblé de toutes ses aventures, bien qu'il n'ait plus le loisir de savoir invoquer ses chimères depuis quelques années. Tout ça pour dire qu'il est enfin de retour à cette ville croyante, cette capitale de Spira, qui l'a accueilli quand il était très jeune, pour le meilleur et surtout pour le pire!

Le jour de son retour, il s'est dit qu'une simple visite de courtoisie auprès de ses supérieurs pour leur faire un beau discours comme ils les aiment sera suffisant pour les convaincre de le laisser prendre congé. Suivant cela, il ira s’enivrer d'un bon plat dans un restaurant sympa, accompagné d'une petite bouteille d'alcool qu'il a ramené de Dol, un truc qui "tabasse" d'après les dires du vendeur expert en alcool de qualité. Sa gorge n'est pas assoiffée à cette idée, mais il est clair que l'idée ne déplait pas au prêtre qui donne l'impression d'être tout sauf ce qu'il prétendra être si on lui pose sincèrement la question. Puis sa faux dans le dos... C'est un style de combat qui lui est propre après tout. En parlant de ça, son look d'aujourd'hui est celui qu'il porte quand il voyage à travers le monde, les grandes robes blanches au motif ridicule du clergé ne lui conviennent pas. Les gardes à l'entrée de la ville ont mis le temps avant de le reconnaître et de le laisser passer et Zehel a bien abusé de ne pas retirer sa faux de son dos, prétextant qu'un prêtre sans une arme pour se battre serait vite en danger! Foutaises...

Quoi qu'il en soit, ce jour semble être celui d'une animation particulière dans un certain quartier, vu l'agitation et le monde réunit à un même endroit. Par curiosité, le prêtre habillé de noir décide de s'approcher, sans forcer le passage et se trouve donc derrière quelques personnes pour voir la scène, sa grande taille lui autorise largement de procéder ainsi. Des Inquisiteurs qui ramènent deux prisonniers n'est-ce pas? Un spectacle qu'il a vu de nombreuses fois et qu'il déteste toujours autant, il les voit depuis qu'il a commencé à recevoir son éducation par l’Église même si le prêtre Bastian lui interdisait de regarder. Cette scène ne doit pas être exposé de la sorte aux passants, même si les personnes enchaînés sont des criminels, personne ne mérite une telle humiliation devant des gens qui ne sont pas concernés, à l'exception de quelques personnes peut-être.

Cependant, cette fois risque d'être l'un des rares cas qui dérapent: pour une raison qui lui échappe de son point de vue, un enfant de la foule à lancer une planche en bois en direction du prisonnier qui l'a esquivé, "faudrait être aveugle pour pas l'avoir vu venir celle-là" se dit Zehel. Bah une Inquisitrice est aveugle apparemment, ou plutôt que ça lui a percuté l'arrière de la tête dans un angle mort. Sans trop tarder, elle comprend que l'homme enchainé a volontairement évité la planche pour qu'elle se la prenne, répondant aussitôt par un coup de poing dans la figure suivi de son fouet sorti en un seul mouvement de bras. Son collègue semble déterminé à vouloir arrêter cette femme complètement cinglé, mais elle n'a pas l'intention d'en rester là, ses paroles atteignent les oreilles du prêtre qui fronce méchamment les sourcils. Si elle compte en effet s'en prendre aux enfants, il risque d'y avoir un soucis, autant par la foule autour qui pourrait ne guère apprécié le geste mais qui n'osera pas toucher un Inquisiteur, ou alors l'autre option, c'est que Zehel ne va pas laisser passer ça lui non plus et va attaquer la femme sans hésitation.

La voyant prête à frapper en direction des deux enfants qui apparaissent effrayé, le grand blond commence à bousculer les gens pour intervenir, bien qu'il arrivera surement au corps à corps après que le coup soit porté, une chaine de métal vient intercepter le bras de la femme assoiffée de la vengeance avec une autre femme, bien petite pour l'arme qu'elle manie, mais qui semble être aussi déterminée à s'interposer. Ses vêtements peu communs indique qu'elle n'est pas d'ici, ce qui risque de lui poser des problèmes, c'est ce qu'à penser le jeune homme avant de voir que les Inquisiteurs la connaissent finalement. Une membre du clergé arrivée ici pendant son tour de Héméra? Fort probable vu le temps qu'il est parti. Les arguments qu'avancent l'armoire à glace ne sont pas assez convaincant pour la demoiselle qui l'attrape par le visage, pleine de grâce, mais l’œil avisé du prêtre à la faux lui indique clairement qu'elle applique une sacrée pression dans ses doigts, elle n'a pas l'air du genre commode. En même temps, si elle essayait de se faire respecter des membres de l'Inquisition avec une fleur à la main et une caresse à la joue, ça serait tout de même compliqué!

Quelques instants de discussions lui ont suffit à faire calmer la scène, Zehel n'a donc pas besoin de décrocher la faux qui se trouve dans son dos pour lui prêter main forte, on ne sait jamais après tout. Comme un accord convenu, le groupe d'Inquisiteurs reprend sa route comme si de rien était, cette scène ne semble jamais avoir eu lieu, la jeune femme se retourne ensuite vers la foule avec un regard qui la fait se disperser sans plus tarder. Quel regard! Un léger frisson d'excitation parcourt la peau de l'ex-Invokeur qui apprécie ce genre de femmes avec un caractère bien trempé et une volonté de fer, ça ne veut pas non plus dire qu'il est attiré par elle, simplement qu'il l'apprécie à première vue. Elle semble aussi se préoccuper des enfants qui sont à l'origine du léger conflit et de son intervention. Plutôt que fuir comme les autres, Zehel se place dos à un mur et écoute ce qui se dit, des orphelins hein? S'il avait su ça avant même que la femme ne sorte son fouet, sa tête aurait roulé au sol, Inquisitrice ou non. Le mot "orphelin" a légèrement fait bouillir le sang du prêtre vêtu de noir, comme si son envie de meurtre venait de faire un bond pour passer au niveau supérieur, mais l'incident est déjà fini, autant rester calme.

Le beau blond attrape une cigarette dans sa poche ainsi que son briquet, place l'élément nocif à sa bouche pour l'allumer comme il se doit. C'est en relevant les yeux qu'il voit les deux gosses partir après les explications fournies par la demoiselle, cette dernière porte maintenant son intention sur Zehel. C'est vrai qu'il n'est pas très banal comme type avec tout son arsenal, mais a t-il fait quelque chose de mal? Oh et voilà qu'elle s'avance vers lui, vu qu'elle vient dans sa direction à présent, autant être honnête! Le jeune homme retire la cigarette de sa bouche pour la caler entre son index et son majeur de sa main droite, s'incline légèrement devant elle, avant d'ajouter:


- Merci pour votre intervention en ce qui concerne les deux mômes, ça m'aurait attiré quelques ennuis de devoir couper le bras de cette foutue Inquisitrice... La venue des criminels à Bevelle pour jugement devrait se passer de façon plus discrète.

Zehel ramène rapidement sa cigarette à sa bouche pour la tenir en même temps qu'il s'étire, prend une douce inspiration à travers ce qui va le faire souffler de la fumée dans quelques instants et attrape la cigarette de la main gauche cette fois pour tendre la main vers la jeune femme de façon amicale.

- Je m'appelle Zehel, enchanté de faire votre connaissance. Mé...lina c'est bien ça? Mon ouïe est souvent très bonne, mais je n'ai pas une bonne mémoire des noms, il faut m'en excuser.
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Dim 27 Sep - 16:59

Mélina avait déjà pu observer l’allure de l’homme depuis sa position au milieu de la rue mais maintenant qu’elle s’était approchée, elle pouvait un peu mieux détailler sa posture générale ainsi que ses expressions faciales, l’aidant à mieux appréhender la personnalité de l’individu en noir. Et bon sang, il respirait la confiance en soi mais aussi l’arrogance et la désinvolture à pleine narine. L’odeur que dégageait le cylindre blanc qui s’effritait lentement au bout de ses lèvres n’arrangeait pas les choses, la fumée qu’il dégageait venant agresser les récepteurs olfactifs de la jeune femme.

Son discours désinvolte avait fini par la convaincre qu’il devait penser ne pas avoir de raisons de surveiller ses paroles entre ces murs. Mais peu importait à Mélina qu’il n’ait rien à craindre de la part de l’église, elle n’appréciait pas vraiment qu’il se permette autant de familiarité envers elle ou qu’il vienne faire preuve de médisance envers des personnes qu’il ne connaissait pas.


« Je vous prierais de bien vouloir surveiller vos paroles. Si vous continuez à agir aussi cavalièrement, vous risquez de vous attirer les foudres de bon nombre de personnes. A commencer par moi. »

Elle s’approcha de lui toujours plus, bien décidée à lui faire comprendre qu’il se devait de faire preuve d’un peu plus de tenue s’il voulait que la discussion se poursuive sur le ton de la sympathie.

« Si vous ne le savez pas déjà, les Inquisiteurs sont sous la protection de l’église. Ce que vous considérez comme une action juste à leur encontre s’apparente à un blasphème envers l’autorité de Yevon. La population a beau les considérer comme des molosses à la solde du clergé, dressés et conditionnés pour obéir aux ordres qui leurs sont donnés, leurs circonstances font d’eux des êtres humains au même titre que les habitants de n’importe quel ville ou village de Spira. Ce que je leur ai dit plus tôt s’applique aussi à vous. Si vous aviez vraiment eu l’intention de vous en prendre à cette femme, je vous aurai réservé le même traitement qu’elle et son partenaire. Vous n’êtes pas à même de juger ou de condamner les actions des autres, criminels ou non. Personne ne l’est. »

Elle accorda quelques instants au jeune homme pour le laisser interpréter son sermon de la manière qui lui convenait, avant de reprendre :
« Je vous accorde cependant que toute cette mascarade n’a pas lieu d’être. Je suppose qu’il s’agissait là encore d’une décision des hautes instances d’afficher leur suprématie, pour supprimer tout désir de rébellion. Le contact avec ces autres mondes semble être tout aussi bénéfique que problématique. Quant à ce que j’ai fait, il est inutile de me remercier pour ça. La population n’a pas à être mêlée aux problèmes engendrés par les actions du clergé. Je n’ai fait qu’agir pour l’intérêt commun. »

L’odeur de la cigarette revint monter au nez de la jeune femme, ce qui l’obligea à détourner légèrement la tête. Habituée à ce que son père puis son frère aîné ne consomme du tabac en grande quantité lorsqu’ils vivaient encore à Tréno, ce parfum lui rappelait bien trop de souvenirs dont elle essayait de se débarrasser.

« Vous me ferez le plaisir d’éteindre bien vite votre… « cigare ». Voir quelqu’un avec ça au bec me met tout sauf à l’aise. Et vous avez bien entendu, de là ou vous étiez. Plus exactement, mon nom est Mélina Hartford.

Les présentations avaient été déjà faites, ce qui épargnait à Mélina de demander le nom de son interlocuteur. Cependant, il restait un point à élucider.

« Vous ne paraissez pas né de la dernière pluie malgré votre discours plus qu’incongru. Qui êtes-vous vraiment et qu’êtes-vous venu faire à Bevelle, Zehel ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Jeu 1 Oct - 13:48

Zehel
Oula ! Mais elle a pas soif cette jeune femme à parler autant d'un coup ? Zehel comprend parfaitement qu'elle peut avoir un nombre conséquent de questions à lui poser et d'informations à lui donner, mais là, il a pu fumer la moitié de sa cigarette sans avoir à répondre une seule fois. Ce n'est pas plus mal vu que la belle demoiselle à la chevelure argentée lui demande d'éteindre son « cigare », ce qui le fait soupirer un instant mais il l'éteint sans trop tarder en l'écrasant contre le mur délicatement, ce qui va lui valoir un sermon pour sur ! Avec tout ce qu'elle lui a dit, il a bien besoin de quelques instants pour tout remettre dans l'ordre, il remerciera sa mémoire d'être de bonne qualité sans qu'il se force à manger du poisson de façon général.

Déjà, le jeune prêtre doit surveiller ses paroles sinon il risque de s'attirer les foudres de nombreuses personnes, y compris la jolie Mélina qui se trouve face à lui. Ah... Donc il peut se permettre d'être l'abruti de service qu'il est tout le temps dans ce cas ? Ça va le soulager un peu de ne pas se forcer à faire bonne impression ! L'homme vêtu de noir croise les bras devant lui, contre son torse, lorsque son interlocutrice en vient à parler des Inquisiteurs avec un discours presque sorti d'un livre tellement il est « catalogue ». « Les Inquisiteurs sont sous la protection de l'église », « blasphème envers l'autorité de Yevon », etc... Tout cela a le don de faire rouler des yeux Zehel qui finit par regarder le ciel, se rappelant que Prêtre Bastian lui faisait souvent de tels discours lui aussi, du temps de son vivant. Une vieille époque, mais à quel point pouvait-il la préférer à celle d'aujourd'hui ?

Malgré le désaccord qu'exprime la jeune femme concernant le fait de s'en prendre aux gens de l'Inquisition, elle lui accorde quand même le fait que cette mascarade ne devrait pas se dérouler ainsi et qu'il ne s'agit qu'une démonstration de « suprémacie » de la part des hautes instances de Yevon, les mêmes qui se sont fait huer au possible quand Lady Yuna a réussi à battre Sin sans suivre leurs préceptes, ces rigolos... Mélina a agit dans l'intérêt de la population, c'est rare de voir des gens dans ce monde qui défie encore l'autorité de l'église pour éviter qu'elle ne dépasse les bornes en s'en prenant à des civils, mais c'est tout à fait honorable.

Zehel a éteint sa cigarette depuis moins d'une petite minute déjà et le silence qu'il a laissé entre temps n'a pas du arranger l'humeur de cette demoiselle face à lui, qui vient tout juste de lui demander qui est-il et ce qu'il vient faire ici, deux questions pour les moins... logiques. Le prêtre vêtu de noir se remet bien droit sur ses jambes et arrête de s'appuyer dos au mur pour lui répondre en la regardant dans les yeux, bien que la différence de taille donne presque l'impression qu'il l'a regarde de haut, même si ce n'est pas ce que montre son expression.


«  En effet, je ne suis pas né de la dernière pluie et, contrairement à vous, je suis originaire de ce monde, bien que mon accoutrement actuel n'en fasse pas preuve, je m'en doute bien. Bevelle est une ville qu'il m'est nécessaire de visiter régulièrement, pour le travail en général. »

Le beau blond veut être assez vague dans ses explications, il n'a de compte à rendre à personne, mais il aime surtout que les personnes qui lui font face se posent quelques questions avant d'obtenir la réponse qu'il désire. Ce n'est rien de plus qu'un jeu pour lui, personne n'a jamais compris au premier coup d'oeil qu'il est en réalité un prêtre de Yevon, presque contre sa volonté au final. Il s'étire rapidement et décide de marcher un peu en suivant le même chemin que les gens de l'Inquisition, ne doutant pas un seul instant que la demoiselle va le suivre vu qu'elle n'a pas l'air de laisser tomber aussi facilement lorsqu'elle veut quelque chose.

La vue qui s'offre à eux est bien plus belle au fur et à mesure qu'il s'avance dans cette ville qui garde tant de mystères dans ses plus basses parties, des secrets que même Zehel ne peut imaginer ou connaître malgré son statut. Ça lui évite au moins de devoir faire parti d'un quelconque complot qui a caché beaucoup d'informations à la population de Spira depuis des centenaires, peut-être même plus d'un millénaire. Plutôt que de faire attendre la demoiselle d'un autre monde plus longtemps, il rompt le silence en parlant un peu plus de lui.


« Je suppose que cacher mon identité plus longtemps n'a aucun sens, vu que vous allez la découvrir dès qu'on sera arrivé au temple de Bevelle... Malgré l'apparence, je suis Prêtre et ex-Invokeur, quant à l'Inquisition, dites vous bien que j'en ai fait parti par le passé, j'ai même été nommé pour traquer Lady Yuna afin de la stopper, mais ça, c'est une autre histoire. Simplement, je préfère éviter d'être comparé aux deux énergumènes qui viennent de se montrer en spectacle juste devant nous, vous comprendrez pourquoi... »

Son ton est pour le moins ironique à la fin, mais l'expression sur son visage est sérieuse, il refuse catégoriquement d'être associé à de telles personnes, lui qui a suivi les préceptes que lui a appris le Prêtre Bastian depuis qu'il est arrivé ici, le seul homme dans tout Bevelle à l'avoir un jour compris et lui avoir donner de l'importance. Pendant qu'ils marchent, Mélina et Zehel s'approchent lentement, mais sûrement, du temple en question, là où le prêtre à la faux est attendu pour son rapport annuel.


Dernière édition par Chaos le Lun 11 Jan - 13:29, édité 2 fois (Raison : Edition car j'avais pas mis le texte en Justifié)
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Dim 11 Oct - 13:20

A défaut de paraître arrogant, l’homme à la faux semblait n’en être pas moins respectueux du confort des gens qui l’entouraient, le cylindre embrasé se retrouvant déformé le long du mur le plus proche avant de tomber à terre. Elle lui aurait bien dit tout le bien qu’elle pensait de son attitude, les rues de la capitale n’ayant pas besoin de se retrouver polluées par les déchets générés par la population, mais il y avait bien mieux à faire que de le rappeler à l’ordre pour dégradation de la voie publique.

L’attitude de l’homme l’intriguait en plus de l’agacer passablement, ses mimiques toutes plus exagérées les unes que les autres marquant bien le désintéressement total et le mépris qu’il avait pour les propos qu’elle lui avait relayé plus tôt.

Elle doutait qu’il ait pris conscience que les discours dont elle s’était servi, que ses geôliers lui avait demandé de dispenser presque machinalement à l’encontre de tout individu louche, masquaient sa volonté de prodiguer de vrais conseils afin de faire face à l’église et ses sbires. S’il fallait quelqu’un pour se liguer contre, autant qu’il soit préparé pour y faire face. Mais de le cas présent, elle ignorait encore si un type comme lui pouvait être influencé par de telles paroles. Il lui semblait bien trop buté pour ça, mais sait-on jamais.

L’homme en manteau noir se décida finalement à décoller son dos du mur pour lui faire face de toute son envergure. Qu’il fasse une ou deux tête de plus qu’elle n’avait pas grande importance, elle savait comment s’y prendre vu qu’elle devait côtoyer un colosse comme Talak. Il avait au moins le mérite de vouloir se faire entendre clairement.

Ce qu’il lui répondit en premier lieu vint décevoir quelque peu la demoiselle, qui lui avait posé une question pourtant simple. Elle n’appréciait pas vraiment les gens qui voulaient absolument entretenir le mystère sur eux. Enfin, elle n’avait pas non plus besoin qu’il lui parle de ce qu’il aimait faire de ses journées, merci bien.

Elle n’eut pas non plus à faire preuve de beaucoup de réflexion pour comprendre que son « travail », comme il l’appelait, avait un rapport avec l’Eglise. Difficile à croire aux vues de son accoutrement, mais il ne dégageait pas d’odeur se rapportant à un quelconque artisan et son aura était bien éloignée de celle d’un mercenaire de Spira. Malgré tout, elle arrivait à sentir quelque chose de similaire, presque imperceptible, chez cet homme qui lui intimait de ne surtout pas le sous-estimer. Comme elle avait cru le remarquer en le voyant pour la première fois, son assurance n’était pas là pour rien.

Sans dire un mot, il commença à s’avancer dans la rue, ayant vraisemblablement décidé de reprendre la route vers le temple de bevelle.


« Je n’en ai pas fini avec vous, je vous signale » fit-elle en le rattrapant en quelques pas, sa voix continuant de garder son timbre si calme malgré son agacement et l’effort tout juste produit.

Malgré cela, elle resta à ses côtés sans ouvrir la bouche, attendant de voir ce que ferait Zehel. Contre toute attente, il garda un rythme de marche très - peut-être trop – relaxé pour permettre à la demoiselle de le suivre et vint même révéler le rôle qu’il avait joué et qu’il avait à ce jour. Un prêtre, rien que ça. Et ancien membre de l’Inquisition, qui plus est. Si elle ne savait pas qu’il dégageait cette odeur étrange et qu’on lui avait posé la question avant qu’elle ne sache de quoi retournait chacun des postes cités, elle n’aurait pas hésité à se moquer ouvertement de lui en le traitant de tous les noms. Mais, soit. Il était prêtre de Yévon, venait tout juste de revenir en ville et avait manqué s’en prendre à deux membres assermentés de l’inquisition de Bevelle.


« Je ne formalise pas  de ce que vous avez bien pu faire dans le passé ou encore ce que vous ferez à l’avenir. Pour le moment, ce que je vois, c’est que vous me paraissez bien laxiste pour un prêtre de l’Ordre de Yévon. Pour ce qui est des deux individus que vous avez pu voir, ce ne sont malheureusement pas les seuls de leur catégorie à arpenter les rues de cette ville. L’Inquisition n’est certainement pas la seule à accueillir des gens comme eux, les moines aussi ont leurs phénomènes de foires. L’une est même passée maître l’année dernière, c’est dire à quel point vos collègues me paraissent fous. »

Au fur et à mesure de leur avancée, la structure du temple se dessinait de plus en plus nette sous leurs yeux, les allées richement décorées arborant les étendards frappés de l’œil stylisé et surveillées par les moines formant de véritables haies humaines se dressant devant eux tandis que les bruits et l’agitation de la ville s’atténuaient progressivement. L’entrée du temple se rapprochait rapidement, et avec elle s’amenuisaient les possibilités de discuter librement comme ils pouvaient le faire depuis un moment. En regardant au loin devant elle, la jeune femme crut apercevoir quelque chose qui, si elle se fiait à son expérience, n’avait rien de plaisant.

« Tsk ! Attendez un peu avant de continuer, je vous prie ! demanda-t-elle en lui attrapant l’épaule, la poigne solide le maintenant en place juste assez longtemps pour l’obliger à s’arrêter de lui-même. Vous n’êtes définitivement pas quelqu’un de stupide, je l’ai bien compris. Vous l’avez dit vous-même, je ne suis pas originaire de ce monde mais ne croyez pas que je ne suis pas concernée par ce qu’il se passe ici. Aussi, permettez-moi de vous donner un conseil… Sa voix perdit alors son intonation douce et rassurante pour devenir plus grave, la jeune femme souhaitant obtenir toute l’attention de son interlocuteur. Je ne prétends pas être au courant de tout ce qu’il s’est passé dans le monde ces dernières années, ni même d’être au fait des agissements de toute personne suspicieuse vivant dans cette ville mais j’en sais suffisamment pour vous conseiller de ne pas vous fier aveuglément à ce que vous pourriez voir ou entendre en ces murs. Gardez à l’esprit que les gens ne sont pas toujours ce qu’ils prétendent être, aussi bien en tant qu’individu qu’en tant que rôle qu’ils veulent bien jouer pour nous. »

Elle termina juste à temps pour voir débarquer un groupe de moines qui se dirigeait vers eux, arborant leurs armes dans le dos mais néanmoins prêt à se battre au vu de la formation qu’ils avaient choisis. Sans se préoccuper de la présence du prêtre à ses côtés, ils encadrèrent la jeune femme et commencèrent à lui menotter les poignets puis à lui enchaîner le cou à l’aide d’un collier en métal relié à une chaîne robuste maintenue par l’un des hommes du bataillon.

« Eh bien, alors. C’est comme cela qu’on me souhaite un bon retour ? Ca me réchauffe le cœur de voir que vous tenez tant que ça à ce que je ne vous quitte plus mais c’est peut-être un peu prématuré de vouloir sortir vos jouets alors que je viens à peine de rentrer.
-Silence ! J’ignore comment vous avez fait pour échapper à la surveillance des gardes devant vos quartiers mais c’est la dernière fois que vous quittez l’enceinte du temple sans autorisation, Inquisitrice ! Vous aviez été prévenue ! C’est l’isolement qui vous attend, désormais ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Lun 12 Oct - 0:23

Zehel
Malgré les faits et gestes de Zehel qui auraient pu déplaire à la jeune demoiselle, elle n’hésite pas un seul instant à le suivre comme prévu, allant même jusqu’à écouter ce qu’il a à dire concernant son passé et sa condition actuelle au sein de l’Église et du culte de Yevon. Malgré cela, il ne fait aucun doute que sa réponse va surement être désagréable ou bien critique concernant son caractère… Mais pas du tout au final, du moins, il s’attendait à bien pire venant d’une femme qui ne mâche pas ses mots. Laxiste ? C’est vrai, on ne va pas se mentir, en tant que Prêtre de Yevon, le beau blond est tout sauf le modèle parfait pour représenter les gens pour qui il travaille, car il considère ça comme un job plus qu’une vocation, pas comme certains autres en tout cas. Au moment où elle va parler des moines, le jeune homme va percevoir ce qu’elle vient de dire comme une réalité : des moines pourris, oui il en a vu, mais elle aussi ? Si c’est le cas, ça ne fait aucun doute qu’elle les voit régulièrement dans ce cas et vu ses relations avec les Inquisiteurs qu’elle a rencontré un peu plus tôt, il va sans dire que ça ne doit pas être rose non plus. Il suffit au prêtre vêtu de noir de partir quelques temps pour que Bevelle devienne une ville de tyran, ce n’est pas possible…

Enfin, il se fait peut-être simplement des idées, alors qu’il est en train de marcher tranquillement avec Mélina à ses côtés, une chose au loin semble bouger et, sans même qu’il puisse l’identifier, sa « nouvelle amie » lui attrape l’épaule en lui priant de s’arrêter, bien que sa poigne ne lui laisse guère le choix. Bien à l’inverse des gens qui ont généralement de mauvaises réactions avec ce genre de mouvements, Zehel va s’arrêter et se tourner vers elle sans avoir l’air inquiet ou autre, attendant simplement d’entendre ce qu’elle peut bien avoir à lui dire dans un tel moment ? Une déclaration d’amour soudaine ? Pas vraiment le genre de la personne qu’il a en face de lui. Pourquoi a-t-il pensé ça ? Elle lui a dit qu’il n’est pas stupide, c’est plutôt un compliment chaleureux quand on voit ce qu’elle a bien pu lui dire avant ! Toutefois, le fait que son regard et le ton de sa voix deviennent sérieux va tout de suite remettre en place les idées du jeune homme aux cheveux blonds.

Un conseil qu’elle veut lui donner ? Plus il l’écoute, plus il a l’impression qu’elle veut le prévenir de quelque chose, mais dont il a déjà conscience. Cela part d’un bon sentiment venant de Mélina qui semblait répéter les préceptes comme un livre, elle montre enfin un peu d’intérêt aux yeux de Zehel. Pour quelle raison fait-elle ça ? Il n’a nullement besoin de le savoir. Tout ce qu’il doit savoir, c’est qu’elle est probablement du même avis que lui par rapport à Yevon et ce qui peut se tramer à Bevelle. Après tout, même elle qui ne vient pas d’ici n’est pas aveugle au point de ne pas voir que le culte de Yevon, surtout à cet endroit, est protégé d’un rideau d’illusions et couvert de mensonges. Il sait déjà qu’il doit se méfier de ce qu’il peut entendre ou voir ici, surtout des personnes qui prétendent jouer un rôle, c’est pour ça, qu’il va laisser s’échapper un petit rire avant de dire rapidement :


« Je vous remercie de votre conseil, mais croyez moi, si je ne suis dans cette ville qu’une fois par an, il y a bel et bien une raison à cela… »

Il ne peut en dire plus qu’un petit groupe de moines arrivent sur eux, sur Mélina pour être précis, comme des chiens enragés, pour menotter la jeune femme, à la grande surprise de Zehel qui garde pourtant son calme. Lorsqu’il voit le collier avec une chaine mis à son cou, son regard devient un peu plus observateur : que peut-elle bien avoir fait pour mériter cela ? Si tout ça concerne seulement le petit incident survenu un peu plus tôt, le prêtre n’aura aucun mal à la sortir de cette situation, mais les paroles échangées entre la demoiselle et les moines vont tout de suite provoquer une montée d’adrénaline chez Zehel qui va esquisser un petit sourire. Alors comme ça, la petite femme qui a osé s’en prendre aux Inquisiteurs tout à l’heure fait aussi partie de ce groupe ? Mais d’après ce qu’il voit, le traitement qui lui est accordé est complètement autre et ça a le don de lui taper sur les nerfs de façon assez gênante, c’est pourquoi, au moment que les moines essayent de partir en direction du temple, le jeune homme souriant va poser une main sur l’épaule de Mélina.

« Mes chers moines, la seule chose qui attend cette jeune femme… C’est de m’accompagner pour mon rapport annuel auprès de mes supérieurs, dans l’enceinte du temple de Bevelle. »

Son expression est partagée entre sérieux et ironie, il ne fait aucun doute que ces pauvres moines ne se doutent pas un seul instant de la personne qui se trouvent face à eux, la jeune femme enchaînée non plus d’ailleurs. Les moines vont sans aucun doute tous se retourner vers lui, un air bien méchant vu la façon dont il leur a parlé, mais ça n’en rend les choses que plus intéressantes au final. Plus ils sont énervés, plus le jeune homme se sent l’envie de les enrager encore plus, c’est pourquoi il arbore un air arrogant et confiant plus que suffisant pour agacer qui que ce soit. Au moment où celui qui semble être le chef de ce petit groupe va pour prendre la parole, Zehel va directement lui couper la parole en disant :

« Oh que j’ai horreur de faire ça… Mais bon, je me présente officiellement devant vous : je suis Zehel, Prêtre de Bevelle, Ex-Invokeur, Ex-Inquisiteur et Représentant de Yevon à travers Héméra, ce qui doit… Laaaaaaaargement me placer au-dessus de vous dans la hiérarchie une fois dans ces murs, mes chers moines ! » Son sourire ne disparait pas un instant et il n’hésite pas à faire lâcher la chaîne du collier de Mélina au soldat qui la tenait. « Si vous avez le moindre doute, je vous prie d’aller vérifier auprès de mes supérieurs, mais ne vous y trompez pas, ceux que vous pouvez appeler « mes supérieurs » se comptent sur les doigts des deux mains, autrement dit, les Maitres, quelques autres grands Prêtre et celui qui est au sommet de Yevon actuellement… »

Le pire dans tout cela, c’est qu'il ne s'agit que de la stricte vérité : de par son passé et ce qu’il a accompli pour l’Église, son statut est à ce point élevé. Rien d’officiel réellement, mais aucun prêtre ne peut se présenter devant lui sans lui devoir le respect, même s’il est plus jeune que tous les prêtres de cette ville surement. D’un coup d’œil, il repère les clefs du collier et des menottes  de Mélina à la ceinture du chef des moines, ce dernier qui semble assez énervé et prêt à en découdre peut-être. C’est avec un mouvement rapide, mais précis, que Zehel va dégainer sa faux et faire un mouvement large en direction des moines pour attraper ce trousseau de clefs et l’attraper de l’autre main, toujours avec un sourire en coin. Suite à cela, avec la pointe de sa faux, il va tracer une ligne à peine visible sur le sol et en l’indiquant du doigt, tout en rangeant sa faux.

« Je suis de bonne humeur grâce à la jeune femme ici présent, donc je vais vous faire une proposition honnête : Je la libère seulement de son collier, le temps que vous alliez vous renseigner sur qui je suis, au cas où vous soyez ignorants à ce point pour ne pas m’avoir remarqué la première fois. En échange, je dirais que vous m’avez servi d’escorte jusqu’au temple suite à quelques altercations dans les rues un peu plus tôt dans la journée, et vous serez bien remerciez. Bien évidemment, vous pouvez aussi ne pas accepter et franchir cette ligne dans l’instant qui suite, mais je peux vous promettre de vous montrez que ma réputation est loin d’être usurpé… »

Malgré un sourire qui se veut toujours amical et un poil provocateur, le jeune homme a des yeux bleus qui annoncent clairement qu’il ne plaisante plus, un seul faux mouvement de leur part et il dégainera à nouveau, mais pas pour attraper un trousseau de clefs, mais pour faire rouler des têtes au sol… Zehel a une réputation d’être un cas difficile pour les hautes instances de Yevon, mais c’est aussi un élément de grande efficacité qui aurait pu vaincre Sin s’il n’était pas parti si jeune dans son pèlerinage. Voilà pourquoi certains des moines vont très bien reconnaître son caractère probablement et dissuader les autres de venir le titiller. Quelques secondes sont passés et personne n’a osé s’avancer, il considère la proposition acceptée et, tout en restant sur ses gardes, il prend le bras de Mélina gentiment pour l’emmener un peu plus loin de l’autre côté de la ligne, pour être sur que les moines pourris ne les entendront pas. Il commence à lui enlever ce fardeau qu’est son collier tout en lui disant :

« Je sais, vous allez encore me blâmer pour ce que j’ai fait, ce que j’ai dit, et bien d’autres choses, mais le prêtre qui m’a formé était quelqu’un de bon et qui luttait aussi contre ce type d’injustice, il m’a d’ailleurs permis de devenir l’homme que je suis aujourd’hui. Je ne fais pas ça pour l’imiter, mais car c’est la voie que j’ai choisi de suivre, je ne laisserais pas Yevon abusé des gens de la sorte. Vous êtes loin d’être stupide aussi, je ne vous promets rien en agissant ainsi, mais si vous voulez vivre comme ça pour le restant de vos jours, je n’interviendrais plus. »

Une fois le collier enchainé retiré du cou de la demoiselle, il le jette sans problème jusqu’aux pieds des moines restants, probablement que certains sont partis vérifier ou prévenir de l’arrivée de Zehel, ce genre d’arrivée qui va encore lui attirer les foudres des hautes instances. Quoi qu’il en soit, ce qui est fait est fait, la jeune femme n’aura pas de compte à lui rendre après cela. Il ajoute juste en la regardant dans les yeux avec un sourire un peu gêné et amusé :

« Si je ne vous retire pas les menottes tout de suite, ce n’est pas parce que je veux faire plaisir à ces moines, c’est plutôt parce que je me doute que vous allez me gifler pour avoir agi de la sorte, haha… Désolé d’agir ainsi, mais je préfère mes joues quand elles ne sont pas rouges ! »
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Dim 18 Oct - 13:48

La situation aurait pu prendre une tournure assez désagréable à la suite de l’arrivée des moines pour arrêter Mélina, si Zehel n’avait pas décidé d’intervenir pour les empêcher de l’emmener plus loin.

Dans le pire des cas, la jeune femme se serait retrouvé confinée dans ses quartiers jusqu’à ce qu’un ordre de mission ne l’oblige à sortir pour traquer une cible désignée. Pas vraiment de quoi en faire un plat, elle avait vécu bien pire lors de sa convalescence à Guadosalam lorsqu’elle était encore clouée dans son lit, ou dans la clinique de Bevelle, dans son fauteuil roulant.

Quoi qu’il en soit, Zehel avait retardé l’échéance. Finalement, cet homme n’était pas adepte que de belles paroles mais aussi prompte à agir lorsque la situation le demandait.

En y repensant, il avait bien dit être prêt à user de son arme pour ôter le bras de Dalma si elle n’avait pas été rappelée à l’ordre par Mélina. Si ces menaces n’étaient donc pas que du vent, cela faisait de lui un élément imprévisible, capable de faire autant de bien que de mal. La volonté d’aider semblait bien être présente mais encore fallait-il qu’il soit capable de se contrôler dans les moments les plus difficiles.

Elle n’avait pas vraiment apprécié l’attitude cavalière au possible dont il faisait preuve depuis qu’ils s’étaient rencontrés mais elle devait bien avouer que cela venait de la sortir d’un assez mauvais pas.

Lorsque le chef de la troupe se fit stoppé net par la faux du jeune homme, Mélina ne put s’empêcher d’esquisser un léger sourire moqueur. Un bien joli tour que venait de jouer Zehel à ces hommes, montrant qu’il disposait non seulement d’arguments hiérarchiques solides mais aussi d’un moyen de repousser tout assaillant qui aurait le malheur de s’approcher d’un peu trop près de lui.

Tandis qu’une partie de la troupe partait se renseigner, Mélina fut emmenée un peu plus loin, à l’écart des oreilles indiscrètes. Il lui déclara avoir agi selon sa conscience mais rien ne disait qu’il n’espérait pas quelque chose en retour de ses actions.

Elle ne put cependant s’empêcher de laisser échapper un léger rire lorsqu’il déclara ne pas souhaiter lui retirer les menottes tout de suite, de peur de se prendre une gifle pour son comportement.


« Pour qui me prenez-vous, enfin ? Une demoiselle incapable de se défendre toute seule ? Moi qui vous croyais plus malin que ça, vous m’en voyez déçue. Pourquoi croyez-vous que les Inquisiteurs se soient embarrassés de m’enrôler parmi eux ? »

Elle secoua la tête, à la fois amusée et effarée par le comportement de Zehel. Il manquait quelque peu de conviction s’il pensait qu’elle lui en voudrait qu’il lui soit venu en aide. Elle n’aimait pas vraiment devoir prodiguer des sermons mais il ne lui laissait pas vraiment le choix.

« Je vous mentirais si je disais que je ne voulais pas qu’on me sorte de cette situation. Mais, honnêtement, y’avait-il vraiment besoin de jouer cette comédie ? Faites donc un peu preuve de maturité. Pendant un moment, j’ai cru que vous alliez sortir quelque chose comme « Si vous ne faites pas ce que je vous dis, préparez-vous à subir le courroux de Yévon lui-même ! ». Vous avez beau vous situer relativement haut au sein de l’église, vous ne devriez pas chercher à compter sur votre position pour régler vos problèmes. Les statuts sociaux vont et viennent, on ne sait jamais quand on va chuter en bas de l’échelle de la société. »

Son regard se perdit dans le vague l’espace d’une seconde après avoir prononcé ces mots, avant qu’elle ne prenne une grande inspiration, sa modeste poitrine se soulevant sous l’effet de l’air emmagasiné. Lorsqu’elle sentit qu’elle était arrivée à sa limite, elle appliqua toute la force dont elle disposait dans la zone de ses avant-bras, sectionnant d’un coup la chaîne de ses menottes. Elle n’eut ensuite plus qu’à tirer un bon coup sur les bracelets attachés à ses poignets pour briser le métal qui les constituaient, laissant ensuite tomber les deux arceaux au sol.

« Vous disiez ne pas aimer que le sang vous monte aux joues, n’est-ce pas ? Que diriez-vous si c’était vos oreilles qui prenaient leur place ? » déclara-t-elle soudainement en venant attraper fermement les lobes de Zehel avec ses deux mains libres, lui tirant un grand coup afin d’obliger le prêtre à se voûter vers l’avant pour éviter qu’elle ne les lui arrache.

Elle s’amusa à lui tourner la tête dans plusieurs positions plutôt désagréables pendant quelques instants, avant de finalement le laisser se dégager de sa prise, les oreilles du jeune homme ayant pris une teinte cramoisie du plus bel effet.


« Hum ! Je suppose que ça suffira pour cette fois. Jouer les princes charmants avec moi ne vous apportera rien, tâchez de vous en souvenir. Et estimez-vous heureux que ce ne soit que vos oreilles qui aient été concernées pour aujourd’hui. »

Mélina reprit une posture droite se voulant plus noble, une main sur la hanche tandis que l’autre venait remettre en place une partie de sa longue chevelure argentée.

« Bien ! Et si nous allions faire ce rapport ? Qu’en dites-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Mer 21 Oct - 13:42

Zehel
Même quand le beau blond vient en aide à la jeune demoiselle en détresse qui risquait de se retrouver au fond d'un cachot, en isolement pour être précis, pendant plusieurs jours, cette dernière trouve encore le moyen de lui râler dessus et de faire des commentaires péjoratifs, quel caractère! C'est à la limite de lui faire regretter son action héroïque et qui va lui faire avoir des petits soucis lors de son rapport, mais il n'en est rien, s'il agit ainsi, c'est parce qu'il le veut bien et rien d'autre au final. Bon, elle a quand même dit que pendant un moment, elle l'a cru malin, il se contentera de ce compliment pour l'instant, même s'il vient avant un aveu comme quoi Mélina serait déçue de lui.

Elle finit tout de même par avouer qu'elle est bien contente d'être sortie d'une telle situation, mais aurait préféré qu'il soit un peu plus "mature". Mature?! Attendez... On parle bien de Zehel là? Les seuls moments où il doit être mature, c'est quand il consomme de l'alcool et se retrouve à traîner avec des femmes le soir, faisant la tournée des bars et profitant de son charme naturel pour séduire et faire chavirer les coeurs. Mais quand il s'agit de l’Église et de son travail, son âge mental n'a pas évolué d'un iota depuis la mort du Prêtre Bastian. Qu'il sorte quelque chose à propos du courroux de Yevon? Mouahahaha! Rien que d'attendre ça, le prêtre vêtu de noir se retient d'exploser de rire, si bien que deux petites larmes commencent à perler aux coins de ses yeux, trahissant clairement son envie. Un sermon sur le fait qu'il compte sur sa position au sein de l'Eglise vient quasiment l'achever: oh bon dieu... heu Yevon, que l’Église aimerait se débarrasser de lui pour toujours, mais si seulement il le pouvait! Zehel est tout simplement presque aussi intouchable sur son statut que Monseigneur en personne. Pour quelle raison? Il a un CV plus intéressant que n'importe quel prêtre dans la cité de Bevelle, il a été amené ici par un Ronso qui n'est ni plus ni moins que l'ancien Maître Kelk Ronso lui même, sans parler du fait qu'il est le successeur direct du Prêtre Bastian qui était respecté de tous, malgré tout ce qu'il s'est passé depuis le temps. Reprenant son calme, il regarde un peu au loin en disant simplement:


« Le jour où vous m'entendrez parler du courroux de Yevon, ça sera simplement pour citer que le mien est encore plus grand. Je n'ai pas l'intention de f... »

C'est alors qu'un bruit de chaînes cassés se fait entendre derrière, provenant surement de la jeune femme. A t-il trop baissé sa garde et un des moines a donc franchi la ligne? Si c'est le cas, du sang va gicler... Mais lorsqu'il se retourne pour voir ce qu'il en est, Zehel va être un poil surpris, bien qu'il pouvait aussi sans douter malheureusement: Mélina vient de casser ses menottes et se débarrasse lentement du métal qui entoure ses poignets. Le regard qu'elle adresse au jeune homme lui fait comprendre qu'il y a danger, mais impossible de perdre la face maintenant, il se doit de faire front comme une personne respectable, il en va de son orgueil et de sa fierté en tant qu'homme! Lorsqu'elle évoque ses joues, il se dit qu'il va en ramasser une ou deux en pleine poire et que ça suffira, mais non, ce sont finalement ses oreilles qui vont être les victimes de la furie de cette petite femme qui cache bien son jeu! Elle lui tire sans aucune pitié les lobes, au point de le faire se pencher en avant pour éviter de faire arracher les oreilles, puis se retrouve à grimacer en ayant la tête dans tous les sens.

« Aie! Ouille! Mais aieeeeuh!!! »

N'étant pas de nature à se fâcher pour si peu, Zehel se retrouve presque à rire un peu entre deux petits cris de douleurs, tellement il trouve cela amusant, ce qui doit donner une scène assez bizarre aux quelques soldats qui sont restés au loin pour ne pas franchir la limite tracé par le prêtre. Le beau blond finit par récupérer ses oreilles et il les frotte doucement pour essayer de faire partir la douleur coûte que coûte, alors que Mélina en profite pour lui préciser qu'il a de la chance que ça soit les oreilles qui ont pris et rien d'autre... Non?! Elle n'aurait pas osé frapper le trésor sacré de chaque homme! L'homme fait un pas en arrière juste au cas où, histoire de voir le coup arrivé si l'occasion venait à se présenter, alors qu'il comprend aussi ce qu'elle vient de lui dire par rapport au prince charmant. Il aime les femmes de caractère en général, mais très peu pour lui celles qui essayent d'avoir le dessus sur lui via la violence, il n'est pas soumis non plus. La jeune demoiselle finit par reprendre une position noble, bien qu'un poil très élégante pour ne pas dire sexy, avant de demander s'ils vont faire ce rapport oui ou non. Zehel tousse un peu et avance lentement en disant:

« On y va... Mais je m'en grille une autre avant d'y aller! Je sais qu'il aime pas ça, et comme mes oreilles me font mal, je suis pas d'humeur à leur faire ce plaisir! »

Un petit rire se fit entendre de la part du grand jeune homme qui sort une nouvelle cigarette, mais en prenant gare à le tenir toujours très éloigné de Mélina qui ne supporte pas ça, quitte à garder son bras à l'horizontal du côté opposé. Cette demoiselle est pour le moins intéressante en tout cas, elle semble prisonnière de cette ville de Bevelle, mais garde quand même le courage d'affronter ses "ennemis" au quotidien et, ce n'est qu'une supposition mais elle est probable selon lui, d'attendre une opportunité de partir. Et si c'était Zehel qui lui offrait cette porte de sortie justement? Bon, elle ne lui a rien demandé et ne voudra probablement pas accompagné un tel homme lors de sa prochaine mission, mais s'il peut l'aider à sortir du pétrin... Pourquoi pas?

Ils finissent tous les deux par passer près des quelques soldats qui s'écartent immédiatement pour les laisser passer, ayant eu une confirmation concernant l'identité du prêtre vêtu de noir. Toutefois, un mouvement lâche va être tenter par le chef des moines qui va essayer de lui faire un croche-pied plutôt traitre... Bien vu, mais il ne faut jamais défier le maître à son propre jeu: le jeune homme va jouer la comédie en simulant de tomber en avant, juste au moment où il trouve le bon angle, il remet son autre pied en appui devant lui et arrache son autre pied de la jambe du chef, l'envoyant valser au sol avec une belle vrille.


« Oh! Veuillez m'excuser, il semblerait que votre pied est percuté le mien, quel dommage que j'ai de bonnes jambes et pas vous. C'est tout de même étonnant de la part d'un chef des moines... »

Et c'est ainsi que Zehel reprend sa route en riant aux éclats, rien que pour énerver les moines et les faire passer pour des clowns, leur chef venant de se retrouver au sol après un soleil magnifique! Peut-être en a t-il trop fait, mais de toute façon, il sait très bien qu'il va se faire incendier pour son rapport annuel, comme d'habitude, alors il ne s'en préoccupe pas trop jusque là. Si on prend aussi l'incident par rapport à la jeune femme qui l'accompagne, il pourrait passer un sale quart d'heure, bien que cela doit encore trouver le moyen d'arriver vu qu'il est sacrément teigneux le garçon!

Quelques dizaines de mètres se font en silence, l'ambiance se faisant de plus en plus lourde alors que le temple de Bevelle montre enfin ses portes sous leurs dimensions réelles. Sa cigarette étant déjà terminé, il l'écrase légèrement au sol avec sa main en se baissant, puis le jette proprement dans une poubelle non loin de là. Il regarde la jeune femme une fois encore et lui dit:


« J'espère que t'es prête, car c'est pas comme s'ils allaient être content de me voir! »

Zehel pousse les portes avec courage et détermination, surtout avec un sourire bien à lui, des plus provocateurs et va directement vers les prêtres qui se trouvent au milieu de la salle, ces derniers le remarquent directement et grimacent en s'imaginant le pire, rien qu'à l'idée de lui parler. En faisant attention que Mélina le suive sans se poser trop de questions ou en regardant de tous les côtés, il demande sans la moindre hésitation:

« Salut les gars! Content de me voir de retour? Où est le vieux? Je dois lui faire mon rapport. »
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Lun 9 Nov - 0:49

Zehel se décida à reprendre la marche en direction du temple, non sans jouer de la provocation en commençant par s’allumer une nouvelle cigarette – à bonne distance de Mélina, cette fois-ci – puis en s’amusant aux dépends de la compagnie de moine, et plus spécifiquement du leader d’escouade ayant tenté de jouer au plus malin avec le prêtre.

Une bonne leçon qu’il venait de recevoir mais, l’un comme l’autre, ils faisaient étalage de leur immaturité en place publique. Mélina était effarée par tant de stupidité mais décida qu’elle avait suffisamment martyrisé le jeune homme à la faux comme ça pour ce quart d’heure.
Par contre, s’il continuait comme ça encore longtemps, il ne verrait pas venir le prochain coup.

Ils s’arrêtèrent quelques instants devant l’entrée du temple, le temps pour Zehel de terminer sa cigarette et de la jeter dans la corbeille la plus proche. Au moins, il se souvenait des paroles que la jeune femme avait prononcées un peu plus tôt.

Inutile de perdre plus de temps, aussi s’empressèrent-ils de pénétrer dans l’en ceinte du temple, Zehel en profitant pour glisser à Mélina un avertissement sur ce qui risquait de se passer. Fidèle à elle-même, Mélina lui répondit presque aussitôt :

« Je parie que peu de personnes seront ravies de vous voir, par ici. »

Elle se disait que ça allait sûrement être un mauvais moment à passer mais que malgré tout, ça lui permettrait d’en apprendre un peu plus sur ce que l’Eglise préparait en envoyant certains de ces membres sr les autres mondes. Et qui sait, elle pourrait peut-être enfin connaître la situation de Héra. Depuis qu’elle avait été enrôlée de force au sein de l’Inquisition, on lui avait interdit de chercher à se renseigner sur sa patrie. Impossible donc de savoir ce qu’il était advenu de ses possessions, de sa famille ou même de…

La jeune femme fut tirée de ses pensées lorsqu’ils arrivèrent dans le hall, où se trouvaient un groupe de prêtres en pleine discussion, qui se turent en les voyant arriver. Bien sûr, il en aurait été autrement que la surprise aurait été de circonstance. Zehel ne fit pas état des réactions des hommes en soutanes et les interpella de vive voix, demandant où se trouvait la personne qu’il était venu voir.

Mélina ne put s’empêcher de plaquer sa main droite sur son visage en laissant échapper un léger rire, relevant plus de l’amusement que de l’agacement, cette fois-ci. On aurait pu croire qu’il faisait tout pour qu’on se moque de lui et qu’on ne le prenne jamais au sérieux. Une part d’elle imaginait cependant qu’il devait s’agir de sa manière à lui de masquer ses réelles intentions, comme elle-même pouvait le faire en modulant les intonations de sa voix et ses expressions faciales.

Après tout, quoi de mieux que de jouer le pitre pour le croire inoffensif ?

Pour preuve, il continuait de l’observer en même temps de jouer sa comédie, comme pour s’assurer qu’elle ne fasse pas de vagues. C’était bien les prêtres, ça. Il avait beau dire qu’il n’avait pas grand-chose à voir avec le reste du clergé, il n’en restait pas moins sur ses gardes avec elle. Elle lui assura d’un signe de tête que tout allait bien se passer, avant de s’éloigner de quelques pas. Elle ne tenait pas vraiment à se faire hurler dessus aux côtés de Zehel.

Alors qu’elle s’adossait à l’une des colonnes, un visage familier lui fit signe depuis l’autre côté de la pièce. Cela lui rappela qu’elle allait devoir dire un mot aux deux idiots qui s’étaient donnés en spectacle un peu plus tôt. D’un geste de la main suivit d’un signe de tête, elle indiqua à la personne à l’autre bout du hall de patienter un peu, qu’elle irait lui parler une fois qu’elle en aurait terminé ici. Le message fut bien reçu par son interlocuteur silencieux, qui la laissa se concentrer sur ce qu’il se passait autour d’elle.


******

Zehel et Mélina vont au Temple de Bevelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaos
Modo à la retraite!

Modo à la retraite!

avatar
Niveau : 100
HP : 9999/9999
MP : 999/999

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Mer 25 Nov - 12:25



Mélina gagne 250 Gils, Zehel empoche 200 Gils!





Mélina et Zehel se rendent au Temple de Bevelle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Dim 5 Fév - 17:26

Mélina et Naomi viennent du Temple de Bevelle.
----------------------------


« Un télé… Oh, je vois ! En effet, il me semble que Klavius avait mentionné que le clergé avait récemment fait l’acquisition de plusieurs de ces objets. Il s’était même permis d’émettre l’idée d’en installer un dans son bureau… Jusqu’à maintenant, j’ignorais totalement quelle forme ils avaient. La technologie et moi n’ont jamais vraiment fait bon ménage, malheureusement. Au moins, je saurais comment réagir pour une éventuelle prochaine fois. »

Elle se sentait quelque peu coupable d’avoir réduit en morceaux un objet d’une telle valeur et pour la personne à qui il était vraisemblablement destiné en premier lieu mais le mal était fait et elle ne pouvait malheureusement plus faire grand-chose pour y remédier.

Il n’était pas vraiment question de conserver les restes du téléphone sur elle, aussi Mélina vint déposer ce qu’il lui restait dans la poubelle la plus proche avant de reprendre la route.

Au fur et à mesure que les deux jeunes femmes évoluaient dans les rues de la capitale, Mélina remarqua les regards des passants se poser sur elle avant de se détourner dès qu’elle les approchait.

Ces derniers temps, tous les habitants de Bevelle semblaient particulièrement nerveux, très certainement à cause du conflit qui avait débuté ces dernières semaines avec la nation de Gaïa. L’église semblait essayer de rassurer la population mais en même temps, donnait surtout l’impression de vouloir attiser les flammes du combat. Le résultat s’était manifesté sous la forme d’émeutes et manifestations qui s’étaient produites un peu partout, opposants les partisans de la guerre à ceux qui préféraient régler tout ça paisiblement.

Difficile de savoir si elle était désormais dévisagée de cette manière parce qu’elle pouvait à tout moment être chargée de réprimer une insurrection, ou si c’était parce qu’elle était éligible pour être envoyée au front, en tant qu’Inquisitrice de Yevon.

Du moment qu’il ne s’agissait que de simples regards, elle ne s’en préoccupait pas davantage. Cependant, si l’un d’eux venait à la prendre à part pour ça, elle ou Naomi, elle n’hésiterait pas à se défendre. Tout en conservant une certaine retenue, bien évidemment. L’ancienne noble n’était pas encore prête à se rabaisser au niveau de ses collègues.

Heureusement, la traversée des rues de Bevelle s’effectua sans encombre et grâce aux indications de la jeune prêtresse, elles arrivèrent à destination assez rapidement.

D’après l’adresse inscrite sur l’enveloppe que leur avait confié Klavius, elles s’étaient retrouvées dans une zone en périphérie de la ville, principalement occupée par des bâtiments administratifs, ainsi qu’un grand nombre de demeures luxueuses. C’était devant l’une de ces dernières que les deux jeunes femmes se trouvaient actuellement.


« Je n’imaginais pas que nous aurions à parcourir tout ce chemin… Je suppose que pour ce qui nous attends, je ne devrais pas être surprise que nous nous trouvions ici mais j’imaginais quelque chose d’un peu moins… guindé, si j’ose dire. »

Malgré la remarque qu’elle venait de faire, Mélina n’était pas convaincue que le gigantesque manoir soit réellement occupé par un propriétaire fortuné, à cause du fait que la façade d’architecture typique de Bevelle était dans un état proche du délabrement, partiellement recouverte de lierre d’autres plantes grimpantes.

La seule indication que l’endroit semblait être utilisé était la présence au-dessus de la porte de devant d’une bannière frappée d’un sceau distinct que Mélina n’avait jamais vu auparavant, ainsi que d’une clameur s’échappant au travers de certaines fenêtres grandes ouvertes de la bâtisse.


« C’est à se demander qui nous attends à l’intérieur… » se dit Mélina en franchissant les quelques mètres qui la séparait de la grande porte du manoir.

La jeune femme frappa alors doucement trois coups secs puis patienta quelques instants avant que la porte ne s’ouvre sur la figure d’une femme habillée d’un uniforme que Mélina confondit presque avec celui d’une servante de son ancienne demeure de Treno. Le simili-tablier blanc aux bords et manches bleu ciel, accompagné d’un voile blanc en deux parties lui couvrant les épaules et le haut de sa longue chevelure bleu nuit arrangée en une queue de cheval basse, et complété par une longue cravate rouge.


« Que puis-je pour vous ? demanda la femme d’une voix neutre.
-Bonjour ! répondit Mélina en insistant sur la dernière syllable, comme pour indiquer à son interlocutrice qu’elle avait manqué de politesse. J’ai ici une lettre adressée au propriétaire de cet endroit et nous avons été envoyée ici à la demande du Juge Klavius.
-Avez-vous un rendez-vous prévu ?
-Je l’ignore. On nous a seulement dit de venir munies de ce document et de traiter de son contenu une fois sur place. »

La femme en habits de servante fixa longuement les deux visiteurs en silence, avant de finalement s’écarter pour laisser passer le duo.

« Veuillez entrer à l’intérieur, je vous prie. Je vais apporter cette lettre à quelqu’un en mesure de traiter cette affaire.
-Je vous remercie, répondit Mélina en s’engageant la première.

Elle eut à peine le temps de faire un pas vers l’intérieur que la potentielle domestique reprit l’interrogatoire, ajoutant cette fois une pointe de déférence dans son intonation :

« Veuillez me pardonner mais pourrais-je savoir qui vous êtes ? Il sera certainement plus simple pour la personne que je m’en vais chercher de connaître au préalable les identités de ceux qui veulent s’entretenir avec elle.
-Oh ! Bien sûr, veuillez m’excuser. Je me nomme Mélina Hartford, et voici Naomi. Nous sommes membres de l’Eglise de Yevon. Moi, en tant qu’Inquisitrice, et Naomi a récemment accédé à la fonction de Grande Prêtresse. »

Le visage de la femme aux cheveux sombres resta de marbre face aux déclarations de la jeune femme aux cheveux argent, ce qui surpris quelque peu cette dernière, qui s’était attendu à un mélange de craintes et de révérence aveugle envers elles dès l’instant où elle les avait présentés. Quelques instants de flottements passèrent, durant lesquels Mélina cru entrapercevoir une étrange lueur dans le regard de la femme lui faisant face, avant de finalement se rendre compte qu’elle attendait de se voir confiée la lettre de Klavius.

« Je vous remercie. Quelqu’un va venir vous chercher pour vous installer dans une pièce afin de patienter.
-Je vous remercie… Euh...
-Mon nom est Shinano. Sur ce. »

Après un rapide salut avec la main sur le cœur, la dénommée Shinano se retira avec l’enveloppe en main, laissant les deux jeunes femmes seules pour le moment.

« C’est à se demander qui peut bien vivre ici !? répéta une nouvelle fois Mélina, à voix haute cette fois-ci. Cet endroit paraît abandonné vu de l’extérieur mais nous sommes accueillis par une domestique. Qui, soit dit en passant, me paraît particulièrement grossière pour ce rôle. Toutes ces contradictions commencent à me faire penser que Klavius cherche à se moquer de nous, une fois de plus. »

A peine eu-t-elle terminé sa phrase qu’une porte sur le côté s’ouvrit, de laquelle sortit une autre femme vêtue du même accoutrement que Shinano. Elle invita le duo à la suivre, ce à quoi elles répondirent en s’engouffrant à sa suite dans le couloir.

Tout en avançant, Mélina constata que la décoration de la bâtisse restait assez modeste malgré l’environnement luxueux dans lequel elle se situait. Très peu de fioritures aux murs à part quelques pots de fleurs disséminés sur des commodes, des murs qui donnaient d’ailleurs l’impression d’avoir été repeint récemment. Un peu de poussière avait commencé à s’accumuler à quelques endroits, mais rien qui ne saurait être enlevé difficilement.

En constatant l’état d’entretien de l’intérieur par rapport à celui de l’extérieur, Mélina commença à comprendre que les occupants de ce manoir venaient très certainement de s’installer il y a peu de temps. Probablement un an auparavant, tout au plus. S’ils s’étaient occupés en priorité de remettre en état l’espace à vivre, il n’était plus si étonnant que la façade extérieure soit encore encombrée par la végétation grimpante.

Les deux jeunes femmes et leur guide arrivèrent finalement dans un salon isolé, meublé par un sofa, quelques chaises et une table sur laquelle un service à thé était déjà posé, la théière dégageant déjà un peu de vapeur, signe qu’il venait tout juste d’être préparé. La femme en tenue bleue et blanche invita Mélina et Naomi à s’asseoir et lorsque ce fut fait, elle commença à leur servir la boisson chaude dans des tasses individuelles. Mélina prit la tasse à deux mains pour renifler son contenu, afin de s’assurer que rien de suspect n’avait été versé. Pas d’odeur ou de sensation inhabituelle, aussi confirma-t-elle à Naomi qu’elle pouvait boire sans danger. La température était pile ce qu’il fallait pour pouvoir l’apprécier, et le goût était tout aussi agréable, ce qui poussa Mélina à demander à être resservit très rapidement.

Ce fut ce moment que choisit la porte par laquelle elles étaient entrées pour s’ouvrir de nouveau, dévoilant la silhouette d’une femme habillée de la même manière que les deux précédentes mais avec des couleurs plus sombres aux bords, que ses épaules étaient entourées de volants en tissus et qu’elle ne portait non pas un voile dans les cheveux mais une espèce d’ornement en forme de bois de cerf, accompagné de plaques de métal étalées de manière à former la base d’un casque. Elle avait amené la lettre désormais dépliée de Klavius avec elle.

Un simple signe de tête à l’adresse de celle qui avait amené Mélina et Naomi dans le salon suffit pour lui signifier qu’elle pouvait les laisser, avant de refermer la porte derrière elle pour s’installer en face des deux jeunes femmes.

La femme aux ornements crâniens se versa une tasse de thé mais la laissa sur la table pour le moment, préférant concentrer son attention vers ses deux invités.


« Si vous me le permettez, je vais aller droit à l’essentiel. D’après ce qui est écrit dans la lettre que vous avez amenée, vous vous préparez pour un voyage à travers tout Spira dans les prochains jours. Pourriez-vous me décrire précisément ce qu’implique une telle entreprise ?
-Je comprends votre curiosité mais avant de nous demander ce que nous comptons entreprendre, pourriez-vous nous expliquer ce qu’est cet endroit ? Le juge Klavius nous a envoyé ici sans plus de détails que l’adresse indiquée sur l’enveloppe que vous avez ouverte. Qui êtes-vous ?
-Evidemment… déclara la femme en laissant échapper un soupir. J’aurais dû m’attendre à cela de la part de cet homme… Très bien, puisqu’il le faut. Vous vous trouvez actuellement au comptoir commercial de la compagnie marchande “Izumo”, dont le quartier général se trouve à Luca. Je me nomme Kazuno, et je suis la directrice adjointe des opérations sur la région de Bevelle. Cela répond à vos questions ?
-C’est un bon départ, je suppose.
-Bien ! Dans ce cas, je répète ma question : que comptent faire précisément une Grande Prêtresse et une Inquisitrice de Bevelle, lors du voyage qui débutera dans les prochains jours ? »

Mélina s’apprêta à répondre à la question de leur interlocutrice lorsqu’elle remarqua un changement de posture de sa part : le regard orienté vers la jeune femme aux cheveux dorés, ainsi que la jambe gauche rabattue sur celle de droite et les bras qu’elle venait de croiser sous son buste lui intimaient de garder le silence pour le moment. Visiblement, elle semblait en avoir assez entendu de la part de l’Inquisitrice et souhaitait désormais entendre ce qu’avait à dire Naomi.

La jeune femme aux longs cheveux ne put que se conformer à l’ordre silencieux, jugeant qu’il ne valait mieux pas contrarier leur hôte si elles comptaient négocier de l’aide par la suite. En y réfléchissant, il était vrai qu’elle ne savait pas non plus exactement quels étaient les détails de ce voyage à travers le continent. Naomi était sûrement plus à même d’expliquer de quoi il allait en retourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi
Petite fleur de Yevon

Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Mar 7 Fév - 9:49

Pauvre téléphone. Bon, d'un autre côté, Naomi n'était pas très à l'aise non plus avec ces technologies, mais ça aurait pu être pratique en cas de danger non? Si elles devaient se rendre dans les ruines d'Omega ou au Temple de Baaj par exemple, il aurait pu être intéressant d'être en mesure de contacter Bevelle si elles se retrouvaient en danger. Mais bon, la jeune prêtresse comptait sur Mélina pour la protéger, donc elle se contenta de sourire devant le mal-être de son amie et elles reprirent la route.

Le trajet les conduisirent assez loin en périphérie de la ville, dans un quartier que la jeune fille ne connaissait pas. Elle venait pourtant d'un milieu assez aisé quand même, mais pas au point de vivre par ici. Et le manoir qui se dressait devant elles avait un côté lugubre.

«Euh... tu es sure que c'est la bonne adresse?» apparemment oui. Mélina sonna, et une femme vêtue d'une drôle de manière arriva. Naomi n'avait jamais vu ce genre de tenue, ce n'était pas très courant par ici où l'on portait plus souvent des kimonos que des jupes aussi courtes... d'autant que leur hôte ne paraissait pas très polie devant une Inquisitrice et une Grande Prêtresse - bon ok, Naomi n'était pas du genre à profiter de son statut, mais ça lui faisait bizarre, justement, qu'on ne lui fasse pas des courbettes pour une fois! C'était bien hein? Mais... bizarre. Ces gens là n'étaient peut être pas de Spira à l'origine, ce qui expliquerait leur comportement et les vêtements.

Elles furent conduites dans un grand hall pour commencer, on les laissa seules le temps d'aller chercher quelqu'un qui saurait les renseigner.

«Je ne pense pas que les gens qui vivent ici soient originaires de Bevelle» dit-elle à Mélina qui s'interrogeait sur les raisons pour lesquelles Klavius les avait conduites ici «vu notre expédition, il me semble qu'il a mentionné des moyens à mettre en œuvre pour nous aider, je suppose qu'il est logique que nous ne puissions faire appel à des gens de l'église pour ça.» car il était question d'explorer les ruines du Selenos, donc sous l'eau, pour trouver la stèle de Léviathan, ce n'était pas le genre de choses aisées, et il fallait une certaine technologie. Certes, elle savait que les al-bhed disposaient de ce genre de machines, mais que l'église s'en serve, c'était une autre histoire.

Une jeune femme dans une tenue similaire à la première arriva et les conduisit dans un petit salon où elles furent installées pour boire le thé. Mais même si Mélina semblait confiante au point de boire, Naomi préféra refuser - elle avait déjà été malade et compromis leur quête, elle n'allait pas prendre le risque de recommencer. Elle resta donc assise poliment, les mains sur les genoux à attendre que leur hôte arrive, ce qui ne tarda pas.

La femme présente était un peu différente des autres, mais elle ne semblait pas être la décisionnaire pour autant, plutôt quelqu'un envoyé en contact en attendant d'en savoir plus. Aussi, lorsque la question tomba, Naomi prit une profonde inspiration en essayant de se donner une certaine assurance

«Alors... en tant que grande prêtresse, j'ai décidé de me concentrer sur toutes les chimères qui ont vécu sur Spira par le passé. Cela implique également celles qui ne faisaient pas forcément partie du pèlerinage classique de nos invokeurs...» elle fixa la jeune femme en face d'elle, les joues un peu rouges, peu habituées à devoir se montrer un tant soit peu importante «cela implique, par exemple, la Grotte du Priant Volé de la Plaine Félicité, le Temple de Remiem, mais également le Temple de Baaj qui se trouve un peu perdu dans des ruines.»

Elle se tourna vers Mélina, comme si elle attendait son accord pour poursuivre, mais puisqu'elles étaient là, autant aller jusqu'au bout
«Nous avons récemment appris qu'un Temple devait se trouver au Sélénos, abritant probablement Léviathan. J'aimerais essayer de retrouver la stèle du Priant, mais comme vous le savez, la ville est désormais sous l'eau, il nous faut donc trouver un moyen de plonger pour partir à sa recherche.»

Et la dernière fois qu'elle a plongé dans le Sélénos, on ne peut pas dire que ça s'était très bien passé... donc cette fois, elle voudrait bien s'en sortir autrement
«Malgré tout, je me demande comment une compagnie marchande pourrait nous aider dans cette opération.» car bon, on ne pouvait pas dire que ça relève du commerce quoi? Décidément, Klavius était vraiment bizarre!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Sam 25 Fév - 19:03

La dénommée Kazuno avait empoigné sa tasse de thé le temps que Naomi s’exprime, hochant la tête lorsque tel ou tel point de l’explication semblait l’intéresser. Ce n’est que lorsque la prêtresse eut fini de parler qu’elle la porter à ses lèvres, avalant une gorgée en silence dans avant de reposer la reposer sur sa coupelle dédiée, sur la table.

« C’est en effet un long et éprouvant voyage pour lequel vous vous préparez, qui implique de disposer d’autant d’équipement que possible. Il est d’autant plus compréhensible que vous vous demandiez comment et pourquoi notre société est concernée par cette situation. Permettez-moi de vous expliquer une chose concernant Izumo : nous sommes certes un groupe de civils mais cela ne nous empêche pas de disposer de nombreux équipements ou biens habituellement réservés à la classe supérieure. Rassurez-vous, nos activités demeurent toujours dans le cadre de la légalité. Pour faire simple, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour satisfaire nos clients et en échange, ceux-ci font parfois offices de partenaires lors de certaines transactions. Dans le cas présent, le juge Klavius réclame nos services en invoquant la dette que le directeur des opérations de la région de Bevelle, à savoir mon mari, et le président d’Izumo, notre employeur et ami de longue date, ont contracté l’année dernière en échange des ressources indispensables à l’établissement de ce comptoir commercial. Bien que la lettre que vous m’avez fait parvenir était destinée à mon époux, c’est à moi que revient la charge de vous fournir le nécessaire en son absence… Jusqu’à un certain point, évidemment. Il va de soi que nous ne pouvons pas vraiment nous permettre d’offrir tout et n’importe quoi sous prétexte que le Sieur Klavius est impliqué. Nous conservons notre fierté de marchands avant tout. »

La femme aux accessoires capillaires croisa les bras en jaugeant du regard ses deux invités quelques instants, avant de reprendre une posture moins expressive. Son œil gauche se ferma quelques secondes comme si elle réfléchissait à quelque chose, avant de s’ouvrir de nouveau en fixant la porte menant vers le couloir adjacent. Mélina cru décerner au même instant une lueur semblable à celle qu’elle avait cru apercevoir dans le regard de celle que l’on appelait Shinano mais ne put s’en préoccuper plus longtemps, leur hôte reprenant la parole.

« Je vais demander à ce que les affaires pour votre voyage soient préparées pour lorsque que vous nous quitterez. En attendant, je propose que vous fassiez le tour de la propriété et que vous jetiez un œil à ce que nous avons à vous proposer. Je suis sûre que nos artisans sauront vous fournir les articles dont vous pourriez avoir besoin.
-Que voulez-vous dire ? Vous ne possédez pas de magasin quelque part en ville ?
-C’est exact. Nous n’avons pas encore pu acquérir un emplacement dans le centre pour établir une enseigne permanente. Cela est notamment dû à la politique suspicieuse des autorités locales, qui voient toujours d’un mauvais œil l’arrivée sur leur territoire d’un groupe comme le nôtre. Notre société ne souhaite pas être affiliée à l’église de manière permanente, afin de garder le contrôle de nos activités et des biens en notre possession. De fait, ce manoir nous sert à accueillir les officines de nos membres.
-N’oubliez pas que l’Inquisition est concernée par des restrictions concernant les marchands fournisseurs. Si vous ne disposez pas des autorisations nécessaires, vous comme moi pourrions avoir de graves problèmes pour du recel illégal, voire de la contrebande si l’envie prend au magistrat en charge.
-N’ayez pas d’inquiétude à ce sujet. Nos permis commerciaux nous permettent de vendre nos biens à toute personne, qu’elle soit membre du Clergé, de l’Inquisition, ou simple civil. Le Sieur Klavius s’en est personnellement assuré. »

Mélina se rendit alors compte à quel point la dette contractée par Izumo était importante, pour que Klavius soit parvenu à leur faire conserver leur indépendance tout en permettant l’installation de ce comptoir dans un quartier comme celui-ci, ainsi que la fourniture des documents légaux pour pratiquer librement leur activité. Quelles ficelles avait-il bien pu tirer ? Et surtout, quel intérêt avait-il à aider à l’établissement d’une compagnie marchande au sein de Bevelle ?

« Je ne vais malheureusement pas pouvoir vous servir de guide, car il me reste des affaires urgentes que j’ai laissé en suspens à traiter. Quelqu’un va venir vous chercher très vite, aussi vous fais-je mes salutations et vous souhaite une bonne continuation. »

Kazuno exécuta un salut rapide de son buste, la main logée juste en dessous du cœur, avant de quitter la pièce sans plus attendre. Cela laissa enfin à Mélina l’occasion de communiquer le fond de sa pensée à Naomi en déclarant :
« Ces gens semblent honnêtes… Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que leurs raisons pour s’être établis à Bevelle n’ont rien à voir avec les activités d’une compagnie commerciale ordinaire. Plus encore s’ils ont accepté de l’aide de la part de Klavius. Je ne pourrais sans doute pas en apprendre plus avant notre départ mais je suppose que voir ce qu’ils ont à nous proposer nous donnera déjà une bonne base pour comprendre comment ils fonctionnent en tant que marchands indépendants… »

Leur précédent hôte fut remplacé assez vite par un visage familier, Shinano ayant vraisemblablement été mandatée pour servir à nouveau de guide pour les deux jeunes femmes. Elle les invita à la suivre à l’extérieur du salon, indiquant que quelqu’un viendrait s’occuper de nettoyer le service à thé après qu’elles soient parties.

Pendant qu’elles marchaient, Mélina repensa à ce que leur avait dit Kazuno lors de son introduction, ce qui amena la jeune femme à interroger sa collègue :

« Pardonnez-moi si la question vous semble quelque peu indiscrète mais que faites-vous au sein d’Izumo, Shinano ? Malgré votre uniforme, vous êtes loin d’être une domestique, n’est-ce pas ? »

La femme à la queue de cheval se stoppa nette après avoir entendu la question posée par Mélina, avant de se retourner vers les deux jeunes femmes dont elle avait pour le moment la charge. Malgré son air toujours aussi impassible sur le visage, elle répondit sur un ton proche du sarcasme :
« Je me dois de féliciter votre sens de l’observation, Inquisitrice... L’uniforme que je porte représente en effet, non pas une condition de serviteur, mais bien mon poste à responsabilité au sein de notre compagnie. J’ai conscience que, selon les standards de votre pays d’origine, la signification peut être différente mais il s’agit de l’uniforme réglementaire créé selon les consignes de notre employeur. Ainsi, bien que l'apparence puisse prêter à confusion chez certaines personnes, je ne peux m’y soustraire. Maintenant, si vous le voulez bien, reprenons. »

Bien entendu, Mélina n’était pas passé à côté du fait que dans son empressement, Shinano avait évité la question principale. Elle voulut donc insister et se prépara à demander à nouveau lorsque la femme en uniforme azur vint s’exprimer avant elle :
« Si vous me le permettez, je souhaiterais vous poser une question à mon tour. Pourquoi une Prêtresse est-elle accompagnée par une Inquisitrice dans le cadre d’une mission d’escorte ? Si je ne m’abuse, l’Inquisition n’est pas connue pour assurer la protection des membres du clergé. Cette tâche est plutôt réservée aux Moines, habituellement.
-Eh bien… C’est une longue histoire, je ne pense pas que vous y trouveriez votre compte si je vous la racontais… »

Shinano s’arrêta de nouveau, plus brusquement encore que précédemment, et se retourna. Son visage avait conservé son expression neutre mais le regard s’était durci, tranchant comme des lames de rasoir à l’adresse de Mélina. Apparemment, elle n’appréciait pas l’attitude dont faisait preuve cette dernière à son encontre.

« C’est à moi que reviens de décider si une histoire comme la vôtre m’intéresse ou non. Quant à vous, Inquisitrice, libre à vous de garder le silence si vous le souhaitez. Je me tournerais donc vers votre compagne pour m’éclairer… Bien évidemment, vous pouvez aussi choisir de ne pas répondre mais j’apprécierais que vous m’accordiez cette faveur, Prêtresse. J’avoue être intriguée par une situation qu’il est rare d’observer en des temps aussi troublés. Vous n’êtes pas d’accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi
Petite fleur de Yevon

Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Dim 26 Fév - 11:33

Spoiler:
 

Sans savoir pourquoi, Naomi éprouvait une sorte de malaise dans cet endroit. C'était un peu comme avec Sire Klavius, elle n'arrivait pas à comprendre d'où ça pouvait venir, mais l'ambiance générale de cet endroit la mettait mal à l'aise. Et lorsque la jeune femme expliqua comment fonctionnait sa Société et la raison pour laquelle ils allaient "l'aider"... autant dire que la prêtresse n'avait rien compris.

Elle était donc restée muette tout le long, et lorsque Mélina exprima sa suspicion, la jeune fille ne put que hausser des épaules

«Désolée... je n'ai rien compris pour ma part. Je ne sais toujours pas qui ils sont, ce qu'ils font, et en quoi ils peuvent nous aider. Elle n'a rien dit de concret sur leurs activités et ce en quoi on aurait besoin d'eux.» elle paraissait totalement perdue, mais se leva quand même pour suivre la jeune femme en tenue de domestique, toujours en silence. Honnêtement, elle ne se sentait pas du tout à sa place dans cet endroit et avait surtout envie de partir.

Mais Shinano posa une question que finalement, tout le monde finirait par poser un jour ou l'autre. Mais elle s'intéressait davantage à Naomi pour répondre, la prêtresse n'ayant rien à cacher pouvait donc répondre, en essayant de résumer quand même

«Et bien... disons que Dame Mélina est différente des autres Inquisiteurs, et que je sais qu'elle fera tout son possible pour me protéger. Là où des moines n'ont peut être pas la force d'affronter les dangers vers lesquels nous allons. Les Inquisiteurs sont réputés pour leur force, leur capacité à s'adapter à toutes les situations et à avancer quoi qu'il arrive. À mon sens, ça correspond bien à ce qu'on attend d'un garde du corps.»

Elle avait un peu rougi, mais n'avait pas grand chose à dire d'autre. En soit, il manquait un petit détail important: elle l'aimait bien. Mais ça n'aurait probablement pas été en leur faveur qu'elle le dise à voix haute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Ven 5 Mai - 15:11

Mélina s’était retrouvée bien embarrassée de s’être faite rembarrée de cette manière mais tel qu’il en était, elle aurait sûrement du mal à faire valoir ses arguments auprès de Shinano, qui semblait peu enclin à lui adresser la parole dans l’immédiat.
En attendant, la réponse délivrée par Naomi à la question qui lui avait été posée avait un peu gêné Mélina, mais elle fit de son mieux pour ne pas l’afficher trop ouvertement.

De son côté, Shinano était restée une nouvelle fois de marbre, sa seule réaction prenant la forme d’une remarque assez pragmatique en invoquant le manque de discipline de la part des membres de l’Inquisition. Mélina compris où voulait en venir l’employée par ce commentaire et se contenta de hocher légèrement la tête en direction de Naomi pour lui signifier qu’elle n’avait pas à s’en soucier.
A la place, l’inquisitrice tenta d’accélérer les choses en invoquant le fait que l’employée et ses collaborateurs avaient mentionnés plusieurs affaires pressantes en cours.

La femme à la queue de cheval avait acquiescé et s’était apprêté à indiquer leur prochaine destination lorsqu’elle s’interrompit brusquement pour tourner la tête en direction d’une des portes situés une dizaine de mètres devant elles.
Mélina eut à peine le temps d’ouvrir la bouche pour demander ce qu’il se passait qu’un grand bruit se fit entendre de l’autre côté de la porte concernée, avant que celle-ci ne soit ouverte en grand par la personne qui était derrière.


« Enfin trouvée !!! Mes yeux ne me trahissent jamais ! »

La silhouette venant de faire irruption était celle d’une jeune femme aux longs cheveux bruns ornés de pièces de tissus blanc, vêtue d’un uniforme qui marquait son appartenance à la société Izumo laissant transparaître la plupart des formes de son corps. Elle s’avança vers les deux jeunes femmes d’une démarche étrangement élégante comparée à son entrée en scène, accélérant progressivement le pas tout en regardant fixement les deux ecclésiastes.
Mélina ne put retenir un frisson en remarquant la lueur malicieuse dans le regard de la nouvelle venue, et cela la poussa à se placer devant Naomi dans un geste protecteur en même temps d’avertir la personne en face :

« J’ignore ce que vous nous voulez mais si vous faites un pas de plus, je serais forcée de vous arrêter moi-même. »

La femme aux cheveux bruns continua cependant jusqu’à se retrouver à quelques centimètres à peine en face de Mélina. Elle prit quelques secondes pour observer l’Inquisitrice, avant de placer une main sur sa hanche tandis que l’autre venait se placer au niveau de son épaule, paume vers le haut comme pour marquer sa déception, et déclara :
« Ufu~ Ne vous inquiétez donc pas, chère cliente. Je n’éprouve aucun intérêt envers vous… Car après tout, les femmes vulgaires sont rarement dignes de curiosité. Si je devais être intéressée par quelqu’un, il ne pourrait s’agir que de cette a-do-rable demoiselle derrière vous. »

Il ne faisait désormais plus aucun doute qu’elle visait Naomi. Malgré l’absence d’arme apparente, Mélina préférait rester sur ses gardes à cause du sourire énigmatique planté sur le visage de la femme qui lui faisait face. Elle s’adressa à sa protégée :
« Naomi, restez bien derrière moi, s’il vous plaît. Ne prenons pas de risques inutiles tant que l’on ne sait pas ce qu’elle compte faire. »

Shinano n’avait toujours pas réagi depuis le début de l’altercation et s’était contenté d’observer en silence. Si l’on se fiait au seul langage corporel dont elle avait fait preuve jusqu’à maintenant, la situation ne présentait aucun danger immédiat mais Mélina préférait rester prudente au cas où elle aurait une idée derrière la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi
Petite fleur de Yevon

Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Ven 12 Mai - 13:21

Au final, Naomi ne savait toujours pas pourquoi elles étaient là, et commençait un peu à s'impatienter. Surtout qu'au final, elle semblait n'être venue que pour subir un interrogatoire sur la raison pour laquelle elle faisait route avec Mélina! Non mais qu'est-ce que ça pouvait leur faire après tout?

Au final, elle se leva et se préparait à partir. Elle avait la désagréable impression d'avoir perdu son temps

«Bon, je suis désolée, mais j'en ai assez de tous ces mystères. Vous posez des questions sans nous dire concrètement qui vous êtes et pourquoi on nous a envoyées ici. Vous vous permettez des jugements désagréables, si j'étais ce genre de prêtresse qui se croit au-dessus de tout comme il en existe malheureusement beaucoup, vous seriez surement déjà en prison à l'heure qu'il est! Mais même si je ne suis pas de ce genre là, j'ai quand même beaucoup à faire, et vous m'avez fait suffisamment perdre mon temps.»

Elle s'était donc levée et commençait à partir en faisant signe à Mélina de la suivre, sauf qu'une nouvelle personne arriva, tout aussi désagréable et arrogante que les autres! Évidemment, l'Inquisitrice se plaça devant en geste protecteur, mais de toute évidence, cette nouvelle arrivée venait de mettre la patience de la jeune prêtresse à bout
«MAINTENANT ÇA SUFFIT! J'en ai assez de toutes ces personnes qui vont et viennent dans cette maison en me prenant pour un vulgaire morceau de viande sans cervelle! Vous voulez garder vos affaires pour vous? Et bien gardez-les! De toute manière, de base, je n'aimais pas l'idée d'avoir une dette envers le Juge Klavius, donc tant qu'à faire, je préfère m'en aller plutôt que de faire affaire avec vous. »

Elle attrapa carrément la main de Mélina, elle tremblait un peu et semblait avoir les larmes aux yeux. Il était rare qu'elle s'énerve, mais cette maison lui paraissait être une maison de fous, avec des mœurs qu'elle ne connaissait pas et qui au fond, lui faisaient peur!
«Venez, Mélina. On s'en va. Je ne veux rien qui vienne de ces gens là. Je ne vous salue pas d'ailleurs, vu l'accueil que vous m'avez réservé ici, je ne vois pas pourquoi je m'encombrerais de politesse!»

Sans attendre, elle entraîna Mélina dehors, bien que si la jeune femme avait souhaité rester, elle n'aurait pas eu la force de la tirer dehors, et dans ce cas de figure, Naomi serait sortie toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Mar 23 Mai - 23:51

« Ah ! Eh ?! Non ! Att… »

La réaction de Naomi s’était avérée plus brutale que ne l’avait anticipé les personnes présentes, la brune tendant un bras en tentant désespérément de retenir les deux jeunes femmes.

Malheureusement pour elle, Mélina n’avait pas rechigné à suivre la jeune prêtresse et tout en gardant un œil sur leur entourage afin d’éviter une autre rencontre surprise, elle l’avait accompagné jusqu’au perron du manoir.

La pluie qui tombait avant leur arrivée s’était arrêtée entretemps, aussi leur sortie put s’effectuer sous un soleil légèrement voilé.

Juste avant qu’elles ne quittent l’enceinte de la gigantesque bâtisse, Shinano les interpella d’un des balcons de l’étage. D’après elle, les affaires demandées par Klavius leur seraient portés dans leurs appartements le lendemain matin.
Suite à cela, elle disparut au travers du cadre de la fenêtre avant de la refermer.


« Je suis navrée que vous ayez dû expérimenter les lubies de personnes comme celles-ci. Même d’où je viens, il pouvait certes y avoir des marchands un peu excentriques mais rarement des comme ça. J’aurais dû me douter que puisque Klavius était mêlé à eux, il y avait de grandes chances pour que nous ayons à faire avec des personnalités semblables à la sienne.

Au moment où elles allaient franchir le portail principal, la silhouette massive d’un homme engoncé dans une armure bleu nuit fit irruption, suivit de plusieurs autres individus transportant divers sacs et malles remplies d’objets impossibles à identifier. Mélina ne souhaitant pas qu’un nouvel incident se déclenche, elle fit accélérer le pas à leur duo pour sortir de l’enceinte du manoir au plus vite en fixant d’un air méfiant le groupe. L’homme à la tête du convoi remarqua l’attitude de l’Inquisitrice mais garda le silence, non sans hausser un sourcil suspicieux à l’adresse des deux jeunes femmes.

Une fois hors de vue, Mélina décida d’emmener Naomi ailleurs avant de décider de la suite. Maintenant qu’elles avaient remis la lettre de Klavius à ses destinataires, elles étaient libres de faire ce qu’elles voulaient jusqu’à ce qu’il soit l’heure de rentrer au Temple. Cela leur laissait largement de quoi décompresser un tant soit peu de ce qui venait d’arriver.

Mélina décida de ne reprendre la parole qu’une fois que la bâtisse était hors de vue, ce qui fit qu’elles attendirent de quitter le quartier administratif dont elles venaient et de rejoindre l’une des zones de détente de Bevelle pour discuter plus sereinement. L’après-midi était désormais bien avancée mais la population semblait vouloir profiter des éclaircies pour répondre à ses besoins mercantiles, ce qui faisait que chaque enseigne présente accueillait quelques clients à son comptoir.


« Que diriez-vous de nous poser à une terrasse pour manger ou boire quelque chose ? Avec votre intronisation et tout le reste, nous n’avons toujours pas pu discuter des jours à venir. Et comme il semble qu’il n’y ait plus vraiment de doutes qui subsistent quant au fait que nous allons faire ce voyage ensemble, peut-être est-ce l’occasion pour nous y préparer mentalement… »

Mélina essaya de faire oublier les récents évènements en tournant la conversation vers ce qui lui semblait le plus productif dans l’immédiat.

« A moins que nous ne commencions par aller dans une de ces boutiques, en prévision de ce qui nous attends demain ? Je suppose que nous n’avons pas vraiment de raison de craindre de mauvaises surprises sur la route… Et à nous deux, ce serait plutôt les monstres qui devraient avoir peur… Mais comme on dit, personne n’est jamais trop prudent lorsqu’il s’agit de s’aventurer hors des villes. Surtout par les temps qui courent. »

Dans un coin de son cerveau, Mélina comptait bien ne pas se faire avoir par surprise comme cela avait pu être le cas lors de leur première sortie. Ceux qui voudraient s’en prendre à elle et Naomie, de quelque façon que ce soit, n’avaient qu’à bien se tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi
Petite fleur de Yevon

Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Jeu 25 Mai - 10:07

Heureusement pour elle, Mélina l'avait suivie sans problème! Elle ne se voyait pas essayer de la traîner de force, elle n'y serait jamais arrivée! Tremblant de fureur, elle avançait à grands pas jusqu'à quitter enfin cette maison. Une femme passa par la fenêtre et cria quelque chose, mais Naomi se contenta de lui lancer un regard noir qui en disait long! Qui lui disait qu'elle accepterait ces effets?

Lorsqu'elles furent assez loin, Mélina commença à s'excuser, mais la jeune prêtresse se cala dans une rue non fréquentée et s'effondra en se mettant assise par terre, éclatant en sanglots, les nerfs à vif sans pouvoir se contrôler. Elle avait besoin de quelques minutes pour se remettre de tout ça

«Je.. pardon... désolée, je n'ai pas l'habitude... qu'on me mette... en colère à ce point!» elle sanglotait, parcourue de sursauts incontrôlables, mais au bout de quelques minutes, elle arrivait enfin à se calmer. Les yeux rouges et gonflés, elle prit un mouchoir pour essayer de se donner une meilleure apparence, puis elle se leva et alla près d'une fontaine pour se passer de l'eau sur le visage. «demain... tu me mettras ces gens là dehors. Je ne veux rien qui vienne de Klavius, je ne veux pas de ses cadeaux. Si l'on a besoin d'une machine ou autre pour explorer le Sélénos, je préfère aller voir les al-bhed par moi-même.» elle prit une profonde inspiration, ça allait mieux maintenant qu'elle était calmée.

Puis Mélina proposa d'aller à une terrasse pour se poser un peu, et la jeune femme accepta

«Oui, bonne idée. J'ai besoin d'une boisson fraîche.» elle n'avait rien osé boire dans cette maison de fous, alors oui, après avoir crié comme ça, elle avait la gorge sèche «nous irons faire les boutiques après. Il faudrait effectivement que j'améliore mes fonctions défensives pour nous protéger au mieux.» il était évident que d'elles deux, c'était Mélina qui devait surtout se concentrer sur l'offensif. Naomi avait toujours été un mage blanc, même si aujourd'hui, elle pouvait apprendre des techniques élémentaires, elle ne se sentait pas du tout à l'aise avec la magie noire, et risquait donc surtout d'apprendre des magies neutres ou de lumière plutôt que des techniques pouvant altérer les adversaires, les brûler ou autres. Rien qu'à cette pensée, elle frissonna.

Elles s'installèrent donc à une petite terrasse et la jeune femme prit un thé glacé. Une manière de se venger de cette maison qui lui avait servi un thé qu'elle n'avait pas voulu boire. Elle tremblait encore, mais avait reprit des couleurs et souriait avec plus de sincérité, bien qu'elle semblait encore désolée pour son comportement

«Comment tu fais pour supporter des gens comme ça? J'ai toujours cru que j'avais une grande patience, mais là... je ne sais pas pourquoi, je n'y arrivais pas. Ces gens sont impolis, arrogants, impertinents, provocants, irrespectueux. Ils se comportent comme si le monde devait être à leurs pieds... je fréquente pourtant ce genre de personnes parfois à l'église, mais ceux-là...» c'était les pire qu'elle n'ait jamais connus!

Elle fronça les sourcils, gardant son verre dans sa main, la fraîcheur lui faisait du bien

«Je ne veux pas de dette envers ces gens, Mélina. Promets-moi qu'on ne prendra rien qui vienne d'eux!» c'était trop dangereux, elle ne voulait pas prendre ce risque. Son voyage allait être bien assez périlleux comme ça pour ne pas en rajouter une couche!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Mar 6 Juin - 1:24

Au bout de quelques instants à laisser parler ses émotions sous le regard concerné de Mélina, Naomi avait su retrouver un semblant de contenance. Après s’être passé un peu d’eau d’une fontaine avoisinante sur le visage, la jeune femme avait intimer de refuser tout ce qui pourrait venir de la part de la société marchande.

Mélina comprenait qu’après avoir subi un tel traitement, Naomi pouvait difficilement accepter de recevoir un seul présent de leur part.

Pourtant, si elle se fiait à l’expérience acquise après tant de temps à côtoyer le juge Klavius, cela risquait de les faire passer à côté d’une quantité non négligeable de ressources et d’équipements utiles pour leur voyage.
Néanmoins, elle acquiesça à la demande de la prêtresse en souriant.


« Entendu. Allons nous asseoir, maintenant. »

Maintenant que l’ambiance s’était faite moins électrique, les deux jeunes femmes purent aller s’installer à une table pour commander de quoi étancher leur soif. Naomi avait commandé un thé glacé, aussi Mélina décida de faire de même.

Malgré les efforts de Mélina pour amener la conversation vers un autre sujet, Naomi avait encore envie de parler de ce qu’il s’était passer. Compte tenu des circonstances, il était difficile de lui en vouloir d’essayer de venter sa frustration autant que se peut.

Mélina ne put s’empêcher de laisser éclater un grand rire aux premières paroles prononcées par Naomi, qu’elle eut bien du mal à contenir par la suite, tout en formulant une réponse audible.


« Veuillez m’excuser mais…Vous plaisantez, j’espère ? Par rapport à la grande majorité des Inquisiteurs, ces gens sont bien plus civilisés. Je ne nie absolument pas le fait que l’accueil qui nous a été réservé manquait cruellement de chaleur humaine mais ils ont au moins eut la décence de faire semblant de bien vouloir de nous dans leurs locaux. Mettez-vous en tête que les marchands ont tous plus ou moins une mentalité semblable. Eux aussi ont les dettes en horreur, aussi n’est-il pas étonnant qu’ils aient eut une attitude plus que déplacée dès l’instant qu’ils ont su que la demande venait de Klavius. A l’inverse, exceptés les quelques Juges qui se sont portés volontaires pour s’occuper de la gestion et moi-même, vous trouverez difficilement quelqu’un dans l’Inquisition qui voudra bien vous accorder plus d’une minute de leur attention. Souvenez-vous que nombreux sont ceux qui ont commis des actes méritant la peine de mort où l’emprisonnement dans le Via Purifico. Ce que vient de nous arriver n’est rien comparé à ce que j’expérimente au quotidien depuis mon intégration ! Enfin, inutile de s’apitoyer sur mon sort plus que nécessaire. Ce qui importe… »

L’attitude de Naomi n’échappa pas à Mélina, qui resta silencieuse le temps que sa compagne s’exprime de nouveau, prenant une gorgée de sa boisson à intervalles réguliers. Lorsqu’elle eut terminé, Mélina ne put s’empêcher de soupirer en pensant que ce n’était pas envers des marchands que Naomi devait s’inquiéter de contracter des dettes mais bien auprès de Klavius lui-même pour qu’elles puissent voyager ensemble, avant de répondre :
« Je vous le promets. Dès que nous serons rentrées au temple, j’informerais Klavius de votre décision de faire renvoyer tout ce qui arrivera de leur part. Il a beau être Juge, je doute qu’il soit en mesure de contester l’autorité d’une grande prêtresse de Bevelle. Mais assez parlées de cela ! Nous devrions commencer à jeter un œil à ce que nous proposent les artisans locaux avant que le temple n’organise une battue en ville pour venir vous chercher ! Nous pourrons discuter du programme pour les jours à venir pendant nos achats ! » déclara l’Inquisitrice en se levant.

Elles avaient encore du temps avant que le jour ne commence à décliner mais autant commencer à marcher un peu pour voir ce qui était proposé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi
Petite fleur de Yevon

Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Mar 6 Juin - 12:12

Non, elle ne plaisantait pas... mais il est vrai que du point de vue de Mélina, ces gens là devaient être des enfants de chœur... mais la jeune prêtresse trouvait qu'il y avait une différence tout de même.
«Les brutes épaisses de l'Inquisition ne se cachent pas... enfin je trouve. Oui ils sont surement pires, mais au moins ils annoncent la couleur. Ces gens là se font passer pour des gens respectables et se croient puissants alors qu'un seul mot de Monseigneur Asran et je reste persuadée qu'ils devraient bien vite quitter le pays.» rougissant encore, elle n'aimait pas parler ainsi, mais ils avaient vraiment réussi à la mettre hors d'elle. Cette manière désinvolte de se comporter en se moquant ouvertement des gens, parlant par énigme pour les faire passer pour des idiots, elle avait horreur de ça. Elle savait qu'elle n'était pas des plus intelligentes, mais ce n'était pas une raison pour se moquer d'elle ainsi.

«Je ne crois pas m'être jamais sentie aussi humiliée... ils se sont moqué de moi, c'était méchant.» alors que lui dire ouvertement "vous êtes idiote" aurait été beaucoup moins dur à encaisser pour elle. Elle préférait les gens francs en fait, ce qu'ils n'étaient pas du tout.

Mélina semblait déplorer le fait qu'elles ne bénéficieraient pas du soutien de Klavius et que ça risquait de les handicaper, mais Naomi n'en avait rien à faire. Après un tel entretien, elle préférait ne pas avoir affaire avec le Juge.
Mais au moins, l'Inquisitrice semblait d'accord.

«Je suis désolée... je sais que ça va rendre notre tâche plus difficile, et ça donne l'impression que nous avons vécu tout ça pour rien, mais tant pis. Je n'ai pas confiance en ces gens là, je n'ai pas non plus confiance en Klavius. Si nous venons à découvrir quelque chose dans le Sélénos, je ne voudrais pas qu'il s'accapare le bénéfice de cette découverte. Elle doit revenir à l'église et à personne d'autre!» car elle sentait venir le coup fourré que ça reviendrait à l'Inquisition et que Klavius souhaite s'en servir pour avoir un point de pression envers l'Église, de quelque manière que ce soit.

Petit à petit, elle se calmait et il fut temps de prendre les dispositions de faire quelques achats. Elles quittèrent donc leur petite table pour aller faire les boutiques.

«Je connais une boutique al-bhed qui vend des vêtements de voyage! Allons voir.» il fallait passer par de petites ruelles, mais elles y arrivèrent assez rapidement. En poussant la porte d'entrée, la jeune prêtresse afficha un grand sourire, l'al-bhed semblait la reconnaître, elle parlait bien leur langue, mais avec un fort accent

«Bonjour, Dame Naomi. J'ai appris que vous étiez passée grande prêtresse récemment! Félicitation!»
«Je vous remercie! Je viens pour faire quelques achats pour un long voyage qui se prépare... j'aurais besoin de tenues assez pratiques, qui résistent autant à la chaleur qu'au froid, et peut être même un peu étanche?»
«Je vois, je dois avoir ce qu'il vous faut, venez. Il en faudra une pour votre amie aussi?»
ça, ce serait à Mélina de répondre. L'al-bhed lui montra donc ne combinaison qui pouvait aisément se glisser sous un autre vêtement - car là, trop moulant pour que Naomi puisse mettre une chose pareille! mais sous une robe ou un kimono, ça irait très bien

«Voilà, c'est comme une seconde peau. Vous pouvez plonger sous l'eau avec, cela résiste à de hautes pressions! Cela vous protègera de l'eau glacée, mais ça peut aussi vous protéger de la chaleur si vous désirez vous rendre à Bikanel par exemple. J'ai plusieurs couleurs»
« Hm, je vais vous prendre la jaune!»
ce serait probablement le mieux!
«C'est très facile à laver en plus... c'est une matière qui respire et donc vous ne devriez pas trop transpirer dedans.»

Effectivement, c'était parfait! Elle paya son achat et elles se rendirent dans une autre boutique. Il fallait acheter des gemmes pour le voyage, la jeune femme préférait s'occuper des soins puisqu'il était évident que Mélina serait l'attaquante du groupe!
«Hum... je vais essayer d'apprendre une technique qui pourrait vous soigner d'une éventuelle cécité ou paralysie, ce sont quand même les deux altérations qui vous seraient les plus handicapantes.» elle acheta donc deux lunalithe, et elle prit également deux boccas, car de la même manière, si elle venait à être privée de sa magie, elle ne pourrait pas venir en aide à l'Inquisitrice!

La bourse bien vide, elles pouvaient encore poursuivre leurs achats pour le voyage. Nourriture, sacs de couchage peut être... il y avait encore tant à faire!
=========================

Achats:
Lunalithe X2 > -1400 gils
Apprentissage des techniques suivantes:
Antibrouillard (Force 1) > un sort de soin apte à rendre la vue à qui en a été privé > +125hp {Soigne Cécité} [cible], -5mp [Naomi]
Libération (Force 1) > un sort qui soigne les muscles endoloris > +125hp {Soigne Paralysie} [cible], -5mp [Naomi]

Achat de 2 boccas > -100 gils

Apprentissage Limite Force 1: Protection > une aura douce va régénérer les blessures des alliés meurtris tout en les protégeant des prochaines attaques > +125hp {Carapace} [cibles]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Lun 26 Juin - 15:32

« Ne vous blâmez surtout pas pour ce qui est arrivé. Ces gens ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes pour avoir manqué de respect à des clients potentiels et rater une vente. »

Mélina ne comptait certainement pas rejeter la faute sur Naomi.

En revanche, la déclaration de la jeune femme concernant la propriété de ce qui pouvait se trouver au fond du lac de Macalania ne manqua pas de surprendre l’Inquisitrice. Elle ne s’attendait certainement pas à ce que la prêtresse s’exprime aussi ouvertement à ce sujet. Il faut croire que toute cette histoire l’avait remonté à bloc.
Elle ne fit donc pas de commentaire à ce propos pour ne pas ruiner l’ambiance mais se dit qu’il serait plus sage de garder un œil sur la situation de l’église vis-à-vis de leurs éventuelles découvertes pour ne pas avoir de mauvaises surprises par la suite.

Les deux jeunes femmes finirent par terminer leurs boissons, aussi vinrent-elles se lever pour payer leur consommation et débuter leurs achats.

Le premier magasin vers lequel elles se dirigèrent était une adresse connue par Naomie, qu’elles rejoignirent en quelques minutes seulement à parcourir quelques ruelles dégagées.

Le propriétaire sembla reconnaître Naomi, s’adressant à elle respectueusement de par le statut social de la jeune femme mais sans exagération, une légère pointe de familiarité ressortant par moment. Il fallait croire que certains al-bhed appréciaient encore de faire affaire au sein de la capitale malgré le traitement qu’ils subissent régulièrement de la part des pontes de l’église.

La surprise n’en fut que plus grande lorsque l’homme s’adressa à elle de la même manière. On lui avait imposé de porter constamment et bien en évidence le collier marquant son appartenance à l’Inquisition, aussi il ne pouvait pas avoir manqué de le remarquer dépassant du col de sa tenue.

Mélina ne put s’empêcher d’afficher un léger rictus, se disant qu’il devait s’agir de l’instinct de marchand l’emportant sur celui de survie.
Les originaux étaient légions, cela ne pouvait pas être plus vrai.


« Je vous remercie pour cette offre… Je ne sais pas si j’ai vraiment besoin de vêtements aussi élaborés mais si vous pensez pouvoir me trouver quelque chose, je serais ravie d’entendre vos conseils.
-Oh ? Vous savez, pour un voyage comme le vôtre, il vaut mieux… Hum ? Excusez-moi… Vous permettez que je jette un coup d’œil à votre tenue ? »

Mélina haussa un sourcil à la demande du marchand, celui-ci ayant apparemment remarqué quelque chose d’étrange dans l’accoutrement de l’Inquisitrice, mais acquiesça néanmoins et le laissa s’approcher pour observer d’un peu plus près.

L’homme sembla détailler consciencieusement les habits de Mélina pendant quelques instants, avant de finalement hocher la tête.


« C’est bien ce que je pensais. Pardonnez-moi mais il s’emblerait que vous disposiez déjà de quoi vous protéger des problèmes mentionnés par Dame Naomi. J’ignore qui a bien pu confectionné votre ensemble mais le travail qui a été réalisé surpasse de loin mes compétences.  »

Mélina ne s’était pas attendu à ce que ses vêtements soient déjà à même de braver ce genre de conditions extrêmes. Elle-même était déjà un cas à part, mais elle avait toujours considéré que les vêtements qu’elle portait n’avait rien d’exceptionnel. Klavius les lui avait fournis lors de son entrée dans les rangs de l’Inquisition, sans indications autre que « ils lui seraient sûrement utiles pour mener sa tâche à bien ». Elle avait certes été surprise du fait que leur apparence rappelait les tenues qu’elle avait l’habitude de porter sur Héra alors qu’elle ne lui en avait jamais parlé mais à part ça, rien qui ne sortait de l’ordinaire.

« Vraiment ? Dans ce cas, qu’est-ce que vous auriez à me proposer à la place ?
-Eh bien, je pense qu’il vous faut de quoi compléter une tenue comme celle que vous portez… Des gants épais, une cape pour vous protéger le haut du corps…
-A tout hasard, est-ce que vous vendez des accessoires ? Plus précisément, des barrettes à cheveux ?
-Il y a une sélection dans la vitrine du comptoir. Je vous laisse regarder pendant que je vais chercher ce qu’il vous manque. »

Mélina jeta donc un coup d’œil à ce que proposait le marchand en matière d’accessoires et ne put s’empêcher de laisser échapper un « Oooooh… » admiratif lorsqu’elle vit les nombreuses formes et les motifs représentés sur les barrettes exposées. Si elle avait eu l’argent pour payer, elle n’aurait pas hésiter à embarquer l’intégralité de ce qu’elle avait sous les yeux.
Elle se contenta de désigner une paire en argent bleui, formées de trois croissants de lune tournés vers l’extérieur. Une fois leurs achats empaquetés, elles purent passer à la boutique suivante.


« Votre initiative me paraît judicieuse. Il serait en effet malheureux que je me retrouve incapacité trop aisément au cours des combats. Quant à moi, je pense élargir mon éventail de techniques. Les ennemis ne resteront pas les mêmes si nous continuons à changer de région. »

L’une comme l’autre, elles étaient maintenant parées à toute éventualité en cas de rencontre non souhaitée.

« Vous savez déjà où nous pourrions nous rendre pour les achats restants ? »


******

Achats

Equipement : Barrettes Nox [Resi. Lumière / Bloqué / Bloqué / Bloqué] 1000G

Lapis*2 : 1400G
Saphir : 300G
Topaze : 500G
Béryl : 500G
Potion : 50G

Dépense totale : 3750 Gils

Techniques apprises :
Physiques
Fers d’Immobilisation - Mélina se saisit d’un ennemi à l’aide d’une de ses chaînes, dans laquelle elle fait ensuite circuler de l’énergie spirituelle capable de perturber les connexions entre le cerveau et les muscles. (Paralysie) [Neutre Lv.1, Monocible]
Fers d’Absolution - Mélina rétablit sa posture et reprend une respiration plus stable, avant de concentrer son énergie spirituelle dans ses chaînes qu’elle fait claquer au sol pour inciter les ennemis à focaliser leurs attaques physiques vers elle.(Couverture)[Neutre Lv.1, Soi-même]

Magiques
Vierge de Fer - Mélina invoque un cercueil d’énergie spirituelle aux pieds d’un ennemi, avant de l’enfermer à l’intérieur et de le faire exploser. [Neutre Lv.1, Monocible]
Pilori Tellurique - Mélina manipule l’énergie terrestre pour faire surgir deux pics rocheux sur les flancs d’un ennemi, avant de le transpercer d’un troisième venu d’en-dessous. [Terre Lv.1, Monocible]
Guillotine Illusoire - Mélina manipule l’humidité ambiante pour créer plusieurs lames d’eau qui s’abattent sur l'ennemi de quatre directions à la fois. [Eau Lv.1, Monocible]


Limite Force 1 apprise : Représailles > Mélina use de ses chaînes pour regrouper ses ennemis en un seul endroit, avant de concentrer toute sa force et sa fureur dans un puissant coup de poing capable d’assommer momentanément ses adversaires. > dmg x25(neutre) & Délai [cible]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karma
Modo Impartial

Modo Impartial

avatar
Niveau : 666
HP : 666
MP : 666

Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Lun 26 Juin - 17:35


Mélina gagne 300 gils.
Dépense 3750 Gils

Naomi gagne 250 gils.
Dépense 1500 gils.

Fiches modifiées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi
Petite fleur de Yevon

Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Mer 28 Juin - 19:21

Cette boutique était vraiment intéressante, si elle s'écoutait, Naomi aurait acheté un peu tout et n'importe quoi. Mais heureusement, elle n'était pas dépensière, mais juste voir toutes ces tenues, colorés et variées, lui donnait envie de toutes les essayer! En tout cas, la combinaison jaune lui allait très bien, et elle pourrait donc la porter en toutes circonstances en dessous de sa tenue!

Du côté de Mélina par contre, elle avait déjà quelque chose de mieux, donc à part un petit accessoire supplémentaire, elle ne semblait avoir besoin de rien. Elles allèrent ensuite acheter quelques gemmes, Naomi visait surtout sur la possibilité de protéger et soigner au mieux Mélina en cas de besoin! L'Inquisitrice en revanche cherchait davantage l'offensive, du genre la meilleure défense, c'est l'attaque!

Il ne leur restait donc plus qu'à acheter des kits de voyage, des couvertures, sacs de couchage, tout ça! Elle entraîna donc la jeune femme vers une autre boutique al-bhed, il y avait absolument de tout ici, y compris ces fameux sacs sans fonds! Si pratique pour trimballer tout ce qu'on voulait!

«Hum... c'est un peu cher...»
«Vous êtes une des prêtresses du temple?»
demanda la vendeuse avec un léger accent, elle avait regardé le médaillon de Mélina avec une pointe d'inquiétude, n'osant visiblement pas la regarder dans les yeux et se concentrant donc sur la jeune blonde «je peux vous faire une petite note pour l'église si vous voulez? Vous me réglerez quand vous pourrez? Je faisais ainsi avec les invokeurs qui partaient en pèlerinage autrefois, et aussi avec les prêtres qui doivent voyager de temples en temples...»
«C'est vrai? Mais je ne veux pas que l'église paie pour moi...»
«Dans ce cas, je mets la note à votre nom? Au cours de votre périple, vous devriez pouvoir récupérer quelques gils?»
«Je... d'accord, je vous avoue que ça m'arrangerait. Mais... il y a quelque chose en contre-partie?»
«Si je demandais des intérêts de prêt, je crains que l'église m'aurait déjà fait quitter la ville, sans vous offenser.»


Naomi rougit, mais elle n'avait pas tort. Étant al-bhed, il était évident que si elle avait cherché à se faire davantage d'argent sur le dos des prêtres, elle se serait fait lyncher. Au final, la prêtresse accepta et donna donc son nom et son adresse à l'église pour qu'elle puisse noter tout ce qu'elle achetait. Elle prit donc un sac sans fond, dans lequel elle put glisser un bon sac de couchage, elle y mettrait surement plusieurs affaires de rechange, mais elle prit aussi un petit kit de cuisine, avec une mini marmite, de quoi faire du feu, des couverts, des ustensiles... si elle avait du vraiment porter tout ça, il lui aurait fallu un shoopuf!

Elles sortirent du magasin, Naomi était toute contente de ses achats, bien qu'un peu gênée d'avoir désormais une dette!

«J'espère que je pourrai vite la rembourser...» Mélina avait eu la possibilité de mettre également ses achats sur la note de Naomi si elle voulait, de la même manière, elle l'aurait remboursé plus tard! C'était toujours mieux que d'avoir une dette envers Klavius selon elle.

«Bien, on se renseigne sur les bateaux, et on part dès demain!» elle avait, d'un coup, une certaine envie de quitter cette ville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélina Hartford
Inquisitrice Enchaînée

Inquisitrice Enchaînée

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 7
HP : 1250/1400
MP : 35/40
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Lun 24 Juil - 1:17

La première partie de leurs achats s’était achevé avec l’acquisition de l’équipement et des objets servant pour le combat.

La seconde partie débutait donc avec leur entrée dans une nouvelle boutique, elle aussi tenue par une al-bhed. Celle-ci semblait plus réservée vis-à-vis de Mélina mais cela ne l’empêcha pas de proposer à Naomi de reporter le paiement à plus tard. Il s’agissait là d’un geste commercial fort généreux, probablement plus motivé par la crainte d’être accusé à tort de vouloir escroquer un membre du clergé que par pure charité, mais néanmoins bienvenu compte tenue de la situation financière particulièrement réglementé des deux jeunes femmes.

Naomi profita donc de l’ardoise enregistrée à son nom pour prendre ce qu’il lui fallait. Elle vint même proposer à Mélina de profiter de ce service sous sa bannière, ce que l’Inquisitrice accepta non sans difficulté, ne souhaitant pas donner l’impression d’exploiter la position de la prêtresse.

Mélina ignorait si elle aurait besoin d’autant d’ustensiles que Naomi mais décida quand même d’anticiper d’éventuels problème en achetant elle aussi un sac à espace illimité, ainsi qu’un nécessaire pour entretenir son hygiène et deux ou trois bricoles supplémentaires pour le voyage.

Une fois leurs emplettes terminées, elles purent sortir dans les rues désormais partiellement vidées de Bevelle à cause de l’après-midi bientôt terminée. Naomi semblait s’inquiéter de pouvoir rembourser rapidement ses derniers achats de la journée, ce à quoi Mélina répondit qu’elle aurait tôt fait de réunir les fonds nécessaires après les quelques jours de voyages qui les attendaient.

Suite à cela, la prêtresse mentionna vouloir se renseigner sur les bateaux à leur disposition, ce qui fit hausser un sourcil à l’Inquisitrice :

« Le port ? Pourquoi… Ah, bien sûr. »

Il est vrai que si elles comptaient sonder les fonds du Sélénos, elles auraient besoin d’une embarcation et de son équipage pour assurer le trajet et la plongée qui allait avec.

Elles se rendirent donc à la marina la plus proche, où quelques bateaux de pêche mouillaient paisiblement. Mélina laissa Naomi se renseigner, restant simplement à quelques pas derrière elle pour ne pas perturber les négociations, mais juste assez près pour intervenir en cas de problème.
Tout en observant la discussion, Mélina ne put s’empêcher de penser à ce qui était arrivé lors du conflit avec Gaïa, repensant encore à ce que la population avait pu vivre après ces évènements.

Elle revint rapidement au présent, sentant le regard de l’homme avec qui discutait Naomi se poser sur elle. Elle lui répondit simplement d’un sourire en le saluant de la main. Difficile de dire si ce geste l’avait convaincu mais il sembla acquiescer à l’adresse de la jeune prêtresse puis la saluer une dernière fois avant de la laisser repartir.


« Tout semble en ordre, on dirait. Nous allons pouvoir rentrer. Vos supérieurs se sont sûrement arrachés ce qui leur restait de cheveux en vous sachant en ma compagnie.

Les deux jeunes femmes reprirent donc leur route en direction du temple, qu’elles rejoignirent tout juste avant que le soleil ne s’efface derrière les murs de la capitale.

Mélina laissa Naomi aux bons soins de ses confrères - non sans lui avoir souhaité une bonne soirée et indiqué qu’elle l’attendrait dans le grand hall le lendemain matin - puis s’en retourna en direction des quartiers de l’Inquisition pour faire ses derniers préparatifs. Mais avant cela, elle allait commencer par avoir une longue discussion avec Klavius à propos de ce qu’il avait fait subir à Naomi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi
Petite fleur de Yevon

Petite fleur de Yevon

avatar
Fiches du joueur :

Niveau : 6
HP : 1250/1250
MP : 35/35
Statistiques :


Tableau d'évolution
MessageSujet: Re: Les devoirs de l'Ordre   Lun 24 Juil - 14:15

Pourquoi? Comment ça pourquoi? Sur le coup, Naomi regarda Mélina avec des yeux ronds, elle avait la mémoire courte?
«Et bien... comment veux-tu aller à Besaid?» avait-elle oublié que son pèlerinage ne concernait pas seulement le Sélénos, mais tous les temples de Spira? Que la jeune femme souhaitait justement voir chaque stèle afin de comprendre comment Seymour avait pu faire appel à Anima - entre autre? «Ou alors tu préfères que l'on fasse tous les temples autour d'abord? Remiem, Grotte du Priant Volé et Macalania?» dans ce cas, elle pouvait toujours réserver le bateau, mais pour dans une ou deux semaines alors! Car il leur faudrait quelques temps pour y aller.

Enfin, elle s'occupa donc des réservations avant de retourner au Temple de Bevelle afin de pouvoir finir de se préparer. Comme l'avait si bien pensé Mélina, la jeune prêtresse se fit remonter les bretelles d'avoir fait appel à une Inquisitrice pour sa protection rapprochée! Mais après son passage dans l'autre maison de fou, Naomi n'était plus du genre à se laisser faire aussi facilement!

«C'est moi qui suis la plus à même de savoir qui est la plus apte à me protéger!!»
«Elle a pourtant échoué la dernière fois!»
«Je suis tombée à l'eau! N'allez pas me dire qu'un autre qu'elle aurait pu l'empêcher! Et le shoopuf m'a sortie tout de suite! Ce n'est pas sa faute si je suis tombée malade après ça! Et elle s'est très bien occupée de moi, elle m'a ramenée toute seule jusqu'à Djose pour le mettre en sécurité! Je ne connais personne d'aussi dévoué!»


Les prêtres tentèrent de la faire changer d'avis, mais rien n'y fit. La demoiselle maintint ses positions, et ils n'eurent d'autre choix que d'accepter. Elle put donc aller au lit, la conscience tranquille.

Le lendemain matin, elle s'était donc préparée avec soin pour le voyage! Elles iraient donc d'abord à Remiem, juste pour voir la stèle des Sœurs Magus, ensuite elles iraient dans la Grotte du Priant Volé, et surement qu'elles reviendraient à Bevelle pour la nuit. Ou alors qu'elles dormiraient dans le comptoir au Centre de la Plaine, car mine de rien, la Grotte était dangereuse et il n'était pas dit qu'elles aient le temps de rentrer.

Bref, elles allaient avoir du chemin à faire, mais Naomi se sentait plus que prête! Son petit sans sans fonds sur le dos, elle attendait sagement Mélina devant la porte du Temple de Bevelle, lorsque l'Inquisitrice arriva, elle lui afficha un large sourire

«Ah vous voilà!» comme toujours, elle prenait garde de ne pas la tutoyer en public «Il ne faudrait pas trop tarder, j'ai pris des chocolégumes pour pouvoir appeler un chocobo une fois dans la plaine, c'est le seul moyen de gagner le temple de Remiem!»

Son éternel sourire doux sur les lèvres, elle entraîna donc l'Inquisitrice jusqu'à la sortie de la ville, de là, elles prirent la route pour la Plaine Félicité et la jeune prêtresse appela donc un chocobo afin qu'il les emmène jusqu'au temple des Sœurs Magus...

=========================

Direction: le Temple de Remiem
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les devoirs de l'Ordre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'Ordre des Hospitaliers
» Charte de l'Ordre du Mérite
» [Ordre de Mérite] Poitou
» L'Ordre des libérateurs Pacifistes
» L'Ordre de la Claymore.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy Rebirth :: Spira :: Spira Nord :: Bevelle-
Administration
Pour commencer
Gaïa
Dol
Héra
Spira
La Planète Bleue
Le reste de la Carte
Hors RP
Archives